Navigation – Plan du site
Articles

Les soutanes à la ferme. Le clergé et l’essor de l’élevage. XVIIIème-XXème siècles

Eric Baratay
p. 109-131

Texte intégral

1Quel sort réserver à ces pages ? Elles ne paraîtront sans doute pas assez d’histoire religieuse pour les spécialistes qui auront peut-être envie de les passer tandis que les historiens du rural n’auront pas idée de les chercher dans cette revue. Ce dilemme est celui des sujets aux frontières ou plutôt aux marges ignorées, rejetées, incertaines de deux domaines bien constitués qui n’intéressent pas ou qui rebutent par leur aspect inconnu les historiens de l’un et de l’autre. Pourtant il s’agit, à notre avis, d’un exemple modeste mais représentatif d’une histoire religieuse profane déjà esquissée mais qui serait à systématiser et dont nous parlerons en fin d’article.

  • 1 Sur ce point, voir les numéros de la revue Ethnozootechnie (16 bis bd Cote Blatin, 63000 Clermont-F (...)
  • 2 Sur l’histoire des animaux : Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984 ; Éric (...)

2L’élevage connaît aux XVIIIe-XXe siècles l’une des transformations les plus importantes de son histoire1. C’est une énorme croissance numérique des troupeaux, qui fait que les paysans des années 1820-1940 vivent entourés de bêtes alors qu’elles étaient rares auparavant et qu’elles se retrouvent souvent enfermées ensuite, transformées en machines à produire selon le modèle industriel dominant. C’est une forte modification des animaux, qui fait que nos bestiaux n’ont rien à voir avec ceux d’Ancien Régime. Par sélection, croisement, création de standards morphologiques, ces animaux ont vu leur taille et leur poids augmenter, leur toison s’éclaircir, leurs anatomies changer pour répondre à des canons de beauté ou d’utilité, constitués par l’amalgame de représentations et de luttes sociales, de souci de rationalisme, de lectures mathématiciennes du monde, de productivisme à l’heure du capitalisme triomphant. Ainsi sont fabriquées la plupart des « races » (ou plutôt variétés) actuelles. C’est enfin une forte augmentation de la productivité des bêtes, qui permet un afflux de laine, de lait et surtout de viande, qui fait que ces animaux sont peu à peu uniquement pensés comme des machines à produire alors que les autres utilisations (symboliques, ludiques...) s’effacent2.

3Cette transformation de l’élevage, et par là des paysages, des manières de faire et d’être, a été forcément partagée par les élites locales, vivant au même rythme que les paysans : maires et instituteurs à partir du XIXe siècle, et surtout desservants des paroisses, les seuls à fréquenter cette histoire d’un bout à l’autre. Il n’est donc pas étonnant que certains l’aient investie et même qu’elle ait passionné des abbés littérateurs et des prélats, moins au contact des paysans mais proches des élites nationales, ministres, intendants puis préfets, grands propriétaires aristocrates ou bourgeois, lettrés physiocrates, professeurs d’agronomie, qui se font les guides de la révolution agricole, la proposant ou l’imposant aux paysans. Ainsi il s’agit de voir pourquoi et comment des clercs s’intéressent à l’élevage mais aussi s’ils ont été seulement enrôlés dans une passion de l’époque ou s’ils ont déployé une stratégie pour l’orienter en fonction de buts spécifiques et si leur investissement à marqué cette histoire.

Le bétail est le bien de l’homme

  • 3 L'homme criminel, Paris, Camusat, 1647, p. 710. Pour une vue générale des relations de l’Église ave (...)

4Longtemps le clergé a considéré le bétail créé par Dieu aux origines. Lorsqu'en 1647 l'oratorien Senault évoque les bêtes domestiquées, il cite les animaux résidant en ville, servant aux transports ou à l'agrément. Les « bêtes des champs » sont à part, comme le pendant des animaux sauvages3. Cette conception vient d’un verset de la Genèse (1-25), traduit ainsi jusqu’à nos jours :

  • 4 La Bible de Jérusalem, Paris, Cerf, 1981.

5« Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et toutes les bestioles du sol selon leur espèce... »4

  • 5 Sur cette différence nous renvoyons à Albert de Pury, Homme et animal, Dieu les créa. Les animaux e (...)

6L'élevage apparaît en même temps que l’agriculture, lorsqu’Abel devient pas-teur de petit bétail tandis que Caïn cultive le sol (Genèse, 4-2). L’élevage sert à aider l'homme déchu, chassé du Paradis Terrestre et obligé de travailler la terre avec des auxiliaires ou de manger la viande. Les bestiaux ayant été prévus par Dieu par anticipation, le bien-fondé de leur utilisation est évident. Cette certitude est renforcée par deux autres épisodes de la Genèse. Que leur lecture au temps du judaïsme ancien semble avoir été bien différente de celle qui s’est imposée dans le christianisme importe peu ici5. C’est d’abord l’octroi à l’homme de la seigneurie et de la domination sur les bêtes (1-26, 28). Puis, sur l’ordre de Dieu (2-20), Adam attribue aux animaux des noms adaptés à leurs natures et à leurs propriétés respectives.

  • 6 Basile de Soissons, Fondements inébranlables de la doctrine chrétienne, Paris, Padeloup, 1681, T. 1 (...)

7Pour les clercs, en connaissant immédiatement les animaux, l’homme montre qu’il est le maître, le roi du monde6. Par sa nature spirituelle, il est aussi l’intermédiaire obligé entre les créatures et le Créateur ; il est le prêtre du monde, officiant au nom de toutes, ce qui les oblige toutes envers lui. Le capucin Yves de Paris note en 1640 que la condition matérielle des créatures terrestres ne leur permet pas d'avoir la vue de Dieu. Elles se laissent donc posséder par l'homme, lui rendent service

  • 7 La Théologie naturelle, Paris, Buon, 1640, T. 2, pp. 42-43.

8« afin de prendre quelque part à sa contemplation et de retourner autant qu'il leur est permis à Dieu, en donnant sujet à la créature raisonnable de s'y élever »7.

9En conséquence, l'animal doit un soutien matériel de tous les instants. Le curé Louis Bail écrit en 1644 :

  • 8 La théologie affective, Paris, Chevalier, 1643-1644, T. 1, L. 1, p. 425.

10« les unes [les espèces] lui servent pour le porter et pour les voitures ; les autres lui servent pour le délecter, comme les animaux de chasse ; d'autres lui fournissent l'ivoire, d'autres la laine et la soie pour le vêtir, d'autres lui fournissent des viandes de leur propre chair, d'autres lui servent en médecine et à autres usages »8.

  • 9 Traité de l'existence et des attributs de Dieu, Paris, Lebel, édition de 1820, pp. 31-32.
  • 10 Sur la promotion du lion comme roi des animaux dans l'héraldique médiévale, voir Michel Pastoureau, (...)
  • 11 Le Spectacle de la nature, Paris, 1732, T. 1, pp. 338-43, 380.
  • 12 Voir Jean-Pierre Digard, Le cheval force de l’homme, Paris, Gallimard, 1994, et Jacques Roger, Buff (...)

11Cet anthropocentrisme est constant dans le christianisme et appliqué à toutes les créatures, mais il est exacerbé au XVIIIe siècle. Les clercs forgent un finalisme se logeant dans les moindres caractéristiques anatomiques ou psychologiques des animaux domestiques. Fénelon affirme en 1712 que le chien est né pour caresser l'homme, pour garder ses biens, pour attraper d'autres bêtes « et pour les laisser ensuite à l'homme, sans en rien retenir ». Le cheval est né « pour porter, pour marcher, pour soulager l'homme dans sa faiblesse ». Les moutons « ont dans leur toison un superflu qui n'est pas pour eux, et qui se renouvelle pour inviter l'homme à les tondre toutes les années ». Les chèvres fournissent « un crin long, qui leur est inutile, et dont l'homme fait des étoffes »9. Le célèbre abbé et naturaliste Pluche tient le même discours en 1732. Les animaux domestiques ont une docilité, une aptitude à travailler tout en mangeant peu. Ils « nous aiment naturellement, et nous viennent présenter d'eux-mêmes leurs différents services, puisqu'ils ne s'éloignent jamais de nous ». C'est l’« un des plus beaux présents » que Dieu ait fait. L'abbé regrette que l'usage ait donné le titre de roi des animaux au lion, ce tyran sanguinaire, alors que le cheval est pacifique, noble, « encore plus aimable par ses inclinations. Il n'en a, pour ainsi dire, qu'une, qui est de servir son maître. » La classification basée sur la comparaison des animaux (le lion est jugé le plus fort10) est délaissée au profit de l'utilité et du goût humains : le cheval connaît une utilisation universelle tandis que sa noblesse d'allure le rend préférable au chien11. Ce choix, adapté aux penchants de la société cultivée et aristocratique qui lit les œuvres de l'abbé et porte alors l’art équestre à son apogée, rencontre l’assentiment de naturalistes laïcs. Buffon qui classifie les animaux en fonction de leur proximité à l’homme, commence donc par les domestiques et met le cheval à leur tête12.

  • 13 Jean Gaume, Catéchisme de persévérance, Paris, Gaume, 1854, T. 1, pp. 45, 74, 94, 99.
  • 14 Pierre Girodon, Exposé de la doctrine catholique, Paris, Plon, 1884, T. 1, p. 240.

12Encore vive dans la première moitié du XIXe siècle13, cette conception régresse ensuite face aux thèses scientifiques d’une antériorité du monde par rapport à l’homme. Les clercs de la fin du siècle abandonnent le finalisme du moindre détail, n’essaient plus de tout expliquer par le bien direct de l’homme mais gardent la conviction d’un monde fait pour lui14. L’idée d’un bétail créé initialement par Dieu fait l’unanimité jusqu’aux années 1920 en dépit de l’adhésion des scientifiques à l’évolutionnisme, des découvertes archéologiques sur les anciennes civilisations et du développement de l’ethnologie, qui imposent la notion d’une construction historique de la domestication et de l’élevage. Cela oblige le clergé à effectuer une conversion, prudente dans les années 1930-1940, franche dans les décennies 1950-1960, en faveur d’une perspective historique et évolutionniste de la création, qui ne modifie pas les représentations du monde animal mais qui permet de les reformuler et de les crédibiliser.

  • 15 Pierre Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955, p. 177 ; Frédéric-Marie Bergou (...)

13Sous l’impulsion notamment de Teilhard de Chardin, les clercs adoptent l’idée d’une création en devenir où les créatures, considérées au moment où l’évolution les façonne, s’échelonnent du lointain passé (la matière puis les plantes et les animaux) jusqu’au présent (l’homme). Ce dernier, le seul à avoir franchi le stade de la pensée, à être entré dans l’âge nouveau de la « noosphère », porte en lui les espoirs du monde car il est le seul à pouvoir évoluer, à pouvoir travailler à rejoindre Dieu, le processus de l’évolution étant considéré comme une montée progressive de la création vers son Créateur15. La conception anthropocentrique de l’univers est remplacée par une lecture anthropofinaliste :

14« C’est l’homme qui porte actuellement en lui le sens de l’évolution [écrit Bruno de Solages, recteur de l’Institut catholique de Toulouse, en 1954]. Il n’est pas le centre spatial du monde, mais c’est par lui que passe le sens de sa destinée ».

  • 16 Bruno de Solages, Le livre de l’espérance, Paris, Spes, 1954, p. 162 ; Pierre Teilhard de Chardin, (...)
  • 17 Initiation métaphysique, Toulouse, Privat, 1962, p. 53.
  • 18 Marie-Dominique Chenu, Théologie de la matière, Paris, Cerf, 1967, pp. 12, 90, 113.

15Teilhard de Chardin affirme que les êtres vivants sont « non pas juxtaposés arti-ficiellement les uns aux autres dans un but contestable d’utilité ou d’agrément, mais liés, à titre de condition physique, les uns aux autres dans la réalité d’un même effort vers le plus être »16. La création et surtout le monde animal ont été chargés de préparer l’avènement de l’homme (Solages qualifie la faune d’« Ancien Testament de l’homme »17) puis de l’aider à monter vers Dieu en le servant, en se sacrifiant pour lui. Première des créatures à la pointe de l’évolution, l’homme doit prendre en main la nature pour la maîtriser et l’orienter en fonction de ses propres buts. Il devient le « collaborateur » de Dieu, le « co-constructeur », le « co-créateur » de la création18.

  • 19 Émile Rideau, Consécration. Le christianisme et l’activité humaine, Paris, Desclée de Brouwer, 1945 (...)
  • 20 Jean Daniélou, « Mépris du monde et valeurs terrestres d’après le concile Vatican II », Le mépris d (...)
  • 21 Le problème du mal, Paris, Aubier, 1951, T. 2, pp. 123-127.

16Cela se traduit, à partir des années 1940, par des appels, beaucoup plus fréquents qu’autrefois, à la domination et à la soumission du monde19, par des éloges vibrants de la technique, qui permet de mettre la nature au service de l’homme20, par le refus de prendre en considération les souffrances qu’elles entraînent, par exemple en matière d’élevage industriel. Le dominicain Sertillanges considère que la souffrance participe « à ce gémissement universel qui prépare les nouveaux cieux et la nouvelle terre », qu’elle agit pour « l’éclosion de l’esprit », c’est-à-dire de l’homme, « car ne devons-nous pas à l’animal beaucoup de choses pour notre éducation individuelle et notre travail, pour notre nourriture, notre vêtement, notre outillage, la matière de nos productions, etc. » Dès lors, tout regret sur le carnage est une faute : « On n’arrête pas une armée en marche vers la victoire pour éviter des plaies aux combattants »21.

L’apogée des rites de protection

  • 22 Il est ainsi peu étudié dans les beaux ouvrages de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Espace et sacré (...)
  • 23 Sur ce point les travaux sont nombreux, par exemple Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie (...)
  • 24 Alain Lottin, « Contre Réforme et religion populaire : un mariage difficile mais réussi aux 17e et (...)
  • 25 Alain Lottin, Ibid., pp. 47-48. Autre exemple dans Gabriel Pérouse, « Les paroisses rurales d'un di (...)
  • 26 Ordonnances synodales du diocèse de Grenoble, Paris, Pralard, 1690, p. 12 ; Jean-Baptiste Thiers, T (...)
  • 27 Alain Lottin, art. cit., p. 47.
  • 28 Cité par Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire reli­gieuse de la France contemporaine, Toulou (...)
  • 29 Maurice Agulhon, La république au village, Paris, Plon, 1970, p. 177 et Archives Départementales du (...)

17Face à l’essor de l’élevage, le clergé intervient d’abord avec des rites dont on ne peut encore construire qu’un tableau impressionniste car les études manquent, les historiens du religieux laissant souvent cet aspect de côté22. Ces rites sont anciens et forts demandés par les ouailles : la fréquence des épidémies qui déciment les troupeaux et l’inexistence ou la faiblesse de la médecine vétérinaire jusqu’à la fin du XIXe siècle incitent les populations, prévenantes ou désespérées, à réclamer l’intervention de Dieu ou plus souvent de ses saints, considérés plus proches, plus concrets, dotés d’une puissance personnelle ou d'une capacité d'intercession. Ces pratiques sont justifiées par un précédent divin, Dieu ayant béni les oiseaux et les poissons, après les avoir créés, en leur demandant de se multiplier (Genèse, 1-22). Cette bénédiction ne concernant pas le bétail, créé un jour plus tard, sans doute est-ce pour cela qu’il nécessite des rites fréquents. Mais ils subissent un processus de contrôle, de discipline et de codification dans la seconde moi­tié du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, qui s’inscrit dans l’œuvre de la réforme catholique pour imposer une nouvelle pratique religieuse23. Il s'agit de faire preuve d'esprit critique et de rejeter les superstitions. Proches des élites culti­vées, les clercs sont gagnés par le rationalisme développé au XVIIe siècle dans le contexte de la révolution scientifique et deviennent attentifs aux diatribes des pasteurs protes­tants contre les croyances popu­laires, alors qu’ils les dédaignaient jusqu’alors. Mais l'intention prioritaire est de refuser ce qui apparaît désormais indécent, notamment la confusion animal et religion, profane et sa­cré, qui était fréquente. À Saint-Saulve près de Valenciennes, à la mi-carême, les paysans frappaient la statue de saint Éloi avec une baguette qu’ils apposaient chez eux sur leurs animaux afin de transmettre la force protectrice24. La volonté d'assurer l’efficacité du saint incitait à mener les bêtes au plus près. À Seclin (Nord), les habitants faisaient à cheval le tour du chœur et de l'autel abritant la statue de saint Piat25. Ces pratiques s'accompagnaient de prières dans les étables, de processions et de messes. Avec la réforme catholique, tout ce qui semble un dévoiement du culte est combattu : appo­sition des clés d'églises sur les chiens ou les bestiaux ; lecture des Évangiles sur leurs têtes pour les sauver de la rage ; messes pour la bonne croissance ou la guérison des animaux26. En 1642, l'évêque de Tournai dé­fend l'entrée des chevaux dans l'église de Seclin. En compensa­tion, un cha­noine est posté de­vant le portail avec les re­liques du saint27. L'hostilité est confortée dans les années 1760-1840 par la crainte des sarcasmes des phi­losophes dont l'influence supplante celle des protestants parmi des clercs mieux instruits du fait d’un passage quasi systématique au séminaire et qui par­tagent la même incompré­hension pour les pra­tiques popu­laires. En 1804, l'évêque d'Arras sanctionne un des­servant qui bé­nit des chevaux, pour ne pas « faire mépriser la religion » et « donner des armes aux philo­sophes »28. En 1840, le curé de Bri­gnoles refuse de se confor­mer à l'usage de bénir les équidés à la Saint-Éloi. La foule en colère tente d'enfoncer la porte du pres­bytère deux soirs de suite et seule l'arrivée de bri­gades de gendarmerie calme les esprits29.

  • 30 Alain Lottin, art. cit., document 2.
  • 31 Jean Delumeau, Rassurer et protéger, Paris, Fayard, 1989, p. 55.
  • 32 Jeanne Ferté, op. cit., p. 242 ; Dominique Julia, art. cit., p. 207.

18De fait, la pression des populations et la concurrence des guéris­seurs ou des « fai­seurs de béné­diction » obligent souvent à la conciliation. Entre 1649 et 1701, le privilège des « chevaliers de saint Hubert », c'est-à-dire leur ca­pacité à guérir hommes et bêtes enragés, est reconnu par plus de quarante prélats, dont de nombreux janséni­sants tel Henri Arnauld évêque d'Angers. Des clercs sont même des spécialistes, comme ce Glaesner qui parcourt le dio­cèse de Cambrai avec des reliques de saint Hubert pour bénir hommes et bêtes contre la rage30. La hiérarchie entend plus souvent contrôler que supprimer. Elle propose des formules orthodoxes de bénédic­tions, publiées dans des rituels revus et réimprimés, accordés aux exigences de la réforme catholique. Tel est le cas à Besançon (1674), Périgueux (1763), Bordeaux (1829), etc. Les prélats incitent les populations à s'y conformer quitte à s'adapter à la demande : la bénédic­tion de la « semence des vers à soie » est introduite dans les rituels des dio­cèses du sud de la France, de Lyon (1756) à Toulouse (1736) en passant par Mende (1790), alors que ces régions développent cet élevage pour les besoins d’une industrie de la soie en plein essor31. Bien que des rites désapprouvés restent pratiqués au XVIIIe siècle (entrée des bêtes dans des églises de la région parisienne, messes pour la guérison d’animaux à Megève ou dans la région de Dôle32), le contrôle semble s’établir peu à peu.

  • 33 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, op. cit., T. 1, pp. 161-162 (Roch) ; G. Millour, Les saints guér (...)
  • 34 Paul Parfait, Le dossier des pèlerinages, Paris, Les libraires, 1877, pp. 146-147.

19D’autant plus qu’à partir des années 1840, le clergé paroissial prend l’initiative en soutenant, instaurant ou restaurant des rites de pro­tection. Dans le midi, il relance le culte de saint Roch qu'il avait délaissé ; en Bretagne, il développe les pardons.33 Cela vient du changement sociologique des desservants, en majorité d’origine rurale et sans doute plus compréhensifs, de l’essor de l’élevage qui accroît la demande et d’évolutions culturelles au sein du clergé. C’est la volonté de contrecarrer et non plus de suivre les critiques (celles de la bour­geoisie vol­tairienne du premier tiers du XIXe siècle puis des rationa­listes et des scientistes34), de renouer avec ce qui rappelle l'âge d'or du christianisme, placé au Moyen Age, et avec la foi des ruraux, jugée la plus vraie. C’est l’adhésion à un certain romantisme et une ré­habilitation de la nature, dénigrée par le clergé cartésien d’autrefois. C’est le dévelop­pement de l'ultramontanisme qui véhicule une piété concrète, démons­trative, différente de la religion austère et rigide du clergé gal­lican et jansénisant des années 1670-1840.

  • 35 Marc Leproux, Dévotions et saints guérisseurs (contributions au folklore charentais), Paris, P.U.F. (...)
  • 36 Pierre Charrié, Le folklore du Haut-Vivarais, F.E.R.N., 1968, pp. 116-117 ; Roger Devos et Charles (...)

20Les déroulements de ces rites sont mieux connus grâce aux folkloristes mais les travaux manquent pour apprécier l’ampleur de la rupture avec les pratiques précédentes, les variations régionales ou les similitudes, les évolutions chronologiques. À Chassenon (Charentes), la dévotion à saint Jean commence près d'une fontaine, continue par une procession au­tour des croix du cime­tière et de la place de l'église, puis autour de celle-ci et de la croix du saint. Elle se poursuit dans l'édifice par des prières devant la sta­tue plusieurs fois touchée, par le dépôt de brins de laine de mouton, par l'offrande d'un cierge35. À côté de ces processions, les messes d’invocation lors de la fête du saint protecteur, avec bénédiction d’aliments donnés au retour, semblent fréquentes notamment dans les massifs voués à l’élevage. Des offices sont suivis d’une bénédiction d’animaux placés devant l’église. Dans les zones d’alpage, la bénédiction sur place des troupeaux, des prés et des chalets est une pratique commune36.

  • 37 G. Millour, op. cit., p. 57. Ce contrôle n’empêche pas le maintien de prières et de crucifix dans l (...)
  • 38 Marcel Launay, Le diocèse de Nantes sous le IIe Empire, Nantes, C.I.D., 1982, T. 2, p. 596 ; L’Ami (...)

21Ainsi le contrôle clérical vise à éloigner les animaux des lieux ou des objets sacrés et à les assimiler aux autres biens de l’homme pour lesquels les rites sont aussi nombreux. Il s’agit de refouler toute tentation de lier hommes et bêtes dans une même dévotion, d’intégrer ces dernières, ces autres vivants, à la religion. À Marlevenez, en Bretagne, la formule de bénédiction des chevaux précise qu’il ne s’agit que de les sauver « corporellement »37. D’autre part, les cérémonies de guérison régressent peu à peu. Si des rituels les prévoient (Belley, 1834 ; Lyon, 1875...), si les exemples ne sont pas rares comme dans le diocèse de Nantes sous le Second Empire ou lors de la crise du phylloxéra, leur fréquence semble diminuer et les rituels sont dis­crets dans le pre­mier tiers du XXe siècle38. Sans doute l’arrivée des vétérinaires et le souci d’un clergé instruit de ne pas décrédibiliser les rites expliquent cette sage prudence, confortée par la régression des épidémies et la conversion des populations à des mesures plus efficaces (hygiène, traitement médical) au tournant du XXe siècle. Il reste que le XIXe siècle connaît l’apogée des rites de préservation qui constituent la réponse la plus fréquente à l’essor de l’élevage, car la plus demandée et en adéquation avec le sacerdoce.

Les leçons des clercs physiocrates

  • 39 Nîmes, Gaude, 1763 ; Avignon, Niel, 1788 ; Lyon, Bourgeon, 1881.
  • 40 Paris, Guillyn, 1762 et 1763.
  • 41 Paris, Vallat la Chapelle, 1770.
  • 42 Paris, Hôtel Serpente.

22Cependant le finalisme déployé au XVIIIe siècle incite des abbés à ne pas se contenter des bénédictions, à vouloir contribuer au progrès agricole, à l’amélioration de l’élevage et à l’instruction des ruraux. Don de Dieu, l'élevage doit être amélioré pour qu'il profite aux hommes. Les plus connus de ces abbés physiocrates sont auteurs de traités présentant leurs recherches et les bonnes méthodes agronomiques, qu’on peut aisément repérer par les recensements bibliographiques. Tel est le cas de Pierre-Augustin Boissier de Sauvages qui publie les Mémoires sur l'éducation des vers à soie en 176339, réédité sous un nouveau titre (L’art d’élever les vers à soie) en 1788 et 1881. Ayant multiplié les visites auprès des éleveurs et les expériences personnelles, il expose les causes des diverses maladies et les meilleurs procédés pour accélérer l'élevage. Claude Carlier publie les Considérations sur les moyens de rétablir en France les bonnes espèces de bêtes à laine (1762) et l'Instruction sur la manière d'élever et de perfectionner la bonne espèce des bêtes à laines de Flandre (1763)40 afin de favoriser la production française d'une laine de bonne qualité, l’amélioration du cheptel ovin, par acclimatation de races étrangères (mérinos) ou sélection de races locales, focalisant l’attention des élites intéressées à la rénovation de l’élevage. Carlier conseille l'élevage du mouton des Flandres, la création d'écoles de bergers, le parcage des bêtes en plein champ, l'aération des bergeries pour éviter les diverses maladies. Chargé par le gouvernement d’une enquête sur la situation du cheptel ovin de France, il rédige le Traité des bêtes à laine ou méthode d’élever et de gouverner les troupeaux (1770)41, qui établit un inventaire régional et un classement des races ovines, qui suggère d’améliorer la qualité des laines par la sélection des meilleures races locales et la généralisation du parcage, qui propose de développer la production de viande. De son côté, François Rozier publie un Cours complet d’agriculture théorique, pratique, économique et de médecine rurale et vétérinaire (1781-1796)42, qui constitue une somme des connaissances de l’époque et qui aborde maintes fois la question de l’élevage.

  • 43 Paris, Panckoucke puis Agasse. L’ouvrage est écrit en collaboration avec Thouin, Bosc, Fougeroux de (...)
  • 44 Plan des expériences et recherches à faire pour former le tableau raisonné de l’agriculture d’un ro (...)
  • 45 Compte rendu... de l’état et de l’emploi des animaux qui sont dans les établissements nationaux de (...)
  • 46 Mémoire sur l’importation en France des chèvres à duvet de Cachemire, Paris, Huzard, 1819.
  • 47 Instruction sommaire sur la maladie des bêtes à laine, appelée pourriture, Paris, Huzard, 1817.
  • 48 Rapport... sur le concours pour des observations de médecine vétérinaire pratique, Paris, Huzard, 1 (...)

23L’exemple le plus important est celui de Henri-Alexandre Tessier, auteur d’une Encyclopédie méthodique, Agriculture (1787-1816)43, un temps directeur de la bergerie de Rambouillet, fondée en 1785 pour développer l’acclimatation, le croisement, la sélection des races (il sait convaincre le Comité de salut public de le laisser poursuivre les expériences d’acclimatation de moutons mérinos importés d’Espagne), membre de la Société royale et centrale d’agriculture sous la Restauration, éditeur des Annales de l’agriculture française de l’an VI à 1837. Alliant expériences et réflexions, il multiplie les projets44 et publie, de l’Ancien Régime à la Restauration, quantité d’ouvrages, de plaquettes, de comptes rendus à la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, de rapports à la Société royale et centrale d’agriculture (sa liste des travaux représente sept pages du catalogue imprimé de la Bibliothèque nationale) concernant l’importation, l’élevage, la vente de moutons mérinos45 ou de chèvres du Tibet et du Cachemire46, les maladies des chevaux ou des ovins47, les expériences de médecine vétérinaire48.

  • 49 Voir l’exemple du Poitou : Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières, La Crêche, G (...)
  • 50 Éric Baratay, « Zoologie et Église catholique dans la France du XVIIIe siècle (1670-1840) : une sci (...)

24Ces travaux font autorité au XVIIIe siècle, même si les applications sont limitées, et ce sont encore des références incontournables pour les historiens de l’élevage. Ces abbés participent ainsi à l’intérêt de nombreux clercs des années 1670-1840 pour la culture49, les sciences naturelles50, et aux préoccupations physiocratiques des agronomes et des philosophes des Lumières. D’ailleurs, ils s’intéressent aussi aux questions agricoles ou industrielles : Boissier de Sauvages publie un mémoire sur le vitriol d’Alais ; Carlier étudie le tissage des laines et les propriétés de l’huile de laine ; Rozier réfléchit à la culture du chanvre ou de la vigne et à la fermentation des vins ; Tessier fait de même pour la culture du tabac, de la betterave, de la pomme de terre et du coton, la composition du fourrage haché, la plantation des terrains vagues, les maladies des céréales, l’assèchement des étangs, etc. Ils collaborent activement et concrètement à l’entreprise de modernisation de l’agriculture et de la médecine vétérinaire.

  • 51 Une seule référence dans le Catalogue général de la librairie française : l’abbé Smets, Alimentatio (...)
  • 52 Voir les numéros de la revue Ethnozootechnie : Prémisses et débuts de la sélection animale en Franc (...)

25Pourtant la production littéraire consacrée à l’élevage semble s’effacer au XIXesiècle51, comme d’ailleurs celle concernant la zoologie. Les raisons sont multiples : disparition des abbés mondains, sans affectation bien établie, qui peuplaient les salons littéraires ou les académies du XVIIIe siècle et qui recevaient quelquefois des tâches officielles pour suppléer aux insuffisances de l’administration royale ; régression du finalisme exacerbé dans le clergé et de l’ambition physiocratique dans la société, qui incitait toutes les élites à s’intéresser à la réforme de l’agriculture ; constitution d’une science zootechnique complexe, prise en main par des propriétaires terriens et des techniciens laïcs, professionnels ou amateurs52 ; aboutissement de l’action de la réforme catholique et de sa méfiance vis-à-vis de la matière, du monde animal et notamment de l’élevage (la même évolution se produit pour la chasse). L’exemple de l’abbé Tessier, qui abandonne l’état clérical à la suite de la Constitution civile du clergé, pourrait suggérer qu’un investissement trop important dans ces questions conduit aux marges voire en dehors de l’Église.

  • 53 Jean Blanchon, « Sélectionner ou remplacer la race locale : le choix difficile de la Société d’agri (...)
  • 54 Instructions, mandements, lettres, 1837-1861, Bordeaux, Gounouillou, t. 5, pp. 65-71, et Bulletin d (...)
  • 55 Michel Lagrée, op. cit., pp. 111-113.

26Il reste que des clercs s’intéressent à l’élevage sans publier pour autant. On trouve les traces de ces plus modestes ou obscurs dans les sociétés d’agriculture multipliées à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ainsi, le bureau de la Société d’agriculture pour la province d’Auvergne, créée en 1761 à Clermont juste après celles de Paris et Tours, comprend nombre d’ecclésiastiques à côté de nobles et d’avocats. Dans la première moitié du XIXe siècle, dom Antoine, abbé de la Melleray est membre de plusieurs sociétés. À la fin du même siècle, l’archevêque de Rennes est président d’honneur de la société départementale d’agriculture53. Les mêmes ou d’autres fréquentent les comices et les concours agricoles qui sont multipliés au milieu du XIXe siècle et qui constituent des tribunes au discours ecclésiastique. Le cardinal Donnet, archevêque de Bordeaux de 1834 à 1882, proche du saint-simonisme du Second Empire et apôtre de la modernisation de l’industrie et de l’agriculture, va ainsi de réunion en réunion pour prôner le développement de l’apiculture, de meilleurs soins au bétail, l’abandon du joug au profit du collier d’épaule afin d’améliorer la productivité54. Il y aurait, à l’échelle nationale, un important travail à effectuer pour recenser les présences, analyser les motivations, étudier les actions, évaluer leurs portées. Jusqu’au Second Empire, la participation cléricale semble surtout liée à un jeu de sociabilité, l’agronomie et la zootechnie étant l’affaire des notables alors que les paysans, jugés routiniers, sont écartés. Sous la IIIe république, la nécessité affirmée par tous d’encadrer les premières initiatives d’agriculteurs instruits crée une concurrence politique et idéologique entre les notables républicains (instituteurs, agronomes...) et les autres (grands propriétaires aristocrates ou bourgeois et clercs). S’ajoute à cela la conviction qu’il y aurait là un moyen de renouer avec des populations en voie de détachement religieux. Des clercs participent ainsi à la création des syndicats agricoles au tournant des XIXe-XXe siècles ; d’autres, surtout des frères, introduisent des cours d’agriculture dans les écoles congréganistes, créent des écoles spécialisées d’agriculture, mettent en place des cours par correspondance. Tout cela a bien été montré pour la Bretagne55 mais il faudrait multiplier les études.

  • 56 Éric Pierre, Amour des hommes, amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la France d (...)
  • 57 Roi et non tyran ou ce que doit être l’homme dans ses relations avec les animaux, Paris, Lecoffre, (...)
  • 58 Circulaire 187, 1er juin 1857 ; J. Puiseux, Vie et lettres de Mgr de Prilly, Châlons-sur-Marne, Mar (...)

27Un autre facteur conduit des clercs à la question de l’élevage. Il s’agit de la protection de l’animal, un mouvement formé en dehors de l’Église (SPA en 1845) mais qui obtient quelque écho en son sein56. Des abbés, littérateurs, urbains, moralisateurs et non techniciens, prônent une attitude de compassion vis-à-vis des bestiaux. Ainsi l’abbé Chardon, futur vicaire général du diocèse de Clermont, publie en 1862 le premier ouvrage d’un clerc sur la protection des bêtes57. Les mauvais traitements sur le bétail, créé par Dieu pour l’homme, sont « de la plus révoltante injustice ». En dédommagement de leur sacrifice, ces bêtes doivent être bien nourries, logées, soignées, traitées : efforts mesurés, repos périodiques, collier ou harnais adaptés, usage limité du bâton, émouchettes protégeant des mouches et des taons. Grâce à cela, ces animaux rendront de meilleurs services. Ce discours est repris par quelques prélats. En 1857, Marie de Prilly, évêque de Châlons-sur-Marne, demande à ses desservants d’entretenir leurs paroissiens sur la pitié et le respect envers les serviteurs des hommes. Un bon traitement doit donner de meilleurs services, une pratique concrète de la justice, l’homme rendant le bien qui lui est fait, et un progrès moral, la douceur devant rejaillir sur les relations humaines58. Si la visée morale fait ici privilégier l’hygiène, les soins, l’alimentation, le logement sur les questions de sélection ou d’utilisation, le cardinal Donnet incarne la liaison entre les deux courants, en mêlant exigence de pitié et souci zootechnique, à l’instar de ce qui se passe à la SPA qui voit adhérer nombre de sociétés agricoles, de propriétaires terriens, de vétérinaires, etc.

L’action des clercs paysans

  • 59 Bernard Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1974, p (...)
  • 60 Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1968, p. 232 ; Cyprien B (...)
  • 61 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878, P (...)
  • 62 Exemples : Bernard Bligny (dir.), Histoire du diocèse de Grenoble, Paris, Beauchesne, 1979, p. 125 (...)

28Dans les campagnes, le bagage scolaire du clergé et sa situation d’intermédiaire culturel entre les populations et les élites en général, l’administration en particulier, le prédisposent à intervenir ponctuellement. En 1746-1750, par exemple, alors que des épizooties déciment le bétail, l’administration royale demande aux curés de viser les certificats de santé établis par les syndics de paroisse pour les bêtes destinées à la vente59. Ce rôle s’efface au XIXe siècle, le clergé étant supplanté par les maires et les vétérinaires. Il reste que des desservants s’intéressent concrètement à l’élevage ne serait-ce que parce qu’ils le pratiquent par obligation ou nécessité. À l’époque moderne, la plupart de ces clercs sont à la tête d’une exploitation agricole du fait de l’existence de biens-fonds abandonnés par le gros décimateur ou de terres possédées par la fabrique et l’église paroissiale. De nombreux monastères vivent de l’élevage, comme celui de la Grande-Chartreuse qui entretient d’importants troupeaux de bovins, de chèvres et de moutons60. À l’époque contemporaine, l'élevage représente souvent un appoint aux faibles revenus ac­cordés par le régime concordataire puis à la situation critique provoquée par la séparation de l’Église et de l’État en 190561. Les thèses d’histoire locale, économique, démographique ou religieuse, à leur apogée dans les années 1950-1970, fourmillent d’exemples et l’on voit même des prêtres se faire maquignons62.

  • 63 M. Rostagnat, « Les vi­sites pastorales de Mgr Camille de Neufville dans le diocèse de Lyon au XVII(...)
  • 64 Statuts synodaux du diocèse d'Avignon, Avignon, Aubanel, 1836.
  • 65 Politesses et convenances ec­clésiastiques, Paris, Vie, 1881, p. 78.
  • 66 Or­donnances syno­dales du diocèse de Die, Grenoble, Giroud, 1698, p. 11.
  • 67 Statuts synodaux du Puy-en-Velay, 1666, de Noyon, 1690, d’Albi, 1763, de Lyon, 1827 et 1874, d’Ange (...)

29À partir du milieu du XVIIe siècle, cette situation est jugée mal séante par une hiérarchie gagnée à la réforme catholique et qui craint un oubli du minis­tère. La pra­tique assi­due de l'élevage devient l'apanage du mauvais prêtre qui s'enfouit dans les occu­pations terrestres et néglige les af­faires du ciel. À Bagé-la-Ville (dio­cèse de Lyon) au milieu du XVIIe siècle, les pigeons, élevés par le vicaire dans l'église, importu­nent les fidèles, sa­lissent les habits, remplissent le bénitier de plumes ou d'ordure. Ledit clerc est aussi accusé d'organiser des quêtes personnelles ou de ne pas entretenir de lampe devant le Saint Sacrement. En 1857, au Puy Malsi­gnat (diocèse de Limoges), les habitants se plaignent de leur prêtre qui s'occupe des semailles de printemps ou des soins au bé­tail mais qui oublie les prières du soir et ne respecte plus le repos domini­cal63. En réaction, quelques prélats interdisent les travaux de ferme64 la plupart exigent une modération. Le sulpicien Branche­reau, supé­rieur du grand sémi­naire d'Orléans, écrit en 1874 qu'il « ne faut pas que les abords de la maison curiale pré­sentent l'aspect d'une métairie et qu'on soit obligé, pour y pénétrer, de traverser une cour pleine de fu­mier »65. La crainte de la hiérarchie porte surtout sur le négoce des bêtes, considéré comme l'un des pires dévoiements de la vie clé­ricale, ré­unissant le commerce de l'argent, la vie dans le monde et le contact avec l'animal, symbolisant une double allégeance à la matière et à Mam­mon. Il faut sépa­rer les clercs des laïcs afin que les premiers préser­vent l'excellence de leur état, mais aussi dif­férencier le spirituel qu'ils in­carnent du ma­tériel symbolisé par l'animal. Les statuts du diocèse de Die (1698) demandent que les clercs ne han­tent pas les foires et qu'ils ne ravalent pas « leurs mains sa­crées jusqu'à palper et vi­siter ces vils animaux »66. À partir des années 1650 et jusqu’au XXe siècle, la plupart des diocèses interdisent le négoce des bêtes67 mais sans pouvoir l’éradiquer.

  • 68 Jean-Claude Périquet, Le grand livre des volailles de France, races anciennes, races disparues ou a (...)
  • 69 Sur ces exemples : Marcel Launay, Le bon prêtre..., op. cit., p. 186 ; Pierre Pierrard, Histoire de (...)

30La pratique de l’élevage permet à des clercs d’influencer les populations. Si l’on prend le cas du XIXe siècle, on connaît de nombreux exemples locaux au gré des études publiées, mais ce tableau impressionniste serait lui aussi à systématiser par le dépouillement des archives du ministère de l’Agriculture, des préfectures, des diocèses, des comices et des sociétés agricoles ou d’acclimatation, qui publient des comptes rendus d’expériences, afin de mesurer le nombre et l’importance de ces cas. À Mesquer (près de Nan­tes), sous le Second Empire, le desservant s'intéresse à l'amélioration de la race cheva­line et conseille les paysans de la ré­gion sur les variétés à choisir et leurs utilisations. En 1906, le curé de Saint-Léonard (Gers) élève et diffuse des volailles de races « pures », c’est-à-dire sélectionnées, fabriquées selon des standards anatomiques nouveaux68, alors peu à peu établis par quelques précurseurs : éleveurs, techniciens et donc même abbés ! De son côté, le curé d’Enceville (diocèse d’Orléans) s’illustre vers 1862 dans l’acclimatation de faisans, poules d’Inde et autres oiseaux exotiques. D’autres, tel l’abbé Weber à Saint-Jean-de-Luz au début du XXe siècle, propagent les principes de l’apiculture rationnelle69. Sélection de « races » nouvelles, acclimatation des exotiques, soins accrus, rationalisation des procédés : tous les mots d’ordre de l’époque, développés par les élites et diffusés lors des comices ou des concours, sont ainsi repris et appliqués. Comme de grands propriétaires terriens, des instituteurs et des vétérinaires, des prêtres participent ainsi à la volonté des notables de secouer la « routine » des paysans et d’inculquer les principes de la nouvelle agronomie.

  • 70 Marius Faugeras, art. cit. ; Bernard Delpal, Le silence des moines. Les trappistes au XIXe siècle, (...)

31À côté de ces actions ponctuelles, des monastères illustrent des entreprises d’envergure bien réfléchies. Dans les années 1820, la trappe de la Meilleraye (Loire-inférieure) importe d’Angleterre (à l’instar des grands propriétaires aristocrates revenus de ce pays, comme d’ailleurs le supérieur du lieu) des bêtes, des procédés de croisement et de sélection, des modes de logement qui permettent de constituer un troupeau modèle, maintes fois primé dans les concours qui valorisent alors le modèle anglais. Ce monastère devient une exploitation modèle, visitée par les élites et les voisins, imitée dans la région. Il ouvre même une école d’agriculture en 1827. Bien d’autres trappes connaissent ensuite des succès identiques, comme à Aiguebelle, Sept-Fons, Fontgombault. À Notre-Dame des Dombes, l’assèchement des marais, pour conduire une regénération agricole et morale analogue à celle menée autrefois par ces moines médiévaux loués par Montalembert, fait adopter les procédés les plus modernes dont celui des prairies artificielles qui permet le développement d’un important élevage70.

  • 71 Bernard Nodet, Le curé d’Ars par ceux qui l’ont connu, Paris, O.E.I.L., 1986, p. 23.
  • 72 Éric Baratay, Le père Joseph Rey et l’enfance défavorisée. Une expérience d’insertion au XIXe siècl (...)

32Cependant, l’influence n’exige pas toujours la pratique. À Ars, Jean-Marie Vianney aurait obtenu de ces ouailles qu’ils ne brutalisent ni injurient les animaux71. Là aussi, l’exigence morale et l’intérêt zootechnique peuvent se conjuguer sur le terrain comme le montre le père Joseph Rey, directeur à Cîteaux d’un refuge pour enfants en difficulté ou placés par les parents depuis 1846, et d’une colonie pénitentiaire pour enfants vagabonds ou délinquants depuis 1849. Il organise un enseignement théorique moderne portant sur l’analyse des terres, les amendements, les engrais, les modes de labour et d’assolement, l’horticulture, la viticulture, la gestion des troupeaux, que les enfants mettent en application en gérant l’exploitation agricole au quotidien. Le père tient à ce que les litières des animaux soient propres, les râteliers bien garnis, les bêtes nettoyées, soignées et traitées avec douceur, de manière à appliquer les préceptes prônés par la SPA. Comme elle, le père justifie cette attention par des raisons économiques et morales : les bêtes serviront et produiront mieux ; leur respect rendra les hommes meilleurs entre eux. Son action transforme la terre de Cîteaux en une ferme modèle, qui obtient des prix aux expositions régionales des années 1860 pour la qualité de ses produits. Ses élèves sont embauchés dans les fermes de la région et des parents placent leurs enfants en apprentissage ce qui donne à l’établissement un rôle notable dans l’évolution locale de l’agriculture et de l’élevage72.

  • 73 Marius Faugeras, Le diocèse de Nantes sous la monarchie censitaire, Fontenay-le-Comte, Lussaud, 196 (...)
  • 74 Robert Delort, op. cit., pp. 187-214 ; Albert Llorca, « Les servantes du Seigneur, l’abeille et ses (...)
  • 75 Dictionnaire philosophique, dans œuvres complètes, Paris, 1786, T. 39, p. 215, article « Curé de ca (...)

33L’hypothèse que suggèrent ces exemples épars et les réticences de la hiérarchie envers les desservants sélectionneurs et maquignons, voire les moines trop entreprenants73, serait une concentration délibérée des attentions sur l’hygiène, les soins, le logement, donc les aspects les moins techniques et porteurs d’une leçon morale sous-jacente, ainsi que sur les petites espèces pour les élevages personnels afin de ne pas encombrer l’espace, le temps et l’esprit. D’où, peut-être, le succès de l’apiculture consacrée à des abeilles jugées, dans la symbolique chrétienne, pures, chastes, recueillies dans le travail commun, obéissantes, figures idéales des religieux, symboles de l’âme et de la résurrection, productrices d’une cire utilisée pour le culte74. Il reste que ces clercs agissent ainsi comme des intermédiaires culturels, diffusant auprès des populations des techniques et des attitudes définies par les élites, un rôle déjà tenu dans d’autres domaines, tels que l’éducation ou l’hygiène, et qui répond au souhait autrefois formulé par Voltaire lorsqu’il voulait, en adepte d’une religion vouée au bien de l’humanité, que le bon curé de campagne conseille ses ouailles sur les techniques agricoles75.

Abandon d’un rôle, maintien d’un but

  • 76 Arnold Van Gennep, op. cit., T. 1, L. 5, p. 2445.
  • 77 Voir l’abbé F. Maruel, La prière aux champs, Lyon, Éditions de la J.A.C., 1942, et des exemples de (...)
  • 78 Joseph Stany Gauthier, Les saints bretons, s. l., 1953, p. 6, 10 ; Roger Devos, Charles Joisten, op (...)
  • 79 Anne-Marie Brisebarre, « Le recours à saint Fleuret guérisseur des bestiaux », Revue du Rouergue, é (...)

34Le soutien direct à l’essor de l’élevage s’efface au XXe siècle à commencer par les bénédictions qui ré­gressent dès l’entre-deux-guerres76, connaissent un sursaut à l'époque de Vi­chy dans le contexte idéologique du retour à la terre et à la civilisation paysanne77, puis s’étiolent dans les vingt années d’après guerre78 à l’instar des autres bénédictions : de la mer, des cultures, des maisons, etc. Toutefois quelques rites persistent, modifiés (à Carnac, les bêtes ne par­ticipent plus au pardon depuis les an­nées 1960) ou maintenus. À Es­taing (Rouergue), le pèlerinage de Saint Fleuret reste vivace au dé­but des années 1980 en jouant un rôle de ciment culturel, de maintien des tradi­tions, de réconfort psy­chologique pour des éleveurs confrontés aux difficul­tés de la moder­nité. Ils font bé­nir du pain et du sel, puisent de l'eau à la fon­taine, deman­dent des messes pour leurs bêtes79. Des célébrations sont aussi restaurées dans la décennie 1980, tel le pardon de Saint-Eloi-en-Sizun où les chevaux du parc naturel d'Armorique et de centres équestres voisins remplacent les animaux de traits disparus, mais leur aspect folklorique les destine surtout aux touristes et à l’évocation d’un passé révolu. Les causes de ce déclin sont mul­tiples : raréfaction des grandes épi­démies à la fin du XIXe siècle, développement de la médecine vétérinaire et de la zootechnie, perte de confiance de popu­lations mieux ins­truites, interdiction des processions par des municipali­tés anticléricales, croissance de la circulation automobile, remplace­ment des bêtes de traits par les tracteurs, enfermement des troupeaux dans les ateliers industriels. Elles sont renforcées par la vo­lonté des clercs de ne pas compromettre l’Église avec des rites à l’efficacité dou­teuse puis, après 1945, par l'hostilité décla­rée d'une majorité d’entre-eux envers le culte des saints et les pratiques popu­laires qui l'entourent.

  • 80 Émile Poulat, Naissance des prêtres ouvriers, Paris, Casterman, 1965, p. 57 ; Robert Wattebled, Str (...)

35L’investissement dans la zootechnie disparaît aussi dans les années 1930-1950 du fait de la technicité croissante de celle-ci, de sa prise en main par des professions spécialisées (vétérinaires et zootechniciens) qui remplacent les anciens intermédiaires culturels (maires, curés, instituteurs) mais aussi de l'évolution sociologique et géographique du clergé, d’origine plus urbaine et de moins en moins centré sur les campagnes, ainsi que d’une transformation de ses représentations. L’époque est celle d’une prise de conscience aiguë de la déchristianisation et d’une détermination à réagir. Mais la volonté croissante d'investir le monde profane, de se ré­concilier avec ses valeurs, de s'attaquer à ses questions sociales, notamment au pro­blème ouvrier, pour le rechristianiser conduit à faire table rase du passé. Pour les clercs les plus en pointe de l’époque, les Godin, Suhard, Chenu, etc., l’investissement de la société suppose l'abandon d'une pastorale (la paroisse, les œuvres, les proces­sions...), d'une manière de vivre (la soutane, la cure, le jardin...), d'une mentalité (la distanciation vis-à-vis du fidèle) jugées dépassées et sclé­rosantes80.

36Les témoignages montrent que cette conception émerge chez quelques précur­seurs des années 1920-1930 avant de s'affirmer après la guerre puis de s’imposer avec Vatican II, et qu’elle génère un désintérêt pour la nature, les campagnes, l’élevage, considérés comme le signe d’un attachement obsolète pour un monde rural en voie de disparition, comme le symbole d’une faillite de la mission cléricale, une opinion rappelant celle du temps de la réforme catholique. Curé de Mortagne de 1927 à 1930, l'abbé Haens­ler déplore que ses confrères passent une partie de leur temps à élever des vaches, des co­chons, des abeilles, alors qu'il anime la paroisse, organi­se des séances de ci­néma. À la même époque, l'abbé Rodhain, aumônier d'un groupe de jo­cistes, visite périodiquement le curé de la pa­roisse qui accueille leurs réunions. Mais celui-ci se désin­téresse de la Jeunesse ouvrière catholique, préférant par­ler de ses moutons et de ses bois. « N'oubliez pas, Mon­sieur le curé, que vous êtes aussi curé ! » lui dit chaque fois l'abbé. En 1926, l'abbé Godin piaffe d'impatience :

  • 81 Alphonse Haensler, op. cit., p. 130 ; Jean Colson, Charles Klein, Jean Rodhain, prêtre (1900-1977),(...)

37« Ce que je veux, c'est un mi­nistère actif, non pas de deux heures par jour, le dimanche ex­cepté, mais de douze heures. Je veux m'occuper des âmes, rien que des âmes, direc­tement ou indirectement. Serai-je prêtre pour cultiver un jardin, soi­gner des abeilles ? »81

38Aux âmes à rechristia­niser, unique souci des clercs cherchant à renouveler les pratiques ecclé­siales, s'opposent les veaux, vaches, cochons de prêtres jugés routiniers et peu soucieux de leurs obliga­tions, ce qui est faire fi de l’écho qu’ils pouvaient obtenir auprès des ruraux et oublier qu’il s’agissait d’une autre forme d’investissement du monde profane. Il reste que tous ces facteurs entraînent la quasi disparition des prêtres paysans (seules les communautés religieuses, comme celle de Cîteaux, maintiennent l'élevage) et l’abandon de leur rôle d’intermédiaire culturel.

  • 82 Étienne Fauvet, La stratégie éducative de la J.A.C. et du M.R.J.C. dans l’Ain, 1937-1979 : d’une ex (...)
  • 83 Madeleine et François Colson, Henri Nallet (éd.), René Colson, 1913-1951, un paysan face à l’avenir (...)
  • 84 Travaux de l’action populaire, avril 1948, cité par Michel Lagrée, op. cit., p. 117 : cité par Mari (...)
  • 85 JAC et modernisation de l’agriculture de l’ouest, Paris, INRA, 1980 ; Robert Fort, Ils ont révoluti (...)
  • 86 Haute-Loire, Paris, Bonneton, 2001, p. 62 ; La Jeunesse agricole catholique dans le Gers : 1930-196 (...)

39Cependant la portée de cette évolution est à nuancer car, à partir de la fin du XIXe siècle, l’Action catholique de la jeunesse française recrute abondamment dans le milieu rural (50% de ses membres sont agriculteurs en 1920), un succès qui conduit à fonder la Jeunesse agricole catholique en 1929 puis le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne. Moins étudiés que la J.O.C., ces mouvements ont surtout été abordés par leurs aspects organisationnel, religieux, éducatif82, mais il y aurait à travailler sur leurs incidences en matière d’agriculture et d’élevage. Encadrée par des aumôniers, la J.A.C. façonne plusieurs générations d’agriculteurs militants dont les témoignages83 révèlent une conception optimiste du progrès, de la technique et de la maîtrise de la nature analogue à celle développée par le clergé et nettement teilhardienne : « Le nouveau type de paysan, qui naîtra à cette civilisation nouvelle, sera plus homme et plus divin que ses devanciers » déclare une feuille de liaison en 1948 tandis que, dans un stage jaciste de 1960, il est affirmé que « Le progrès est une marche en avant de la création ((...) [et] la création a été faite pour l’homme. »84 Ces militants participent activement, notamment par l’intermédiaire des syndicats agricoles dont ils forment souvent les cadres, à la transformation de l’élevage après 1945 (hors sol, en batterie, en des « ateliers » industrialisés, mécanisés, avec testage des performances et concentration sur les « races » productives). La corrélation entre l’implantation de la J.A.C. et cette évolution a bien été montrée pour la Bretagne qui se convertit à l’élevage industriel dans les années 1950-196085. Elle semble tout aussi nette dans la Haute-Loire, le Gers, le Tarn, etc86. Là se trouve un effet important de l’action cléricale même s'il est indirect. Il reste à multiplier les études pour bien l’éclairer et l’évaluer de près.

  • 87 Michel Lagrée, op. cit. ; Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (éd.), Sport, culture et religion. Les patr (...)
  • 88 Éric Baratay, « Zoologie... », art. cit.
  • 89 Voir les panoramas introductifs : Christianisme et science, Paris, Vrin, 1989 ; Les Églises face au (...)
  • 90 Exemple récent : Marie-Thérèse Chéroutre, Le scoutisme au féminin. Les guides de France, 1923-1998, (...)
  • 91 Cela apparaît bien dans Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (éd.), op. cit.
  • 92 Entretien avec Édouard Faure (80 ans), août 2003.

40Ainsi le clergé a fourni l’un des discours majeurs de justification des transformations de l’élevage, apporté son soutien, son exemple et ses conseils en fonction de ses propres lectures ou stratégies, et joué un rôle important. Élargissons maintenant le propos. L’action profane du clergé est trop délaissée par les historiens du religieux, peu attirés par ses répercussions sociales, quotidiennes, concrètes ou intellectuelles. Pourtant, nombreux sont les domaines à étudier comme Michel Lagrée l’a montré pour les techniques et Gérard Cholvy pour les activités des patronages et des mouvements de jeunesse87. Rien que pour l’époque contemporaine, il y aurait les transformations agricoles, la diffusion des procédés industriels (par exemple par les colonies, les refuges et les orphelinats du XIXe siècle), l’adoption de mode de déplacement (bicyclette, automobile), l’évolution des manières de vivre (hygiène, alimentation, soins, logement...), l’introduction de modes de communication ou de loisirs (cinéma, radio, télévision, jeux et sports), etc. Nombre de questions intellectuelles sont aussi concernées, notamment en matière de sciences comme la zoologie88, la géologie, la paléontologie où les écrits d’un Teilhard de Chardin ont, consciemment ou non, influencé Yves Coppens et ses scénarios de l’hominisation89. Il ne s’agit pas d’étudier l’organisation, l’intensité, la répercussion religieuses d’un aspect, comme cela a été bien fait pour l’éducation, les patronages, le scoutisme, etc.90, mais le rôle concret, d’impulsion ou de frein, du clergé, ses choix, ses raisons, ses stratégies. Autrement dit, par exemple, quel sport et pourquoi ? quelle technique industrielle, pourquoi et quels effets ? Ces aspects ne sont souvent qu’effleurés par les historiens du religieux, qui ne saisissent pas toujours l’importance d’une action, et par les autres qui ne décèlent pas toujours la stratégie déployée. Pour l’heure, ce beau territoire est surtout défriché par les historiens des techniques, des sciences, du sport91, alors qu’il y a là un bon moyen d’élargir et de renouveler l’histoire religieuse. Terminons par une anecdote qui aurait plu au regretté Michel Lagrée : à Chaussan, dans les monts du Lyonnais, le curé fut le premier à posséder une télévision au milieu des années 1950. Avec un sens aigu du partage, il n’organisa pas un téléclub paroissial, comme ce fut le cas ailleurs, mais il fermait ses volets aux heures d’émission, devant la foule massée à l’extérieur ! Il fit ainsi un peu pour l’anticléricalisme, mais la région est un bastion de foi, et beaucoup (bien plus que les réclames) pour la diffusion locale de l’étrange lucarne92.

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir les numéros de la revue Ethnozootechnie (16 bis bd Cote Blatin, 63000 Clermont-Ferrand) ; Annie Antoine, « L’élevage en France, XVIIe-XVIIIe siècles », La terre et les paysans, Paris, Presses de l’université de Sorbonne, 1999, pp. 7-60 ; Roland Jussieu, Louis Montméas, Jean-Claude Parot, L’élevage en France, 10 000 ans d’histoire, Dijon, Éducagri, 1999 ; Jean-Luc Mayaud, 150 ans d’excellence agricole en France. Histoire du concours général agricole, Paris, Belfond, 1991 ; Jean-Marc Moriceau, L’Élevage sous l’Ancien Régime, Paris, Sedes, 1999 ; Jacques Risse, Histoire de l’élevage français, Paris, L’Harmattan, 1994.

2 Sur l’histoire des animaux : Robert Delort, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1984 ; Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.

3 L'homme criminel, Paris, Camusat, 1647, p. 710. Pour une vue générale des relations de l’Église avec le monde animal : Éric Baratay, L’Église et l’animal (France, XVIIe-XXe siècle), Paris, Cerf, 1996.

4 La Bible de Jérusalem, Paris, Cerf, 1981.

5 Sur cette différence nous renvoyons à Albert de Pury, Homme et animal, Dieu les créa. Les animaux et l’Ancien Testament, Genève, Labor et Fides, 1993, et Éric Baratay, « L’anthropocentrisme du christianisme occidental », Boris Cyrulnik (dir.), Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale, Paris, Gallimard, 1998, pp. 1428-1449.

6 Basile de Soissons, Fondements inébranlables de la doctrine chrétienne, Paris, Padeloup, 1681, T. 1, p. 173 ; Catéchisme paroissial, Lyon, Ville, 1726, p. 19.

7 La Théologie naturelle, Paris, Buon, 1640, T. 2, pp. 42-43.

8 La théologie affective, Paris, Chevalier, 1643-1644, T. 1, L. 1, p. 425.

9 Traité de l'existence et des attributs de Dieu, Paris, Lebel, édition de 1820, pp. 31-32.

10 Sur la promotion du lion comme roi des animaux dans l'héraldique médiévale, voir Michel Pastoureau, « Quel est le roi des animaux ? », Le monde animal et ses représentations au Moyen Age (XIe-XVe siècles), Toulouse, Presses de l’Université de Toulouse-le-Mirail, 1985, pp. 133-135.

11 Le Spectacle de la nature, Paris, 1732, T. 1, pp. 338-43, 380.

12 Voir Jean-Pierre Digard, Le cheval force de l’homme, Paris, Gallimard, 1994, et Jacques Roger, Buffon, Paris, Fayard, 1989.

13 Jean Gaume, Catéchisme de persévérance, Paris, Gaume, 1854, T. 1, pp. 45, 74, 94, 99.

14 Pierre Girodon, Exposé de la doctrine catholique, Paris, Plon, 1884, T. 1, p. 240.

15 Pierre Teilhard de Chardin, Le phénomène humain, Paris, Seuil, 1955, p. 177 ; Frédéric-Marie Bergounioux, Esquisse d’une histoire de la vie, Paris, Éditions de la Revue des jeunes, 1947, p. 178.

16 Bruno de Solages, Le livre de l’espérance, Paris, Spes, 1954, p. 162 ; Pierre Teilhard de Chardin, La vision du passé, Paris, Seuil, 1957, p. 37.

17 Initiation métaphysique, Toulouse, Privat, 1962, p. 53.

18 Marie-Dominique Chenu, Théologie de la matière, Paris, Cerf, 1967, pp. 12, 90, 113.

19 Émile Rideau, Consécration. Le christianisme et l’activité humaine, Paris, Desclée de Brouwer, 1945, p. 55.

20 Jean Daniélou, « Mépris du monde et valeurs terrestres d’après le concile Vatican II », Le mépris du monde, Paris, Cerf, 1965, p. 190.

21 Le problème du mal, Paris, Aubier, 1951, T. 2, pp. 123-127.

22 Il est ainsi peu étudié dans les beaux ouvrages de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Espace et sacré en Provence, XVIe-XIXe siècle, Paris, Cerf, 1994, et Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cerf, 1998.

23 Sur ce point les travaux sont nombreux, par exemple Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime, Aspet, PyréGraph, 2001 ; Nicole Lemaître (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, pp. 155 et s.

24 Alain Lottin, « Contre Réforme et religion populaire : un mariage difficile mais réussi aux 17e et 18e en Flandre et en Hainaut ? », Yves-Marie Hilaire (dir.), La religion populaire, Lille, Université de Lille 3, 1981, p. 47 ; autre exemple dans Jeanne Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, Vrin, 1962, p. 342.

25 Alain Lottin, Ibid., pp. 47-48. Autre exemple dans Gabriel Pérouse, « Les paroisses rurales d'un diocèse de Savoie au XVIIe. L'archevêché de Tarentaise », Revue d’Histoire de l’Église de France, 1913, p. 138.

26 Ordonnances synodales du diocèse de Grenoble, Paris, Pralard, 1690, p. 12 ; Jean-Baptiste Thiers, Traité des super­stitions, Paris, De Nully, 1704, T. 2, p. 439 ; Pierre Le Brun, Histoire critique des pratiques superstitieuses, Paris, Delaulne, 1732, T. 1, pp. 431-433 ; Dominique Julia, « Discipline ecclésiastique et culture paysanne aux XVIIe et XVIIIe siècles », La religion populaire, Paris, C.N.R.S., 1979, p. 207. Sur cette séparation sacré-profane : Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2002, et Éric Baratay, L’Église..., op. cit., pour le cas de l’animal.

27 Alain Lottin, art. cit., p. 47.

28 Cité par Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire reli­gieuse de la France contemporaine, Toulouse, Privat, 1985, T. 1, p. 117.

29 Maurice Agulhon, La république au village, Paris, Plon, 1970, p. 177 et Archives Départementales du Var, 4 M 14/423.

30 Alain Lottin, art. cit., document 2.

31 Jean Delumeau, Rassurer et protéger, Paris, Fayard, 1989, p. 55.

32 Jeanne Ferté, op. cit., p. 242 ; Dominique Julia, art. cit., p. 207.

33 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, op. cit., T. 1, pp. 161-162 (Roch) ; G. Millour, Les saints guérisseurs et protecteurs du bé­tail en Bretagne, Paris, Librairie cel­tique, 1946, pp. 36, 66-68. De même, sont organisées des béné­dictions de la mer à par­tir des années 1820, alors qu’elles étaient rares au XVIIIe siècle et jamais évoquées par les ri­tuels. Elles prennent de l’am­pleur dans la seconde moi­tié du XIXe siècle, en Bre­tagne et sur les côtes de la Manche : Alain Cabantous, Le ciel dans la mer, christia­nisme et civilisation maritime XVIe-XIXe siècle, Paris, Fayard, 1990, pp. 134-136.

34 Paul Parfait, Le dossier des pèlerinages, Paris, Les libraires, 1877, pp. 146-147.

35 Marc Leproux, Dévotions et saints guérisseurs (contributions au folklore charentais), Paris, P.U.F., 1957, pp. 135-136, 169.

36 Pierre Charrié, Le folklore du Haut-Vivarais, F.E.R.N., 1968, pp. 116-117 ; Roger Devos et Charles Joisten, Mœurs et coutumes de la Savoie du Nord au XIXe siècle. L’enquête de Mgr Rendu, Chambéry, Mémoires et documents de l’Académie salésienne, 1978, pp. 80 et s.

37 G. Millour, op. cit., p. 57. Ce contrôle n’empêche pas le maintien de prières et de crucifix dans les étables : Arnold Van Gennep, Manuel de folklore contemporain, Paris, Picard, 1937, T. 1, liv. 5, p. 2440.

38 Marcel Launay, Le diocèse de Nantes sous le IIe Empire, Nantes, C.I.D., 1982, T. 2, p. 596 ; L’Ami du clergé, 6 février 1902. En revanche, le rituel de Rodez (1929) ne prévoit pas de tels rites.

39 Nîmes, Gaude, 1763 ; Avignon, Niel, 1788 ; Lyon, Bourgeon, 1881.

40 Paris, Guillyn, 1762 et 1763.

41 Paris, Vallat la Chapelle, 1770.

42 Paris, Hôtel Serpente.

43 Paris, Panckoucke puis Agasse. L’ouvrage est écrit en collaboration avec Thouin, Bosc, Fougeroux de Bondaroy.

44 Plan des expériences et recherches à faire pour former le tableau raisonné de l’agriculture d’un royaume, Rambouillet, 1787 ; Projet de cheptel de troupeaux, en conséquence d’une demande de M. le grand-chancelier de la Légion d’honneur, Paris, Huzard, 1809.

45 Compte rendu... de l’état et de l’emploi des animaux qui sont dans les établissements nationaux de Rambouillet, de Versailles, Paris, Baudouin, an VII ; Instructions sur les bêtes à laine, Paris, Huzard, 1811 ; Faits et observations sur la question de l’exportation des mérinos et de leur laine, Paris, Huzard, 1814.

46 Mémoire sur l’importation en France des chèvres à duvet de Cachemire, Paris, Huzard, 1819.

47 Instruction sommaire sur la maladie des bêtes à laine, appelée pourriture, Paris, Huzard, 1817.

48 Rapport... sur le concours pour des observations de médecine vétérinaire pratique, Paris, Huzard, 1816.

49 Voir l’exemple du Poitou : Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières, La Crêche, Geste Éditions, 1999.

50 Éric Baratay, « Zoologie et Église catholique dans la France du XVIIIe siècle (1670-1840) : une science au service de Dieu », Revue d’histoire des sciences, 1995, 3, pp. 241-265.

51 Une seule référence dans le Catalogue général de la librairie française : l’abbé Smets, Alimentation des animaux domestiques, Paris, Petit, 1909.

52 Voir les numéros de la revue Ethnozootechnie : Prémisses et débuts de la sélection animale en France, n° 63, 1999 ; L’alimentation des animaux : aspects historiques et scientifiques, n° 66, 2000 ; Élevage et enseignement pratique de la zootechnie, n° 68, 2001 ; Éléments d’histoire des races bovines et ovines en France, hors série n° 3, 2002.

53 Jean Blanchon, « Sélectionner ou remplacer la race locale : le choix difficile de la Société d’agriculture du Puy de Dôme », Prémisses et débuts de la sélection animale en France, n° 63 d’Ethnozootechnie, 1999, p. 39 ; Marius Faugeras, « Les Trappistes de la Melleray, pionniers de l’agriculture moderne dans la première moitié du XIXe siècle », Enquêtes et documents, Nantes, Centre de recherches sur l’histoire de la France atlantique, 1975, T. 3, pp. 173-210 ; Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1999, p. 110.

54 Instructions, mandements, lettres, 1837-1861, Bordeaux, Gounouillou, t. 5, pp. 65-71, et Bulletin de la SPA, 1859, pp. 374-382.

55 Michel Lagrée, op. cit., pp. 111-113.

56 Éric Pierre, Amour des hommes, amour des bêtes. Discours et pratiques protectrices dans la France du XIXe siècle, Thèse, Angers, 1998 ; Éric Baratay, L’Église..., op. cit., chapitre XV.

57 Roi et non tyran ou ce que doit être l’homme dans ses relations avec les animaux, Paris, Lecoffre, 1862. Autre exemple: l’abbé Petit, futur vicaire général du diocèse de La Rochelle, Politesse tirée de l’écriture sainte, La Rochelle, Rioubland, 1861, pp. 93-95.

58 Circulaire 187, 1er juin 1857 ; J. Puiseux, Vie et lettres de Mgr de Prilly, Châlons-sur-Marne, Martin, 1887, T. 1, pp. 431-432.

59 Bernard Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1974, p. 143.

60 Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1968, p. 232 ; Cyprien Boutrais, La Grande-Chartreuse par un chartreux, Grenoble, Côte, 1881, p. 340.

61 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Monseigneur Dupanloup, 1849-1878, Paris, Plon, 1962, p. 121 ; Alphonse Haensler, Curé de campagne, Paris, Presses de la Renaissance, 1978, pp. 129-130.

62 Exemples : Bernard Bligny (dir.), Histoire du diocèse de Grenoble, Paris, Beauchesne, 1979, p. 125 ; Thérèse Schmitt, L'organisation ecclésiastique et la pra­tique religieuse dans l'Archidiaconé d'Autun de 1650 à 1750, s. l., 1952, p. 129 ; Christiane Marcilhacy, ibid., p. 121.

63 M. Rostagnat, « Les vi­sites pastorales de Mgr Camille de Neufville dans le diocèse de Lyon au XVIIe siècle », Cahiers d'histoire, 1960, pp. 266-267 ; Marcel Launay, Le bon prêtre. Le clergé rural au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1986, p. 135.

64 Statuts synodaux du diocèse d'Avignon, Avignon, Aubanel, 1836.

65 Politesses et convenances ec­clésiastiques, Paris, Vie, 1881, p. 78.

66 Or­donnances syno­dales du diocèse de Die, Grenoble, Giroud, 1698, p. 11.

67 Statuts synodaux du Puy-en-Velay, 1666, de Noyon, 1690, d’Albi, 1763, de Lyon, 1827 et 1874, d’Angers, 1919, de Clermont-Ferrand, 1923, etc.

68 Jean-Claude Périquet, Le grand livre des volailles de France, races anciennes, races disparues ou actuelles, Paris, Rustica, 1994.

69 Sur ces exemples : Marcel Launay, Le bon prêtre..., op. cit., p. 186 ; Pierre Pierrard, Histoire des curés de campagne de 1789 à nos jours, Paris, Plon, 1986, p. 285 ; Christiane Marcilhacy, op. cit., p. 121; Paul Marchenay, L’homme et l’abeille, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 146.

70 Marius Faugeras, art. cit. ; Bernard Delpal, Le silence des moines. Les trappistes au XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1998, pp. 227-253.

71 Bernard Nodet, Le curé d’Ars par ceux qui l’ont connu, Paris, O.E.I.L., 1986, p. 23.

72 Éric Baratay, Le père Joseph Rey et l’enfance défavorisée. Une expérience d’insertion au XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1996, pp. 139-140.

73 Marius Faugeras, Le diocèse de Nantes sous la monarchie censitaire, Fontenay-le-Comte, Lussaud, 1964, pp. 300-303.

74 Robert Delort, op. cit., pp. 187-214 ; Albert Llorca, « Les servantes du Seigneur, l’abeille et ses œuvres », Terrain, avril 1988, pp. 23-36 ; Xosé Ramon, Symboles animaux, Paris, Desclée de Brouwer, 1996, pp. 11-15.

75 Dictionnaire philosophique, dans œuvres complètes, Paris, 1786, T. 39, p. 215, article « Curé de campagne ».

76 Arnold Van Gennep, op. cit., T. 1, L. 5, p. 2445.

77 Voir l’abbé F. Maruel, La prière aux champs, Lyon, Éditions de la J.A.C., 1942, et des exemples de restauration en Bretagne dans G. Millour, op. cit., p. 37 et Jean Delumeau (dir.), Histoire du diocèse de Rennes, Paris, Beau­chesne, 1979, p. 271.

78 Joseph Stany Gauthier, Les saints bretons, s. l., 1953, p. 6, 10 ; Roger Devos, Charles Joisten, op. cit., p. 30 ; Arnold Van Gennep, op. cit., T. 1, L. 5, p. 2410 ; Pierre Charrié, Le folklore du Bas-Vivarais, Paris, Guénégaud, s. d., p. 97.

79 Anne-Marie Brisebarre, « Le recours à saint Fleuret guérisseur des bestiaux », Revue du Rouergue, été 1987, pp. 127-140.

80 Émile Poulat, Naissance des prêtres ouvriers, Paris, Casterman, 1965, p. 57 ; Robert Wattebled, Stratégies catholiques en monde ouvrier dans la France d’après-guerre, Paris, Éditions Ouvrières, 1990, pp. 96, 101-102.

81 Alphonse Haensler, op. cit., p. 130 ; Jean Colson, Charles Klein, Jean Rodhain, prêtre (1900-1977), Paris, S.O.S., 1981, p. 82 ; Godin cité par Émile Poulat, ibid., p. 53.

82 Étienne Fauvet, La stratégie éducative de la J.A.C. et du M.R.J.C. dans l’Ain, 1937-1979 : d’une expérience initiatoire à une « éducation totale », Thèse, Lyon 2, 1983, édition partielle : Bourg-en-Bresse, Voix de l’Ain, 1985 ; 70 ans de jeunesse : Jeunesse agricole catholique, Mouvement rural de la jeunesse chrétienne, 1929-2000, Paris, Éditions de la MRJC, 2000 ; JAC-MRJC : origines et mutation, Lyon, Chroniques sociales, 1996.

83 Madeleine et François Colson, Henri Nallet (éd.), René Colson, 1913-1951, un paysan face à l’avenir rural, la J.A.C. et la modernisation de l’agriculture, Paris, Épi, 1976 ; Michel Jeannerod-Pinard, Le reste viendra par surcroît : le combat d’une génération de militants paysans, Fontain, Simon, 1999.

84 Travaux de l’action populaire, avril 1948, cité par Michel Lagrée, op. cit., p. 117 : cité par Marie-Josèphe Durupt, Les Mouvements d’action catholique, facteurs d’évolution du monde rural, thèse, FNSP, 1963, p. 292, version publiée : Hachette, 1973.

85 JAC et modernisation de l’agriculture de l’ouest, Paris, INRA, 1980 ; Robert Fort, Ils ont révolutionné le monde rural : l’aventure de la JAC en Bretagne : 1930-1970, Brest, Éditions « Le Télégramme », 2001.

86 Haute-Loire, Paris, Bonneton, 2001, p. 62 ; La Jeunesse agricole catholique dans le Gers : 1930-1960, historique, témoignages, Auch, Édi Service, 1998 ; Jean-Marie Barthe, Les premiers jacistes du Tarn, 1930-1945, Albi, Coopérative du Sud-Ouest, 1994. Voir Michel Boulet (dir.), Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945, Dijon, Éducagri, 2000.

87 Michel Lagrée, op. cit. ; Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (éd.), Sport, culture et religion. Les patronages catholiques (1898-1998), Brest, Université de Bretagne occidentale, 1999.

88 Éric Baratay, « Zoologie... », art. cit.

89 Voir les panoramas introductifs : Christianisme et science, Paris, Vrin, 1989 ; Les Églises face aux sciences, Genève, Droz, 1991 ; Georges Minois, L’Église et la science, Paris, Fayard, 1991-1992 ; Louis Châtelier, Les espaces infinis et le silence de Dieu. Science et religion, XVIe-XIXe siècle, Paris, Aubier, 2003.

90 Exemple récent : Marie-Thérèse Chéroutre, Le scoutisme au féminin. Les guides de France, 1923-1998, Paris, Cerf, 2002.

91 Cela apparaît bien dans Gérard Cholvy, Yvon Tranvouez (éd.), op. cit.

92 Entretien avec Édouard Faure (80 ans), août 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Baratay, « Les soutanes à la ferme. Le clergé et l’essor de l’élevage. XVIIIème-XXème siècles  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 109-131.

Référence électronique

Eric Baratay, « Les soutanes à la ferme. Le clergé et l’essor de l’élevage. XVIIIème-XXème siècles  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3828 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3828

Haut de page

Auteur

Eric Baratay

RESEA-UMR 5190, LARHRA, Institut d’Histoire du Christianisme, Université Jean Moulin Lyon III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org