Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d'une passion française 1899-1904, Cerf, 2003, 265 p.

Patrick Cabanel
p. 220-222

Texte intégral

1Ce petit livre alerte est le précis que l’on attendait sur une crise majeure mais trop oubliée de l’histoire de l’Église de France et de la République anticléricale. Son double titre dit bien la tension qui a opposé les « deux France », et cette sorte d’emballement anticongréganiste qui s’est emparé des élites républicaines au lendemain immédiat de l’affaire Dreyfus.

2Six chapitres organisés en trois parties disent les temps forts de cette histoire. Les deux premiers rappellent la puissance du XIXe siècle congréganiste français : ce fut le temps de toutes les restaurations et fondations, des recrutements massifs, de l’institution de véritables réseaux d’écoles, de collèges, d’hôpitaux, et bientôt celui des missions étrangères. Le catholicisme français est alors à l’apogée, et en son sein les congrégations masculines et féminines, enseignantes et hospitalières. Ce monde puissant, dit bien Christian Sorrel, est également « contesté », à la mesure même de la puissance qu’on lui reconnaît ou qu’on lui prête. À partir de l’arrivée des républicains au pouvoir, en 1879-1880, les tracasseries et les crises se succèdent. Les décrets de mars 1880 contre les jésuites et une poignée de congrégations masculines sont analysés : d’octobre à novembre 1880, pas moins de 261 couvents sont fermés et près de 6000 religieux expulsés. Si la crise se referme rapidement et si la République laisse rentrer les congrégations parties à l’étranger, les hostilités se déplacent sur le terrain de l’impôt avec les lois étendant aux congrégations l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières et le droit d’accroissement (1880, 1884, 1895). Christian Sorrel choisit à juste titre d’insister sur les capacités d’adaptation des congrégations à un univers politique, juridique et administratif qui leur est de plus en plus clairement défavorable. En dépit « d’inévitables retraits », cette adaptation est réussie. Un exemple, celui du brevet de capacité désormais exigé de tout instituteur et qui condamne la lettre d’obédience décernée par les supérieurs. Le retard des congrégations est bientôt comblé : dans le Rhône, si seulement (ou : déjà…) 65 % des frères et 41 % des sœurs étaient diplômés en 1883, les taux s’élèvent respectivement à 96 et 82 % en 1900. Il est, pour les congrégations, une autre façon de s’adapter : instruites par le précédent de 1880, redoutant de nouvelles aggravations de la politique anticongréganiste, elles prennent l’habitude de fonder ou de renforcer des établissements à l’extérieur du pays, à mi chemin entre rayonnement et refuge. L’auteur propose un premier tour d’Europe et du monde de cette expansion qui fait, par exemple, que près du tiers des 15 000 Frères des Écoles chrétiennes vivent à l’étranger en 1903. Il dresse encore le bilan géographique (deux cartes de leur implantation, pp. 70-71), démographique et même économique des congrégations à la veille de la grande tourmente de 1901-1904.

3La seconde partie porte sur cette tourmente. Le titre III de la loi du 1er juillet 1901 sur les associations concerne les congrégations et constitue « Une loi d’exception » (chapitre 3), systématisée et aggravée par la loi du 7 juillet 1904 qui interdit tout enseignement aux congrégations. Christian Sorrel a pu utiliser ici les acquis de la recherche récente, dont les Actes du colloque organisé en 2001 par Jacqueline Lalouette et Jean-Pierre Machelon, 1901. Les congrégations hors la loi ? (Letouzey et Ané, 2002). Il insiste sur cette forme de revanche (le mot est de nous) prise par la République sur des congrégations qui paraissent compromises dans l’antidreyfusisme, à l’image des Assomptionnistes, les plus marqués et les premiers frappés. Pour se défendre d’un péril à la fois réel et fantasmé, la République attaque, au risque de blesser dans le combat la liberté elle-même : les débats en son sein montrent bien que certains ont hésité devant les risques d’une « révocation congréganiste », si l’on veut bien pardonner cette référence à la révocation de l’édit de Nantes, qui a du reste été utilisée dans le débat aussi bien par des catholiques que par des républicains critiques, tel un Gabriel Monod. C’est le moment du choix pour des congrégations qui hésitent entre l’exil immédiat et la demande d’autorisation en bonne et due forme. La République, elle, s’est lancée dans un « démantèlement méthodique » (chapitre 4), avec les fermetures par décret de centaines d’écoles congréganistes dans l’été 1902. En riposte, la révolte s’organise dans diverses régions, annonçant les mobilisations parfois violentes du temps des inventaires. La liquidation des immeubles congréganistes s’achève, elle, sur un bien médiocre résultat financier, outre le scandale lié aux manœuvres frauduleuses de certains liquidateurs (Duez, le plus connu, devait être condamné aux travaux forcés).

4La troisième partie, peut-être la plus intéressante, envisage les « Destins congréganistes ». Ils ont pour cadre la France (« Crises et survies ») et l’étranger (« Exils et renaissances »). Le chapitre 5 propose pour l’essentiel une très bonne mise au point sur la « sécularisation » des religieux, cette reddition à l’état civil que les supérieurs souhaitaient strictement formelle, pour sauver les vocations et les effectifs, mais dont les évêques et les notables et pères de famille acceptaient volontiers la sincérité (jusqu’au mariage, dans bien des cas), puisqu’elle permettait de sauver les écoles. Il y a eu, dans les congrégations comme dans les âmes, des perplexités, des choix, des remords, des divisions, dont Christian Sorrel rend bien compte. C’est l’intervention de Pie X, dans une lettre au supérieur des Frères des Ècoles chrétiennes, en avril 1905, qui fixe la doctrine de l’Église et rappelle à chacun son devoir. Si le recrutement français de la plupart des congrégations a subi en ces années un coup définitif, au profit de bassins extérieurs, en Europe et au Québec en attendant d’autres relais, l’enseignement catholique a sauvé l’essentiel grâce aux sacrifices ou aux choix des sécularisés : en 1911-1912, les écoles primaires privées rassemblent 1 150 000 élèves contre 1 640 000 dix ans plus tôt. Beaucoup d’écoles congréganistes fermées ont été réouvertes sous la forme d’écoles libres tenues par de « vrais-faux » ou de vrais laïcs.

5En regard, le choix de l’exil, dès l’été 1901 et jusqu’à la fin de la décennie, pouvait paraître plus franc et partant plus facile pour les religieux et leurs supérieurs. La Croix a parlé en 1914 de 60 000 départs, Christian Sorrel penche pour 30 000. Ce chiffre est sans doute plus proche de la vérité, mais il est un peu abusif de le rapprocher de la diaspora huguenote (p. 183), qui a emporté après 1685 environ 250 000 des 20 millions de Français de l’époque. Il n’y en a pas moins eu une forme de diaspora congréganiste, dont sont étudiées les stratégies de redéploiement, de survie et de conquête, les pays d’accueil, les formes d’intégration, les difficultés, les errances, les enracinements et leurs promesses. Le livre propose à nouveau un véritable tour du monde des refuges congréganistes, à commencer par la Belgique, première destination (des centaines de communautés, des milliers de religieux), mais aussi cet étonnant canton de Fribourg dont les autorités catholiques mettent en œuvre une véritable politique d’immigration congréganiste appelée à soutenir l’équipement scolaire du canton. Les dernières pages étudient les conditions du retour des religieux, grâce à la Première Guerre mondiale, puis la longue bataille parlementaire pour autoriser au moins les congrégations ou les établissements de formation missionnaires. Cette ambition se heurte à la vigilance laïque du parti radical, et c’est le régime de Vichy qui par une loi du 8 avril 1942 vide de son contenu le titre III de la loi de 1901.

6Ce beau parcours d’histoire est enrichi de deux tableaux, du texte des lois de 1901 (titre III) et juillet 1904, et d’une utile bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Cabanel, « Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d'une passion française 1899-1904, Cerf, 2003, 265 p.  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 220-222.

Référence électronique

Patrick Cabanel, « Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d'une passion française 1899-1904, Cerf, 2003, 265 p.  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3825

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org