Navigation – Plan du site
Articles

Les Provinces-Unies, une nouvelle Rome ? Henri II de Rohan (1579-1638), République et Calvinisme

Andreas Nijenhuis-Bescher
p. 55-

Résumés

Le grand noble calviniste français Henri II de Rohan (1579-1638), voyageur et polygraphe, a laissé un grand nombre d’écrits reflétant sa conception géopolitique du monde. Son long voyage dans toute la « Chrétienté », entrepris en 1599-1600 à l’âge de vingt ans, s’avère notamment une expérience révélatrice de sa vision politique et religieuse de l’Europe du début du XVIe siècle. Le Voyage du duc de Rohan, remanié ultérieurement et publié de manière posthume, irrigue, de concert avec son expérience de vie mouvementée, la réflexion politique du chef des huguenots français. Les écrits plus tardifs de Rohan sont nourris par la « vérité effective » observée lors de son voyage initiatique et de son parcours de vie, de prime abord chaotique.
Cette étude analyse la fréquentation par Rohan du régime républicain des Provinces-Unies, État neuf au sens machiavélien, et de la pensée politique de son temps. La jeune république, de signature calviniste et aristocratique, représente un idéal pour Rohan parmi les régimes républicains, et en termes d’alliance stratégique. Les Provinces-Unies représentent une nouvelle Rome sur le plan religieux, et soutiennent chez Rohan la comparaison avec la Rome républicaine. Un rapprochement avec les républiques vénitienne et suisse et des références à des auteurs modernes, dont Machiavel, structurent l’œuvre très variée de Rohan. Des écrits viatiques, politiques et militaires émerge une conception cohérente d’un l’équilibre politique européen idéalisé, où la monarchie d’Henri IV, régime optimal, alliée aux républiques européennes combattent la « tyrannie » espagnole.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Nicolas Parival, Les Délices de la Hollande, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. I.
  • 2 Parival, op. cit., p. I-III. L’épître dédicatoire s’adresse à Gerard Bicker van Swieten (1632-1716, (...)

Vous remarquerez que son commencement [de votre chere patrie, Province tres puissante & l’une des plus considerées de cet univers1] a esté tres facheux [et] que ceux qui ont posé la premiere pierre ont tousiours douté d’une bonne issue. Les fondements estant posez parmy de tres grandes difficultez, les murailles furent elevees fort hautes en fort peu de temps, & son accroissement a esté plus prodigieux par sa promptitude, que celuy des Romains.
Son Adolescence a paru apres le depart du second gouverneur, & a montré tout d’une suite la vigueur d’une forte jeunesse ; si bien que le bastiment s’est incontinent achevé. Veritablement le jeune Comte Maurice ayant pris le fardeau du gouvernement sur les épaules, les Hollandois ont plus fait en 20 ans que les Romains apres l’etablissement de leur Republique, en deux cents2.
Jean-Nicolas de Parival, Les Délices de la Hollande

  • 3 Maxime Du Camp, En Hollande, Lettres à un ami, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1859, p. 249. L (...)
  • 4 Ibid., p. 249 (lettre datée du 28 février 1857). Si Flaubert n’a pas répondu à l’appel, une autre a (...)
  • 5 Ibid., p. 32 (lettre datée du 15 février 1857).

1Lorsque le grand voyageur, mémorialiste, et esprit politique Maxime Du Camp (1822-1894) se rend aux Pays-Bas au milieu du xixe siècle, il découvre « des merveilles artistiques, un peuple intelligemment ingénieux et de beaux paysages3. » S’adressant à son ami de longue date Gustave Flaubert (1821-1880), il l’incite au déplacement : « Quand vous vous ennuierez à Paris et que vous aurez quinze jours de liberté, venez en Hollande, cher ami ; c’est le pays le plus curieux, le plus charmant et le plus lointain qu’on puisse parcourir sans sortir d’Europe4. » Sous la plume du Parisien, le pays en apparence paisiblement endormi donne seulement quelques aperçus furtifs de son passé politique tumultueux à travers l’art. Celui-ci est le principal objet de cette relation de voyage : « Je n’écoutais guère ce que me disait mon guide ; il voulait me conduire je ne sais où, au palais des Stathouders, au palais des États-Généraux ; je ne pensais qu’aux tableaux5. »

  • 6 Martin van Gelderen, The political thought of the Dutch Revolt (1555-1590), Cambridge, Cambridge Un (...)

2Mais qu’en est-il au début du Siècle d’Or, quand Du Camp et ses contemporains, attirés d’abord par l’anecdote et le pittoresque, privilégiaient surtout les peintures ? À cette époque le pays, étonnant par sa percée fulgurante au cours d’une guerre homérique, et par la modernité de ses villes et de son commerce, est également remarquable quant à la forme de son gouvernement. Au cours de la lutte politico-religieuse de la Révolte (1568-1648), les provinces soustraites à l’autorité espagnole sur les Pays-Bas s’érigent en République. Cette révolution politique, accomplie dans l’acception primaire du terme d’un retour supposé à une situation antérieure jugée idéale, a lieu dans les années 1580 (l’acte de déposition de Philippe II est promulgué en 1581). La genèse du nouveau régime reposant sur d’anciennes institutions est alors amplement commentée par la littérature politique et pamphlétaire6.

  • 7 Voir pour les voyageurs français du xviiie siècle, la thèse soutenue à Groningue en 1992 et publiée (...)

3Entre le départ du dernier gouverneur étranger (Leicester, 1587) et la reconnaissance diplomatique de facto par l’ancienne souveraineté tutélaire, à l’occasion de la Trêve de Douze Ans (1609-1621), l’épanouissement du tout jeune État est exceptionnel. En l’espace de moins d’un demi-siècle, la République des Provinces-Unies devient une force économique, politique, militaire et coloniale de premier ordre. République puissante au sein d’une Europe dominée par les monarchies, la « Hollande » attire les regards. La fascination pour le nouvel État est vive dès le xviie siècle et se prolonge jusqu’à l’ère napoléonienne7.

4Initialement, l’aspect confessionnel du conflit et l’implication politique de la France et de l’Angleterre dès le xvie siècle, favorisent une démarche militante. La « bonne issue » incertaine de la Révolte limite l’afflux mondain ; ce sont par conséquent surtout les partisans de la Révolte qui risquent au début du Siècle d’Or le voyage dans le pays en guerre.

  • 8 Monique Weis, « ‘Les Huguenots et les Gueux.’ Des relations entre les calvinistes français et leurs (...)
  • 9 Fils de Guillaume d’Orange (1533-1584) et d’Anne de Saxe (1544-1577, épousée en secondes noces en 1 (...)

5Le cas d’Henri II de Rohan (1579-1638) est l’exemple parfait des affinités nobiliaire et coreligionnaire entre les huguenots français et les chefs de la République des Provinces-Unies8. Le vicomte, cousin d’Henri IV, se rend aux Provinces-Unies en 1600, pendant le Stathoudérat de Maurice de Nassau (1567-1625, fils et successeur de Guillaume d’Orange)9.

6Est-ce que le prestigieux voyageur d’illustre lignage breton se fait l’écho du débat politique ? L’admiration manifeste que le futur duc et chef des calvinistes français porte au « Pays-Bas uni », se réduit-elle à des motifs confessionnels ? Est-ce là une nouvelle Rome confessionnelle ? Ou bien, est-ce également le régime de ce nouvel État, une nouvelle Rome républicaine, qui retient l’attention ? L’idée même du régime républicain lui est-elle d’ores et déjà familière ? Dans quelle tradition idéologique s’inscrit son récit (références à des penseurs modernes, comme Machiavel) ? Est-ce que ce sont les républiques antiques (Athènes, Rome), ou contemporaines (Venise, la Suisse) qui servent de référence en matière politique ?

  • 10 Henri II de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, (...)

7À l’aune de sa vie et ses écrits, et notamment du Voyage du duc de Rohan, cette étude analyse la fréquentation par Rohan du régime républicain des Provinces-Unies, et de la pensée politique de son temps10.

Henri II de Rohan, gentilhomme français dans les réseaux nobiliaires et calvinistes européens

  • 11 Marguerite de Rohan (1617-1684), unique descendante de Henri II de Rohan (à cause de la mortalité i (...)
  • 12 Antoine Fauvelet du Toc, Histoire du duc de Rohan, Paris, Charles de Sercy, 1666, p. IV. Cf. Pierre (...)
  • 13 Benjamin de Rohan, seigneur de Soubise (1583-1642). Soubise a reçu sa formation aux Provinces-Unies (...)

8Né au cours des guerres de religion, Henri II de Rohan est issu d’une famille résolument calviniste. Son père, René II de Rohan (1550-1586) est apparenté avec la maison royale d’Albret, qui introduit le calvinisme dans cette lignée bretonne ; le fief de Pontivy reste un rendez-vous protestant jusqu’à la conversion au catholicisme par l’alliance avec les Chabot au xviie siècle11. Orphelin dès l’âge de sept ans, le jeune prince du pays de Léon est élevé par sa mère, Catherine de Parthenay (1554-1631, épouse en secondes noces dès 1575), également fervente calviniste, « à qui il ne manque que le sexe pour estre égale en tout à son illustre Pere12. » Avec son frère cadet, Benjamin de Rohan (1583-1642), seigneur de Soubise13, Henri reçoit une solide éducation par les soins de sa mère, helléniste et écrivain, et de son précepteur Daniel Durant de Hautefontaine († juin 1621), à la fois théologien et capitaine.

9Sa noblesse d’une très ancienne et illustre maison (remontant au xie siècle), et l’inflexible fidélité calviniste de sa famille au service d’Henri de Navarre promettent Rohan à une brillante destinée sous le règne d’Henri IV. Aîné (après le décès en bas âge des deux enfants qui le précédaient) des Rohan, il est même l’héritier présomptif pour le royaume de Navarre jusqu’à la naissance du Dauphin en septembre 1601. Naturellement voué à la carrière militaire, il participe, âgé d’à peine dix-huit ans, au long siège d’Amiens, d’avril à septembre 1597. Le futur chef militaire en évoque le souvenir dans ses écrits :

  • 14 Rohan, Voyage, p. 224-225. Certains biographes évoquent une participation au siège de Calais en 159 (...)

[…] le dernier siege qui a fait nostre Roy l’an 1596 est plein d’admiration, pour avoir pris ceste place des plus grandes & des plus fortes de ce Royaume, y ayant pour la deffendre quatre ou cinq mille hommes de guerre, trente pieces de Canon, de quoy tirer plus 10000 coups, & outre cela une armée de plus de 20000 hommes qui vint pour la secourir, avec trente cinq pieces de canon ; prise à la verité esmerveillable, & miraculeuse à tout autre hormis à nostre Roy, & aux François. exploict qui doit estre remarqué de tous & en tous siecles, & à moy particulierement pour avoir esté cedit siege ma premiere escole de guerre14.

Le voyage, école du monde

  • 15 Rohan, Voyage, p. 1. Rohan, né le 25 août 1579, a presque vingt ans au début de son voyage.
  • 16 Ibid., p. 59.

10Peu après cette première expérience formatrice, se « voyant inutile en France la paix estant faicte [à la faveur de l’Édit de Nantes et de la Paix de Vervins], & […] d’aage plus propre à apprendre qu’à servir pour l’heure la patrie15 », le jeune Breton entame un long voyage, parfois en compagnie de son frère Soubise (toutefois parfaitement absent du « crayon que je jette de mon voyage16. »)

  • 17 Ibid., p. 3.
  • 18 Ibid., p. 127. « devant que prendre mon chemin vers la Cour de l’Empereur, je me resolus d’aller vo (...)

11À partir du « 8 May [1599]17 », l’auteur sillonne l’Europe, c’est-à-dire la « Chrestienté. » Cette notion comporte pour Rohan toutes les régions d’Europe, quelles que soient les religions rencontrées, par opposition à l’empire turc, que Rohan a le projet (contrarié par « le danger du Turc18 ») de visiter,

  • 19 Ibid., p. 1-2. Le terme « Europe » est utilisé à cinq reprises : p. 17, 142, 149, 163, et 254 ; son (...)

non par superstition, comme la plus part de ceux qui faisant ce voyage, y vont seulement pour voir Hierusalem, mais […] pour passer autant de temps à voir la diversité de ces païs & de ces peuples-là. En quoi la fortune envieuse de mon contentement s’estant opposée à mon dessein, & m’en ayant faict perdre la commodité, il me falut contenter de me pourmener par la Chrestienté19

  • 20 Rohan mentionne (Voyage, 1646, p. 137) Sébastien Münster (1488-1552), auteur de la Cosmographia Uni (...)

12La définition de Rohan (également retenue pour ses œuvres politiques ultérieures) est par conséquent plus restrictive que celle de Sébastien Münster (1488-1552), dont il a consulté la Cosmographie de 1554 : « l’Europe […] comprend de nostre temps la Chrestienté, et aussi quelque chose de la seigneurie du Turc20. » Son premier biographe, Fauvelet du Toc, caractérise au milieu du xviie siècle son voyage ainsi :

  • 21 Fauvelet du Toc, op. cit., p. 13.

[…] la paix de Vervins ayant rendu le repos à la France, comme c’éstoit ce qu’il fuyoit le plus, il s’occupa à voyager, & commença par l’Allemagne. Il y fut receu par tous les Princes avec des honneurs extraordinaires ; apres il passa en Italie, & y remarqua fort judicieusement la forme du Gouvernement des Estats de tous ses Princes, & leurs veritables interests21.

  • 22 Rohan, Voyage, p. 34.

13Le jeune homme privilégie dans son périple les pays politiquement amis (il a « demeuré 2 Mois22 » dans la République de Venise, première diplomatie à avoir reconnu Henri IV, et l’Angleterre anglicane d’Élisabeth Ière) ou confessionnellement « compatibles » (États protestants d’Allemagne, Provinces-Unies calvinistes, Écosse presbytérienne). Il s’agit par conséquent d’un voyage à la fois mondain, passant de cour en cour, et politique, car lui permettant d’observer les régimes des pays parcourus.

De familier du roi Henri IV à chef du parti huguenot

  • 23 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de Henry le Gran (...)

14Dès son retour en France, en 1601, le jeune noble reprend sa vie à la cour. Promu duc et pair de France en août 1603 (à 24 ans), Rohan épouse en février 1605, dans un mariage d’alliance, Marguerite de Béthune (1595-1660, alors âgée de dix ans à peine), fille du principal ministre d’Henri IV, Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641). Sa brillante carrière se poursuit lorsqu’il reçoit le commandement du régiment des Suisses et Grisons avec lequel il participe, aux côtés des Provinces-Unies, à la Guerre de Succession de Juliers et de Clèves (1609-1614)23. C’est lors des préparatifs du siège de Juliers, entrepris par Maurice de Nassau avec l’appui français de juillet à septembre 1610, que l’assassinat d’Henri IV intervient.

  • 24 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de Henry le Gran (...)

15L’événement marque une césure dans la vie et le destin de Rohan. « Certes, [écrit-il dans ses Mémoires] quand j’y songe le cœur me fend. Un coup de pique, donné en sa présence, m’eut plus contenté, que de gagner maintenant une bataille24. » Privé du patronage d’Henri IV et de Sully, bientôt écarté de la cour, le duc devient de fait le chef du parti huguenot, malgré les aspirations en la matière d’Henri de La Tour d’Auvergne (vicomte de Turenne, duc de Bouillon, 1555-1623). Le rapprochement avec l’Espagne de la régence, déviant de l’alliance protestante anti-espagnole, éloigne Rohan de la cour. En outre, les problèmes récurrents de cœxistence religieuse, alliés aux aspirations politiques des Grands, catholiques comme protestants, débouchent dès le début du règne personnel de Louis XIII (1601-1643) sur un conflit ouvert entre la royauté et les réformés.

16Pendant les trois guerres de religion (1621-1629), rééditions à moindre échelle des conflits confessionnels du xvie siècle, Rohan est investi par l’Assemblée calviniste de La Rochelle du commandement suprême. Le conflit fait écho aux dimensions confessionnelles des guerres aux Pays-Bas (reprises après la Trêve, 1621-1648) et dans l’Empire Germanique (1618-1648) et provoque des interventions étrangères (notamment de l’Angleterre de Charles Ier, filleul des Rohan, à partir de 1627).

Rohan, penseur politique

  • 25 L’éminent huguenot Philippe de Mornay, dit Duplessis-Mornay (1549-1623), est l’auteur de l’Apologie(...)

17La vie aventureuse du général calviniste et le caractère confessionnel de ses convictions masquent la dimension politique de son œuvre. Militaire né, Rohan est également un homme de plume familier de la Bible, naturellement, mais aussi des auteurs anciens (César, Plutarque et Tite-Live, notamment) et modernes (de Machiavel aux monarchomaques français, comme Duplessis-Mornay qu’il a amplement côtoyé, ou George Buchanan25). Ses écrits, en dehors de son abondante correspondance, se divisent en trois catégories : les écrits polémiques, l’autobiographie apologétique, et l’œuvre politique.

  • 26 Ces éditions sont contemporaines du travail sur les textes de Rohan : Thomas More, L’Utopie de Thom (...)

18Son éditeur posthume aux Provinces-Unies est d’ailleurs Samuel Sorbière (1615-1670). Ce cévenol protestant résidant dans la République entre 1642 et 1650 est spécialisé dans les textes politiques. Il est notamment le traducteur français de Thomas More (1478-1535) et de Thomas Hobbes (1588-1679)26.

19Pendant les guerres huguenotes du xviie siècle, Rohan et les siens sont considérés par la monarchie comme des insubordonnés républicains à l’ordre divin de l’autorité royale. Une Déclaration du Roy de 1621 reproche

  • 27 Déclaration du Roy en faveur de ses subiets de la Religion pretenduë reformée, demeurant en son obe (...)

les excez & des-obeïssances, & rebellions qui ont esté commises en plusieurs villes de nostre Royaume, par aucuns de nos subiets, faisant profession de la Religion pretendue reformée, mesmes en celles de la Rochelle, Montauban & autres où se sont tenues & tiennent encores des assemblées illicites, qui se sont plustost employées à former des Estats populaires & Republiques, que à se conserver dans l’obéissance, à laquelle ils nous sont naturellement obligés27. Donné[e] à Nyort le 17. May, 1621

  • 28 Hautefontaine, le précepteur des Rohan, est tué en 1621 lors du siège. Son frère, Samuel Durant (†  (...)
  • 29 Joseph-François Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour se (...)
  • 30 Christine Vicherd, « La ‘République’ dans les mazarinades : à propos des événements anglais contemp (...)

20La Déclaration est faite la veille de l’investissement de Saint-Jean d’Angély, premier siège du conflit armé. Le choix de la ville n’est pas anodin. Défendue par Soubise et Hautefontaine, la ville avait Rohan lui-même pour gouverneur28. Par conséquent, le duc est personnellement visé par l’accusation d’avoir, selon les termes de Richelieu, le « dessein formé d’établissement d’une république dans le royaume29 ». L’accusation de républicanisme frappe couramment les opposants à la monarchie absolue lors de la Fronde. Les événements anglais contemporains (guerre civile, 1642-1645 ; régicide et instauration de la République, 1649) alimentent naturellement ce raisonnement politique, et rendent exemplaire la République anglaise30. La démonstration apparaît néanmoins dès l’Assemblée calviniste de Saumur, au lendemain de l’assassinat d’Henri IV, à l’adresse des chefs huguenots.

  • 31 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, faits en divers temps sur les affaires qui se passoyent (...)
  • 32 Ibid., p. 263. Par Pays-Bas, Rohan entend les Provinces-Unies. Répondant aux événements de 1612, le (...)
  • 33 Ibid., p. 261.

21Toutefois, dans son Discours sur l’estat de la France, durant ses persecutions de Sainct Iean, Rohan répond à ce raisonnement. Les « persécutions de Saint-Jean » font référence, de façon grandiloquente, à l’entreprise de la Régente, Marie de Médicis (1573-1642) « en mesme sorte que la feuë Reyne Mere31 », contre Rohan après l’Assemblée de Saumur (1611). Une première tentative d’ôter par la force la charge de gouverneur de Saint-Jean d’Angély échoue en 1612. Dans son Discours, le duc écrit : « Ie voy qu’on calomnie les Reformez, de vouloir, par leur ordre, se desjoindre de l’Estat, à l’imitation des Suisses & des Pays-Bas32 », c’est-à-dire s’ériger en République comme ces deux États. Or, pour Rohan, les calvinistes sont de « bons François & Chrestiens33 » qui entretiennent une relation d’interdépendance avec la monarchie. Car

  • 34 Ibid., p. 262.

la France ne peut subsister long-temps, la Maison Royalle oppressee [par la régence], & les Reformez persecutez, pource que ce sont les seuls qui ne peuvent subsister, que par la conservation de la Couronne, & qu’on ne peut ruyner, qu’on n’affoiblisse tellement le Royaume, qu’il demeure au premier occupant ou se brise en pieces34.

  • 35 Rohan, Voyage, p. 7. La ville d’Empire est gouvernée par un Conseil bourgeois depuis 1214 (sous la (...)
  • 36 Ibid., p. 9.
  • 37 Ibid., p. 9.
  • 38 Ibid., p. 9.
  • 39 Ibid., p. 7. Le terme « villain » [vilain] désigne les roturiers, par opposition aux nobles, « gent (...)

22Par ailleurs, dans le Voyage, écrit avant les troubles, Rohan se montre lui-même critique à l’égard de l’« Estat populaire. » Il examine longuement le cas de Strasbourg, qui « depuis 500 ans a esté (par une sedition ou les villains furent les plus forts) erigée en Republique35. » Il se défend explicitement d’« approuver cest Estat populaire36 » et son « bizarre ordre de republique37. » Il juge même « plusieurs belles choses que j’y ay veuës, qui seroient autant dignes d’un grand Roy que telle populace est indigne d’elles38. » Le grand noble se tient politiquement éloigné des « villains39 » séditieux.

  • 40 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258.

23D’ailleurs, ses Mémoires apologétiques évoquent a posteriori comme cause de troubles la corruption de la juste autorité de « Henry le Grand », induisant l’instabilité politique et religieuse à l’intérieur de la France, et l’établissement de la monarchie universelle habsbourgeoise à l’échelle européenne (c’est-à-dire « l’ambition de la Monarchie Chrestienne40 » évoquée dans les Discours). En effet,

  • 41 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. IV.

[…] durant la minorité du Roy son Fils, on a changé au Gouvernement de la France les maximes du Pere, & jetté les fondemens de la persecution des Reformez, lesquels n’ont pas seulement ruiné leurs affaires, mais ont cuidé [c’est-à-dire projeté] entraisner la subversion de la Chrestienté, & donner la Monarchie d’icelle à la Maison d’Autriche41.

  • 42 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 245.

24Plutôt que la République ou « Estat populaire », Rohan prône par conséquent un retour aux principes conducteurs de la monarchie idéale incarnée par « Henry le Grand », « le plus grand Roy qui fut sur la terre42. »

  • 43 Nicolas Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, livre III, chapitre i, in Œuvres c (...)
  • 44 N.N. [Claude Joly], Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi contre l (...)

25Le dérèglement d’un gouvernement bon en soi, et le nécessaire retour aux principes originels, est un leitmotiv commun aux monarchomaques et à Machiavel (la refondation d’un État est le principe conducteur du Prince et des Discours43). L’argumentation se développe notablement pendant la Fronde, par exemple très nettement chez Claude Joly (1607-1700), autre voyageur politique ayant fréquenté les Provinces-Unies au Siècle d’Or44.

Exil, grâce et postérité

  • 45 Jacques Nompar de Caumont (1558-1652), duc De la Force, abandonne Sainte-Foy-la-Grande contre le bâ (...)
  • 46 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. II.

26Dès le début des hostilités, une habile stratégie royale isole Rohan en rattachant à la cour, au moyen de faveurs, les principaux nobles calvinistes, comme les De la Force père et fils dès 162245. Dans ses Mémoires, Rohan écrit amèrement, fustigeant l’inconsistance de son camp : « […] on alloit se prostituer pour vendre sa Religion, & trahir son parti46. » Bien avant le conflit armé, le duc, lucide et prémonitoire, redoutait ces défaillances :

  • 47 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 262-263. Henri IV avait appliqué le même procédé pou (...)

Serons-nous si miserables de preferer à nostre liberté, & à celle de nos enfans, & à la ruyne de l’Église de Dieu, les vaines promesses de quelque pension, qui dure autant que vous nuisez à votre patrie ; ou de quelques petits Estats, desquels vous ne iouyrez apres la ruyne du corps, sens [sans] abandonner vostre Religion ?47

  • 48 Inclues dans l’amnistie de la reddition, Catherine de Parthenay et Anne de Rohan (vers 1584-1646) d (...)
  • 49 Henri II de Bourbon, prince de Condé (1588-1646). Grand du royaume et prince du sang longtemps inso (...)

27Malgré son inépuisable énergie et ses talents stratégiques, le généralissime Rohan fait, in fine, l’expérience d’un échec politique et militaire. Le long siège de La Rochelle (septembre 1627-octobre 1628), où sa mère, sa sœur Anne, et son frère Soubise jouent un rôle important, met à bas la principale citadelle de la France protestante48. La perte de Privas (prise, pillée et rasée en mai 1629 par l’armée de Condé, ex-protestataire rallié au roi et récent converti49), d’Alès (siège de juin 1629) et de Montauban (reddition en août 1629), achève de priver les réformés de leurs derniers bastions.

28Le 27 juin 1629, la Paix d’Alès (ou Alais) confirme l’essentiel des termes de l’Édit de Nantes (la liberté de conscience et la liberté de culte dans les régions définies), mais ôte aux huguenots toute existence politique (interdiction des assemblées) et militaire (démantèlement des places de sûreté), pourtant reconnues par l’Edit.

  • 50 Rohan, Voyage, p. 216. Cf. Fauvelet du Toc, op. cit., p. 14-15 : « De la Hollande il passa en Angle (...)
  • 51 Le choix d’un exil vénitien, plutôt que dans la principale puissance calviniste du continent, est s (...)

29Les deux principaux chefs huguenots partent en exil. Jusqu’à sa mort en octobre 1642, Soubise demeure en Angleterre à la cour de Charles Ier (1600-1649, « fils, qui promet [en 1600] tellement d’estre un jour aussi bien heritier des vertus de son pere que de son Royaume50 »), que les frères Rohan avaient tenu sur les fonts baptismaux lors de leur voyage en Écosse. À l’âge de cinquante ans, Rohan offre ses services à la République de Venise (engagée dans la Guerre de Succession de Mantoue, 1628-1631, sous la conduite du duc après la défaite de Valeggio sul Mincio en 1631), puis voyage en Italie (Gênes, Padoue), avant de se rendre en Suisse, auprès de ses coreligionnaires grisons (Coire)51.

  • 52 Rohan, Voyage, p. 180.
  • 53 Henri II de Rohan, Intérêts et maximes des princes et des États souverains, Cologne, 1634. La dédic (...)
  • 54 Henri II de Rohan, Le Parfaict capitaine autrement l’abrégé des guerres de Gaule des commentaires d (...)

30C’est lors de ces pérégrinations européennes, loin de « la Bretaigne (ma patrie)52 », que le duc compose ses principaux ouvrages politiques publiés de son vivant. Les Intérêts et maximes des princes et des États souverains (publiés en 1634, compilés en Suisse en 1633), dont le cardinal de Richelieu est dédicataire53, et un traité militaire assorti d’un commentaire de la Guerre des Gaules de César (Le Parfaict capitaine, publié en 1636, écrit à Padoue en Vénétie dès 1631, dédié à Louis XIII54). Ces livres complètent les écrits pamphlétaires, édités en France entre la disparition d’Henri IV et la fin des guerres civiles.

  • 55 Henri II de Rohan, Les Mémoires du duc de Rohan, Amsterdam, Louys Elzévir, 1644. L’édition de 1646 (...)
  • 56 Henri II de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, (...)
  • 57 Jack Alden Clarke, Huguenot warrior : the life and times of Henri de Rohan, 1579-1638, La Haye, Mar (...)

31À titre posthume, deux ouvrages importants de la main du général polygraphe sont publiés aux Provinces-Unies. Une apologie de l’action du chef huguenot pendant les guerres de religion paraît sous la forme de Mémoires (publiées en 1644, composées à Venise dès 163055). Deux ans plus tard, le Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse est publié, également chez Louys III Elzevir à Amsterdam56. De son vivant, des copies manuscrites du Voyage ont circulé57. Les multiples éditions des Mémoires et du Voyage, parfois anonymes, portent souvent la sphère armillaire, l’un des sceaux des Elzevir, et assurent une postérité à leur auteur.

  • 58 Henri II de Rohan, La harangue de Monseigneur le duc de Rohan, Ambassadeur extraordinaire pour le R (...)

32La fin de vie du duc, très mouvementée, s’inscrit également dans un contexte de guerres confessionnelles. Rappelé au service de la France lorsqu’elle renoue avec sa politique anti-habsbourgeoise, Rohan remplit plusieurs missions. Représentant de Louis XIII auprès des Grisons (fin 1631), puis ambassadeur extraordinaire auprès de « l’Assemblee generale de tout le Corps Helvétique58 » (1632-1633), le général reçoit le commandement d’une armée dès l’engagement militaire de la France dans la Guerre de Trente Ans. Alors que la campagne des Pays-Bas, entreprise de concert avec les Provinces-Unies (traité offensif de février 1635) s’enlise avec l’infructueux siège de Louvain (juin 1635), et que la France s’expose aux invasions (prise de Corbie en Picardie, siège menaçant Dijon, 1636), Rohan obtient des succès. En 1635, il bat Charles IV de Lorraine (1604-1675), puis vient au secours des Grisons, alliés de la France contre les Espagnols. L’année suivante, il marche sur le Milanais et défait les Impériaux à plusieurs reprises dans la vallée stratégique de la Valteline, chaînon essentiel dans la route espagnole.

  • 59 Friederich Pieth, Bündnergeschichte, Coire, F. Schuler, 1945, p. 221-223. La Kettenbund [« alliance (...)
  • 60 Rohan, Voyage, p. 216. Cf. Fauvelet du Toc, op. cit., p. 186.

33Ne recevant guère de Richelieu les moyens qu’il souhaite (ce qui provoque en mars 1637 un soulèvement des Grisons contre les troupes françaises59), Rohan se retire à Genève ; de là, il part se mettre au service de l’allié protestant de la France, Bernard de Saxe-Weimar (1604-1639). Les deux hommes emportent le 28 février 1638 la bataille de Rheinfelden, à l’orée de la Forêt Noire. Toutefois, au cours de la lutte, Rohan est blessé au pied et à l’épaule. Il succombe, dans un ancien couvent à Königsfelden (alors aux mains du canton de Berne), des suites de ses blessures le 13 avril 1638, à l’âge de 58 ans. L’exil se prolonge pour l’éternité : Rohan est inhumé dans le Temple de Saint-Pierre de Genève, épicentre du calvinisme, « où cette Republique le revere comme le Heros de sa Religion60. »

  • 61 Wolfgang de Bavière, apparenté de Guillaume de Nassau, est mort à Nexon en Limousin au cours de la (...)
  • 62 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. II. Dans son Voyage, p. 235-236, Rohan évoque le « supplice » d (...)

34Ainsi disparaît l’un des derniers représentants de la grande noblesse calviniste française, inscrit par alliance et par solidarité religieuse dans un grand réseau européen des protestants anti-espagnols. Il rappelle les Wolfgang de Bavière (1526-1569) et autres Louis de Nassau (1538-1574) qui du temps des guerres de religion venaient combattre, et parfois mourir, avec leurs coreligionnaires français61. Viscéralement attaché à la religion, à une époque où la politique et la raison d’État s’affranchissent de la défense de la religion, catholique ou protestante, au plan international au profit de la puissance d’État, le duc fait figure de survivance d’un siècle révolu. Son engagement au service de l’État est subordonné aux intérêts de son Église. Dès lors que Louis XIII et Richelieu renouent avec la politique étrangère anti-espagnole d’Henri IV, Rohan offre activement son concours ; dans le cas contraire, le duc combat sans vergogne son souverain, si celui-ci menace les « Églises, qu’ils [nos Peres] avoient plantées à la lumiere des buchers, & accreuës malgré les supplices […]62. »

35Au-delà de la mort, Rohan continue de susciter l’intérêt. Le 27 mai 1638, un cortège solennel dépose les cendres de Rohan à Genève, conformément à ses souhaits. Sa dépouille est honorée, contrairement aux habitudes locales (plutôt iconoclastes que statuomanes ; Calvin lui-même n’a aucun tombeau), par un monument funéraire dans le principal lieu de culte de Genève. Le tombeau initial comporte l’épitaphe vindicatif « Patria ossa mea non habebit » (la patrie n’aura point mes os) [Ill. 1].

Ill. - La tombe d’Henri II de Rohan, dans le temple Saint-Pierre de Genève

Ill.  - La tombe d’Henri II de Rohan, dans le temple Saint-Pierre de Genève

Trônant sous un portique à l’antique, Rohan est représenté en armure. Paré du bâton de commandement et d’une Bible, il est figuré en défenseur de la « vraye Religion ».
L’épitaphe s’adresse au public, que la statue de marbre blanc embrasse d’un regard déterminé : « Passant, ne cherche pas ici le récit en détail des hauts faits d’Henry de Rohan ; ils subsistent glorieusement et pour toujours dans la mémoire des hommes. »
Le mausolée, érigé par sa fille Marguerite en remplacement du tombeau initial, renferme également les restes de sa femme Marguerite de Béthune et de Tancrède de Rohan (1630-1649), fils présomptif du duc (mais dont la légitimité est très contestée), élevé aux Provinces-Unies. La statue actuelle de 1890 est de la main de Charles François Marie Iguel (1827-1897), en remplacement de celle détruite en 1794.

© Cliché de l’auteur

  • 63 Antoine Fauvelet du Toc, op. cit. L’édition porte la marque des Elzevir, la sphère armillaire. L’ou (...)
  • 64 Rééditions en 1667, 1669 ; par la suite sous le titre mystérieux Histoire secrète de Henry, duc de (...)

36Quelques décennies après sa disparition, Henri II de Rohan fait l’objet d’une première biographie. Dédié à son petit-fils Louis de Rohan-Chabot (1652-1727), l’Histoire de Henry, duc de Rohan, pair de France est publiée à Paris en 1666, mais certainement imprimée en Hollande63. Malgré la qualité présumée de l’auteur affiché, Antoine Fauvelet du Toc, et de son destinataire, le troisième duc de Rohan, l’ouvrage n’obtient pas le privilège royal nécessaire à sa publication légale. Selon l’usage de l’époque, il circule tout de même, et connaît même plusieurs réimpressions64. Emblématique d’un temps révolu, Rohan conserve sa notoriété durant le Grand Siècle.

La République des « Pays bas unis sous les Estats » en 1600, dans les écrits de Rohan

  • 65 Rohan, Voyage, p. 2.
  • 66 Ibid., p. 255.

37Le Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, est sans doute consigné partiellement pendant le long périple, pour compenser la « courte mémoire65 » de son auteur, puis retravaillé après son retour en France. Le texte « faict que pour moy & pour mes plus particuliers amis66 » est dédié à Catherine de Parthenay,

  • 67 Ibid., p. 254.

ma Mere, […] après avoir veu l’estat que vous faisiés de mon œuvre, plus tost pour l’amour de moy que pour le merite d’icelle, j’ai pris la hardiesse de vous l’adresser : ne voulant faire comme ceux qui après avoir escrit quelque belle œuvre, la dedient plustost à ceux de qui ils esperent de la faveur, qu’à ceux à qui ils la doivent67.

  • 68 Ibid., p. 224.
  • 69 Comme dans le titre Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de (...)
  • 70 Rohan dresse en outre le parallèle entre le long siège par Charles Quint de la cité protestante de (...)

38L’esprit du texte, la dédicace à sa mère, et l’évocation au présent du « dernier siege qui a fait nostre Roy l’an 159668 », c’est-à-dire avant la campagne de 1606 contre les fiefs du séditieux Henri de La Tour d’Auvergne (vicomte de Turenne, duc de Bouillon, 1555-1623), datent le texte des jours « heureux » du vivant « de Henry le Grand69 », comme Rohan désigne systématiquement Henri IV après le fatidique 14 mai 161070.

  • 71 Rohan, Voyage, p. 223. Le titre indique le trajet : Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en (...)
  • 72 Hormis le « 8 May » mentionné p. 3, le Voyage ne comporte aucune date. Le départ a dû intervenir en (...)

39Dans son récit, l’auteur fait part de l’ambition de rapporter « ce que j’ay pensé digne d’estre remarqué aux lieux que j’ay vues de l’Allemaigne, de l’Italie, de la Hongrie, de la Boheme, des Pays bas unis sous les Estats, de l’Angleterre & d’Escosse : lieux ou je me suis promené l’espace de 20 mois71. » Le titre, donné par l’éditeur posthume, est trompeur quant à la datation du voyage. En effet, Rohan part le 8 mai 1599 de Paris, et y revient le 26 février 160172. Rohan a fait étape dans près de cent villes. Son parcours global est de l’ordre de 10 000 kilomètres [Ill.2].

Ill. - Le voyage d’Henri II de Rohan en Europe

Ill.  - Le voyage d’Henri II de Rohan en Europe

Le Voyage du duc de Rohan mentionne une centaine de villes d’étapes. Le nombre de localités où le voyageur a dû faire halte est certainement bien supérieur. En effet, certaines haltes sont éloignées de plusieurs centaines de kilomètres, et/ou sont séparées par des barrières naturelles.

[Cartographie : Andreas Nijenhuis avec l’aimable concours de Fabrice Delrieux pour le fond de carte]

  • 73 Rohan, Voyage, p. 9, à l’occasion de son séjour à Strasbourg. Cf Ibid., p. 12 « toutes les bonnes c (...)
  • 74 Ibid., p. 12. La chasse est l’activité nobiliaire par excellence, comme le jeu de bague (survivance (...)
  • 75 Ibid., p. 12. Il s’agit de Frédéric IV du Palatinat (1574-1610, comte palatin dès 1583), instigateu (...)
  • 76 Ibid., p. 201.
  • 77 Ibid., p. 200.

40Même si le prince de Léon s’adonne à « la bonne chere73 » et qu’il a « passé fort bien [son] temps, comme à la chasse, à la paume, & courre à la bague74 » chez des hôtes de marque comme le « premier Electeur de l’Empire75 », le jeune homme garde à l’esprit la finalité formatrice du voyage. En effet : « C’est ce qui doit estre plus le but de ceux qui entreprennent des voyages, que de considerer les autres choses76 », c’est-à-dire comparer ce qu’ils découvrent en voyage aux connaissances qu’ils possèdent d’ores et déjà « par la foy des livres77. »

41L’observation directe fait apparaître les particularités qu’un examen superficiel du voyageur de cabinet ne saurait déceler.

  • 78 Ibid., p. 200-201.

Car autant de fois que vous changés de pays, autant trouvés vous de diverses humeurs, & par consequent diverses sortes de gouvernemens tant en general qu’en particulier : pourveuque vous distinguiés l’exterieur d’avec l’interieur du general. Car si vous ne regardés qu’au dehors, toutes Monarchies ne sont gouvernés que par un homme, toutes Republiques par plusieurs. Mais si vous regardés au dedans, je dis qu’il y a une dissemblance tres grande du gouvernement de chaque Royaume ou Republique de la Chrestienté : (car de plus loing je n’en puis point parler que par la foy des livres : ) & tel sera docteur passé pour les affaires du gouvernement d’Espaigne, qui ne seroit qu’un asne [c’est-à-dire, un âne] du commencement venant en France : & ainsy en est il des autres Royaumes. Tout de mesme le plus sçavant & le plus habile de la Republique Venitienne se trouveroit fort empesché & fort ignorant à gouverner celle du Pays bas78.

  • 79 À une seule occasion Rohan rapporte l’opinion d’un savant humaniste contemporain qu’il a personnell (...)
  • 80 Dans son Voyage, Rohan fait nommément référence aux auteurs classiques : « Annius » (Publius Annius (...)
  • 81 Rohan, Voyage, p. 141 : à propos de Lunebourg, « Et a pris son nom du temple auquel on adoroit la L (...)
  • 82 Ibid., p. 209. Buchanan a enseigné en France (Paris, 1520, Bordeaux, dès 1539), avant de retourner (...)
  • 83 Ibid., p. 50-51 : « Mais d’ou se derive le nom de Florence il y a plusieurs opinions, je m’arrester (...)
  • 84 Ibid., p. 186. Chez Machiavel, ce sujet et celui des mercenaires sont récurrents, notamment dans Le (...)

42Par conséquent, le journal de voyage de Rohan comporte systématiquement une analyse politique des pays visités. Celle-ci est confrontée au savoir livresque, puisé aux sources anciennes et modernes79. L’auteur cite essentiellement des auteurs classiques, de Caton à Virgile80. Parmi les auteurs modernes, Rohan se réfère nommément au géographe Sébastien Münster, au chroniqueur « Albertus Crantzius81 », au précepteur Buchanan82, et à Machiavel. De ce dernier, Rohan utilise, fort à propos, les Histoires florentines dans sa description de la capitale toscane83. De même, il cite le théoricien politique et militaire à propos du recours aux troupes d’une puissance étrangère, en s’excusant presque de souscrire à son opinion : « Ici la maxime de Machiavel ne se trouve mauvaise, qui tient qu’il n’y a rien si dangereux que le secours estranger84. »

  • 85 Rohan, Voyage, p. 251.
  • 86 Machiavel, Le Prince, dédicace, p. 289. Néanmoins, Rohan multiplie également les références aux his (...)

43Si Rohan préfère « un exemple fraichement advenu sans chercher les plus anciens85 », pour se démarquer de Machiavel, qui évoque « la connaissance des actions des grands personnages, laquelle j’ai apprise par longue expérience des choses modernes et lecture continuelle des antiques86 », il multiplie les références aux anciens.

  • 87 Ibid., p. 199.
  • 88 Ibid., p. 199.
  • 89 Ibid., p. 199.
  • 90 Machiavel introduit le néologisme verità effettuale dans le chapitre XV du Prince, en opposition à (...)
  • 91 Rohan, Voyage, p. 255.
  • 92 Ibid., p. 255.
  • 93 Ibid., p. 255.
  • 94 Ibid., p. 255.

44En matière de méthodologie, l’auteur oppose la « loüable curiosité87 » de l’expérience « qui estoit d’aller voir, autant qu’il m’a esté possible88 » à la « pedantesque recherche89 » du voyageur de cabinet ou du théoricien. Le dialogue permanent entre l’expérience personnelle ou l’observation directe (ipso facto comme la « vérité effective90 » chez Machiavel) et le savoir théorique, rend le Voyage précieux pour l’histoire politique. En effet, outre la trame classique d’un texte viatique (« la description, l’assiette, l’origine, les beautés des lieux91 »), le Voyage du duc de Rohan comporte « de petits discours sur quelques Royaumes, & l’ordre de quelques Republiques92. » Point insolite, inhabituel pour les récits de voyage de cette époque, Rohan propose également dans le « tableau de mon voyage93 » « des comparaisons des nations les unes aux autres94 », qui forment la dernière partie du livre. En dehors de la description, classique, du Voyage, Rohan théorise les régimes rencontrés.

Le « Gentil Capitaine95 » Maurice de Nassau, protecteur de la République

  • 95 Ibid., p. 156.
  • 96 Ibid., p. 153.

45C’est en toute logique de noble calviniste que Rohan fait étape aux Provinces-Unies. La « promenade », à l’automne de l’an 1600, passe par la République via Emden, en Frise orientale. Le rôle fondamental de l’Église presbytérienne d’Emden dans la propagation du calvinisme aux Pays-Bas, motive certainement la visite de Rohan. Dans les années 1560, la « vraye Religion96 » se propage à partir de ce foyer, faisant du port le « Genève du Nord ». À partir de 1609, les Provinces-Unies maintiennent une garnison dans la ville, pour la protéger de son souverain luthérien, le comte de la Frise orientale, Enno III (1563-1625, comte dès 1599). Avec clairvoyance, Rohan décrit la semi indépendance de fait et le quasi protectorat exercé par les Provinces-Unies :

  • 97 Ibid., p. 148-149. Le lien perdure jusqu’à l’époque napoléonienne : la Frise orientale devient en 1 (...)

Emden devroit estre mise entre les villes du païs bas, […] toutefoys […] elle tient de l’Empire […]. Elle a un Comte de mesme nom [« l’Oost-frise » en néerlando-français dans le texte], qu’elle tient pour son Seigneur : mais non si absolu comme il desireroit. Car ils ne le recoignoissent que comme un peuple qui sent sa force97.

  • 98 Ibid., p. 155 : « Le bourg ou j’allay de la c’est Dameste, autrefois une fort bonne ville : mais ay (...)
  • 99 Rohan donne un aperçu des conditions de voyage, élément pourtant souvent absent des relations de vo (...)

46Ensuite, Rohan visite les provinces littorales de la République : Groningue (Delfzijl, Appingedam [appelée « Dameste98 »], Groningue), et la Frise (Leeuwarden, Franeker, Harlingen) au Nord, avant de traverser le Zuyderzee pour aller en Hollande (Amsterdam, Haarlem, La Haye, Leyde, Rotterdam, Dordrecht) et en Zélande (Middelbourg, Flessingue) [Ill. 3]99.

Ill. - L’itinéraire du Voyage du duc de Rohan aux Provinces-Unies

Ill.  - L’itinéraire du Voyage du duc de Rohan aux Provinces-Unies

Présent dans la République à l’automne de 1600, Rohan a visité les provinces maritimes des Provinces-Unies au cours de son voyage (hormis la région de la Frise occidentale). Ses présences ultérieures, privée (en 1606) et en mission (en 1610), sont également reportées sur la carte.

[Cartographie : Andreas Nijenhuis]

  • 100 Ibid., p. 151.
  • 101 Ibid., p. 160.
  • 102 Ibid., p. 206. L’auteur consacre à la République des Provinces-Unies près d’un huitième (13,33 %) d (...)
  • 103 Du Camp, op. cit., p. 249.
  • 104 Rohan, Voyage, p. 163.
  • 105 Ibid., p. 166. Hormis quelques « fols (desquels il se trouve assés grand nombre en ce pays la) », I (...)
  • 106 Ibid., p. 255. À la différence du voyageur contemporain, sensible aux paysages, l’intérêt du voyage (...)

47Puisque « la merveille de ce pays m’a convié d’estre un peu plus curieux, que je ne m’estois proposé, en cest endroit de ma description100 », le voyageur consacre trente pages aux « Estats unis101. » Il s’agit d’environ un septième du Voyage, couvrant « presque toute la Chrestienté (j’en sépare la France)102. » Comme les « merveilles artistiques, un peuple intelligemment ingénieux et de beaux paysages103 » décrits par Maxime Du Camp deux siècles et demi plus tard, le gentilhomme français remarque « de bons ouvriers, particulierement des peintres104 », juge « à la verité ces peuples du Pays bas […] fort ingenieux105 » et loue « les beautés des lieux ou j’ay passé106. »

  • 107 Ibid., p. 155. « le Roy d’Espaigne son fils » désigne Philippe II (1527-1598), fils et successeur d (...)
  • 108 Ibid., p. 155.
  • 109 Ibid., p. 155. Une fortification est prévue à Delfzijl dès 1568 par le duc d’Albe, puis finalement (...)

48Néanmoins, malgré la curiosité « touristique », la dimension politique constitue bel et bien le fil rouge de la description. Dès son arrivée dans la province de Groningue, le prince de Léon mentionne « les guerres civiles estant survenues entre le Roy d’Espaigne son fils & les Estats107. » Du « fort […] Delfsil108 », où Rohan débarque, le récit remémore que « chacune des deux parties se le sont approprié selon leur pouvoir. Maintenant il est demeuré aux Estats, qui l’ont rendu extremement fort109. »

  • 110 Ibid., p. 156. Le siège se déroule du 22 mai au 22 juillet 1594. À cette époque, les troupes espagn (...)
  • 111 Ibid., p. 157. Rohan a vu la citadelle tout juste achevée. Avec la conquête des provinces au-dessus (...)
  • 112 Machiavel, Discours, II, xxiv, p. 581 : « Elles [les forteresses] servent ou à s’opposer à des enne (...)

49En effet, lors de sa visite aux Provinces-Unies, la Révolte est encore récente, et son issue incertaine. La principale ville de la province de Groningue est restée espagnole et catholique « jusques à ce que le Comte Maurice la prit sur le feu Roy d’Espaigne Philippe II, par un siege des plus beaux qui se soit faict de nostre temps, & certes tres digne d’un si gentil Capitaine110 », en juillet 1594. La réduction de la ville de Groningue est par conséquent toute récente lors du voyage, à l’automne 1600. La fidélité de la province, dont le stathouder George de Lalaing (vers 1550-1581) avait rejoint le camp espagnol en 1580, reste sujette à caution. Les autorités confédérales de la République flanquent la ville, dont la population, majoritairement catholique, avait résisté avec opiniâtreté lors du siège, d’une forteresse pour la contrôler. « Mais la Citadelle qu’on basti les Estats ne leur plait point : par ce qu’outre la haine ordinaire qu’on tous les peuples de se voir bridés par la, ceux la sont des plus seditieux111. » L’opinion de Rohan relaie celle de Machiavel au sujet des citadelles (destinées à « se défendre contre des sujets112 ») ; son jugement de la ville catholique restée insoumise aux États Généraux est confessionnel.

  • 113 Rohan, Voyage, p. 223.
  • 114 Ibid., p. 157.
  • 115 Ibid., p. 160. La reprise du flambeau de la Flandre, et l’extraordinaire croissance sont également (...)

50Depuis la toute récente affiliation aux « Pays bas unis sous les Estats113 », la prospérité de la ville de Groningue s’accroît rapidement selon l’auteur, « comme il se voit qu’à veuë d’œil elle s’embellit de belles maisons114. » Pour Amsterdam, principale ville de « la Hollande, qui est la meilleure Province des Estats unis115 » ce leitmotiv est amplement développé :

  • 116 Rohan, Voyage, p. 163-164. Tout en donnant aux chiffres une tournure vertigineuse, Rohan a bien cer (...)

Elle est extremement accreüe, embellie, enrichie & fortifiée depuis qu’elle n’est plus soubs le Roy d’Espaigne : pource qu’estans devenus en ces costés les plus forts sur la mer, ils ruinent tout le traffic d’Anvers, & accroissent d’autant le leur. Et à la verité c’est chose incroyable qui ne la voit, qu’en une seule ville il s’y trouve par foys trois ou quatre mille navires, & y arrive deux foys l’année des flottes de quatre à cinq cents : les unes venant de devers Dantzic chargés de bled ; les autres de France & d’Espaigne chargées de vin & de sel : & outre cela un grand nombre vont aux Indes & pays descouvertes depuis peu. De façon que de ceste dit ville partent des vaisseaux qui continuellement vont par tout le monde116.

  • 117 Ibid., p. 165.

51Bref, dès 1600 « Amsterdam s’en va estre une des belles villes du monde117. »

  • 118 Ibid., p. 159-160.
  • 119 Ibid., p. 159.

52En Frise, l’auteur tient un raisonnement identique. Pour le port de Harlingen, il déclare : « Son grand accroissement & embelissement n’est que depuis 15 ou 16 ans ; n’estant renommée auparavant que pour un bon port qui y est, lequel ils veulent encor fort accroistre. Elle est aussi tres bien fortifiée118. » L’étonnante précision date de 1585 exactement le début de l’efflorescence de la ville. Rohan voit-il un lien avec la fondation en cette année de « l’Université de toute la Frise119 » dans la ville de « Franicker » [Franeker] voisine ? Fait-il le lien avec la chute d’Anvers, en août 1585, suivie du blocus de l’Escaut, ruinant le principal port des Pays-Bas du Sud ?

53Le plus plausible semble que le noble calviniste voit en la nomination, en novembre 1585, de Maurice de Nassau comme stathouder de Hollande et de Zélande l’origine de la prospérité militaire et économique de la République. L’Histoire du duc de Rohan affirme que le gentilhomme

  • 120 Fauvelet du Toc, op. cit., p. 14. C’est Fauvelet du Toc qui souligne. Il est à noter que le titre d (...)

passa en Hollande, par la seule passion de voir Maurice Prince d’Orange, qu’il croyoit comparable aux plus grands Capitaines de l’antiquité, de mesme que Guillaume son pere un des plus sages Politiques du monde, & il en estoit si persuadé, qu’il disoit, que depuis ces illustres Grecs & Romains on n’avoit rien veu de pareil à Guillaume pour fonder un Estat, & à Maurice pour le conserver120.

  • 121 Christian Lazzeri (éd.), Henri de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, Pa (...)

54Pour succéder au pater patriæ, Maurice est préféré à son demi-frère aîné, Philippe-Guillaume d’Orange (1554-1618). Celui-ci, pris en otage au début de la Révolte sur ordre de son parrain Philippe II, est élevé en Espagne dans la foi catholique. Les charges au sein de la République reviennent par conséquent à son frère puîné, Maurice. En avril 1588, le stathouder est en outre promu Capitaine Général des Provinces-Unies, c’est-à-dire le commandant en chef des armées de la République. Voici donc un « Parfaict capitaine » aristocrate et calviniste, fils de « Guillaume de Nassau, prince d’Orange, qui le seul en ce siècle a eu l’honneur de fonder un État121 » en digne héros machiavélien !

55Lors de sa visite en Hollande, Rohan est reçu par le stathouder Maurice de Nassau. L’entrevue ne transparaît dans le Voyage qu’à travers la description lyrique de la résidence du stathouder :

  • 122 Rohan, Voyage, p. 167-168. « Guillaume Comte de Hollande » est Guillaume II (1228-1256), comte de H (...)

Je tiens la Haye estre aussi remarquable, & aussi rare que chose que j’aye vue en mon voyage […] pour estre le plus beau, le plus grand, & le plus riche village de la Chrestienté, & qui tout ensemble convia Guillaume Comte de Hollande d’y transporter sa Cour (comme il se voit encor aujourd’huy) qui estoit auparavant à Gravelande ; & d’y bastir (comme il fit du temps qu’il estoit Roy des Romains) un fort beau chasteau, ou demeure maintenant le Comte Maurice122.

  • 123 Ibid., p. 207-208.
  • 124 Ibid., p. 208.
  • 125 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 260.

56À l’époque du voyage, Maurice de Nassau est auréolé des nombreux sièges victorieux (notamment lors de la campagne de 1597) et de la toute récente bataille rangée de Nieuport, gagnée en juillet 1600 sur l’archiduc Albert d’Autriche (1559-1621). Par conséquent, il est considéré par Rohan comme un héros du parti calviniste, au même titre que Jacques VI « le Roy d’Escosse […] qui doit estre executeur de ce que Dieu veut faire123 », « restaurateur de son Église124 » ou « Henry le Grand, restaurateur de cét Estat [de France]125. »

  • 126 Ibid., p. 260.
  • 127 Marquis de la Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, Duc de la Force, Paris, C (...)
  • 128 Ibid., p. 448. Lettre à Jacques Nompar de Caumont de Boulogne, datée du 25 novembre 1606. Quasiment (...)
  • 129 Ibid., p. 448-449. Lettre de Boulogne, datée du 25 novembre 1606. Henri IV ordonne à Rohan de se re (...)

57La solidarité calviniste (car il est « lié par la conscience avec tous les Protestans de la Chrestienté126 ») amène Rohan à se rendre une nouvelle fois auprès du « gentil Capitaine » lorsque le redoutable Spinola (1569-1630) menace l’Est de la République. Durant l’été 1606, déjà colonel dans l’armée française, Rohan s’éclipse de la cour de France et se rend aux Provinces-Unies. Avec Soubise, il participe à la campagne aux côtés du stathouder. Le 20 octobre, le prince de Léon, qui s’est subrepticement « dérobé pour venir en ce pays127 », écrit au duc De la Force depuis la Rhénanie près de Rhinbourg. La ville est tombée entre les mains de Spinola le 1er octobre, et l’armée de la République campe dans les parages pour tenir en échec le général italien au service de l’Espagne. En novembre, le gentilhomme français participe au siège de Grolle [de nos jours Groenlo], malgré les protestations espagnoles puisque la France est en paix avec l’Espagne depuis 1598. De retour, par voie maritime, à Boulogne à la fin de novembre 1606, il se justifie « pour que je voulois voir l’événement du siége de Groll […]. Je me suis résolu de voir la fin de la tragédie (laquelle n’a été fort sanglante)128. » L’échec du siège (30 octobre-9 novembre) et la retraite de l’armée des États, refusant le combat malgré une supériorité numérique, inspirent des regrets au colonel français : « Je suis bien fâché que les nouvelles que je lui porte [à Henri IV] ne soient telles que je les désire, et que nous n’ayons renommé le siége de Groll par le bruit d’une bataille129. »

58La déception de 1606 est effacée par l’intervention victorieuse de Maurice de Nassau au siège de Juliers. Pendant l’été 1610, l’alliance anti-habsbourgeoise (France, Provinces-Unies, princes protestants d’Allemagne) est ressuscitée de fait, malgré la Paix de Vervins et la Trêve de Douze Ans. Rohan participe avec ses Suisses et ses Grisons à l’investissement de Juliers, aux côtés de Maurice de Nassau. Début septembre, les troupes impériales présentent leur reddition aux coalisés.

59Dans son Discours écrit pendant la Trêve, il récapitule :

  • 130 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257-258. La référence à « l’armee du Prince de Parme (...)

Le Pays-Bas est un Estat le pouvoir duquel ie prise merveilleusement ; Ils ont esté 40. ans en guerre avec le Roy d’Espagne, ils n’en font que sortir, ils ont l’eslite des bons Capitaines & soldats, entretenus en pleine paix, & ont des moyens ; ont une armee de 15000. hommes de pied, & de 3000. chevaux, & sa suite preste de marcher où l’on veut. Pour la mer, ils en sont les Maistres sans contredit : de façon qu’ils peuvent, quand ils veulent secourir leurs amis, & empescher le secours de leurs ennemis, tesmoin l’armee du Prince de Parme contre l’Anglois [en 1588], qu’ils ont empeschee de sortir de leurs havres : & les places maritimes de l’Archiduc, lesquelles durant la guerre, on esté tousiours blocquees par mer130

  • 131 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258. « Monarchie Chrestienne » dans le sens d’europé (...)

60Une armée permanente, bien équipée et menée par « l’eslite des bons Capitaines » pour frapper « l’ambition de la Monarchie Chrestienne131 » dès que l’occasion se présente, voilà l’idéal géopolitique de Rohan.

  • 132 Rohan, Le Parfaict capitaine, p. 72. C’est Rohan qui souligne dans ses « Remarques » à propos de la (...)

61Dans le Parfaict capitaine, composé après la disparition de Maurice de Nassau survenue en 1625, le militaire se réfère une nouvelle fois élogieusement au protecteur de la République, tout en réservant la place d’honneur à César, inatteignable étoile. L’auteur affirme que « tout ce que nous admirons d’Ostande, de Breda, de Bolduc & plusieurs sieges du feu Prince Maurice, qui a surpassé tous les autres en cette matiere là, est infiniment au dessous des deux circonvalations d’Alexie132. »

La « vraye Religion », le « Tyran » et la « liberté »

  • 133 Rohan, Le Parfaict capitaine, p. 228.
  • 134 Rohan, Voyage, p. 155.
  • 135 Ibid., p. 161.
  • 136 Ibid., p. 223.
  • 137 Ibid., p. 160.
  • 138 Ibid., p. 160.

62Fidèle à sa double perspective politique et confessionnelle, le Français cerne l’organisation confédérale de la République, née au cours de la Révolte. Malgré la fascination aristocratique pour le chef de guerre, le stathouder Maurice (« neantmois n’estant que chef des armées d’un Estat, & non Prince souverain & absolu133 »), le livre se réfère systématiquement aux États Généraux, simplement appelés « les Etats134. » Ceux-ci forment le corps politique de la fédération des « Provinces mises en liberté135 ». Hérités de l’époque bourguignonne, l’institution fondée par Philippe le Bon (1396-1467) est sous Philippe II d’Espagne (1527-1598) en pointe dans la lutte politique qui débouche sur la Révolte. Au détriment du Conseil d’État, les États Généraux deviennent de facto l’instance politique suprême de la République, exerçant les pouvoirs législatif et exécutif. Aussi, il est question dans le Voyage des « Pays bas unis sous les Estats136 » (par opposition aux Pays-Bas espagnols), du « parti des Estats137 », voire des « Estats unis138. » Ce dernier terme traduit l’organisation politique du pays, constituée de sept États Provinciaux confédérés dans les États Généraux.

  • 139 Ibid., p. 251.

63L’historien retrace les conditions de l’avènement de « la chose publique139 » confédérale :

  • 140 Ibid., p. 153. Les « bruslements & cruautés extraordinaires » désignent la répression politico-reli (...)

Charles quint devenant heritier [des Pays-Bas], puis apres son fils [Philippe II], non à l’imitation de Charles maigne, qui pour les remettre en la foy Chrestienne les conquist, mais tout au contraire leur voulant oster des cœurs la vraye Religion par bruslements & cruautés extraordinaires, les perdit, estant maintenant libres & unis aux sept autres Provinces, qui se maintiennent contre ce Tyran avec beaucoup d’ordre & de police140.

  • 141 Apologie ou defense de Guillaume prince d’Orange contre le ban et edit publie par le roi d’Espagne (...)
  • 142 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 256.

64Pourtant, les premiers martyres ont eu lieu dans les Pays-Bas sous Charles Quint. Cette vision participe de la légende noire de Philippe II, telle qu’initié en particulier par l’Apologie de Guillaume d’Orange, rédigée par Duplessis-Mornay141. Une décennie après sa peregrinatio, Rohan confirme sa lecture politique dans le Discours sur l’estat de la France : « Les Pays-Bas ne font que sortir de sa tyrannie, la hayssent, la redoutent & plustost perdront tout, que d’y r’entrer. Chacun sçait combien est douce la liberté : & que ne feroit un peuple, pour conserver celle qu’ils ont acquise142. »

65Un discours sensiblement identique (incriminant cependant les « Ministres d’Espagne », plutôt que le monarque lui-même) innerve la Relation du Voyage de Jean le Laboureur (1623-1675). Ce gentilhomme français, fervent catholique, semble emprunter l’avis de son aîné huguenot, en évoquant les

  • 143 Jean Le Laboureur, Histoire et relation du Voyage de la Royne de Pologne, et du retour de la Maresc (...)

nobles des Pays-bas, que la tyrannie des Ministres d’Espagne obligea de hazarder leur salut, & celuy de tant de peuples, pour conserver sa vie, & pour vanger sa liberté […] quand les Espagnols, qui cherchoient un pretexte pour enchaisner les Flamens & Hollandois, voulurent introduire aux Pays-bas la nouvelle cabale des juges de l’Inquisition, dont l’institution en Espagne fut moins une intention Chrestienne qu’un stratageme de Politique, pour se defaire plus facilement des Grands, dont la puissance seroit redoutable, sous pretexte de crime de Religion143.

  • 144 Pour l’ecclésiastique Salisbury, la transgression de la loi divine fait basculer le prince dans la (...)
  • 145 Louis Guichardin, Description de tout le Païs-Bas, autrement dict la Germanie inférieure ou Basse-A (...)

66Cette analyse politico-religieuse est largement partagée à l’époque. Bien avant les monarchomaques français (qu’ils soient calvinistes ou catholiques) du temps des guerres de religion, l’idée d’une résistance légitime à un pouvoir devenu tyrannique apparaît dans la pensée politique dès le xiie siècle, avec le Policraticus de Jean de Salisbury (vers 1115-1180)144. Toutefois, il est également possible que les écrits de Rohan aient, dans ce cas précis, directement influencé Le Laboureur. Les copies manuscrites en circulation ou les premières éditions (1644, 1646), contemporaines du voyage et de la rédaction de sa relation, ont pu servir de guide. Ce d’autant que les textes viatiques sont encore rares pour la région dans la première moitié du xviie siècle. L’ancienne Description de tout le Païs-Bas de Louis Guichardin (1521-1589) date d’avant les Troubles ; pour le Siècle d’Or, seuls les récits de Nicolas Bénard (né en 1596) et de Rohan sont antérieurs au voyage de Le Laboureur145.

  • 146 Claude Joly, Voyage fait a Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1 (...)

67Le chanoine Claude Joly rapporte, avec plus de distance, une opinion similaire lorsqu’il évoque « Guillaume d’Orange, que les Hollandois tiennent pour leur liberateur de la tyrannie Espagnole146. » Vers la fin de sa vie, Rohan revient sur la fondation de la République par le pater patriæ :

  • 147 Christian Lazzeri (éd.), Henri de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, Pa (...)

Car ayant rencontré des peuples qui en tous siècles ont affecté plus leur liberté que leurs propres vies, il [Guillaume d’Orange] n’a pu changer les conditions auxquelles ils se joignaient à lui. Ce qui a causé en cet État autant de républiques que de villes entre lesquelles en une résolution générale la pluralité des voix n’a point de lieu : pour ce que si une ville ne l’approuve, elle n’est pas obligée de la suivre147.

68Dans le cas néerlandais, la résistance au souverain espagnol pour des motifs politique et religieux aboutit à une République confédérale, où les libertés locales sont défendues avec la dernière énergie, l’emportant le cas échéant sur la majorité.

69À l’échelle de l’Empire (auquel les Pays-Bas appartiennent jusqu’en 1648), le Voyage du Duc de Rohan souligne que les libertés allemandes favorisent l’établissement de la « vraie religion » dans les villes s’étant de fait constituées en républiques indépendantes. Il illustre cette liberté allemande par l’exemple des cités de Brunswick (luthérienne dès 1528), Lunebourg (passée au luthéranisme en 1531) et Emden (calviniste depuis 1544) qui se sont soustraites par la force à leurs souverains jugés trop absolus. Ainsi, le Breton, se référant approximativement aux statuts de l’Empire, affirme pour

  • 148 Rohan, Voyage, p. 149-150.

[l’] Allemaigne : lequel pays encor qu’il soit le seul qui reste subject à l’Empire, je le trouve le plus libre de l’Europe. Car outre toutes les villes & Republiques, qui en effect ne doivent que ce qu’elles veulent audit empire, les Princes ont une espece de liberté, pour ce qu’ils ne rendent respect ny obeissance qu’en ce qu’il leur plait à l’Empereur : & quand ils se veulent rendre plus absolus qu’ils ne sont en leur pays, nous voyons comme les peuples leur ostent ou retranchent leur authorité. Brunswick, Lunebourg, & ceste ville d’Emden en serviront d’exemple. Ce qui me faict conclurre que celuy qui porte maintenant le nom d’Empereur en la Chrestienté, est celuy qui l’est le moins en effect148.

70Les observations de jeunesse du futur chef huguenot participent aussi d’une vision de l’équilibre politique européen qui date des Valois et du premier Bourbon. Dans les Discours politiques, la conception géopolitique est détaillée. Le changement d’orientation intervenue sous la régence menace le rapport des forces. Désormais,

  • 149 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 255. La même lecture politique d’une alliance mutuel (...)

L’Europe prend toute une autre face, laquelle estoit autrefois ballancee par les deux puissances de France, & d’Espagne. La premiere ayant sans contredict, tous les Protestans en la protection, ou asseuree pour elle, & nous partissant avec la derniere le party des Catholiques Romains. […] L’Alliance de France & d’Espagne fait ouvrir les yeux à tous leurs Confederez, sur tout à ceux de France, qui voyent bien qu’elle n’a esté recherchee que pour sa ruyne, & par consequent la leur149

71Il prend acte de fait de l’absence de l’Angleterre sur le continent en guerre.

  • 150 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 209.

72La République des Provinces-Unies, dont Maurice de Nassau (« capitaine auquel on doit le rétablissement de l’ancienne discipline150 ») est la figure de proue militaire, demeure une entité essentielle de l’équilibre européen ; elle est l’une des chevilles ouvrières du système politique prôné par Rohan. En cette qualité, cette République aristocratique a bonne presse dans le Voyage. L’idéal du noble calviniste semble toutefois être l’instauration d’une monarchie confessionnelle, à l’image de l’Écosse de Jacques VI. Dans son récit, le Français fait l’éloge du roi d’Écosse, plaçant en lui de grands espoirs :

  • 151 Rohan, Voyage, p. 207-208. Jacques VI d’Écosse, en succédant à Élisabeth Ière en 1603, ne réalise q (...)

Certes si nous considerons particulierement la façon de vivre publique & particuliere du Roy d’Escosse, ses mœurs, ses actions, l’excellence de son esprit, son sçavoir & son eloquence, nous le jugerons digne de gouverner son Royaume & beaucoup d’avantage. […] Ce sera donc pour le [c’est-à-dire, le Royaume] changer & le remettre en une main, (Dieu vueille que j’en sois Prophete) qui reduise toute ceste belle isle de la grande Bretagne (chose encor jamais advenuë) sous un mesme Dieu, une mesme foy, une mesme loy, un mesme Roy151.

  • 152 Ibid., p. 206.

73Rohan en vient même à « esgaler en cest endroit à ma nation152 » le royaume de Jacques VI, faisant de lui et d’Henri IV les deux princes idéaux de sa Chrétienté idéale.

Les Provinces-Unies, Venise, et la Suisse : Républiques comparées

  • 153 Rohan emploie le terme pour désigner un peuple : « notre roy & sa nation » (Voyage, p. 43), « notre (...)
  • 154 Rohan, Voyage, p. 226.

74Comparer des régimes politiques est cher à Rohan depuis son œuvre de jeunesse. Pour se livrer à cet exercice, il applique le principe de Machiavel, qui met en relation mœurs, lois et constitutions. Son Voyage comporte dans sa partie finale quatre paires de « nations153 », les « plus conformes en gouvernement154. »

  • 155 Ibid., p. 225.

Maintenant que j’ay achevé la description des pays & villes que le temps que j’ay donné à mon voyage m’a permis de voir, je veux pour la fin conferer [comparer] les nations les unes aux autres, & remarquer sans passion la conformité & la diversité de leurs naturels, de leurs mœurs, de leurs gouvernements, & ce en quoy les Princes & les subjects sont plus heureux ou plus malheureux les uns que les autres. Pour ce faire je compareray les nations non les plus conformes de mœurs ni de façons de se gouverner, mais celles qui le devroient estre pour la ressembance exterieure de leur gouvernement, afin de monstrer la conformité & la diversité qui sont entre elles, comme […] la République de Venize qui est une partie de l’Italie à celle des Pays bas unis qui sont une partie d’Allemaigne155.

  • 156 Rohan, Voyage, p. 58. Toutefois, pour l’art de la guerre, Rohan conserve l’antiquité romaine comme (...)

75La comparaison a pour objet les États modernes, sans référence à l’Antiquité. En dehors du domaine militaire, « Rome, qui tousjours a voulu avoir le premier rang sur toutes les autres villes du monde, anciennement en vertu, maintenant en vices & meschancetés abominables156 » n’est manifestement plus un exemple. Rome n’est plus à Rome…

  • 157 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 159 (Dédicace).

76De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté donne ultérieurement un cadre théorique à la règle pragmatique appliquée au Voyage : « on ne peut établir une règle immuable dans le gouvernement des États. […] C’est pourquoi, ceux qui en ces matières se guident plus par les exemples du passé que par les raisons présentes, font par nécessité des manquements notables157. »

La « ressemblance exterieure » des régimes politiques : Les Provinces-Unies et Venise comparées

  • 158 Du Camp, op. cit., p. 159 (lettre datée du 22 février 1857). Du Camp reconnaît néanmoins à Venise u (...)

77Le texte met en présence les deux principales Républiques européennes de l’époque. Un premier rapprochement géographique est fait dès la première partie du Voyage. Comme le fera près de deux siècles et demi plus tard Maxime du Camp, qui évoque « la ressemblance qui existe entre Amsterdam et Venise », la « Venise du Nord » et la « vieille “reine de l’Adriatique”158 », Rohan souligne des analogies :

  • 159 Rohan, Voyage, p. 162-163.

Apres Venise je ne vois point de ville plus admirable que Amsterdam, qui mesme luy ressemble en beaucoup de choses en son assiette. Et encor qu’elle ne soit située toute dans la mer, toutefoys en estant une bonne partie circuite [c’est-à-dire entourée de fortifications et de fossés], & l’autre si marecageuse, avec quantité de larges canaux autour & dedans la ville, elle ne laisse d’en approcher en ressamblance. Elles sont toutes deux basties universellement sur pilotis. Venise est fort ancienne : Amsterdam essés [est très] nouvelle. Mais pour cela peu de villes en la Chrestienté les esgalent ou approchent en richesses & en beauté. L’une & l’autre comme Republiques sont magnifiques en edifices publics : toutes deux fertiles à produire de bons ouvriers, particulierement des peintres159.

  • 160 Ibid., p. 163.
  • 161 Ibid., p. 247-248.

78Et Rohan de conclure sur une note plus politique, comparant la structure étatique des deux républiques : « Bref je ne trouve rien en l’une qui n’ait beaucoup de conformité en l’autre, sinon que Venise est le chef de ceste belle Republique, qui est la plus florissante de l’Europe : Amsterdam n’est de la sienne qu’une bien petite partie160. » Car, souligne l’auteur, « il faut noter qu’icelle Repub. n’est comme Venise, qui n’a qu’une seule ville pour chef ; mais que ce sont communautés ressemblantes à celles des Suisses161 », c’est-à-dire une confédération.

  • 162 Ibid., p. 247.

79La partie finale du journal élabore davantage le rapprochement entre les deux puissances commerçantes et maritimes, dont « l’une est assise dans la mer mediterranée, l’autre sur la mer Oceane162. » L’autonomie politique des deux républiques justifie une analyse spécifique (et ô combien pertinente) :

  • 163 Ibid., p. 245-246.

Encores qu’il sembleroit que la Republique de Venise & celle des Pays bas participassent à la comparaison que j’ay faicte d’Allemaigne & d’ Italie ; toutefois quand je considere leurs grandeurs, les divers moyens par lesquels elles sont parvenues, les puissants ennemis qu’elles ont eü & ont, & qu’elles ne tiennent ny l’une ny l’autre du Pape ny de l’Empereur ; j’ay pensé qu’elles meritoient bien une particuliere pour elles deux, afin de voir plus particulierement quel est leur heur & malheur. Je diray donc que leur conformité est que ce sont deux Republiques, que toutes deux sont Aristocraties, toutes deux esgalement puissantes : les puissances desquelles sont beaucoup plus grandes par mer que par terre : ce qui cause que toutes deux sont traffiquantes, & par consequent fort riches163.

  • 164 Ibid., p. 9.
  • 165 Ibid., p. 9.
  • 166 Ibid., p. 7.
  • 167 Ibid., p. 52. Tout le dédain d’un noble de haute extraction à l’égard des enfants illégitimes trans (...)

80À la différence du « bizarre ordre de republique164 » de Strasbourg, jugé démocratique (« Estat populaire165 » aux mains de la « populace166 »), ou de Florence lors des discordes entre guelfes et gibelins entraînant de multiples « changements de gouvernement, toutefois tousiours populaire167 », les deux républiques aristocratiques recueillent l’estime de Rohan (qui préfère en bon aristocrate calviniste la sanior pars à la maior pars).

  • 168 À Milan, Rohan a recours à un subterfuge digne d’un espion pour visiter les fortifications, « me di (...)
  • 169 Ibid., p. 247.

81Naturellement, le futur général (qui visite volontiers les forts et arsenaux dans les pays qu’il traverse168) examine de près les choses militaires. Les républiques de Venise et des Provinces-Unies sont dans des situations très différentes en la matière : « L’une est aujourd’huy en grande pais, l’autre en tres grande guerre169. » Mais, la dissimilitude entre les deux républiques n’est pas simplement conjoncturelle. En effet :

  • 170 Ibid., p. 247.

Encore que toutes deux soient Aristocraties, si diffèrent[-]elles [quant] aux moyens qu’elles tiennent pour se maintenir & s’accroistre. Car celle de Venise comme la plus timide se desarme elle mesme, ne permettant à aucun Venitien que l’exercice de marchandise, au lieu de celuy des armes, & comme plus ambitieuse ne veut nulles compaignes [compagnies, ou milices bourgeoises]. Au contraire, encor le traffic soit fort commun à la Repub. des Pays bas, comme plus courageuse elle ne laisse de s’adonner aux armes, & comme moins ambitieuse elle souffre des compaignes170.

  • 171 Ibid., p. 10. Pourtant, l’équipement militaire de Strasbourg est érigé en exemple, Ibid., p. 9-10 : (...)

82L’approche radicalement différente de la question militaire n’est pas uniquement conditionnée par l’état de guerre. Le conflit est certes quasi permanent aux Pays-Bas depuis les années 1560, mais également endémique pour Venise. Les « vilains » ont peu d’intérêt pour une armée en guerre. L’anti-modèle strasbourgeois de la république démocratique en fournit l’exemple : « Ils n’ont point de Canon de batterie : leur raison tient fort du roturier : car à ce qu’ils disent ils ne veulent attaquer personne, mais seulement se deffendre171. »

  • 172 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257.
  • 173 Hans L. Zwitzer, ‘De militie van den staat’. Het leger van de Republiek der Verenigde Nederlanden, (...)
  • 174 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257.

83Si Rohan se montre peu amène avec les milices bourgeoises, que l’on « souffre » dans les villes néerlandaises, il a davantage de considération pour l’armée des États. Le Voyage loue le principe d’une armée permanente (ces « soldats, entretenus en pleine paix172 » évoqués dans les Discours). Adoptée dès 1596 par les États Généraux sur proposition du Capitaine Général Maurice de Nassau et de Guillaume Louis de Nassau-Dillenburg (1560-1620, stathouder de Frise dès 1584, puis de Groningue dès 1594), la mesure permet de disposer d’un noyau de soldats bien entraînés, complété lors des campagnes de nouvelles recrues173. En outre, le gentilhomme se reconnaît dans la noblesse néerlandaise, qui fournit « l’eslite des bons Capitaines174 », tout comme l’aristocratie française.

  • 175 Rohan, Voyage, p. 250.

84La noblesse et la bourgeoisie vénitiennes se tiennent, quant à elles, éloignées des métiers militaires. Il n’y a par conséquent « nulles compaignes » roturières, et les gentilshommes se cantonnent à « l’exercice de marchandise », activité bourgeoise s’il en est. Le voyageur rappelle la constitution du Livre d’Or, né du « besoin d’establir des loys pour vivre ensemble175. »

  • 176 Ibid., p. 250-251. Ibid., p. 249-250 : « Car il faut considerer que ce qui a gardé Venise des divis (...)

Ils ordonnerent donc une forme de gouvernement entreux, dont ils exclurent tous ceux qui y venoient habiter depuis cest establissement : de façon que quand ces nouveaux habitans furent accrues, ils se nommerent Gentilhommes, & appellerent les autres le peuple176.

85Il s’agit d’une noblesse par convention, davantage « vilaine » que « gentille. » Si ce système, dans ce cadre de République oligarchique, est un gage de stabilité politique intérieure, la Sérénissime est intrinsèquement obligée d’avoir recours aux mercenaires pour se défendre contre les ennemis extérieurs. Concernant la nature de l’armée vénitienne, le théoricien politique rejoint l’opinion de Machiavel en affirmant :

  • 177 Ibid., p. 248-249.

Quant aux dangers qu’elles ont toutes deux à craindre d’ennemis descouverts, les armes des Venitiens (seuls moyens de s’en garantir) sont bien plus foibles que celles des Pays bas ; pource que les armes auxiliaires ou mercenaires sont aussi infideles que les naturelles sont fideles177.

86Pour désigner les troupes de puissances étrangères (« armes auxiliaires ») ou composées de mercenaires, par opposition à une armée propre au pays (à défaut d’être nationale), le lecteur de Machiavel emprunte les termes exacts du Prince :

  • 178 Citation approximative de Tacite, Annales, XIII, XIX : « Nihil mortalium tam instabile ac fluxum es (...)
  • 179 Machiavel, Le Prince, XIII, p. 332. Cf. Machiavel, Discours, II, xx, p. 570 : « Si je n’avais pas t (...)

Je conclus, donc, que si une Principauté n’est bien garnie de ses propres gens d’armes, jamais elle ne sera sûre ; au contraire elle est toute dépendante de la fortune, n’ayant point de valeur qui la défende en l’adversité. Et a été toujours une opinion et dicton des sages quod nihil sit tam infirmum aut instabile, quam fama potentiae non sua vi nixa ex178. Les forces propres sont celles qui sont composées de sujets ou de citoyens ou d’autres gens que tu auras faits : toutes les autres espèces sont mercenaires ou auxiliaires179.

87La question de la sûreté de l’État est le corollaire de la question militaire, chez Rohan comme chez Machiavel.

  • 180 Rohan, Voyage, p. 248.

Or maintenant il reste de voir lequel de ces deux moyens, tant pour le maintien que pour l’accroissement de tels genres de Repub. est le plus seur. Pour mon opinion je tiens que c’est celuy du Pays bas. pour ce que les Venitiens se desarmans, ne considerent que la crainte qu’ils ont que quelqu’un d’eux n’occupe la tyrannie ; & ne considerent pas que commettant des armes estrangeres à un estranger, ils luy donnent la puissance ; & qu’estants plus supportables des compaignons que des subjects, il est bien plus facile de leur faire rebeller leurs anciens sujets que d’en conquester de nouveaux180.

88Ce qui fait conclure à la supériorité de la République des Provinces-Unies, établissant le lien entre le choix des armes et la stabilité politique :

  • 181 Ibid.

Mais par le moyen que tiennent les Pays bas de s’armer & d’acquerir [de nouvelles provinces sur les Pays-Bas espagnols], il est bien plus facile de s’empescher de la tyrannie ; & estant toutes leurs communautés d’esgale authorité, il est bien plus difficile, & mesme presque impossible de les desunir les unes des autres181.

Stabilité et longévité politiques

89La question de la stabilité politique suscite celle de la longévité des deux régimes républicains comparés. C’est une réflexion de pure théorie politique, puisque l’ancienneté de l’une et la nouveauté de l’autre opposent les deux États :

  • 182 Ibid., p. 246-247.

Quant à leur dissemblances, la ville & Republique de Venise sont tres anciennes, y ayant pres de 1200 ans qu’elles firent ensemble leur naissance ; s’estant l’une par l’autre maintenuë & accreuë comme nous le voyons. Au contraire la Republique & villes du Pays bas pour la plus part sont fort nouvelles, & ont changé plusieurs foys de sorte de gouvernement & de Seigneurs182.

90En effet, la République des Provinces-Unies n’a que douze ans lors du voyage de Rohan, alors que Venise est une république depuis plus d’un millénaire !

91Prenant comme point de départ la critique du système militaire de Venise, le Voyage fait la distinction entre la stabilité intérieure (l’ordonnance) du pays et sa politique étrangère (la puissance).

  • 183 Ibid., p. 249. Dans la description de la ville dans la première partie du texte, l’auteur affirme ( (...)

Et pource que qu’on me pourroit demander la dessus, comment il est possible qu’une Republique mal ordonnée, se soit accreüe ou maintenuë l’espace de 1200 ans, sans qu’elle ait jamais changé ; & dire que quand celle du Pays bas aura ce temps la, & sera aussi grande, alors on pourra estimer son gouvernement aussi bon, & non à ceste heure : je respon que ce n’est pas la mesme chose, & ne dis pas que pour empescher qu’aucuns de ses citoyens n’usurpe la tyrannie, la Repub. de Venise ne soit aussi bien ordonnée que celle des Pays bas : mais seulement pour se rendre forte contre ses ennemis externes qui s’en voudroient emparer, ou pour conquerir, je la maintiens beaucoup plus mal ordonnée que l’autre183.

92Venise ne devrait son salut militaire qu’à sa situation naturelle inexpugnable.

  • 184 Ibid., p. 30-31. Cf. Machiavel, Discours, I, xxxiv, p. 457 typant la république aristocratique véni (...)
  • 185 Ibid., p. 251. Cf. Encyclopédie, tome XVII, p. 5, article « VENISE, (Géog. mod.) » : « Quoique Veni (...)

Aussy ne voy-je point que rien aye esté capable de faire prendre cette bizarre assiette de ville à personne du monde que la peur, (car elle fust commencée du temps qu’Attila mettoit à feu & sang toute l’Italie) […] de telle façon que d’une retraicte de pauvres paoureux il s’en est aujourd’huy rendu une Republique la plus riche & la plus redoutable de toute la Chretienté184.
Quant aux raisons de leur conservation contre les ennemis externes, ils ne la doivent attribuer qu’à l’assiette seule de leur ville qu’on ne peut aborder cinq mille à la ronde par terre, ny par mer que par un seul canal tout tortu. Ce que je veux prouver par un exemple fraichement advenu sans chercher les plus anciens : qui fust qu’en la seule poursuite de la bataille de Chiaradda [Agnadel, en Lombardie] que le Roy Louys XII gaigna contre eux, il leur prit tout ce qu’ils tenoient en Italie, & leur eut aussi aisément enlevé leur ville que les autres (qui sont tres fortes) s’il y eut peu aborder185.

93Une nouvelle fois, l’analyse du prince de Léon correspond, en des termes plus policés, à celle de Machiavel. Le Florentin ne fait que peu de cas de l’ordonnance vénitienne, à partir du même exemple historique :

  • 186 Machiavel, Discours, III, xxxi, p. 687-688. « Vaïla » est Agnadel, où Venise a été défaite par les (...)

On a vu les Vénitiens tenir une conduite tout opposée [à la maxime : Les grands hommes et les républiques bien constituées conservent le même courage au sein de la prospérité et dans les revers]. Dans la bonne fortune, qu’ils attribuaient à une virtù qu’ils n’avaient pas, leur insolence alla jusqu’à traiter le roi de France [Louis XII] de bambino de Saint-Marc. Ils faisaient bon marché de l’Église, trouvaient l’Italie trop petite pour eux, et s’étaient mis en tête de se tailler un empire pareil à celui des Romains. Mais dans la suite, la fortune les eut à peine abandonnés, après la demi-déroute que leur infligèrent les Français à Vaïla, qu’on les vit non seulement perdre tous leurs États révoltés, mais en livrer une bonne partie au pape et à l’Espagne, par pure lâcheté et abjection186.

  • 187 Machiavel, Discours, I, vi, p. 397 évoque la suite de la quatrième guerre d’Italie : « Les conquête (...)

94Nonobstant l’aplomb de l’assertion de Machiavel, le renversement des alliances opéré par le pape Jules II en 1511 a permis de limiter les conséquences de la défaite des condottieri de Venise187. L’Âge d’Or vénitien est toutefois bien terminé, au moment où les Provinces-Unies entament le leur.

  • 188 Rohan, Voyage, p. 245-246.
  • 189 Ibid., p. 31.
  • 190 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258. Cf. Parival, op. cit., p. 178 : « les Hollandoi (...)

95Machiavel et Rohan laissent par ailleurs de côté la marine de guerre. Cependant, celle de Venise approcherait l’idéal machiavélien, puisque ce sont des « forces propres », voire « une milice nationale ». Rohan se borne dans son analyse à la réflexion « que les puissances [de Venise et des Provinces-Unies] sont beaucoup plus grandes par mer que par terre188. » Dans la relation de voyage proprement dite, la flotte de guerre des Vénitiens est simplement mentionnée lorsque le voyageur visite « leur rare & superbe Arsenal, ou il y a 100 galeres si bien garnies tant d’artillerie & d’autre sortes d’armes, que de toutes choses qui y peuvent estre necessaires189. » Par ailleurs, le Breton revient brièvement sur la flotte néerlandaise dans ses Discours politiques, jugeant : « Pour la mer, ils en sont les Maistres sans contredit190 ».

96Rohan termine le volet politique et militaire en revenant au cas des Provinces-Unies :

  • 191 Rohan, Voyage, p. 251-253. Cf. Parival, op. cit., p. 1 : « j’entreprends de parler des delices de c (...)

Lesquels advantages pour durer long temps, la Repub. du Pays bas n’a pas. Car son assiette n’est point inaccessible, ny n’est point née libre. Ce qui faict qu’encor qu’elle ne durast, ny s’accreust tant que Venise, il ne s’ensuivroit pas que son gouvernement soit pire : au contraire les guerres qu’elle soustient depuis son comencement jusques à cest heure, contre un si puissant ennemy que le Roy d’Espaigne, auxquelles elle s’accroist au lieu d’y perdre, monstre son gouvernement meilleur que celuy de Venise, qui en sa plus grande splendeur n’a jamais eu guerre que contre les Turcs, contre le Roy de France, ou contre un seul Duc de Milan, qu’elle n’ait toujours eu du pire. Ce qui me fait conclurre par la raison & par les exemples, que deux Republiqes de pareille forme, de pareille assiette, de pareil commencement, l’une gouvernée comme Venise, & l’autre comme le pays bas, le seroient esgalement bien pour empescher les divisions internes : mais que la derniere seroit beaucoup mieux pour se deffendre des estrangers, & pour s’accroistre191.

97À la même interrogation, Jean-Louis Guez de Balzac (1595-1654) apporte, dans un écrit de jeunesse datant de 1612, une même réponse lyrique :

  • 192 Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J.L (...)

Si on doute de la duree de cette Republique, ell’est eternelle, puisqu’ell’a Dieu pour fondateur, & la Religion pour fondement. Si on mesure sa grandeur par celle de la mer, où elle commande ; elle est des plus grandes : si on compte ses annees par ses victoires ell’est des plus anciennes. […] Concluons hardiment, que ceste liberté qui se rencontre si souvent en ce discours ne finira point qu’a la fin de la Republique ; & que ce peuple ne sera plus, ou sera tousjours libre192

98Hardi, en effet.

99Au xviiie siècle, l’Encyclopédie, nourrie par les lectures du Grand Siècle, reprend cette idée.

  • 193 Encyclopédie, tome XIV, p. 158, article « République fédérative, (Gouvernem. polit.) ». Le tome XIV (...)

C’est par-là [par la capacité de résistance à un ennemi extérieur] que la Hollande, l’Allemagne, les ligues Suisses, sont regardées en Europe, comme des républiques éternelles. […] Cette sorte de république [fédérative], capable de résister à la force extérieure, peut se maintenir dans sa grandeur, sans que l’intérieur se corrompe : la forme de cette société prévient tous les inconvéniens193.

  • 194 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 214.

100Pourtant, pendant la Trêve la toute jeune République frôle la guerre civile pour des motifs politiques et religieux. Une controverse théologique à l’Université de Leyde conduit à un conflit religieux ouvert, doublé par une lutte politique entre le Grand Pensionnaire Johan van Oldenbarnevelt (1547-1619) et le stathouder Maurice de Nassau. En 1619, l’affaire « si pernicieuse qu’elle pensa ruiner cette république194 » se dénoue avec l’exécution d’Oldenbarnevelt, l’emprisonnement de Grotius, et l’interdiction du culte des calvinistes arminiens.

101L’épreuve péniblement surmontée inspire à Rohan une nouvelle réflexion quant à la stabilité politique des Provinces-Unies.

  • 195 Ibid., p. 212.

Maurice, son fils [de Guillaume d’Orange, fondateur de cet État], élevé dès son enfance dans les armes, a songé principalement à l’établissement de la discipline militaire comme la seule nécessaire alors pour maintenir l’État. En quoi il a surpassé tous les capitaines de son temps ; si bien que cet État se trouvant très bien établi pour subsister à la guerre est très mal pour se maintenir dans la paix, il est évident que son vrai intérêt est de continuer la guerre195.

  • 196 « La concorde donne de la force à ce qui en manque ; la discorde détruit la puissance la plus grand (...)
  • 197 Deyon, op. cit., p. 154.

102La devise de la République, Concordia parvæ res crescunt, discordia maximæ dilabuntur, prend tout son sens196. La guerre reprend dès 1621, la Trêve échue, sous la conduite du « Capitaine Maurice », puis de son demi-frère et successeur Frédéric-Henri (1584-1647), rétablissant l’entente « nationale ». Depuis Venise, puis la Suisse, Rohan continue de suivre le sort des Provinces-Unies. Dans un manuscrit des Maximes, il évoque les « braves voleurs de l’Océan qui ont osé river le clou à la fortune espagnole197. » Il s’agit, dans le langage imagé de l’auteur, d’une référence à la prise, en septembre 1628, d’un convoi d’argent en provenance d’Amérique par la WIC (une compagnie de commerce dotée de droits régaliens fondée en 1621). Le butin, de plusieurs millions de florins, permet de financer la campagne menée en 1629 par les États dans les futurs Pays de la Généralité, et qui aboutit à la prise de Bois-le-Duc.

103Le jeune voyageur termine son analyse des deux républiques « amphibies » en utilisant le bonheur comme critère politique.

  • 198 Rohan, Voyage, p. 253.

Il reste à voir laquelle est la plus heureuse ; la ou sans mentir je trouve Venise plus heureuse que le Pays bas. Car outre son revenu, elle a de grands tresors, & jouït de fort tranquille paix : & l’autre est affligée par guerre d’un des plus puissants Princes du monde [Philippe III], qui luy oste bien le loisir d’amasser des grands tresors : au contraire ils ne peuvent fournir à la despence qu’il convient faire pour subvenir à leur besoin : de façon que, selon mon jugement, Venise se peut dire plus heureuse que le Pays bas ; mais non si bien gouvernée pour se maintenir contre de puissants ennemis, ny pour s’accroistre198.

« L’intérêt des Suisses et des Provinces-Unies des Pays-Bas »

  • 199 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 162.

104La Suisse, exclue de l’itinéraire du voyage, ne fait pas partie de l’analyse du Voyage, où la confédération helvétique est mentionnée subrepticement. Cet « oubli » est réparé dans les Intérêts et maximes des princes et des États souverains. L’observation politique est nourrie par l’observation directe et les expériences de voyage antérieures, suivant en cela fondamentalement la même démarche que dans le Voyage. L’ouvrage, composé lors de son séjour suisse, est dédié au principal ministre de Louis XIII. L’ancien chef des huguenots s’attache, sans concession à l’égard des prédécesseurs de Richelieu, sans renier ses anciens engagements, à « montrer combien on s’est éloigné de ce vrai intérêt [qui est de combattre l’hégémonie espagnole], ou pour n’avoir pas été entendu par le prince, ou pour lui avoir été déguisé par la corruption de ses ministres199. »

  • 200 Ibid., p. 162.
  • 201 Ibid., p. 162.
  • 202 Rohan, Voyage, p. 247-248.
  • 203 Ibid., p. 248.

105Dans ce tableau géopolitique, le théoricien passe en revue « les vrais intérêts200 » de la France et de l’Espagne, ainsi que des autres États, « qui semblent en quelque façon dépendre de leur protection201. » Le Discours VI analyse « l’intérêt des Suisses et des Provinces-Unies des Pays-Bas. » Les deux pays se prêtent à la comparaison, car, comme Rohan le souligne d’ores et déjà dans son Voyage les deux formes de gouvernement sont confédérales. En effet, les Provinces « sont communautés ressemblantes à celles des Suisses202 », avec « toutes leurs communautés d’esgale authorité203 ».

106Le bref Discours présente une remarquable synopsis des deux États :

  • 204 Selon une théorie des climats qui remonte à l’Antiquité, reprise par Machiavel, et qui est celle co (...)
  • 205 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 181-182. Rohan a modifié son opin (...)

Des deux côtés de l’Allemagne, à l’entrée de cette vaste province, se sont formées deux républiques formidables entre les autres puissances de la chrétienté et pour la valeur de leurs peuples et pour la forme de leur situation : de sorte qu’à bon droit on les pourrait appeler les deux bras d’Allemagne [les deux pays se détachent formellement de l’Empire en 1648 seulement].
Le droit est la Suisse, le gauche est le Pays-Bas uni : l’un est entre les rochers et les précipices, l’autre est entre les mers et les marées : l’un domine les Alpes et l’autre l’océan. Le naturel des peuples de l’un et de l’autre est si conforme à la nature du pays qu’ils habitent que les Suisses semblent faits pour la montagne et les montagnes pour les Suisses, la mer pour les Hollandais et les Hollandais pour la mer204. En Suisse, chaque canton, aux Pays-Bas, chaque province est une république. Les Suisses vendent la liberté de leurs corps aux autres [comme mercenaires, depuis François Ier] et gardent pour eux celle du pays. Les Hollandais gardent leur liberté toute entière. La longue paix a enrichi ceux-là, ceux-ci fleurissent par la continuation de la guerre. L’intérêt des Suisses est la paix et les Hollandois doivent avoir pour maxime assurée d’être toujours en armes [pour éviter la discorde apparue durant la Trêve]. Ces deux républiques ne peuvent pour leur subsistance, s’allier mieux qu’avec la France qui, pour contrecarrer l’Espagne, enrichit les Suisses par son argent et soutient les Hollandais par son conseil et par ses armes. Ces deux puissances ne se doivent jamais désunir entre elles, ni par jalousie ni par religion : ce sont les seules maladies qui leur peuvent causer la mort205.

107Avec son souffle coutumier, l’auteur résume les propriétés géographiques, politiques, économiques et morales des deux Républiques. Mais, avant tout, il esquisse son dessein d’un équilibre européen articulé autour de l’alliance française. Dans cette vision idéale, les deux puissances prennent en tenaille les Habsbourg d’empire ; c’est effectivement ce qui se dessine lors de la phase française de la Guerre de Trente Ans. Ce grand dessein politique et le destin personnel s’entrecroisent : Henri II de Rohan trouve la mort au cours du conflit.

La République calviniste

108Durant les cinquante-huit ans de sa vie, Henri II de Rohan a été un voyageur infatigable. Il passe environ onze ans de sa vie à l’étranger, essentiellement dans les républiques des Provinces-Unies (1600, 1606, 1610), de Venise (1600, 1629-1631, 1634) et de Suisse (1631-1634, 1635-1638). Le grand noble semble, de prime abord, un homme paradoxal : tout en idéalisant la monarchie incarnée par Henri IV ou Jacques VI, il est au service des principales républiques de la Chrétienté ; tout en célébrant la France, il combat son roi Louis XIII au cours des guerres huguenotes. Sa vision de l’équilibre politique de l’Europe et son loyalisme sans faille au parti huguenot priment, in fine, sur la fidélité politique due au monarque.

  • 206 Rohan, Voyage, p. 223.

109Dans sa triple qualité de voyageur, de stratège, et de théoricien politique et militaire, le gentilhomme français fréquente les idées républicaines. Il rejette la république démocratique ou « populaire », mais témoigne de la considération pour les républiques aristocratiques, et notamment celles de Venise et des « Pays bas unis sous les Estats206. » Avec la confédération helvétique, ce sont les principales républiques européennes des temps modernes, avant celle, éphémère, de l’Angleterre régicide.

110L’admiration du futur chef huguenot pour la République des Provinces-Unies tient à la fois à son caractère confessionnel, et à son rôle dans l’équilibre européen. Maurice de Nassau, qu’il a fréquenté entre 1600 et 1610, apparaît comme un défenseur de la foi calviniste et comme une importante force anti-habsbourgeoise, précieuse alliée de la France. Dans le Voyage de Rohan, la « Hollande » est par conséquent avant tout décrite en un idéal, comme une nouvelle Rome calviniste, avant même d’être une nouvelle Rome républicaine, car pour lui l’aspect confessionnel de l’État prime sur la forme de son gouvernement.

  • 207 Le huguenot français Innocent Gentillet (1535-1588) publie durant son exil à Genève un Discours sur (...)
  • 208 Rohan, Voyage, p. 249.

111Malgré la lecture assidue des auteurs classiques, le cadre politique de Rohan est constitué par l’Europe de son temps, et non par une Antiquité idéalisée, telle que donnée par le modèle référentiel de la culture humaniste de son temps. Parmi les penseurs modernes, Machiavel occupe une place importante. Le Breton partage certaines idées malgré l’anti-machiavélisme de rigueur, y compris dans son milieu calviniste207. Son plaidoyer pour les « armes […] naturelles208 » et l’analyse des institutions républicaines à l’aune de leurs organisations militaires et de leurs mœurs et traditions fait écho aux préoccupations machiavéliennes. De même, il emprunte au Florentin la méthode pragmatique de la « vérité effective », conférant une importance fondamentale à l’observation directe. L’expérience du voyage en prend un singulier relief dans sa vie quotidienne et intellectuelle.

112Sans descendance masculine, le duc de Rohan connaît une postérité à travers ses multiples écrits. Jusqu’aux lendemains de la Révolution Française, l’œuvre, très diverse, connaît de multiples réimpressions. Les auteurs de l’Encyclopédie se réfèrent au duc à plusieurs reprises ; l’influence d’Henri de Rohan, esprit marqué par les guerres de religion du xvie siècle, mais également fin observateur de son temps, a perduré au Siècle des Lumières quand se développent les critiques de la monarchie de droit divin et du despotisme, nouveau nom de la tyrannie.

Haut de page

Notes

1 Jean-Nicolas Parival, Les Délices de la Hollande, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. I.

2 Parival, op. cit., p. I-III. L’épître dédicatoire s’adresse à Gerard Bicker van Swieten (1632-1716, régent), Johan Dedel (1589-1665, régent et précepteur des fils Huygens, Constantin jr. et Christiaan), et Aernout van Overbeke (1632-1674, écrivain).

Les États Généraux ont offert la souveraineté, ôtée à Philippe II d’Espagne, à un premier gouverneur, le Valois François d’Anjou (1554-1584, gouverneur 1580-1583), puis au « second gouverneur » évoqué ici, Robert Dudley, comte de Leicester (1531-1588, gouverneur 1585-1587). Son départ ouvre l’ère républicaine des Provinces-Unies, sous le stathoudérat du « jeune Comte Maurice » de Nassau (1567-1625, stathouder dès 1585).

3 Maxime Du Camp, En Hollande, Lettres à un ami, Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1859, p. 249. La forme épistolaire adoptée dans cet ouvrage est en vogue parmi les écrivains voyageurs de cette époque, comme chez Paul Verlaine, Quinze jours en Hollande : lettres à un ami, La Haye, Blok, 1892.

4 Ibid., p. 249 (lettre datée du 28 février 1857). Si Flaubert n’a pas répondu à l’appel, une autre amie de l’auteur, Louise Colet (1810-1876) a également entrepris le voyage de Hollande en 1859, avec un intérêt marqué pour la peinture du Siècle d’Or : Louise Colet, Promenade en Hollande, Paris, Hachette, 1859.

5 Ibid., p. 32 (lettre datée du 15 février 1857).

6 Martin van Gelderen, The political thought of the Dutch Revolt (1555-1590), Cambridge, Cambridge University Press, 1992 (Ideas in context). Pour la littérature pamphlétaire, voir le catalogue de Willem Pieter Cornelis Knuttel, Catalogus van de pamfletten-verzameling berustende in de Koninklijke Bibliotheek, Utrecht, HES, 1978, 9 tomes (réédition révisée de l’édition initiale de 1889-1920).

7 Voir pour les voyageurs français du xviiie siècle, la thèse soutenue à Groningue en 1992 et publiée en 1994 : Madeleine van Strien-Chardonneau, « Le voyage de Hollande » : récits de voyageurs français dans les Provinces-Unies 1748-1795, Oxford, The Voltaire Foundation, 1994 ; Kees van Strien, De ontdekking van de Nederlanden : Britse en Franse reizigers in Holland en Vlaanderen , 1750-1795, Utrecht, het Spectrum, 2001.

8 Monique Weis, « ‘Les Huguenots et les Gueux.’ Des relations entre les calvinistes français et leurs coreligionnaires des Pays-Bas pendant la deuxième moitié du xvie siècle », in : Yves Krumenacker (dir.), Entre Calvinistes et Catholiques. Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord (xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 17-29.

9 Fils de Guillaume d’Orange (1533-1584) et d’Anne de Saxe (1544-1577, épousée en secondes noces en 1561, Maurice de Nassau succède à son père comme stathouder dès l’âge d’à peine dix-huit ans en novembre 1585 (Hollande, Zélande, puis Gueldre en 1590, Utrecht et Overijssel en 1591, et temporairement en Groningue et en Drenthe, 1620-1625). Après le départ de Leicester, il reçoit le commandement de l’armée et de la marine de la République (1588). Il agrandit l’assise territoriale des Provinces-Unies par la conquête des provinces au-dessus de la Meuse, et inscrit la Révolte dans le contexte diplomatique international par la Triple Alliance de la Haye (1596), avec la France et l’Angleterre.

10 Henri II de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646. Sauf indication contraire, l’édition citée ici est la première édition, de 1646, consultée à la Bibliothèque Sainte Geneviève, cote Inv. 650 Rés. Les principales publications de Rohan servant de sources sont présentées infra.

11 Marguerite de Rohan (1617-1684), unique descendante de Henri II de Rohan (à cause de la mortalité infantile, qui frappe tous les autres enfants du duc) et de ce fait héritière de l’ensemble de ses titres, épouse en 1645 le catholique Henri de Chabot (vers 1615-1655) ; les enfants issus de l’union sont élevés dans la foi catholique. Guy-Auguste de Rohan-Chabot (1683-1760), célèbre pour son différend avec Voltaire en 1726, est un lointain descendant de Henri II de Rohan. Henri II de Rohan, mort en 1638, n’a pas vécu cette alliance « papiste ». En avril 1631, il avait écrit à sa mère à propos de sa fille unique, âgée de quatorze ans : « j’aimerais mieux qu’on m’annonçât la mort que le mariage de ma fille à un papiste, c’est ce qui ne sera jamais, Dieu aidant, pour le moins de mon vivant. » Lettre publiée en annexe par Auguste Laugel, Henri de Rohan, son rôle politique et militaire sous Louis XIII, Paris, Firmin-Didot, 1889, citée par Pierre et Solange Deyon, Henri de Rohan. Huguenot de plume et d’épée, 1579-1638, Paris, Perrin, 2000, p. 157.

12 Antoine Fauvelet du Toc, Histoire du duc de Rohan, Paris, Charles de Sercy, 1666, p. IV. Cf. Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, Amsterdam, Brunel, 1715 (3e édition), tome III, p. 136 : « PARTHENAI (Catherine de) […] ne songea qu’à bien elever sa famille. Ses soins eurent tout le succés qu’elle s’en pouvoit promettre ; car l’aîné de ses fils fut le celebre Duc de Rohan, qui a soutenu le parti de ceux de la Religion en France avec tant de force pendant les guerres civiles, sous le regne de Louis XIII. »

13 Benjamin de Rohan, seigneur de Soubise (1583-1642). Soubise a reçu sa formation aux Provinces-Unies, avec Maurice de Nassau ; pendant les conflits religieux à l’époque de Louis XIII, il est le chef militaire du Poitou, de la Bretagne et de l’Anjou. Après l’échec de ses tentatives de desserrer le siège de La Rochelle avec l’aide des Anglais, il se retire en Angleterre, où il meurt sans postérité en 1642. Joseph-François Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Desplaces et Michaud, 1854, tome XLIII, p. 149.

14 Rohan, Voyage, p. 224-225. Certains biographes évoquent une participation au siège de Calais en 1596 ; or, la ville de Calais est assiégée par l’armée espagnole des Pays-Bas en avril 1596, afin de « distraire » l’armée française devant La Fère, prise au mois de mai 1596. Rohan n’y est par conséquent pas présent. Calais est restituée à la Paix de Vervins, et non reprise au cours d’un siège. En vertu de l’alliance de La Haye, les Provinces-Unies ont envoyé des troupes en France pour seconder Henri IV dans cette entreprise.

15 Rohan, Voyage, p. 1. Rohan, né le 25 août 1579, a presque vingt ans au début de son voyage.

16 Ibid., p. 59.

17 Ibid., p. 3.

18 Ibid., p. 127. « devant que prendre mon chemin vers la Cour de l’Empereur, je me resolus d’aller voir une des plus fortes places du païs [la Hongrie], pour le moins de ce qui reste aux Chrestiens, qui est Iavarin [Iavarinum, maintenant Györ], ne m’estant permis, à mon grand regret, d’aller jusques à Strigonia [de nos jours Esztergom en Hongrie] pour le danger du Turc. »

19 Ibid., p. 1-2. Le terme « Europe » est utilisé à cinq reprises : p. 17, 142, 149, 163, et 254 ; son synonyme « Chrestienté », à dix occasions : p. 10, 12, 48, 133, 150, 171, 194, 200, 206, et 228.

20 Rohan mentionne (Voyage, 1646, p. 137) Sébastien Münster (1488-1552), auteur de la Cosmographia Universalis, Bâle, H. Petrus, 1554 ; traduction de la Cosmographia, das ist Beschreibung aller Länder, Bâle, H. Petrus, 1544. Cette définition d’une chrétienté coïncidant avec la géographie européenne correspond à l’usage du XVIe siècle dans les cosmographies et atlas ; au XVIIe siècle, cette définition est parfois abandonnée à cause de la perte de l’unité chrétienne. Cf. Wolfgang Kaiser, « Quelle Europe ? », in : Wolfgang Kaiser (éd.), L’Europe en conflits. Les affrontements religieux et la genèse de l’Europe moderne (vers 1500-vers 1650), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 11-15.

21 Fauvelet du Toc, op. cit., p. 13.

22 Rohan, Voyage, p. 34.

23 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de Henry le Grand, jusques à la Paix faite avec les Reformez au mois de Iuin 1629, s.l., s.n. [Amsterdam, Elzevir], 1646, p. 5 : « Durant ce tems là, le Duc de Rohan qui estoit Colonel des Suisses, eust le commandement d’aller au siege de Julliers, menant un Regiment de Suisses, & ayant la charge de l’armée Françoise en l’absence du Marechal de la Chastre [Claude de La Châtre (1536-1614), ancien ligueur rentré en grâce dès la mort d’Henri IV] qui en estoit Lieutenant general. »

24 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de Henry le Grand, jusques à la Paix faite avec les Reformez au mois de Iuin 1629, s.l., s.n. [Amsterdam, Elzevir], 1646, p. 9.

25 L’éminent huguenot Philippe de Mornay, dit Duplessis-Mornay (1549-1623), est l’auteur de l’Apologie de Guillaume d’Orange, justifiant la Révolte et préparant la déposition de Philippe II d’Espagne. N.N. [Philippe de Mornay], Apologie ou defense de Guillaume prince d’Orange contre le ban et edit publie par le roi d’Espagne ensemble le dit Ban ou proscription, Delft, s.n., 1581. George Buchanan (1506-1582), humaniste, historien et monarchomaque écossais, est mentionné dans le Voyage du duc de Rohan (voir infra).

26 Ces éditions sont contemporaines du travail sur les textes de Rohan : Thomas More, L’Utopie de Thomas More, Chancelier d’Angleterre, traduicte par Samuel Sorbière, Amsterdam, Jean Blæu, 1642 ; Thomas Hobbes, Elemens philosophiques du citoyen, traicté politique par Thomas Hobbes traduit en françois par un de ses amis, Amsterdam, Jean Blain, 1649.

27 Déclaration du Roy en faveur de ses subiets de la Religion pretenduë reformée, demeurant en son obeïssance, et contre ceux des villes de S. Iean d’Angely, la Rochelle & leurs adherans, lesquels sa Majesté declare rebelles & criminels de leze Majesté. Donné[e] à Nyort le 17. May, 1621, Lyon, Nicolas Iullieron et Claude Larjot 1621, p. 3-4.

28 Hautefontaine, le précepteur des Rohan, est tué en 1621 lors du siège. Son frère, Samuel Durant († 1626), est pasteur de Charenton : son temple est incendié en septembre 1621. Voir Eugène et Émile Haag, La France protestante, Paris, Sandoz et Frischbacher, 1877, tome IX, p. 496-497 ; Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, Amsterdam, Brunel, 1740, tome II, p. 331, consacre une notice à Samuel Durant. Il s’agit de la cinquième édition revue et corrigée par Pierre des Maizeaux (1666-1745) ; l’article est absent de l’édition originale de 1697.

29 Joseph-François Michaud et Jean-Joseph-François Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’Histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1837, tome VII, Mémoires du cardinal de Richelieu, p. 242. Michaud commente en note de bas de page : « Cette constitution était faite sur le modèle de celle des Provinces-Unies. »

30 Christine Vicherd, « La ‘République’ dans les mazarinades : à propos des événements anglais contemporains de la Fronde », in Yves-Charles Zarka (éd.), Monarchies et républiques au XVIIe siècle, Paris, PUF, 2007, p. 213-234 (Fondements de la politique).

31 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, faits en divers temps sur les affaires qui se passoyent. Cy-devant non imprimez, s.l., s.n., 1646, p. 260. Discours III, intitulé Discours sur l’estat de la France, durant ses persecutions de Sainct Iean. Il s’agit de Catherine de Médicis (1519-1589), de sinistre mémoire pour Rohan pour sa responsabilité selon lui dans le massacre de la Saint-Barthélemy.

32 Ibid., p. 263. Par Pays-Bas, Rohan entend les Provinces-Unies. Répondant aux événements de 1612, le Discours date probablement de 1613. Le raisonnement de Rohan sonne comme un écho de Calvin qui, dans sa préface de l’Institution de la religion chrétienne, Bâle, 1535, s’élève contre « les fureurs d’aucuns iniques » réfutant ces « meschants blasphémateurs » qui accusent les réformés de ruiner la richesse du pays et l’ordre royal, à l’image des évangélistes révoltés d’Allemagne.

33 Ibid., p. 261.

34 Ibid., p. 262.

35 Rohan, Voyage, p. 7. La ville d’Empire est gouvernée par un Conseil bourgeois depuis 1214 (sous la tutelle de l’évêque jusqu’en 1262) ; la Constitution décrite par Rohan date de 1482. La « sédition » qui laisse le gouvernement aux mains des roturiers a par conséquent lieu 338 ans avant la visite de Rohan, et non 500.

36 Ibid., p. 9.

37 Ibid., p. 9.

38 Ibid., p. 9.

39 Ibid., p. 7. Le terme « villain » [vilain] désigne les roturiers, par opposition aux nobles, « gentils », comme (Ibid., p. 156) le « si gentil Capitaine » Maurice d’Orange, qui, en tant que grand noble calviniste luttant contre les Habsbourg remplit tous les critères de noblesse pour Rohan.

40 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258.

41 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. IV.

42 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 245.

43 Nicolas Machiavel, Discours sur la première Décade de Tite-Live, livre III, chapitre i, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1992 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 607 : « Il est incontestable que toutes les choses de ce monde ont un terme à leur existence ; mais celles-là seules accomplissent toute la carrière que le ciel leur a généreusement destinée dont l’organisme ne se dérègle pas, mais demeure si bien réglé qu’il ne s’altère pas, ou du moins ne s’altère que pour survivre, non pour périr. Comme il n’est question ici que de corps mixtes, tels que sont les religions et les républiques, je dis que ces altérations salutaires sont celles qui les ramènent à leur principes. » Toutes les citations proviennent de cette édition.

44 N.N. [Claude Joly], Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi contre la fausse et pernicieuse politique du cardinal Mazarin, prétendu surintendant de l’éducation de Sa Majesté, Paris, s.n., 1652. Ses périples aux Provinces-Unies en 1646 et 1647 sont décrits dans Claude Joly, Voyage fait a Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, François Clousier, 1670. Pour un état des lieux historiographique, voir Christine Vicherd, « Les Frondeurs, Machiavel et la monarchie française », in Laurence Ciavaldini Rivière, Anne Lemonde-Santamaria, Ilaria Taddei (éd.), Entre France & Italie. Mélanges offerts à Pierrette Paravy. Vitalité et rayonnement d’une rencontre, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, s.d. [2009], p. 199-205 (La Pierre & l’Écrit).

45 Jacques Nompar de Caumont (1558-1652), duc De la Force, abandonne Sainte-Foy-la-Grande contre le bâton de maréchal en 1622 ; son fils Armand Nompar de Caumont (1585-1675) rend Mont-de-Marsan contre un « don gratuit ». Pendant la fin du conflit, les deux hommes sont aux Provinces-Unies, au siège de Bois-le-Duc (avril-septembre 1629). Dans ses Mémoires du Duc de Rohan, p. 125, Rohan relate (Livre Second. Premiere guerre contre les Reformez) : « Durant le sejour du Duc de Rohan à Montauban, il luy vînt la nouvelle de la reddition de Saint Jean [d’Angély] & en suitte de celle de Pons par la vendition de Chasteau-neuf, de la defection de Pardaillan, de la perte de Sainte Foy, & en suitte de Bergerac par les menées de Pardaillan & de Panissault ; aussi la prise de Nérac par le Duc du Maine qui s’approchoit du costé de Gascogne, qui fut suivie de la perte de Lectroue, Leyrac, le Mas-de-Verdun, Mauvoisin, & l’Isle-Jourdan, que les Gouverneurs livrerent toutes és mains dudit Duc [du Maine] pour de l’argent. Du costé de la basse Guyenne ils ne firent pas mieux […]. »

46 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. II.

47 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 262-263. Henri IV avait appliqué le même procédé pour détacher les Grands de la Ligue au XVIe siècle.

48 Inclues dans l’amnistie de la reddition, Catherine de Parthenay et Anne de Rohan (vers 1584-1646) déclinent le traitement de faveur qui leur est réservé, et restent prisonnières pendant quelques mois. D’Anne, la première biographie de Rohan écrit : « […] Anne qui leur a survescu sans avoir jamais esté mariée, celebre par sa pieté exemplaire à toutes les personnes de sa Religion, & par son sçavoir au dessus de son Sexe. » Fauvelet du Toc, op. cit., p. 7.

49 Henri II de Bourbon, prince de Condé (1588-1646). Grand du royaume et prince du sang longtemps insoumis, auteur de manifestes et de prises d’armes. Condé sert fidèlement Louis XIII après son emprisonnement à la Bastille (1616-1620) et sa conversion au catholicisme. Il est le père du Grand Condé (1621-1686), et d’Anne Geneviève de Bourbon-Condé, duchesse de Longueville (1619-1679), autre esprit frondeur (et ayant accessoirement voyagé aux Provinces-Unies, en août 1646). C’est à sa conversion et à la protection royale qu’il doit un revirement extraordinaire de fortune : accès aux plus hautes charges de l’État, de nombreux gouvernements, un accroissement spectaculaire de ses possessions par suite d’héritages fructueux favorisé par Louis XIII. Voir Katia Béguin, Les princes de Condé, Paris, Champ Vallon, 1999.

50 Rohan, Voyage, p. 216. Cf. Fauvelet du Toc, op. cit., p. 14-15 : « De la Hollande il passa en Angleterre, où la Reyne Elisabet le retint quelque temps aupres d’elle. Elle l’appeloit ordinairement tantost son serviteur, dans les lettres mesmes qu’elle luy escrivoit souvent & toujours de sa propre main. Comme il se trouvoit proche de l’Escosse il la voulut voir, & particulierement le Roy Jacques que son sçavoir ne luy rendoit pas moins considerable que sa dignité. Il le receut de la maniere la plus civile & la plus obligeante, & le traita comme Prince de son sang, & pour le combler d’honneur il le fit Parrain de son fils Charles I. Roy de la grande Bretagne ».

51 Le choix d’un exil vénitien, plutôt que dans la principale puissance calviniste du continent, est sans doute en partie motivé par sa maîtrise de l’italien ; la brève intervention des Provinces-Unies aux côtés de leur allié Louis XIII contre les coreligionnaires lors du siège de La Rochelle (1627-1628) a également pu choquer le duc. La raison d’État l’emporte ici, temporairement, sur la solidarité confessionnelle.

52 Rohan, Voyage, p. 180.

53 Henri II de Rohan, Intérêts et maximes des princes et des États souverains, Cologne, 1634. La dédicace est peut-être dans l’esprit évoqué dans la dédicace du Voyage, p. 254 : « voulant faire comme ceux qui après avoir escrit quelque belle œuvre, la dedient plustost à ceux de qui ils esperent de la faveur » ? La similitude avec Nicolas Machiavel (1469-1527) vient à l’esprit ; le Florentin dédie son Prince à Laurent II de Médicis (1492-1519), responsable de son exil. Les années 1630 sont celles de nombreuses publications politiques consacrées au Prince et aux Maximes d’État.

54 Henri II de Rohan, Le Parfaict capitaine autrement l’abrégé des guerres de Gaule des commentaires de César. Avec quelques remarques sur icelles. Suivy d’un Recueil de l’ordre de guerre des anciens, ensemble d’un Traité particulier de la guerre, Paris, Jean Heuzé, 1636.

55 Henri II de Rohan, Les Mémoires du duc de Rohan, Amsterdam, Louys Elzévir, 1644. L’édition de 1646 porte un titre plus explicite : Mémoires du duc de Rohan sur les choses advenues en France depuis la mort de Henry le Grand jusques à la paix faite avec les réformez au mois de juin 1629, S.l., s.n. [Amsterdam, Elzévir], 1646.

56 Henri II de Rohan, Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse, Amsterdam, Louys Elzevier, 1646.

57 Jack Alden Clarke, Huguenot warrior : the life and times of Henri de Rohan, 1579-1638, La Haye, Martinus Nijhoff, 1966, p. 13, signale une copie annotée de la main de Rohan à la Bibliothèque de l’Institut, Collection Godefroy, MS 650. Vérification faite, ce manuscrit, Description d’Allemagne, Italie, Hongrie, Bohême, Pays-Bas unis sous les Estats, Angleterre, et Escosse […] ; ouvrage très beau, fait, composé et escrit de la main propre de Monsieur Henri, duc de Rohan et dédié par lui mesme à Madame sa mère, le tout commencé ainsi que son voyage le 8 de may 1598 et fini dans le mois de février de l’année 1600, de l’Institut de France (126 feuillets, cote MS 650) renseigne en effet sur le lien entre ce texte et les éditions posthumes, grâce à l’archiviste Denis Godefroy (1615-1681, fils d’un huguenot abjuré), f° 1v : « Ce journal est à la suite des Mémoires de Henry, duc de Rohan, 2e partie, page 200. Il a esté imprimé sur une copie fidèle et exacte, très conforme à cet original écrit de la propre main de l’autheur. Il m’a esté donné par Mr l’abbé Ménard, mon parent, pour le joindre à ma bibliothèque, dont je lui suis très obligé. » La datation, toutefois, est erronée (voir infra).

58 Henri II de Rohan, La harangue de Monseigneur le duc de Rohan, Ambassadeur extraordinaire pour le Roy aux Suisses & Grisons. Faite par le commandement de sa Majesté en leur Assemblée generale tenuë à Baden, le premier iour de Iuin 1632, Paris, Jean Martin, 1632, p. 4.

59 Friederich Pieth, Bündnergeschichte, Coire, F. Schuler, 1945, p. 221-223. La Kettenbund [« alliance de la chaîne »] de février 1637 accule Rohan dès le mois de mars dans une fortification qu’il avait fait construire en 1631 ; en mai, le duc est escorté à Coire « avec les honneurs ».

60 Rohan, Voyage, p. 216. Cf. Fauvelet du Toc, op. cit., p. 186.

61 Wolfgang de Bavière, apparenté de Guillaume de Nassau, est mort à Nexon en Limousin au cours de la troisième Guerre de Religion ; Louis de Nassau, gouverneur d’Orange au nom de son frère aîné Guillaume d’Orange, est également actif en France, avant de s’engager dans la Révolte des Pays-Bas. Il trouve la mort lors de la bataille de Mook en avril 1574. Voir Hugues Daussy, « Louis de Nassau et le parti huguenot », in Yves Krumenacker (dir.), Entre Calvinistes et Catholiques. Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord (xvie-xviiie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 31-43.

62 Rohan, Mémoires du Duc de Rohan, p. II. Dans son Voyage, p. 235-236, Rohan évoque le « supplice » de la Saint-Barthélémy : « journée qui sera aussi malheureuse en l’autre monde aux inventeurs & executeurs d’icelle, qu’elle le fust en cesluy-cy aux gens de bien : journée aussi indigne d’estre advenuë en la Chrestienté, que sont indignes d’estre appellés Chrestiens les executeurs de telles cruautés : journée dis-je advenue en France non naturellement, mais par l’art du Diable, qui eust par permission de Dieu ceste puissance sur ses serviteurs, afin de monstrer la constante resolution de ceux qui resterent, & que ce n’estoit la prudence humaine de ces massacrés qui maintenoit son Église, mais la seule divine puissance. »

63 Antoine Fauvelet du Toc, op. cit. L’édition porte la marque des Elzevir, la sphère armillaire. L’ouvrage est dédié à Louis de Rohan-Chabot (1652-1727), petit-fils d’Henri II de Rohan par le biais de sa fille Marguerite. Dans l’édition de Paris, « suivant la copie imprimée », 1667 (utilisée ici), p. I-II, la dédicace se lit ainsi : « J’ay quelque joye de vous presenter cette Histoire, car je suis persuadé que vous en aurez beaucoup à la lire ; Vous estes petit fils du Duc de Rohan ; sa vie doit estre le modele de la vostre, & comme il n’y a rien que de grand en toutes ses actions, & qu’il y a en a mesme quantité d’extraordinaires, la passion que vous avez de les imiter vous fera trouver un extreme plaisir en tous les endroits où il a trouvé de la gloire. » Mais, si son petit-fils a en effet combattu l’Espagne au cours de la Guerre de Dévolution (1667-1668), imitant en cela son ancêtre, il a transformé le temple du château de Pontivy en chapelle, et déplacé les tombeaux des aïeuls calvinistes qui s’y trouvaient vers le cimetière situé à l’extérieur.

64 Rééditions en 1667, 1669 ; par la suite sous le titre mystérieux Histoire secrète de Henry, duc de Rohan, pair de France, 1697 « à Cologne », chez l’imprimeur fictif Pierre Marteau.

65 Rohan, Voyage, p. 2.

66 Ibid., p. 255.

67 Ibid., p. 254.

68 Ibid., p. 224.

69 Comme dans le titre Mémoires du Duc de Rohan, sur les choses advenuës en France, depuis la mort de Henry le Grand, jusques à la Paix faite avec les Reformez au mois de Iuin 1629, de l’édition de 1646.

70 Rohan dresse en outre le parallèle entre le long siège par Charles Quint de la cité protestante de « Meidenbourg » (Magdebourg, septembre 1550-novembre 1551) et le « siege de la Rochelle. C’est que l’un & l’autre nous montre est que la deffence de Dieu est plus forte que la force de tous les humains ensemble. » Cette référence au siège de février-juin 1573 est rendue caduque par la chute de la ville en 1628. Rohan, Voyage, p. 136.

71 Rohan, Voyage, p. 223. Le titre indique le trajet : Voyage du Duc de Rohan, faict en l’an 1600, en Italie, Allemaigne, Pays-Bas Uni, Angleterre, & Escosse ; toutefois, l’ordre exact est : Empire germanique, Italie, de nouveau l’Allemagne, Provinces-Unies, Angleterre, puis finalement Écosse. Les « 20 mois » correspondent au périple en dehors des frontières françaises.

72 Hormis le « 8 May » mentionné p. 3, le Voyage ne comporte aucune date. Le départ a dû intervenir en 1599. Le baptême de Charles Ier a lieu en la présence de Rohan le 30 décembre 1600 à Édimbourg. Le mémorialiste Pierre de l’Estoile (1546-1611) mentionne le retour des frères Rohan et Soubise dans son Journal. E. Halphen (éd.), Journal inédit du règne de Henry IV 1598-1602 par Pierre de l’Estoile, publié d’après le manuscrit de la Bibliothèque impériale, Paris, Auguste Aubry, 1862, p. 192-193 : « Le Dimanche XXVe de ce mois [de février 1601], Messieurs de Rohan [Rohan et Soubise], après avoir voiagés par divers provinces de l’Europe, arrivèrent à Paris, où ils apportèrent les premiers les nouvelles d’un très grand remuement en Angleterre par le Comte Dessexe. » Robert Devereux, comte d’Essex, (1565-1601) est exécuté le même jour à Londres pour avoir ourdi une conspiration.

73 Rohan, Voyage, p. 9, à l’occasion de son séjour à Strasbourg. Cf Ibid., p. 12 « toutes les bonnes cheres » faites à Heidelberg.

74 Ibid., p. 12. La chasse est l’activité nobiliaire par excellence, comme le jeu de bague (survivance des tournois, où le cavalier démontre son adresse en attrapant une bague avec la pointe de sa lance).

75 Ibid., p. 12. Il s’agit de Frédéric IV du Palatinat (1574-1610, comte palatin dès 1583), instigateur de l’Union protestante (1608). Avec Louise-Juliana d’Orange-Nassau (1576-1644), fille de Guillaume d’Orange, il est le père de Frédéric V (1596-1632, électeur palatin (1610-1623) et éphémère roi de Bohême (1619-1620), avant de se réfugier aux Provinces-Unies).

76 Ibid., p. 201.

77 Ibid., p. 200.

78 Ibid., p. 200-201.

79 À une seule occasion Rohan rapporte l’opinion d’un savant humaniste contemporain qu’il a personnellement rencontré, chez l’Électeur palatin. Pour établir l’étymologie du nom « Heidelberg », il rapporte les propos de Paul Schede (1539-1602), dit « Paul Melissus, qui gouverne la Bibliotheque de ce Prince (qui est la plus belle d’Allemaigne) ». Rohan, Voyage, p. 13. L’historien contemporain Guillaume Camden (1551-1623), est mentionné (« Camdenus, homme tres docte », Voyage, p. 181) dans la description des îles britanniques. Guillaume Camden, Britannia, sive Florentissimorum regnorum Angliae, Scotiae, Hiberniae et insularum adjacentium ex intima antiquitate chorographica descriptio, authore Guilielmo Camdeno, Londres, R. Newberry, 1586. Enfin, pour la description de la ville de Meissen, il évoque une chronique manuscrite, « la Chronique de Meissen ». Rohan, Voyage, p. 132.

80 Dans son Voyage, Rohan fait nommément référence aux auteurs classiques : « Annius » (Publius Annius Florus), Caton, Cicéron, « Dionysius Halicarnasseus » (Denys d’Halicarnasse), « Diodorus » (Diodorus Alexandrinus), Eustachius, « Livius » (Titus Livius), « Lucanus » (Marcus Annæus Lucanus), « Ammian Marcellin » (Ammianus Marcellinus), Pline (le jeune), « Ptolomée » (Ptolémée), « Sempronius » (Sempronius Asellio), Strabon, « Suetone » (Suetone), Tacite (dont il visite, Voyage, p. 111, la « metairie » près de Naples), Virgile.

81 Rohan, Voyage, p. 141 : à propos de Lunebourg, « Et a pris son nom du temple auquel on adoroit la Lune, comme tesmoigne Albertus Crantzius, en sa Chronique […]. » Albrecht Krantz (1448-1517) est l’auteur de la Chronica regnorum aquilonarium Daniae Suetiae Norvagiae, Strasbourg, Joannem Schottum, 1646.

82 Ibid., p. 209. Buchanan a enseigné en France (Paris, 1520, Bordeaux, dès 1539), avant de retourner en Écosse. Converti au calvinisme dès 1560, il est le précepteur de Jacques VI (1566-1625, roi d’Écosse dès 1567, d’Angleterre et d’Irlande, 1603).

83 Ibid., p. 50-51 : « Mais d’ou se derive le nom de Florence il y a plusieurs opinions, je m’arresteray à celle de Machiavel, qui en descrit l’origine fort curieusement, & tient pour la plus certaine qu’il a esté pris de Florinus chef de la Colonie », faisant ainsi de Florence l’héritière de Rome dans l’histoire. Rohan a pu consulter l’édition française, Histoire de Florence, de Nicolas Machiavel,... nouvellement traduicte d’italien en françois, par le seigneur de Brinon, Paris, J. Borel, 1577.

84 Ibid., p. 186. Chez Machiavel, ce sujet et celui des mercenaires sont récurrents, notamment dans Le Prince, chapitres XII à XIV, Les Discours, livre II, chapitre xx, Ibid., III, xxxi, et dans l’Art de la Guerre. Le Prince de Nicolas Machiavelle […] traduit d’italien en françois par Guillaume Cappel, Paris, C. Estienne, 1553 ; Discours de l’estat de paix et de guerre de messire Nicolas Macchiavelli […] sur la première décade de Tite-Live, traduict d’italien en françoys par Gaspard d’Auvergne, Paris, H. de Marnef et G. Cavellat, 1571.

85 Rohan, Voyage, p. 251.

86 Machiavel, Le Prince, dédicace, p. 289. Néanmoins, Rohan multiplie également les références aux historiens antiques dans son Voyage, rendant l’opposition à Machiavel purement formelle.

87 Ibid., p. 199.

88 Ibid., p. 199.

89 Ibid., p. 199.

90 Machiavel introduit le néologisme verità effettuale dans le chapitre XV du Prince, en opposition à « l’imagination », c’est-à-dire les modèles théoriques, idéaux : « Mais étant mon intention d’écrire choses profitables à ceux qui les entendront, il m’a semblé plus convenable de suivre la vérité effective de la chose que son imagination. Plusieurs se sont imaginés des Républiques et des Principautés qui ne furent jamais vues ni connues pour vraies ». Machiavel, Le Prince, XV, p. 334-335.

91 Rohan, Voyage, p. 255.

92 Ibid., p. 255.

93 Ibid., p. 255.

94 Ibid., p. 255.

95 Ibid., p. 156.

96 Ibid., p. 153.

97 Ibid., p. 148-149. Le lien perdure jusqu’à l’époque napoléonienne : la Frise orientale devient en 1807 un département du Royaume de Hollande (1806-1810).

98 Ibid., p. 155 : « Le bourg ou j’allay de la c’est Dameste, autrefois une fort bonne ville : mais ayant esté prise d’assaut par les Imperialistes sur les Gueldrois l’an 1526, elle fust desmantelée […]. » Dans les chroniques, les habitants d’Appingedam sont appelés « Dammenses », d’où la désignation « Dameste » chez Rohan. La ville est prise sur Charles de Gueldre (1467-1538) par Charles Quint en 1536 (et non 1526), lors de sa conquête des Pays-Bas.

99 Rohan donne un aperçu des conditions de voyage, élément pourtant souvent absent des relations de voyage, lors de sa traversée par bateau : « Partant de Wlissingen ou je m’embarquay pour passer en Angleterre, je me resolus d’aborder à Margat [Margate] qui est à l’emboucheure de la Thamise riviere qui passe à Londres. Mais, comme je croy, n’ayant declaré mon intention aux vents, ils ne me furent favorables pour ce dessein. Car apres qu’ils nous eurent tenus vagabonds sur la mer 4 jours & 5 nuicts par une tempeste, nous fusmes contraincts de rompre nostre dessein & d’aborder un port nommé Harewigck [Harwich], de fort difficile acces & fort peu cognu de nos mariniers. En fin par la grace de Dieu nous y arrivasmes, non sans danger. » Ibid., p. 191.

100 Ibid., p. 151.

101 Ibid., p. 160.

102 Ibid., p. 206. L’auteur consacre à la République des Provinces-Unies près d’un huitième (13,33 %) de la relation de voyage proprement dite (comportant 225 pages). Dans la seconde partie, 31 pages supplémentaires sont réservées à la comparaison des différents régimes politiques.

103 Du Camp, op. cit., p. 249.

104 Rohan, Voyage, p. 163.

105 Ibid., p. 166. Hormis quelques « fols (desquels il se trouve assés grand nombre en ce pays la) », Ibid., p. 165.

106 Ibid., p. 255. À la différence du voyageur contemporain, sensible aux paysages, l’intérêt du voyageur du XVIIe siècle est essentiellement urbain. Les « lieux » de Rohan sont par conséquent des villes.

107 Ibid., p. 155. « le Roy d’Espaigne son fils » désigne Philippe II (1527-1598), fils et successeur de Charles Quint (1500-1558) comme souverain des Pays-Bas, en 1555.

108 Ibid., p. 155.

109 Ibid., p. 155. Une fortification est prévue à Delfzijl dès 1568 par le duc d’Albe, puis finalement construite dans les années 1570. Le fort est pris par Maurice de Nassau en juillet 1591. Francisco Verdugo (1536-1597, stathouder espagnol de Groningue dès 1581) échoue en 1594 dans sa tentative de reprendre le port.

110 Ibid., p. 156. Le siège se déroule du 22 mai au 22 juillet 1594. À cette époque, les troupes espagnoles sont également engagées dans la guerre avec la France, démontrant la synergie des deux pays dans la lutte contre l’ennemi commun.

111 Ibid., p. 157. Rohan a vu la citadelle tout juste achevée. Avec la conquête des provinces au-dessus de la Meuse, la fortification devient inutile. Elle est démolie avant la Trêve. Rohan est l’un des rares voyageurs à avoir vu l’éphémère construction. Après la conquête de la ville catholique de Bois-le-Duc en 1629, une citadelle similaire est construite en 1637. Avec le château fort d’Utrecht (Vredenburg, démoli en 1577, pendant les Troubles), ce sont les seuls exemples aux Provinces-Unies de citadelles, destinées à contrôler la population.

112 Machiavel, Discours, II, xxiv, p. 581 : « Elles [les forteresses] servent ou à s’opposer à des ennemis, ou à se défendre contre des sujets. Dans le premier cas, elles ne sont pas nécessaires ; dans le second, elles sont nuisibles. »

113 Rohan, Voyage, p. 223.

114 Ibid., p. 157.

115 Ibid., p. 160. La reprise du flambeau de la Flandre, et l’extraordinaire croissance sont également présents dans Parival, op. cit., p. 5. « Sous le nom des Pais bas sont comprises les dix sept Provinces, dont la plus estimée estoit la Flandre devant les troubles, voire les Provinces esloignées, par icelle entendoient touts les Pais bas. Aujourd’huy la Hollande est la principale, & par une revolution admirable est doublement ce que fut jadis la Flandre, la plus noble plus illustre & la plus debattüe compté de l’univers. »

116 Rohan, Voyage, p. 163-164. Tout en donnant aux chiffres une tournure vertigineuse, Rohan a bien cerné la spécialisation d’Amsterdam, c’est-à-dire le commerce en vrac. La navigation sur la mer baltique (importation de céréales, essentiellement), est appelée la « mère des négoces ». Le voyageur signale également le commerce au long cours, tout récent (la VOC n’est fondée qu’en mars 1602). Voir Hans den Haan, Mœdernegotie en grote vaart. Een studie over de expansie van het Hollandse handelskapitaal in De 16de en de 17de eeuw, Amsterdam, SUA, 1977, Pierre Jeannin, Marchands du Nord : Espaces et trafics à l’époque moderne, Paris, Presses de l’ENS, 1996.

117 Ibid., p. 165.

118 Ibid., p. 159-160.

119 Ibid., p. 159.

120 Fauvelet du Toc, op. cit., p. 14. C’est Fauvelet du Toc qui souligne. Il est à noter que le titre de Prince d’Orange ne revient à Maurice qu’au décès de son frère aîné Philippe-Guillaume en février 1618. Les Délices de la Hollande de l’auteur catholique Jean-Nicolas Parival, amplement diffusés au XVIIe siècle, véhiculent la même opinion : « Veritablement le jeune Comte Maurice ayant pris le fardeau du gouvernement sur les épaules, les Hollandois ont plus fait en 20 ans que les Romains apres l’etablissement de leur Republique, en deux cents. » Parival, op. cit., p. III. Voir Andreas Nijenhuis, « La Hollande du Siècle d’Or à l’aune des Délices de la Hollande de Jean-Nicolas de Parival », in Gilles Bertrand (dir), Voyage et représentations réciproques (xvie-xixe siècle). Méthode, bilans et perspectives, Grenoble, CRHIPA, 2009 (Les Cahiers du CHRIPA, n° 15).

121 Christian Lazzeri (éd.), Henri de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, Paris, PUF, 1995, p. 211 (Textes).

122 Rohan, Voyage, p. 167-168. « Guillaume Comte de Hollande » est Guillaume II (1228-1256), comte de Hollande et de Zélande (1234-1256) et « Roy des Romains », c’est-à-dire Empereur du Saint Empire romain germanique (dès 1248).

123 Ibid., p. 207-208.

124 Ibid., p. 208.

125 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 260.

126 Ibid., p. 260.

127 Marquis de la Grange, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, Duc de la Force, Paris, Charpentier, 1843, tome I, p. 447. Lettre à Jacques Nompar de Caumont de Boulogne, « du camp, près Wesel », datée du 20 octobre 1606.

128 Ibid., p. 448. Lettre à Jacques Nompar de Caumont de Boulogne, datée du 25 novembre 1606. Quasiment au même moment, la bonne entente franco-espagnole est illustrée par le mariage, le 23 novembre à Fontainebleau, de Philippe-Guillaume d’Orange et d’Éléonore-Charlotte de Bourbon-Condé (1587-1619). Le frère aîné de Maurice de Nassau, proche de l’archiduc Albert, est également rétabli par l’entremise d’Henri IV dans ses droits sur la principauté d’Orange, où il fait son entrée en 1607.

129 Ibid., p. 448-449. Lettre de Boulogne, datée du 25 novembre 1606. Henri IV ordonne à Rohan de se rendre dans son fief sans se présenter à la cour, pour être intervenu contre l’Espagne malgré la paix faite avec la France.

130 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257-258. La référence à « l’armee du Prince de Parme » concerne l’Invincible Armada, défaite pendant l’été 1588 (année même de la naissance de la République) par les efforts conjugués des Anglais et des États. Elle devait transporter les troupes d’Alexandre Farnèse (1545-1592, gouverneur des Pays-Bas dès 1578), duc (et non prince) de Parme, des Pays-Bas en Angleterre, afin de rétablir le catholicisme dans ce pays. L’« Archiduc » est Albert d’Autriche (1559-1621) qui règne sur les Pays-Bas avec l’infante d’Espagne Isabelle Claire Eugénie (1566-1633). Le blocus maritime frappe essentiellement Anvers, mais s’applique à toute la côte entre Anvers et Dunkerque, ruinant ainsi le commerce maritime autrefois si florissant aux Pays-Bas espagnols.

131 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258. « Monarchie Chrestienne » dans le sens d’européenne, englobant toute la Chrétienté. L’expression désigne ici l’Espagne dans son ambition messianique, proclamée par maints auteurs ibériques.

132 Rohan, Le Parfaict capitaine, p. 72. C’est Rohan qui souligne dans ses « Remarques » à propos de la « Neufiesme guerre. Livre VII » des Commentaires sur la Guerre des Gaules de César. Reconnaissant les mérites de l’ennemi, il met en exergue une des victoires emblématiques de l’annus mirabilis espagnole (Breda). « Ostande » se réfère au siège homérique d’Ostende (juillet 1601-septembre 1604) terminé par Spinola ; « Breda » à la prise par le même de cette ville (août 1624-juillet 1625) ; « Bolduc » à l’investissement de Bois-le-Duc par Frédéric-Henri de Nassau (d’avril à septembre 1629). Des circonvallations sont utilisées dans tous ces exemples, comme par César à « Alexie » (Alésia). Maurice de Nassau a réintroduit la technique lors des sièges de Cœvorden (d’août à septembre 1592) et Geertruidenberg (de mars à juin 1593). Pour le siège de Bois-le-Duc, vu par Turenne, voir Andreas Nijenhuis, « État calviniste et société multiconfessionnelle à l’aune de récits français dans le contexte de la Révolte (1568-1648). L’exemple des Pays de la Généralité après la prise de Bois-le-Duc (1629) », Chrétiens et sociétés, Lyon, LARHRA, 2010, n° 17.

133 Rohan, Le Parfaict capitaine, p. 228.

134 Rohan, Voyage, p. 155.

135 Ibid., p. 161.

136 Ibid., p. 223.

137 Ibid., p. 160.

138 Ibid., p. 160.

139 Ibid., p. 251.

140 Ibid., p. 153. Les « bruslements & cruautés extraordinaires » désignent la répression politico-religieuse par l’Inquisition, accentuée après l’iconoclasme de 1566 par l’instauration du Conseil des Troubles (1567-1576) : environ 1 000 exécutions et 10 000 bannissements.

141 Apologie ou defense de Guillaume prince d’Orange contre le ban et edit publie par le roi d’Espagne ensemble le dit Ban ou proscription, Delft, 1581 (le texte est présenté aux États Généraux en décembre 1580).

142 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 256.

143 Jean Le Laboureur, Histoire et relation du Voyage de la Royne de Pologne, et du retour de la Mareschalle de Guebriant, ambassadrice Extraordinaire, & Sur-intendante de sa conduite, par la Hongrie, l’Austriche, Styrie, Carinthe, le Frioul & l’Italie, avec un discours historique de toutes les Villes & Estats, par où elle a passé, Paris, Jean Camusat, 1647, p. 61-62.

144 Pour l’ecclésiastique Salisbury, la transgression de la loi divine fait basculer le prince dans la tyrannie. Cf. Cary J. Nederman (trad., éd.), Jean de Salisbury, Policraticus, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 25 (livre III, xv): « [...] whœver dœs not prosecute him [the tyrant […] a public enemy] transgresses against himself and against the whole body of the earthly republic. »; Ibid., VII, xvii; xviii; xx; xxi, p. 206: « [...] it is lawful and glorious to kill public tyrants [...] » ; xxiii.

145 Louis Guichardin, Description de tout le Païs-Bas, autrement dict la Germanie inférieure ou Basse-Allemagne, par messire Lodovico Guicciardini, Anvers, G. Silvius, 1567. Lodovico Guicciardini est un marchand florentin, installé à Anvers (et parenté à l’historien François Guichardin). Son texte original, Commentarii di Lodovico Guicciardini delle cose più memorabili seguite in Europa, specialmente in questi Paesi Bassi, dalla pace di Cambrai, del 1529, insino a tutto l’anno 1560, Venise, N. Bevilacqua, 1565, est traduit et régulièrement réédité tout au long du siècle. Il s’arrête toutefois en 1560, c’est-à-dire avant l’iconoclasme de 1566 et le début de la Révolte. Le journal de Bénard, aux Pays-Bas pendant la Trêve, ne comporte pas d’analyse politique. Nicolas Bénard, Le voyage de Hierusalem et autres lieux de la terre sainte, faict par le sieur Benard Parisien Chevalier de l’ordre du Saint Sépulchre de Notre Seigneur Jesus Christ Ensemble son retour par l’Italie, Suisse, Allemagne, Holande et Flandre, en la tres fleurissante et peuplee Ville de Paris Avec une ample description des choses plus remarquables et une instruction necessaire pour les pelerins voyageurs es saints lieux cy dessus de Hierusalem, Paris, Denis Moreau, 1621.

146 Claude Joly, Voyage fait a Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1670, p. 142. Claude Joly se rend à deux reprises aux Provinces-Unies, à l’automne 1646 et au printemps 1647.

147 Christian Lazzeri (éd.), Henri de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, Paris, PUF, 1995, p. 211 (Textes).

148 Rohan, Voyage, p. 149-150.

149 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 255. La même lecture politique d’une alliance mutuellement bénéfique entre la France et la République des Provinces-Unies se rencontre chez Parival, op. cit., p. III : « Cette noble Republique a receu de grandes assistences de la France, aussi a-t-elle fait de puissantes diversions en faveur de ce royaume, & a tousiours eu un soin tres particulier de secourir ses alliez, desquels elle avait été aidée au besoin. »

150 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 209.

151 Rohan, Voyage, p. 207-208. Jacques VI d’Écosse, en succédant à Élisabeth Ière en 1603, ne réalise que l’union personnelle des deux royaumes et devient Jacques VI-Jacques Ier.

152 Ibid., p. 206.

153 Rohan emploie le terme pour désigner un peuple : « notre roy & sa nation » (Voyage, p. 43), « notre nation » (Ibid., p. 214), « ma nation » (Ibid., p. 226) et « la nation Françoise » (Ibid., p. 233) désignent par exemple la France, et le peuple français.

154 Rohan, Voyage, p. 226.

155 Ibid., p. 225.

156 Rohan, Voyage, p. 58. Toutefois, pour l’art de la guerre, Rohan conserve l’antiquité romaine comme modèle. Rohan, Le Parfaict capitaine, p. 209 : « Bref ceux qui s’approchent le plus de la maniere de guerre des anciens Romains, aussi bien aux sieges qu’à la campagne, ce sont ceux qui se rendent les plus excellents Capitaines. » Un auteur catholique comme Jean-Nicolas Parival conserve le modèle antique, mais argue que les Provinces-Unies ont dépassé les Anciens : « Que les Romains ne se vantent plus d’avoir subjugué l’Afrique, & combattu contre des serpens & des bestes venimeuses, & d’avoir estendu les limites de leur estat jusques au mont Atlas, qu’ils n’oserent passer : les Macedoniens d’avoir passé ces pais sablonneux qui par certains vents, & en certains temps, couvrent les chemins, accablent les armées & semblent mettre des barrieres pour defendre le passage. Je chante bien d’autres merveilles, des entreprises bien plus difficiles, des exploits plus glorieux, & des sources inepuisables de plus grans butins, que n’ont pas fait ces nations susdites, lesquelles au milieu de leur Navigation ont fait naufrage, ou apres leur victoire sont tombez entre des escueils ; qui les ont fait perir. » Parival, op. cit., p. 181-182.

157 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 159 (Dédicace).

158 Du Camp, op. cit., p. 159 (lettre datée du 22 février 1857). Du Camp reconnaît néanmoins à Venise un caractère « unique et incomparable ».

159 Rohan, Voyage, p. 162-163.

160 Ibid., p. 163.

161 Ibid., p. 247-248.

162 Ibid., p. 247.

163 Ibid., p. 245-246.

164 Ibid., p. 9.

165 Ibid., p. 9.

166 Ibid., p. 7.

167 Ibid., p. 52. Tout le dédain d’un noble de haute extraction à l’égard des enfants illégitimes transparaît dans la suite de l’historique : « Mais apres tant de discordes & de mutations, du temps du Pape Clement 7 (qui estoit de la maison de Medicis) & à sa requeste l’empereur Charles quint envoya Philippe prince d’Orange [Philibert de Chalon, 1502-1530] pour assieger la ville : laquelle s’estant rendue l’an 1530, receut Alexandre [de Médicis, 1510-1537] fils bastard de Lorenzo de Medicis [Laurent II de Médicis, 1492-1519, dédicataire du Prince de Machiavel et père de Catherine de Médicis, 1519-1589] pour leur Duc, auquel ledit Charles quint donna sa bastarde nommée Marguerite [de Parme, 1522-1586, gouvernante des Pays-Bas, 1559-1567] pour femme. Mais ce mariage de bastards n’estant reüssi, ledite Alexandre au bout de 6 ans fust tué par Diego Francesco de Medicis [Lorenzino de Médicis, dit Lorenzaccio, 1514-1548], sans avoir laissé aucuns enfans. » Ibid., p. 52-53. S’y exprime aussi vis-à-vis de l’Empereur, catholique, et du Pape tout son rejet.

168 À Milan, Rohan a recours à un subterfuge digne d’un espion pour visiter les fortifications, « me disant estre Lorrain j’entray dans la Citadelle, que je vis fort à mon aise ; pource que comme François il es tres difficile & presque impossible de la voir, à cause que les Espagnols craignent plus ce nom qu’ils ne l’ayment. » Rohan, Voyage, p. 41.

169 Ibid., p. 247.

170 Ibid., p. 247.

171 Ibid., p. 10. Pourtant, l’équipement militaire de Strasbourg est érigé en exemple, Ibid., p. 9-10 : « L’arsenal [est] autant admirable qu’il est possible, pour la quantité d’artilleries & autres armes, & grand nombre de munitions pour les mettre en œuvre : si bien entretenuës, si nettes & si bien ordonnées (comme celles à mon advis qui n’ont encore point veu le jour) qu’il ne se peut rien voir au monde de plus beau. Le nombre de ladite artillerie est de 370 pieces de fonte, montées par rouets [c’est-à-dire sur des affûts de fortification, et non de batterie de campagne, à roues]. » Le sujet des villes allemandes qui se préparent à la guerre pour maintenir la paix est également traité par Machiavel, dans son Rapport sur les choses d’Allemagne, p. 128 et passim, repris dans le Prince.

172 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257.

173 Hans L. Zwitzer, ‘De militie van den staat’. Het leger van de Republiek der Verenigde Nederlanden, Amsterdam, Van Sœren, 1991, p. 44.

174 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 257.

175 Rohan, Voyage, p. 250.

176 Ibid., p. 250-251. Ibid., p. 249-250 : « Car il faut considerer que ce qui a gardé Venise des divisions, & par consequent conservé de ruine interne, c’est la façon de laquelle leur Republique s’est faicte. » Cf. Machiavel, Discours, I, lvi, p. 499 : « […] Le nom de gentilhomme n’est chez eux qu’un titre fait pour attirer la considération, le respect, et n’est nullement établi sur aucun des avantages dont les nobles jouissent ailleurs. Venise n’est divisée en noblesse et en peuple que comme les autres républiques sous des noms différents ; il est convenu que les nobles y ont tous les honneurs, toutes les places, que le peuple en est exclu ; ce partage ne provoque aucun désordre, et nous en avons dit les motifs. »

177 Ibid., p. 248-249.

178 Citation approximative de Tacite, Annales, XIII, XIX : « Nihil mortalium tam instabile ac fluxum est quam fama potentiæ non sua vi nixæ », c’est-à-dire « Rien n’est si faible ou instable que le renom d’une puissance qui ne s’appuie pas sur une force à elle. »

179 Machiavel, Le Prince, XIII, p. 332. Cf. Machiavel, Discours, II, xx, p. 570 : « Si je n’avais pas traité fort au long dans un autre ouvrage [c’est-à-dire Le Prince, et non l’Art de la Guerre, postérieur] du peu d’avantage qu’on peut retirer des troupes mercenaires et auxiliaires, et de l’utilité d’employer une milice nationale, je m’y étendrais davantage ici, mais puisque j’en ai longuement écrit, je serai bref. » ; Discours, III, xxxi, p. 688-689 : « Il ne me paraît point hors de propos de répéter ici ce que j’ai déjà dit ailleurs : que les armées bien composées sont l’appui le plus solide de tous les États, et qu’il ne peut y avoir sans elles ni lois sages, ni aucun établissement utile ; on constate leur nécessité à chaque page de l’histoire romaine. »

180 Rohan, Voyage, p. 248.

181 Ibid.

182 Ibid., p. 246-247.

183 Ibid., p. 249. Dans la description de la ville dans la première partie du texte, l’auteur affirme (p. 31) que Venise n’a « jamais changé de gouvernement depuis 1100 ans qu’il y a qu’elle dure. » Dans l’historiographie vénitienne traditionnelle, la fondation de la cité a lieu en 452 (soit 1 148 ans avant le voyage de Rohan). L’indépendance de Venise date de 781, et est confirmée par Charlemagne en 810. Voir l’ancien mais complet Auguste Bailly, La sérénissime république de Venise, Paris, Fayard, 1958.

184 Ibid., p. 30-31. Cf. Machiavel, Discours, I, xxxiv, p. 457 typant la république aristocratique vénitienne : « La république de Venise, qui mérite la réputation de sagesse dont elle jouit, a réservé à un petit nombre de citoyens une autorité qui, dans les besoins urgents, leur donne la faculté de s’accorder pour prendre seuls des déterminations jugées nécessaires ».

185 Ibid., p. 251. Cf. Encyclopédie, tome XVII, p. 5, article « VENISE, (Géog. mod.) » : « Quoique Venise soit ouverte de toutes parts, sans portes, sans murailles, sans fortifications, sans citadelle & sans garnison ; elle est cependant une des plus fortes places de l’Europe. »

186 Machiavel, Discours, III, xxxi, p. 687-688. « Vaïla » est Agnadel, où Venise a été défaite par les Français en mai 1509. Cf. « demi-déroute » et Gasparo Contarini, The commonwealth and government of Venice, traduit de l’Italien en anglais par Lewes Lewkenor Esquire, Londres, 1599: « our armie had been vanquished […] with incredible slaughter ». L’ouvrage De magistratibus ac reppublica venetorum libri V de Gasparo Contarini est également traduit du latin en français par Jehan Charrier : Des Magistratz et république de Venise, Paris, Galiot Du Pré, 1544, 104 ƒ.

187 Machiavel, Discours, I, vi, p. 397 évoque la suite de la quatrième guerre d’Italie : « Les conquêtes entraînent la perte des républiques faibles. Sparte et Venise en sont la preuve. La première, ayant soumis presque toute la Grèce, à la plus légère attaque, découvrit la faiblesse de ses fondations. À peine Thèbes se fut-elle révoltée, ayant Pélopidas en tête, que les autres villes de la Grèce se soulevèrent également, et Sparte fut presque détruite. Venise occupait une grande partie de l’Italie, et elle l’avait acquise moins par les armes que par la ruse et l’argent : quand elle fut obligée de faire l’épreuve de ses forces, elle perdit tout en une journée, à Ravenne [en avril 1512, lorsque Louis XIII bat les troupes de la Sainte Ligue]. »

188 Rohan, Voyage, p. 245-246.

189 Ibid., p. 31.

190 Rohan, Discours politiques du Duc de Rohan, p. 258. Cf. Parival, op. cit., p. 178 : « les Hollandois sçavent aussi bien tenir la balance des interest au couchant & au Nort, que les Venetiens au midy & en Italie. »

191 Rohan, Voyage, p. 251-253. Cf. Parival, op. cit., p. 1 : « j’entreprends de parler des delices de cette Republique, une des plus augustes, plus heureuses & puissantes qui fut jamais, & de ce qui s’est passé de plus memorable, tant devant que durant les troubles, jusques a la publication de la Paix [de 1648], dont nous joüissons aujourd’huy avec tant de gloire, & benediction de ses armes […]. »

192 Jean Louis Guez de Balzac, Discours politique sur l’estat des Provinces Unies des Pays-Bas, par J.L.D.B. Gentilhomme François, Leyde, Jean Maire, 1638, p. VI. La citation provient de l’épreuve d’imprimeur corrigée par Guez de Balzac en personne. Bibliothèque nationale de France, collection des Manuscrits Dupuy, n° 517, f° 157-161v. Pour la controverse avec Heinsius menant à la publication de cet exercice discursif, voir Andreas Nijenhuis, « État calviniste...», op.cit.

193 Encyclopédie, tome XIV, p. 158, article « République fédérative, (Gouvernem. polit.) ». Le tome XIV est paru en décembre 1765.

194 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 214.

195 Ibid., p. 212.

196 « La concorde donne de la force à ce qui en manque ; la discorde détruit la puissance la plus grande. » Généralement, seule la première partie de la devise (issue de la Guerre de Jugurtha de Salluste) est employée, par exemple sur la monnaie des Provinces, que Rohan a sans doute eu en main. Louis de Jaucourt (1704-1779) la rapporte dans son intégralité, et résume dans l’article « République fédérative, (Gouvernem. polit.) » de l’Encyclopédie, tome XIV, p. 158 : « Après tout, la concorde est le grand soutien des républiques fédératives ; c’est aussi la devise des Provinces-unies confédérées : concordiâ res parvae crescunt, discordiâ dilabuntur. »

197 Deyon, op. cit., p. 154.

198 Rohan, Voyage, p. 253.

199 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 162.

200 Ibid., p. 162.

201 Ibid., p. 162.

202 Rohan, Voyage, p. 247-248.

203 Ibid., p. 248.

204 Selon une théorie des climats qui remonte à l’Antiquité, reprise par Machiavel, et qui est celle complexifiée de Bodin, citant également la Suisse.

205 Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté, p. 181-182. Rohan a modifié son opinion quant au lien entre la guerre et la prospérité. Cf. Rohan, Voyage, p. 253 : la République des Provinces-Unies « est affligée par guerre d’un des plus puissants Princes du monde, qui luy oste bien le loisir d’amasser des grands tresors : au contraire ils ne peuvent fournir à la despence qu’il convient faire pour subvenir à leur besoin. »

206 Rohan, Voyage, p. 223.

207 Le huguenot français Innocent Gentillet (1535-1588) publie durant son exil à Genève un Discours sur les moyens de bien gouverner et soutenir en bonne paix un royaume ou autre principauté. Contre Machiavel, s.l. [Genève, F. Etienne], 1576. Le catholique Richard Verstegan dénonce aux Pays-Bas dans son Theatre des Cruatez des Heretiques de nostre temps, traduit du latin en français, Anvers, Adrien Hubert, 1588, p. 69-85 : les « persecutions contre les catholiques par les Protestants Machiavellistes en Angleterre. » Voir également Christine Vicherd, « Les Frondeurs, Machiavel et la monarchie française », in : Laurence Ciavaldini Rivière, Anne Lemonde-Santamaria, Ilaria Taddei (éd.), op. cit.

208 Rohan, Voyage, p. 249.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. - La tombe d’Henri II de Rohan, dans le temple Saint-Pierre de Genève
Légende Trônant sous un portique à l’antique, Rohan est représenté en armure. Paré du bâton de commandement et d’une Bible, il est figuré en défenseur de la « vraye Religion ». L’épitaphe s’adresse au public, que la statue de marbre blanc embrasse d’un regard déterminé : « Passant, ne cherche pas ici le récit en détail des hauts faits d’Henry de Rohan ; ils subsistent glorieusement et pour toujours dans la mémoire des hommes. » Le mausolée, érigé par sa fille Marguerite en remplacement du tombeau initial, renferme également les restes de sa femme Marguerite de Béthune et de Tancrède de Rohan (1630-1649), fils présomptif du duc (mais dont la légitimité est très contestée), élevé aux Provinces-Unies. La statue actuelle de 1890 est de la main de Charles François Marie Iguel (1827-1897), en remplacement de celle détruite en 1794.
Crédits © Cliché de l’auteur
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/3885/img-1.png
Fichier image/png, 6,8M
Titre Ill. - Le voyage d’Henri II de Rohan en Europe
Légende Le Voyage du duc de Rohan mentionne une centaine de villes d’étapes. Le nombre de localités où le voyageur a dû faire halte est certainement bien supérieur. En effet, certaines haltes sont éloignées de plusieurs centaines de kilomètres, et/ou sont séparées par des barrières naturelles.
Crédits [Cartographie : Andreas Nijenhuis avec l’aimable concours de Fabrice Delrieux pour le fond de carte]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/3885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Ill. - L’itinéraire du Voyage du duc de Rohan aux Provinces-Unies
Légende Présent dans la République à l’automne de 1600, Rohan a visité les provinces maritimes des Provinces-Unies au cours de son voyage (hormis la région de la Frise occidentale). Ses présences ultérieures, privée (en 1606) et en mission (en 1610), sont également reportées sur la carte.
Crédits [Cartographie : Andreas Nijenhuis]
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/3885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Nijenhuis-Bescher, « Les Provinces-Unies, une nouvelle Rome ? Henri II de Rohan (1579-1638), République et Calvinisme », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 55-.

Référence électronique

Andreas Nijenhuis-Bescher, « Les Provinces-Unies, une nouvelle Rome ? Henri II de Rohan (1579-1638), République et Calvinisme », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 13 mai 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3885 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3885

Haut de page

Auteur

Andreas Nijenhuis-Bescher

Université Savoie Mont Blanc, llseti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org