Navigation – Plan du site
Articles

Le débat sur le mariage des prêtres dans le diocèse de Rhône-et-Loire au début de la Révolution (1789-1792)

Paul Chopelin
p. 69-

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 État de la question dans Michel Vovelle, 1793. La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Etre (...)
  • 2 Claude Langlois et T.-J. A. Le Goff, « Les vaincus de la Révolution. Jalons pour une sociologie des (...)
  • 3 Le décret du 25 brumaire an II (15 novembre 1793) stipulait que tout prêtre qui se mariait, fut-il (...)

1La question du mariage des prêtres pendant la Révolution a retenu l’attention des historiens surtout pour la période de la déchristianisation terroriste de l’an II, au cours de laquelle le phénomène a été le plus massif1. Principale source d’informations, le fonds de la légation Caprara, conservé aux Archives nationales, renferme les dossiers et les demandes de réconciliation envoyés au Cardinal légat de Pie VII, entre 1801 et 1808, par près de six mille prêtres mariés désireux de régulariser leur situation vis-à-vis de l’Église, soit pour annuler un mariage forcé, souvent non consommé, afin de reprendre une activité pastorale, soit, au contraire, pour légitimer leur mariage et retrouver la communion catholique en tant que laïc. Selon l’étude de Claude Langlois et de T.-J. A. Le Goff, menée sur un large échantillon de dossiers, 77 % des mariages recensés ont eu lieu entre 1793 et 1795, 20 % entre 1795 et 1799, et seulement 3 % en 17922. Aucun mariage antérieur à 1792 n’est apparu. La remise en cause du célibat ecclésiastique au début de la Révolution a donc été numériquement négligeable, mais l’étude des éléments du débat et des conditions des premiers mariages de prêtres permettrait de mieux comprendre le mécanisme et la logique qui ont conduit la Convention à autoriser et favoriser, voire parfois imposer, cette pratique en 17943. Le cas de l’ancien diocèse de Lyon, devenu diocèse de Rhône-et-Loire en 1790 en annexant une partie du diocèse de Mâcon, est exemplaire, car l’institution du célibat ecclésiastique y fut publiquement remise en cause dès 1789, avant que le clergé constitutionnel n’ait eu à faire face à la rébellion ouverte d’un curé qui se maria bruyamment en 1791 et qui défendit avec ardeur sa position devant l’opinion locale. Cet exemple doit permettre de découvrir les arguments de ces contestataires mal connus, mais également les répliques de leurs adversaires et les interventions du pouvoir civil. Il serait ainsi possible d’établir la chronologie d’un débat dont les étapes successives éclairent les origines de l’un des aspects les plus spectaculaires de la déchristianisation de l’an II.

Le scandale de l’abbé Souchon (printemps 1789)

  • 4 Archives départementales du Rhône, 4 G 28 : procédure contre Étienne Gros-Molard, curé de Mions en (...)

2Dans le diocèse de Lyon, le mariage des prêtres ne semble pas être une question particulièrement d’actualité au cours du XVIIIe siècle. Les archives de l’officialité diocésaine conservent bien quelques plaintes de paroissiens contre des curés accusés d’entretenir des rapports charnels avec leur servante, mais ces cas ne concernant que des paroisses rurales, restent isolés, souvent associés à d’autres excès comme l’ivrognerie, et se noient dans la masse des conflits au sujet des dîmes et de l’entretien des églises et des presbytères4. D’autre part, il est tout à fait probable que certains curés aient pu vivre maritalement avec l’accord tacite de leurs paroissiens, si ces prêtres se conduisaient de façon exemplaire par ailleurs. Mais ces cas sont difficiles, voire impossible, à entrevoir dans les sources dont nous disposons. De toute façon, avant 1789, aucun curé du diocèse de Lyon n’élève publiquement la voix pour réclamer l’abolition du célibat ecclésiastique.

  • 5 La question a bien été soulevée dans certains cahiers de doléances d’autres provinces, mais, semble (...)

3La question du maintien ou non du célibat ecclésiastique n’est pas abordée dans les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lyon, mais surgit de façon spectaculaire lors de la réunion des représentants des trois ordres dans la ville de Lyon5.

4Le 14 mars 1789, avant que ne commencent les délibérations particulières de chaque ordre afin de rédiger les cahiers de doléances et d’élire les députés aux États généraux, une cérémonie d’ouverture réunit les trois ordres de la sénéchaussée dans l’église du couvent des cordeliers de Lyon. Les présidents de chaque ordre devaient prononcer un discours en chaire. Le chanoine-comte de Lyon Jean-Antoine de Castellas, doyen du chapitre, président de l’ordre du clergé, venait à peine d’achever son intervention, qu’un brouhaha se fit entendre dans les rangs du clergé. François Souchon, curé de Sainte-Foy-L’Argentière, s’était brusquement levé de son banc et prenait d’assaut la chaire, précipitamment abandonnée par son occupant. L’un des représentants du clergé, présent ce jour-là, raconte la scène :

  • 6 Journal historique des assemblées de l’ordre ecclésiastique pour la députation aux États généraux, (...)

Il ne fut pas plutôt sorti de sa place pour s’acheminer du côté de la chaire qu’il s’éleva dans l’assemblée un grand tumulte. On peut dire que les trois ordres y concoururent, mais il faut avouer que MM. de la noblesse y eurent la moindre part, excepté un ou deux, dont les propos peu décents se firent remarquer, tout le reste fut sur le compte du clergé et du tiers-état […]. Quand on le vit prêt à parler, les huées, les claquements de mains, des cris sans nombre, à bas, à bas, se firent entendre de toutes parts. C’étoit dans l’église une confusion de voix indécente partout, mais qu’on ne sauroit qualifier dans un lieu saint. MM. du tiers-état, bien convaincus qu’il alloit parler en leur faveur, demandèrent à grands cris et par des applaudissemens anticipés qu’on le laissât parler. Le clergé n’insistoit guère moins pour qu’on le fit descendre. Dans cet ordre, les uns étoient animés de bonnes intentions ; c’étoient MM. les curés qui craignoient que M. le curé de [Sainte-Foy-l’Argentière] ne s’échappât en quelques propos qui n’auroient fait honneur ni à lui, ni à leurs corps. Les intentions de MM. les chanoines n’étoient pas si pures. Il suffisoit que ce fut un curé pour qu’ils jetassent contre lui tous les sarcasmes dont ils purent s’aviser […]. Ainsi, on peut dire que, dans le clergé, il n’y eut presque personne qui ne fit un bruit effroyable, suivant la manière dont il envisageoit les choses6

  • 7 Sont qualifiés de « richéristes », par une référence abusive aux idées du syndic de Sorbonne Edmond (...)

5L’acte de l’abbé Souchon apparaît comme une initiative personnelle, puisque ses confrères semblaient tout ignorer de ses intentions. Après que le lieutenant général civil de Lyon eut vainement envoyé plusieurs huissiers pour demander à l’intrépide curé, sous menace de prison, de descendre de chaire, il demanda le silence pour que l’abbé Souchon puisse lire son discours et la cérémonie reprendre son cours normal. Ce texte nous est parvenu, car son auteur jugea bon, peu de temps après, de le faire publier à Lyon. Après avoir commencé par souhaiter, à la suite du doyen de Castellas, la renonciation du clergé à ses privilèges fiscaux, l’abbé Souchon s’en prit violemment au haut clergé. Il considérait ses membres comme autant de parasites qui profitaient des richesses de l’Église en laissant les véritables ouvriers du Christ, c’est-à-dire les curés de campagne, dans la misère. Ce discours, teinté de richérisme7, était destiné à révéler le fossé qui séparait le clergé rural du clergé urbain, mais l’orateur ne s’en tint pas là et poursuivit son propos par une véritable apologie du mariage des prêtres :

  • 8 Deux cahiers oubliés par les commissaires rédacteurs du cahier général du Tiers-État de Lyon, avec (...)

Nous nous occuperons sans cesse de votre bonheur, mais est-il juste que nous soyons privé de ce qui peut contribuer au nôtre ? Lorsque saint Paul a dit Melius nubere quam uri, il n’a pas entendu excepter les prêtres ; lui-même étoit marié ainsi que les autres apôtres et les disciples. Les premiers pasteurs de l’église le furent tous. Les évêques, curés et autres prêtres destinées à les seconder et remplacer en seront-ils moins respectables ? Lorsqu’ils ajouteront à la qualité de pasteur celle d’époux et de père de famille, ne vaudroit-il pas mieux que les curés de campagne fissent des enfants à des épouses honnêtes et vertueuses, qui auront soin d’eux, que de faire des neveux à des vachères crottées ? Pourquoi nous imposer la pénible loi de combattre la nature toute notre vie ? Nous ne devons admettre que des vertus utiles, celles qui ne le sont pas sont de fausses vertus, fruits du préjugé, du fanatisme et de l’erreur. J’en atteste ici mes confrères. Il en coûte de monter en chaire pour y prêcher la décence et les mœurs, lorsque le moraliste sait que son auditoire est convaincu qu’il a lui-même un commerce licencieux et scandaleux avec telle femme ou fille de la paroisse8.

  • 9 Journal historique, op. cit., p. 14.
  • 10 Jean-Pierre Chantin, Les amis de l’œuvre de la Vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe(...)

6L’abbé Souchon termina son allocution par une évocation des ministres calvinistes de Genève, heureux époux et pères de familles comblés, que le clergé catholique ferait bien d’imiter. De tels propos ont certainement choqué la plupart des représentants de l’ordre du clergé qui parvinrent à les entendre. Si l’auteur du Journal historique reste muet sur leur réaction, il mentionne cependant que l’abbé Souchon fut acclamé par le Tiers-État à l’issue de sa harangue9. Le curé perturbateur n’en était pas moins un marginal au regard de ses confrères. Ancien secrétaire de l’archevêché et visiteur des paroisses du diocèse sur commission des vicaires généraux de Mgr de Montazet au début des années 1770, François Souchon, curé de Sainte-Foy-l’Argentière depuis 1778, était un prêtre janséniste adepte de l’œuvre des convulsions. Il était d’ailleurs le seul représentant du groupe des curés convulsionnaires du diocèse à l’assemblée de la sénéchaussée10. Malgré son caractère isolé, ce discours prouve qu’il existait au sein du bas-clergé un courant virulent, désireux de réformes, parfois très poussées, qui pouvait déborder les revendications « traditionnelles » des curés en matière de rémunération et exacerber les tensions entre les factions au sein du premier ordre, entre « chanoines » urbains et curés de campagne.

L’influence des Inconvénients du célibat des prêtres de l’abbé Gaudin (1781)

  • 11 Sur le débat au sujet du célibat ecclésiastique et du mariage des prêtres au XVIIIe siècle, voir Be (...)

7Les arguments avancés par Souchon pour justifier le mariage des ecclésiastiques n’ont pourtant rien de très original. On les retrouve dans plusieurs ouvrages publiés au cours du XVIIIe siècle et qui auraient pu influencer son propos. Entre 1735 et 1741, parurent ainsi les Ouvrages de Politique de l’abbé de Saint-Pierre (1658-1749), qui recommandait le mariage des prêtres, à la fois pour repeupler le royaume et pour accroître le nombre des familles vertueuses. En 1758, dans un traité intitulé les Avantages du mariage et combien il est nécessaire et salutaire aux prêtres et aux évêques de ce temps-ci d’épouser une fille chrétienne, le chanoine Desforges démontrait que le lien conjugal était nécessaire physiologiquement à l’homme et que le mariage des ecclésiastiques serait une imitation de l’union de Jésus-Christ avec l’Église, « sa chère épouse ». Il s’appuyait également sur la théologie sacramentaire héritée du concile de Trente, en assurant que si, parmi les trois sacrements ineffaçables, le baptême et la confirmation n’empêchaient pas le mariage, il devait en être de même pour le sacrement de l’ordre. Mais surtout, Desforges inventait ainsi la méthode de la critique de la théologie par l’anthropologie, méthode promise à un bel avenir11. C’est dans cette lignée qu’il convient de placer Les inconvénients du célibat des prêtres de l’abbé Gaudin. Publié à Genève en 1781, cet ouvrage a connu un important succès de librairie au cours de la dernière décennie de l’Ancien Régime, particulièrement dans la région lyonnaise.

  • 12 T. de Morembert, « Jacques-Maurice Gaudin », dans Dictionnaire de biographie française, Paris, Leto (...)
  • 13 Bibliothèque municipale de Lyon, désormais B.M.L. Fonds général, Ms. 804, Nouvelles générales et en (...)
  • 14 [Jacques Gaudin], Inconvénients du célibat des prêtres, prouvés par des recherches historiques, Gen (...)
  • 15 [Jacques Gaudin], Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, Genève, J.-L. Pellet, 17 (...)
  • 16 Bibliothèque Municipale de Lyon (B.M.L.), Fonds général, Ms. 804, Nouvelles générales et en particu (...)
  • 17 Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, Londres, 1783, XVI-439 p. ; Recherches phi (...)
  • 18 Jacques Gaudin, Les inconvénients du célibat des prêtres, prouvés par des recherches historiques, P (...)

8Jacques Gaudin (1735-1810) était membre de la congrégation de l’Oratoire, avant de devenir vicaire général du diocèse de Mariana en Corse, au milieu des années 1780. Il s’était auparavant distingué par plusieurs œuvres littéraires, dont les Travaux de différents traités de morale de Plutarque (1777) et la traduction des Mémoires de Jean Graham, marquis de Montrose (1768)12. Il était également membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon depuis 178013. Les inconvénients du célibat des prêtres, prouvés par des recherches historiques sont publiés sans nom d’auteur à Genève en 1781 par Jean-Léonard Pellet14. Le même ouvrage est également publié, la même année, avec une pagination identique, sous le titre plus anodin de Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, toujours par Jean-Léonard Pellet15. Le livre fait scandale et on en attribue de prime abord la paternité à l’abbé Raynal, avant que ne circule le nom de son véritable auteur à partir de 178216. Son succès est confirmé par plusieurs rééditions. La Bibliothèque nationale possède deux autres exemplaires des Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, avec une pagination identique à l’édition de 1781, l’un publié sous une adresse londonienne en 1783 et l’autre par Jean-Léonard Pellet en 178717. Une dernière réédition verra le jour à Paris, en 1790, à la demande, selon certains, de Mirabeau, sous le titre original Les inconvénients du célibat des prêtres18. La même année, un imprimé parisien anonyme recommandait la lecture de cet ouvrage aux députés de l’Assemblée et faisait mention du grand succès rencontré par les précédentes éditions :

  • 19 Réflexions impartiales sur l’ouvrage intitulé Les inconvénients du célibat des prêtres, Paris, Dese (...)

C’est un volume in 8° de 440 pages. La première édition, faite à Genève en 1781, ayant été bientôt épuisée et les exemplaires devenus exorbitamment chers, puisqu’ils ont coûté jusqu’à 18 liv[res] en feuilles, on vient d’en faire une nouvelle qui se vend 3 liv[res] 13 sous chez Lejay, libraire, rue de l’Echelle Saint-Honoré19.

9Le canoniste janséniste Gabriel-Nicolas Maultrot réfuta cette nouvelle édition à la fin de l’année 1790 dans La discipline de l’Église sur le mariage des prêtres en réponse aux inconvénients du célibat.

  • 20 J. R. Kleinschmidt, Les imprimeurs et libraires de la République de Genève (1700-1798), Genève, Jul (...)
  • 21 Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, Daffis, 1873, t. II, col. 911 (...)
  • 22 Silvio Corsini, La preuve par les fleurons ? Analyse comparée du matériel ornemental des imprimeurs (...)
  • 23 B.M.L. (Fonds général), Ms. 804, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par M. l’abbé Duret(...)

10Le succès particulier de cet ouvrage dans la région lyonnaise nous est suggéré par plusieurs indices. Tout d’abord, l’imprimeur genevois Jean-Léonard Pellet était en étroites relations avec les libraires lyonnais qu’il fournissait régulièrement en ouvrages prohibés. C’est ainsi qu’il imprima, dans le courant des années 1770, une partie de l’Encyclopédie pour le compte du libraire lyonnais Jacques Duplain20. Il est également possible que certains exemplaires des Inconvénients aient pu être imprimés à Lyon sous une fausse adresse genevoise, comme cela est parfois mentionné21, même si les ornements typographiques des deux exemplaires consultés correspondent bien à ceux utilisés par Jean-Léonard Pellet22. Gaudin lui-même entretenait des relations avec Lyon puisqu’il réussit à se faire élire membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts. D’après les notes de l’abbé Duret, Gaudin aurait séjourné à Lyon entre la fin des années 1770 et 1782, comme bibliothécaire du collège de la Trinité, tenu par les oratoriens, avant de partir pour la Corse23. Il est possible que les Inconvénients du célibat des prêtres aient pu être rédigés à Lyon. Gaudin a peut-être diffusé lui-même son ouvrage auprès de certains confrères ou laïcs lyonnais. Enfin, le dernier témoignage en faveur de cette diffusion locale émane d’un prêtre de Beaujeu, hostile au maintien du célibat ecclésiastique. Il s’agit de l’abbé Jean-Pierre Teillard, chanoine-prêtre du chapitre de Notre-Dame de Beaujeu, qui écrit le 12 août 1789 à l’abbé Sieyès, député à l’Assemblée nationale, pour lui demander d’intervenir devant ses collègues afin de mettre un terme à l’institution du célibat :

  • 24 B.M.L. (Fonds Coste), Ms. 1134, lettre de l’abbé Teillard à l’abbé Sieyès (12 août 1789).

Tourmenté par le sentiment pénible que me fait éprouver la loy odieuse qui condamne au célibat toute personne constituée dans les ordres, révolté d’avoir à lutter sans cesse entre un engagement téméraire et le vœu le plus impératif de la nature, réduit, sous ces pesantes chaînes d’un despotisme religieux, à contribuer aux plus grands désordres, avec l’amour de l’ordre, à devenir un objet de scandale pour les peuples, avec la seule envie de les édifier, ou bien exposé à se rendre plus criminel pour paroître moins coupable et à renoncer à sa propre estime pour conserver l’estime publique. Cette affligeante position, insupportable à une âme honnête, m’engage à recourir à vous, Monsieur, et à vous supplier de demander à votre auguste assemblée, l’abolition de cette loy monstrueuse qui outrage la nature et la religion. L’éloquence forte avec laquelle vous venez d’exposer et de faire reconnoître les droits de l’homme, oubliés depuis si longtems, m’inspire la douce confiance que vous accueillerez les vœux d’un citoyen patriote, d’un ecclésiastique vertueux qui réclame le premier et le plus cher de tous les droits.24

Un arsenal polémique

  • 25 Nous complétons ici l’étude de cet ouvrage déjà menée par Bernard Plongeron, op. cit., pp. 217-220.

11Le livre de l’abbé Gaudin constitue effectivement un important réservoir d’arguments et de réflexions en faveur de la suppression du célibat ecclésiastique25.

12Dans la préface, l’auteur explique avoir rédigé cet ouvrage pour organiser la défense d’un curé exemplaire, M. A***, condamné à la prison par l’officialité diocésaine après avoir entretenu des relations coupables avec la nièce de sa gouvernante. Le prêtre fautif est peint sous les traits d’une victime des préjugés et de la jalousie conjugués de sa hiérarchie et de ses paroissiens. Pour souligner l’injustice du traitement réservé à ce curé, Gaudin entend démontrer l’inanité du célibat religieux en retraçant son histoire depuis l’Antiquité. Il distingue ainsi trois sortes de célibat : le célibat imposé par la nature, suite à une mauvaise conformation physique - généralement l’impuissance -, le célibat volontaire, fondé « sur la crainte des embarras domestiques ou sur l’amour de la vie tranquille », et, enfin, le célibat religieux, « par lequel on prétend honorer une divinité ». C’est de ce dernier type de célibat que l’auteur veut prouver l’inutilité, voire le danger.

  • 26 Jacques Gaudin, op. cit., p. 9.

13Selon lui, l’histoire apporte la preuve que le célibat fut toujours mis en exergue dans les sociétés décadentes : « Une observation qui m’a toujours frappé en lisant l’histoire, c’est que le célibat s’accrédite chez toutes les nations à mesure que les mœurs s’y détériorent »26. Gaudin démontre dans la première partie de son livre que les sociétés païennes n’encouragèrent jamais le célibat. Chez les Grecs, il n’aurait été pratiqué que chez certaines prêtresses, comme la pythie de Delphes, et chez les philosophes aux mœurs dépravées, en particulier les pythagoriciens. Si les Romains louèrent toujours le mariage, le célibat se serait peu à peu diffusé dans la société avec la décadence de l’empire. La lecture de l’Ancien Testament révèle que les Juifs condamnaient le célibat et valorisaient le mariage, à l’exception de quelques sectes d’illuminés. Pour Gaudin, la conclusion était évidente, la pratique du célibat est un héritage de païens décadents :

  • 27 Ibid., p. 66.

N’est-il pas à craindre que ce respect, que nous croyons donner à des préceptes divins, ne trouve en effet qu’à consacrer les fantaisies des hommes et que nous ne soyons les sectateurs de Pythagore ou de quelques juifs obscurs lorsque nous imaginons être les vrais disciples de Jésus-Christ ?27

  • 28 Ibid., pp. 401-402.

14L’étude de l’Évangile démontre d’ailleurs qu’il n’est fait nulle part mention d’un quelconque devoir de continence et les épîtres de saint Paul révèlent clairement que la plupart des apôtres étaient mariés et que le célibat n’a jamais été exigé d’eux. Gaudin établit au contraire que ce furent les hérétiques qui pratiquèrent le célibat au cours des premiers siècles de l’Église, avant d’être imités par les moines. Ceux-ci font l’objet des plus vives critiques de la part de l’auteur, qui finit même par réclamer la fermeture des couvents28.

  • 29 Ibid., pp. 336-339 et 373.

15Le célibat ecclésiastique a été officiellement instauré par la décrétale du pape Sirice, en 385 (ou 386). L’abbé Gaudin considère cette décision comme purement temporelle et non religieuse, puisqu’elle n’a aucun rapport avec l’Évangile. S’ensuit une violente diatribe contre le Saint-Siège, accusé d’avoir imposé le célibat pour consolider son autorité despotique sur le clergé par le moyen des biens de l’Église que les papes pouvaient ainsi plus facilement s’approprier pour doter leurs protégés et se créer ainsi un patrimoine « volant », non soumis aux contraintes de l’héritage. Ainsi, selon Gaudin, si le concile de Trente n’a pas rétabli le mariage des prêtres, c’est parce que Pie IV pensait que cela « les détacheroit en même tems de la dépendance où ils étoient du Saint-Siège et que, leur permettre de se marier, se seroit autant que détruire la hiérarchie et réduire le pape à n’être qu’évêque de Rome »29.

  • 30 Ibid., pp. 316-320 et 355-358

16Cet exposé de l’histoire du célibat s’appuie également sur de nombreux exemples de clercs scandaleux, qui tendraient à prouver que le célibat imposé conduit souvent à la débauche et au libertinage30. Gaudin s’essaie même à une mise en perspective critique de l’histoire de l’Église catholique, replaçant le célibat parmi d’autres pratiques qu’il juge ineptes ou dangereuses :

  • 31 Ibid., p. 221.

Chaque siècle a eu ses dogmes favoris ou, si vous aimez mieux, sa folie dominante, qui, tant qu’elle a subsisté, a éclipsé toutes les autres pratiques, jusqu’à ce qu’une autre plus nouvelle soit venue usurper le premier rang. Ainsi, on vit régner successivement dans l’Église les austérités et la continence des premiers moines, le zèle pour les reliques, la fureur des pèlerinages, puis les croisades, la mendicité, les disciplines et toutes ces autres méthodes, ou cruelles ou bizarres, qui n’annoncent que notre extravagance, mais dont on s’est avisé de faire autant de manières d’honorer la Divinité.31

17Pour Gaudin, l’étude de l’histoire de l’Église prouverait ainsi de manière incontestable que le célibat ecclésiastique n’a été qu’une institution imposée par la hiérarchie, sans aucun antécédent dans les Écritures.

  • 32 Le droit naturel désigne ici l’ensemble des droits attribués par Dieu aux hommes, perceptibles uniq (...)

18Au-delà de ces exemples historiques, l’argumentation de l’abbé Gaudin repose également sur la théorie du droit naturel moderne32 qui le conduit à considérer le célibat comme contre-nature et anti-social.

  • 33 Ibid., pp. 246-248.

La liberté du mariage étant de droit naturel, qui peut penser qu’aucune autorité sur la terre ait le droit de la détruire ? L’homme ayant reçu ses facultés de la Nature, les loix peuvent bien en régler l’usage, mais non pas les anéantir, à moins qu’il n’ait mérité de les perdre par quelque crime. Mais, tant qu’il persévère en son innocence, sa personne est libre et sacrée. Pourvu qu’il se renferme dans les bornes qui lui sont prescrites, il peut jouir de tous les droits qui sont attachés à son espèce et il n’y a pas moins d’injustice à lui défendre de se reproduire qu’à lui refuser la permission de se nourrir et de se vêtir […]. La Nature ne se fait pas au gré de nos institutions. Il semble même qu’elle acquiert de nouvelles forces à proportion des obstacles qu’on lui oppose. Si, comme toutes les autres vertus, la chasteté ne consiste pas seulement dans des actes extérieurs, mais réside dans le cœur et dans la volonté, que gagne-t-on par ces défenses indiscrètes ? Le corps peut bien demeurer chaste, grâce à la contrainte où on le retient, mais le cœur reste encore plus souvent livré à des feux impurs. On sait combien l’inexpérience allume l’imagination. Il suffit qu’un plaisir soit hors de notre portée pour lui prêter mille charmes secrets, dont on n’est désabusé qu’après la jouissance. Pourquoi ceux de l’amour seroient-ils moins sujets à cette illusion ? Aussi remarque-t-on que les célibataires ont, en général, l’imagination plus souillée et le propos plus libertin que les gens mariés. Je n’excepte pas même nos ecclésiastiques de cette règle et le seul exemple de nos casuistes en est une bonne preuve, eux dont la curiosité, toujours inépuisable sur ce chapitre, se plaît tant à mettre au jour les secrets du lit nuptial, à imaginer à plaisir des monstres qui n’ont jamais existé et à salir leurs ouvrages de plus d’ordures que toute la licence des passions ne pourra jamais en produire.33

  • 34 Ibid., pp. 381-382.

19En conséquence, le vœu de chasteté est nul et non avenu, puisqu’il est impossible à respecter, de par la nature même de l’homme. Gaudin estime donc que l’abolition du célibat religieux est réclamée à la fois par la nature, « qui semble avoir imposé pour première dette à chaque être l’obligation de produire son semblable », par la raison, « qui nous dit qu’une pratique diamétralement opposée aux grandes fins de la Création ne put jamais honorer le Créateur », par l’expérience des désordres inévitables engendrés par un célibat non consenti, par l’intérêt de l’État et par l’intérêt de la religion, « si souvent décriée par les vices de ses ministres » 34. Ainsi, la permission du mariage des prêtres ne doit pas être conférée par le Saint-Siège, mais par le pouvoir temporel. Le mariage est avant tout un contrat civil, passé devant l’État et qui ne concerne que l’État, ce qui rend caduc le vœu de célibat des prêtres

  • 35 Ibid., p. 406.

C’est à la puissance civile à prescrire la forme des mariages, à juger des empêchements qui rendent inhabile à les contracter, à les changer, à les modifier, selon que l’intérêt de l’État le demande ; et le partage de l’Église est de consacrer, par ses rites extérieurs et d’accompagner de ses grâces la forme que la puissance civile a choisi. Il n’y a donc point de doute que tous les souverains catholiques n’eussent le droit de rendre au clergé de leurs États la permission de se marier, qui lui a été enlevé par les papes.35

  • 36 Bernard Plongeron, op. cit., p. 218.

20Le droit naturel constitue ainsi l’argument le plus définitif en faveur de l’abolition du célibat des prêtres, puisqu’il est destiné, par son évidence, à clore toute discussion à caractère historique ou théologique. Gaudin en vient donc à revendiquer la sécularisation du lien matrimonial, comme le fit avant lui l’abbé Quesnel dans son Mémoire théologique et politique au sujet du mariage clandestin des protestants en France (1755). Ceci malgré les mises en garde pontificales exprimées dans le bref Post factum tibi de 1763, qui seront renouvelées dans le bref Ad episcopum Motulensem de 1788. Les députés français de la Constituante et de la Législative n’ont rien inventé. L’idée d’un mariage civil ne surgit pas du néant en 1791-1792 ; cette question était déjà l’objet de controverses depuis le milieu du XVIIIe siècle. Comme le souligne Bernard Plongeron, « la critique de l’aufklärung [utilisée par Gaudin] l’amènera, au cours du livre, à doter l’anthropologie, esquissée par son prédécesseur Desforges, d’une éthique sécularisatrice, propre à informer le mental révolutionnaire »36.

21Gaudin expose également à plusieurs reprises les avantages du mariage dans la vie quotidienne du prêtre. Très concrètement, et partant du principe que l’emploi du temps du curé laisse beaucoup de temps à l’oisiveté , il considère que le mariage doit permettre aux curés d’exercer des loisirs honnêtes :

  • 37 Jacques Gaudin, op. cit., pp. 241-243.

En voyant le désœuvrement de notre clergé, qui n’a pas désiré plusieurs fois, autant par compassion pour lui que par zèle pour la patrie, que des travaux honnêtes ou des soins domestiques puissent remplir ces longs intervalles de loisir, si fréquents dans leur état et si souvent à charge à la société et à eux-mêmes […]. En effet, les devoirs du culte ne retiennent pas longtems, le bréviaire lui-même, quoiqu’inventé exprès pour leur créer quelque occupation, ne sauroit remplir, à beaucoup près, tous les vides de la journée. À quoi les employeront-ils ? Cette tâche dégoûtante, de répéter sans cesse des formules que la plupart n’entendent point, demande-t-elle seule quelque délassement. Il est vrai que, pour amuser ce loisir, on leur a tracé, dans un jargon mystique, des devoirs absurdes ou impraticables […]. Mais que gagne-t-on par là ? On hébète les uns, on décourage les autres ; on ne leur laisse d’autre alternative que l’ennui ou l’imbécillité. En les privant de tous les plaisirs permis, on les force d’avoir recours à ceux qui sont illégitimes.37

22Gaudin termine son livre en souhaitant que le mariage des prêtres puisse instaurer un clergé « familial », où « chaque famille d’ecclésiastiques deviendroit une espèce de séminaire », les fils prenant la relève de leur père et s’intégrant au mieux avec les paroissiens au milieu desquels ils ont grandi.

23Si elle ne reflète pas l’opinion de la grande majorité des curés, l’intervention impromptue de l’abbé Souchon au sein de l’assemblée des trois ordres de la sénéchaussée de Lyon en 1789 révèle néanmoins l’existence d’idées favorables au mariage des prêtres, diffusées par le biais d’ouvrages tels que celui de l’abbé Gaudin, connu à Lyon et dans les environs. Si les arguments « classiques » des partisans de l’abolition du célibat ecclésiastique, tirés de l’Écriture - le plus souvent d’après les épîtres de saint Paul - et de l’histoire de l’Église, sont toujours présents, l’incompatibilité du célibat avec le droit naturel devient l’argument décisif. Contre nature, la loi du célibat ne peut être qu’abrogée. Mais si la prise de parole du printemps 1789 a été l’occasion pour certains prêtres de manifester leur volonté de voir disparaître cette institution, ils restent très isolés et ne se font guère entendre dans le public. En outre, la question est loin d’être à l’ordre du jour. Elle pourra éventuellement le devenir lorsque la Constituante entreprendra de réformer l’Église de France.

La Constitution civile du clergé et le mariage des prêtres.
Le débat à Lyon

  • 38 Marcel Dommanget, « Robespierre et les cultes », dans Annales historiques de la Révolution français (...)

24Le décret du 13 février 1790 qui abolit les vœux monastiques fut l’occasion de reprendre le débat sur la question du célibat ecclésiastique. Si l’on interdit les vœux perpétuels du clergé régulier, ne serait-il pas possible de faire de même pour le vœu de chasteté du clergé séculier ? Le 31 mai 1790, lors des discussions sur la Constitution civile du clergé à l’Assemblée nationale, Robespierre demanda ainsi que les prêtres fussent unis à la société par un lien plus étroit, sous-entendu celui du mariage. Ses collègues éludèrent sa proposition et l’Assemblée décida de maintenir le célibat ecclésiastique 38.

  • 39 Céline Cancel, Citoyenneté et Révolution. Le Courier de Lyon et la vie politique locale de 1789 à 1 (...)
  • 40 Courier de Lyon ou Résumé général des Révolutions de France, tome III, n°49, 26 février 1790, pp. 4 (...)

25À Lyon, le débat fut porté devant le public dès la fin du mois de février 1790, dans les colonnes du Courier [sic] de Lyon, le journal de Luc-Antoine Champagneux. Soutenue financièrement par Jean-Marie Roland et lue par la bourgeoisie lyonnaise favorable à la Révolution, cette feuille quotidienne se proposait d’« éduquer » ses lecteurs en leur proposant notamment des débats d’idées sur les grandes questions politiques, économiques et sociales du moment. Champagneux publiait ainsi la plupart des lettres qu’il recevait afin d’engager le débat, qui se terminait toujours dans un sens favorable à la Révolution, mais qui permettait la libre confrontation des idées, nécessaire à l’instruction du lecteur39. Après avoir rendu compte d’une motion faite dans un district de Paris en faveur du mariage des prêtres, la feuille du 26 février 1790 contient un exposé des arguments favorables au maintien du célibat ecclésiastique40. L’auteur de ce texte insiste particulièrement sur les inconvénients concrets et quotidiens de l’entretien d’une famille par un curé. Le salaire que prévoit de lui octroyer l’État ne sera pas suffisant pour soutenir une famille. Son épouse risque de transformer le presbytère en « centre des rapports et des caquets propres à fomenter la jalousie et la division » et de faire assaut de coquetterie avec les femmes dissipées de la paroisse. D’autre part, en cas de décès prématuré, sa veuve et ses enfants pourraient facilement tomber dans la misère, puis, bien souvent, dans la débauche.

  • 41 Ibid., tome IV, n° 21, 25 mars 1790, pp. 169-171.

26Un mois après, le numéro du 25 mars 1790 publie une lettre d’un lecteur anonyme, datée du 18 mars 1790, « des rives de la Loire »41. Cette fois-ci, c’est le célibat ecclésiastique qui est contesté. Le premier argument mis en avant est là encore celui du droit naturel :

La nature s’élève avec toute la majesté de ses droits et de sa douleur pour réclamer le mariage des prêtres. Les deux sexes ont une pente naturelle qui les porte à s’unir. Les lévites sont pétris du même limon, sont organisés comme les autres hommes. Les sages législateurs qui rétablissent les droits de l’homme ne peuvent donc s’empêcher de rétablir la nature dans les siens

27On retrouve à la suite l’ensemble des arguments rassemblés par l’abbé Gaudin : les apôtres étaient mariés, les prêtres des premiers siècles de l’Église l’étaient aussi, le mariage vaut mieux qu’un célibat « crapuleux » et ne peut qu’occuper honnêtement les loisirs d’un curé, trop souvent porté à « gobelotter avec les laboureurs ».

  • 42 Ibid., tome IV, n° 34, 9 avril 1790, pp. 281-282. Il s’agit vraisemblablement de Jean Roure, né à L (...)

28La réponse ne se fait guère attendre. Le 9 avril 1790, Champagneux publie les arguments en faveur du célibat présentés par l’abbé Roure, à la demande pressante de ce dernier42. Lui aussi utilise des arguments historiques, citant l’exemple du Christ et des apôtres, ainsi que les conciles prohibant le mariage des ecclésiastiques. Aux exigences de la nature, il oppose la raison et la politique :

Si l’on consulte la raison, elle ordonne à la chair d’obéir à l’esprit, au corps d’être soumis à l’âme. Elle prescrit, par conséquent, la vertu de continence. La politique est d’accord avec la raison. Nos finances épuisées veulent qu’on ne multiplie pas, sans raison, les personnes publiques qui vivent aux dépens de l’État 

  • 43 Ibid., tome VI, n°12, 14 juillet 1790, p. 101.
  • 44 Archives parlementaires, t. XVII, p. 175

29Il s’attaque également à ce qui apparaît comme l’argument à la fois le plus curieux et le plus discutable de Gaudin et de ses continuateurs : le mariage en tant que saine occupation du loisir des prêtres. L’abbé Roure s’insurge contre cette affirmation, énumérant les multiples tâches du curé qui, s’il est consciencieux, n’aurait aucun loisir à consacrer à la vie de famille. Mais Champagneux, à son habitude, tranche le débat, ici en faveur du mariage des prêtres. À la suite des propositions de l’abbé Roure, il rend hommage à ses « intentions pures », tout en mettant en doute le pragmatisme de ses propositions : « Nous convenons avec lui que la continence est une vertu sublime, mais n’est-elle pas trop souvent au-dessus des forces de l’humanité ? ». Le 14 juillet 1790, Champagneux rend compte d’un ouvrage intitulé La chasteté du clergé dévoilée, qui est un recueil de procès-verbaux de police concernant les ecclésiastiques parisiens trouvés chez des prostitués à Paris. Pour le journaliste, il s’agit d’un argument irréfutable en faveur du mariage des prêtres, que le célibat conduit trop souvent au libertinage et à la débauche43. Si le Courier de Lyon finit par pencher en faveur de l’abrogation du célibat ecclésiastique et contribue ainsi à rendre l’idée défendable au sein des élites lyonnaises, le débat a tout de même révélé la persistance d’avis opposés qui ne craignent pas de s’exprimer publiquement. Pourtant, en juillet 1790, la question perdait de son importance. Le 17 juillet, l’Assemblée reçut une pétition « d’un grand nombre d’ecclésiastiques et de curés pour l’abolition du célibat des prêtres », mais passa à l’ordre du jour44. Les députés avaient déjà tranché, la Constitution civile du clergé respectera l’institution du célibat ecclésiastique.

Le décret du 27 août 1791 ou la porte ouverte au mariage des prêtres

  • 45 [Abbé Cournand], Le mariage des prêtres ou Récit de ce qui s’est passé à trois séances des assemblé (...)
  • 46 Pierre de La Gorce, Histoire religieuse de la Révolution française, Paris, Plon, 1919, vol. III, pp (...)

30Si le débat s’assourdit à Lyon à la fin de l’année 1790, la question revient sur le devant de la scène à Paris, avec l’abbé Cournand, ancien oratorien, qui présenta en septembre 1790, mais sans succès, une motion favorable à la suppression du célibat ecclésiastique devant l’assemblée du district de Saint-Étienne-du-Mont45. Dans l’Aube, le 27 janvier 1791, l’abbé Dubourg, curé de Saint-Benoît-sur-Seine, reprend la même thèse devant la Société des Amis de la Constitution de Troyes. Ainsi, si la Constitution civile du clergé ne prévoit pas le mariage des prêtres, ses partisans ne désarment pas et présentent leurs arguments devant ces relais de l’opinion publique que sont devenus les clubs. Mais l’Assemblée Constituante s’oppose toujours à une modification de la loi célibataire. Le 10 mai 1791, le Comité ecclésiastique répond au curé de Saint-Paul de Paris qu’il avait le devoir de refuser son ministère à un prêtre qui désirait se marier et lui avait demandé de publier ses bans46.

  • 47 Il le sera par la loi des 20-25 septembre 1792. Depuis les décrets des 19 juillet et 19 août 1792, (...)

31Le décret du 27 août 1791 stipule que « la loi ne considère le mariage que comme un contrat civil ». Il est possible de se marier tout à fait légalement en dehors de l’Église par le moyen d’un contrat ; on distingue désormais le mariage civil du mariage religieux, même si le contrat civil de mariage n’est pas encore institué 47. Ce décret offre néanmoins aux prêtres la possibilité de se marier en dehors du cadre de l’Église.

  • 48 Louis Charrier de La Roche, Examen du décret de l’Assemblée constituante du 27 août 1791, où l’on t (...)

32Plusieurs dignitaires de l’Église constitutionnelle, partisans du célibat ecclésiastique, s’émeuvent des graves conséquences ecclésiales que pourrait avoir ce décret. Ce danger est dénoncé par l’un des meilleurs canonistes du clergé constitutionnel, Louis Charrier de La Roche (1738-1817), qui venait de quitter son siège épiscopal de Rouen, auquel il avait été élu au début de l’année 1791, en raison de l’aggravation des tensions religieuses dans son diocèse qu’il espérait apaiser par sa démission. Ancien curé de la paroisse Saint-Martin-d’Ainay de Lyon, il partageait désormais son temps entre Paris, Lyon et sa propriété de Juliénas dans le Beaujolais. Il se mit donc à écrire à la fin de l’année 1791 un examen du décret du 27 août 1791, afin de dénoncer les dangers de l’instauration d’un mariage civil. Ce mémoire parut au début de l’année 1792 à Paris, chez Leclère, le libraire officiel de l’Église constitutionnelle48.

33Pour Charrier, le décret du 27 août, non seulement encourage, mais autorise légalement le divorce et le mariage des prêtres. Désormais, le sacrement est séparé du contrat civil, comme le réclamait l’abbé Gaudin. Les prêtres qui le désirent pourront se marier sans passer devant l’autel, « sans crainte d’être punis d’un pareil attentat par la puissance ecclésiastique, qui ne trouve plus de protection dans la puissance séculière ». Car Charrier dénonce aussi dans ce mémoire l’amorce par ce décret d’une certaine divergence entre l’État et l’Église, qui signifie à plus ou moins long terme la caducité de la Constitution civile du clergé. L’ancien évêque de Rouen rappelle alors l’État à ses engagements vis-à-vis de l’Église :

  • 49 Ibid., p. 23.

La loi, dit-on encore, se borne à ne pas défendre le mariage des prêtres, mais cette indifférence n’est pas suffisante. Elle ne doit pas autoriser le célibat en permettant d’en violer le précepte. Elle n’ordonne pas non plus d’assister le dimanche à la messe. Cependant, cela n’empêche pas que la loi de l’Église l’ordonne, comme elle défend le mariage à ses ministres, et l’État doit favoriser l’exécution de l’un et de l’autre commandement.49 

34Charrier suggère donc de modifier ce décret au plus vite, car certains prêtres sont sur le point de se marier et ce scandale doit absolument être évité : il en va de la respectabilité et de la crédibilité aussi bien de l’Église que de l’État.

  • 50 Pierre de La Gorce, op. cit., pp. 44-45.
  • 51 T. de Morembert, loc. cit., col. 708. Le mariage de l’abbé Gaudin semble avoir également été précip (...)
  • 52 Philippe Sagnac, op. cit., p. 281.
  • 53 Serge Bianchi, « Les curés rouges dans la Révolution française », dans Annales historiques de la Ré (...)

35Les craintes de l’ancien curé d’Ainay étaient justifiées car plusieurs prêtres s’étaient effectivement précipités dans le brèche juridique ouverte par le décret du 27 août. Le premier à franchir le pas semble être l’abbé Cournand qui se rendit le 24 septembre 1791 devant le secrétariat de la municipalité de Paris, accompagné de sa future épouse, de ses deux enfants, de sa future belle-mère et de cinq témoins. Il présenta un contrat de mariage, signé par ses témoins, dont la municipalité dressa procès-verbal, reconnaissant ainsi la validité de son mariage. Il fut bientôt imité par plusieurs autres ecclésiastiques de Paris et de province50. Parmi eux, on retrouve l’abbé Jacques Gaudin, élu curé des Sables-d’Olonne, sa ville natale, quelques mois auparavant, avant de devenir grand vicaire de l’évêque constitutionnel de Luçon, et qui mettait dorénavant sa conduite en conformité avec ses opinions51. Ces démarches ne furent pas condamnées par l’Assemblée nationale qui s’acheminait au contraire vers une certaine tolérance. Le 10 septembre 1791, les députés autorisèrent les anciennes religieuses qui se mariaient à conserver l’intégralité de leur pension et, le 19 octobre suivant, le député Delaunay présentait une pétition des administrateurs du département de Maine-et-Loire demandant à l’Assemblée de conserver son traitement à un ci-devant bénéficier qui venait de convoler. Malgré les protestations de Le Coz, évêque constitutionnel d’Ille-et-Villaine, l’Assemblée passa à l’ordre du jour, reconnaissant implicitement le droit des prêtres à se marier sans perdre leur traitement, puisque aucune loi ne s’y opposait 52. Le mariage des prêtres fut alors largement encouragé en province par La Feuille villageoise, périodique d’inspiration girondine, qui possédait alors un des plus forts tirages de la presse révolutionnaire, comptant jusqu’à 15 000 abonnés en 1792. Destiné à l’éducation du peuple des campagnes, ce journal était surtout lu et diffusé par les curés constitutionnels qui constituaient plus de la moitié de ses correspondants. À partir de septembre 1791, La Feuille villageoise ne cesse de publier des articles favorables au mariage des ecclésiastiques, avant d’établir une véritable rubrique matrimoniale du clergé français, encourageant ainsi bon nombre de prêtres à contracter les liens de l’hymen 53.

Le mariage du curé de Mornand

  • 54 Archives départementales du Rhône, 1 L 1106 : Copie de la prestation de serment d’Antoine Franchet, (...)
  • 55 Étienne Fournial, « Le mariage du curé de Mornand (1791) », dans Etudes foréziennes, t. VII, 1975, (...)

36Antoine Franchet, curé de Mornand, dans le district de Montbrison, fut le premier prêtre du diocèse de Rhône-et-Loire à profiter du décret du 27 août pour se marier. Curé de Mornand depuis 1770, après des études au séminaire Saint-Charles de Lyon, il avait prêté le serment à la Constitution civile du clergé le 28 novembre 1790, puis une seconde fois le 9 janvier 179154. Le 8 novembre 1791, il se rendit devant le Conseil général de la commune de Mornand et il fit dresser procès-verbal de la présentation de son contrat de mariage avec Antoinette Dufai, sa gouvernante, avec laquelle il vivait maritalement depuis le 17 janvier 179055.

37Le contrat de mariage, recopié dans le registre d’ordre de la municipalité, est en fait une justification rédigée par Franchet lui-même. Comme les autres partisans du mariage des prêtres, il se fonde à la fois sur la théorie du droit naturel et sur l’histoire de l’Église. Le contrat de mariage du curé de Mornand contient ainsi une histoire du célibat ecclésiastique, démontrant que cette loi a été imposée seulement depuis 385, avec la décrétale de Sirice, et qu’elle a connu de nombreuses infractions par la suite. Si Franchet ne cite pas l’ouvrage de l’abbé Gaudin, bien que de nombreux emprunts soient probables, il se réfère néanmoins aux Conférences d’Angers, dans leur édition de 1743, desquelles il tire un certain nombre d’exemples historiques à son profit. Mais son principal argument reste celui du droit naturel, qui condamne explicitement le célibat ecclésiastique. Selon lui, cette loi est « anti-naturelle », donc « anti-chrétienne ». Pour asseoir son propos, il n’hésite pas à se citer en exemple. Il explique ainsi longuement à ses paroissiens que s’il changeait souvent de gouvernantes et s’il les traitait durement, c’était un moyen pour lui de ne pas succomber à la concupiscence. Il en vient même à donner les détails les plus intimes sur ses sentiments et les raisons qui l’ont conduit à épouser Antoinette Dufai :

  • 56 Ibid., pp. 137-138. Leur premier fils, Pierre-François, naîtra effectivement le 29 janvier 1792.

« Étant donc parvenu à un âge [49 ans] où ma faible santé me rend indispensable les secours d’une personne qui s’attache à moi, ne pouvant plus me passer d’une domestique ou changer comme je le faisais pour éviter la fornication indigne de l’honnête homme, ayant inutilement essayé d’engager à mon service de vieilles femmes dont j’étais content, mais qui se laissaient persuader que, tôt ou tard, j’aurais vis-à-vis d’elles le même air que les jeunes avaient éprouvé sans en savoir la cause, enfin bien résolu de ne plus être sévère à un cœur bienfaisant qui a souffert patiemment ma sévérité forcée pendant trois ans de suite, je me suis empressé de profiter des succès assurés de la Révolution pour me pourvoir consciencieusement d’un contrat secret naturel et sacramentel, afin de rendre matrimoniale et légitime devant Dieu la cohabitation à laquelle je craignais d’en venir. Ça été le dix-sept janvier mil sept cent quatre-vingt-dix, fête de saint Antoine, mon patron et celui de mon épouse, que nous avons fait l’un et l’autre le contrat de précaution et, dans le mois de mai dernier [1791] seulement, nous en sommes venus à l’acte marital qui nous a réussi ».56

38Franchet considère donc son mariage hors de l’Église comme parfaitement valide, car, à la fois « naturel et sacramentel », il est légitime devant Dieu. La Révolution lui a permis de passer à l’acte, sans craindre le châtiment de sa hiérarchie. Son contrat contient en effet certains accents richéristes qui l’amènent à dénoncer la malfaisance du haut-clergé d’Ancien Régime, ces « prélats dominateurs et […] leurs émissaires toujours en éveil contre quelques pauvres vicaires sans défense ». Espérait-il que l’évêque constitutionnel de Rhône-et-Loire et son conseil seraient plus tolérants ? Ce ne fut pas le cas.

  • 57 B.M.L. (Fonds général), Ms. 806, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par l’abbé Duret, f (...)
  • 58 Ibid., f° 296, verso.
  • 59 Pour M. le curé. Extrait des registres des délibérations du Conseil de M. l’évêque métropolitain du (...)
  • 60 Henri Grégoire, Histoire du mariage des prêtres en France, particulièrement depuis 1789, Paris, Bau (...)
  • 61 Pierre de La Gorce, op. cit., p. 46.

39Le 3 janvier 1792, Franchet se marie religieusement dans l’église de Mornand, grâce à l’assistance de Gilles Durand, curé constitutionnel de Saint-Pierre de Montbrison. Les paroissiens se divisent sur la question et le village devient le théâtre d’affrontements violents entre partisans et adversaires du curé 57. L’affaire parvient alors aux oreilles du Conseil épiscopal de Rhône-et-Loire, qui envoie deux de ses membres enquêter à Mornand58. L’évêque, Adrien Lamourette, député de Lyon à l’Assemblée Législative, était alors à Paris et son conseil administrait le diocèse en son absence. Dans sa séance du 15 février 1792, le Conseil épiscopal condamne formellement le mariage d’Antoine Franchet, comme « une infidélité monstrueuse à l’engagement volontaire et solennel de garder la chasteté perpétuelle » et déchoit le curé de Mornand de ses fonctions sacerdotales. Quant à ses paroissiens, ils sont menacés d’anathème en cas de soutien au pasteur « scandaleux ». Il est également rappelé que l’Assemblée Nationale n’a jamais entendu porter atteinte à la discipline ecclésiastique, ce qui signifie que le décret du 27 août 1791 ne doit pas être pris comme prétexte pour le mariage des prêtres. Cette délibération est imprimée et envoyée à tous les curés du diocèse afin qu’ils n’ignorent pas les dispositions du Conseil épiscopal vis-à-vis du célibat ecclésiastique59. Les vicaires épiscopaux de Lamourette respectaient en cela la « ligne » de l’Église constitutionnelle qui entendait rester ferme sur la question du mariage des prêtres. Ainsi, à Blois, le Conseil épiscopal de Grégoire destitua l’abbé Tollin, lui-même vicaire épiscopal, qui avait publié un opuscule favorable à l’abolition du célibat religieux60. De même, Fauchet, évêque du Calvados, et Gratien, évêque de Seine-Inférieure, successeur de Charrier de La Roche, condamnèrent publiquement le mariage des prêtres et menacèrent les contrevenants de destitution61.

  • 62 Lettre de l’abbé Franchet à son beau-frère, Pierre Portier (4/7 janvier 1792), dans Étienne Fournia (...)
  • 63 Réponse du citoyen Franchet, curé de Mornand, à un ami sur le mariage des prêtres, Lyon, Revol, 179 (...)

40Antoine Franchet n’accepta pas la décision du Conseil épiscopal et, fort de son bon droit, décida de porter l’affaire devant le public par le moyen de l’imprimé. Dans une lettre à son beau-frère du mois de janvier 1792, il l’informe que ses arguments en faveur du mariage des prêtres ont déjà été imprimés en évoquant ses « écrits assez publiés », qui n’ont pas encore « pu persuader quelques esprits séduits par certains ignorants qui mêlent tout le noir de la méchanceté au vernis de leur fourberie soi-disant religieuse »62. Ces premières publications de Franchet, probablement limitées à une diffusion locale, ne nous sont pas parvenues. Il est probable qu’il soit l’auteur de la lettre favorable au mariage des prêtres parue dans le Courier de Lyon du 25 mars 1790, expédiée depuis les « rives de la Loire », la paroisse de Mornand étant située à quelques kilomètres de ce fleuve. Mais rien ne permet de l’affirmer avec certitude si ce n’est une certaine similitude dans l’argumentation. En revanche, en mars 1792, pour répondre à la délibération du Conseil épiscopal de Rhône-et-Loire, il fait imprimer à Lyon une justification de sa conduite, intitulée Réponse du citoyen Franchet, curé de Mornand, à un ami, sur le mariage des prêtres63. Ce texte, qui fait toujours appel au droit naturel du mariage, renferme une histoire du célibat ecclésiastique, reprenant, de façon plus étoffée, celle présentée dans son contrat de mariage, se référant toujours aux Conférences d’Angers. Les « prélats enrichis » sont dénoncés comme étant les véritables promoteurs du célibat, destiné à asservir le bas clergé. Franchet termine son exposé en flétrissant « l’autorité arbitraire » du Conseil épiscopal dont la délibération est qualifiée d’« avis séditieux ».

  • 64 Archives municipales de Lyon, 0305 WP 011 1 : Mémoire de l’abbé Franchet sur le mariage des ecclési (...)

41Le 3 avril 1792, Franchet poursuit son offensive contre le Conseil épiscopal et expédie un long mémoire justificatif manuscrit à la municipalité de Lyon64. Dans la lettre d’envoi, il explique avoir adressé un autre exemplaire de ce mémoire à Pierre Dubouchet, maire de Montbrison, et à Jean-Baptiste Dupuy, député de Rhône-et-Loire à la Législative, afin qu’il le transmette à son collègue Adrien Lamourette, député-évêque du département. Franchet demande en outre à la municipalité de Lyon de bien vouloir faire imprimer son mémoire et de le diffuser dans le département pour réparer le tort que lui infligea la délibération du Conseil épiscopal.

  • 65 Première épître à Timothée, chapitre 3, versets 2 à 5 et épître à Tite, chapitre 1, versets 5-6 (Ja (...)
  • 66 Ibid., pp. 144-145.

42Le mémoire de Franchet commence par une énumération d’articles de la Déclaration des droits de l’homme - les articles 2, 3, 4, 6, 7, 8 et 10 - et de la Constitution, dont l’article 7 du titre II - « la loi ne considère le mariage que comme contrat civil »-, propres, selon lui, à justifier légalement le mariage des prêtres. Le curé de Mornand poursuit sa justification en déniant toute autorité aux vicaires épiscopaux de Rhône-et-Loire qui ne posséderaient qu’un avis consultatif, et en certifiant que seul l’évêque aurait le pouvoir de le destituer. Il en appelle donc au jugement d’Adrien Lamourette, dont il ne doute qu’il se rangera à ses arguments. Franchet se livre ensuite à un long examen de la licité du célibat ecclésiastique à travers l’histoire de l’Église. L’inspiration de Gaudin est ici beaucoup plus visible. Les citations de saint Paul sont quasiment identiques65, on retrouve l’histoire des « femmes-sœurs » qui accompagnaient les apôtres66, le jugement sur la décrétale de Sirice, ainsi que la théorie de la nullité du vœu de chasteté considéré comme « contre-nature ». La dénonciation du « despotisme épiscopal » d’Ancien Régime, chère à Franchet, s’expose ici à toutes les pages, comme unique source du maintien actuel du célibat ecclésiastique. Le curé de Mornand se présente également comme un précurseur auprès de ses confrères.

« Quelle loi vicieuse a jamais été annihilée avant que le législateur se soit apperçu qu’on la méprisait et qu’elle tombait en désuétude ? Or pour établir cette désuétude il faut bien que quelqu’un commence et qu’il ait le courage de s’exposer comme saint Paul à devenir anathème pour ses frères (Rom., 9.). Mais ce qui nous étonnerait, ce serait de savoir qu’au midi de la Liberté française, des vicaires de cathédrales, assemblés en conseil constitutionnel, eussent emprunté les sarcasmes du fanatisme le plus imposteur, le plus méchant, pour blasphémer la vérité en attendant qu’il vienne une loi qui la reconnaisse plus formellement ! Il viendra ce temps, et nous y touchons, où le Français, se dépouillant de ses préjugés comme du vêtement de l’ignorance où il n’est plus, louera mon zèle à provoquer une loi permissive, plus formelle, qui dépeuplerait de moitié le triste hospice des enfants trouvés que des pères dénaturés condamnent au lointain, à l’infamie, à l’indigence ».

43Dans sa lettre d’envoi à la municipalité de Lyon, il se dépeignait également sous les traits de « l’impavide cultivateur » qui prépare sa moisson sous le tonnerre et les éclairs, tandis que les autres préfèrent rester à l’abri.

  • 67 Étienne Brossard, Histoire du département de la Loire pendant la Révolution française (1789-1799), (...)

44Malgré ces recommandations, la municipalité de Lyon ne jugea pas utile de livrer ce mémoire à l’impression et le classa dans ses archives. On ne sait si Adrien Lamourette eût connaissance du mémoire par le biais de son collègue Dupuy. L’abbé Franchet ne fut jamais réhabilité par le Conseil épiscopal et l’évêque de Rhône-et-Loire refusa l’institution canonique à l’abbé Durand pour avoir scandaleusement célébré le mariage du curé de Mornand67. Antoine Franchet poursuivit néanmoins ses activités pastorales, l’évêque n’ayant pas les moyens de faire respecter ses décisions face à une municipalité décidée à protéger son curé et à un diocèse déjà livré à une profonde division religieuse, avec de trop nombreuses paroisses rebelles au pouvoir épiscopal. Mais les prêtres mariés étaient désormais marginalisés, puisqu’ils étaient condamnés à la fois par le clergé constitutionnel et par le clergé réfractaire. Ils attendaient désormais leur salut de l’Assemblée Nationale.

45L’étude de la question du mariage des prêtres dans le diocèse de Rhône-et-Loire permet ainsi de mettre en valeur les trois temps forts qui ont scandé le débat entre 1789 et 1792, aussi bien à Paris qu’en province. Cette adéquation entre le débat « national », à l’Assemblée, et le débat local demanderait d’ailleurs à être vérifié pour les autres diocèses, mais les comparaisons qui ont pu être effectuées vont dans le sens d’une « exemplarité » lyonnaise.

46La prise de parole du bas clergé du printemps 1789 fait ressurgir la question au grand jour. Ces interventions restent néanmoins le fait de prêtres isolés, comme l’abbé Souchon, causes de scandale pour la plupart de leurs confrères, mais qui peuvent rencontrer un meilleur écho auprès de certains laïcs. Néanmoins, le contexte n’était pas très favorable à ce genre de revendications, qui ne pouvaient, aux yeux de beaucoup d’ecclésiastiques, que renforcer l’hostilité déjà grandissante de l’opinion publique vis-à-vis du premier ordre.

47La suppression des vœux monastiques au début de l’année 1790 relance, cette fois de façon plus pertinente, la question du maintien ou non du célibat ecclésiastique, comme le révèle l’existence d’un débat au niveau local dans les colonnes du Courier de Lyon. C’est également en janvier 1790 que l’abbé Franchet décide de se « fiancer » avec sa gouvernante. Mais la Constituante tranche en faveur du maintien de la loi célibataire et met de nouveau un terme aux espérances des partisans du mariage des prêtres. Ceux-ci adhèrent néanmoins à la Constitution civile du clergé, gardant l’espoir d’une réforme prochaine du célibat, ce qui explique que l’on ne retrouve aucun partisan du mariage des prêtres au sein du clergé réfractaire, qui reste, du moins à Lyon, totalement en dehors de la controverse.

48Le décret du 27 août 1791 reconnaissant l’existence d’un mariage civil constitue le troisième temps fort du débat. Certains prêtres passent alors à l’acte et se marient par un contrat civil dès septembre 1791. Le clergé constitutionnel décide de rester ferme et déchoit les prêtres mariés de leurs fonctions sacerdotales. Mais il lui faut maintenant compter avec la puissance civile. En cela, le cas du curé de Mornand est exemplaire, puisque, condamné par le Conseil épiscopal de Rhône-et-Loire, il refuse de céder, grâce au soutien de sa municipalité, et porte l’affaire devant l’opinion publique et les autorités locales.

  • 68 Joseph Camelin, op. cit., p. 316 ; Salomon de La Chapelle, Notice sur l’abbé Laussel, procureur de (...)
  • 69 Pierre de La Gorce, op. cit., pp. 46-50 ; Ruth Graham, « Les mariages des ecclésiastiques députés à (...)

49La question du mariage des prêtres apparaît ainsi très révélatrice de la fracture qui s’opère peu à peu entre l’Église constitutionnelle et le pouvoir civil dès la fin de l’année 1791. Si les évêques constitutionnels refusent de transiger sur la question du célibat ecclésiastique, les autorités locales méconnaissent cette prise de position en enregistrant les contrats de mariage des prêtres désireux de fonder un foyer, tandis que la Convention, qui succède à la Législative en septembre 1792, accélère le processus de reconnaissance légale de cette pratique. L’épiscopat constitutionnel lui-même, sous la pression de l’Assemblée, finit par se diviser sur la question. Le 24 novembre 1792, le député Manuel annonce à la barre de la Convention que Robert-Thomas Lindet, évêque de l’Eure, vient de se marier religieusement dans la paroisse parisienne de Sainte-Marguerite. Dans le diocèse de Rhône-et-Loire, quelques prêtres décident de suivre cet exemple à la fin de l’année 1792, comme l’abbé Teillard qui se marie le 14 novembre 1792 à Beaujeu ou l’abbé Laussel, procureur de la commune de Lyon, qui épouse le 18 décembre 1792 une ancienne religieuse avec laquelle il vivait maritalement depuis plusieurs mois, mais ces cas restent encore isolés68. En avril 1793, Gobel, évêque de Paris, confère l’institution canonique à un prêtre marié, reconnaissant de facto l’abrogation de la loi célibataire au sein de l’Église constitutionnelle. Le 19 juillet 1793, la Convention décrète que les évêques qui apporteraient un quelconque obstacle au mariage des prêtres seraient destitués ou déportés69. À Lyon, Adrien Lamourette est resté fidèle au principe du célibat qu’il continuait d’imposer, dans la mesure de son possible, à son clergé, car il apportait désormais son soutien aux fédéralistes lyonnais, révoltés contre la Convention. La répression de l’insurrection lyonnaise à la fin de l’année 1793 permettra, dans de nouvelles conditions, le mariage des prêtres dans l’ancien diocèse de Rhône-et-Loire. Antoine Franchet ne profita guère de la légitimation de son mariage en tant que curé. L’église de Mornand fut fermée au culte sur ordre du représentant Javogues en décembre 1793 et Franchet, après avoir abdiqué l’état ecclésiastique, termina sa vie sous le Directoire comme instituteur dans le bourg voisin de Moingt.

  • 70 Les études actuelles distinguent la « Terreur parisienne » des « Terreurs provinciales », en soulig (...)
  • 71 Ainsi, à Lyon, Nicolas Jolyclerc, ancien vicaire épiscopal d’Adrien Lamourette, se maria en 1794 et (...)

50Cette étude d’histoire locale permet de poser quelques jalons pour une future étude de synthèse sur le mariage des prêtres pendant la Révolution. Elle offre également la possibilité de mesurer les effets d’un « terreau » local sur l’application de la politique religieuse de la Convention au cours de l’an II, notamment à travers le rôle des municipalités qui ont pu favoriser le mariage des prêtres dès la fin de l’année 1791. Il s’agit ainsi de mieux connaître la part des antécédents locaux, nécessaire à toute bonne compréhension du phénomène terroriste provincial70. Cette étude demande à être poursuivie jusque sous le Directoire, où le célibat des prêtres est de nouveau publiquement remis en cause71. Tout en intégrant les éléments antérieurs du débat, il faut désormais tenir compte de la rupture de l’an II dans le discours des adversaires et des partisans du célibat ecclésiastique à la veille du Concordat de 1801.

Haut de page

Notes

1 État de la question dans Michel Vovelle, 1793. La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Etre suprême, Bruxelles, Complexe, 1988, pp. 133-154.

2 Claude Langlois et T.-J. A. Le Goff, « Les vaincus de la Révolution. Jalons pour une sociologie des prêtres mariés », dans Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française. Actes du colloque Mathiez-Lefebvre (1974), Paris, 1978, pp. 281-312. À compléter par Ruth Graham, « The married nuns before Cardinal Caprara. A sociological analysis of their petitions », dans Bernard Plongeron (dir.), Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Turnhout, Brepols, 1988, pp. 321-331.

3 Le décret du 25 brumaire an II (15 novembre 1793) stipulait que tout prêtre qui se mariait, fut-il insermenté, échapperait à la déportation. Le mariage fut ainsi la seule alternative à la mort pour bon nombre d’ecclésiastiques arrêtés pendant la Terreur.

4 Archives départementales du Rhône, 4 G 28 : procédure contre Étienne Gros-Molard, curé de Mions en Dauphiné (1727) ; procédure contre l’abbé Nicolet, curé de Crept (1737) ; 4 G 29 : procédure contre Philippe Tournier, curé de Confrançon en Bresse (1752-1753) ; 4 G 30 : procédure contre l’abbé Gazant, curé de La Balme en Dauphiné (1756). D’autres exemple dans l’article de Nicole El Hajjé Kervévan, « L’état moral du clergé forézien (vers 1650–1789) », dans Cahiers d’Histoire, t. XXX, n° 3/4, 1985, pp. 289-308. Aperçu global de la question dans Rémy Bompard, Les ecclésiastiques indignes jugés dans les officialités de Lyon (1660-1789), Mémoire de Maîtrise, Université Lumière Lyon II, 1990, 196 p.

5 La question a bien été soulevée dans certains cahiers de doléances d’autres provinces, mais, semble-t-il, de façon isolée. Quelques exemples dans la thèse de Philippe Sagnac, La législation civile de la Révolution française (1789-1804). Essai d’histoire sociale, Paris, Hachette, 1998, p. 280.

6 Journal historique des assemblées de l’ordre ecclésiastique pour la députation aux États généraux, Lyon, Imprimerie du Confalon, 1789, pp. 11-12.

7 Sont qualifiés de « richéristes », par une référence abusive aux idées du syndic de Sorbonne Edmond Richer (1559-1631), les projets ecclésiologiques de la fin du XVIIIe siècle qui mettent en avant le rôle des curés dans le gouvernement de l’Eglise, plus particulièrement dans le cadre diocésain, au détriment du pouvoir des évêques et du haut-clergé en général.

8 Deux cahiers oubliés par les commissaires rédacteurs du cahier général du Tiers-État de Lyon, avec le discours prononcé dans l’Assemblée des trois ordres, aux Cordeliers, le 14 mars 1789, par M. Souchon, curé de Sainte-Foi-l’Argentière, s.l. [Lyon], 1789, pp. 37-39.

9 Journal historique, op. cit., p. 14.

10 Jean-Pierre Chantin, Les amis de l’œuvre de la Vérité. Jansénisme, miracles et fin du monde au XIXe siècle, Lyon, P.U.L., 1998, pp. 21-23 et 39-40. Souchon paraît même être isolé au sein de son propre groupe, car les curés jansénistes du Lyonnais et du Forez n’ont jamais revendiqué l’abolition du célibat ecclésiastique, y compris les plus sectaires, même si l’un d’eux, François Bonjour, se permit d’engendrer lui-même le « prophète Elie » en 1792.

11 Sur le débat au sujet du célibat ecclésiastique et du mariage des prêtres au XVIIIe siècle, voir Bernard Plongeron, Théologie et politique au siècle des Lumières (1770-1820), Genève, Droz, 1973, pp. 192-198.

12 T. de Morembert, « Jacques-Maurice Gaudin », dans Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey & Ané, 1980, col. 708-709.

13 Bibliothèque municipale de Lyon, désormais B.M.L. Fonds général, Ms. 804, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par M. l’abbé Duret, ff° 50 verso, 51 recto, 53 verso ; Jacques Gaudin, « Discours de réception prononcé à l’Académie de Lyon, tendant à prouver que vu le progrès des lumières et la multitude des secours répandus dans les principales villes de province, les lettres peuvent y réussir comme dans la capitale », dans Voyage en Corse et vues politiques sur l’amélioration de cette isle, Paris, Lefebvre, 1787, pp. 241-263.

14 [Jacques Gaudin], Inconvénients du célibat des prêtres, prouvés par des recherches historiques, Genève, J.-L. Pellet, 1781, XVI-439 p.

15 [Jacques Gaudin], Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, Genève, J.-L. Pellet, 1781, XVI-439 p.

16 Bibliothèque Municipale de Lyon (B.M.L.), Fonds général, Ms. 804, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par M. l’abbé Duret, f° 182 recto.

17 Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, Londres, 1783, XVI-439 p. ; Recherches philosophiques et historiques sur le célibat, Genève, J.-L. Pellet, 1787, XVI-439 p. Nous n’avons pu consulter ces deux exemplaires.

18 Jacques Gaudin, Les inconvénients du célibat des prêtres, prouvés par des recherches historiques, Paris, Lejay, 1790, 440 p.

19 Réflexions impartiales sur l’ouvrage intitulé Les inconvénients du célibat des prêtres, Paris, Desenne et Petit, 1790, p. 4.

20 J. R. Kleinschmidt, Les imprimeurs et libraires de la République de Genève (1700-1798), Genève, Jullien, 1948, pp. 152-153.

21 Antoine-Alexandre Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, Daffis, 1873, t. II, col. 911 ; A. Ingold, « Jacques Gaudin », dans Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey & Ané, 1920, t. VI, col. 1167.

22 Silvio Corsini, La preuve par les fleurons ? Analyse comparée du matériel ornemental des imprimeurs suisses romands (1775-1785), Ferney-Voltaire, Centre international d’Études du XVIIIe siècle, 1999, pp. 176-181. Il est très probable que l’édition londonienne de 1783 ait été imprimée sous une fausse adresse.

23 B.M.L. (Fonds général), Ms. 804, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par M. l’abbé Duret, f°125 verso. En 1782, Brissot séjourne à Lyon et visite la bibliothèque du Collège de la Trinité. On lui présente le P. Lazare Roubiès, successeur de Gaudin à la tête de la bibliothèque du collège. Le P. Roubiès lui confie qu’ « un tendre attachement le liait à une femme respectable, mais que sa religion lui défendait d’être amant, d’être mari, d’être père ». Brissot lui conseille de suivre la voix de la nature, mais l’oratorien avoue n’avoir aucun revenu lui permettant de faire vivre une famille et qu’il ne peut pour l’instant concrétiser son projet (J.-P. Brissot, Mémoires (1754-1793), Paris, Picard, 1910, vol. 1, p. 269) . Le P. Roubiès aurait-il subit l’influence de son prédécesseur ?

24 B.M.L. (Fonds Coste), Ms. 1134, lettre de l’abbé Teillard à l’abbé Sieyès (12 août 1789).

25 Nous complétons ici l’étude de cet ouvrage déjà menée par Bernard Plongeron, op. cit., pp. 217-220.

26 Jacques Gaudin, op. cit., p. 9.

27 Ibid., p. 66.

28 Ibid., pp. 401-402.

29 Ibid., pp. 336-339 et 373.

30 Ibid., pp. 316-320 et 355-358

31 Ibid., p. 221.

32 Le droit naturel désigne ici l’ensemble des droits attribués par Dieu aux hommes, perceptibles uniquement par la raison, en dehors de toute grâce.

33 Ibid., pp. 246-248.

34 Ibid., pp. 381-382.

35 Ibid., p. 406.

36 Bernard Plongeron, op. cit., p. 218.

37 Jacques Gaudin, op. cit., pp. 241-243.

38 Marcel Dommanget, « Robespierre et les cultes », dans Annales historiques de la Révolution française, t. 1, 1924, pp. 193-216 ; Frank Tallett, « Robespierre and religion », dans Colin Haydon et William Doyle (dir.), Robespierre, Cambridge, C.U.P., 1999, pp. 92-108.

39 Céline Cancel, Citoyenneté et Révolution. Le Courier de Lyon et la vie politique locale de 1789 à 1790, Mémoire de Maîtrise sous la direction de Françoise Bayard, Université Lumière -Lyon II, 1994, 166 p. ; Paul Feuga, Luc-Antoine Champagneux ou le destin d’un rolandin fidèle. Bourgoin-Lyon-Paris (1744-1807), Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 1991, 166 p.

40 Courier de Lyon ou Résumé général des Révolutions de France, tome III, n°49, 26 février 1790, pp. 404-407.

41 Ibid., tome IV, n° 21, 25 mars 1790, pp. 169-171.

42 Ibid., tome IV, n° 34, 9 avril 1790, pp. 281-282. Il s’agit vraisemblablement de Jean Roure, né à Lyon en 1754, prêtre habitué de la collégiale de Saint-Nizier et membre de la loge La Paix.

43 Ibid., tome VI, n°12, 14 juillet 1790, p. 101.

44 Archives parlementaires, t. XVII, p. 175

45 [Abbé Cournand], Le mariage des prêtres ou Récit de ce qui s’est passé à trois séances des assemblées générales du district de Saint-Étienne-du-Mont, où l’on a agité la question du mariage des prêtres avec la motion principale et les opinions des honorables qui ont appuyé la motion, s.l., 1790. Peu de temps après, le 9 octobre 1790, l’abbé Bérançon, prêtre de Beaujeu, écrivait au président de l’Assemblée Nationale pour demander, preuves historiques à l’appui, l’abolition du célibat ecclésiastique, véritable « égoïsme qui isole et rend étranger en quelques sorte à la patrie, à la nature, à l’humanité » (Arch. nat., D XIX 72, dossier 513).

46 Pierre de La Gorce, Histoire religieuse de la Révolution française, Paris, Plon, 1919, vol. III, pp. 42-43. Cet ouvrage déjà ancien contient néanmoins encore la meilleure mise au point factuelle concernant le mariage des prêtres en France avant 1793.

47 Il le sera par la loi des 20-25 septembre 1792. Depuis les décrets des 19 juillet et 19 août 1792, la tenue des registres paroissiaux, devenus registres d’état-civil, était confiée aux officiers municipaux.

48 Louis Charrier de La Roche, Examen du décret de l’Assemblée constituante du 27 août 1791, où l’on traite la question du célibat ecclésiastique, de l’indissolubilité du mariage, etc., pour les concilier avec ce décret, Paris, Leclère, 1792, 120 p.

49 Ibid., p. 23.

50 Pierre de La Gorce, op. cit., pp. 44-45.

51 T. de Morembert, loc. cit., col. 708. Le mariage de l’abbé Gaudin semble avoir également été précipité par son élection à la Législative, qui lui fit préférer l’action politique au sacerdoce. Il quitta d’ailleurs l’habit ecclésiastique peu de temps après. Le député Gaudin se fit remarquer le 20 février 1792 en présentant un rapport, au nom du Comité d’Instruction publique, demandant la suppression des congrégations séculières enseignantes et la constitution de l’enseignement en monopole d’État. Il termina sa vie comme juge, puis bibliothécaire de la ville de La Rochelle où il s’éteignit en 1810.

52 Philippe Sagnac, op. cit., p. 281.

53 Serge Bianchi, « Les curés rouges dans la Révolution française », dans Annales historiques de la Révolution française, t. 54, n°249, 1982, pp. 375-378.

54 Archives départementales du Rhône, 1 L 1106 : Copie de la prestation de serment d’Antoine Franchet, curé de Mornand (9 janvier 1791). À cette époque, Franchet ne se distinguait pas particulièrement parmi ses confrères, puisque 82 % des curés des paroisses rurales du district de Montbrison prêtèrent le serment en décembre-janvier 1791 (Claude Latta, « Le clergé forézien et les débuts de la Révolution 1789-1791 », dans Bulletin de La Diana, t. LI, n°5, 1990, pp. 335-357). Il ne faut pas confondre Antoine Franchet avec son frère, également prénommé Antoine, qui était curé de Sainte-Foy-lès-Lyon au début de la Révolution.

55 Étienne Fournial, « Le mariage du curé de Mornand (1791) », dans Etudes foréziennes, t. VII, 1975, pp. 127-155. Cet article est un recueil de documents concernant le mariage d’Antoine Franchet, conservés pour la plupart d’entre eux dans les archives de La Diana, à Montbrison, et aux Archives départementales de la Loire, présentés et annotés par Étienne Fournial, avec une courte biographie du curé de Mornand.

56 Ibid., pp. 137-138. Leur premier fils, Pierre-François, naîtra effectivement le 29 janvier 1792.

57 B.M.L. (Fonds général), Ms. 806, Nouvelles générales et en particulier de Lyon, par l’abbé Duret, f° 297 verso.

58 Ibid., f° 296, verso.

59 Pour M. le curé. Extrait des registres des délibérations du Conseil de M. l’évêque métropolitain du Sud-Est, s.l.n.d. [15 février 1792], 3 p. Au même moment, le publiciste lyonnais Chassaignon défendait le curé de Mornand en dénonçant l’hypocrisie des vicaires épiscopaux. Il accusait nommément les vicaires Jolyclerc et Renaud d’être des clercs concubinaires (Les nudités ou les crimes du peuple, Paris, 1792, p. 85). En 1791, un pamphlet émanant du clergé réfractaire avait déjà dénoncé une relation qu’entretiendrait l’abbé Renaud avec Angélique Trémolet, une ancienne religieuse. Le vicaire épiscopal était même accusé d’avoir déposé une motion en faveur du mariage des prêtres devant la Société des Amis de la Constitution de Lyon au début du mois de novembre 1791 (Mandement de M. Lamourette, soi-disant évêque métropolitain de Lyon, Annonay, Colonjon, s. d., p. 6).

60 Henri Grégoire, Histoire du mariage des prêtres en France, particulièrement depuis 1789, Paris, Baudouin, 1826, p. 65.

61 Pierre de La Gorce, op. cit., p. 46.

62 Lettre de l’abbé Franchet à son beau-frère, Pierre Portier (4/7 janvier 1792), dans Étienne Fournial, loc. cit., pp. 141-143.

63 Réponse du citoyen Franchet, curé de Mornand, à un ami sur le mariage des prêtres, Lyon, Revol, 1792, 16 p. Cet imprimé est également reproduit par Étienne Fournial, loc. cit., pp. 144-152.

64 Archives municipales de Lyon, 0305 WP 011 1 : Mémoire de l’abbé Franchet sur le mariage des ecclésiastiques, adressé à la municipalité de Lyon (avril 1792). Ce mémoire, inédit, n’a pas été publié par Étienne Fournial.

65 Première épître à Timothée, chapitre 3, versets 2 à 5 et épître à Tite, chapitre 1, versets 5-6 (Jacques Gaudin, op. cit., p. 95) ; première épître aux Corinthiens, chapitre 9, verset 5 (Ibid., p. 144).

66 Ibid., pp. 144-145.

67 Étienne Brossard, Histoire du département de la Loire pendant la Révolution française (1789-1799), Saint-Étienne-Paris, 1907, t. II, p. 22 ; Joseph Camelin, Les prêtres de la Révolution. Répertoire officiel du clergé schismatique de Rhône-et-Loire (avril 1791-octobre 1793), Lyon, Société des bibliophiles lyonnais, 1944, p. 163.

68 Joseph Camelin, op. cit., p. 316 ; Salomon de La Chapelle, Notice sur l’abbé Laussel, procureur de la commune à la municipalité de Lyon en 1793, Lyon, Storck, 1882, p. 14 ; B.M.L., 158.671 : Journal de Lyon ou Moniteur du département de Rhône-et-Loire, n° 179, 21 décembre 1792, p. 814.

69 Pierre de La Gorce, op. cit., pp. 46-50 ; Ruth Graham, « Les mariages des ecclésiastiques députés à la Convention », dans Annales historiques de la Révolution française, t. 57, n°262, 1985, pp. 480-499.

70 Les études actuelles distinguent la « Terreur parisienne » des « Terreurs provinciales », en soulignant les divergences régionales dans l’application de la politique parisienne, à la suite du travail pionnier de Colin Lucas sur la mission du représentant Javogues dans le département de la Loire (Antoine De Baecque, « Apprivoiser un histoire déchaînée. Dix ans de travaux historiques sur la Terreur (1992-2002) », dans Annales H.S.S., t. 57, n°4, juillet-août 2002, pp. 851-865).

71 Ainsi, à Lyon, Nicolas Jolyclerc, ancien vicaire épiscopal d’Adrien Lamourette, se maria en 1794 et continua de défendre son point de vue sous le Directoire en publiant une Apologie des prêtres mariés ou abus du célibat prouvé aux prêtres catholiques par l’Évangile, par la Raison et par les faits, Paris, an VI (1797), 56 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Le débat sur le mariage des prêtres dans le diocèse de Rhône-et-Loire au début de la Révolution (1789-1792) », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 69-.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Le débat sur le mariage des prêtres dans le diocèse de Rhône-et-Loire au début de la Révolution (1789-1792) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3801 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3801

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org