Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Xavier Boniface et Bruno Bethouart (dir.), Les chrétiens, la guerre et la paix. De la paix de Dieu à l’esprit d’Assise, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2012, 372 p.

Pierre-Jean Souriac
p. 176-181

Texte intégral

1Ce livre consiste en la publication des actes du dix-huitième Carrefour d’Histoire religieuse qui s’est tenu en 2009 sous la direction de Bruno Béthouart, président dudit Carrefour, Xavier Boniface et Catherine Masson, à Caen, à proximité du mémorial et des plages du débarquement.

2Cette rencontre souhaitait dresser un bilan des liens entre l’histoire du christianisme et les développements récents de l’historiographie de la guerre qui ont profondément modifié l’approche des conflits depuis une quarantaine d’année. Principalement en histoire contemporaine, et notamment autour des deux conflits mondiaux, l’histoire de la guerre a vu son champ s’élargir vers une approche plus anthropologique et culturelle des combats. Dans ce cadre, affleure nécessairement la question de la foi, de l’appartenance aux Eglises ou de la justification théorique de la guerre et de la paix dans ces contextes qui imposent aux acteurs de s’engager dans un camp ou dans l’autre. Le projet scientifique visait en outre à associer guerre et paix, dans un mouvement d’analyse complémentaire. Si la guerre est définie par la polémologie comme un acte de violence collective d’une communauté contre une autre, la paix n’est pas seulement la non-guerre, elle ne peut se satisfaire d’une définition par la négative alors même qu’elle est donnée par les Ecritures comme un « don de Dieu » et relève donc d’un concept théologique. La guerre se comprend comme une manifestation sociale et politique face à laquelle les Eglises et les chrétiens sont appelés à se positionner. La paix de son côté relève d’une construction théorique qui embrasse à la fois un phénomène social et un idéal théologique et moral abstrait mais nécessaire à cette construction sociale. Les deux notions ne relèvent donc pas exactement des mêmes sphères de compréhension, et pourtant elles sont presque systématiquement associées dans l’analyse des processus historiques.

3Dans son introduction, Xavier Boniface oriente alors le champ des questionnements sur les liens entre chrétiens/guerre/paix vers cinq axes. Tout d’abord, il s’agit de questionner le christianisme comme facteur de guerre, d’examiner le fait religieux comme élément originel aux conflits sans en faire pour autant une causalité exclusive. Le christianisme peut aussi être une justification du conflit invoquée souvent a posteriori, une légitimation de l’acte de guerre sans que pour autant il en ait été à son origine. Ici, affleure la question du droit de la guerre et sous l’angle chrétien, la question de la guerre juste théorisée dès le Ve siècle et reprise par les docteurs de l’Eglise jusqu’à nos jours pour être remodelée et adaptée. Troisième axe de réflexion, le christianisme peut aussi être envisagé comme victime de la guerre, religion désignée comme un adversaire à combattre, que ce soit pour des raisons théologiques ou pour l’appartenance à une Eglise considérée comme gênante. Selon Xavier Boniface, c’est peut-être dans cette logique de la persécution, ou du moins de l’insécurité liée à la guerre, que les chrétiens vont se montrer sensibles à l’idéal de paix. Le discours pacifiste des chrétiens se fait bien souvent en parallèle de comportements belliqueux, la paix relevant d’un idéal de Dieu qui transcende des contingences trop humaines et fait de la paix un horizon à atteindre. Enfin, dernier aspect de ce questionnement, la religion chrétienne sait être à l’écoute des hommes subissant la guerre : relais de leur colère, lieu d’asile, les Eglises sont autant des porte-paroles que des réconforts, des acteurs de paix en temps de conflit.

4Le présent livre est alors divisé en trois parties : le christianisme en temps de guerre, les justifications religieuses des guerres et de la paix de Dieu au pacifisme chrétien. Le premier temps va ainsi s’arrêter sur les comportements catholiques face aux conflits armés, exclusivement la première et la seconde guerre mondiale. Cette partie propose donc un ensemble de cinq articles sur un temps assez resserré où quelques acteurs catholiques de premier plan vont être étudiés sous l’angle de leur engagement ou de leur utilisation dans les conflits.

5Frédéric Le Moigne explore les figures de l’épiscopat français de la guerre de 1870 à la Libération en les passant au crible de l’identité du Defensor civitatis. Antique charge romaine faisant de l’évêque le défenseur de sa cité, elle connut une résurgence au xixe siècle et au xxe siècle dans les contextes d’invasion et d’occupation auxquels furent confrontés les Français et leurs évêques. Or en 1870 comme en 1914-1918, l’opinion catholique et même la République n’hésitèrent pas à consacrer certains prélats de ce titre au nom de leur conduite héroïque durant le conflit, non pas les armes à la main, mais comme médiateurs entre les camps pour limiter le poids de l’ennemi et les exactions sur les civils. En revanche, la guerre de 40 et l’occupation qui s’ensuit s’accompagnent d’un déclassement du milieu épiscopal auquel fut reproché par la résistance catholique, sa passivité et son maréchalisme, à quelques exceptions notoire bien entendu. Antoinette Guise-Castelnuovo revient sur la figure de Thérèse de Lisieux, « patronne des Poilus » au cours de la première Guerre Mondiale. Bénéficiant de tout l’appareil de communication mis en place en faveur de sa canonisation juste avant guerre, la carmélite de Lisieux déjà bien insérées dans les pratiques dévotionnelles des Français va pénétrer dans les tranchées tant par sa fonction thaumaturgique que par celle de réconfort devant la mort impitoyable redoutée par tout soldat. Française sans être exclusivement patriote, elle fut présente dans les dévotions militaires françaises, mais aussi pour une moindre partie allemande. Dominique-Marie Dauzet propose pour sa part un aperçu de la correspondance des prêtres normands adressée à leur évêque au cours de la première guerre mondiale. Dans cette période de publication de lettres de poilus, il souligne combien les archives diocésaines du Calvados pourraient être précieuses grâce à l’attention tatillonne de son évêque qui exigea de ses prêtres au front lettres et informations. Dans le même registre, Catherine Masson commente le journal de guerre de l’abbé Achille Liénart, aumônier volontaire qui fit l’intégralité de la guerre, du 11 août 1914 à sa démobilisation le 12 mars 1919. Au fil des 829 pages de son journal, il accompagne les soldats dans les tranchées, les attaques, les déplacements et les sépultures. Enfin, dernière figure de ces catholiques dans la guerre, le cardinal Gerlier est présenté par Olivier Georges dans cinq moments de sa longue carrière : en 1913, alors président de l’ACJF et patriote convaincu ; en 1914, suite à sa blessure, sa capture et son internement en Allemagne et en Suisse ; en 1940, à Lyon, après la Défaite, affirmant son espoir dans le Maréchal Pétain ; en 1944, toujours dans une église de Lyon lors des funérailles d’un milicien assassiné par la Résistance ; enfin à Rome en 1958, où il prend position contre les exactions de l’armée française en Algérie.

6La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les justifications religieuses des guerres, du Moyen Âge au xxe siècle, de la guerre juste à la justification de la guerre par les catholiques confrontés au deux guerres mondiales. Frédéric-Pierre Chanut s’arrête sur les concepts médiévaux de la guerre juste, entre terres chrétiennes et terres d’Islam. Partant de Saint Augustin, qui fonde avec sa théorie de la guerre juste la légitimation de la guerre sainte, il explore les glissements progressifs qui s’opèrent au sein des théologiens chrétiens pour conduire jusqu’à l’acceptation de la croisade au xie siècle. Le Djihad est exploré dans ses fondements théoriques, mais aussi dans sa confrontation avec la chrétienté. Benoist Pierre présente les prélats de cours des années 1560 qui s’illustrèrent par leur effort d’accompagner la politique de coexistence souhaitée par la régente Catherine de Médicis, à contre-courant d’un destin national traversé des premières guerres de Religion. En suivant le parcours d’une petite dizaine de prélats au service du roi, il nous plonge dans les alternatives politiques et religieuses qui s’offrirent aux dirigeants du royaume entre les années 1560 et 1570. Alain Joblin revient sur la situation de Boulogne et du Boulonnais au cours des guerres de Religion, enjeux stratégiques pour les protestants regardant vers le soutien anglais, tout autant que pour les ligueurs cherchant à offrir un port aux armées de Philippe II. Gregory Wallerick analyse le positionnement politico-confessionnel du célèbre graveur Théodore de Bry et ces successeurs, protestants notoires, pour autant au service de commanditaires aussi bien catholiques que protestants. Ici, guerre et paix sont cherchées dans les interstices d’un discours devant ménager toutes les susceptibilités, par le biais de dissimulations et surtout par celui des dédicaces. Le livre revient sur les évêques français face à la guerre de 1870 dans l’article que Séverine Blenner-Michel consacre au discours pastoral des prélats au cours de ce conflit. Relais d’un discours patriotique et impérial, les évêques se muent en apôtre de la rédemption et du redressement moral suite aux défaites subies par l’armée française, la chute du régime, la Commune de Paris et la capitulation inéluctable. Jean-François Zorn déplace l’analyse vers la Première Guerre Mondiale et la mobilisation coloniale des indigènes pour aller se battre sur le front européen, à travers le prisme du discours patriotique véhiculée par les missionnaires protestants outre-mer. Thomas Vaisset revient sur la personnalité de l’amiral d’Argenlieu, à la croisée de la vocation militaire au cours des deux guerres mondiales, y compris dans la France Libre, et de la vocation religieuse, en tant que Carmes Déchaux à partir de 1925. Autour de la notion de croisade, on comprend comment cet homme d’Eglise traverse la deuxième guerre porté par un idéal chrétien qui justifie sa prise d’armes. Enfin, pour clore cette partie, Corinne Bonafoux étudie les développements de la doctrine de la guerre juste dans le discours catholique du début du xxe siècle aux années 1990.

7La troisième partie du livre aborde enfin la question du militantisme chrétien en faveur de la paix, des mouvements médiévaux de la Paix de Dieu au pacifisme chrétien du xxe siècle. Jean Heuclin s’intéresse aux environs de l’An Mil et à l’usage du droit par les institutions ecclésiastiques pour limiter l’arbitraire de la violence et contrôler le temps et l’espace de la guerre. Entre le ixe et le xiiie siècle, Esther Dehoux propose une analyse de 348 représentations peintes ou sculptées de Saint Georges de Cappadoce, de Maurice d’Agaune et de l’archange Michel, trois figures de saints ou d’archanges guerriers très présents dans les édifices religieux du royaume français ou dans un certain nombre de textes que l’auteur passe ici en revue. Il en ressort une analyse des rapports entretenus entre les clercs, la guerre et ces acteurs, car il s’agit pour la plupart de commandes de membres du clergé témoignant de leur propre imaginaire. Dans le même ordre d’idée, Xavier Storelli propose une analyse à partir des écrits ecclésiastiques du xie au xiiie siècle du monde anglo-normand et qui abordent la question de la chevalerie et donc des pratiques de violence. Ces récits sont souvent contradictoires, comportant à la fois des dénonciations et une fascination pour cette violence, entre guerre illégitime et guerre juste. La société chevaleresque se montre alors complexe et plurivoque, les chroniqueurs ecclésiastiques adoptant des critères de différenciation selon les personnes et les périodes. Benoît Schmitz s’intéresse à la figure pontificale de la Renaissance à l’âge baroque, période au cours de laquelle le souverain pontife fut critiqué pour son implication militaire dans le jeu géopolitique européen, semblant privilégier sa fonction temporelle plutôt que spirituelle. Au-delà de cette vision souvent simplificatrice, l’auteur revient sur la légitimation guerrière de l’office pontifical, que ce soit dans les enjeux turcs et italiens du xvie siècle ou le militantisme de la Réformation catholique au xviie siècle. Sortant du strict monde des clercs, Olivier Prat aborde la question du pacifisme chez les chrétiens français et allemands dans l’entre-deux-guerres, au moment des tentatives de réconciliation franco-allemande et de montée des fascismes. En remontant aux précurseurs des mouvements pacifiques confessionnels français et allemand, cet article explore ensuite les armes employées par les divers mouvements dans leurs efforts de conjurer la guerre. Pierre Moracchini présente la figure de Gratien de Paris, capucin connu pour son Histoire de l’évolution de l’Ordre des frères mineurs au xiiie siècle, mais également témoin de son temps par la rédaction suivie de cahiers en cours d’édition. La communication s’arrête spécifiquement sur les années 1939-1942. Muriel Guittat-Naudin revient sur la figure pontificale dans la guerre en étudiant les jugements posés sur Pie XII. Choisissant de traiter de la période 1944-1958, c’est-à-dire avant l’apparition des critiques massives contre les silences du Vatican, elle offre une lecture plus nuancée de l’interprétation de l’action pontificale durant la guerre. Enfin dans un article ample et synthétique, Philippe Portier clôt cette partie en explorant la pensée catholique contemporaine face à la question du droit de la guerre, soulignant son évolution et son adaptation dans un siècle où la guerre fut plus massive et plus violente que jamais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Souriac, « Xavier Boniface et Bruno Bethouart (dir.), Les chrétiens, la guerre et la paix. De la paix de Dieu à l’esprit d’Assise, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2012, 372 p. », Chrétiens et sociétés, 21 | -1, 176-181.

Référence électronique

Pierre-Jean Souriac, « Xavier Boniface et Bruno Bethouart (dir.), Les chrétiens, la guerre et la paix. De la paix de Dieu à l’esprit d’Assise, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2012, 372 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3714

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org