Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Bernard Hours, Louis XV et sa Cour. Le roi, l’étiquette et le courtisan, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le nœud gordien », 2002, 302 p.

Nicolas Le Roux
p. 212-215

Texte intégral

1S’inscrivant dans le mouvement de retour au politique, orienté vers l’examen attentif des pratiques concrètes du pouvoir et des systèmes de relations interpersonnelles, Bernard Hours livre une étude approfondie de l’entourage de Louis XV, microcosme parfois décrié mais en réalité fort mal connu. La cour de l’arrière-petit-fils du Roi-Soleil souffre en effet d’un véritable discrédit historiographique. Machine tournant à vide, elle ne serait qu’un pâle reflet de la cour modèle de Louis XIV. Le souverain lui-même reste par ailleurs fréquemment présenté comme un prince faible, dépourvu de sens politique, ayant abandonné sa majesté dans l’alcôve de ses maîtresses.

2Intitulée « Le courtisan : faillite d’un idéal ? », la première partie constitue une sorte de préambule à l’examen de la cour versaillaise. Plongeant aux racines de l’imaginaire curial, Bernard Hours rappelle les fondements de l’idéal du courtisan établi par Castiglione, avant d’évoquer ses transformations au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Combinant naissance et mérite, l’homme de cour a en effet été présenté comme un exemple à l’ensemble des sociétés occidentales. Sa présence au Palais fait de lui le spectateur et l’acteur de la liturgie quotidienne célébrant la grandeur du monarque. Maître de soi, adepte des manières élégantes et bienséantes, spécialiste de la conversation, le courtisan doit également apparaître en homme d’esprit et de lettres. Au mitan du XVIIIe siècle, certains seigneurs sont ainsi universellement admirés pour leurs qualités. C’est notamment le cas du prince de Kaunitz, dont l’arrivée à la cour, en 1752, est particulièrement remarquée.

3Accaparée par l’aristocratie, la cour suscite cependant de moins en moins de réflexions et de publications depuis la fin Grand Siècle, et le Siècle des Lumières voit les traités d’éducation et de savoir-vivre éclipser les traités de cour. L’homme de bien, comme le philosophe, apparaît même comme l’antithèse du courtisan. Le premier saurait en effet vivre en faisant harmonieusement coïncider vertu et vie sociale, conformément aux exigences de la nature, tandis que le second évoluerait dans un espace de l’artifice et des apparences. La faillite progressive de l’idéal curial explique que le prince lui-même puisse désormais être représenté comme l’opposé du courtisan. L’exigence de simplicité a ainsi été exprimée par Fénelon dans son Télémaque. Le duc de Bourgogne (†1712), père de Louis XV, comme le Dauphin (†1765), fils aîné de Louis XV, deux princes n’ayant pas régné, ont été décrits comme des personnages studieux et discrets, modestes dans leurs divertissements comme dans leur apparence. Ce même caractère a plus tard porté un discrédit sans appel sur la personne de Louis XVI. Devenu roi, le prince ne peut être un simple honnête homme. Après avoir brossé ce panorama général relatif à l’image du courtisan, Bernard Hours propose une analyse du système de mise en scène de la majesté. La seconde partie de l’ouvrage (« L’étiquette et la distance ») montre que, loin d’avoir perdu leur sens à la mort de Louis XIV, les rituels de cour continuent de régler le fonctionnement du Palais, et qu’ils remplissent toujours un rôle politique primordial. La liturgie de la majesté participe en effet pleinement de la construction symbolique du pouvoir monarchique. Si le roi se considère lui-même comme le gardien de l’étiquette, il conserve cependant une certaine liberté devant la rigueur du cérémonial. C’est d’ailleurs dans cette tension entre le souci d’ordre et de respect de la tradition, d’une part, et la puissance créatrice du plaisir royal, d’autre part, que réside le pouvoir souverain. Les évolutions de la géographie versaillaise traduisent cette dimension essentielle de l’autorité. Abandonnant le grand appartement de Louis XIV, situé au cœur du château, qui est désormais destiné à des fonctions de représentation, le roi s’installe en 1738 dans l’aile nord du corps central. Il est désormais séparé physiquement de son épouse, dont l’appartement se situe de l’autre côté de la cour de marbre. De surcroît, il fait aménager des petits appartements au second étage. Espaces politiques et familiers se trouvent ainsi doublement dissociés. Communicant directement avec l’appartement royal, le rez-de-chaussée de l’aile nord est consacré comme espace féminin. À partir de 1750, c’est là que réside Madame de Pompadour.

4Distinguant les domaines publics et privés, le monarque innove également en organisant un nouveau rituel destiné à renforcer son autorité sur la noblesse, tout en flattant son goût pour le secret et la simplicité de manières. Système de distinction rappelant les Marly de Louis XIV, les « petits soupers » se déroulent le soir, dans les petits appartements. Ne sont conviés que les intimes du monarque et les gens en faveur, choisis parmi les compagnons de chasse. L’examen des listes de participants, fournies par le duc de Croÿ, permet à Bernard Hours d’affirmer que « la cour intime n’était pas une prolongation de l’entourage domestique » (p. 123). La désignation des heureux élus dépend bien de la grâce royale et non des fonctions et des titres. Nimbés de mystère, ces petits soupers participent de la politique de retrait et de distanciation qui permet au roi d’élaborer un espace réservé dont il est entièrement le maître. En son sein, et pour un public limité dont la désignation exprime la liberté souveraine, il réactive le lien consubstantiel l’unissant à la noblesse.

5Les pratiques mystérieuses du monarque intriguent. Ses maîtresses roturières indignent. Ses silences inquiètent. D’un caractère taciturne, Louis XV n’a guère le visage du parfait gentilhomme que les contemporains espèrent apercevoir chez leur souverain. Pourtant, comme ses prédécesseurs, ce prince déroutant est entouré d’une vaste maisonnée, de même que la reine et que leurs enfants, à l’exception du Dauphin, que servent les officiers du roi. L’examen de ces structures, auquel est consacrée la troisième partie (« Du domestique au particulier »), révèle la mainmise de l’aristocratie sur les grandes charges. Cette présentation de la cour en tant qu’institution est suivie par une analyse des réseaux et des systèmes d’interdépendance qui définissent le pays réel versaillais. Pour obtenir une charge, les courtisans sont contraints de s’adresser à un intermédiaire, ce fameux broker dont le rôle a naguère été mis en évidence par Sharon Kettering. En l’occurrence, le principal courtier n’est autre que la marquise de Pompadour. Bien qu’elle ne soit plus la maîtresse effective du roi, son rôle demeure essentiel dans les années 1750. Courroie de transmission entre le souverain et la noblesse, elle constitue un écran, un intermédiaire quasi obligé entre les solliciteurs et le monarque. Elle apparaît finalement comme une sorte de « ministre de la cour » officieux, entretenant par ailleurs un réseau d’information de première importance. Parallèlement, la reine et le Dauphin définissent autour de leurs personnes des réseaux de sociabilité concurrents. Le cercle de la reine Marie Leszczynska est réputé pour son sérieux, voire pour l’ennui régnant en son sein. Cependant, si cette image a été répercutée par les mémorialistes, c’est parce que ceux-ci n’appartiennent pas à la génération des familiers de la reine. Ils ne partagent pas leurs goûts, préfèrent la musique italienne, promue par la marquise de Pompadour, à la musique française, dont la reine défend la tradition, et sont plus férus de théâtre, comme le roi et sa maîtresse, que de concerts. Enfin, la réputation de piété profonde de la reine, dont témoignent notamment ses visites et retraites au Carmel de Compiègne, où elle se fait aménager un appartement en 1740, n’est pas faite pour séduire tous les courtisans.

6Après avoir décrit le cadre de la vie et les fonctions des principaux acteurs de la cour, ainsi que les réseaux dans lesquels ils s’inscrivent, Bernard Hours s’attache à la description des orientations politiques du microcosme versaillais dans une quatrième et dernière partie (« Cour et gouvernement : le jeu de partis »). Il se fonde notamment sur la relecture attentive des mémoires du marquis d’Argenson. Fort amer depuis sa disgrâce, en 1747, l’ancien secrétaire d’État aux affaires étrangères est en effet à l’origine de l’image futile d’une cour écartelée en partis antagonistes et se livrant une compétition stérile. Sa présentation du jeu politique semble tout entière guidée par l’imaginaire de la cabale. En 1747, s’affronteraient ainsi le parti du prince de Conti, partiellement lié à la famille royale, notamment grâce à l’intercession du secrétaire d’État à la Marine, Maurepas, et celui des frères Pâris, ces financiers auxquels est liée la marquise de Pompadour. Parti de l’étranger, de la roture et de la finance, la faction des Pâris cumule les vices aux yeux du marquis. Son orientation politique - pousser à la guerre - paraît seconde dans le discrédit que le mémorialiste lui accorde. La famille royale semble ensuite s’effacer à mesure que les Pâris et la marquise voient leur crédit augmenter. En 1751, la cour paraît désormais scindée entre le « parti de la force », dominé par la maîtresse du roi et plusieurs ministres, notamment le garde des sceaux Machault, et le « parti de la finesse », structuré autour du secrétaire d’État à la guerre, le comte d’Argenson (frère cadet du mémorialiste), de la famille royale et de mythiques ou imaginaires « dévots », tandis que les Pâris, désormais brouillés avec la marquise, forment une troisième coalition. Quelques mois plus tard, la situation paraît encore plus complexe, et l’on ne distingue plus de cabales aussi clairement séparées. L’analyse de l’évolution, parfois très rapide, de ces constructions interpersonnelles en permanente recomposition, permet de conclure que « la sociabilité primait sur les idées » (p. 218). Ce mouvement ne semble pas avoir inquiété le monarque. Maître de l’harmonie politique de la cour et du royaume, il espérait sans doute résoudre en sa personne les oppositions et les contradictions déchirant son entourage.

7Mobilisant les problématiques de Norbert Elias sur les configurations sociales et les pratiques de distinction, et transposant au règne de Louis XV des grilles de lectures élaborées par Emmanuel Le Roy Ladurie pour l’étude de la cour louis-quatorzienne vue par Saint-Simon, cet ouvrage comble un vide historiographique criant sur la société de cour du XVIIIe siècle. Avec une grande élégance, Bernard Hours prouve que l’analyse de la vie politique de l’Ancien Régime peut toujours être approfondie, grâce à des orientations culturelles ou anthropologiques renouvelées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Le Roux, « Bernard Hours, Louis XV et sa Cour. Le roi, l’étiquette et le courtisan, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le nœud gordien », 2002, 302 p. », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 212-215.

Référence électronique

Nicolas Le Roux, « Bernard Hours, Louis XV et sa Cour. Le roi, l’étiquette et le courtisan, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le nœud gordien », 2002, 302 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3818

Haut de page

Auteur

Nicolas Le Roux

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org