Navigation – Plan du site
Articles

L’histoire religieuse en France : entre œcuménisme et intelligence catholique. L’œuvre d’Étienne Fouilloux

Jean-Dominique Durand
p. 13-22

Résumés

Cet article retrace le parcours de l’historien Étienne Fouilloux et son rôle dans l’évolution de l’histoire religieuse vers son autonomie par rapport à l’Église et une présence rénovée au sein de l’Université, c’est à dire à faire en sorte que l’histoire religieuse soit clairement différenciée de l’histoire ecclésiastique. Mais pour autant les travaux d’Étienne Fouilloux ne négligent pas l’étude des influences exercées par la foi sur les comportements des hommes. Étienne Fouilloux s’est concentré sur l’Église en France au XXe siècle, dans un arc chronologique qui se situe entre la crise moderniste et le Concile de Vatican II, entre histoire intérieure de l’Église et histoire intellectuelle comme il l’explique : « en quête d’une histoire de la culture religieuse contemporaine : histoire des croyances et de leurs représentations, histoire des spiritualités et des théologies ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Un ouvrage de Mélanges en l’honneur d’Étienne Fouilloux a été publié en 2013, sous la direction de Denis Pelletier, Annette Becker et Frédéric Gugelot : Écrire l’histoire du christianisme contemporain. Autour de l’œuvre d’Étienne Fouilloux, Paris, Karthala (Signes des temps), 2013, 420 p.

Notes de l’auteur

Ce texte a précédemment été publié dans Historiam perscrutari. Miscellanea di studi offerti al prof. Ottorino Pasquato, sous la direction de Mario Maritano, Roma, Editrice LAS, 2002.

Texte intégral

  • 1 Tome X, Les défis de la modernité (1750-1830) ; Tome XI, Libéralisme, industrialisation, expansion (...)
  • 2 Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1991-1992. Étienne Fouilloux est l’auteur du chapit (...)

1L’histoire religieuse est sans doute le champ de l’histoire contemporaine qui s’est le plus développé en France, au cours des trente ou quarante dernières années. En témoigne la grande entreprise de l’Histoire du Christianisme publiée à Paris par l’éditeur Desclée, en 14 volumes, de 1990 à 2001, sous la direction de Charles Pietri, André Vauchez, Marc Venard et Jean-Marie Mayeur, associant de très nombreux historiens français et étrangers. Les cinq volumes consacrés aux XIXe et XXe siècles (volumes 10 à 141) sont un bon témoin du renouvellement des problématiques et des méthodes, tout comme les tomes 3 et 4 de l’Histoire de la France religieuse dirigée par Jacques Le Goff et René Rémond2.

  • 3 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, Paris, 1951.
  • 4 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire ont publié une Histoire religieuse de la France contemporaine ( (...)

2Il ne s’agit pas ici de reconstituer l’évolution de toute une historiographie, depuis les premiers travaux de Jean-Baptiste Duroselle sur le catholicisme social au XIXe siècle3 jusqu’à ceux de René Rémond, André Latreille, Jean-Marie Mayeur, Jacques Gadille, Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire4, qui ont tant contribué à développer l’histoire religieuse, et à l’implanter dans les universités. De ce dynamisme particulier rendent compte les activités de l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine, les publications de la Société d’Histoire religieuse de la France qui édite la Revue d’Histoire de l’Église de France, fondée en 1914, et dont le Secrétaire général, Bernard Barbiche, dirige la collection « Histoire religieuse de la France » au Cerf, et celles de la Société d’Histoire du protestantisme français, sans oublier les recherches conduites par les Centres d’Histoire religieuse des Universités de Lyon, le Centre André Latreille et l’Institut d’Histoire du Christianisme, qui publient depuis 1994, une revue annuelle, Chrétiens et Sociétés.

  • 5 Voir les premières réflexions méthodologiques rassemblées en 1975 dans Jean-Marie Mayeur (dir.), L’ (...)
  • 6 Françoise Hildesheimer, « Les « grandes entreprises éditoriales » », dans RHEF, 2000, pp. 613-630.
  • 7 Dans l’ordre chronologique de parution :

3Des bilans historiographiques ont déjà été établis à diverses reprises5 et l’importance de quelques grandes entreprises éditoriales, depuis celle d’Augustin Fliche et Victor Martin, Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours publiée par Bloud et Gay, jusqu’à la récente Histoire du Christianisme a été soulignée6. Je voudrais ici m’arrêter simplement sur les apports de l’un des historiens qui a le plus apporté à l’histoire religieuse contemporaine, contribuant à en renouveler les problématiques. Étienne Fouilloux est représentatif de la génération qui a suivi celle des pionniers, d’André Latreille à René Rémond. Alors qu’il vient de quitter l’Université pour entrer dans une retraite active, il est possible de prendre la mesure d’une œuvre fondamentale à bien des égards, centrée pour aller à l’essentiel, sur l’histoire de la pensée chrétienne au XXe siècle. Sans entrer dans le détail de ses innombrables articles confiés à des revues diverses, ou publiés dans des Actes de colloques et autres entreprises collectives, la présente étude s’appuie sur ses livres, dont deux rassemblent plusieurs articles autour de thèmes communs, qui tous apportent une pierre basilaire à la compréhension de l’évolution de l’Église catholique au cours de ce siècle7.

Une histoire religieuse universitaire

  • 8 Au cœur…, p. 12.
  • 9 Sur le débat autour de Histoire de l’Église, Histoire religieuse et Théologie, voir Guy Bédouelle, (...)

4Étienne Fouilloux s’est attaché, comme le préconisait Jacques Maritain en d’autres domaines, à séparer les plans, à « éviter tout blocage entre positions historiographiques et positions ecclésiales8 », c’est à dire à faire en sorte que l’histoire religieuse soit clairement différenciée de l’histoire ecclésiastique. La Kirchengeschichte est faite par des clercs pour la formation des clercs, elle est une histoire de l’institution destinée à former ceux qui sont appelés par la suite à prendre en charge l’institution, c’est une histoire à forte connotation confessionnelle9 et à vocation pastorale.

  • 10 Très intéressants de ce point de vue sont les essais d’ « ego-histoire » de 24 historiens français (...)
  • 11 Le plus beau « cas » reste le livre de Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en (...)
  • 12 Au cœur…, p. 20.

5L’histoire religieuse renvoie quant à elle à une démarche détachée d’une foi à laquelle l’historien, bien évidemment, peut ou non adhérer10, ce qui ne l’empêche pas ni de garder de la sympathie pour son objet d’étude, ni de prendre le recul indispensable. Elle renvoie méthodologiquement avant tout à une démarche scientifique qui permet de la réinsérer dans l’histoire générale en se plaçant aux côtés de l’histoire économique, de l’histoire sociale ou de l’histoire politique. La mutation qu’a subie l’histoire religieuse au cours des dernières décennies, mutation à laquelle Étienne Fouilloux a tant apporté, n’est pas sans rappeler la transformation de l’histoire diplomatique traditionnelle en histoire des relations internationales, qui entend sortir de la classique histoire des traités pour rechercher les forces profondes qui les sous-tendent. On note cependant que parmi ces dernières, le facteur religieux est bien souvent négligé, ou au moins sous-estimé, de même que l’on observe des histoires de pays ou de régions où le fait religieux est purement et simplement inconnu, ou des histoires des intellectuels sans intellectuels chrétiens11. Méconnaissance ou parti pris ? C’est là un fait bien palpable en France comme en Italie, qui permet de souligner l’importance au plan scientifique de la démarche d’un historien tel qu’Étienne Fouilloux pour « réaffirmer que l’histoire dite religieuse appartient bel et bien à l’histoire dite générale, qui se mutilerait en la laissant de côté12 ». Par leur rigueur, ses travaux permettent de dépasser les préventions de ceux qui craignent une confessionnalisation de l’histoire, et les méfiances de ceux qui craignent au contraire l’autonomie de l’historien vis-à-vis de l’institution ecclésiastique : « la difficulté est double » écrit Étienne Fouilloux :

  • 13 Ibidem.

faire admettre ce type d’histoire aux cercles ecclésiaux détenteurs des sources ; la faire admettre aussi, comme rameau légitime, au milieu historien. Il faut tenir bon les deux bouts de la corde et ne lâcher ni sur la spécificité religieuse, ni sur son intégration de plein droit à la "grande" histoire13.

6C’est pour cette raison qu’il craint, dans le contexte actuel de déclin de la culture religieuse, l’arrivée à la recherche en histoire religieuse, d’une nouvelle génération tentée par un repli identitaire, dont les méthodes et les objectifs conduiraient à un reflux vers une reconfessionnalisation de la discipline et vers un retour à une conception apologétique de l’histoire. Une telle dérive ne servirait les intérêts ni de la science historique, ni même des Églises qui ont besoin elles-mêmes d’une histoire libre et solide, dégagée de tout souci autre que scientifique. Il appartient bien à tout un courant historiographique qui a porté l’histoire religieuse en France vers son autonomie par rapport à l’Église et à une présence rénovée au sein de l’Université.

  • 14 Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle : le diocèse de Re (...)
  • 15 Je remercie Madame Jacqueline Lagrée de m’avoir communiqué ce document important, véritable profess (...)

7De cette double évolution décisive, Michel Lagrée, l’un des meilleurs représentants de cette même génération d’historiens du religieux14 a admirablement rendu compte, dans un discours qu’il a prononcé à l’archevêché de Rennes, au cours de la cérémonie de remise de l’Ordre de saint Grégoire le Grand, le 10 octobre 2001, quelques jours avant son décès prématuré ; ce document mérite d’être cité ici car il éclaire bien les enjeux, tout en proposant une définition du statut de l’histoire religieuse15 :

Elle peut et doit être recevable des deux côtés, du côté de l’Église, communauté de croyants ; du côté de la communauté scientifique, régie par de tout autres règles. Ceci suppose que soient réunies plusieurs conditions [...]. La première est la liberté du chercheur, qui a évidemment pour contrepartie qu’il doit accepter de soumettre à la discussion publique tout ce qu’il écrit. L’histoire religieuse, en France, s’est émancipée depuis un certain temps de la théologie, en particulier de l’ecclésiologie, et elle est pratiquée majoritairement par des laïcs : il n’en va pas de même dans tous les pays, en particulier en Allemagne, où règne une Kirchengeschichte très confessionnelle, catholique ou protestante, enseignée dans les facultés de théologie. Cela ne veut pas dire qu’elle soit inférieure, cela va de soi : elle est simplement différente. Selon la conception française, libre aux théologiens, qui ne s’en privent pas en France depuis Vatican II, d’utiliser ensuite les matériaux historiques ainsi mis à disposition. Ainsi a été rendue possible une théologie moins déductive et moins scolastique, plus ancrée dans l’épaisseur de l’histoire du peuple de Dieu. Ainsi est également possible le respect du pacte de laïcité qui est au principe de notre société. [...]
La seconde condition est symétrique de la première : si l’Église a concédé aux historiens un espace de liberté, il faut dire que l’Université en a fait autant. Les circonstances du débat politique dans notre pays, c’est à dire la fameuse « question religieuse » des hommes du siècle dernier, ont longtemps relégué l’histoire du fait religieux contemporain au rang des questions taboues, qui n’avaient pas leur place sur le terrain académique. L’apaisement a fini par l’emporter : l’Université a recruté maints spécialistes du fait religieux [...], et leur production représente aujourd’hui pas moins de 15 % de la production historique totale. L’histoire religieuse est même presque, selon certains, victime de son succès, au point qu’il y a déficit dans d’autres secteurs. Relatif paradoxe dans nos sociétés occidentales si sécularisées ? Peut-être pas, si l’on considère qu’elles sont également à la recherche de leurs racines.

Une histoire intérieure de l’Église

  • 16 Ces textes sont rassemblés dans Les chrétiens français entre crise et libération, op. cit.

8Les travaux d’Étienne Fouilloux ne négligent pas l’étude des influences exercées par la foi sur les comportements des hommes, notamment sur le plan social et politique, ce qu’il appelle lui-même « l’histoire-bataille». Il a publié des articles importants sur les chrétiens et la Deuxième Guerre mondiale, face à la Résistance et à Vichy, et dans les incertitudes de la Libération16, ainsi que sur la guerre d’Algérie ou Mai 68, « toutes crises majeures de la nation française » à l’époque contemporaine. Cependant il a voulu surtout scruter « le versant interne », en se mettant

  • 17 Au cœur…, p. 18.

en quête d’une histoire de la culture religieuse contemporaine : histoire des croyances et de leurs représentations, histoire des spiritualités et des théologies17.

9En effet, pour lui,

  • 18 Une Église en quête de liberté…, p. 14

l’historien des christianismes contemporains ne saurait se contenter d’étudier leurs manifestations extérieures, aussi importantes soient-elles à ses yeux. Comment pourra-t-il, en effet, rendre compte de l’agir des fidèles et de leurs Églises, s’il refuse de se pencher sur ce qui les fait agir : la foi dont ils se réclament, dans sa permanence comme dans ses évolutions18 

  • 19 Pierre Bolle et Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et résistance. Yves de Montcheuil, théol (...)

10De fait même lorsqu’il aborde des sujets externes comme les chrétiens sous l’occupation, il s’attache à rechercher les mécanismes internes, les racines profondes qui poussent certains chrétiens à agir dans l’un ou l’autre camp. Sur la ligne de crête des deux versants, se situe sa belle étude consacrée au père Yves de Montcheuil, ce jésuite, théologien, né en 1900, qui relève de l’étude intellectuelle chère à Étienne Fouilloux, dont l’œuvre a été un ferment de renouveau théologique, mais aussi soutenant de son autorité morale les étudiants engagés dans la Résistance, présent dans le maquis du Vercors au moment de l’assaut donné par les Allemands en juillet 1944, et fusillé quelques jours plus tard19.

  • 20 Au cœur…, p. 8.

11Le point de départ de sa démarche d’historien reste l’observation du Concile de Vatican II en tant qu’événement, qui a exercé sur lui « une véritable fascination20 » et suscité en lui le désir d’en rechercher les origines, de mettre à jour « les racines d’une telle mutation ». Ce n’est pas un hasard s’il a joué un rôle notable dans l’équipe d’historiens rassemblée par Giuseppe Alberigo pour mettre en œuvre la grande Storia del concilio Vaticano II préparée dans le cadre de l’Istituto per le scienze religiose de Bologne, prenant en charge notamment l’organisation à Lyon de l’un des premiers colloques préparatoires, Vatican II commence, publié à Leuven en 1993. C’est précisément en recherchant ces origines, les trajets et les mécanismes qui ont conduit à Vatican II qu’il parvient à faire comprendre la place qu’occupe l’Église dans la société au XXe siècle, en confrontant évolutions internes et évolution du siècle.

Une histoire intellectuelle

12Cette histoire interne de l’Église est une histoire intellectuelle, elle invite à un voyage à travers

  • 21 L’Église en quête de liberté…, p. 14.

le puzzle des amitiés et des antipathies, des connivences et des affrontements, des réseaux et des intrigues au sein duquel se sont épanouies, non sans difficulté parfois, des œuvres reconnues aujourd’hui comme majeures21

  • 22 Au cœur…, p. 9.
  • 23 Étienne Fouilloux, Les théologiens romains à la veille de Vatican II , dans Jean-Dominique Durand ( (...)
  • 24 Voir les Actes du Colloque organisé par Jean-Dominique Durand, « Philosophes et théologiens françai (...)

13Étienne Fouilloux a donc voulu « rendre sa chair à la vie de l’esprit», en se concentrant sur l’Église en France au XXe siècle, dans un arc chronologique qui se situe entre la crise moderniste et le Concile de Vatican II : « Je suis un historien de mon siècle », dit-il volontiers22. Cette période a vu l’émergence d’une pensée moderne qui doit beaucoup aux ordres religieux, jésuites et dominicains en particulier, et à des laïcs, ces fameux « théologiens en veston » si bien représentés par Jacques Maritain, L’historien identifie dans ce renouveau de la pensée la naissance d’un « tiers-parti » placé entre d’une part des dérives progressistes-modernistes, et d’autre part une réaction des théologiens romains23 fondée sur un néothomisme scolastique, Ce tiers-parti, est en fait une nébuleuse très composite qui va de Blondel à Chenu en passant par Gilson, Maritain et Congar, il s’appuie sur des revues, des Cahiers de la Nouvelle Journée à Esprit, et se déploie dans des lieux, de Fourvière à Lyon, au Saulchoir à Paris24. Il se caractérise notamment par la présence de théologiens engagés dans la pastorale à travers une Action Catholique qui en France, s’est renouvelée grâce aux mouvements spécialisés, comme à travers la recherche de réponses adaptées aux problèmes du temps. Ici, on perçoit bien comment « rendre sa chair à la vie de l’esprit », rejoint « l’histoire-bataille », car les théologiens et autres penseurs catholiques chers à Étienne Fouilloux ne restent jamais enfermés dans un quelconque studium, mais ils accompagnent tout un mouvement, qui va de Pie X à Jean XXIII, du modernisme, traumatisme qui ne cesse jamais de hanter les consciences, à Rome comme en France, jusqu’à la date du 20 novembre 1962 qu’il identifie comme un point d’arrivée : ce jour là les Pères conciliaires ont rejeté le schéma De fontibus, texte qui se situait dans la tradition de l’intransigeance romaine : ainsi

  • 25 Une Église en quête de liberté…, p. 310.

prend fin véritablement la phase de réaction antimoderniste. Cinquante ans de frictions intellectuelles consécutives à la crise de la première décennie du siècle, entrent alors dans l’histoire25

14L’événement conciliaire dont il fut un témoin attentif avait conduit d’abord Étienne Fouilloux à s’interroger sur le mouvement œcuménique en rapprochant la condamnation romaine de 1928 de sa « consécration solennelle » en 1964 :

  • 26 Au cœur…, p. 9.

Quel cas d’école pour l’approche du changement religieux qui constitue le cœur de ma perplexité et donc de ma problématique !26 

  • 27 Recension de Claude Savard, in RHEF n° 183, 1983, pp. 143-145.
  • 28 Au cœur, p. 13.
  • 29 « Les chrétiens d’Orient menacés », Guerres mondiales et totalitarisme, pp. 743-831. Voir aussi sur (...)

15Ce fut alors sa thèse fameuse, soutenue en 1980, fort volume de plus de 1000 pages publié en 1982, sur Les catholiques et l’unité chrétienne, qui entendait étudier l’effort des catholiques en faveur du rapprochement avec les autres Églises chrétiennes, depuis l’époque de l’unionisme, de Léon XIII à Pie XI, jusqu’à la guerre et à l’après-guerre, qui conduit à travers bien des vicissitudes à l’œcuménisme voulu par Jean XXIII et à la fondation du Secrétariat pour l’Union des Chrétiens dès 1960, confié au cardinal Bea. On a dit de ce travail qu’il était un « monument », et on a évoqué à son sujet « l’ampleur et la nouveauté du sujet, l’étourdissante richesse de l’information27 ». On est déjà ici dans une histoire de la théologie et des théologiens (de Congar à l’abbé Couturier et à Daniélou) et du débat intellectuel catholique qui accompagne une véritable mutation à l’intérieur de l’Église. Les limites géographiques choisies pour cette étude sont celles de l’Europe francophone (France, Belgique, Suisse romande), mais elle implique une ouverture au comparatisme, qui est devenue pour Étienne Fouilloux « une conviction de méthode28», et un intérêt particulier pour l’Orient qui devient dès lors un thème majeur de ses recherches, comme le montre sa contribution magistrale au tome 12 de l’Histoire du christianisme, consacrée aux chrétiens d’Orient29. Modèle d’étude d’histoire intellectuelle est enfin l’ouvrage Éditer les Pères de l’Église au XXe siècle, publié en 1995. Il éclaire un chapitre important de l’histoire de l’Église de France des années 1930 au Concile. C’est l’histoire d’une collection prestigieuse qui est devenue une véritable institution, et de quelques jésuites déterminés : l’helléniste lyonnais Victor Fontoynont, Henri de Lubac, Jean Daniélou, Henri-Irénée Marrou, et surtout le maître d’œuvre, Claude Mondésert, et autour d’eux, tout un monde ecclésiastique partagé entre Lyon et Rome.

16Toutes les publications d’Étienne Fouilloux se caractérisent par un travail de fonds, effectué patiemment dans les archives, un travail minutieux, qui fait merveille lorsqu’il entreprend une publication de sources, comme récemment, le Journal d’Yves Congar. Ce travail de base est toujours parfaitement dominé, grâce à son talent exceptionnel pour la synthèse, accompagné d’un sens aigu de la nuance, et complété par une qualité de l’exposition qui rend plaisante la lecture. Son œuvre est une œuvre d’historien : il n’est pas philosophe, ni théologien, mais en historien, il parvient à pénétrer jusqu’au cœur de l’institution ecclésiastique, jusqu’au cœur de Rome, en empruntant la voie délicate de l’étude des philosophes et des théologiens, des intellectuels catholiques. Pionnier en bien des domaines, son apport à la connaissance de l’Église catholique en ce siècle est d’ores et déjà déterminante.

Haut de page

Notes

1 Tome X, Les défis de la modernité (1750-1830) ; Tome XI, Libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914) ; Tome XII, Guerres mondiales et totalitarismes (1914-1958) ; Tome XIII, Crises et Renouveau (de 1958 à nos jours) ; Tome XIV, Index thématique et synthèses.

2 Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1991-1992. Étienne Fouilloux est l’auteur du chapitre 2 du volume 4 : « « Fille aînée de l’Église » ou « pays de mission » ? (1926-1958) », pp. 130-252.

3 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France, 1822-1870, Paris, 1951.

4 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire ont publié une Histoire religieuse de la France contemporaine (3 volumes, Toulouse, Privat, 1985-1988) qui a renouvelé bien des approches.

5 Voir les premières réflexions méthodologiques rassemblées en 1975 dans Jean-Marie Mayeur (dir.), L’histoire religieuse de la France 19e-20e siècle. Problèmes et méthodes, Beauchesne, Paris 1975, et dix ans plus tard, la mise au point historiographique de Claude Langlois, « Trente ans d’Histoire religieuse », dans Archives de Sciences Sociales des Religions 63/1, 1987, pp. 85-114. Voir aussi Françoise Hildesheimer, L’histoire religieuse, Paris, Publisud, 1996, et Claude Langlois et André Vauchez, « L’histoire religieuse », dans François Bédarida (dir.), L’histoire et le métier d’historien en France, 1945-1995, Paris, 1995, pp. 313-323. On peut se reporter aussi au récent numéro de la Revue d’Histoire de l’Église de France (RHEF), de juillet-décembre 2000, consacré à « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives », malgré son caractère touffu et ses lacunes. Synthétique et très bien documenté est l’article de Francis Python, « D’une approche confessionnelle à une histoire religieuse universitaire. L’itinéraire de l’historiographie française », dans Zeitschrift für Schweizerische Kirchengeschichte, 1993, pp ; 33-47. On se reportera également utilement aux nouvelles réflexions de Claude Langlois, « Faire l’histoire du Christianisme », dans Histoire du christianisme, vol. 14, op. cit., pp. 15-30, et à celles d’Étienne Fouilloux, « Chrétiens et monde ouvrier : quarante ans de recherche », dans B. Duriez (dir.), Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Paris, Éditions de l’Atelier, 2001, pp. 15-30.

6 Françoise Hildesheimer, « Les « grandes entreprises éditoriales » », dans RHEF, 2000, pp. 613-630.

7 Dans l’ordre chronologique de parution :

- Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle. Itinéraires européens d’expression française, Paris, Centurion, 1982, 1007 p.

- Au cœur du XXe siècle religieux, Paris, Éditions ouvrières, 1993, 317 p.

- La collection « Sources chrétiennes » Éditer les Pères de l’Église au XXe siècle, Paris, Cerf, 1995, 238 p.

- Les chrétiens entre crise et libération 1937-1947, Paris, Seuil, 1997, 293 p.

- Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 325 p.

Il convient d’ajouter à cette liste un profil biographique de Yves de Montcheuil, philosophe et théologien jésuite, Paris, MédiaSèvres, 1995, et plusieurs directions d’ouvrages : La guerre d’Algérie et les chrétiens, Paris, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, 1988 ; Les communistes et les chrétiens Alliance ou dialogue ? Madeleine Delbrêl, numéro de juin 1980 de Le Supplément ; Vatican II commence Approches francophones, Leuven, 1993. Occupent encore une place importante dans l’œuvre scientifique d’Étienne Fouilloux, l’édition critique du Journal d’Yves Congar, Journal d’un théologien 1946-1956, Paris, Cerf, 2000, et la préparation de l’édition française publiée par Cerf, de la Storia del Concilio Vaticano II, dirigée par G. alberigo (Il Mulino - Peeters, Bologna - Leuven), cinq volumes.

8 Au cœur…, p. 12.

9 Sur le débat autour de Histoire de l’Église, Histoire religieuse et Théologie, voir Guy Bédouelle, L’histoire de l’Église. Science humaine ou théologie ?, Paris, Mentha, 1992 et L’histoire de l’Église, Paris, Cerf, 1997 et J.-D. Durand (dir.), Histoire et Théologie, Paris, Beauchesne, 1994 ; Yves-Marie Hilaire (dir.), De Renan à Marrou. L’histoire du christianisme et le progrès de la méthode historique (1863-1968), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1999 : cf. Ottorino Pasquato, « Les caractères originaux de l’historiographie religieuse de Marrou », ibid., pp. 145-154.

10 Très intéressants de ce point de vue sont les essais d’ « ego-histoire » de 24 historiens français du fait religieux, rassemblés par Jean Delumeau, L’ historien et la foi, Paris, Fayard, 1996.

11 Le plus beau « cas » reste le livre de Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1986.

12 Au cœur…, p. 20.

13 Ibidem.

14 Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle : le diocèse de Rennes (1815-1848), Paris, Klincksieck, 1977 ; Religion et cultures en Bretagne (l850-1950), Paris, Fayard, 1992 ; La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, XIXe- XXe siècle, Paris, Fayard, 1999. Parmi les principaux ouvrages publiés sous sa direction : La Bretagne, tome III du Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1990 ; Les parlers de la foi : religion et langues régionales, Rennes, P.U.R., 1995 ; Religions par-delà les frontières, Paris, Beauchesne, 1997 ; Chocs et ruptures en histoire religieuse : fin XVIIIe - XIXe siècle, Rennes, P.U.R., 1998. Voir enfin le recueil d’articles rassemblés par Étienne Fouilloux et Jacqueline Sainclivier, présentés par Claude Langlois, Religion et modernité en France, XIXe – XXe siècles, Rennes, P.U.R., 2002.

15 Je remercie Madame Jacqueline Lagrée de m’avoir communiqué ce document important, véritable profession de foi scientifique.

16 Ces textes sont rassemblés dans Les chrétiens français entre crise et libération, op. cit.

17 Au cœur…, p. 18.

18 Une Église en quête de liberté…, p. 14

19 Pierre Bolle et Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et résistance. Yves de Montcheuil, théologien au maquis du Vercors, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1987, et surtout l’Essai biographique d’Étienne Fouilloux, Yves de Montcheuil, op. cit.

20 Au cœur…, p. 8.

21 L’Église en quête de liberté…, p. 14.

22 Au cœur…, p. 9.

23 Étienne Fouilloux, Les théologiens romains à la veille de Vatican II , dans Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et Théologie, op. cit., pp. 137-160

24 Voir les Actes du Colloque organisé par Jean-Dominique Durand, « Philosophes et théologiens français du 20e siècle, Rome, 11 mai 2000, publié dans Gregorianum, 2002, n° 83/3 : Étienne Fouilloux, « Une « École de Fourvière ? » », pp. 451-459, et Henry Donneaud, « Le Saulchoir : une école, des théologies ? », pp. 433-449.

25 Une Église en quête de liberté…, p. 310.

26 Au cœur…, p. 9.

27 Recension de Claude Savard, in RHEF n° 183, 1983, pp. 143-145.

28 Au cœur, p. 13.

29 « Les chrétiens d’Orient menacés », Guerres mondiales et totalitarisme, pp. 743-831. Voir aussi sur ce thème les nombreux articles, dont quelques uns ont été rassemblés sous le titre Cet Orient méconnu, constituant la deuxième partie de Au cœur du XXe siècle religieux, op cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Dominique Durand, « L’histoire religieuse en France : entre œcuménisme et intelligence catholique. L’œuvre d’Étienne Fouilloux », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 13-22.

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « L’histoire religieuse en France : entre œcuménisme et intelligence catholique. L’œuvre d’Étienne Fouilloux », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 15 août 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3802 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3802

Haut de page

Auteur

Jean-Dominique Durand

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Université Jean Moulin-Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org