Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002, 321 p.

Claire Toupin-Guyot
p. 218-219

Texte intégral

1Denis Pelletier dans un essai stimulant a choisi de revenir sur cette période encore mal connue du catholicisme français. Comme le précise son auteur, l'ouvrage n'entend pas livrer le dernier mot sur ces années mais « propose un cadre de compréhension » pour cette « phase d'accélération d'une longue période de transition au sein du champ religieux français ». Il présente ainsi un panorama des principales affaires qui ont secoué le catholicisme, de la clôture du Concile Vatican II en 1965 à la mort de Paul VI en 1978, tout en observant cette crise à la lumière des bouleversements de la société française. Cette orientation le conduit à identifier non la crise du catholicisme français mais « la crise catholique de la société française ».

2La première partie - « La nouvelle donne » - constitue une synthèse des mutations et tensions qui ont traversé le catholicisme français dans les années 1965-1968 : remise en cause de la figure du prêtre, crise de l'Action catholique spécialisée écartelée entre la radicalisation politique et le respect du mandat ou encore inadéquation du langage conciliaire aux mutations intellectuelles du moment. L'auteur souligne les décalages entre la culture catholique et la société occidentale tout en montrant combien les nouvelles interrogations s'inscrivent dans un contexte de bouleversement hérité des Trente Glorieuses. Il signale ainsi justement que ce n'est pas tant le catholicisme français qui s'épuise qu'une configuration particulière de cette confession.

3Dans une deuxième partie, Denis Pelletier analyse le « moment gauchiste » en retraçant l'itinéraire de mouvements plus ou moins inscrits dans une utopie communautaire : des groupes « concertation » de tendance modérée marqués par la figure de Marcel Légaut jusqu'à la « Communion » de l'abbaye de Boquen et aux projets révolutionnaires des chrétiens marxistes. Alors que la Conférence épiscopale accepte le pluralisme politique (Politique, Église et foi. Pour une pratique chrétienne de la politique est publié en 1972) les militants multiplient les expériences dans un souci de transformation radicale de la société et de l'institution ecclésiale. Au-delà des vicissitudes des groupes et des personnes qui confrontent leurs projets et s'affrontent (les efforts de la mouvance catholique révolutionnaire pour s'unifier n'ont jamais abouti) l'auteur avec beaucoup de clarté révèle l'importance de cette période charnière et montre « l'épuisement du modèle intransigeant ».

4La dernière partie est consacrée à l'émergence de mouvements plus traditionnels (la dissidence de Mgr Lefebvre, l'action des Silencieux), à l'éclatement de la majorité conciliaire sur le sens à donner à Vatican II et à la « reprise en main » de l'épiscopat. Denis Pelletier voit dans le second synode général des évêques de 1971 le début de ce « retour à l'ordre » lorsque la conception traditionnelle du sacerdoce est rappelée fermement coupant court aux demandes de déclergification de certains prêtres. Ce recentrage trouve selon lui confirmation lors de la condamnation du marxisme par Gabriel Matagrin en janvier 1976 (en pleine stratégie d'Union de la gauche). Le dernier chapitre porte sur « Les déplacements du catholicisme ». Les mouvements sociaux comme le Larzac ou la crise Lip, l'itinéraire d'intellectuels catholiques comme celui du jésuite Michel de Certeau et enfin les « chemins d'émotion religieuse » développés par Taizé et par les communautés charismatiques soulignent l'émergence de nouvelles formes de présence catholique dans la société. Il faudrait d'ailleurs poursuivre cette piste en s'intéressant à ceux qui n' ont cessé, en ces mêmes années, de tenir une position « équilibrée » entre tradition et révolution. Denis Pelletier les a évoqués, signalant tout particulièrement l'itinéraire d'un Congar. Entre la minorité gauchiste et les Silencieux, il se trouve des hommes et des femmes qui ont choisi d'incarner cette voie médiane (explorant les chemins de l'herméneutique ou celle de la corrélation pour ne prendre que deux exemples). Une étude de ces itinéraires intellectuels permettrait de rendre compte des déplacements qui sont intervenus dans le champ des pensées catholiques et ainsi de dégager une autre piste de réflexion, celle de replacer non plus la crise du catholicisme dans la société française mais au contraire de s'interroger sur les enjeux théologiques et philosophiques des débats. Alors que la décennie 1970 a été marquée par une accélération du processus de sécularisation, les dernières années du vingtième siècle montrent le retour du religieux. Ce besoin de « réenchanter le monde » - qui prend parfois la forme de « bricolage religieux » - ne saurait se comprendre sans cette phase de déprise religieuse et tout autant de redéfinition du catholicisme français. L'ouvrage de Denis Pelletier comble donc un vide de premier plan : il montre que l'on ne peut détacher l'histoire des phénomènes religieux de la société dans lesquels ils s'inscrivent comme il souligne que l'on ne peut faire l'économie du champ religieux pour comprendre nombre de mutations françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Toupin-Guyot, « Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002, 321 p.  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 218-219.

Référence électronique

Claire Toupin-Guyot, « Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002, 321 p.  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3823

Haut de page

Auteur

Claire Toupin-Guyot

Université de Nantes, Centre André Latreille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org