Navigation – Plan du site
Articles

Un catholicisme social omniprésent mais peu connu : les secrétariats sociaux en France, des origines aux années 1960

Olivier Chatelan
p. 247-266

Entrées d’index

Géographie :

Paris

Chronologie :

Années 1960
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L’importance des secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, Chronique sociale de France, j (...)

1« Les secrétariats sociaux n’ont jamais été à la mode, même au temps de leur création. Mais les modes passent et ils demeurent1 ». Ce propos liminaire dans un numéro d’une revue emblématique du catholicisme social a de quoi surprendre l’historien du fait religieux : la fondation de ces organismes n’a-t-elle pas été, au tournant des xixe et xxe siècles, la traduction de préoccupations de catholiques ancrés dans les réalités sociales de leur époque, soucieux de décrire les réalités du monde économique et pressés d’agir sur elles dans un sens chrétien, à la lumière de la jeune doctrine sociale de l’Église ? Assurément, les secrétariats sociaux ont été à la mode et sont bien de leur temps, quand bien même cette frange du catholicisme a toujours représenté un courant minoritaire, à l’extérieur du monde ecclésial comme en son sein. Pourquoi dès lors ce sentiment de perpétuel décalage avec l’air du temps ? Comment expliquer a contrario cette longévité évoquée par cet éditorial ?

  • 2 CEAS de Mayenne, « Qui sommes-nous ? La doctrine sociale de l’Église. Des secrétariats sociaux aux (...)
  • 3 « Déclaration d’ouverture par M. Eugène Duthoit », dans les Semaines sociales de France, Cours de d (...)
  • 4 Citation attribuée à Marius Gonin et reprise dans « L’importance des secrétariats sociaux », op. ci (...)
  • 5 Jérôme Régnier, « Les tensions internes aux Semaines sociales », in Bruno Duriez, Étienne Fouilloux(...)
  • 6 Il faut se reporter à des travaux d’étudiants, dans ce cas de bonne facture : Mickaël Douveghéant, (...)
  • 7 Henri Rollet, Sur le chantier social : l’action sociale des catholiques en France (1870-1940), Lyon (...)
  • 8 Denis Pelletier, « Le catholicisme social en France (xixe-xxe siècles). Une modernité paradoxale », (...)

2On peut comme point de départ proposer une définition des secrétariats sociaux donnée en interne par les acteurs actuels qui en sont les héritiers : l’expression désigne des structures dont le projet est d’articuler formation pour adultes, diffusion de l’information et recherche appliquée, en relation avec l’action sociale et le développement local à la lumière des encycliques2. Le rôle historique de ces organismes a été discuté. Le constat que dresse le nouveau président des Semaines sociales Eugène Duthoit en 1919 à propos des sessions d’avant-guerre vaut sans doute aussi pour les secrétariats sociaux qui les animent : c’est l’adaptation de la doctrine sociale de l’Église aux « besoins humains » et à leur variété qui constitue la raison d’être de ces organismes3, traditionnellement définis comme « centres d’études, sociétés de pensée, foyers d’enseignement et de propagande, syndicats d’initiatives, terrains de liaison, havres de réconfort pour les militants de l’action temporelle4 ». Pour Jérôme Régnier, auteur d’un des rares articles sur la question, les secrétariats sociaux ont eu une vocation plus politique : celle de libérer les ouvriers de l’emprise du socialisme tout en les émancipant de la tutelle patronale, dans une conception classique des encycliques dites « sociales » depuis Rerum Novarum (1891)5. L’hypothèse de Denis Pelletier est différente : les secrétariats sociaux auraient plus largement accompagné l’émergence des classes moyennes en France, en les associant à l’utopie d’un savoir démocratique, et ce au travers même d’un objectif de défense religieuse issu de la matrice intransigeante du catholicisme social. En tout état de cause, les travaux universitaires qui sont spécifiquement consacrés aux secrétariats sociaux sont, à notre connaissance, très peu nombreux6. L’ouvrage classique mais ancien d’Henri Rollet sur le catholicisme social est d’un utile secours7 mais à condition de le relire à la lumière de problématiques plus récentes, en particulier en se fondant sur l’idée que la doctrine sociale de l’Église fonctionne à la fois comme un corpus et comme un ensemble de pratiques inventées dans le feu de la conjoncture et appuyées sur des savoir-faire militants8.

  • 9 Maurice Eblé, Un organisme de l’action sociale catholique : les secrétariats sociaux, Paris, Spes, (...)
  • 10 Par exemple : Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines sociales de France: cent ans d’engagement (...)

3Le propos qui va suivre voudrait par conséquent faire un bilan succinct des connaissances et des travaux sur ces secrétariats sociaux, toujours associés à l’œuvre du catholicisme social, souvent cités comme chevilles ouvrières de manifestations plus visibles comme les Semaines sociales de France ou la revue La Chronique sociale, mais rarement étudiés pour eux-mêmes, et dès lors mal connus. L’ambition de ces quelques pages n’est pas de rendre compte de matériaux inédits à partir d’un dépouillement d’archives à nouveaux frais. Sans s’interdire le recours à des histoires internes ou à des rapports réalisés par les acteurs de ces organismes9 à condition de les utiliser avec la prudence nécessaire, il s’agit plus modestement de dresser un état des lieux de l’histoire des secrétariats sociaux en France, de leurs origines à leur transformation en Centres d’étude et d’action sociale (CEAS) au milieu des années 1960. Cette synthèse à partir de travaux dispersés n’existe pas. Il faut croire que les activités de ces organismes ont suscité moins d’intérêt chez les historiens que les hauts-lieux fréquentés par les catholiques sociaux10, peut-être en raison de leur discrétion ou de leur polyvalence qui les rendent peu aisés à définir et à circonscrire. Dans le même article liminaire cité plus haut, on peut lire ce constat mi-amer mi-espiègle de la rédaction de La Chronique sociale :

Pauvres secrétariats sociaux !... Maîtres Jacques du spirituel et du temporel, souvent ignorés et parfois méprisés par ceux-là même qui devraient les premiers tout ensemble recourir à leurs services et leur venir en aide ! Ignorés parce que leur vocation même leur impose l’effacement et le désintéressement [...]. On les ignore comme la famille bourgeoise de jadis ignorait sereinement l’humble bonne à tout faire.

4Cet état des lieux se décomposera en deux temps. Sera d’abord proposée une chronologie des secrétariats sociaux, afin d’offrir une vue d’ensemble des principales inflexions de l’histoire de ces organismes sur soixante-dix ans. Le second point s’attardera sur ce qui fait la force de frappe de ces secrétariats : leur réseau territorial, idéalement adapté à des travaux d’enquêtes ou de coordination régionale et coiffé par une union nationale peu contraignante, même si le positionnement délicat de ces organismes au sein de la nébuleuse du catholicisme social a donné lieu à des tensions que l’on peut percevoir dans quelques travaux récents prenant pour objets d’étude des structures concurrentes.

Une chronologie des secrétariats sociaux

  • 11 Marie-Dominique Chenu, La doctrine sociale de l’Église comme idéologie, Paris, Cerf, 1979, p. 9.
  • 12 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne : principes romains, expériences fr (...)

5Les origines des secrétariats sociaux se confondent en France avec celles du catholicisme social. Il faut ici en rappeler les fondements intellectuels : les catholiques sociaux, pour reprendre la définition qu’en donne Marie-Dominique Chenu, adossent leur action sur le postulat que « l’Évangile comporte consubstantiellement, au-delà des imperfections personnelles, un engagement collectif, social, dans la construction du monde et la promotion de l’humanité11 ». Ces prolongements sociaux du dogme donnent une légitimité à l’Église pour parler et intervenir dans les débats sur la question ouvrière et, au-delà, sur les conditions économiques dans lesquelles s’organise la vie de la cité12. C’est dans cette perspective que naît le premier secrétariat social, à Lyon, au début des années 1890. Après consolidation d’un premier maillage de secrétariats, ce type de structures connaît sans doute ce que l’on pourrait appeler son apogée d’un après-guerre à l’autre : les créations se multiplient, une instance nationale se met en place et les activités se densifient. La période postérieure, de 1946 à 1965, est celle de l’essaimage et de la réorientation d’une partie de l’offre de services.

Le temps des fondations : 1892-1914

  • 13 Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale 1892-1914, Lyon, Presses univers (...)
  • 14 Henri Rollet, Sur le chantier social, op. cit.

6Les débuts du secrétariat social lyonnais, premier du nom, sont connus. Fondé en 1892 sous l’impulsion de Victor Berne pour seconder les comités de propagande du journal La Croix et créer une feuille de liaison qui devient la Chronique des comités du Sud-Est, le « secrétariat » devient rapidement une structure autonome lorsque Marius Gonin et Victor Berne rompent avec la Bonne Presse pour poursuivre seuls la diffusion de ce qui est devenu la Chronique sociale. Les premiers animateurs du secrétariat en font une structure d’emblée polyfonctionnelle, dédiée au soutien financier et logistique d’initiatives sociales : création de jardins ouvriers dans les faubourgs des villes industrielles, mise en place de caisses rurales et de mutualités agricoles, mais aussi campagnes en faveur du repos dominical. Le secrétariat social tisse des relations étroites avec des organismes patronaux et collabore avec les milieux réformateurs adeptes de l’économie sociale en organisant notamment la venue de conférenciers engagés dans la seconde démocratie chrétienne (Léon Harmel, l’abbé Lemire, George Fonsegrive). Un bulletin interne est créé en 1907, La Démocratie du Sud-Est, qui devient Le Social en décembre 1909. La promotion de la doctrine sociale de l’Église s’effectue également par la diffusion de brochures complémentaires de celles de l’Action populaire jésuite13. La matrice qui définira également les autres secrétariats sociaux réside dans cette diversité de services couplant compétence et défense religieuse : foyer d’études sociales et centre de documentation, le secrétariat social de Lyon se définit aussi par ses activités de propagande et par la coordination des initiatives catholiques à l’échelle locale, départementale et régionale14. À partir de 1904, le Secrétariat social du Sud-Est devient la plate-forme sur laquelle grandissent les Semaines sociales tout en collaborant très étroitement avec La Chronique sociale située dans les mêmes locaux de la rue du Plat : ce trio – ou ce quatuor, avec la proximité immédiate des Facultés catholiques – s’impose avant-guerre comme le principal lieu d’animation du catholicisme social en France.

  • 15 Denis Pelletier, Les catholiques en France depuis 1815, Paris, La Découverte, 1997, p. 58.
  • 16 Les lignes qui suivent doivent beaucoup à Henri Rollet, L’action sociale des catholiques en France  (...)

7Dans le sillage du secrétariat lyonnais sont créés plusieurs autres organismes qui adoptent la même dénomination. Cette vague de fondations se situe entre 1907 et 191415. Henri Rollet a bien décrit les liens entre l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) et la création du secrétariat social de Paris en 190716. Après la « découverte » de ces secrétariats dans plusieurs villes industrielles belges, Victor Berne président de l’ACJF parisienne fait venir en France le père Rutten à l’origine de ces structures. Jules Zamanski installe alors dans le bureau de l’association, au 76 de la rue des Saints-Pères, un « secrétariat social », transféré début 1910 au 5 de l’avenue du Maine. Après approbation publique par l’archevêque de Paris, Mgr Amette en avril 1910, un comité sous la présidence de Jean Lerolle se met au travail autour de cinq sections – documentation, enseignement social populaire, contentieux, création d’œuvres et institutions sociales – et le secrétariat trouve dans l’aide aux commerçants sinistrés par les inondations de la Seine une première cause de mobilisation.

8Dans le sud de la France, plusieurs secrétariats voient le jour au même moment. Fondé en 1909 en lien avec l’ACJF locale, celui dit « du Midi » s’établit rue Saint-Antoine-du-T à Toulouse et propose dès 1910 une série d’initiatives : mobilisation contre le travail de nuit des boulangers, enquête sur les classes moyennes, « cours sociaux du dimanche » sous le parrainage de l’Institut catholique. Le repos dominical est également au cœur de la mobilisation en 1909 du tout jeune secrétariat social des Alpes et Provence, proche du secrétariat social du Sud-Est, qui installe ses locaux rue Montgrand à Marseille. La fondation des secrétariats dans les villes moyennes, souvent adoubée par le déplacement en province de Joseph Zamanski ou de Jean Lerolle, reprend les mêmes caractéristiques identifiées à Paris, Lyon ou Toulouse : la matrice de l’ACJF, attestée à Besançon (1909) et à Arras (1911) où les congrès de l’Association sont directement à l’origine du secrétariat social ; la présence conjointe de clercs séculiers et de laïcs parmi les fondateurs (l’abbé Hague et Paul Deron dans l’Artois, l’abbé Simonin et Charles Mairot en Franche-Comté, trois laïcs et deux prêtres à La Roche-sur-Yon) ; la place de la documentation, de l’enquête et de « journées sociales » comme outils de connaissance des réalités sociales, en particulier dans le monde agricole où les caisses de secours font l’objet de toutes les attentions ; la proximité, enfin, avec l’autorité diocésaine ou l’Action populaire, jusqu’à partager les même bulletins d’information, comme à Arras.

  • 17 H. Rollet, L’action sociale des catholiques en France, op. cit.

9Un bilan établi par Henri Rollet conclut à l’existence de 13 secrétariats sociaux en France au 1er janvier 1914. Lille, Autun, Rennes, Limoges, Grenoble et Dijon complètent l’ensemble qui vient d’être évoqué17. Ce nombre ne doit pas cependant faire illusion : ces organismes ont l’apparence d’un mouvement mais n’en ont ni le budget, ni les effectifs. Les différentes équipes locales sont pour la plupart réduites à de petits groupes de jeunes gens, actifs et dévoués, qui semblent n’entretenir entre elles que des relations irrégulières, sauf à l’occasion des Semaines sociales.

L’apogée des secrétariats sociaux : d’un après-guerre à l’autre

  • 18 Allusions rapides dans Jean Lerolle, « Maurice Eblé et les secrétariats sociaux », Les secrétariats (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Brigitte Waché, « 1919 et 1945 : l’influence des guerres sur les Semaines sociales au moment des re (...)
  • 21 Bernard Comte, « Semaines sociales et personnalisme. La médiation de Jean Lacroix 1935-1947 », in J (...)

10Les deux guerres ont interrompu le travail des secrétariats sociaux, sans que l’on puisse savoir dans quelle mesure et dans quelles circonstances. D’après le témoignage de Jean Lerolle, le secrétariat parisien semble avoir fermé et liquidé l’ensemble de ses activités le temps du conflit18. Concernant la période de la Seconde Guerre mondiale, les connaissances restent très lacunaires. À Paris, le secrétariat réinstallé rue de Varennes a d’abord fermé ses portes puis aurait ré-ouvert fin 1939 avec des services plus modestes autour de l’abbé Goimard, dans les locaux d’un patronage de la paroisse Sainte-Clothilde. Son directeur Maurice Eblé a quitté Paris, il décède en décembre 194219. Dès 1939 également, le secrétariat d’Alsace né quatre ans plus tôt a délocalisé une partie au moins de ses services à Périgueux. De là, il organise l’aide aux réfugiés. À Montauban, sous l’impulsion de sa secrétaire Marie-Rose Gineste, le secrétariat social devient un pôle de résistance spirituelle20. Mais tous les secrétariats sociaux ont-ils fait le même choix ? Les trois groupes identifiés par Bernard Comte pour la Commission des Semaines sociales (passage rapide à la Résistance, adhésion à la Charte du travail et à Vichy ou choix d’une présence active au sein des structures avant rétractation21) valent-ils également pour l’ensemble des organismes présents sur le sol national ?

  • 22 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, La France religieuse : 1945-1975, Toulouse, Privat, 2002, p. 2 (...)
  • 23 Antoine Deléry, Joseph Folliet, 1903-1972 : parcours d’un militant catholique, Paris, Cerf, 2003, p (...)
  • 24 D’après les informations disponibles, sans mention de sources, sur le site internet du CEAS d’Alsac (...)

11Les deux après-guerres se ressemblent sur plusieurs points. En 1918 comme en 1945, les divers organismes reprennent rapidement du service et se réorganisent. Après le redémarrage de leurs différentes activités aux lendemains de la Grande Guerre, les secrétariats sociaux se dotent d’une structure nationale : l’Union nationale des secrétariats sociaux (UNSS), née à l’issue de la Semaine sociale de Toulouse en 1921. À la Libération, l’UNSS est réaménagée : son comité national est composé des présidents des 9 unions régionales implantées à Paris, Lille, Nancy, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rouen22. Par ailleurs, l’aide aux victimes est une constante dans les divers secrétariats pour lesquels on dispose de quelques informations. Ainsi à Lyon, le secrétariat social du Sud-Est emmené par Joseph Folliet est très sollicité et prend en charge des secours très divers : le retour des prisonniers d’Allemagne comme le réconfort des familles touchées par l’épuration, la visite de prisons comme le relogement des sans-abris23. Un « centre d’informations familiales » en lien avec la Croix-Rouge a peut-être également été mis sur pied dès 1944. L’aide aux sinistrés se retrouve aussi à Strasbourg où le secrétariat social semble avoir participé activement à la création du Groupement social des victimes de la guerre et des sinistrés d’Alsace, qui travaille avec le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU24). Enfin, le retour à la paix est marqué par une vague de créations : en 1923, on compte 32 secrétariats sociaux, contre 13 en janvier 1914. En 1947, leur nombre s’élève à 68 mais il est vrai qu’il manque un bilan intermédiaire avant-guerre pour prouver une hausse significative à la Libération, bien qu’on la devine dans la documentation disponible.

  • 25 Les informations qui suivent sont tirées de M. Douveghéant, Le secrétariat social de Lyon 1919-1939(...)
  • 26 Section agricole (dirigée par Henri de Quérézieux et Jean Terrel) ; section industrielle et commerc (...)

12Un aperçu de l’activité d’un secrétariat social dans l’entre-deux-guerres est fourni par un travail universitaire récent sur le cas lyonnais25. L’organisme est devenu association loi 1901 en avril 1919 en prenant le nom d’Association du secrétariat social catholique du Sud-Est. À cette date, Marius Gonin est président, assisté d’Augustin Crétinon et de Jean Terrel, remplacés en 1934 par Félix Charmetant et André Roullet. En 1937, Denis Cusset succède à Gonin. Le secrétariat se compose de dix sections26 – chiffre sans doute exceptionnel qui ne reflète pas la moyenne des autres secrétariats sociaux – qui en font un foyer d’études sociales. Cette activité est complétée par une intense activité de propagande et de diffusion, qui prend différentes formes. L’édition de brochures sur la famille, les professions ou le travail atteint le chiffre de 8 800 exemplaires vendus en 1925, près de 10 000 en 1923. Le secrétariat organise des conférences (180 pour l’année 1935-1936, 150 en 1938-1939), principalement à destination d’organismes ou de journées d’études qui animent le catholicisme social local et régional. Ainsi, en 1938, ont sollicité les conférenciers du secrétariat : l’Union d’études, l’École des conférenciers, le Cercle d’études apologétiques, la Semaine rurale, l’École normale sociale ouvrière, l’Union féminine civique et sociale, l’école de la Salle, le grand séminaire, les sections JEC et JECF, la Faculté catholique de droit, le syndicat chrétien des infirmières ou encore l’École de service social du Sud-Est. Cette offre est complétée par un service de bibliothèque riche de quelque 3 600 volumes et brochures en 1923. Le secrétariat s’efforce de répondre aux sollicitations écrites et orales (de l’ordre de 300 à 700 consultations annuelles entre 1920 et 1935), particulièrement nombreuses sur le fonctionnement des caisses rurales.

  • 27 Denis Pelletier, « Introduction », in Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines sociales de France (...)
  • 28 Abel Étienne, Cinquante ans d’activité sociale : de l’œuvre des cercles au secrétariat social, esqu (...)

13Les secrétariats sociaux se présentent donc comme des organismes laïcs qui revendiquent une œuvre temporelle d’action sociale dans un esprit chrétien mais sans engagement au sein d’un parti. En ce sens, ils correspondent assez bien au modèle de contournement du politique par le social décrit par Denis Pelletier, devenu impératif après la condamnation de l’Action française par Rome en 192627. Cette période est enfin celle des premières synthèses sur le chemin parcouru, rédigées par des responsables laïcs ou par les aumôniers des secrétariats28.

Renouveau et élargissement : de 1946 au milieu des années 1960

  • 29 Henri Théry, « Les ouvriers de la première heure », Union sociale, 107, septembre 1997, p. 5-6.

14Après le temps de l’urgence dans l’aide aux sinistrés de la guerre, les secrétariats sociaux se réorganisent en 1946-1947. Le conflit a conduit à un renouvellement des équipes dirigeantes à l’échelle nationale. Le conseiller d’État Charles Blondel, qui fut Commissaire de la République du GPRF, a succédé à Jean Lerolle comme nouveau président de l’UNSS, aux côtés de Georges Michel (secrétaire général) et de l’abbé Portier (aumônier29).

  • 30 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, La France religieuse, op. cit., p. 26-27.
  • 31 Culture et promotion réseau Gazette, n° 1, février 2013, sans pagination.

15Ces années sont également celles de la progressive déconfessionnalisation des secrétariats sociaux, qui suivent de près les débats qui conduisent à la création de la CFDT (1964). La prise de distance ne s’est pas faite brutalement et dans la mémoire des CEAS, elle n’apparaît pas comme un phénomène majeur. C’est plutôt l’élargissement des structures que retiennent militants et responsables. Assez rapidement, l’UNSS devient en effet une véritable « galaxie » au sein du catholicisme social des Trente Glorieuses. En 1948 est créé le Centre de recherches et d’études sociales (CRES). Un certain nombre de membres du bureau national – dont Jean Baboulène, polytechnicien venu de la JEC et de l’ACJF, à l’initiative de cette fondation – souhaitent en effet donner une rigueur plus scientifique aux méthodes et aux travaux réalisés au sein des secrétariats sociaux et ne pas négliger la collaboration avec les non-croyants. Le bulletin Études et documents suivi des Cahiers du CRES proposent des analyses précises de la situation économique et sociale en France, par exemple sur les conventions collectives30. En 1962, René Didier crée l’Institut Culture et Promotion (ICP) qui prend en charge les sessions de formation assurées par le CRES. Cette branche d’activités a en effet pris de l’ampleur depuis plusieurs années auprès de différents secteurs : syndicats ouvriers, marins-pêcheurs, agents de développement en Afrique, mais aussi et surtout cadres du monde agricole, par le biais des mouvements et organismes confessionnels et/ou professionnels : Jeunesse Agricole Catholique, Maisons Familiales Rurales, Centre National des Jeunes Agriculteurs, Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles. L’ICP devient un pourvoyeur de fonds pour le réseau parisien qui quitte la rue Guénégaud au début des années 1960 pour la rue Saint-Benoît, dans un immeuble double loué à la Congrégation des Filles de la Charité31.

  • 32 Le secrétariat social d’outre-mer (SSOM) travaille en relation étroite avec les secrétariats d’Afri (...)
  • 33 Henri Théry, Vingt années difficiles. Les Secrétariats sociaux entre 1947 et 1967, Paris, UNCEAS, 1 (...)

16En 1965, Henri Théry, ancien responsable fédéral de la JEC et membre de l’équipe de Témoignage chrétien, devient le président de l’UNSS, après avoir été son secrétaire général puis délégué général. Une reconfiguration des activités et des tâches est entreprise. Le CRES devient la FOndation pour la Recherche Sociale (FORS), un organe commun à l’UNSS, aux Semaines sociales de France, à la Chronique sociale de France et à l’Institut Culture et Promotion. L’enseignement universitaire et la formation pour adultes sont dévolus à l’ICP. Enfin, l’« animation » et les « initiatives » restent l’apanage des centres d’étude et d’action sociale (CEAS), nouvelle dénomination des secrétariats sociaux à partir de 1965. L’UNSS laisse la place à l’UNCEAS (Union nationale des CEAS) qui comporte en outre deux organes spécialisés, le secrétariat social d’outre-mer qui garde donc son nom d’origine32 et le centre d’étude et d’action sociales pour le monde maritime (CEASM33).

  • 34 Charles Blondel, « Les conditions présentes de l’action sociale », Les secrétariats sociaux, op. ci (...)

17L’institutionnalisation croissante et l’essaimage des secrétariats sociaux s’inscrivent dans un contexte de reconfiguration de l’expertise sociale pendant les Trente Glorieuses. La création de grands organismes d’État dédiés à la connaissance et à la gestion scientifiques du corps social (INED, CNRS, comptabilité nationale) après la Seconde Guerre mondiale a posé aux responsables des secrétariats sociaux la question de l’utilité de leurs structures34. L’essor de la demande en matière de formation permanente, en particulier auprès des cadres, a permis à ces organismes de perdurer. En adoptant comme marque de fabrique, dans la continuité de la doctrine sociale de l’Église, l’« humanisation » de la vie professionnelle, les secrétariats sociaux non seulement ne cédaient rien sur les exigences techniques des nouvelles professions, mais précisément les plaçaient au cœur de leur champ d’action pour les mettre au service de la « personne », au-delà de l’individu usager, producteur ou consommateur. Cette adaptation à la professionnalisation croissante de la vie économique a pu s’effectuer en raison d’un réseau de secrétariats au plus près du terrain, en prise avec les réalités sociales de leur temps.

Un réseau : les secrétariats sociaux « système nerveux » des Semaines sociales

  • 35 Charles Flory, « Semaines sociales et secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, op.cit., p. (...)

18On trouve cette métaphore chez Charles Flory. En 1947, à la question de la distinction des champs d’action respectifs entre les secrétariats sociaux d’une part, et les Semaines sociales – dont il est président depuis deux ans – d’autre part, il répond que « tandis que les Semaines sociales de France aspirent à être le cerveau du catholicisme social, l’UNSS avec son centre parisien et ses ramifications provinciales, constitue son système nerveux, lui assurant la sensibilité tactile et les réactions coordonnées qu’exigent les circonstances. Suivant au jour le jour et à tous les échelons, l’évolution de la situation sociale, il alerte, renseigne, assure les liaisons, provoque les initiatives sans jamais les prendre lui-même, ne s’engageant dans aucune action particulière pour continuer à les servir toutes »35. Cette image organiciste lui est sans doute venue d’une formule suggestive de Joseph Folliet qui parlait des secrétariats sociaux comme « les yeux et les mains » de l’université catholique itinérante. Il paraît nécessaire, pour comprendre le fonctionnement de ces structures, de préciser les contours de cet organisme avant de présenter une géographie des secrétariats sociaux, dans l’espace et dans l’Église.

Une instance souple de coordination : l’Union nationale des secrétariats sociaux

  • 36 Jean Lerolle, « Maurice Eblé et les secrétariats sociaux », op. cit.
  • 37 Diplômé de l’École de science politique, docteur en droit (sa thèse porte sur les écoles catholique (...)
  • 38 Maurice Eblé, Un organisme de l’action sociale catholique, op. cit., p. 12.

19L’Union nationale née en 1921 a toujours fonctionné comme une instance souple de coordination. Postérieure à la fondation des secrétariats les plus actifs et les plus influents –Lyon, Paris, ou même La Roche-sur-Yon – elle partage longtemps (jusqu’en 1946) les mêmes locaux que le secrétariat parisien, au 31 de la rue de Bellechasse. Par ailleurs, les conditions de son démarrage tardent à être mises en place : un secrétariat national n’est institué qu’en 192736 et ses statuts sont adoptés en congrès en 1930 seulement. Nul doute que les secrétariats sociaux se sont gardés de toute création susceptible de remettre en cause leur indépendance, ce que réaffirment d’ailleurs les statuts de l’UNSS. Pour son premier secrétaire, Maurice Eblé37, l’UNSS est « une union toute morale, sans direction commune ni services centraux mais qui procure un contact grâce à la tenue de deux conseils annuels où se rencontrent les représentants des secrétariats. Ainsi chacun sait déjà ce que font les autres, et de l’échange des idées naissent des orientations générales38 ».

  • 39 Statuts de l’Union nationale des secrétariats sociaux, I, 1930.
  • 40 Mickaël Douveghéant, Le secrétariat social de Lyon 1919-1939, op. cit., p. 93-97.

20Cependant, la fondation de l’Union nationale répond à une inquiétude : ses statuts témoignent d’un effort très net de rationalisation et de clarification des secrétariats sociaux qui souhaiteraient s’affilier, selon trois types de critères39. Le premier concerne les « caractères » qui permettent d’identifier de façon certaine un organisme revendiquant le nom de « secrétariat social ». Est en effet considéré comme tel « toute organisation qui se consacre d’une manière permanente à l’œuvre de restauration sociale, en établissant des services qui lui permettent : a) de soutenir et d’aider dans leurs difficultés et leur propagande les institutions, organismes et œuvres de caractère social b) de prendre elle-même les initiatives opportunes c) d’établir dans la mesure du possible, entre les organismes sociaux, les liaisons utiles au bien général », l’ensemble devant se conformer à « l’esprit » des secrétariats sociaux, défini comme « la communauté des principes sociaux catholiques tels qu’ils ressortent de l’enseignement social de l’Église et notamment des encycliques de Léon XIII et de ses successeurs ». Un second critère instaure une clôture symbolique des secrétariats sociaux : leur classement en trois catégories, régionale, départementale ou assimilée, et locale. Cette classification ne sert pas seulement à moduler le montant des cotisations en fonction de la taille des structures affiliées ; elle donne aussi – c’est le troisième critère – aux seuls secrétariats régionaux un droit de veto sur l’admission au sein de l’UNSS d’un nouveau secrétariat situé dans leur zone (article I,8). De fait, tous les secrétariats sociaux présents sur le territoire ne font pas partie de l’Union : en 1923 – certes deux ans seulement après la création de l’UNSS – c’est le cas de 8 secrétariats sociaux sur les 32 recensés en France40 ; en 1929, on compte 20 non-affiliés contre 31 secrétariats adhérents, sans que l’on puisse établir de façon précise, faute d’études de cas, les raisons de cette non-affiliation, voulue ou contrainte. L’élaboration et le vote de statuts au congrès de 1930 ont en tout cas eu pour effet de faire croître de façon significative le nombre d’affiliés, qui s’élève alors à 45.

  • 41 Georges Michel [alors secrétaire général de l’UNSS], « L’Union nationale des secrétariats sociaux » (...)

21Les représentants des secrétariats régionaux se réunissent tous les deux mois au siège de l’Union, qui dispose d’un bulletin de liaison mensuel, Servir, et d’un bureau d’information sociale qui diffuse articles et schémas d’articles à destination de la presse régionale ou locale41.

Un maillage fin au service d’un travail d’animation et d’enquêtes

  • 42 Ceux-ci se répartissent en 7 secrétariats régionaux, 32 départementaux ou assimilés et 6 locaux.
  • 43 Voir le dossier « Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord » coordonné par Yves-Marie (...)
  • 44 J. Régnier, « Les tensions internes aux Semaines sociales », op. cit.
  • 45 Alain-René Michel, « Engagements catholiques en terre de chrétienté : le Nord », dans Bruno Duriez, (...)

22La liste des 45 secrétariats sociaux affiliés à l’UNSS en 193042 donne un bon aperçu du maillage territorial tissé depuis la période des premières fondations. Certaines régions sont très bien représentées. Le nord de la France peut s’appuyer sur un réseau dense43 : au secrétariat d’Arras se sont ajoutés ceux de Lille, Roubaix-Tourcoing et Calais. Quoique non affiliées, Armentières, Dunkerque et Valenciennes semblent également en disposer d’un au début des années 193044. Dès le début des années 1920, une Union régionale fédère plusieurs de ces organismes. La forte personnalité de l’abbé Paul Six (1860-1936) marque les débuts de ces secrétariats du Nord, de même que la figure d’Eugène Duthoit, déjà cité, président des Semaines sociales en 1919 et doyen de la Faculté de droit de l’Université catholique. En 1947, l’Union régionale compte 11 secrétariats affiliés. La création de l’École normale ouvrière à Lille (1925) puis celle de l’École des missionnaires du travail (1932) renforcent le dynamisme de ce pôle teinté plus qu’ailleurs par l’influence du clergé et par de fortes réticences à la déconfessionnalisation dans les années 196045.

  • 46 Le catholicisme social alsacien a fait l’objet, comme pour la région Rhône-Alpes et le Nord, d’un t (...)
  • 47 Le secrétariat social des Côtes d’Armor autour de l’abbé Armand Vallée aurait été créé en 1934 d’ap (...)
  • 48 Parmi les publications émanant du secrétariat social d’Alger, ont pu être identifiées : La lutte de (...)
  • 49 UNCEAS, Dossiers pour l’action, op. cit.

23Les secrétariats sociaux de l’actuelle région Rhône-Alpes constituent un autre sous-réseau d’importance : le secrétariat régional lyonnais dit « du Sud-Est » n’a pas empêché la création de secrétariats départementaux à Bourg-en-Bresse, Saint-Étienne, Grenoble, Annecy et Valence. Dans le Midi également, le maillage est particulièrement étoffé (Marseille, Nîmes, Montpellier, Nice, Toulon, Aix, Cannes et Salon, auxquelles on peut ajouter Gap), plus que le Sud-ouest où seuls Bordeaux, Toulouse et Agen apparaissent dans les secrétariats affiliés en 1930. Dans le quart Nord-Est, le semis correspond dans une très large mesure aux seules capitales régionales (Strasbourg46, Belfort, Dijon, Reims, Metz, Charleville, auxquels se joint Vesoul). En dehors de la région parisienne (Paris, Versailles), le Val de Loire (Angers, Blois, Orléans) et la Normandie (Caen, Rouen, Le Havre) font figures de pôles secondaires. On peut toutefois remarquer quelques absences : le centre de la France, à l’exception d’Aurillac ; la Picardie (sauf Creil) ou la Bretagne littorale (seule Rennes est affiliée47). Le cas du tandem Le Mans-Mayenne dans le département du Maine-et-Loire est à signaler. Il faut remarquer enfin la présence des secrétariats de Tunis et d’Alger, ce dernier ayant joué un rôle de sensibilisation au sort des populations et à leur émancipation, avant, pendant et après la guerre d’Algérie48. À la fin de notre période, le congrès de Dourdan de 1967 aurait réuni une cinquantaine d’équipes CEAS présentes dans 32 départements mais toujours sans représentation du centre de la France49.

  • 50 L’action sociale. Organe bimensuel du secrétariat social de Franche-Comté, Besançon, Fédération des (...)
  • 51 Un exemple de publication par le dynamique secrétariat social de La Roche-sur-Yon à ses débuts : Le (...)
  • 52 Par exemple : Secrétariat social de Côte d’Or, Manuel de législation à l’usage des Candidates au CA (...)
  • 53 Jean-Marie Mayeur, « L’enseignement social de l’Église catholique », in Jean-Marie Mayeur (dir.), H (...)

24Le travail effectué par les militants transparaît dans des bulletins que diffusent beaucoup de secrétariats sociaux, comme à Besançon par exemple50. Plusieurs équipes ont édité des manuels51 ou des guides professionnels à destination des jeunes en formation ou en recherche d’emploi dans leur département52. D’une façon générale, comme le note Jean-Marie Mayeur, le domaine de l’enseignement social ne cesse de croître et de s’étendre au cours du siècle, de la question ouvrière vers la question sociale puis internationale53. La famille, le logement, le développement social et culturel, les syndicats, l’apprentissage, les nouvelles législations en vigueur, la Sécurité sociale, la place des ingénieurs sont autant de thématiques déclinées dans les secrétariats sous la forme d’enquêtes, de brochures ou de fonds documentaires. On devine cependant que l’ambition de couvrir l’intégralité des problèmes sociaux et la nécessaire collecte de fonds qui lui est associée se sont heurtées à d’autres structures ou mouvements du monde ecclésial. Ces concurrences expliquent les critiques dont les secrétariats sociaux ont été la cible, en particulier après 1945.

Un positionnement inconfortable au sein du catholicisme social

  • 54 Les secrétariats sociaux, Chronique sociale de France, op. cit.
  • 55 « L’épiscopat, pris dans son ensemble, manifestait une certaine bienveillance, souhaitait, semble-t (...)
  • 56 Henri Théry, Vingt années difficiles, op. cit., p. 54-55.

25Les relations parfois difficiles avec d’autres instances du monde ecclésial sont présentées succinctement ici à l’aide de trois exemples. Les liens avec le clergé diocésain, dont l’évêque lui-même, sont une première illustration. Si l’accusation de cléricalisme est repoussée de façon unanime et catégorique par les différents auteurs – qui sont aussi des acteurs – dans la présentation de 194754, il n’en demeure pas moins que, jusqu’au milieu des années 1960 au moins, les liens avec l’Église restent étroits, ne serait-ce que sur le plan institutionnel. Des locaux sont parfois mis à disposition des secrétariats sociaux par la Direction diocésaine des œuvres. Par ailleurs, des subventions venues de l’évêché, en particulier pour le fonctionnement, sont souvent les bienvenues pour des structures dont on a souligné plus haut la fragilité financière. Toutefois, la relation avec le diocèse reste ambiguë. Certes, cette « bienveillance » des évêques a pu être jugée insuffisante par certains responsables comme le président de l’UNSS Henri Théry dans les années 196055. Mais cette situation de parent pauvre au sein de l’Église locale a été aussi le moteur d’une émancipation de la tutelle confessionnelle. Celle-ci s’incarne principalement dans la présence d’un aumônier, choisi par l’évêque, qui accompagne les laïcs responsables des secrétariats sociaux. Les relations entre ces prêtres et leurs confrères ne sont pas toujours excellentes : fortement impliqués dans le temporel, ils se trouvent parfois marginalisés au sein du clergé local56.

  • 57 Ibid., y compris la citation qui suit.

26L’autre source de tensions récurrentes réside dans les relations avec les mouvements d’Action catholique spécialisée, qui investissent les mêmes terrains. Les aumôniers des secrétariats sociaux ont pu subir le reproche, de la part de leurs homologues de la JOC ou de l’ACO, d’avoir une vision trop globale et insuffisamment « ouvriériste » de leur engagement57. Le même Henri Théry affirme pour sa part que c’est le raidissement sur le sens du mot « spécialisation » qui explique les quiproquos avec les mouvements d’Action catholique :

La spécialisation n’était dès lors qu’un mode d’adaptation fonctionnelle à une existence faite de solidarités multiples et partielles, permettant d’épouser successivement, et non pas exclusivement, ces différents modes de vie sociale, en s’identifiant de moins en moins à un seul, mais en se reconnaissant dans plusieurs. Il fallait apprendre à être tout à la fois membre d’une famille, et même de plusieurs, d’une entreprise, d’un groupe professionnel, d’une classe, d’un quartier, d’une communauté urbaine, d’une région, d’une nation, d’une multitude de groupes volontaires, sans oublier pour autant de devenir citoyen du monde […]. Bref, on oubliait que la spécialisation amorcée et reconnue par l’Action catholique à son origine, ne devrait pas en rester à un modèle figé, mais qu’elle devrait continuer à s’adapter à une société de plus en plus complexe où les solidarités multiples ne cesseraient de relativiser notre sens de l’appartenance à des groupes, à une classe ou à une nation et où il faudrait assumer conjointement ces appartenances au lieu de s’enfermer dans une d’entre elles. La crise de l’ACJF en 1956 devait, quelques années plus tard, illustrer ce tragique malentendu.

  • 58 Ces lignes s’inspirent de l’étude de Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours catholique : une figur (...)
  • 59 Lettre de Mgr Rodhain à l’abbé Portier aumônier national des secrétariats sociaux, 13 novembre 1951 (...)

27Enfin, ce sont les rapports avec le Secours catholique à sa naissance qui témoignent de tensions au sein du catholicisme social, dans un jeu à trois avec l’épiscopat qui s’avère finalement plutôt favorable aux secrétariats sociaux58. En 1950, face au succès de la campagne annuelle dont bénéficie le Secours catholique, l’UNSS et son président Charles Blondel font valoir auprès de l’Assemblée des cardinaux et archevêques (ACA) qu’à côté de la charité destinée à pallier les déficiences de la société existe une charité tout aussi nécessaire, la charité « sociale », incarnée par les secrétariats sociaux, qui s’efforcent de construire la vraie justice au sein des institutions. Dès lors, la générosité des catholiques « serait plus intégralement respectée, si elle était rectifiée » en faveur de l’Union nationale. Devant les fortes réticences de Mgr Rodhain qui explique sortir de son rôle s’il devait « subventionner les œuvres », le directeur du secrétariat de l’épiscopat Mgr Chappoulie doit hausser le ton. S’ensuit une correspondance houleuse entre Blondel et le directeur du Secours catholique, avant que l’archevêque de Bordeaux Mgr Richaud, également président de la Commission épiscopale des œuvres charitables et institutions sociales, n’arrache un compromis qui sera particulièrement profitable à l’épiscopat et donc indirectement aux secrétariats sociaux : un prélèvement à hauteur de 20 % est effectué sur la quête du troisième dimanche de novembre réalisée au profit du Secours catholique. Cette situation durera jusqu’en 1974. Ce règlement de l’affaire n’a pas pour autant apaisé dans l’immédiat les relations entre le Secours catholique et l’UNSS, Mgr Rodhain reprochant aux secrétariats sociaux de « considérer le Secours catholique comme une épicerie tapageuse » tandis qu’eux se réserveraient « le travail intelligent, aride et profond59 ».

28Les secrétariats sociaux ont-ils jamais été à la mode ? Comment expliquer leur longévité ? Les concurrences qui viennent d’être évoquées expliquent sans doute en partie le décalage, dans les représentations, entre le travail de ces organismes et les demandes sur le terrain : leur polyvalence et leur antériorité sur bien d’autres structures ecclésiales (Secours catholique, mouvements d’Action catholique spécialisée) les ont fait passer pour des institutions sinon caduques, du moins désuètes. Elles ont parfois été définies en interne par la négative, signe d’une identité aux contours flous :

  • 60 Charles Catrice, « Organisation d’un secrétariat social », Les secrétariats sociaux, op. cit., p. 2 (...)

Le secrétariat social est tout entier tourné vers l’action : ce serait méconnaître complétement son but que de le restreindre à n’être qu’un centre d’études et de documentation […] ; le secrétariat social ne s’adresse pas directement au public […] ; le secrétariat social n’est pas "spécialisé" pour un milieu social déterminé […] ; le secrétariat social n’est jamais un organisme de direction […]60.

29Il reste que les secrétariats sociaux ont su s’appuyer sur des créneaux porteurs au moment opportun : ils sont dès le départ les chevilles ouvrières discrètes mais efficaces des Semaines sociales, tout en leur assurant un auditoire régulier et une publicité appréciable ; ils ont suivi les évolutions de la formation professionnelle, au plus près des bassins d’emploi et du tissu économique départemental et régional, en collaboration avec les organisations syndicales et patronales ; ils ont su jouer enfin d’un fédéralisme propre à les faire exister à l’échelle nationale qui a aussi garanti leur autonomie et leur adaptation aux conditions locales. En fournissant des compétences d’analyse technique, de sédimentation documentaire et d’animation territoriale au croisement du monde économique et du monde ecclésial, les secrétariats ont su se faire une place, délicate mais durable, dans cette zone grise de l’expertise du monde social en milieu catholique.

Haut de page

Notes

1 « L’importance des secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, Chronique sociale de France, janvier-mars 1947, p. 2-4.

2 CEAS de Mayenne, « Qui sommes-nous ? La doctrine sociale de l’Église. Des secrétariats sociaux aux CEAS », novembre 2004 (URL : http://www.ceas53.org/uploads/pdf/ Qui%20sommes-nous/La-doctrine-sociale-de-l-Église-Novembre-2004.pdf, consulté le 11 juin 2015).

3 « Déclaration d’ouverture par M. Eugène Duthoit », dans les Semaines sociales de France, Cours de doctrine et de pratique sociale. Metz 1919, Paris et Lyon, J. Gabalda, E. Vitte et Chronique sociale de France, 1920, p. 19.

4 Citation attribuée à Marius Gonin et reprise dans « L’importance des secrétariats sociaux », op. cit., p. 2.

5 Jérôme Régnier, « Les tensions internes aux Semaines sociales », in Bruno Duriez, Étienne Fouilloux et Alain-René Michel (dir.), Chrétiens et ouvriers en France : 1937-1970, Paris, Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières, 2001, p. 206-214.

6 Il faut se reporter à des travaux d’étudiants, dans ce cas de bonne facture : Mickaël Douveghéant, Le secrétariat social de Lyon 1919-1939, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction d’Étienne Fouilloux, Université Lumière-Lyon 2, 2000.

7 Henri Rollet, Sur le chantier social : l’action sociale des catholiques en France (1870-1940), Lyon, Chronique sociale de France, 1955.

8 Denis Pelletier, « Le catholicisme social en France (xixe-xxe siècles). Une modernité paradoxale », in Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 371-387.

9 Maurice Eblé, Un organisme de l’action sociale catholique : les secrétariats sociaux, Paris, Spes, 1932 ; Henri Théry, Vingt années difficiles. Les secrétariats sociaux entre 1947 et 1967, Paris, Union nationale des centres d’étude et d’action sociale (Unceas), 1967 ; Unceas, Dossiers pour l’action. Des secrétariats sociaux d’hier aux centres d’étude et d’action sociale d’aujourd’hui ou bientôt 90 ans d’action sociale, Paris, Unceas, 1979.

10 Par exemple : Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines sociales de France: cent ans d’engagement social des catholiques français, Les Plans-sur-Bex, Parole et Silence, 2006.

11 Marie-Dominique Chenu, La doctrine sociale de l’Église comme idéologie, Paris, Cerf, 1979, p. 9.

12 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne : principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf, 1986 ; Bernard Laurent, L’enseignement social de l’Église et l’économie de marché, Paris, Parole et Silence, 2007.

13 Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale 1892-1914, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1979, p. 139-144.

14 Henri Rollet, Sur le chantier social, op. cit.

15 Denis Pelletier, Les catholiques en France depuis 1815, Paris, La Découverte, 1997, p. 58.

16 Les lignes qui suivent doivent beaucoup à Henri Rollet, L’action sociale des catholiques en France : 1871-1914, Paris, France, Desclée de Brouwer, 1958, p. 59‑67.

17 H. Rollet, L’action sociale des catholiques en France, op. cit.

18 Allusions rapides dans Jean Lerolle, « Maurice Eblé et les secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, Chronique sociale de Franc, op. cit., p. 15-19.

19 Ibid.

20 Brigitte Waché, « 1919 et 1945 : l’influence des guerres sur les Semaines sociales au moment des reprises », in Jean-Dominique Durand (dir.), Les semaines sociales de France, op. cit., p. 59-74, en particulier p. 65.

21 Bernard Comte, « Semaines sociales et personnalisme. La médiation de Jean Lacroix 1935-1947 », in Jean-Dominique Durand (dir.), Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes. La postérité de Rerum Novarum, Paris, Éditions ouvrières, 1992, p. 485-516, en particulier p. 511.

22 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, La France religieuse : 1945-1975, Toulouse, Privat, 2002, p. 26-27.

23 Antoine Deléry, Joseph Folliet, 1903-1972 : parcours d’un militant catholique, Paris, Cerf, 2003, p. 296.

24 D’après les informations disponibles, sans mention de sources, sur le site internet du CEAS d’Alsace : http://ceas.alsace.free.fr/ceas/?page=presentation#historique, consulté le 11 juin 2015).

25 Les informations qui suivent sont tirées de M. Douveghéant, Le secrétariat social de Lyon 1919-1939, op. cit., en particulier chapitres 4 et 5.

26 Section agricole (dirigée par Henri de Quérézieux et Jean Terrel) ; section industrielle et commerciale ; section des institutions sociales ouvrières ; section féminine d’éducation sociale ; section médicale et biologique ; section lyonnaise des amitiés catholiques française à l’étranger ; jeunes patrons catholiques ; caisse de crédit mutuel ; comité lyonnais pour l’hygiène morale ; commission artisanale. Voir M. Douvegheant, Le secrétariat social de Lyon, op. cit., chapitre 4.

27 Denis Pelletier, « Introduction », in Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines sociales de France, op. cit., p. 21-37.

28 Abel Étienne, Cinquante ans d’activité sociale : de l’œuvre des cercles au secrétariat social, esquisse historique, secrétariat social de Draguignan, 1922 ; abbé Pierre Lesage, L’organisation et l’action des secrétariats sociaux, Paris, Spes, 1928 ; Maurice Eblé, Les secrétariats sociaux, secrétariat social de Paris, 1923 (réédité en 1932 sous le titre Un organisme de l’action sociale catholique …, op. cit.).

29 Henri Théry, « Les ouvriers de la première heure », Union sociale, 107, septembre 1997, p. 5-6.

30 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, La France religieuse, op. cit., p. 26-27.

31 Culture et promotion réseau Gazette, n° 1, février 2013, sans pagination.

32 Le secrétariat social d’outre-mer (SSOM) travaille en relation étroite avec les secrétariats d’Afrique noire. Pour la fin des années 1950, on en compterait une quinzaine en Afrique subsaharienne francophone et à Madagascar (Culture et promotion réseau Gazette, op. cit.). Ces secrétariats n’ont pas été inclus dans la présente étude mais signalons un périodique (Notes documentaires du secrétariat social d’outre-mer), des actes de journées d’étude (Monde rural d’Afrique noire : IVe journées d’étude du SSOM, Paris, 9-13 mai 1953, Bruges, Rythmes du monde, Paris, SSOM, 1955) ainsi que des travaux sur certains de ces secrétariats : J. Maréchal, R. Garnier, Robert de Montvalon, Un secrétariat social en Oubangui, Bangui, Cercle d’études et d’actions sociales, Paris, SSOM, 1957 ; Brice Boussari, Les secrétariats sociaux du Dahomey, mémoire de DEA (sous la direction d’Henri Brunschwig ?), EHESS, 1980.

33 Henri Théry, Vingt années difficiles. Les Secrétariats sociaux entre 1947 et 1967, Paris, UNCEAS, 1968, p. 45-55.

34 Charles Blondel, « Les conditions présentes de l’action sociale », Les secrétariats sociaux, op. cit., p. 5-10.

35 Charles Flory, « Semaines sociales et secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, op.cit., p. 11-14.

36 Jean Lerolle, « Maurice Eblé et les secrétariats sociaux », op. cit.

37 Diplômé de l’École de science politique, docteur en droit (sa thèse porte sur les écoles catholiques d’économie politique et sociale en France), ancien secrétaire général de l’ACJF, il est avec l’abbé Goimard le principal rédacteur des statuts de l’UNSS en 1930 (Jean Lerolle, « Maurice Eblé et les secrétariats sociaux », op. cit.).

38 Maurice Eblé, Un organisme de l’action sociale catholique, op. cit., p. 12.

39 Statuts de l’Union nationale des secrétariats sociaux, I, 1930.

40 Mickaël Douveghéant, Le secrétariat social de Lyon 1919-1939, op. cit., p. 93-97.

41 Georges Michel [alors secrétaire général de l’UNSS], « L’Union nationale des secrétariats sociaux », Les secrétariats sociaux, op. cit., p. 20-24. Ce bureau est-il le prédécesseur de la Centrale Technique d’Informations Catholiques (CTIC) liée à l’arrivée de Jean Mondange à l’Association des périodiques catholiques de province hébergée dans les locaux de l’UNSS et qu’évoque Henri Théry dans son mémorandum de 1968 (Henri Théry, Vingt années difficiles, op. cit., p. 45-55) ?

42 Ceux-ci se répartissent en 7 secrétariats régionaux, 32 départementaux ou assimilés et 6 locaux.

43 Voir le dossier « Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord » coordonné par Yves-Marie Hilaire dans Revue du Nord, 290-291, avril-septembre 1991, p. 253-521 (en particulier le témoignage de Jacques Morel).

44 J. Régnier, « Les tensions internes aux Semaines sociales », op. cit.

45 Alain-René Michel, « Engagements catholiques en terre de chrétienté : le Nord », dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier et Nathalie Viet-Depaule (dir.), Les catholiques dans la République : 1905-2005, Paris, Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières, 2005, p. 289-299.

46 Le catholicisme social alsacien a fait l’objet, comme pour la région Rhône-Alpes et le Nord, d’un travail collectif de recherche à l’occasion du centenaire de Rerum Novarum : Raymond Mengus (dir.), Cent ans de catholicisme social en Alsace : de l’encyclique Rerum Novarum (1891) à la fin du XXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1991 (voir en particulier la contribution d’Alphonse Irjud).

47 Le secrétariat social des Côtes d’Armor autour de l’abbé Armand Vallée aurait été créé en 1934 d’après l’historique fourni par le site internet du CEAS 22.

48 Parmi les publications émanant du secrétariat social d’Alger, ont pu être identifiées : La lutte des Algériens contre la faim, 1955 ; À la recherche d’une communauté. La cohabitation en Algérie, 1956 ; Construire la cité : l’Algérie et sa jeunesse, 1957 ; Au service de l’industrialisation de l’Algérie : la micro-industrie, 1959 ; École et culture, un aspect de la crise de l’enseignement du second degré, 1963 ; Le secrétariat social d’Alger de février 1951 à décembre 1963, 1963 ; Responsables dans la commune : traité pratique de la participation à la vie communale et à la vie municipale dans les régions rurales en voie de développement, 1964. Voir également : Jérôme Bocquet, « Un dreyfusisme chrétien face à la guerre d’Algérie », in Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ : les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Seuil, 2012, p. 227‑255, en particulier p. 213 et 228.

49 UNCEAS, Dossiers pour l’action, op. cit.

50 L’action sociale. Organe bimensuel du secrétariat social de Franche-Comté, Besançon, Fédération des syndicats d’union sociale de Franche-Comté (entre 1919 et 1939).

51 Un exemple de publication par le dynamique secrétariat social de La Roche-sur-Yon à ses débuts : Leçons pratiques de l’action catholique sociale : mutualité, assurance bétail, crédit rural et biens de famille, organisation professionnelle. Journées sociales de Vendée, février 1910, 1910.

52 Par exemple : Secrétariat social de Côte d’Or, Manuel de législation à l’usage des Candidates au CAP d’art ménager et au monitorat d’enseignement ménager, Dijon, 1951 ; Secrétariat social de Haute-Savoie, Choisir un métier en Haute-Savoie : guide pratique à l’usage des familles, Annecy, 1960.

53 Jean-Marie Mayeur, « L’enseignement social de l’Église catholique », in Jean-Marie Mayeur (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Desclée de Brouwer, 2000, vol. 13, p. 320-331.

54 Les secrétariats sociaux, Chronique sociale de France, op. cit.

55 « L’épiscopat, pris dans son ensemble, manifestait une certaine bienveillance, souhaitait, semble-t-il, que cette action fût menée à bien, le disait par ses voix les plus autorisées (notamment dans le Directoire pastoral en matière sociale, paru en 1954). Mais au niveau des évêchés, il était difficile, sauf exception, de trouver un appui important. Les moyens y faisaient défaut et plus encore une image claire et attractive de ce que pouvait être cette action. Les principaux centres d’intérêt de l’Évêque [sic] étaient ailleurs et, même s’il ne partageait pas les idées préconçues que nous évoquions à l’instant, il ne pouvait pas grand-chose sur l’ambiance qui était créée. Très rares furent les équipiers des Secrétariats Sociaux (laïcs et même prêtres) qui purent avoir avec leur évêque (une fois au moins) une explication approfondie sur les objectifs et les tâches de l’Action sociale. "Très rares" est probablement même une expression trop faible. Celui qui écrit ses [sic] lignes est en mesure de dire pour son compte personnel "jamais". » (Henri Théry, Vingt années difficiles, op. cit., p. 55).

56 Henri Théry, Vingt années difficiles, op. cit., p. 54-55.

57 Ibid., y compris la citation qui suit.

58 Ces lignes s’inspirent de l’étude de Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours catholique : une figure sociale de la charité, Paris, Desclée de Brouwer, 2008, p. 247‑255.

59 Lettre de Mgr Rodhain à l’abbé Portier aumônier national des secrétariats sociaux, 13 novembre 1951 (Ibid., p. 255).

60 Charles Catrice, « Organisation d’un secrétariat social », Les secrétariats sociaux, op. cit., p. 25-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chatelan, « Un catholicisme social omniprésent mais peu connu : les secrétariats sociaux en France, des origines aux années 1960 », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 247-266.

Référence électronique

Olivier Chatelan, « Un catholicisme social omniprésent mais peu connu : les secrétariats sociaux en France, des origines aux années 1960 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3907 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3907

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org