Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Thierry Allain, Enkhuizen au xviiie siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2015, 348 p.

Andreas Nijenhuis-Bescher
p. 271-273

Texte intégral

  • 1 L’exposition « Rembrandt. Les Années de plénitude », s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam du 12 f (...)

1De nos jours, la principale réminiscence des Provinces-Unies est sans doute son « Siècle d’Or », dont les expressions artistiques notamment sont très prisées. L’exposition consacrée aux « années de plénitude » de Rembrandt a, par exemple, attiré des foules sans précédent au Rijksmuseum1. Toutefois, ce prisme est déformant à plusieurs titres. Il focalise l’attention sur le xviie siècle, et détourne le regard du déclassement socio-économique des Provinces-Unies au xviiie siècle. Il est par conséquent utile de voir au-delà du seul Siècle d’Or « hollandais » et de s’intéresser également à la problématique des difficultés économiques, révélant une société dans l’adversité. Dans cette perspective, Thierry Allain propose une enquête originale avec Enkhuizen au xviiie siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise. Ce profond remaniement de la thèse de doctorat Les tourments de la vierge. La ville maritime d’Enkhuizen face au déclin (vers 1680-vers 1780), soutenue en 2007 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, analyse sous l’angle social et culturel les difficultés économiques rencontrées par ce port du Zuiderzee de la fin du xviie siècle à la Quatrième Guerre Anglo-Néerlandaise (1780-1784). Après une croissance fulgurante entre le milieu du xvie et le début du xviie siècle, la ville d’Enkhuizen est confrontée à une recomposition économique et un déclin dramatique de sa population. Entre la fin de la Révolte et l’époque napoléonienne, la ville perd les deux tiers de sa population. Le recensement de 1796 dénombre 6 803 âmes seulement, et une part substantielle de l’emprise urbaine est même affectée à l’agriculture.

  • 2 Richtje de Vries, Enkhuizen 1650-1850. Bloei en achteruitgang van een Zuiderzeestad, Amsterdam, De (...)

2Au-delà de l’analyse de la conjoncture, traitée auparavant par l’historiographie néerlandaise2, l’étude s’attache aux répercussions de l’adversité économique sur la communauté d’habitants et sur l’identité collective. Pour mener l’enquête, Thierry Allain s’est appuyé sur une abondante bibliographie et une grande variété de sources locales néerlandaises. L’un des mérites de l’historien, et non des moindres, est de s’être approprié la langue néerlandaise pour explorer, entre autres, les archives édilitaires, les données fiscales, et les registres de l’Église Réformée.

3La première partie traite du cadre d’un déclin économique, marqué par une recomposition structurelle. L’activité reine de la pêche aux harengs, essentielle au point d’orner les armoiries de la ville, périclite, tandis que le commerce au lointain (VOC) et le commerce de fromage prennent partiellement le relais. Cette mutation n’affecte pas uniformément la ville. La diminution de l’activité halieutique entraîne une baisse de la demande de main d’œuvre, sur les flottilles mais également dans toute l’activité de la construction et de l’équipement des navires. Le commerce, y compris asiatique, ne compense que partiellement cette baisse et bénéficie surtout au patriciat.

4Les répercussions sociales sont abordées dans la deuxième partie de l’ouvrage. Un remarquable mouvement de repli sur soi caractérise le long siècle considéré par l’historien. Si la population diminue de manière drastique, elle ne s’appauvrit globalement pas. La baisse de l’emploi maritime et manufacturier provoque la régression de la part précaire de la population. Dans le périmètre historique de la ville, près du port, une bourgeoisie relativement prospère demeure. L’élégant Hôtel de Ville érigé à la veille de la Guerre de la Ligue d’Augsbourg, c’est-à-dire en pleine période de repli démographique, est conçu par les régents locaux comme un porte-étendard de la conscience urbaine.

5La longue crise a également des effets tangibles sur le plan religieux. Ayant rejoint la Révolte dès le soulèvement de 1572, la ville est un bastion calviniste, entouré d’un plat pays resté largement catholique. Avec le recul de l’activité économique, la coexistence religieuse est, paradoxalement, apaisée. Les minorités luthérienne et mennonite, très présentes parmi les travailleurs de la mer et du port, déclinent sensiblement. Après la période de « compétition » religieuse au xviie siècle, l’Église publique bénéficie d’une hégémonie incontestable, malgré son déclin numérique. Vers la fin de la période, environ 80 % de la population est calviniste. Le nombre relatif de mariages interconfessionnels, craints par les différentes Églises à cause du risque d’apostasie, augmente graduellement, mais les réactions du consistoire sont moins virulentes au fil du temps.

6De même, la Grande Peur de 1734 n’affecte pas Enkhuizen, alors que cette éruption de méfiance anticatholique touche la Hollande. En 1750, un accord municipal prévoit des heures de circulation pour les catholiques, leur permettant de se rendre à la messe dans leurs églises « dissimulées » sans perturber ni l’ordre public, ni l’office réformé. L’Église publique, relayée par les édiles, semble par conséquent s’accommoder de la présence « papiste » dans la seconde moitié du xviiie siècle. Ce renoncement à extirper le catholicisme traduit la réalité d’une coexistence religieuse codifiée. Thierry Allain évoque un « avènement de barrières de plus en plus étanches entre les différentes communautés » (p. 152), pointant une tolérance plutôt qu’une réelle acceptation de l’altérité religieuse.

7Enfin, la dernière partie de l’ouvrage examine le phénomène identitaire. Le port, l’Église publique et les édiles façonnent à leur manière l’identité de la ville maritime au cours d’un déclin s’avérant irrémédiable malgré les inlassables efforts pour stimuler l’économie. Le rythme de la pêche aux harengs persiste ainsi dans le temps liturgique, avec des journées de prière publique en juin, au début de la campagne, et en décembre, au retour des pêcheurs.

8Comme souvent aux Provinces-Unies, les dimensions politique et religieuse sont entremêlées à Enkhuizen. La ville a rejoint la Révolte précocement (dès mai 1572), à la différence du grand port concurrent Amsterdam (mai 1578). Ce soutien sans faille à la cause des Orange et du calvinisme ponctue l’histoire de la ville et nourrit son autoreprésentation. Si le Siècle d’Or est rythmé par des troubles urbains, le xviiie siècle est caractérisé par un calme remarquable. Les grandes foules se soulevant en 1653 et 1672-1673 sur fond de revers subis dans la Première Guerre Anglo-Néerlandaise (1652-1654) et la Guerre de Hollande (1672-1678) ont alors déserté le port.

9Les visites des stathouders Guillaume III en 1683 et Guillaume V en 1773 donnent l’occasion de mettre en scène le territoire urbain, en reliant, dans les parcours empruntés par les cortèges, le port aux institutions religieuses et civiles. Le passionnant chapitre « Enkhuizen, emblème de la liberté » analyse la commémoration du bicentenaire de la Révolte, passée inaperçue dans l’historiographie. Thierry Allain retrace l’image que se donne la ville crépusculaire en célébrant son soulèvement à l’époque du duc d’Albe, au cours de la période la plus dynamique d’Enkhuizen. Le 21 mai 1772 des festivités mêlant le politique (pavoisement orange, canonnades, défilé de la milice, souper musical, illumination de l’Hôtel de Ville) et le religieux (sonneries des cloches, deux séries d’offices simultanés dans les trois temples) investissent le paysage, y compris sonore, urbain. L’élite régente s’inscrit dans l’histoire en honorant ses ancêtres et en célébrant l’unanimité civique à la faveur de la mémoire de la révolte, « socle identitaire renouvelé » (p. 229) de la ville.

10Grâce à l’exploration de sources complémentaires l’étude, complétée d’un carnet d’illustrations, de cartes, de plans, et d’index, renouvelle l’historiographie. L’écriture fait la part belle au cheminement méthodologique, permettant de suivre les pas du chercheur dans son port d’attache néerlandais. Enkhuizen au xviiie siècle porte un regard instructif sur les implications socio-culturelles d’une mutation économique, thématique d’une étonnante actualité.

Haut de page

Notes

1 L’exposition « Rembrandt. Les Années de plénitude », s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam du 12 février au 17 mai 2015 après avoir drainé les foules du 15 octobre 2014 au 18 janvier à la National Gallery de Londres.

2 Richtje de Vries, Enkhuizen 1650-1850. Bloei en achteruitgang van een Zuiderzeestad, Amsterdam, De Bataafsche Leeuw, 1987 et René Willemsen, Enkhuizen tijdens de Republiek. Een economisch-historisch onderzoek naar stad en samenleving van de 16e tot de 19e eeuw, Hilversum, Verloren, 1988 ont notamment traité du cycle de prospérité et de déclin d’Enkhuizen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Nijenhuis-Bescher, « Thierry Allain, Enkhuizen au xviiie siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2015, 348 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 271-273.

Référence électronique

Andreas Nijenhuis-Bescher, « Thierry Allain, Enkhuizen au xviiie siècle. Le déclin d’une ville maritime hollandaise, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2015, 348 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3910

Haut de page

Auteur

Andreas Nijenhuis-Bescher

llseti – ea 3706, Université Savoie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org