Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Philippe Delisle et Marc Spindler (dir.), Les relations Églises-État en situation postcoloniale. Amérique, Afrique, Asie, Océanie XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala, 2003, 419 p.

Claude Prudhomme
p. 206-207

Texte intégral

1Avec ce nouveau volume, le Centre de Recherches et d'Échanges sur la Diffusion et l'Inculturation du Christianisme (CREDIC) poursuit son exploration des multiples aspects qui caractérisent la mise en contact du christianisme avec des sociétés et des cultures non occidentales. Le thème de cette session était particulièrement délicat à aborder dans un contexte international où l'irruption du religieux dans le champ public et la vie politique apparaît à beaucoup de nos contemporains une inquiétante régression. Le premier mérite de cet ouvrage est d'aborder les relations entre institutions religieuses et États à partir des faits, à travers leur diversité et sans les évaluer systématiquement en fonction d'une norme qui serait par exemple la laïcité française. Pour lutter contre le risque de généralisations hâtives, les participants ont d'abord privilégié les études de cas et l'examen de l'Histoire du temps présent. Deux études introduisent cependant en amont l'épaisseur historique et l'héritage missionnaire, l'une à propos de Haïti (Philippe Delisle), l'autre de l'Océanie (Claire Laux). Le lecteur découvrira la multiplicité des combinaisons inventées au XIXe siècle pour faire coexister le christianisme avec des États qui ne sont pas encore, ou plus, colonisés. Dans les mondes insulaires en particulier, la religion exerce dans les sociétés une influence déterminante qui invite à regarder de plus près les effets de la sécularisation contemporaine. Interdépendances et ambiguïtés : l'expression choisie pour qualifier l'Océanie peut s'étendre à l'ensemble des contributions.

2Avec deux situations asiatiques, le Vietnam (Claude Lange et Antoine Tran van Toân) et la Chine (Jean-Paul Wiest), le lecteur est invité à dépasser les idées reçues sur l'affrontement entre Église catholique et État. Les choix du catholicisme vietnamien, implanté au XVIIe siècle, ne se résument pas à une stratégie de force d'appoint au service du colonisateur mais plutôt à la quête impossible d'une troisième voie qui concilierait adhésion aux aspirations nationales et fidélité à la solidarité internationale du catholicisme. Si le soupçon hérité de la colonisation continue à peser sur l'image du catholicisme parmi la large majorité des non-chrétiens, les bouleversements actuels sont en voie de modifier profondément la donne, d'autant que le communisme vietnamien se maintient au pouvoir mais n'a plus capacité à imposer une idéologie antireligieuse. Tout aussi incertain est l'avenir d'une Église catholique en Chine qui est ultra minoritaire (12 millions), divisée, partagée entre la volonté d'être reconnue tout à fait chinoise et d'être liée à Rome. Si le règlement des litiges, et notamment l'existence parallèle d'un groupe reconnu et d'un autre non reconnu par l'État, est en suspens, le catholicisme chinois souffre peut-être surtout de sa difficulté à sortir de son isolement.

3La part accordée à l'Algérie (Oissila Saaidia) et à la Tunisie (Pierre Soumille et Habib Kazdaghli) constitue une originalité heureuse. Là aussi la colonisation ou le protectorat avaient légué un contentieux pesant qui inaugurait mal de l'avenir. Pourtant, le catholicisme a dans les deux pays obtenu une reconnaissance légale qui lui permet d'exister publiquement, grâce à une convention signée avec le Saint-Siège en 1964 pour la Tunisie. Dans ce pays, la position des autres Églises chrétiennes, tolérées mais non légalisées, est plus fragile.

4L'Afrique sub-saharienne est l'objet du plus grand nombre de contributions. Le Sénégal (Joseph-Roger de Benoist), les deux Congos (Prosper Mouyoula, Flavien Nkay Malu, et Maurice Chéza), l'Ouganda (Henri Médard) et Madagascar (Bruno Hübsch) sont tour à tour évoquées. On peut seulement en retenir ici le constat que l'identité du colonisateur, belge, français ou britannique, ne peut expliquer les évolutions ultérieures qui obéissent toutes à des logiques et des rapports de force internes, notamment régionaux, spécifiques. Mais partout les Églises constituent bien les seuls contre-pouvoirs potentiels contre des régimes autoritaires, ce qui leur confère de lourdes responsabilités et les place dans des situations délicates. Écartelées entre la volonté de faire entendre leur voix, le risque d'être instrumentalisées ou le danger de se transformer en acteurs politiques, elles hésitent sur la conduite à suivre et doivent en permanence inventer de nouvelles réponses.

5Enfin cet ouvrage collectif attire l'attention sur les enjeux que sont l'école et les médias pour la construction de l'État-nation. Le cas de la Côte d'Ivoire illustre le poids persistant de l'enseignement confessionnel dans une Afrique où l'État n'a pas les moyens de ses ambitions scolaires (Éric Lanoué). Plus généralement, la presse (Annie Bart) et la radio (André-Jean Tudesq) conduisent à relativiser l'influence des médias chrétiens dans un paysage qui s'est largement diversifié et sécularisé depuis les indépendances mais demeure sous le contrôle des États.

6Le lecteur peut craindre à cette énumération un manque de vue d'ensemble, d'autant plus qu'il ne dispose pas des débats animés qui ont accompagné la session. Qu'il se rassure. L'introduction de Marc Spindler propose une typologie stimulante des relations Église - État, et constitue un remède efficace contre la tentation de réduire la réalité à configuration particulière. En conclusion Jacques Gadille souligne que le bilan des expériences examinées témoigne d'une inventivité, qui dément une vision catastrophiste, mais constate les insuffisances de la théologie chrétienne quand il s'agit de penser des situations inédites. Sans doute peut-on étendre cette observation à l'usage du droit et aux constitutions des jeunes États qui peinent à sortir des modèles venus d'ailleurs et à prendre en compte les réalités locales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle et Marc Spindler (dir.), Les relations Églises-État en situation postcoloniale. Amérique, Afrique, Asie, Océanie XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala, 2003, 419 p. », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 206-207.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle et Marc Spindler (dir.), Les relations Églises-État en situation postcoloniale. Amérique, Afrique, Asie, Océanie XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala, 2003, 419 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3813

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA UMR LARHRA Institut d’Histoire du Christianisme Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org