Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Marc Loison, Benoit Labre. Entre contestations et rayonnement spirituel 1748-1783, Paris, Salvator, 2014, 232 p.

Bernard Hours
p. 184-185

Texte intégral

1Comme le souligne l’auteur, maître de conférences honoraire à l’Université d’Artois et spécialiste de l’histoire de l’éducation primaire, la bibliographie sur Benoît Labre ne fait pas défaut, ce qui n’est pas un mince paradoxe, étant donné le peu de sources d’archives et la quasi-absence d’écrits conservés : deux lettres. Aussi, depuis plus de deux siècles, les hagiographes se sont-ils volontiers recopiés les uns les autres, extrapolant volontiers et n’hésitant pas à prendre d’audacieuses mais séduisantes hypothèses pour des vérités historiques. Ce n’est pas le moindre mérite de M. Loison que d’avoir cherché à réduire sa biographie aux seules informations documentées : en deux chapitres et 77 pages, tout est dit de la vie de Benoît. L’accent est mis sur le milieu familial moins aisé qu’on a pu le dire (son père est à la fois paysan propriétaire et marchand mercier), la formation auprès de ses oncles prêtres, l’influence de la lecture des oeuvres du Père Lejeune qui l’oriente vers le mépris absolu de soi. Sur les voyages de Labre à travers l’Europe, l’auteur se limite aux certitudes, c’est-à-dire les quelques dates attestées de la présence de l’ermite-pèlerin en tel ou tel lieu entre 1769 et 177). Mais il se garde bien d’en extrapoler des itinéraires, et notamment se range à l’avis de ceux qui en mis doute que Labre se soit rendu à Compostelle : son errance « se limite » à l’Italie (particulièrement Lorette où il se rend chaque année à partir du moment où il se fixe définitivement à Rome en 1777), à la Suisse et à l’Allemagne méridionale, principalement aux sites de pèlerinages mariaux. Sans doute aurait-il fallu replacer l’expérience de Labre et sa réception par les contemporains dans le contexte de l’érémitisme à la fin du xviiie siècle d’une part, et du relatif discrédit des pèlerins et du pèlerinage à la même époque d’autre part. La bibliographie ne manque plus à ce sujet.

2Les quatre chapitres suivants traitent donc de la postérité de Labre. Finalement, le plus intéressant pour l’historien est que le personnage naît véritablement à l’instant où il meurt. Mais ici encore, la canonisation spontanée dont Labre fait l’objet de la part du peuple romain, aussitôt suivie de l’ouverture d’une enquête canonique qui aboutit à une l’introduction de la cause dès 1792, à peine dix ans après sa mort, a fait l’objet de travaux qui auraient pu être exploités, en particulier ceux de Marina Caffiero. La fabrique d’un saint à l’époque des Lumières (2006, édition italienne 1996). Figure d’autant plus malléable qu’on ne sait rien – ou quasiment rien – de lui, Benoît Labre fait l’objet de réappropriations diverses que l’auteur évoque rapidement : littéraires (Verlaine, Germain Nouveau, Louis Veuillot), éducatives (depuis l’association de Saint-Labre créée par les Frères des Écoles chrétiennes en 1882 dont seront issus plusieurs dirigeants du syndicalisme chrétien, jusqu’à l’école presbytérale d’Amettes du Chanoine Raux entre 1910 et 1935). Force est de reconnaître que la « paternité » revendiquée de Benoît Labre reste cependant surtout symbolique et liée à la proximité géographique, plus qu’à l’héritage d’un message et d’une spiritualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Marc Loison, Benoit Labre. Entre contestations et rayonnement spirituel 1748-1783, Paris, Salvator, 2014, 232 p. », Chrétiens et sociétés, 21 | -1, 184-185.

Référence électronique

Bernard Hours, « Marc Loison, Benoit Labre. Entre contestations et rayonnement spirituel 1748-1783, Paris, Salvator, 2014, 232 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3726

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org