Navigation – Plan du site

In memoriam Pierre Soumille (1926-2003)

Oissila Saaidia
p. 7-8

Pierre Soumille, né le 11 décembre 1926 à Tarare est décédé à Marseille le 1er novembre 2003. C’est à Lyon qu’il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires. Il obtint sa licence d’histoire et de géographie en 1946, son diplôme supérieur d’histoire en 1948 et il devint professeur certifié d’histoire et de géographie en 1952. À partir de cette date, il enseigna dans divers établissements du secondaire en France, mais aussi en Tunisie où il exerça de 1967 à 1973. Ce séjour tunisien lui permit d’entreprendre sa thèse, sous la direction de Jean-Louis Miège (Université de Provence), sur les catholiques dans la Régence pour laquelle il consulta et classa les archives de l’archevêché ainsi que celles de nombreuses paroisses. Il devint docteur en histoire en 1973 et continua son enseignement dans le secondaire à Salon-de-Provence jusqu’en 1978, année où commença sa carrière de maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bangui (Centrafrique). Il y resta jusqu’en 1988, puis poursuivit son activité à Limoges jusqu’en 1991, année de sa retraite.

Pierre Soumille a aussi été un chercheur infatigable dont la contribution importante reste en partie méconnue car il avait renoncé à toute ambition de carrière. Membre de nombreux groupes de recherche comme le centre André Latreille, le CREDIC, l’Institut d’études africaines, il ne ménageait pas sa peine au sein d’autres entités non universitaires en assumant le rôle social de l’historien. De son activité récente, on retiendra au moins quelques publications :

« Barthélemy Boganda, un acteur important de la décolonisation en Afrique centrale » dans Études africaines, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 207-248

Colette Dubois, Pierre Soumille, Des chrétiens en terre d’islam : Djibouti XIXe- XXe siècles, Paris, Karthala, 2004 (sous presse).

« Les multiples activités d’un prêtre français au Maghreb : l’abbé Bourgade en Algérie et en Tunisie de 1838 à 1858 », dans Histoires d’Outre-Mer, Mélanges Jean-Louis Miège, Aix-en Provence, IHPOM, Université de Provence, 1992, t.1, pp. 233-272.

« La mémoire du protestantisme à Tunis d’après les monuments du cimetière anglican de Bab-Carthagène (depuis le milieu du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle) », dans Les monuments et la mémoire, Cahiers CRLH-CIRAOI, numéro 8, 1993, Université de la Réunion, L’Harmattan, Paris, pp. 51-69.

« La représentation de l’islam chez les chrétiens de Tunisie pendant le protectorat français (1881-1956) et après l’indépendance », dans F. Jacquin et J.-F. Zorn (dir.), L’altérité religieuse, un défi pour la mission chrétienne, Paris, Karthala, 2001, pp. 87-119.

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org