Navigation – Plan du site
Articles

Adrien Lamourette : une apologétique du bonheur

Caroline Blanc
p. 47-68

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives nationales , W/ 309, cahier 404 bis, Lamourette, Acte d’accusation (8 octobre 1793).

1Adrien Lamourette (1742-1794), originaire du diocèse de Boulogne-sur-Mer, ancien lazariste réintégré dans le clergé séculier, apparaît comme une figure ecclésiastique doublement marquante de la fin du siècle des Lumières : d’une part, pour sa production apologétique et d’autre part, pour sa nomination comme premier évêque constitutionnel de Lyon en mars 1791. Il meurt sous le couperet de la guillotine le 11 janvier 1794, accusé « d’avoir pris part à des actes contre-révolutionnaires et d’avoir fait des écrits liberticides »1 lors de l’insurrection lyonnaise du printemps et de l’été 1793.

2Son apologétique se particularise non seulement par la période de sa rédaction, puisque, s’étalant de 1785 à 1793, elle chevauche l’Ancien régime et la période révolutionnaire, mais aussi par la diversité de sa production. Sont retenus les trois ouvrages classés comme apologétiques par les historiens (Pensées sur la philosophie de l’incrédulité –1786, Délices de la religion –1788, et Pensées sur la philosophie de la foi –1789), mais également son livre de dévotion, Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse (1785), et ses divers écrits composés sous la Révolution, tant les actes pastoraux que les discours politiques. C’est donc l’ensemble de la production de Lamourette qui peut être étudiée comme relevant du genre apologétique. Chaque écrit vise plus ou moins explicitement à défendre la religion catholique contre ses détracteurs, les philosophes puis les fractions révolutionnaires radicales.

  • 2 Je me borne ici aux ouvrages apologétiques. Les écrivains catholiques, principalement les moralisat (...)
  • 3 Abbé Charles Bellet, Les droits de la religion chrétienne et catholique sur le cœur de l’homme, Mon (...)
  • 4 Abbé Augustin Barruel, Les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques, Paris, 1833 (4e édit (...)
  • 5 Par exemple, Antoine de Malvin de Montazet, dans sa célèbre Instruction pastorale sur les sources d (...)
  • 6 Johann-Heinrich-Samuel Formey, Système du vrai Bonheur, Utrecht, Sorli, 1751, 94 p.
  • 7 Philippe Lefebvre, Les pouvoirs de la parole. L’Église et Rousseau (1762-1848), Paris, Cerf, 1992, (...)
  • 8 Madame la marquise de Sillery, La religion considérée comme l’unique base du bonheur et de la vérit (...)
  • 9 Bernard Plongeron, « Bonheur et ‘civilisation chrétienne’ : une nouvelle apologétique après 1760 », (...)

3Lamourette développe une apologétique que l’on peut qualifier d’hédoniste, le bonheur constituant la clé de voûte de son œuvre. L’auteur semble se mettre au goût du jour, marquer une rupture par rapport à la tradition apologétique et témoigner une tentative de conciliation avec les philosophes. La recherche du bonheur est en effet une préoccupation qui traverse tout le XVIIIe siècle. Dans la deuxième moitié du siècle, des apologistes essaient de s’adapter à la mode, en privilégiant ce thème2. Le plus souvent, le thème fait seulement l’objet d’un chapitre ou d’une partie. L’abbé Charles Bellet (1702-1771), dans Les droits de la religion chrétienne et catholique sur le cœur de l’homme (1764), ne lui consacre qu’un paragraphe de son premier discours : « [la religion] seule lui promet un bonheur solide avec les moyens de l’obtenir »3. L’abbé Augustin Barruel (1741-1820) dans les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques4 évoque rapidement ce thème dans le premier chapitre de la lettre 72. De même, dans leurs instructions pastorales mettant en garde contre l’incrédulité, les évêques traitent du bonheur de manière diluée5. Il s’avère plutôt rare qu’un auteur chrétien consacre l’exclusivité d’un ouvrage au bonheur, ce qui transparaît alors dans le titre. Par exemple, l’écrivain protestant J.-H.-S. Formey (1711-1797) rédige dès 1751 son Système du vrai bonheur 6, dans lequel il attache le bonheur à l’exercice de la vertu et le subordonne à la recherche de la vérité, ses idées reposant sur une conception plutôt pessimiste de l’homme. Chez les auteurs catholiques marquants de l’histoire de l’apologétique, l’abbé François-Antoine-Étienne de Gourcy (1720- v. 1790) rédige un Essai sur le bonheur où l’on recherche si l’on peut aspirer à un vrai bonheur sur la terre, jusqu’à quel point il dépend de nous et quel est le chemin qui y conduit (1777), où il développe une morale vertueuse du bonheur7. Une décennie plus tard, la marquise de Sillery (1746-1830), plus connue sous le nom de comtesse de Genlis, dans La religion considérée comme l’unique base du bonheur et de la véritable philosophie8 (1785), centre explicitement son propos sur le bonheur. Lamourette publie trois ans plus tard Les Délices de la religion, ou le pouvoir de l’Évangile pour nous rendre heureux (1788). Ces auteurs conciliateurs, qui s’aventurent sur le terrain des philosophes en empruntant leurs thèmes, s’efforcent de concilier la morale sociale et les principes chrétiens. Ils contournent la condamnation traditionnelle de la jouissance et occultent partiellement la question du salut. Ils essaient donc de développer une conception chrétienne du bonheur qui prenne en compte l’évolution temporelle9.

4Toutefois cette volonté de conciliation est à nuancer. Les apologistes ne tournent pas le dos à leur foi et aux dogmes catholiques. Par conséquent, le terme de bonheur, présent dans les discours tant philosophiques qu’apologétiques, doit être manié avec précaution. Il devient un enjeu du débat entre les forces en présence, et recouvre des acceptations divergentes.

5Ainsi, l’apologétique de Lamourette se spécifie surtout par la priorité accordée au bonheur. Mais loin de résulter d’un opportunisme thématique afin de combattre les philosophes sur leur propre terrain, le choix central de ce thème répond à des convictions profondes sur lesquelles reposent non seulement son discours apologétique mais également sa théologie et sa vision de la nature humaine. Les mutations que la thématique du bonheur subit révèlent donc l’évolution de sa réflexion, notamment les distorsions que connaît sa pensée de 1789 à sa mort en janvier 1794. La prégnance du thème du bonheur dans toute son œuvre s’explique par la vague hédoniste, par une inquiétude latente, et par les fondements de sa théologie. Loin d’être monolithique, le terme de bonheur revêt, au sein même de l’apologétique de Lamourette, plusieurs significations, dont la succession révèle ses préoccupations. Le bonheur terrestre, préfiguration du bonheur céleste, se conjugue sur les plans personnel et également collectif, ce dernier sens revêtant une importance accrue sous l’inflexion révolutionnaire : il conçoit alors une politique du bonheur.

Le bonheur : convergences entre apologistes et philosophes

6La prégnance du thème du bonheur dans l’apologétique de Lamourette s’enracine dans un terreau fertile et diversifié. Elle puise à la fois dans l’appétit de bonheur que connaît généralement le siècle des Lumières, dans la constante inquiétude ontologique des catholiques exacerbée par les secousses que subit leur religion, et enfin dans les conceptions théologiques personnelles de l’auteur.

7Le bonheur préoccupe tous les esprits au XVIIIe siècle. Il constitue un thème de convergence entre les philosophes et les écrivains de la religion. Un droit au bonheur ici-bas est reconnu. Les apologistes utilisent cette aspiration générale comme argument de conversion : il faut convaincre que seul Jésus-Christ procure le véritable bonheur et donc, combattre les idées assénées par les philosophes. Cependant, la polémique ne se réduit pas à une scission nette entre les deux camps. À l’instar des apologistes, les philosophes ne forment pas un groupe homogène, certains prolongeant fort loin la convergence avec les apologistes. Le rejet ou la reconnaissance de la révélation constitue alors le point de rupture.

  • 10 Pensées sur la philosophie de l’Incrédulité, ou réflexions sur l’esprit et le dessein des philosoph (...)

8Semblant récuser l’accusation d’hétérogénéité lancée par les apologistes, les philosophes veulent se présenter comme unitaires. Dans Les Délices de la Religion, Lamourette illustre leur incapacité à se réunir sous la tutelle d’un chef unique par l’échec du baron d’Holbach (1723-1789) d’ériger son Système de la Nature (1770) en « Bible », c’est à dire de confédérer tous ses confrères autour de son œuvre10. L’homogénéité affichée par les philosophes dissimule des fissures. Selon les auteurs de l’Encyclopédie, une unanimité semble créée sur le désir de bonheur et sur le contenu de cet état, assimilé à une addition de plaisirs, entrecoupés d’accalmies. L’article « bonheur » explique que

les hommes se réunissent encore sur la nature du bonheur. Ils conviennent tous qu’il est le même que le plaisir, ou du moins qu’il doit au plaisir ce qu’il a de piquant et de délicieux. Un bonheur que le plaisir n’anime point par intervalles, et sur lequel il ne verse pas ses faveurs, est moins un vrai bonheur qu’un état et une situation tranquille : c’est un triste bonheur que celui-là

  • 11 Denis Diderot, Jean-Le-Rond d’Alembert, L’Encyclopédie, Paris, article « Bonheur », t. 5, p. 260-26 (...)
  • 12 Madame du Chatelet, Réflexions sur le bonheur, s.l.n.d., p. 339 et p. 360 [Bibliothèque municipale (...)

9En revanche, les causes de l’état heureux peuvent différer, les uns cultivant l’amour de la sagesse dans la lignée des stoïciens, les autres privilégiant, à l’instar des épicuriens, la possession des biens11. Madame du Châtelet (1706-1749) correspond à cette définition. Elle reflète une opinion philosophique pragmatique, totalement détachée des valeurs transcendantes, néanmoins mesurée. Les passions constituent pour elle le moteur du bonheur. Dans ses Réflexions sur le bonheur, elle défend l’idée que l’« on n’est heureux que par des goûts et des passions satisfaites, parce qu’on n’est pas toujours assez heureux pour avoir des passions, et qu’au défaut des passions, il faut bien se contenter des goûts. ». Elle précise qu’« un des plus grands secrets du bonheur est de modérer ses désirs et d’aimer les choses qu’on possède »12.

  • 13 Louis de Beausobre, Essai sur le bonheur, ou réflexions philosophiques sur les biens et les maux de (...)

10Cependant, il ne faut pas généraliser la réhabilitation des passions par les philosophes. Par exemple, Louis de Beausobre (1730-1783), dans son Essai sur le bonheur, ou réflexions philosophiques sur les biens et les maux de la vie humaine (1756), recommande le contrôle des passions et dénonce la quête du plaisir13. Le bonheur consiste dans la vertu, l’amour de la sagesse et de la vérité. Ces propos se trouvent également sous la plume des apologistes. Quoique attribuant un sens chrétien aux termes employés, Formey déclare dans son Système du vrai bonheur que

  • 14 Johann-Heinrich-Samuel Formey op. cit., p. 54.

[s]a perfection, et [s]on bonheur, consisteront présentement à suivre dans toutes [s]es actions les respectables maximes de la vérité, sans [s]’en détourner par le tumulte des passions, ou par les sollicitations de [s]on amour-propre14

11Mais Louis de Beausobre se sépare de lui par ses opinions théistes. Il ne men-tionne aucunement la Révélation mais reconnaît l’existence d’un Être suprême, sorte de grand Horloger à la Voltaire. La vérité tant cherchée, Dieu, diffère finalement. Lamourette rejoint Louis de Beausobre dans l’usage des sens et l’utilisation des biens matériels. L’apologiste ne souhaite pas alimenter les critiques générales des philosophes, surtout de tendance matérialiste, à l’encontre de l’austérité de la religion. C’est pourquoi il n’interdit pas la possession des biens ou l’utilisation des sens, mais argue simplement en faveur de la modération, laissant à la conscience individuelle le soin de se gendarmer elle-même. Ces idées sont clairement formulées dans l’instruction pastorale pour le carême de 1792 : « Le christianisme n’interdit pas la possession des biens et des honneurs temporels : mais il en règle l’usage. ». De même,

  • 15 Instruction pour le carême de 1792, Lyon, Amable Le Roy, s. d. [30 janvier 1792], p. 16.

sans proscrire tout ce qui flatte les sens, l’évangile nous interdit néanmoins toute complaisance sensuelle. En nous détournant des voluptés charnelles et des divertissements profanes, il ne condamne pas les récréations naturelles et innocentes ; mais il défend d’en faire notre bonheur et d’y consumer le tems qui est consacré au devoir15

12La frontière entre les deux camps ménage donc des zones floues.

  • 16 Philippe Lefebvre, op. cit., p. 419.
  • 17 Pensées sur la philosophie de l’incrédulité, p. 114 et Pensées sur la philosophie de la foi, p. 141 (...)
  • 18 Pierre Masson, La religion de Jean-Jacques Rousseau, tome III, p. 204 : l’auteur qualifie l’apologé (...)

13C’est avec Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) que les apologistes présentent le plus d’affinités. Ses idées sur la vertu peuvent être facilement intégrées dans le discours chrétien. Pour l’écrivain genevois, « il n’est pas de route plus sûre pour aller au bonheur que celle de la vertu. ». Seul le point d’aboutissement, non ecclésial, le disjoint des défenseurs de l’orthodoxie16. Lamourette opte pour une attitude ambivalente à l’égard de Rousseau, mêlant l’attirance et le rejet. « M. Rousseau de Genève » est rangé parmi les philosophes par son désir de se singulariser, « d’être original, et de faire une grande sensation » et également en raison de sa négation finale du christianisme. Néanmoins, il reçoit les louanges de Lamourette pour ses qualités intellectuelles et morales : « âme grande et noble », il se révèle « vertueux jusque dans ses écarts »17. Comme Rousseau, ce dernier accorde une attention particulière au bonheur, à la beauté de la nature et aux sentiments, tout en s’appuyant sur une théologie qui reste précise et très stricte18.

14Les apologistes participant à la vague hédoniste, le bonheur devient un sujet de polémique avec les philosophes. Cependant, la simplicité du débat, souvent réduit à l’opposition entre ces derniers qui défendent les plaisirs des sens et les premiers qui méprisent les passions et prônent l’ascèse spirituelle, n’est qu’apparente. Chacun des deux camps manque d’unité. Les apologistes qui, tel Lamourette, placent le bonheur au cœur de leur argumentaire, tendent à se rapprocher des philosophes et proposent une conciliation, au risque de heurter les milieux catholiques traditionalistes.

La préoccupation du bonheur, indice de crise chez les catholiques ?

  • 19 Norman Ravitch, « Catholicism in Crisis : the Impact of the French Revolution on the Thought of the (...)

15En privilégiant le thème du bonheur, Lamourette rompt avec les méthodes traditionnelles de l’apologétique. Cette attitude témoigne certes d’une capacité d’adaptation remarquable face aux philosophes mais peut également être interprétée comme le symptôme de la crise, tant interne qu’externe, qui secoue le catholicisme. En effet, le débat n’oppose pas seulement deux conceptions, chrétienne et philosophique, du monde et de l’homme, mais également des conceptions différentes du catholicisme19. L’apologétique du bonheur dissimulerait a contrario une inquiétude ontologique accrue par la conjoncture.

16Lamourette expose une apologétique à dominante psychologique, valorisant la vie intérieure. Il illustre le troisième et ultime mouvement de l’histoire de l’apologétique. Globalement, ce genre peut se décliner sous trois formes : métaphysique et rationnelle, historique, et psychologique. Quoique ces types d’arguments se combinent, on peut déterminer une dominante selon les périodes. À la fin du XVIIe siècle et début du XVIIIe siècle, c’est plutôt l’apologétique dite rationnelle et métaphysique qui triomphe avec Malebranche (1638-1715) dans ses Conversations chrétiennes (1677). L’apologétique historique prend le relais à partir de la décennie 1720 avec la publication de la Vérité de la religion chrétienne prouvée par les faits, avec un discours historique et critique sur la méthode des principaux auteurs qui ont écrit pour et contre le christianisme depuis son origine, de l’abbé Alexandre Houtteville (1688-1742). L’auteur entend démontrer l’historicité des miracles et des prophéties. Un nouveau tournant est amorcé dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. La méthode externe qui s’adressait uniquement à l’esprit cède le pas à l’argument psychologique qui fait appel à l’expérience commune, au cœur. La preuve interne est extraite soit de l’intérieur de la doctrine, soit de l’intérieur de l’homme, ce qui revient au même puisque c’est au filtre de sa sensibilité et de sa conscience que l’homme perçoit la religion. L’apologétique de la fin du XVIIIe siècle renoue finalement, plus ou moins consciemment, avec la méthode de Pascal qui se basait en partie sur le témoignage intérieur.

17En ce sens, Lamourette apparaît comme un successeur de ce dernier. Le cœur, par le biais des sensations, des sentiments, de l’émotion esthétique suscitée par la beauté de la nature, devient un organe majeur de la connaissance de la religion. Ce passage des Délices de la Religion, non seulement développe son esthétique, mais est aussi caractéristique de son style qui annonce le romantisme :

  • 20 Les Délices de la Religion ou le pouvoir de l’Évangile pour nous rendre heureux, Paris, chez Mérigo (...)

Ce n’est qu’à la campagne que la nature expose toute sa majesté et tous ses charmes à l’œil d’un sage dont l’âme est assez grande pour apprécier la magnificence et la richesse de son spectacle sublime. Mais elle n’est nulle part véritablement belle et propre à pénétrer nos cœurs d’un sentiment profond et pur, que pour le spectacle qui la contemple dans la lumière de la religion. Nous avons beau parcourir de grands espaces, et promener nos regards dans les profondeurs des cieux et dans l’immensité des mondes ; grand Dieu ! tout est ténébreux, tout est mort autour de nous, si nous séparons Jésus-Christ de l’univers ; et le soleil qui y répand un éclat et des couleurs si variées et si vives, nous éclaire moins sur la vraie excellence des objets dont la nature ne cesse de frapper nos yeux, que ne le fait un seul mot de la profonde et étonnante philosophie de l’Évangile.20

  • 21 Ce passage est inspiré de l’ouvrage majeur, quoique ancien, d’Albert MONOD, De Pascal à Chateaubria (...)

18Le recours à l’argumentation psychologique dans les années 1770 et 1780 ne résulte pas d’une nostalgie mais correspond à une urgence. Rousseau qui fait ressurgir la vie intime, qui réveille le sentiment mystique, accule les apologistes à brandir leurs derniers arguments, les preuves internes21. Il s’agit de l’ultime effort pour enrayer la crise de la religion. L’apologétique du bonheur constitue une tentative pour sauver les dogmes. Elle a pour corollaire constant le thème de l’inquiétude qui désigne ici moins l’appréhension quant au devenir de la religion que la crainte fondamentale de tout homme.

  • 22 Jean Deprun, La philosophie de l’inquiétude, Paris, Vrin, 1979, 479 p. L’auteur développe l’antinom (...)

19La quête du bonheur répond à une inquiétude ontologique22. Lamourette atténue ce dernier thème dans ses ouvrages. Il n’emploie pas explicitement le mot d’inquiétude, mais préfère la métaphore de la maladie de l’âme, remplacée ici par le cœur :

  • 23 Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 61-62. Dans les Délices de la R (...)

Si la nature et les sens frémissent d’une telle morale [celle du christianisme], le cœur y reconnoît avec transport le vrai remède de ses maux, l’unique repos de ses désirs, la seule philosophie qui réponde à la force de sa constitution, et qui remplisse toute son immense capacité de jouir et d’être heureux23

  • 24 Hommage aux Lyonnais, par M. l’abbé Lamourette, sur son élévation à la dignité de l’épiscopat, s.l. (...)

20En outre, il évoque le « vide » créé par l’absence de Dieu. Le narrateur des Délices de la Religion reproche à Ariste sa dissipation et la pauvreté de son cœur, étranger à Dieu : « Le vôtre [de cœur] est si vide, qu’il semble ne savoir où se tourner pour se décharger du poids de lui-même, et de l’insupportable fardeau de ses ennuis toujours renaissants. ». Ce substantif rappelle bien sûr le sens augustinien de « vide intérieur », équivalent d’inquiétude. Par cette impression, l’homme prend conscience à la fois de son infériorité métaphysique du « fragile mélange d’abjection et de foiblesse »24 qu’il constitue, et de sa destinée surnaturelle. Ce sentiment de vide constitue donc le moteur du désir humain de bonheur. Selon Lamourette, c’est la religion qui offre le « remède » le plus efficace à cette inquiétude : elle peut combler la disproportion ressentie par l’homme, et lui révéler les chemins conduisant au bonheur.

21La priorité accordée par Lamourette au bonheur marque le virage de l’apologétique vers l’argument psychologique. Cette méthode qui en appelle à l’intimité de l’être révèle certes les dangers encourus par la philosophie, mais tente de répondre à un thème invariant de l’apologétique, l’inquiétude essentielle de l’homme provoquée selon Lamourette par le désir d’infini.

Le bonheur, au cœur de la théologie et de l’anthropologie de Lamourette

22Son apologétique du bonheur découle de ses conceptions théologiques et de sa vision de la nature humaine. La religion catholique permet de satisfaire le désir d’infini ressenti par l’homme, et par conséquent peut procurer le bonheur.

  • 25 Pensées sur la philosophie de la foi, ou le système du christianisme entrevu dans son analogie avec (...)
  • 26 Ibid., p. 19 .
  • 27 Les Délices de la Religion, p. 201 et 204.
  • 28 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 169.

23Lamourette s’inscrit également dans la lignée de Pascal par la place centrale qu’il accorde à la notion d’infini. L’homme est défini comme néant dans la mesure où la cause de son existence est extrinsèque à la nature25. Il est déchiré entre la conscience qu’il a de sa fragilité, de sa petitesse, et son désir d’infini, à savoir son envie « d’acquérir l’ampleur, la stabilité, le repos de son existence »26. Il cherche donc à combler cet écart, à reconquérir sa plénitude, à s’affranchir des limites temporelles et spatiales auxquelles il est assujetti, bref à « être puissant, indépendant, indestructible »27. Cette volonté d’accroissement se confond avec le désir de bonheur, satisfait lorsque l’expansion d’être et d’avoir devient maximale. La loi commune est en effet « de se développer, s’étendre, s’élever, et durer. De là vient son ardeur d’acquérir, de commander, et de jouir. ». L’homme goûte le bonheur quand est atteint « l’équilibre de ses désirs et de ses jouissances »28. Lamourette accorde à l’homme la liberté de jouissance, habituellement condamnée dans la pensée théologique classique. À l’instar des philosophes qui laïcisent des valeurs chrétiennes, telle que la charité transformée en bienfaisance, il semble christianiser des termes employés par les philosophes, par exemple le champ lexical de la jouissance. La jouissance ne provient pas des plaisirs des sens et de l’environnement, mais des dispositions intérieures de chacun :

  • 29 Prônes civiques, Paris, chez Lejean, s.d. [1790], Prône I, p. 9.

C’est ce qui ne périt jamais, qui fait la base de son bonheur. C’est là le fonds et la substance de son être, et le centre de toute sa tendance et de tous ses désirs. C’est de cette jouissance fondamentale et intime, qu’il puise la force de souffrir avec sérénité, et de se réjouir avec recueillement29

24Lamourette subvertit donc le langage philosophique en lui injectant le sens chrétien. Seul le catholicisme peut répondre à cette exigence de bonheur.

  • 30 Les Délices de la Religion, p. 201.
  • 31 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 303, note 2, III.
  • 32 Ibid., p. 295.
  • 33 Pensées sur la philosophie de l’incrédulité, p. 69.
  • 34 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 214-215.

25La religion comble l’aporie entre la réalité limitée de la nature humaine et son exigence d’expansion. Elle accomplit la tendance essentielle de l’homme : « résister de toute sa force à son instabilité », « se rendre puissante, indépendante »30. Dieu souhaite que l’homme acquière son infinité. C’est l’Incarnation qui permet l’accession de l’être humain à l’infinité, car elle établit un rapport entre les deux natures extrêmes, le divin et l’humain, « une coïncidence de la nature divine et de la nature humaine dans l’unité de la Personnalité du Verbe »31. De manière générale, elle constitue « le principe, l’âme, le soutien, et le cœur de toutes choses »32. Jésus-Christ est donc placé au centre de la théologie de Lamourette. La justice qu’il transmet aux hommes consiste à leur communiquer sa consubstantialité et son égalité avec l’Etre infini, « la souveraine excellence et l’infinité de Dieu »33. Atteindre l’infini signifie connaître Dieu. Les hommes sont copiés sur l’image du Christ. En se conformant à son message, ils peuvent devenir des « Christs-vivants »34. L’auteur expose une anthropologie optimiste. L’accomplissement du bonheur coïncide avec la découverte de la vérité et de la justice en Jésus-Christ. Cet argument est employé par d’autres apologistes, par exemple l’abbé de Gourcy dans son Essai sur le bonheur. Mais Lamourette pousse sa logique plus loin, en affirmant que le bonheur devient le gage de la vérité. La vérité apparaît alors subordonnée au bonheur, lequel s’affirme bien comme le thème prioritaire de l’apologétique de Lamourette. Dans Les Délices de la Religion, il affirme cette opinion originale :

  • 35 Les Délices de la Religion, p. 6.

Ce n’est pas pour elle-même que nous cherchons la vérité : c’est pour être heureux par elle. L’amour du bonheur est donc plus ancien que l’amour de la vérité, et marche partout le premier. Celui qui auroit trouvé la félicité, auroit trouvé du même coup la vérité, ou il seroit exempt de la chercher. Il auroit atteint sa fin […]35 

26S’inspirant de saint Paul, Lamourette soutient que l’homme est un Dieu de droit : il établit une analogie entre l’homme et Dieu, tous les deux possédant la puissance, à la différence notable que l’infini est réservé uniquement à Dieu. En se conformant à Jésus-Christ, l’homme peut combler son déficit et accéder au bonheur.

27L’apologétique de Lamourette repose donc sur une construction théologique solide, à dominante christologique, en raison de la place prépondérante accordée à Jésus-Christ. Le bonheur apparaît bien comme la clé de voûte de sa pensée, au-devant même de la vérité. L’optimisme qui empreint la vision de l’homme augure de la réalisation de ce bonheur dès ici-bas.

28Ainsi, l’omniprésence du bonheur dans l’apologétique de Lamourette s’explique à la fois par le climat intellectuel de l’époque, par l’invariance de thèmes théologiques comme l’inquiétude, et enfin par les fondements de la pensée de l’auteur. La récurrence du thème du bonheur cache une polysémie importante.

Un bonheur réalisable ici-bas

  • 36 Prônes civiques, Prône V, p. 39.

29Sous la plume de Lamourette, le bonheur se décline diversement, sur terre ou dans le ciel, sur le plan personnel ou dans la sphère sociale. Les significations du mot se modifient au gré de l’évolution de sa réflexion. Le bonheur terrestre est considéré comme la préfiguration du bonheur céleste. Il contribue au salut. Mais il peut être dédoublé. Le bonheur est vécu sur le plan personnel, et également dans la sphère sociale. Ce dernier sens, « le bonheur public »36, devient prioritaire dans la pensée de l’auteur à compter de 1789. Le bonheur terrestre que goûte le fidèle ici-bas constitue l’avant-goût de celui qu’il vivra dans l’éternité. Il suppose l’acceptation de présupposés théologiques précis. Lamourette souhaite concilier le bonheur terrestre avec le christianisme et principalement avec la notion centrale de salut.

  • 37 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 172.
  • 38 Pensées sur la philosophie de l'incrédulité, p. 157.
  • 39 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. VII.
  • 40 Jean Delumeau, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIII-XVIIIe siècle), Paris, Fay (...)

30Le fidèle peut commencer à jouir sur terre du bonheur qui l’attend dans le Ciel. En cherchant à trouver le bonheur terrestre, il œuvre pour son salut : « Est-il d’ailleurs un état plus heureux, que celui où l’on est assuré de faire ce que Dieu veut ? Quel repos pour un cœur qui désire sincèrement sa sanctification et son salut éternel, que cette certitude de faire ce que Dieu nous demande ? »37. Le bonheur ne consiste donc pas à faire ce que chacun veut mais ce que Dieu exige. Plus précisément, il dépend de la méditation personnelle des mystères: « Heureux qui comprend bien toute la profondeur ineffable du Mystère d’un Dieu anéanti dans notre ressemblance ! »38. L’état qui favorise le plus l’obtention du bonheur s’avère la vocation religieuse. Dans les Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse, dédiées à la révérende mère Thérèse de Saint-Augustin, tante de Louis XVI, prieure des carmélites de Saint-Denis, Lamourette insiste sur le bonheur résultant de l’obéissance scrupuleuse à la règle : « Il n’y a point sur la terre de bonheur comparable à celui que goûte dans l’intérieur de sa Retraite, une Religieuse qui a l’esprit de son état. »39. Les autres états sociaux permettent également de connaître le bonheur, en se conformant de même à des préceptes stricts. À travers sa conciliation du salut et du bonheur, Lamourette renouvelle l’approche de la mort. Il rompt complètement avec la vision terroriste qui culminait au XVIIe siècle40. Il présente une idée apaisante, quasi béatifique de la mort, moment où l’on entre définitivement dans le royaume de Dieu :

  • 41 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 233-234.

Oh ! qu’on est malheureux, mon fils, lorsqu’on se trouve réduit au triste besoin de s’étourdir sur l’inévitable nécessité de mourir ! Et qu’il est glorieux pour la religion, que ce ne soit que dans son sein que la mort est un bonheur !41

  • 42 Ibid., p. 64.

31Cette perspective est à relier à la faible attention accordée par l’apologiste à l’enfer, défini comme un simple aiguillon pour convertir les indécis. Le bonheur trouvé en Dieu procure joie, dignité, élévation, grandeur42. La volonté humaine d’atteindre l’infini est alors comblée.

32Le bonheur terrestre ne peut s’obtenir que si le fidèle possède la foi, et s’il admet deux principes théologiques fondamentaux : l’existence d’un Dieu révélé, et l’immortalité de l’âme. Chez Lamourette, rappelons que l’existence de Dieu est corollaire de l’importance accordée à Jésus-Christ :

  • 43 Lettre pastorale d’Adrien Lamourette, pour le carême de l’an 1793, second de la République français (...)

[Jésus-Christ] a, en effet, rempli tout le cœur de cette vie si innocente et si sainte, à faire du bien aux hommes, à essuyer des larmes, à adoucir des chagrins, à mettre fin à des soupirs ; et jamais les malheureux de la terre n’ont rencontré un ami aussi vrai, un consolateur aussi tendre, un père aussi généreux, un cœur aussi infatigable dans la recherche des moyens de répandre autour de lui les douceurs de la joie et du bonheur43 

33Le Christ a montré la nature du bonheur et la voie pour l’obtenir. Outre la reconnaissance de Dieu et de la Révélation, il faut admettre l’immortalité de l’âme. Lamourette ne s’attarde guère sur ce principe, sinon implicitement lors ce passage des Délices de la Religion, à travers l’invocation :

  • 44 Les Délices de la Religion, p. 32-33.

Je suis donc éternel, Seigneur, et ce n’est qu’en vous que je trouve la mesure de ma durée, la règle de ma valeur, et le modèle de mon excellence. Il est donc vrai, et ce n’est donc pas un songe de mon orgueil, que je suis appelé à ne jamais périr, à survivre, comme vous, à la chute de tous les empires, à la destruction de toutes les grandeurs, à l’anéantissement de toutes les passions, à l’extinction de tous les astres, à la rentrée de toute la nature dans la nuit du néant […]44

34De ces deux principes théologiques découlent les conditions qui permettent l’épanouissement du fidèle. D’une part, l’existence de Dieu et surtout l’Incarnation du Fils de Dieu impliquent d’entretenir une double relation, avec Dieu et avec ses semblables :

  • 45 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 8.

[…] il n’y a de bon pour l’Homme que ce qui l’aide à soutenir le concert de ses facultés avec le double rapport qui l’unit à l’Infini et à ses semblables. Ce n’est que dans ce concert que consiste la perfection de la Nature humaine, c’est à dire sa justice et son bonheur45

  • 46 Daniele Menozzi, Philosophes e Chrétiens éclairés : Politica e religione nella collaboratione di G. (...)

35L’homme heureux ne s’épanouit qu’au sein d’une société pratiquant la religion. D’autre part, de l’immortalité de l’âme découle la conséquence que l’état heureux résulte d’abord d’une paix intérieure de chacun avec lui-même. La notion de bonheur revêt donc une double dimension, sociale et individuelle46. C’est surtout dans les Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse que Lamourette développe ce second volet, en abordant la vie intérieure, thème qui demeure prégnant dans les autres ouvrages dits apologétiques.

Les règles du bonheur personnel

36Le bonheur terrestre se décline d’abord sur le plan personnel. Des conditions spéciales sont requises, tant au niveau spirituel que matériel. Le bonheur ne peut être centré exclusivement sur soi-même, mais doit inclure également les autres, en premier lieu les pauvres et les membres de la sphère domestique.

  • 47 Les Délices de la Religion, p. 8.
  • 48 Hommage aux Lyonnais, sur son élévation à la dignité de l’épiscopat, p. 4.
  • 49 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. VII.

37Il s’agit préalablement d’acquérir une quiétude intérieure, ce qui nécessite un recueillement, un repli sur soi consacré à la méditation de Dieu : « […] l’homme entend mal ses intérêts, quand il cherche son bonheur hors de lui-même ; c’est à dire, lorsqu’il se distrait de la contemplation de Dieu »47. Cette conception s’oppose directement à l’opinion philosophique stigmatisée par Lamourette, selon laquelle le bonheur est placé dans l’étourdissement, dans les « paradis artificiels »48. Dans les Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie évangélique, il précise les pratiques de cette intériorité, à savoir « l’innocence du cœur et l’étude de la perfection évangélique »49, qui se traduisent par l’éloignement des plaisirs illusoires fondés sur les choses sensibles et la méditation exclusive de l’Évangile, clé du bonheur. Lamourette insiste sur la lecture personnelle. Cette recommandation est motivée par la conviction de la dégénérescence de l’Église actuelle et par la volonté de réforme qui, dans un premier temps, peut se concrétiser par le retour au Livre ou par le strict respect de leur règle pour les religieux. En outre, la simplicité, la candeur et la vertu sont présentées comme des conditions du bonheur. La campagne apparaît propice au développement de ces qualités. En effet, le cadre rural est associé aux idées de frugalité, de simplicité. Cette valorisation peut être due à l’influence de Fénelon - essentiellement du Télémaque dont l’apologiste cite de longs passages - et à l’essor durant tout le XVIIIe siècle des idées physiocratiques qui fondent la richesse économique d’un pays sur la terre. Cette importance de la campagne croîtra sous la Révolution. L’état personnel du fidèle profitant de l’avant-goût du bonheur terrestre peut alors être caractérisé par un champ lexical contenant les termes, redondants dans l’œuvre de Lamourette, de solidité, de régularité, d’ordre, de concert, d’harmonie, de concorde, de pureté, de repos, de pauvreté, de vérité, d’unité. Au contraire, chez l’incrédule, le réseau lexical englobe les mots d’accessoire, de superficiel, d’illusoire, de superfluités, de dispersion, de mouvement, d’étourdissement, de désordre, d’abondance. Ces deux champs lexicaux s’opposent tout au long de l’œuvre.

  • 50 Ibid., p. 214.

38D’autres traits caractérisent le croyant fervent. D’abord, à l’inverse du philosophe qui se distingue par sa paresse selon les apologistes, le chrétien fidèle ne craint pas l’effort, étape nécessaire dans la recherche de Dieu et dans l’obtention du bonheur. Dans les Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse, la religieuse n’atteint la perfection de son état qu’à condition de persévérer. La sainteté, but de toute vocation religieuse, « suppose une âme forte, courageuse, inébranlable »50. Dans les Prônes civiques, en 1790, Lamourette valorise la notion d’effort, de volonté :

  • 51 Prônes civiques, Prône V, p. 35.

Ne jugez donc pas, mes frères, leur dit-il, de la destinée qui attend vos enfans, par les difficultés que la nouveauté du plus grand et du plus tumultueux changement qui pût jamais s’opérer au milieu de vous, oppose encore à la perfection de votre paix, et à la plénitude de votre bonheur51

  • 52 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 203 ; et Pensées sur la philoso (...)

39La poursuite du bonheur exigeant une ferme persévérance, elle se révèle donc extrêmement difficile. Ensuite, dans la lignée du détachement des choses sensibles et des passions, le chrétien doit se satisfaire de son état social. Par exemple, la religieuse « ignore qu’il soit possible de s’ennuyer de ses devoirs, et de chercher le bonheur hors de son état » ; et de manière générale52, « le comble de l’infortune, c’est d’être forcé de haïr son état, de maudire impuissamment ceux qui sont plus heureux, et de souffrir sans espérance ». Toutefois, le bonheur du chrétien, loin d’être égoïste, réside également dans la relation qu’il noue avec ses semblables, et d’abord avec les plus modestes.

  • 53 Jean Mesnard, « Pascal et la pauvreté », La quête du bonheur et l’expression de la douleur dans la (...)

40La pauvreté occupe une place majeure dans la réflexion de l’apologiste. Il constitue un thème essentiel de l’apologétique du bonheur chez Lamourette. Non seulement, il apparaît redondant dans les Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse , mais il se révèle également fortement présent dans les autres ouvrages adressés aux fidèles laïcs. Pour les pauvres, le christianisme procure moins l’accomplissement du bonheur que son espérance : c’est une religion consolatrice. Ceux qui ne souffrent pas de la misère doivent secourir les pauvres, éviter l’abondance. Le précepte de charité sous-tend bien sûr ces recommandations. Mais c’est surtout le modèle de Jésus-Christ qui est mis en exergue : toute sa vie, le Fils de Dieu s’est uniquement soucié des plus modestes, s’est conformé à leur mode de vie, et c’est pour eux qu’il s’est sacrifié. À l’instar de Pascal53, et plus généralement d’une longue tradition vivante au Moyen-Âge et persistante à l’époque moderne, revivifiée notamment grâce à l’enseignement de saint Vincent de Paul, fondateur des lazaristes, le pauvre devient la figure privilégiée du Christ chez Lamourette. Aider les pauvres, faire l’aumône fait partie de la définition du bonheur pour ceux qui sont en mesure d’exercer la charité. La pauvreté matérielle favorise la richesse spirituelle.

  • 54 L’expression est employée pour la première fois par Lamourette dans les Observations sur l’état civ (...)

41Outre les relations avec les pauvres, Lamourette insiste sur les relations domestiques. Il étudie le bonheur à l’intérieur d’une famille, sorte de microcosme de la société. Il confie au père le soin de veiller au « bonheur domestique »54. Le terme famille est à entendre au sens large : il englobe les parents et enfants, mais également l’ensemble de la domesticité et des ouvriers qui travaillent sur le domaine familial. Dans les Délices de la religion, l’auteur prend l’exemple d’un noble rural qui se soucie de faire contribuer chacun selon ses moyens au bonheur domestique. Selon la conception paternaliste de la monarchie, le père peut être assimilé au souverain qui doit favoriser le bonheur de ses peuples. Dans ses ouvrages antérieurs à la Révolution, Lamourette ne souhaite pas un changement complet de l’ordre social et politique, mais seulement des réformes internes au système.

42Le bonheur terrestre nécessite des dispositions mentales, intérieures précises. Elles permettent de nouer une relation à l’infini. Paradoxalement, ce mouvement d’introspection se révèle nécessaire pour pouvoir s’ouvrir à l’extériorité et réaliser ainsi la deuxième composante du bonheur : la relation avec les autres, en priorité avec les pauvres et les membres de la maisonnée. Cependant, la Révolution marque une inflexion majeure dans la réflexion de Lamourette : l’espoir d’accomplir bientôt le bonheur de manière universelle se fait jour.

La Révolution, l’avènement d’une société heureuse ?

  • 55 Les Délices de la Religion, p. 102.

43Le bonheur terrestre préfigure la société éternelle conçue comme communion des saints. Il ne peut s’accomplir complètement de manière isolée, sans relation avec ses semblables. Dans les Pensées sur la philosophie de l’incrédulité, il s’exclame, en parlant du christianisme comme de la véritable philosophie : « Quelle philosophie, que celle qui […] attache à l’oubli de l’intérêt personnel, et au soin du bonheur des autres, un prix infini ! »55. Le bonheur terrestre a pour corollaire la notion de sociabilité. Globalement, avant 1789, ce sont les services réciproques induits par le précepte de charité qui manifestent la fraternité entre les hommes et qui permettent d’améliorer tant soit peu les conditions de vie, de tendre vers un semblant de bonheur. La Révolution entraîne une inflexion dans la pensée de Lamourette. Il voit enfin la possibilité de réaliser ce bonheur. Désormais, l’État aura à charge d’instaurer les conditions du bonheur, principalement par la régénération de la société. La notion de bonheur subit une politisation. De manière plus ou moins cohérente, l’auteur propose une sorte de politique du bonheur.

  • 56 Alain Rey, Un mot : la révolution, Paris, Gallimard, 1989, p. 62.
  • 57 Prônes civiques, Prône V, p. 36-37 : « Alors ces anciennes fictions du monde sans misère, la fictio (...)
  • 58 Prônes civiques, Prône I, p. 26 : « C’étoit dans le même esprit, mes frères, qu’avant cette grande (...)
  • 59 Lettre pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, à tous les fidèles de son diocèse(...)
  • 60 Instruction pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, pour le carême de 1792, Lyon (...)

44Pendant la Révolution, Lamourette développe ses idées sur le bonheur social, « public », resté auparavant à l’état embryonnaire, axé essentiellement sur l’attention accordée aux pauvres. Il s’interroge sur le bonheur des peuples, de l’humanité. Le terme Révolution revêt sous la plume de l’apologiste son sens premier56 : il s’agit de revenir à l’état premier, à savoir la pureté des mœurs. La Révolution prépare le bonheur de tous et est associée à la régénération des mœurs. Elle apparaît comme l’opportunité de satisfaire le désir de bonheur universel, de déclasser la fiction de l’âge d’or57. Dans cette période de flou quant à la légitimité des pouvoirs, c’est le moment pour les prêtres d’influer sur l’orientation du futur gouvernement, sans violer leur principe d’obéissance58. Selon le précepte de saint Paul, Lamourette reste profondément respectueux à l’égard du pouvoir, proclamant qu’il n’est « point de bonheur sans autorité légitime »59. Cette Révolution ne peut aboutir que guidée par la religion, précisément par les préceptes de l’Évangile. Lamourette renverse l’argument formulé par les philosophes contre le christianisme qu’ils accusent de faire sombrer les peuples dans la superstition, l’obscurité, « l’ignorance » et « la barbarie ». Sous sa plume, c’est justement la religion chrétienne qui devient vecteur de « civilisation », de « lumières », de bonheur des « Républiques et des Empires »60. L’auteur développe une vision cosmopolite et universaliste du bonheur. Toutefois, il s’efforce de dépasser le discours théorique et propose deux voies conduisant à ce bonheur, la liberté et la législation. Les campagnes bénéficieraient en premier de cette régénération.

  • 61 Discours prononcé le 29 avril 1793, en l’église métropolitaine de Lyon, par Adrien Lamourette, évêq (...)
  • 62 Prônes civiques, Prône VI, p. 12-13.
  • 63 « Discours sur les devoirs des gens de lettres envers leurs concitoyens, dans les tems de révolutio (...)

45Pendant la Révolution, Lamourette allie le bonheur et la liberté, terme discret dans ses ouvrages pré-révolutionnaires : « […] la religion et la liberté sont inséparablement les deux grandes colonnes du bonheur public », explique-t-il clairement dans un discours prononcé pendant le siège de Lyon61. La liberté apparaît comme subordonnée à la religion, puisqu’elle conduit au bonheur. Par exemple, dans les Prônes civiques, Lamourette refuse de déclarer nationale la religion catholique et préconise la liberté de conscience comme condition du bonheur public62. La réflexion de l’auteur sur l’association de la liberté et du bonheur s’aiguise surtout à partir d’août 1792, date de la chute de la monarchie. Dans son Discours sur les devoirs des gens de lettres envers leurs concitoyens énoncé le 14 août 1792, à la société des Neuf-Sœurs, Lamourette met déjà en garde contre les dérives de la liberté, qui peuvent détruire le bonheur. Toute nation qui a résolu d’être libre doit « savoir combiner la théorie de la liberté avec celle du bonheur, et déterminer avec précision le point de dénouement qui doit clore une révolution »63, prévient-il. Dès août 1792, il propose de freiner, sinon d’arrêter la Révolution. L’agitation soulevée par les mouvements sans-culottes lui apparaît comme source d’anarchie. L’espoir d’un bonheur viable et de la véritable liberté sur terre s’éloigne.

46La Révolution peut en outre aboutir, par l’association de la législation et de l’Évangile. Lamourette assigne au pouvoir politique non pas de procurer le bonheur mais d’en créer les conditions nécessaires, puisque de toute façon le bonheur émane prioritairement de l’intériorité de chacun et non de son environnement :

  • 64 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 342.

Le dernier degré de perfection dont un système de Philosophie politique soit susceptible, c’est que ce système apporte ou indique distinctement à l’Homme, quel qu’il soit, souverain ou sujet, une source d’existence, de puissance, et de bonheur qui ne tienne pas à l’Economie externe de la Société, et qui soit si abondant, si pleinement conforme à notre besoin primitif, et si fort en notre disposition, que tous les biens et tous les maux qui nous viennent de notre existence sociale, nous paroissent comme des infiniment petits devant l’immensité de notre possession intime et capitale64

  • 65 Prônes civiques, Prône I, p. 16.
  • 66 Discours prononcé le 12 juin 1793, à l’occasion d’un service solemnel célébré pour les citoyens mor (...)

47« L’équité » et « la sagesse »65 doivent donc caractériser le gouvernement instauré. L’auteur récuse le recours à la « force physique », à la violence, mais prône l’instauration de la loi, « d’une législation adaptée aux hommes, au temps et aux choses »66, même en 1793 lorsque les positions se raidissent. Il apparaît comme le défenseur invétéré de la légalité. Ce rôle est confirmé en 1791 et surtout en 1792, quand il essaie de préserver la Constitution de 1791, notamment lors de l’épisode célèbre de la séance du 7 juillet 1792, resté dans les mémoires sous le nom satirique de « baiser Lamourette ». Ce jour-là, dans une conjoncture très perturbée, Lamourette, alors député à la Législative (octobre 1791-septembre 1792), prononce un discours appelant à la réconciliation de l’Assemblée nationale autour de la Constitution. Ces paroles, souvent tournées en dérision, reposent sur des convictions politiques solides. En effet, pour Lamourette, la Constitution est l’instrument de la régénération nationale, car elle respecte l’esprit de l’Évangile. Son discours du 4 décembre 1791 annonce les idées exposées en juillet 1792 et révèle la sacralisation du texte constitutionnel :

  • 67 Discours pour la Fête des Canoniers-Volontaires de l’Armée Parisienne, prononcé en l’Église de Notr (...)

Voulons-nous rendre la constitution indestructible, rallions-nous tous autour d’elle, et ne connoissons qu’elle. Le bonheur public est en dépôt dans cette arche sacrée : tout ce qui est en-deçà ou au-delà de cette auguste enceinte, est également profane. Quiconque nous écarte de cette grande colonne de notre régénération politique, soit en nous empêchant d’y atteindre, soit en nous la faisant dépasser, doit être compté parmi ceux qui ménagent des issues au retour du despotisme, et qui favorisent les plans des anciens oppresseurs du peuple67

  • 68 Ibid., p. 5.
  • 69 En 1793, alors que la Révolution lui paraît avortée, il jette un regard rétrospectif sur « une gran (...)

48Il déclare même, au cours de ce discours, que « le christianisme est encore plus éminemment constitutionnel que notre constitution elle-même »68. Ainsi, par la combinaison de liberté et des lois, la Révolution peut faire advenir le bonheur sur terre69. Le monde rural jouira des prémices de ce bonheur. L’importance thématique de la campagne s’accroît sous la Révolution. Le monde rural est, selon lui, appelé à lancer en premier le mouvement de régénération, qui contaminera ensuite les autres sphères, notamment urbaines. Dans les Prônes civiques, il s’exclame :

Oui, mes frères, […] c’est par les campagnes que commence le bonheur public, […] c’est ce foyer de toute régénération et toute prospérité nationale, qui ressent le premier l’influence de la révolution […]

  • 70 Prônes civiques, Prône III, p. 39.
  • 71 Lettre pastorale d’Adrien Lamourette, pour le carême de l’an 1793, second de la République français (...)

49La Révolution et sa vague de bonheur toucheront de manière privilégiée les habitants de la campagne, car ils souffrent le plus de la servitude : il s’agit de «la classe la plus opprimée de nos concitoyens ». De plus, ils n’ont pas succombé au péché de « luxe », « d’orgueil », « oisiveté », « inhabileté à tout bien »70. Comme Jésus-Christ s’est préoccupé en priorité des pauvres, des malheureux, la Révolution par sa constitution évangélique soignera principalement le monde rural. Cette argumentation constituera le fer de lance de sa rhétorique face à l’emprise du clergé réfractaire sur les campagnes à partir de la fin de l’année 179171. La Révolution complète la polysémie du terme bonheur. Lamourette insiste principalement sur le bonheur réalisable ici-bas, avant-goût du bonheur céleste. Implicitement, il s’appuie sur les deux principes théologiques traditionnels, l’existence de Dieu et l’immortalité de l’âme. Ce bonheur terrestre se décline doublement. Sur le plan personnel, il signifie d’abord repli sur soi et méditation des mystères, puis ouverture vers les autres, les pauvres, héritiers directs de Jésus-Christ, et la famille. La Révolution incite Lamourette à réfléchir aux conditions du « bonheur public », qui paraît sur le point de s’accomplir.

***

  • 72 Cette remarque sur l’audience d’une telle conception est extraite de l’article de Jacques d’Hondt, (...)
  • 73 Bernard Plongeron, « Recherches sur L’Aufklärung catholique en Europe occidentale (1770-1830) », Re (...)

50Ainsi, le bonheur constitue une des clés de voûte de l’apologétique de Lamourette. Le choix central de ce thème répond certes à la volonté de suivre la mode et de trouver un point d’accord avec les philosophes, mais surtout aux convictions profondes de l’auteur, sur lesquelles sont fondés son discours apologétique, ses principes théologiques et sa vision de l’homme. L’auteur met fin à la signification exclusivement transcendante de la notion du bonheur, et lui attribue également une dimension immanente. Il fait descendre partiellement le bonheur du ciel sur la terre. Il faut rappeler que cette conception d’un bonheur terrestre demeure relativement rare à la fin du XVIIIe siècle et ne constitue l’apanage que d’une portion d’intellectuels, des milieux éclairés de la noblesse et du clergé, et de la bourgeoisie la plus hardie. « Elle participe de la pensée des Lumières, dans son avatar le plus audacieux »72. À l’issue de cette étude sur la notion de bonheur dans l’œuvre de Lamourette, ce dernier peut bien être défini comme un représentant de l’Aufklärung catholique en France73. Reconnaissant les droits de la raison et les capacités créatrices de l’homme, il essaie de s’insérer dans les débats intellectuels de son temps et de trouver un langage adapté aux attentes de ses contemporains.

  • 74 Mandement de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, métropolitain du Sud-Est, à l’occasion d (...)

51Cependant, la position de Lamourette se révèle ambiguë. Son espoir de réaliser un tel bonheur semble progressivement s’étioler face à l’évolution de la situation. Probablement, à l’instar de l’abbé Grégoire, aurait-il souhaité l’insertion de devoirs dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Son insistance sur l’effort que réclame la quête du bonheur, et la réitération des devoirs qui doivent guider le comportement de l’homme vis-à-vis des pauvres et de ses proches, laissent à penser qu’il récuse l’individualisme des droits et la négation de tout devoir. En octobre 1791, Lamourette manifeste ouvertement ses doutes quant à la possibilité de réaliser le bonheur sur terre. Il en nuance la définition. Le bonheur ne constituerait pas un état, mais au mieux une succession de moments éphémères : « La Providence, qui veut sans doute éprouver notre soumission à ses ordres, semble nous ménager de nouvelles angoisses, pour nous apprendre, de plus en plus, qu’il n’est point ici-bas de bonheur solide et sans mélange »74. Les événements de septembre 1792, essentiellement les massacres de prêtres et la dissolution de l’Assemblée législative, qui impliquent pour Lamourette l’échec la conciliation entre la Constitution et l’Évangile, lui enlèvent toute illusion d’une action politique du bonheur, confirmée par l’insuccès de la révolte fédéraliste de Lyon. Ces évolutions, appréhendées comme des dérives de la Révolution, portent un coup d’arrêt à ses espérances de réalisation du bonheur ici-bas, car la politique du bonheur impliquait selon lui la combinaison de la liberté et de la religion.

Haut de page

Notes

1 Archives nationales , W/ 309, cahier 404 bis, Lamourette, Acte d’accusation (8 octobre 1793).

2 Je me borne ici aux ouvrages apologétiques. Les écrivains catholiques, principalement les moralisateurs, ont également beaucoup traité ce thème à travers leurs ouvrages au XVIIIe siècle : se reporter à Robert Mauzi, L’idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994 (1e éd., 1979), p. 180-215 : dans ce chapitre intitulé « Bonheur chrétien et vie chrétienne », il détaille la stratégie des moralistes pour montrer que l’honnête homme ne peut être que chrétien.

3 Abbé Charles Bellet, Les droits de la religion chrétienne et catholique sur le cœur de l’homme, Montauban-Toulouse, Fontanel et Birosse, 1764, t. 1, discours 1, p. 18-20.

4 Abbé Augustin Barruel, Les Helviennes, ou Lettres provinciales philosophiques, Paris, 1833 (4e édition), Méquignon et Boiste, t. 4.

5 Par exemple, Antoine de Malvin de Montazet, dans sa célèbre Instruction pastorale sur les sources de l’incrédulité et les fondemens de la Religion, [Lyon, Aimé de la Roche, 1776, 285 p. ] affirme rapidement en conclusion que « la religion n’a d’autre but que de rendre les hommes sages et heureux ».

6 Johann-Heinrich-Samuel Formey, Système du vrai Bonheur, Utrecht, Sorli, 1751, 94 p.

7 Philippe Lefebvre, Les pouvoirs de la parole. L’Église et Rousseau (1762-1848), Paris, Cerf, 1992, p. 419.

8 Madame la marquise de Sillery, La religion considérée comme l’unique base du bonheur et de la véritable philosophie, Ouvrage fait pour servir à l’éducation des Enfans de S.A.S. Monseigneur d’Orléans et dans lequel on expose et l’on réfute les principes des prétendus Philosophes Modernes, Paris, Polyptype, 1787.

9 Bernard Plongeron, « Bonheur et ‘civilisation chrétienne’ : une nouvelle apologétique après 1760 », dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. CLIV, Oxford, The Voltaire Foundation, 1976, p. 1637-1655.

10 Pensées sur la philosophie de l’Incrédulité, ou réflexions sur l’esprit et le dessein des philosophes irréligieux de ce siècle, Paris, chez l’Auteur, rue du Cherche-Midi, vis-à-vis le couvent, maison n°71 et chez les libraires de Paris, 1786, p. 119-120.

11 Denis Diderot, Jean-Le-Rond d’Alembert, L’Encyclopédie, Paris, article « Bonheur », t. 5, p. 260-262.

12 Madame du Chatelet, Réflexions sur le bonheur, s.l.n.d., p. 339 et p. 360 [Bibliothèque municipale de Lyon, fonds jésuite, SJ B 432/27].

13 Louis de Beausobre, Essai sur le bonheur, ou réflexions philosophiques sur les biens et les maux de la vie humaine, Berlin, Haude et Spener, 1756, 220 p.

14 Johann-Heinrich-Samuel Formey op. cit., p. 54.

15 Instruction pour le carême de 1792, Lyon, Amable Le Roy, s. d. [30 janvier 1792], p. 16.

16 Philippe Lefebvre, op. cit., p. 419.

17 Pensées sur la philosophie de l’incrédulité, p. 114 et Pensées sur la philosophie de la foi, p. 141-142.

18 Pierre Masson, La religion de Jean-Jacques Rousseau, tome III, p. 204 : l’auteur qualifie l’apologétique de Lamourette de « sentimentale » et la rapproche de celles, contemporaine, de Fauchet, et postérieures, du Lyonnais Ballanche et de Chateaubriand.

19 Norman Ravitch, « Catholicism in Crisis : the Impact of the French Revolution on the Thought of the Abbé Adrien Lamourette », dans Cahiers internationaux d’histoire économique et sociale, t. 9, 1978, p. 354 : l’auteur, s’appuyant sur les travaux de Bernard Plongeron, insiste sur la double nature de la crise qui touche le catholicisme à la fin du XVIIIe siècle.

20 Les Délices de la Religion ou le pouvoir de l’Évangile pour nous rendre heureux, Paris, chez Mérigot jeune, 1788, p. 212-213.

21 Ce passage est inspiré de l’ouvrage majeur, quoique ancien, d’Albert MONOD, De Pascal à Chateaubriand. Les défenseurs français du catholicisme (1670-1802), Paris, Félix Alcan, 1916, 606 p.

22 Jean Deprun, La philosophie de l’inquiétude, Paris, Vrin, 1979, 479 p. L’auteur développe l’antinomie du bonheur, la philosophie de l’inquiétude qui se développe parallèlement à la préoccupation du bonheur.

23 Considérations sur l’esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 61-62. Dans les Délices de la Religion, la métaphore médicale est également présente à travers le reproche qu’adresse le narrateur à Ariste, p. 37 : « Vous aimez mieux vous juger incurable que de chercher des moyens de guérison ; […] ».

24 Hommage aux Lyonnais, par M. l’abbé Lamourette, sur son élévation à la dignité de l’épiscopat, s.l.n.d., p. 2 : quoique présentant une conception plutôt optimiste de l’homme et rejetant fermement l’option janséniste, Lamourette emploie dans ce passage des termes particulièrement forts relatifs à la faiblesse de la nature humaine : « Un fragile mélange d’abjection et de foiblesse ; un atome, un insecte, qui ne vit que l’espace d’un matin et n’en voit jamais le soir ; une vapeur légère, une feuille, une ombre vaine qui chemine au travers de l’incertitude et des périls ». [Archives municipales de Lyon , 303. 304].

25 Pensées sur la philosophie de la foi, ou le système du christianisme entrevu dans son analogie avec les idées naturelles de l’entendement humain, Paris, Mérigot jeune, 1789, p. 176.

26 Ibid., p. 19 .

27 Les Délices de la Religion, p. 201 et 204.

28 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 169.

29 Prônes civiques, Paris, chez Lejean, s.d. [1790], Prône I, p. 9.

30 Les Délices de la Religion, p. 201.

31 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 303, note 2, III.

32 Ibid., p. 295.

33 Pensées sur la philosophie de l’incrédulité, p. 69.

34 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 214-215.

35 Les Délices de la Religion, p. 6.

36 Prônes civiques, Prône V, p. 39.

37 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 172.

38 Pensées sur la philosophie de l'incrédulité, p. 157.

39 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. VII.

40 Jean Delumeau, Le Péché et la peur. La culpabilisation en Occident (XIII-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 1983, 741 p.

41 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 233-234.

42 Ibid., p. 64.

43 Lettre pastorale d’Adrien Lamourette, pour le carême de l’an 1793, second de la République française, Lyon, Amable Le Roy, 1793, p. 4.

44 Les Délices de la Religion, p. 32-33.

45 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 8.

46 Daniele Menozzi, Philosophes e Chrétiens éclairés : Politica e religione nella collaboratione di G.-H. Mirabeau e A.-A . Lamourette (1774-1794), Brescia, Paideia Editrice, 1976, p. 148-149 : l’auteur insiste sur ce double aspect de la notion de félicité et bonheur chez Lamourette, plus précisément dans Les Délices de la Religion.

47 Les Délices de la Religion, p. 8.

48 Hommage aux Lyonnais, sur son élévation à la dignité de l’épiscopat, p. 4.

49 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. VII.

50 Ibid., p. 214.

51 Prônes civiques, Prône V, p. 35.

52 Considérations sur l'esprit et les devoirs de la vie religieuse, p. 203 ; et Pensées sur la philosophie de l'incrédulité, p. 142.

53 Jean Mesnard, « Pascal et la pauvreté », La quête du bonheur et l’expression de la douleur dans la littérature et la pensée françaises. Mélanges offerts à Corrado Rosso, Genève, Droz, 1995, p. 203.

54 L’expression est employée pour la première fois par Lamourette dans les Observations sur l’état civil des Juifs, adressées à l’Assemblée Nationale, 1790, p. 4. Cependant, l’idée est déjà explicitée dans ses ouvrages apologétiques.

55 Les Délices de la Religion, p. 102.

56 Alain Rey, Un mot : la révolution, Paris, Gallimard, 1989, p. 62.

57 Prônes civiques, Prône V, p. 36-37 : « Alors ces anciennes fictions du monde sans misère, la fiction de l’âge d’or et toutes les suppositions qu’on a imaginées pour se peindre le règne de la félicité, et l’état parfait du genre humain, toutes ces images n’approcheront pas encore de la vérité et de la beauté du spectacle que nous offrira la France ; et déjà le peu de momens qui subsistent de la sagesse de nos loix, n’est-il pas une attestation bien frappante de ce que peut pour le bonheur public un régime établi sur les fondemens de l’unité et de la liberté ? ».

58 Prônes civiques, Prône I, p. 26 : « C’étoit dans le même esprit, mes frères, qu’avant cette grande Révolution qui prépare votre bonheur, et sous le despotisme de ces hommes hautains, et durs, qui disposent à leur gré de votre vie et de votre liberté, nous vous exhortions dans nos temples à la patience, à l’obéissance et à la paix. Nous aurions été des pasteurs séditieux et indignes du ministère auguste qui nous étoit confié, si nous vous avions adressé un autre langage et que devant le sanctuaire du Dieu de la concorde et de la charité, nous nous fussions établis les détracteurs de votre gouvernement et de vos loix. ».

59 Lettre pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, à tous les fidèles de son diocèse, s.l.n.d., 7 avril 1791, p. 3. [Bibliothèque de la faculté catholique, H 60-A-8].

60 Instruction pastorale de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, pour le carême de 1792, Lyon, Amable le Roy, 30 janvier 1792, p. 32.

61 Discours prononcé le 29 avril 1793, en l’église métropolitaine de Lyon, par Adrien Lamourette, évêque du département de Rhône-et-Loire, à l’occasion d’une messe solemnelle célébrée pour le succès de nos armes, contre les ennemis de la république française et demandé par les citoyennes de la section Métropole, dont les époux et les enfans sont enrolés au dernier recrutement, s.l.n.d., p. 7-8 : « La force physique, sans celle-là, n’a ni but ni direction ; elle est plutôt un principe d’ébullitions irrégulières et spontanées, qu’une véritable résistance publique. Combien ce fantôme de force est différent de celle qui réside au sein d’une législation adaptée aux hommes, au temps et aux choses, d’une législation dégagée de toutes les tristes abstractions qui en ternissent la dignité, d’une législation, surtout, qui admette les idées sensibles et morales ! C’est là le grand ressort des sociétés reconstruites sur les bases de la justice éternelle : c’est là l’inébranlable pivot de la liberté et de la félicité nationale ; c’est là la grande et invincible résistance qui, en réagissant silencieusement et sans interruption contre les ennemis du bonheur du peuple, leur oppose un spectacle bien plus imposant, plus majestueux et plus terrible, que tout le formidable appareil de ces bouches de bronze qui vomissent le tonnerre et la foudre. » [archives municipales de Lyon , 2.779].

62 Prônes civiques, Prône VI, p. 12-13.

63 « Discours sur les devoirs des gens de lettres envers leurs concitoyens, dans les tems de révolution », Extrait du Tribut de la Société-Nationale des Neuf Sœurs, Paris, Imprimerie de la Société nationale des Neuf Sœurs, 14 août 1792, p. 4.

64 Pensées sur la philosophie de la foi, p. 342.

65 Prônes civiques, Prône I, p. 16.

66 Discours prononcé le 12 juin 1793, à l’occasion d’un service solemnel célébré pour les citoyens morts à la journée du 29 mai en défendant les droits sacrés de l’égalité et de la liberté républicaines, contre l’oppression de l’anarchie, Lyon, Vatar-Delaroche, 1793, p. 8.

67 Discours pour la Fête des Canoniers-Volontaires de l’Armée Parisienne, prononcé en l’Église de Notre Dame, dimanche 4 décembre 1791, par M. Lamourette, évêque métropolitain du Rhône-et-Loire, et député à l’Assemblée nationale, Lyon, Amable le Roy, p. 3.

68 Ibid., p. 5.

69 En 1793, alors que la Révolution lui paraît avortée, il jette un regard rétrospectif sur « une grande et sage nation qui vouloit atteindre au bonheur par la liberté, par la justice et par les loix », dans le Discours prononcé le 12 juin 1793, à l’occasion d’un service solemnel célébré pour les citoyens morts à la journée du 29 mai en défendant les droits sacrés de l’égalité et de la liberté républicaines, contre l’oppression de l’anarchie, p. 9.

70 Prônes civiques, Prône III, p. 39.

71 Lettre pastorale d’Adrien Lamourette, pour le carême de l’an 1793, second de la République française, Lyon, Amable Le Roy, 1793, p. 10 : les habitants des campagnes sont priés de subvenir aux besoins de la population lyonnaise, qui souffre de l’asphyxie causée par le siège de la ville. Comme argument majeur, il leur est rappelé qu’ils sont les premiers à ressentir « le plus abondamment les bienfaits de la révolution, et que c’est par [eux] qu’elle a commencé son règne vivifiant et régénérateur ».

72 Cette remarque sur l’audience d’une telle conception est extraite de l’article de Jacques d’Hondt, « Le bonheur du cosmopolite », La quête du bonheur et l’expression de la douleur dans la littérature et la pensée françaises. Mélanges offerts à Corrado Rosso, Genève, Droz, 1995, p. 270-278.

73 Bernard Plongeron, « Recherches sur L’Aufklärung catholique en Europe occidentale (1770-1830) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. 16, 1969, p. 555-605.

74 Mandement de M. l’Evêque du département de Rhône-et-Loire, métropolitain du Sud-Est, à l’occasion de la maladie de Notre Saint Père le Pape, Lyon, Amable le Roy, 29 oct. 1791, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Blanc, « Adrien Lamourette : une apologétique du bonheur », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 47-68.

Référence électronique

Caroline Blanc, « Adrien Lamourette : une apologétique du bonheur », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3799 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3799

Haut de page

Auteur

Caroline Blanc

Université Jean Moulin-Lyon 3 RESEA – UMR 5190, LARHRA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org