Navigation – Plan du site
Publications 2002-2003
Comptes rendus d'ouvrages

Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003, 376 p.

Régis Ladous
p. 199-200

Texte intégral

  • 1 Pascal Boyer, Et l’homme créa les dieux, Paris, Robert Laffont 2001.
  • 2 Éditions du Cerf, 1996.

1Pascal Boyer nous apprend comment l’homme créa les dieux1. Éric Baratay nous révèle comment l’homme créa l’animal. Dans les deux cas, nous avons une réflexion réellement interdisciplinaire, ce qui est rare. Avec Éric Baratay, nous avons un sujet neuf, ce qui est exceptionnel. Ajoutons enfin que ce sujet n'a rien de marginal. Il est au cœur de l'histoire culturelle, sociale, économique et aussi religieuse : l'auteur reprend avec bonheur, en les situant, les apports de sa thèse sur L’Église et l'animal2. Nous voilà donc au cœur de l’histoire, de toutes les histoires. Le constat de base est en effet que l'homme est devenu le facteur principal de la condition animale et de l'évolution de celle-ci. Or l'homme n'est pas seulement en rapport interactif constant avec l'animal, il est animal lui-même. Même et surtout quand il refuse de le savoir. L’ouvrage d’Éric Baratay nous ramène donc sans cesse à la manière dont l’homme structure et déstructure son imaginaire, ses croyances, ses formes de sociabilité, ses modes de production et d’échange. D’où la grande diversité des thèmes abordés. On conçoit que l’auteur, avant de mondialiser son étude, s’en soit tenu pour l’instant à la France et aux influences étrangères qui s’y exercent ; mais il remonte loin dans le passé, et traite du temps long avec une maîtrise braudélienne. Il a d’autre part eu la sagesse de privilégier des exemples significatifs, tel que l’élevage, la chasse, les viandes, la pensée scientifique, le symbolisme, ou encore certaines espèces animales où l’anthropisation est extrême, comme le chien ou le chat, ce « carriériste». Cette restriction réfléchie du champ géographique et thématique permet à l’auteur de nourrir sa problématique d’un grand nombre d’exemples concrets, qu’il traite souvent avec cet humour jubilatoire qui est la marque la plus assurée du sérieux scientifique. Pédants et idéologues s’abstenir : voici un livre qui se lit, et qui n’est pas plus prévisible que le très irrationnel rapport que l’homme noue depuis deux ou trois millénaires avec l’animal, c’est-à-dire avec lui-même. Nous attendons avec impatience l’extension du champ d’études à d’autres continents. L’Amérique du Nord, par exemple, où se sont développés en même temps les premiers abattoirs industriels et les premiers parcs nationaux. Un seul reproche : Et l’homme créa l’animal ne comporte pas d’index, alors qu’il est le type même de l’ouvrage utile que les historiens du religieux, du culturel et du social ne pourront plus se dispenser de citer.

Haut de page

Notes

1 Pascal Boyer, Et l’homme créa les dieux, Paris, Robert Laffont 2001.

2 Éditions du Cerf, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Ladous, « Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003, 376 p. », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 199-200.

Référence électronique

Régis Ladous, « Éric Baratay, Et l’homme créa l’animal, Paris, Odile Jacob, 2003, 376 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3809

Haut de page

Auteur

Régis Ladous

Institut d’Histoire du Christianisme Jean Moulin-Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org