Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances 2002-2003
Soutenances de thèses

Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965), itinéraire d’un laic, d’un prêtre puis d’un évêque, catholique intégral au XXème siècle, 758p + Annexes

Corinne Bonafoux
p. 181-182

Texte intégral

1Olivier Georges insiste dans sa présentation sur la démarche et la méthode choisies pour traiter un sujet particulièrement délicat. Comment échapper à l'image duelle d'un évêque caractérisé par sa fameuse phrase : « Pétain, c'est la France, la France, c'est Pétain » mais aussi par son attitude active pour sauver les juifs ? Il s'est efforcé de dépasser la problématique de Collaboration ou de Résistance qui lui semblait incapable d'expliquer le personnage et de rendre la cohérence de son itinéraire. L'importance de la position du primat des Gaules durant ces années cruciales a donc conduit le candidat à centrer son travail sur la période de la guerre. Mais il lui a semblé qu'il fallait remonter très en amont pour comprendre la personnalité de Pierre-Marie Gerlier, bien avant son arrivée à Lyon en 1937. L’enfance en Normandie, les années de jeunesse, la formation d'avocat, la présidence de l'ACJF ont donc été successivement étudiées ainsi que son épiscopat à Tarbes et Lourdes.

2La source principale a été constituée par les archives diocésaines de Lyon qui lui ont été intégralement ouvertes, y compris pour les années de guerre. Les membres du jury reconnaissent l'importance de ce travail, les qualités d'historien d'Olivier Georges dans le traitement de son sujet, tant par ses interrogations méthodologiques sur le genre biographique que par son attention à une chronologie fine pour les années de guerre, ou encore par sa critique des sources. Chacun revenant sur tel ou tel point a permis d'éclairer des facettes différentes du cardinal Gerlier.

3M. Jean-Dominique Durand (Université Lyon 3), le directeur de la thèse, voit en Mgr Gerlier un évêque symbolique de l'épiscopat de Pie XI et souligne que si Pierre-Marie Gerlier n'est pas à l'origine d'initiatives novatrices dans son diocèse, il a su les laisser se développer et les encourager. M. Christian Sorrel (Université de Savoie), revient sur les années de l'ACJF puis du prêtre parisien et s'interroge sur la distribution des rôles entre Mgr Gerlier et Mgr Courbe et conclut sur la grandeur de Gerlier qui apparaît comme celle du fidèle serviteur.

4M. Jean-Louis Halpérin, professeur d'histoire du droit (Université de Dijon), centre son intervention sur la formation juridique de Gerlier et ses premières années d'avocat. La thèse de Gerlier sur Le contrat de travail usuraire se place dans la perspective d'un catholicisme thomiste prônant l'équilibre du contrat.

5M. Régis Ladous (Université Lyon 3) revient, quant à lui, sur la définition de catholicisme intégral donnée par Olivier Georges autour de trois qualificatifs, ultramontain, social et nationaliste. Régis Ladous pense qu'il faudrait remplacer nationaliste par patriote et ajouter à la définition, le terme de clérical. Il souligne l'indifférentisme de Gerlier à la démocratie parlementaire et juge que son attitude pendant l'occupation n'est pas celle d'un évêque résistant mais protestataire. Par ailleurs, il a été frappé par le caractère international de Gerlier qui a voyagé aussi bien en Amérique qu'en Afrique.

6Il revenait à M. Laurent Douzou, professeur à l’IEP de Lyon, de porter le débat sur les années de guerre. Celui-ci ne remet pas en cause les analyses d'Olivier Georges mais aurait souhaité la prise en compte de la réception des discours de Gerlier ainsi que celle des enjeux mémoriels. Laurent Douzou parle à propos du discours de novembre 1940 d'une véritable ombre portée sur l'image de Gerlier. D'autre part, à Olivier Georges qui explique ce discours par l'intégralisme de Gerlier il demande si le problème se pose encore en ces termes en 1940.

7Le discours du 6 septembre 1942, première protestation publique du cardinal lue en chaire dans toutes les églises du diocèse, constitue un véritable tournant mais M. Douzou observe que le cardinal Gerlier s’exprime après Mgr Saliège et Mgr Théas et en termes plus ambigus. D'ailleurs cette déclaration qui fait office de césure n'empêche pas les rechutes, le cardinal Gerlier assiste aux obsèques de Philippe Henriot.

8M. Jacques Prévotat (Université de Lille 3), qui présidait le jury juge que le sujet était très difficile pour une thèse nouveau régime et il regrette que les années 1945 à 1967, soit les deux tiers de l'épiscopat lyonnais du cardinal Gerlier soient traitées trop rapidement, alors qu'elles furent riches en crises et engagements.

9Cette thèse au croisement de l’histoire religieuse et de l'histoire politique pose un jalon d'importance dans le dossier si controversé de l'attitude de l'épiscopat pendant la guerre et sous le régime de Vichy. Les membres du jury ont salué un travail de grande importance, et souhaitent une publication rapide et décernent la mention très honorable à l'unanimité

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Bonafoux, « Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965), itinéraire d’un laic, d’un prêtre puis d’un évêque, catholique intégral au XXème siècle, 758p + Annexes  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 181-182.

Référence électronique

Corinne Bonafoux, « Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965), itinéraire d’un laic, d’un prêtre puis d’un évêque, catholique intégral au XXème siècle, 758p + Annexes  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3762

Haut de page

Auteur

Corinne Bonafoux

Université de Savoie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org