Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables rondes et Journées d'études

Les Assomptionnistes en Russie

Colloque international avec la Congrégation des Augustins de l’Assomption, l’Université d’Etat des Sciences Humaines de Moscou et le Centre d’Etudes œcuméniques de Nimègue, 21-22 novembre 2003
Jean-Dominique Durand
p. 161-162

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2004 sous le titre Les assomptionnistes et la Russie : 1903-2003, Bernard Holzer (éd.), Bayard, Coll. Recherches Assomption, 319 p.

Texte intégral

1Le 13 septembre 1903, il y a cent ans, des pères Assomptionnistes arrivaient à Saint-Pétersbourg, donnant corps à ce qui, après 1862, était devenu l’obsession du fondateur, le Père Emmanuel d’Alzon : la « conversion de la Russie ». Depuis, les Assomptionnistes ont toujours été présents en Russie, avec une brève interruption entre 1955 et 1959, malgré les vicissitudes du siècle.

2Réunissant des chercheurs français, italiens, américains, russes, hollandais, fondé sur des fonds d’archive très riches (archives diplomatiques, Archivio Segreto Vaticano, archives soviétiques du K.G.B., archives de la Congrégation des Assomptionnistes à Rome et aux États-Unis), ce colloque a permis de retracer une aventure étonnante, extraordinairement fragile, confrontée à la persécution et au martyre, mais installée dans la durée. À partir de 1903, le destin de la Congrégation se confond avec celui de la Russie : elle va en partager le malheur et toutes les souffrances. Quelques fortes personnalités dominent cette histoire : le père Evrard, Mgr Pie Neveu, le père américain Braun, qui fut curé de Saint-Louis des Français à Moscou, en face de la sinistre Loubianka et qui logeait à l’ambassade de France !

3Cette histoire difficile, est aussi l’histoire d’une rencontre, d’une découverte nourrie au cours du XXe siècle, par le sang des martyrs. Arrivés à Moscou pour « évangéliser » un pays chrétien depuis 1 000 ans, les Assomptionnistes ont découvert l’Orthodoxie, pour devenir eux-mêmes porteurs de la culture russe. En cela, ce colloque a apporté de nouveaux éléments à l’histoire de l’œcuménisme. S’achevant par une demi-journée sur « Perspectives et enjeux diplomatiques et ecclésiologiques », avec des interventions d’Andrea Riccardi, Georges Tchistiakov et Vladimir Zielinsky, le colloque a permis d’aborder le problème délicat des relations entre le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou aujourd’hui.

4Le Colloque « Les Assomptionnistes en Russie » était le troisième colloque historique organisé en collaboration avec cette Congrégation religieuse particulièrement attentive à son histoire. Le premier fut en 1997 consacré à Mgr Louis Petit, archevêque latin d’Athènes, et le deuxième a été organisé à Lyon en 2000 pour le 150ème anniversaire de la fondation de la Congrégation et centré sur les questions missionnaires. On ne peut que souhaiter que se prolonge cette collaboration à bien des égards exemplaire, fondée sur une ouverture très libérale des archives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Dominique Durand, « Les Assomptionnistes en Russie  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 161-162.

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Les Assomptionnistes en Russie  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3770

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org