Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Philippe Delisle, Le catholicisme en Haïti au XIXe siècle. Le rêve d'une « Bretagne noire » (1860-1915), Paris, Karthala, 2003, 188 p

Claude Prudhomme
p. 204-205

Texte intégral

1Avec ce nouvel ouvrage, Philippe Delisle poursuit avec ténacité et méthode l'histoire religieuse des Antilles et de la Guyane française. Après avoir étudié la Martinique et l'ensemble des Antilles françaises, puis la Guyane, il élargit son champ d'investigation à Haïti au XIXe siècle, sans perdre de vue sa préoccupation initiale : comprendre les mécanismes de christianisation des sociétés créoles et les phénomènes de métissage qui les caractérisent. Mais il s'y attache en historien, à partir de sources inédites, et prolonge heureusement les travaux plus anthropologiques déjà consacrés à l'histoire religieuse d'Haïti (notamment par Laënnec Hurbon).

2Le sous-titre, peut-être inspiré par le fameux « Amériques noires » de Roger Bastide, opère un rapprochement inattendu, celui d'une « Bretagne noire ». Si la comparaison avec la chrétienté bretonne est un lieu commun de la littérature missionnaire du temps pour caractériser des chrétientés exotiques, l'expression ne renvoie pas seulement ici à une inspiration étrangère. Il sanctionne un consensus remarquable entre le projet missionnaire d'une chrétienté rurale et la demande des élites haïtiennes. Alors que le contentieux avec l'État français n'a toujours pas été réglé aujourd'hui, la signature d'un concordat en 1860 permet au catholicisme de tourner la page encombrante de la période de l'esclavage. Il occupe dès lors une position prépondérante dont les autorités attendent le développement de l'instruction, le progrès du commerce et l'essor de l'industrie. La revendication catholique de fonder la société trouve donc dans les autorités politiques haïtiennes ses meilleurs soutiens. Dès lors le mythe de la Bretagne noire peut s'épanouir mais au prix de multiples contradictions que l'auteur nous dévoile progressivement.

3Examinée sous l'angle du projet d'une République noire, le catholicisme haïtien mérite largement son appellation de bretonne. L'encadrement clérical puise essentiellement en Bretagne (564 prêtres séculiers de 1864 à 1940 selon Joseph Michel…), aussi bien pour administrer les paroisses que pour développer l'enseignement et les œuvres. L'origine géographique des évêques (sauf un), la présence des montfortains et des Frères de Ploërmel symbolisent ces liens privilégiés qui alimentent le rêve de reproduire outre-mer le modèle breton. L'essor des écoles congréganistes, la lutte pour imposer le mariage catholique, le combat contre le protestantisme et les superstitions, en un mot l'objectif d'un État et d'une société sous autorité de l'Église relèvent clairement du grand projet intransigeant du XIXe siècle.

4Mais l'intérêt de l'ouvrage réside surtout dans la mise à jour d'un fossé persistant que le clergé désespère de combler. Face au mariage monogamique, le concubinage et les liaisons multiples (le plaçage) restent la règle. Les offensives les plus déterminées contre le Vaudou sont vouées à l'échec. L'argent et le personnel manquent de manière chronique pour faire fonctionner les écoles et encadrer les paroisses. Pire, une dizaine d'années après la signature du concordat en 1860, les élites semblent déjà se retourner contre ce clergé qu'elles ont sollicité. Loin de renforcer la position de l'Église, le concordat la mêle, de gré ou de force, à l'interminable succession des conflits politiques. Et le clergé breton devient la principale cible parce qu'il empêche la promotion d'un clergé national. Bretonne mais pas noire, l'Église haïtienne se voit finalement menacée d'être abandonnée au profit du protestantisme.

5Cet échec n'entraîne pourtant pas le recul du catholicisme comme religion du peuple. Mais son enracinement se poursuit en dehors des voies de l'orthodoxie, à travers les logiques d'un syncrétisme qui entretient des liens privilégiés avec le Vaudou. Comme dans d'autres sociétés créoles, l'adhésion au catholicisme par le baptême ne s'accompagne pas d'une adhésion à sa morale ni d'une identification à son clergé. C'est sans doute dans ces distinctions maintenues qu'apparaît le plus clairement la fiction d'une Bretagne noire incapable de produire un clergé local et dont la société s'organise sur une base familiale qui échappe à l'Église. Au total Philippe Delisle démontre une fois de plus la richesse des archives congréganistes pour qui sait les lire dans leurs allusions et leurs non-dits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle, Le catholicisme en Haïti au XIXe siècle. Le rêve d'une « Bretagne noire » (1860-1915), Paris, Karthala, 2003, 188 p  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 204-205.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle, Le catholicisme en Haïti au XIXe siècle. Le rêve d'une « Bretagne noire » (1860-1915), Paris, Karthala, 2003, 188 p  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3812

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA UMR 5190 LARHRA Institut d’Histoire du Christianisme Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org