Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances 2002-2003
Soutenances d'Habilitation à diriger des recherches

Bruno Dumons, Pour une histoire sociale du politique et du religieux. Vers une histoire des pouvoirs dans la France contemporaine (1850-1950) : recherches sur l’histoire de l’État, des villes, des femmes

Daniel Moulinet
p. 183-185

Texte intégral

1Présentant tout d’abord son itinéraire intellectuel, Bruno Dumons commence par relever l’invitation suscitée en lui par l’œuvre de Georges Duby à situer sa recherche à la jonction de plusieurs disciplines (« un travail aux interfaces » (Claude Langlois) et à l’orienter vers une histoire des pouvoirs, ceux-ci entendus au sens large, comprenant les réseaux et l’articulation du masculin et du féminin. Bruno Dumons s’est tourné vers la France contemporaine (1850-1950), se concentrant surtout sur les années 1880-1914, période de républicanisation de la société française. Il explique comment il a été conduit à élaborer une « histoire sociale du politique et du religieux », souhaitant ainsi opérer un décloisonnement de ces domaines naguère presque imperméables les uns aux autres. Il rappelle comment le territoire du religieux, naguère écarté de l’histoire sociale, a pu y rentrer par le biais de l’histoire du catholicisme social, débouchant sur une étude des pratiques et abordant le fait religieux comme un fait social.

2Il décrit ensuite les différents volets de son dossier de publications : une histoire sociale de l’État républicain comme État-providence, tournée notamment vers l’étude des systèmes de prévoyance et d’assistance et conduisant, en particulier, à l’étude de l’adaptation et de l’insertion des œuvres caritatives catholiques au système global de l’assistance ; l’histoire sociale des serviteurs de l’État et, en particulier, l’histoire de ceux qui ont fait l’objet d’une distinction, présentés comme des figures idéales du citoyen. Un autre centre d’intérêt l’a orienté vers l’étude des modes de gouvernement au sein des villes françaises, la « gouvernance urbaine » (W. Cohen). L’espace lyonnais lui est apparu très riche d’enseignements, mettant en lumière les élites urbaines issues du catholicisme intransigeant.

3Dans ce même courant, enfin, les femmes ont joué un grand rôle et Bruno Dumons a pu faire collaborer, pour la rédaction d’un dictionnaire devant paraître prochainement, les historiens du religieux et des femmes. Ses travaux lui ont permis d’étudier le processus de politisation d’un réseau de femmes du premier XXe siècle développant une « culture politique blanche ». Le mémoire inédit qu’il présente au jury porte justement sur ce réseau : la Ligue des femmes françaises, fondée en 1901 par une bourgeoise lyonnaise, Mme Lestra, avec l’aide d’un jésuite, le P. Eymieu.

4Après quelques remarques stylistiques, Serge Chassagne souligne l’aspect novateur de l’utilisation que font les femmes de la LFF des moyens modernes de propagande (libelles, presse… et croisade de prière). Il pose la question de la réaction des époux confrontés au militantisme de leur femme. Bruno Dumons répond en faisant appel au journal spirituel de Mme Lestra mais estime que les situations ont dû refléter une certaine diversité, notamment en fonction de l’harmonie des couples.

5Jacqueline Lalouette, qui apprécie l’érudition bibliographique de Bruno Dumons et sa connaissance fine du monde urbain, souligne le rôle important de la franc-maçonnerie dans l’élaboration d’une législation sur l’assistance. Elle pose des questions sur la composition et le fonctionnement des comités de la LFF, ainsi que sur l’utilisation des fonds. Elle s’intéresse à la bifurcation opérée par le mouvement, qui passe de l’action politique à l’action sociale (mise en place d’écoles ménagères et d’ouvroirs…) et spirituelle, adoptant et diffusant une piété ultramontaine, en vue de rechristianiser la France. Elle pose la question de l’articulation des pouvoirs entre hommes et femmes au sein du mouvement.

6Philippe Boutry, pour sa part, félicite Bruno Dumons de son aptitude à travailler en collaboration, nourrissant ainsi un dialogue entre les champs de recherche. Revenant sur son itinéraire, il le caractérise par sa fidélité envers une école historique lyonnaise ancrée dans le social : donnant place au social comme faisant sens dans le religieux, Bruno Dumons en est arrivé à une histoire des rôles masculin et féminin, présentant une conception dynamique qui privilégie les itinéraires personnels plus que les tableaux descriptifs. Dès l’un de ses premiers articles sur les enterrements civils à Lyon, Bruno Dumons est apparu, à ses yeux, comme un historien de la visibilité. La visibilité, justement, Philippe Boutry l’associe à ce catholicisme intransigeant, étudié ici par Bruno Dumons, qui refuse la modernité des idées tout en adoptant celle des procédés de propagande. Il apprécie la nouveauté révélée par le mémoire sur la LFF : émergence d’un nouveau rapport hommes-femmes à l’intérieur du catholicisme (différent de celui mis en lumière naguère par Claude Langlois dans son étude sur les congrégations féminines), processus de politisation des femmes, attention portée par Bruno Dumons à la « dialectique entre Marthe et Marie », sensible à la place de la prière chez ces femmes d’action. À propos de la notion de « féminisme chrétien », Philippe Boutry évoque les positions de Michèle Riot-Sarcey, qui souligne comment a été mis en place, au XIXe siècle, un modèle de « sujet politique » le présentant comme un homme, instruit et propriétaire. Bruno Dumons estime que ladite notion est à mettre en question pour cette période car le féminisme est alors associé à des figures républicaines et anticléricales.

7Après Didier Renard, qui s’est félicité de la réussite du travail de Bruno Dumons, conjuguant histoire et science politique et respectant les standards professionnels des deux communautés de chercheurs, et qui a évoqué l’existence de clivages entre républicains modérés et radicaux sur la politique sociale, Jean-Dominique Durand prend la parole. Saluant l’ouverture de Bruno Dumons à la pluridisciplinarité, il cite à son propos « le saint maire de Florence », Giorgio La Pira (« ouvrir des fenêtres et jeter des ponts »). Il revient ensuite sur la question de possibilité de l’existence de sources inédites à Rome et dit son souhait de voir la recherche se prolonger sur la période postérieure à 1914, au moins jusqu’à la fusion avec la LPDF. Il met enfin en question l’utilisation du vocabulaire de la « souffrance » et du « martyre » par les dirigeantes de la LFF. Bruno Dumons estime qu’en politique, comme dans le monde ouvrier, il peut y avoir une conscience collective de la souffrance pouvant être source d’action. Il rappelle aussi comment le souvenir des martyrs de la Révolution est vivace chez ces femmes qui ont le sentiment d’inscrire leur combat dans cette ligne.

8Concluant les débats, Yves Lequin rappelle l’évolution intellectuelle de Bruno Dumons dont il a été le témoin attentif et attentionné. Il ouvre ainsi à une brève délibération à l’issue de laquelle le jury décerne à Bruno Dumons l’habilitation à diriger des recherches, en y joignant ses félicitations unanimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Moulinet, « Bruno Dumons, Pour une histoire sociale du politique et du religieux. Vers une histoire des pouvoirs dans la France contemporaine (1850-1950) : recherches sur l’histoire de l’État, des villes, des femmes  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 183-185.

Référence électronique

Daniel Moulinet, « Bruno Dumons, Pour une histoire sociale du politique et du religieux. Vers une histoire des pouvoirs dans la France contemporaine (1850-1950) : recherches sur l’histoire de l’État, des villes, des femmes  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3764

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org