Navigation – Plan du site
Articles

Un discours controversé : la réception du Maréchal Pétain à Lyon par le Cardinal Pierre-Marie Gerlier, le 20 novembre 1940

Olivier Georges
p. 133-149

Texte intégral

Allocution de S. Em. le Cardinal Gerlier. Le 20 novembre 19401

  • 1 Discours écrit le 19 novembre 1940 et conservé sous forme de fiches rédigées de la main du Cardinal (...)

1Monsieur le Maréchal,

2Cette antique Primatiale, où j’ai l’honneur émouvant de vous accueillir, enferme dans sa longue histoire bien des souvenirs glorieux. Le spectacle qui s’y déroule ce matin apportera à ses annales une page dont nous resterons fiers.

3Si le temps m’était moins mesuré, j’aimerais évoquer devant vous tout ce qui fit de la cité de Lugdunum le berceau du christianisme dans les Gaules ; cette « aurore sanglante », illustrée à jamais par l’héroïsme des martyrs de 177. Persécution redoutable, où dans le même holocauste, se mélangeaient le sang de Pothin, le vieil évêque de 90 ans, et de Blandine, la petite esclave, que l’Église associe au Saint Pontife dans un culte qui a traversé les siècles.

4Pour m’en tenir à cette Primatiale elle-même, j’aimerais à redire ici un peu de tout ce qu’elle a vu. Car, sous ces voûtes, se sont déroulés des Conciles, et sont venus prier des Papes et des Rois. Les travaux de reconstruction, - car c’est déjà de reconstruction qu’il s’agissait -, étaient assez avancés en 1245 pour qu’on ait pu tenir le XIIIe Concile œcuménique, sous la présidence d’Innocent IV. C’est ici qu’en 1274 eut lieu, sous la présidence de Grégoire X, le grand concile où fut proclamée la réunion des Églises latine et grecque ; cinq cents évêques y assistaient avec mille abbés et prélats. En 1316, Jacques d’Euse, élu pape par le Conclave dans le couvent voisin des Jacobins, fut couronné dans cette cathédrale dont il prit le nom, Jean XXII ; Saint Louis y passa, Henri IV y fut marié. Pie VII y a béni les drapeaux de la Garde Nationale.

5Votre présence ici, Monsieur le Maréchal, demeurera, elle aussi, dans la mémoire de la postérité car elle constitue, en une heure historique, un geste singulièrement émouvant.

6La France, endeuillée et meurtrie, avait besoin d’un Chef qui lui montrât la voie du redressement et lui rendît confiance en son destin. Dieu a permis que vous fussiez là, auréolé d’une gloire dont l’éclat pouvait suffire à de moins nobles, animé d’un dévouement patriotique qui vous a rendu plus grand encore à tous nos yeux. Aux instants les plus dramatiques de notre épreuve, vous vous êtes, en termes inoubliables, donné à la France. Et la France, remuée jusqu’en ses profondeurs, vous a répondu en se donnant à vous.

7Avant-hier à Toulouse, à Montauban, hier à Lyon, vous avez pu mesurer avec quelle ferveur et quelle confiance elle l’a fait. Ce magnifique peuple de Lyon, dont on vous a peut-être dit qu’il s’enveloppait de réserve et de froideur, cette grande cité travailleuse, vouée aux labeurs multiples du commerce, de l’industrie, des arts, de la vie intellectuelle, de la vie spirituelle, vous avez senti de quel enthousiasme ils sont capables pour acclamer celui qui, une deuxième fois, vient sauver la Patrie.

8Hier, pendant que défilaient là-bas, Place Bellecour, sous nos yeux embués de larmes, ces troupes superbes et ces drapeaux que le malheur, loin d’abolir leur gloire, nous a rendus deux fois sacrés, avez-vous remarqué, Monsieur le Maréchal, que les appels vibrants de la foule, d’abord multiples, se sont fondus bientôt en deux seuls cris : « Vive Pétain ! » - « Vive la France ! ». Deux cris ? Mais non : ils n’en font plus qu’un seul. Car Pétain c’est la France ; et la France, aujourd’hui, c’est Pétain ! Pour relever la Patrie blessée, toute la France, Monsieur le Maréchal, est derrière vous.

9Mais la France, ce ne sont pas seulement les vivants ; ce sont aussi les morts : morts glorieux de la victoire, morts douloureux de la défaite, ensevelis dans les sillons sanglants de la terre ancestrale, ou perdus dans l’immensité des flots, ou frappés en plein ciel, dans les redoutables combats de l’air. Et nul de vous ne me reprochera, mes Frères, d’affirmer que les premiers ouvriers de la grande tâche réparatrice, ce sont eux, qui ont donné leur sang pour l’honneur du drapeau.

10Voilà pourquoi, en des jours semblables, il serait douloureux de les oublier. Voilà pourquoi nous les avons avec vous salués, hier, Monsieur le Maréchal, au monument qui garde leur souvenir. Voilà pourquoi nous vous avons convié à leur rendre, ici, le plus nécessaire de tous les hommages, celui de la prière.

11Merci, Monsieur le Maréchal, du geste paternel et chrétien qui vous a conduit dans cette cathédrale pour vous y associer. Merci aux collaborateurs d’élite dont nous sommes fiers de vous voir entouré, et à toutes ces autorités, à cette foule où se confond, sans distinction de classes, tout le peuple lyonnais.

12Nos morts, n’est-ce pas d’eux, mes Frères, que nous recevons la grande et indispensable leçon ? Au service de toutes les grandes causes, pour la rédemption de la Patrie cruellement frappée, il ne suffit pas de l’enthousiasme. Il faut le renoncement, le don de soi, le sacrifice. C’est par la souffrance que les peuples, comme les hommes, se rachètent. Il y a vingt siècles que le Christ nous l’a appris au Calvaire. Et nos morts nous le redisent après Lui.

13Leur immolation a préparé la formidable tâche ; à nous maintenant de l’achever. Et nous ne saurions la parfaire sans nous engager résolument dans la voie d’abnégation, d’effort, de travail obstiné, de vaillance devant l’épreuve à laquelle leur exemple nous convie.

14Ah ! puissent-ils nous y entraîner d’un irrésistible élan. De la lumière sereine où la miséricorde divine les a appelés, ils nous répètent l’enseignement séculaire de l’Évangile. Par votre courage au travail, par votre énergie devant la souffrance, par votre fidélité au culte du foyer, par la générosité de votre amour fraternel vous préparerez les lendemains réparateurs. Fidèles à l’Esprit du Sauveur Jésus, qui, dans la Rédemption du Golgotha, a uni tous les hommes, tous les peuples, toutes les races, vous rêverez d’un relèvement qui ne menace personne ; qui ne fera couler ni plus de sang ni plus de larmes, mais qui voudrait rapprocher dans la justice, dans l’honneur, dans l’amour tous les fils de Dieu. Et ce sera le salut de la pauvre famille humaine désemparée, qui s’apercevra, une fois de plus, que, pour devenir plus heureuse, il lui suffit de devenir plus chrétienne.

15Mais, tandis qu’ils nous jettent ce bienfaisant appel, ils ont le droit, nos grands morts, d’attendre l’aide fraternelle de nos prières, qui ne sauraient oublier non plus la détresse de ceux qui pleurent. Ensemble, supplions, mes Frères, le Dieu de Justice et de Bonté, par la Vierge maternelle qui, du haut de sa colline de Fourvière, domine et protège la Cité, supplions-le de faire miséricorde à leurs âmes immortelles et d’apaiser les douleurs que leur disparition a créées. Est-il un geste qui puisse, plus normalement, unir aujourd’hui tous les cœurs des Français ?

16Et ne croyez-vous pas qu’ils répondront, à leur tour, à notre fidélité en confiant au Maître suprême le rude effort que nous accomplissons ici-bas, pour garder le fruit de leur sacrifice, et en nous aidant à mériter et à rétablir la prospérité et la grandeur de cette Patrie incomparable, que vous nous avez appris, Monsieur le Maréchal, à aimer encore, s’il est possible, d’un plus généreux amour.

  • 2 Voir à ce sujet l’article reproduisant l’entretien du Père Jean Dujardin au sujet de la déclaration (...)

17L’historiographie réduit trop souvent l’épiscopat de Pierre-Marie Gerlier, Archevêque de Lyon de 1937 à 1965, à la période de la Seconde Guerre mondiale. Celui qui était, au cours de ces années tragiques, le seul Cardinal français en zone libre, le Primat des Gaules, incarne en effet de façon récurrente pour la communauté historienne, le symbole référentiel de l’attitude de l’épiscopat français pendant le conflit, représentatif de ses choix face au régime de Vichy. Omniprésent dès qu’il s’agit de cette période, il en est le symbole que l’on dénonce ses compromissions avec le régime du maréchal Pétain ou que l’on reconnaisse ses interventions pour sauver des victimes de la « Solution finale »2.

  • 3 On peut consulter à titre d’exemple les deux relevés de l’index de l’ouvrage de Jean-Pierre Azéma, (...)
  • 4 Paul Touvier et l’Église, sous la direction de René Rémond, Paris, Fayard, 1992, 417 p.
  • 5 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965) : Itinéraire d’un laïc, d’un prêtre puis d’un évê (...)

18Pierre-Marie Gerlier est davantage connu pour son trop célèbre « Pétain c’est la France et la France, aujourd’hui, c’est Pétain! », au cœur de ce présent article, ou pour le « Travail, Famille, Patrie, ces trois mots sont les nôtres! »3. Aujourd’hui, près de quarante ans après sa mort survenue en 1965, il est temps de tenter d’examiner ses propos à la lumière des sources, les archives de l’Archidiocèse de Lyon ayant été ouvertes aux chercheurs par le Cardinal Decourtray, depuis l’Affaire Touvier en 19924. Nous pouvons ainsi pour la première fois publier le texte intégral du discours prononcé le 20 novembre 1940 en la Primatiale Saint-Jean, discours manuscrit entièrement rédigé la veille, à l’Archevêché de Lyon, sur de petits cartons permettant à l’orateur de prononcer ce qui se révèle aujourd’hui, à l’examen des documents, comme un discours au sens plus complexe que l’extrait retenu par l’auditoire que nous avons précédemment cité. Par ailleurs, en nous appuyant sur l’étude que nous avons menée sur les années de jeunesse et les premières années militantes de Pierre-Marie Gerlier, nous pourrons proposer une analyse globale de ce texte autographe en privilégiant une périodisation large5.

19À la suite de l’armistice du 22 juin 1940, Pierre-Marie Gerlier se trouve de fait investi de lourdes responsabilités en étant promu interlocuteur privilégié du gouvernement de Vichy. Pour la première fois depuis 1870, la France changeait de régime politique dans des circonstances particulièrement douloureuses. Le régime de Vichy signifiant très vite clairement à l’Église catholique qu’il souhaitait gouverner dans un sens qui lui serait favorable, de nombreux prélats - dans le Nord occupé comme en zone libre - devenaient ses hérauts les plus chaleureux par conviction ou par opportunisme, espérant certainement obtenir un statut et une législation favorables.

20Depuis ses premiers pas militants à l’A.C.J.F. en 1902, lors de son ministère à la sous-direction des Œuvres du diocèse de Paris (1921-1929) et dans l’exercice de sa première charge épiscopale à Lourdes et à Tarbes (1929-1937), Pierre-Marie Gerlier s’est toujours défié de prendre des positions politiques. Fils spirituel de Rerum novarum, de Au milieu des sollicitudes mais aussi de Graves de communi, il était resté fidèle à la position dictée par Léon XIII et confirmée ensuite par les papes successifs : refuser toute lutte sur le terrain politique, accepter le régime en place quel qu’il soit et surtout travailler à « redonner la France au Christ » par la pratique d’un catholicisme intégral, triple mouvement de conversion intérieure, de transformation sociale et de demande de reconnaissance gouvernementale. Cette orientation fondée sur l’action catholique comme fer de lance de l’entreprise en cours, volontiers démonstratif quand il s’agit d’affirmer sa force numérique au cours de congrès festifs et militants, constituait une ligne de conduite pastorale cohérente et manifeste.

  • 6 A.A.L., II, 11, 64 : Le 5 juillet, il s’adresse à Vichy pour obtenir des Allemands un laisser-passe (...)
  • 7 A.A.L., II, 11, 183, Lettre au président de la République, le 15 juin 1940.

21Au cours de ces années de guerre, de ces semaines où la France subissait l’humiliation de la défaite, comme membre de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques et avec elle6, Pierre-Marie Gerlier a donc un plan d’action, une doctrine et des objectifs. Face au nouveau régime, comme l’A.C.A. cherchait à le faire en interpellant jusqu’aux dernières extrémités le gouvernement et les élus républicains7, Le cardinal Gerlier, fidèle à sa mission, cherche toujours à promouvoir ou à défendre cette reconquête intégrale qu’il appelait de ses vœux. Ainsi, dans ce cadre établi, la défaite devenait certes une souffrance pour les patriotes que sont les évêques comme pour celui qui avait combattu et qui fut blessé en 1914, mais elle ne devait pas compromettre le projet de restitution de la France au Christ.

  • 8 Cérémonie de deuil organisée à la Primatiale. Extraits rapportés par La Croix du Rhône, 7 juillet 1 (...)

22Ce postulat énoncé, nous devons encore situer ces mêmes événements au carrefour de trois temporalités qui s’unissent dans l’esprit de celui qui, ce 20 novembre 1940, reçoit le Maréchal Pétain. Bien évidemment les jours de défaite étaient des jours de deuil et de souffrance partagés par le prélat8. Seconde dimension, dans la perspective d’un temps ecclésial, d’une Église en reconquête, organisée comme une armée militante avec ses chefs, les évêques et ses milites christi au sein des mouvements, il était urgent de ne pas perdre le bénéfice des efforts en cours, menacés par les circonstances. Enfin, troisième dimension plus fondamentale encore car elle s’inscrit au cœur des convictions du croyant, les événements perçus par Pierre-Marie Gerlier appartenaient à une histoire plus longue, celle du Salut par le Rédempteur, qui annonçait ce retour du Christ tant espéré par la conversion de tous à l’Unique Sauveur, le « Christ-Roi » de Pie XI. Lus à la lumière de la tradition de l’Église catholique comme du passé militant de Pierre-Marie Gerlier, par analyse des circonstances militaires désastreuses, par préservation des efforts et surtout par lecture religieuse de la débâcle, histoire et représentations conduisirent Pierre-Marie Gerlier vers l’homme qui, le 17 juin 1940, demandait aux Allemands les conditions de la paix. Croyant en l’action divine au cœur du monde, Pierre-Marie Gerlier vit très vite en Philippe Pétain le signe attendu de la Providence divine, l’espérance au milieu du chaos national : la France, ressuscitée par la voix du Maréchal, recouvrait sa grandeur perdue.

  • 9 Archives du Barreau de Paris, Annuaire de la Conférence du stage, 1905. Joseph Barthélémy était un (...)

23Bientôt les premiers éléments reçus de Vichy témoignaient de ce qui est interprété comme une lueur nouvelle venue du ciel. « Travail, Famille, Patrie » : voici trois mots chers au cœur d’un catholique social comme Pierre-Marie Gerlier. De plus, Vichy multipliait, en cet été, les gages vis à vis des évêques : le Chef de l’État entrait maintenant dans les églises, prononçait des discours aux accents d’Albert de Mun, ouvrait les portes des ministères et de son cabinet à des catholiques reconnus comme Joseph Barthélémy, Robert Garric, dirigeant les équipes sociales ou Xavier Vallat au bien funeste Commissariat aux questions juives9. Lorsque le maréchal Pétain commence sa tournée triomphale qui le conduit à Lyon ce 20 novembre 1940, moins d’un mois après l’entrevue de Montoire, nous ne sommes plus dans le contexte des débuts tâtonnants du régime caractérisés par la fermentation des idées, auquel il fallait participer pour que soit reconnue la doctrine de l’Église. Alors que les premières mesures indiquant clairement la nature du régime poussent progressivement dans l’opposition puis dans la résistance de nombreux syndicalistes chrétiens et des démocrates, séduit par quelques promesses, quelques mots et des mesures dont la rareté se conjugue avec la portée limitée, Pierre-Marie Gerlier se laissait lui emporter par son âme de chrétien patriote vers un soutien de plus en plus engagé envers celui qu’il reçoit, en sa Primatiale.

Le contexte lyonnais de la visite de Pétain

  • 10 Il est question du départ d’Édouard Herriot, de la « collaboration européenne », de la retraite des (...)

24À Lyon, le climat politique durant cette première année après la défaite semble peu agité. La reprise en main autoritaire s’effectue au rythme des décrets gouvernementaux. Édouard Herriot a été limogé par Vichy et remplacé, dans une Commission communale, par Cohendy, son premier adjoint. Marque de respect et d’amitié personnelle, Pierre-Marie Gerlier a tenu à rendre visite au maire de Lyon limogé, lors de son départ, marquant par ce geste une certaine indépendance vis-à-vis du gouvernement mais surtout une profonde estime envers un maire qui avait su rendre hommage à Pie XI lors de son décès. Hormis cet événement qui met un terme brutal à un mandat inauguré en 1905, le nouveau préfet régional, Angeli, dresse en prélude à la visite du Maréchal un rapport très confiant concernant la population de Lyon. Il décrit les Lyonnais comme « calmes et résignés » alors que le chef de l’État jouit d’« une pleine confiance d’une partie importante de l’opinion » : « l’œuvre de redressement national n’est contestée que par quelques éléments n’ayant pas de réelle autorité sur la masse du public » et « les premières mesures prises sont bien accueillies ». A Lyon, calme rime avec résignation10.

25Cette visite qui débute le 18 novembre constitue également un sommet inattendu dans la tournée des villes de la zone libre qu’entreprend Pétain. L’enthousiasme des Lyonnais est exceptionnel et dépasse les prévisions des plus optimistes. La ville réserve un accueil triomphal à celui qu’elle érige en sauveur. Pierre-Marie Gerlier voit certainement dans cet enthousiasme un signe nouveau de la justesse de sa position vis-à vis de Vichy et de son gouvernement. Plusieurs options s’offraient à lui quant au discours à prononcer lors de la cérémonie de prière patriotique pour les soldats morts pour la France. Dresser un éloge de circonstance du Maréchal, - ce que l’historiographie a trop souvent retenu en reprenant la phrase-clé « Pétain c’est la France et, aujourd’hui la France c’est Pétain » - était une première voie mais, par pétainisme, il pouvait faire l’éloge du sacrifice des combattants et se lancer alors dans un discours moral et culpabilisateur sur les causes de la défaite et réactiver ainsi le thème de l’esprit de jouissance. Il pouvait, enfin, présenter un discours programme où seraient répertoriées les exigences de l’Église marquant ainsi des points de convergence avec son hôte mais aussi des éléments de débats, pour ne pas dire de désaccords sur le fond. Parmi ces trois choix qui s’offraient à lui, Pierre-Marie Gerlier décide de centrer son discours sur la France au carrefour du maréchalisme et du catholicisme intégral telle que l’ancien combattant et le chrétien la perçoivent dans un souci d’unité nationale et de finalité spirituelle, synthèse d’une année de convictions publiquement exprimées, d’une mémoire combattante et de plusieurs mois d’adhésion au régime mais aussi de primauté du spirituel dans la reconstruction nationale à venir.

Un maréchalisme inscrit dans un discours patriotique à la mémoire des morts de la Grande Guerre

  • 11 Discours lors de la cérémonie de deuil national organisée en la primatiale Saint-Jean le 30 juin 19 (...)

26Les circonstances de cette cérémonie commémorative sont tout d’abord l’occasion de célébrer la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie pour la patrie dans cette guerre perdue mais aussi lors de la victoire de 1918. En cette fin d’année, la confusion entre les deux guerres achève de s’opérer non seulement sur le plan de l’analyse de la défaite mais aussi sur le terrain de la mémoire11. Il n’est plus question de distinguer les deux combats qui deviennent l’occasion de sublimer des valeurs communes : dans ces « sillons sanglants », « perdus dans l’immensité des flots », « frappés en plein ciel », ceux « qui ont donné leur sang pour l’honneur du drapeau » nous enseignent une conduite morale exemplaire fondée sur « le renoncement », « le don de soi », le « sacrifice », car « c’est par la souffrance que les peuples, comme les hommes, se rachètent ». Puisque « leur immolation a préparé la formidable tâche », il convient de se convertir une nouvelle fois à ce discours d’action, caractéristique de la pensée des anciens combattants dont Pierre-Marie Gerlier se fait l’écho.

  • 12 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fon (...)

27Il existe, en effet, un moralisme combattant qui puise sa source dans cette mentalité forgée au front et qui transparaît dans ces propos sans se laisser entraîner à un examen de conscience que nous avons vu en d’autres temps. Il s’agit de susciter l’accord le plus large en respectant le schéma d’analyse proposé par Antoine Prost : l’indétermination par la généralité des propos qui empêche tout discours contradictoire et l’exaltation des vertus en opposition aux vices qu’il n’est même plus utile de nommer tant leur dénonciation est désormais évidente pour l’orateur. Parmi les idées communes qui se dégagent ici et qui correspondent à cet « esprit combattant », figurent ces valeurs théologales et militantes que la tradition catholique et Pierre-Marie Gerlier n’ont cessé de désigner comme essentielles au redressement national : il est question de témoignage, de fidélité, de présence surtout : « c’est un appel à la conversion individuelle »12.

  • 13 Ibidem, p. 177.

28Nous retrouvons la confusion des genres d’où naît un discours ecclésial dans une situation qui échappe à l’Église. Le discours des combattants est en effet sans cesse imprégné de références religieuses. La « communion des saints » entre les survivants et les morts porte vers le salut de la nation où prennent corps tous les appels à l’unité dont Pierre-Marie Gerlier est un fidèle défenseur. « Cette communion mystique d’une Église de rachetés »13, possède en soi une portée politique qui échappe totalement au domaine religieux et qui s’incarne dans un homme investi de fait du triple vocable de combattant, de chef victorieux et de sauveur, légitimé par l’épreuve du feu qu’il a dirigée. Le Maréchal, « celui qui, une deuxième fois, vient sauver la France », incarne parfaitement cette volonté de faire exister une unité autour d’un exécutif renforcé chargé de rétablir la France dans le chemin qui doit être le sien.

  • 14 Appel du 25 juin 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, Albin Michel, 1989.

29Ainsi s’explique l’accent fortement maréchaliste de ce discours. Dans la fiction d’une unité construite par la commémoration des morts, il n’est plus question de programme, de revendications ou de négociations en cours. « L’esprit combattant » exige une sublimation des divisions éventuelles à l’image du « don de soi » consenti par Pétain, le 17 juin. Ce dernier affirmait le 25 juin, que ceux qui sont morts « avaient gardé haut et pur le drapeau »14. Pierre-Marie Gerlier reprend à plusieurs reprises cette exaltation patriotique en évoquant « des drapeaux dont le malheur, loin d’abolir leur gloire, nous a rendu deux fois sacrés » lors de la Première guerre victorieuse d’abord puis lors de la Seconde et ceci grâce au sauvetage opéré par le Maréchal « pour la rédemption de la Patrie cruellement frappée ».

  • 15 Communiqué dans La Croix du Rhône, « L’irréparable est accompli ». A.D.R., per 168, 10 septembre 19 (...)
  • 16 A.A.L., II, 11, 263. Revendications et projets sont débattus au sein de l’A.C.A. en ce sens.
  • 17 Antoine Prost, Les Anciens combattants, op. cit., Tome 3, pp. 81-83.

30On peut approfondir l’analyse du contenu de ce maréchalisme promu en expression exclusive du patriotisme. La France avait été, avant la défaite, la championne des valeurs républicaines et chrétiennes15. À travers le combat pour le droit et la justice s’opérait, comme durant la Grande Guerre, une « union sacrée » fructueuse permettant l’amorce de négociations entre les deux partis afin d’aboutir à un nouveau concordat16. Corollaire à ces fondements, la question du régime emportait sinon l’adhésion unanime du moins l’assentiment devant une politique pacifiste que de nombreux compatriotes et notamment les combattants appelaient de leurs vœux. Il y a donc bien une « nette répudiation d’un patriotisme belliqueux, d’un patriotisme claironnant, d’un patriotisme cocardier ou enflammé »17 qui ne semblent pas correspondre à ces évocations militaires venues d’un autre âge, apanage que l’on croyait réservé aux ennemis d’hier et vainqueurs aujourd’hui. Le culte du chef combattant autorise pourtant à marcher à nouveau au pas et à défiler sous les étendards pour une mobilisation qui n’est toutefois plus militaire. La France devient donc une patrie armée par le langage militant qui reprend du service et « l’union sacrée » n’est plus opérée par des valeurs ou une patrie à défendre mais par le culte rendu à un homme qui les incarne et qui les dirige comme, jadis, les corps de troupe dans l’enfer de Verdun. Obéir est le mot d’ordre, se taire est de rigueur même si, dans la Primatiale, personne n’est dénoncé par souci de charité chrétienne.

  • 18 Message du 11 juillet 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, op. cit.
  • 19 Antoine Prost, Les Anciens combattant s, op. cit., Tome 3, pp. 188-193.

31Le maréchalisme laisse ainsi peu de place au gouvernement, hormis cette portion de phrase qui le désigne comme composé de « collaborateurs d’élite dont nous sommes fiers de vous voir entouré ». Lors de la formation de son équipe, Pétain qui possède les trois pouvoirs et qui dirige l’État comme le gouvernement, avait signifié sa volonté de le réduire à douze ministres responsables devant lui seul18. Le monde des combattants exigeait depuis longtemps un renforcement de l’exécutif avec un véritable chef de gouvernement doté de pouvoirs étendus et solides qui ne seraient plus sans cesse menacés par la Chambre19. En parallèle, le fonctionnement des mouvements militants expérimentait à la fois un exécutif stable, émanant du consentement du mouvement mais aussi le dégagement d’une élite formée intellectuellement pour assurer sa direction décentralisée et centralisée à la fois, dans chaque cercle, groupe ou conférence, comme au sein du conseil collégial de gouvernement : le Conseil fédéral. Ainsi, ces deux accents se trouvent-ils mêlés dans l’analyse que fait Pierre-Marie Gerlier du gouvernement qui correspond à sa conception du pouvoir. La démocratie en ce sens n’est pas un préalable indiscutable. Sa conception est d’être un régime pour le peuple, dirigé par quelques individus jugés capables, plutôt que par le peuple ce qui risquerait d’amoindrir l’effort ou de le dissoudre d’autant que, par la doctrine du bien commun, l’Église reconnaît la légitimité du gouvernement quelque soit sa forme, dans la mesure où il agit dans l’intérêt de ses concitoyens, ce que le Cardinal estime être le cas en 1940, pour celui que Pétain domine, inspire et conduit.

32Ce discours invite néanmoins à replacer le Maréchal dans une perspective qui le légitime certes mais qui en fixe aussi les contours et l’audience. Sa place dans le texte n’est pas isolée comme indépendante en soi. C’est au contraire la France et le sacrifice des morts de la Grande Guerre qui le devancent largement. S’il est le chef, il doit se conformer non à son programme mais à celui que ses hommes lui commandent. Serviteur et interprète de leur message, c’est à ce seul titre qu’il peut se prétendre chef et sauveur. La tradition nationale, à grand renfort d’une histoire épurée, vient parachever le travail de légitimation et de définition opéré par l’Archevêque de Lyon. Quelques personnages historiques sont nommés : ils constituent le condensé de la succession prise par le Maréchal et sont chargés de faire taire les critiques et de célébrer l’unité qu’il incarne mais aussi de lui offrir des modèles de conduite à observer. L’âge de l’évêque Pothin - quatre-vingt dix ans -, montre que l’on peut diriger avec sagesse malgré le poids des ans ; saint Louis et Henri IV rappellent la tradition monarchique française qui autorise le pays à être dirigé par un seul ; l’évocation, en conclusion, de la « Garde Nationale », épure de l’épisode révolutionnaire, affirme l’organisation volontaire des citoyens pour l’intérêt national sans nier la monarchie mais en la construisant de corps constitués prêts à la bataille. De la Révolution, Pierre-Marie Gerlier, pour parachever son histoire du pouvoir salvateur en France, accepte le roi des Français comme le roi de France. Par prolongement, Pétain le Sauveur de la France est aussi celui des Français une fois admis qu’il est le bras de Dieu qui doit rendre la France au Christ.

Un discours aux finalités intégrales

  • 20 Cette histoire est composée à partir du livre de Jean-Baptiste Martin, Histoire des églises et chap (...)

33Car, pour l’Archevêque de Lyon, la finalité reste invariablement la même : rendre la France et les Français à leur seule identité, celle de fille aînée de l’Église. Comment ne pas cerner la finalité ultime de ce discours qui n’est autre que celle que poursuit Pierre-Marie Gerlier avec constance et qui dépasse la commémoration des combattants d’hier et le culte du sauveur d’aujourd’hui ? Bien évidemment, « Pétain c’est la France et aujourd’hui, la France c’est Pétain » mais à chaque fois que la France est évoquée, il faut lui adjoindre son caractère chrétien irréductiblement lié à la nation et au Maréchal. Une nouvelle fois, les repères d’enfance dans sa Normandie catholique qui constitue sa référence maternelle dessinent une terre de chrétienté qui doit revenir à Dieu. Depuis Lyon, la géographie et l’histoire de la France sont tout d’abord redessinées à partir de l’ancienneté de l’évangélisation. La date du supplice des chrétiens lyonnais, en 177, l’évocation du second évêque de la ville, Pothin, témoignent de cet enracinement dans le terreau du christianisme. Pour Pétain, pénétrer dans la primatiale c’est implicitement reconnaître l’appartenance de la France à une tradition religieuse. D’autant que celle-ci sert ensuite de fil conducteur pour se remémorer une histoire catholique de la nation20 dans laquelle on croise des papes depuis le Moyen-Âge (Innocent IV, Grégoire X ou encore Jean XXII, mais aussi Pie VII, celui qui signa le Concordat, - évocation qui n’est pas due au hasard -), mais aussi des rois dont les noms résonnent avec l’histoire religieuse. Saint Louis fait figure de modèle de gouvernement politique et Henri IV devient le symbole de l’unité nationale retrouvée après plus de trois décennies de guerres civiles et religieuses, ce qui sur le XXe siècle, par analogie nous conduirait peu ou prou à la Séparation. Mais à travers ces évocations, il est surtout question de la primauté du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel. Loin d’être gallican, ce discours proclame, nous ne pouvions en douter, la place essentielle qu’occupe le pape dans la communauté humaine, renforcée par l’autorité conciliaire qu’il réunit. Jamais l’interaction avec le temporel, notamment dans le cas des deux conciles œcuméniques lyonnais n’est mentionnée. Nous ne pouvons que souligner l’allusion à cette période durant laquelle le temporel était incarné par le Saint Empire romain et germanique de Frédéric II.

34C’est donc le pape, à travers le concile qu’il réunit, qui unit les églises tandis que celles-ci convertissent les nations. Afin d’impulser l’avènement du Christ-Roi, le Maréchal doit lui aussi s’incliner devant le Pontife Romain. L’histoire de notre terre d’abbayes et d’évêchés qui inaugure le discours rappelle l’identité chrétienne de la France et fonctionne comme un honneur autant que comme un cahier des charges où il est question de primauté pontificale et conciliaire, de mariage chrétien - alors que Pétain est en situation matrimoniale illicite pour l’Église - de bénédiction, et plus radicalement de sainteté acquise dans l’exercice du gouvernement.

  • 21 Annette Becker, La Guerre et la Foi : De la mort à la mémoire, 1914-1930, pp. 59-68, « Imiter Marie (...)

35Le catholicisme fut et reste donc le ciment de la nation et ses responsables doivent prêcher l’exemple dans le domaine public tandis que la foi doit réformer la vie intérieure et la conduite individuelle de chacun. Ce document développe une théologie et une spiritualité chrétiennes orientées vers le sacrifice et l’acceptation de la mort dans l’espoir d’une rédemption, nouvelle irruption de l’histoire du Salut chrétien dans l’histoire des hommes. « L’enseignement séculaire de l’Évangile » enjoint « d’être fidèle à l’esprit du sauveur Jésus qui, dans la rédemption au Golgotha, a uni tous les hommes, tous les peuples, toutes les races ». Ces thèmes christianisent cette cérémonie du souvenir et du sacrifice pour en faire une célébration chrétienne sous le regard d’une « trinité » seule susceptible d’« unir tous les Français » : Dieu pour « la justice et la bonté » ; le Christ, seul véritable « sauveur » et Marie, vocable de Fourvière, qui dispense la « miséricorde » et « apaise les douleurs ». Combien ont été importantes les prières adressées par les poilus à la mère du Christ, notamment ces mots du « Je vous salue ! » : « Sainte Marie, mère de Dieu priez pour nous pauvres pécheurs maintenant et à l’heure de notre mort ». Fourvière recèle de nombreux ex-voto d’anciens combattants ou de leur famille et les vocables mariaux ne manquent pas pour glorifier sa protection et son évocation maternelles21.

  • 22 Ibidem, p. 121.
  • 23 Eusèbe de Césarée, Édition des Sources chrétiennes, Paris, Cerf, 1976. Références à Actes 3, 14 et (...)

36Le thème du sauveur est utilisé lui aussi dans la commémoration des morts. Il n’est pas l’apanage de Pétain mais renvoie à la personne même du fils de Dieu pour son origine et à ceux qui ont consenti le sacrifice suprême par « imitation de Jésus-Christ »22. Cette évocation achève donc la christianisation de la commémoration en introduisant, par l’exemple des premiers chrétiens lyonnais, le sens que doit revêtir le don de soi passé et à venir. Déclinant le thème de l’agneau immolé qui n’est autre que Jésus-Christ, associé à celui du Golgotha, le Cardinal cite en exemple ce que doit être le véritable engagement chrétien. Car, pour les croyants de la Grande Guerre, unis aux hommes qui vivent aujourd’hui la défaite, il existe un héroïsme qui consiste à faire don de sa vie pour sa cause, non pas seulement celle de la nation mais plus généralement celle de la Foi. Ainsi sont christianisées et exaltées toutes les conditions qui vont conduire un homme à s’offrir sans renier ses convictions comme chez les militants d’Action catholique où ce sentiment est particulièrement fort. Conservée par Eusèbe de Césarée,  La lettre des martyrs de Lyon rappelle, comme Pierre-Marie Gerlier, l’origine biblique, néo-testamentaire et non évangélique, de ce sacrifice à travers les mots de leurs confesseurs23. Il est intéressant de noter un glissement dans le sens de la notion de martyr : jusqu’alors attribué par Dieu seul et revêtu par le seul Christ, il est maintenant devenu un acte volontairement choisi.

37La France et les Français sont donc inscrits par l’Archevêque de Lyon dans une histoire chrétienne et invités à un itinéraire spirituel dont la sécheresse et la radicalité va de pair avec une volonté de conversion intégrale. Ils doivent être dirigés par un chef qui puise aux mêmes vertus : sa personne est aussi l’objet d’une christianisation totale et l’extrapolation épiscopale se poursuit et s’amplifie donc en cet automne en englobant définitivement la personne de Pétain dans le domaine croyant et non l’inverse.

38En effet, on observe dans ce discours une présentation du Maréchal à l’aune des vertus chrétiennes. Chef dans la lignée des papes et des rois sacrés, sauveur qui a donné sa vie, messie en communion avec le peuple, ses entrées triomphales peuvent être comparées à celle du Christ à Jérusalem pour les Rameaux. La « ferveur et la confiance de Lyon » envers le Maréchal sont soulignées : « cette grande cité travailleuse, vouée aux labeurs multiples du commerce, de l’industrie, des arts, de la vie intellectuelle, de la vie spirituelle, vous avez senti de quel enthousiasme ils sont capables pour acclamer celui qui une deuxième fois vient sauver la patrie ». Il est aussi possible de comparer cette entrée à celles des rois qui, dans la cité entre Rhône et Saône, venaient recevoir des édiles locaux l’hommage d’une population conviée à une mise en scène du pouvoir. Voici donc un Pétain, incarnation du chef idéal acclamé par un peuple sensé partager avec lui les valeurs d’un christianisme à l’œuvre en lui et par lui.

39Pierre-Marie Gerlier montre donc en quelques feuillets sa perception du Maréchal, le sens à donner à sa présence à Lyon, à sa légitimité et à l’action qu’il mène en France. Il n’est pas question de minorer la phrase-clé placée au centre du discours, point d’orgue de plusieurs mois de soutien maréchaliste et pétainiste mais de la replacer dans un contexte commémoratif, combattant et surtout catholique qui sont le cadre moral et civique dans lequel doit s’inscrire son action. Alors que l’archevêque de Lyon reste convaincu des interactions existant entre le projet intégral et le projet pétainiste, alors que l’Église décide de couvrir par son silence le premier statut des juifs, de soutenir la politique de Pétain - du moins dans son cadre général - et de retarder ses exigences en matière sociale, peut-on lire dans ses propos quelques dissonances qui témoigneraient d’une adhésion responsable et militante ?

40À plusieurs reprises le Cardinal rappelle l’exigence d’un « amour fraternel », souhaite « un relèvement qui ne menace personne » et refuse le concept de « race ». C’est bien peu pour affirmer un accent contestataire ou même une certaine vigilance. C’est beaucoup, tout de même, dans la perpétuation d’un idéal qui ne peut accepter les exclusions répétées d’un régime et suffisant pour signifier la volonté de l’Archevêque de Lyon de ne pas tout abdiquer. Ces éléments restent toutefois noyés dans une unanimité que Vichy a su capter par des lois symboliques comme celle du 3 septembre 1940 par laquelle le gouvernement autorisait les congrégations à enseigner de nouveau.

Conclusion

  • 24 Allocution aux journalistes du 18 novembre 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, op. cit.

41Philippe Pétain fut impressionné par l’accueil que lui réserva Lyon. Il décida, fort du soutien populaire, d’accorder - fait très rare - une conférence de presse au cours de laquelle il confia son émotion. Pour lui, c’est certain, « Lyon est dans la bonne voie : ses œuvres sociales et religieuses, ses écoles professionnelles, son goût de la chose bien faite sont autant d’indices d’une reprise certaine »24. Sur le plan religieux, il peut tout à fait se satisfaire des acquis réalisés et des soutiens enregistrés, notamment celui de l’archevêque de Lyon, seul cardinal présent en zone libre.

42Cette année qui s’est ouverte sur la juste guerre contre le nazisme s’achève par une adhésion publique de ce dernier à un régime qui a supprimé les principales libertés, exclu ou marginalisé des hommes et des femmes et décidé la collaboration avec le vainqueur que l’on combattait il y a quelques mois encore pour une question de principes non négociables. Nous avons cherché à comprendre les raisons de ce choix et des silences qui en découlent. Il s’agissait, sur le plan politique et social, de faire reconnaître les droits de l’Église et de profiter d’un gouvernement a priori favorable. Sur le plan pastoral, il convenait de poursuivre l’œuvre d’Action catholique et de l’amplifier. Il s’agissait enfin, sur le plan spirituel, de retenir la leçon divine portée par la défaite et d’entamer enfin un mouvement de conversion de chacun et de toute la communauté nationale.

43Cette collusion entre le discours des anciens combattants et celui du catholicisme militant a cru voir en Pétain cette voix nationale qui faisait jusqu’alors défaut. Les thèmes de son discours laissaient à chacun la possibilité de lui donner son propre sens, sans conflit de valeur majeur. Il suffisait alors d’entrer dans les églises et de recevoir les prélats avec faste et reconnaissance pour que la confusion soit totale. Pierre-Marie Gerlier participe donc à ce vaste mouvement d’adhésion au Maréchal et à sa politique, aveuglé par la défaite et par les premières heures de Vichy qui le renvoient à son éducation catholique et à cette idée première de France chrétienne que le régime fait mine de désirer lui aussi. Dans ce cadre, les juifs peuvent et doivent avoir un statut, combien même celui-ci reposerait sur un racisme qui glisse facilement vers l’anthropologie sociale sous couvert de pseudo-complot internationaliste.

  • 25 Carnets du pasteur Boegner, présentés et annotés par Philippe Boegner, Paris, Fayard, 1992, p. 41
  • 26 A.A.L., II, 11, 263, lettre datée d’octobre 1940 conservé dans les dossiers ACA..

44Au sein de l’A.C.A. pourtant, des documents de résistance circulent. Nous retrouvons dans les dossiers cette magnifique lettre de Karl Barth, théologien protestant rappelant à ses frères, dans une démarche très paulinienne, qui est réellement l’adversaire et en quoi il est impossible de s’entendre avec lui. Dans ce document daté d’octobre 1940 et dont Pierre-Marie Gerlier a connaissance peut-être par le pasteur Boegner qu’il rencontre à la même période le 28 octobre 194025, il affirmait que le nazisme est « un esclavage de la pensée et de la parole rendues par-là irresponsables, avec son mépris calculé et malin de l’esprit », que « l’Église ne peut conclure avec Hitler ni paix ni armistice », que « la guerre doit spirituellement continuer ». Il décrit les méthodes employées par les nazis vis-à-vis des populations asservies et dénonce le meurtre médicalisé des malades incurables conçu comme un « système ». Son avertissement aux Français est sans ambiguïté et peut très bien être entendu par un catholique tant l’attitude de celui-ci en constitue l’exact fondement : « On parle beaucoup aujourd’hui dans les cercles chrétiens de France de l’humilité avec laquelle on doit reconnaître et accepter comme Jugement de Dieu la « défaite totale » que l’on a subie ; de la repentance nécessaire, d’un triste silence dans lequel on doit se faire aux modestes devoirs qui restent encore à accomplir et à ceux qui naissent dans l’État provisoire où on se trouve, de la prière, de la prédication du Christ crucifié ; de la nécessité de créer, de conserver, d’entretenir un nouvel esprit public comme de la seule collaboration possible à la cause commune de l’Église chrétienne et de l’Église juste. Je comprends tout cela et me donne beaucoup de peine pour le comprendre avec confiance, une confiance dans laquelle je pourrais et devrais seulement dire « oui » à tout cela. Mais je n’y puis rien : j’ai de la peine à comprendre. Ce qui m’inquiète, voyez-vous, c’est qu’il me semble avoir déjà entendu tout cela une fois : précisément dans l’Allemagne de 1933, submergée par le national-socialisme : cela signifiait alors là-bas le repli de la chrétienté qui, délaissant sa responsabilité ecclésiastique et politique, s’établissait sur la ligne intérieure d’une religiosité qui, pour se conserver elle-même, ne voulait plus se soucier de la vraie forme de l’Église et par conséquent de l’État»26.

  • 27 A.A.L., II, 11, 12. Ces informations transmises le 21 janvier 1940 mentionnent des transferts de po (...)
  • 28 A.A.L., II, 11, 12.

45Nous retrouvons encore un rapport de soixante-cinq pages daté du 22 novembre 1940 qui fait une relation très exhaustive de la situation en Pologne un an après le début de l’occupation allemande. Le cardinal recevait des informations sur le martyre de cette nation depuis son invasion, par l’intermédiaire du Consulat de Pologne à Lyon ou, depuis Rome, par le cardinal Lhond27. Sans connaître ici l’auteur du document qui pourrait être un fidèle du gouvernement polonais en exil ou tout simplement un membre des associations caritatives juives qui l’aurait transmis à l’abbé Glasberg, il est question de la terreur exercée par les fusillades, des exécutions sommaires, des persécutions religieuses mais aussi des camps de concentration et des conditions de vie inhumaines des prisonniers, de leur voyage dans des wagons de marchandises, du froid, des maltraitances des gardiens, des punitions distribuées et des prisonniers de droits communs qui font régner leur loi sous couvert de l’autorité de la Gestapo et des SS. Le document mentionne également l’existence des fours crématoires pour faire disparaître les corps des victimes28.

46Face à l'évidence des faits, face à la lucidité de Karl Barth, les quelques rappels aux exigences de la conception chrétienne de l'homme sont encore bien faibles de même que l'exigence si souvent rappelée d'un nouvel ordre social plus juste. Pierre-Marie Gerlier peine à maintenir l'ensemble de son discours et sa doctrine intégrale tant il espère, en tant que catholique et Français, voir reconnaître ses droits de croyant, emporté qu'il est à cette date du 20 novembre 1940 par le prestige d'un Chef d'État reconnu comme une personnalité transcendant les vicissitudes du temps ou les errements de la guerre.

  • 29 A.A.L., II, 11, 67.
  • 30 Message du 24 décembre 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, op. cit.

47Le 24 décembre 1940, dans une « Note pour aider les croyants à voir clair dans le problème de la paix »29, l'année s'achève sur des propos de facture similaire qui diplomatiquement se refusent toujours à désigner l'adversaire. Généraux et peu engagés, invitant au refus de la guerre, proclamant le dogme d'une humanité rachetée par Jésus-Christ et invitant à travailler à bâtir la paix, ils restent proches de ceux que prononce Pétain qui en cette même veille de Noël demandait aux enfants de France de tenir dans l'épreuve « car une France nouvelle est née. Cette France, ce sont vos épreuves, vos remords, vos sacrifices qui l'ont faite. Comme vous saurez la faire belle dorénavant »30.

Haut de page

Notes

1 Discours écrit le 19 novembre 1940 et conservé sous forme de fiches rédigées de la main du Cardinal puis, fait rare méritant d’être souligné, dactylographiées. Contrairement à son habitude de n’utiliser les fiches que comme un canevas, Pierre-Marie Gerlier prend soin de rédiger celles-ci, preuve s’il en est de son souci de précision et de son refus de toute improvisation. La phrase ci-dessous rapportée, « Pétain c’est la France et, aujourd’hui la France c’est Pétain », n’est donc pas le produit d’une envolée lyrique improvisée sous le coup du charme ou de l’émotion mais elle fut préparée et écrite comme retranscrite ici. L’original est conservé aux A.A.L. (Archives de l’Archidiocèse de Lyon).

2 Voir à ce sujet l’article reproduisant l’entretien du Père Jean Dujardin au sujet de la déclaration de repentance des évêques français, « Le Nouvel Observateur », 25 septembre 1997-1er octobre 1997, p. 57. La citation, par ailleurs tronquée, rapporte les propos de Pierre-Marie Gerlier qui aurait dit pour justifier le statut des juifs : « L’existence d’une communauté juive internationale (...) peut obliger un État à prendre des mesures de protection au nom même du bien commun ». À l’opposé, Serge Klarsfeld dans Vichy-Auschwitz, Paris, Fayard, 1983, p. 9, parle de « l’intervention décisive du Haut clergé et en particulier de Mgr Gerlier » qui a contribué à « freiner » les « livraisons » de juifs.

3 On peut consulter à titre d’exemple les deux relevés de l’index de l’ouvrage de Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération, 1938-1944, Paris, Seuil, 1979. Le problème de la messe célébrée à la mémoire de Philippe Henriot à Lyon en 1944 est évoqué. Dans le même ordre d’idée, la photographie du cardinal aux côtés du maréchal Pétain fait la couverture de la nouvelle édition de poche des Catholiques français sous l’occupation de Jacques Duquesne, Paris, Seuil, 1996.

4 Paul Touvier et l’Église, sous la direction de René Rémond, Paris, Fayard, 1992, 417 p.

5 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965) : Itinéraire d’un laïc, d’un prêtre puis d’un évêque, catholique intégral au XXe siècle, Thèse de doctorat en Histoire sous la direction de Jean-Dominique Durand, Université Jean Moulin-Lyon 3, 2003, 758 p.

6 A.A.L., II, 11, 64 : Le 5 juillet, il s’adresse à Vichy pour obtenir des Allemands un laisser-passer afin de s’entretenir au sujet « d’importantes et urgentes questions d’intérêt religieux » avec le cardinal Suhard, son homologue parisien. Le voyage a lieu le 9 juillet et la rencontre le 10.

7 A.A.L., II, 11, 183, Lettre au président de la République, le 15 juin 1940.

8 Cérémonie de deuil organisée à la Primatiale. Extraits rapportés par La Croix du Rhône, 7 juillet 1940. Textes soumis à la censure. Aucune source directe n’a pu être retrouvée aux A.A.L.

9 Archives du Barreau de Paris, Annuaire de la Conférence du stage, 1905. Joseph Barthélémy était un camarade de promotion de Pierre-Marie Gerlier, à la Conférence du Stage des avocats parisiens, école d’éloquence et d’excellence du barreau de la capitale.

10 Il est question du départ d’Édouard Herriot, de la « collaboration européenne », de la retraite des vieux travailleurs, de l’ouverture des grands travaux, du traitement du chômage et enfin du statut des juifs « bien accueilli ». Archives Nationales, Rapports du Préfet du Rhône, F1CIII, 1183.

11 Discours lors de la cérémonie de deuil national organisée en la primatiale Saint-Jean le 30 juin 1940, La Croix du Rhône, 7 juillet 1940.

12 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, Tome 3, pp. 163-178.

13 Ibidem, p. 177.

14 Appel du 25 juin 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, Albin Michel, 1989.

15 Communiqué dans La Croix du Rhône, « L’irréparable est accompli ». A.D.R., per 168, 10 septembre 1939 : « Contraints d’affronter la guerre, nous n’en porterons pas la responsabilité odieuse ; avec horreur et sans trembler, nous en subirons la violence, résolus à remplir le douloureux devoir qu’elle nous crée, conscients de servir le Droit, de n’aspirer qu’à la justice et au rapprochement fraternel des hommes et des peuples, nous remettons à Dieu notre cause ».

16 A.A.L., II, 11, 263. Revendications et projets sont débattus au sein de l’A.C.A. en ce sens.

17 Antoine Prost, Les Anciens combattants, op. cit., Tome 3, pp. 81-83.

18 Message du 11 juillet 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, op. cit.

19 Antoine Prost, Les Anciens combattant s, op. cit., Tome 3, pp. 188-193.

20 Cette histoire est composée à partir du livre de Jean-Baptiste Martin, Histoire des églises et chapelles de Lyon, publiée en 1908. Pierre-Marie Gerlier y a sélectionné les passages qui l’intéressaient.

21 Annette Becker, La Guerre et la Foi : De la mort à la mémoire, 1914-1930, pp. 59-68, « Imiter Marie ». L’auteur nous informe que Fourvière tient le record du nombre d’ex-voto concernant la Grande Guerre.

22 Ibidem, p. 121.

23 Eusèbe de Césarée, Édition des Sources chrétiennes, Paris, Cerf, 1976. Références à Actes 3, 14 et Apocalypse 5, 5 : « Ceux-là sont désormais martyrs, eux que le Christ au cours de leur confession a jugé dignes d’appeler à lui, eux dont, par leur trépas, il a marqué la confession d’un sceau, leur conférant le caractère de martyr ».

24 Allocution aux journalistes du 18 novembre 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, op. cit.

25 Carnets du pasteur Boegner, présentés et annotés par Philippe Boegner, Paris, Fayard, 1992, p. 41

26 A.A.L., II, 11, 263, lettre datée d’octobre 1940 conservé dans les dossiers ACA..

27 A.A.L., II, 11, 12. Ces informations transmises le 21 janvier 1940 mentionnent des transferts de population, les exactions des officiers allemands, les persécutions religieuses et celles que subissent les juifs. Voir aussi l’information de source ecclésiastique datée du 20 décembre 1939 et relatant l’incorporation au Reich des archidiocèses de Poznan et Gniezno, « selon le plan de Mein Kampf ».

28 A.A.L., II, 11, 12.

29 A.A.L., II, 11, 67.

30 Message du 24 décembre 1940, Philippe Pétain, Discours aux Français, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Georges, « Un discours controversé : la réception du Maréchal Pétain à Lyon par le Cardinal Pierre-Marie Gerlier, le 20 novembre 1940  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 133-149.

Référence électronique

Olivier Georges, « Un discours controversé : la réception du Maréchal Pétain à Lyon par le Cardinal Pierre-Marie Gerlier, le 20 novembre 1940  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3830 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3830

Haut de page

Auteur

Olivier Georges

RESEA UMR 5190, LARHRA, Institut d’Histoire du Christianisme

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org