Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Christine Gouzi, Jean Restout, 1692-1768, peintre d’histoire à Paris, Paris, Arthena, 2000, 511 p.

Bernard Hours
p. 208-209

Texte intégral

  • 1 Sur cette question : Jean Pirotte (dir.), Les conditions matérielles de la mission, Actes du colloq (...)

1Ce témoignage ne porte pas sur la mission chrétienne mais sur ceux qui la font, notamment les techniciens anonymes qui consacrent leur vie pour assurer les conditions matérielles à l’apostolat1. C’est un témoignage insolite, à l’image de la vie peu commune de son auteur : Claude Heiniger est né en 1954 au Laos, de parents missionnaires helvétiques installés dans la station de Savannaket sur les bords du Mekong. Après quelques années d’études en Suisse et une licence de théologie protestante en poche, il se rend aux États-Unis, en Caroline du Nord, pour y suivre une formation aéronautique, de mécanicien puis de pilote. Il prend contact avec la Jungle Aviation And Radio Service (JAARS) pour devenir un pilote au service de la mission, à l’image des aviateurs recrutés par la Mission Aviation Fellowship (MAF). À 27 ans, il part au Cameroun et met ses compétences au service de la Société Internationale de Linguistique (SIL), une organisation chargée de recueillir les langues locales, d’alphabétiser et de traduire la Bible. Pendant 8 ans, jusqu’en 1991, il assure les liaisons aériennes nécessaires aux activités de la SIL, dont les services techniques sont basés sur l’aérodrome de Yaoundé. De retour aux États-Unis, il poursuit une formation d’instructeur, puis de pilote de ligne, avant de rejoindre la Suisse en 1993 où il assure diverses activités d’encadrement aéronautique.

2La présentation de cette autobiographie par Philippe Chanson, théologien, missionnaire protestant de l’université de Genève et ami de l’auteur, rappelle judicieusement l’expérience de ces missionnaires-aviateurs qui ont placé leurs qualités de pilote au service de l’évangélisation. À l’aide de nombreuses références bibliographiques, depuis celle de Léon Bradfer en 1938, il rappelle que même si cette expérience n’a concerné qu’un petit nombre, elle peut se prévaloir d’incarner superbement le projet évangélique : « prêcher à toute créature », par delà les obstacles terrestres pourrait-on rajouter. Mais plus modeste, Claude Heiniger a simplement voulu retracer le fil rouge de sa vie qu’il rapporte à un rêve : devenir pilote au service des minorités, des « oubliés de la planète ». Sa vie répond selon lui à une vocation, qu’il raconte selon six périodes, chacune correspondant approximativement à une décennie, de sa naissance jusqu’à sa mort en 2011 à l’âge de 57 ans, survenue après une longue maladie.

3Claude Heiniger date sa vocation de son enfance au Laos. Elle serait le résultat de la foi que lui a transmise son père et d’une certitude après la projection du film Strip, qui racontait l’assassinat de cinq jeunes missionnaires par les Waodani, une tribu de la forêt équatorienne qu’ils cherchaient à rallier par les airs, en janvier 1956. L’un des cinq pères de famille était pilote à la MAF. Dès lors, il conçoit l’aviation comme un moyen de contact avec ses contemporains et nourrit le projet de devenir pilote de brousse. L’auteur relate précisément toutes les formations qu’il a suivies pour l’accomplir : deux ans de formation biblique et deux autres de formation technique. À 25 ans, il devient pilote. Il est aussi mécanicien, capable de réparer ou façonner une pièce défectueuse, compétence fondamentale qu’il pourra apprécier lors de son service au Cameroun. Dans ce pays, pendant huit ans, Claude Heiniger déploie une activité aérienne, forte de 1200 heures sur un Cessna 206 : il convoie des personnalités ecclésiastiques, des bibles, et les matériaux indispensables pour entretenir les stations isolées. Mais il construit aussi : une piste, un hangar, une école, un centre de formation... Le lecteur découvre progressivement que Claude Heiniger sait tout faire, tout réparer, tout fabriquer. Ce qui est déterminant pour la conduite de la mission dans cette situation de dénuement qui caractérise l’Afrique. La technique mise au service de la croix ! C’est pourquoi il s’émerveille quand il assiste à la concrétisation de ses efforts : la dédicace de la Bible en langue Lamnso, après vingt ans de traduction, à Banso, reste pour lui « un moment inoubliable » de sa carrière. Il est au cœur de sa vocation.

4Pourtant, celle-ci évolue après 1991 : il profite d’un retour aux États-Unis pour devenir instructeur puis pilote de ligne, mais sans exercer la fonction. Il rentre en 1993 en Suisse avec sa famille, sa femme Christiane qu’il nomme « sa deuxième épaule » et qui l’aura accompagné dans tous ses projets, avec leurs deux enfants. Là, il témoigne d’une formidable capacité d’adaptation en devenant testeur de logiciel puis gestionnaire dans une société aéronautique. Après, il participe à la naissance d’une compagnie aérienne puis à la fondation d’une école, Air-espace, qui formera des pilotes comme Bertrand Picard, comme le rapporte discrètement le préfacier.

5L’intérêt évident de cet ouvrage est de constater jusqu’à quel point un homme peut accroître ses compétences pour les placer ensuite au service de sa vocation : « se former pour réussir ». Mû par une foi que l’on ressent profonde et rassurante, Claude Heiniger semble avoir réussi toutes les missions qu’il s’est données, en apprenant de chacune pour s’enrichir un peu plus et s’investir davantage dans les suivantes. À travers son témoignage se dévoile le soin avec lequel les sociétés protestantes tiennent à entretenir l’évangélisation dans les parties les plus reculées et inaccessibles du monde. La mission par les airs n’est pas le luxe de quelques institutions bien dotées. Elle est au contraire le défi sans cesse relevé d’utiliser la technique et la machine au service d’une œuvre humaine. C’est pourquoi les organismes de formation, comme ici Moody Aviation, fournissent aux sociétés missionnaires des équipages particulièrement expérimentés. Une trentaine de photographies en pages centrales nous font rencontrer l’auteur dans sa famille, les aéronefs qu’il a pilotés et les terrains d’atterrissage empruntés. Le plus souvent situés dans la jungle et/ou en montagne, ils sont manifestement d’un accès périlleux et n’importe quel lecteur pourra constater qu’une finale sur ces aérodromes nécessite l’expérience d’un pilote qualifié. Un glossaire spécialisé permet à chacun de comprendre les termes propres d’aéronautique, ce qui a libéré l’auteur de longues explications et rendu son texte plus fluide et plus personnel.

6Voici un ouvrage sur la vocation, le sens que lui donne un homme au soir de sa vie, la rigueur avec laquelle il a mobilisé son énergie pour l’accomplir pleinement, au double service de l’aéronautique et de la mission. En publiant ce récit autobiographique et sans formule édifiante, la collection Mémoire d’Église s’enrichit d’un témoignage inédit qui éclaire un peu plus l’engagement des hommes au service de l’évangélisation.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question : Jean Pirotte (dir.), Les conditions matérielles de la mission, Actes du colloque conjoint du credic, de l’afom et du Centre Vincent Lebbe, Paris, Karthala, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Christine Gouzi, Jean Restout, 1692-1768, peintre d’histoire à Paris, Paris, Arthena, 2000, 511 p. », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 208-209.

Référence électronique

Bernard Hours, « Christine Gouzi, Jean Restout, 1692-1768, peintre d’histoire à Paris, Paris, Arthena, 2000, 511 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3815

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org