Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images. XVe-XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003, 162 p.

Sylvène Edouard
p. 201-203

Texte intégral

1En 1527, Lucas Cranach exécutait pour Mélanchton une série de gravures représentant les Dix Commandements que Luther récupéra finalement pour son Grand Catéchisme de 1529. Au regard de ce corpus iconographique et d’autres comme moyen de lecture de l’histoire de la pensée luthérienne, Olivier Christin repense l’émergence d’une éthique protestante. En historien des représentations, l’auteur envisage tous les champs possibles (et peut-être aussi impossibles) du statut des images : support, moyens de diffusion, destinataires, impacts (ou efficacité symbolique).

2D’emblée, l’analyse s’oppose à l’approche purement chronologique et sociale du décalogue, soulignant le décalage entre, d’une part, les Dix Commandements et la construction du monde social sur le modèle de l’ethos monastique et, d’autre part, les Dix Commandements comme moyen d’expression de la rupture luthérienne sur le discours de la loi et de la grâce. L’analyse du contenu lexical des images conduit à comprendre la constitution d’une grammaire visuelle commune, rendant compte elle-même, en amont, de l’intention première de ses commanditaires d’énoncer la pensée luthérienne. Le premier commandement (Tu n’auras point d’autres dieux), illustré par Lucas Cranach, est le plus commun de tous en reprenant l’image traditionnelle de Moïse recevant les Tables tandis que son peuple adore le veau d’or. Le second (Tu ne prendras point le nom de ton Seigneur en vain) inaugure un lexique inédit tiré de l’Ancien Testament : la lapidation du blasphémateur dans le récit du Lévitique remplaçant la représentation plus courante des joueurs de dés et de cartes. Le troisième commandement (Tu sanctifieras le jour du repos) ajoute à la représentation d’hommes au travail (paysan ramassant du bois mort dans le texte des Nombres) celle d’un sermon. Le quatrième (Tu honoreras ton père et ta mère) illustre le respect manifesté aux parents par l’attitude des fils de Noé devant l’ivresse de leur père. Avec le cinquième commandement (Tu ne tueras point), le duel est remplacé par l’histoire d’Abel et Caïn. Le sixième (Tu ne commettras point d’adultère) et le dixième (Tu ne convoiteras point la femme de ton prochain) blâment la femme séductrice : le bain de Bethsabée et la femme de Putiphar rejetée par Joseph. Le Septième (Tu ne déroberas point) emprunte à Josué le récit du vol d’Akan. Le huitième (Tu ne diras point de faux témoignage contre ton prochain) de nouveau s’inspire de l’Ancien Testament avec l’histoire de Suzanne et les vieillards (Daniel, 13). Enfin, le neuvième (Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain), au lieu de la représentation de marchands et d’usuriers, choisit le partage du troupeau entre Jacob et Laban.

3Les gravures de Lucas Cranach illustrent un Décalogue en rupture avec le modèle patriarcal, vecteur de discipline sociale par la sécularisation et la normalisation des péchés capitaux. En choisissant son lexique dans l’Ancien Testament et non plus dans des scènes profanes, le Décalogue de Lucas Cranach n’est pas normalisable par la justice des hommes car il est l’expression de la loi divine supérieure aux lois humaines et la manifestation nouvelle d’une « société de l’éthique des commandements » ordonnée par les « décrets d’en haut ». La première discussion d’Olivier Christin s’achève de la sorte après une mise en perspective très instructive de la grammaire visuelle des gravures de Cranach.

4Les deux chapitres suivants, consacrés à la pratique de ces images, gagnent en audace dans l’investigation de l’efficacité symbolique du corpus. L’image, en tant qu’objet-signifiant et signifié, est un document « épistémologiquement » rassurant. Au contraire, le « public » qui reçoit l’image est un objet plus trouble et délicat à aborder même si une théorisation de l’histoire des représentations invite à un devoir de regard sur l’efficacité symbolique des images, c’est à dire leur réception. Dans le second chapitre, l’analyse que fait Olivier Christin des pratiques de l’image renvoie à cette réception par une visualisation des espaces du décalogue. L’omniprésence dans les hôpitaux, les écoles et les églises n’est pas seulement visuelle, elle est aussi récitative, côtoyant le Pater noster et le Credo. L’iconographie luthérienne repose sur l’association du texte et de l’image aux références homogènes et répétées à l’Ancien Testament, ce qui aurait même favorisé le travail de la mémorisation du Décalogue et de son message luthérien. L’argument reste hypothétique car l’auteur indique, à la suite d’une analyse diachronique du contenu des images, que celui-ci a pu être modifié par un retour au profane. Peut-on saisir alors l’efficacité symbolique de l’image par son adaptation au monde social (qui la pratique) ? Une question essentielle mais difficile qui conduit l’historien dans la voie incertaine du vécu de l’image par le public-acteur.

5« Quand voir c’est faire » est la troisième et dernière discussion à laquelle nous invite l’auteur. Il y renvoie l’image au public et le public à l’image. L’iconographie, depuis le XVe siècle, démontre un aspect essentiel de la représentation du monde social, de la place et du devoir de chacun. Des Propos de Table au Grand Catéchisme, Luther affirme « le rôle essentiel du Décalogue pour l’organisation, voire l’existence, de la vie en société ». L’image, dans son effort d’encadrement et d’évangélisation des populations, devient un discours légitimant un ordre social. Les gravures de Lucas Cranach ne dénoncent pas un public particulier comme le pouvaient être le noble et l’amour courtois, cibles traditionnelles du sixième commandement. Avec des références socialement non ciblées, les gravures de Lucas Cranach visent l’ensemble des chrétiens. Mais l’image est un objet dynamique, on n’en doute pas. Le discours qu’elle adresse au public est déterminé en partie par ce même public. Dans le cas de l’iconographie décalogale, Olivier Christin dévoile un individu chrétien coacteur de l’image et non sujet d’une vision imposée. Au-delà de l’image, c’est toute la question de la possibilité d’agir dans la « société des hommes », d’être l’acteur d’un nouvel habitus religieux pour la connaissance duquel « les images s’avèrent une source essentielle ». Les images contribuèrent-elles « effectivement à transformer le monde social, en disant ce qu’il devait idéalement être » comme l’affirme Olivier Christin ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvène Edouard, « Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images. XVe-XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003, 162 p. », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 201-203.

Référence électronique

Sylvène Edouard, « Olivier Christin, Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images. XVe-XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003, 162 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3811

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org