Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Florian Michel, Traduire la liturgie. Essai d’histoire, Paris, CLD, 2013, 261 p.

Christian Sorrel
p. 188-190

Texte intégral

1Un livre important… Il faut le dire d’emblée pour présenter « l’essai d’histoire » publié par Florian Michel, même si ces textes ne sont pas inédits, ce que les Editions CLD se gardent de préciser, laissant dans l’ombre le travail des premiers éditeurs, ceux des revues et des colloques universitaires sans lesquels les recherches naissantes n’auraient pas la même portée. La liturgie, objet de la première constitution (Sacrosanctum Concilium) votée par le concile Vatican II en 1963, non sans débats, mais en réalisant un relatif consensus, est rapidement devenue, on le sait, un enjeu majeur des tensions autour du concile et le reste, en raison notamment du motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI en 2007 sur la forme extraordinaire du rite romain. Si les historiens n’ont pas ignoré cet aspect de la « crise catholique », ils en sont restés souvent aux agitations de surface, entre traditionalistes et progressistes, et, plus généralement, ils ne se sont guère appropriés l’objet « liturgie » à l’époque contemporaine. La situation évolue heureusement depuis quelques années, comme en témoignent notamment les travaux de Vincent Petit (Catholiques et Comtois. Liturgie diocésaine et identité régionale au xixe siècle, 2011). Florian Michel se situe dans cette même perspective de traiter en historien la liturgie, cœur de la vie chrétienne, vecteur de la culture catholique. Il le fait en choisissant d’analyser une question technique, mais décisive, celle des traductions liturgiques que l’autorisation conciliaire de recourir aux langues vernaculaires, amplifiée par la demande du peuple chrétien, rend nécessaires et même urgentes dès 1964. Il le fait en recourant pour la première fois à des fonds d’archives abondants et riches, mais plus ou moins accessibles (CNAEF, diocèses, ordres religieux). Il utilise les papiers des experts, en premier lieu ceux du Centre national de pastorale liturgique, les documents de travail de la Conférence épiscopale française, chargée de la mise en œuvre de la réforme, les correspondances épiscopales privées, les jugements des intellectuels catholiques, souvent critiques devant les mutations en cours. Le premier chapitre et le dernier posent un cadre général et abordent les questions de pouvoir et de compétence (« Philologues, philosophes et théologiens dans les traductions liturgiques (1964-1970) » ; « La commission épiscopale de liturgie au temps de la réforme conciliaire »). Les quatre chapitres intermédiaires s’attachent à décrypter les mécanismes de travail, les formulations et les réactions autour de textes précis (« Le Consubstantialem Patri : de la contestation des traductions au traditionalisme ? » ; « Du Pater Noster au Notre Père œcuménique (1966) » ; « La traduction du canon et l’incise Mysterium fidei (1967-1969) » ; « Catholicam Ecclesiam et l’échec de la traduction œcuménique du Credo (1970) »). L’ensemble constitue sans doute un « essai », selon la définition modeste de l’auteur, dans la mesure où la documentation est loin d’être totalement inventoriée et moins encore dépouillée, dans la mesure aussi où bien d’autres questions pourraient être abordées (réception dans les paroisses, liturgies alternatives, etc.). Mais un « essai » convaincant qui indique l’une des voies majeures de l’historicisation de la crise liturgique, toujours d’actualité : « Pour conclure a minima, écrit Florian Michel, il semble à tout le moins qu’un récit unilatéral de la réforme liturgique est maintenant irrecevable. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Sorrel, « Florian Michel, Traduire la liturgie. Essai d’histoire, Paris, CLD, 2013, 261 p. », Chrétiens et sociétés, 21 | -1, 188-190.

Référence électronique

Christian Sorrel, « Florian Michel, Traduire la liturgie. Essai d’histoire, Paris, CLD, 2013, 261 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3728

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org