Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables rondes et Journées d'études

1901-1904 : Les Lois anticongréganistes et le grand exil des religieux français

Colloque international, Lyon 12-14 juin 2003
Claude Prudhomme
p. 157-158

Notes de la rédaction

Les actes de ce colloque ont été publiés en 2005 sous la direction de Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand, , Le grand exil des congrégations religieuses françaises, 1901-1914, Paris, Le Cerf, coll. « Histoire », 2005, 489 p.

Texte intégral

1Les Centres de recherche lyonnais (Institut d’Histoire du christianisme et Centre André Latreille), associés au Laboratoire Diasporas de l’Université de Toulouse Le Mirail et au Centre Interuniversitaire d’Études Québecoises de l’Université Laval ont choisi d’apporter leur contribution aux colloques consacrés aux grandes lois françaises de laïcisation en portant leur attention sur l’exil des congrégations françaises. L’une des conséquences les plus spectaculaires de la loi de 1901, qui régit les associations, et de la loi de juillet 1904, qui interdit tout enseignement aux congréganistes, fut en effet le départ hors de France de dizaines de milliers de religieux. De cet exode massif, le colloque a rappelé les conditions, puis s’est arrêté sur les réactions des congrégations avant d’explorer les espaces géographiques concernés.

2La première demi-journée, consacrée à la législation anti-congréganiste, a permis de reprendre le dossier pour mesurer l’ampleur du phénomène et dresser un bilan en 1914, terme fixé par la loi de 1904 à son application. Elle l’a aussi replacé dans la durée (depuis le XVIIIe siècle) et dans le cadre général du catholicisme à travers la gestion romaine de la crise.

3Dans un second temps, les interventions ont analysé les réactions immédiates des autorités et les choix des congrégations religieuses. On a pu mieux apprécier la diversité des stratégies (rester en France, au prix d’une sécularisation au moins extérieure, ou s’expatrier ?), les traumatismes subis, les effets à long terme sur la vie religieuse.

4Les séances suivantes ont été consacrées à l’étude systématique des espaces, celui de l’Europe, puis des Amériques, et enfin des colonies et de l’Orient. Cette dimension était a priori la plus neuve et la plus délicate à traiter. Le caractère international des intervenants a démontré la fécondité de la démarche. Au-delà des éléments généraux déjà connus, les communications ont en effet permis de préciser la géographie des diasporas, de mesurer l’ampleur du mouvement dans chaque cas, de préciser les formes multiples des implantations. Elles ont aussi éclairé l’impact de ces mouvements sur les pays d’accueil et les effets de retour, avec les relectures dont les migrations ont fait l’objet dans la mémoire des congrégations.

5Au terme des travaux, Jean Baubérot a replacé l’événement dans la genèse difficile d’une laïcité française pour laquelle la lutte anti-congréganiste aura été une étape vers l’établissement d’un pacte laïque pacificateur. Andrea Riccardi a ensuite proposé d’interpréter ces lois dans la longue durée d’un catholicisme obligé d’inventer de nouvelles formes de présence au monde aux XIXe et XXe siècles, d’abord tenté par le repli dans une citadelle sacrée avant de choisir l’ouverture missionnaire d’une « frontière de partage ». Jean-Dominique Durand, chargé d’établir un premier bilan, a notamment mis en évidence les logiques qui se dégagent de la gestion de l’événement, les conséquences de l’exil pour la conception de la vie religieuse et l’action des congrégations, et la géographie des nouveaux espaces qui s’esquissent. Il a enfin relevé les zones d’ombre qui subsistent et esquissé quelques pistes de travail pour l’avenir.

6On l’aura compris, ce colloque n’a pas été une commémoration formelle et un passage obligé mais bien l’occasion de sortir d’une vision exclusivement française et de croiser les approches sociales et culturelles en vue d’une histoire religieuse décloisonnée. Il illustre ainsi les objectifs de la nouvelle équipe RESEA (Religion, Société et Acculturation) et la publication prochaine des Actes constituera une nouvelle illustration de la vitalité des équipes lyonnaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « 1901-1904 : Les Lois anticongréganistes et le grand exil des religieux français  », Chrétiens et sociétés, 10 | 2003, 157-158.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « 1901-1904 : Les Lois anticongréganistes et le grand exil des religieux français  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 10 | 2003, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3757

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA-UMR 5190, LARHRA Centre André Latreille Université Lumière-Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org