Navigation – Plan du site
Dossier coordonné par Olivier Chatelan

Une expertise de terrain : l’expérience en travail social des prêtres et religieuses montréalais (1930-1970)

Amélie Bourbeau
p. 97-111

Résumés

Dans un contexte de modernisation rapide de l’assistance catholique non institutionnelle, de nombreux prêtres et religieuses montréalais sont formés en travail social des années 1930 à 1970. À travers leurs travaux et leurs pratiques, il est possible de voir comment ils ont contribué à bâtir une expertise des problèmes urbains caractérisée par une approche pragmatique et rationnelle, ancrée dans les principes professionnels du travail social alors en émergence. Cette expertise s’inscrit à la fois dans la tradition charitable et dans les valeurs véhiculées par l’Action catholique spécialisée. De la formation à la pratique, ces hommes et femmes d’Église ont su concilier foi et expertise en travail social.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Québec, Montréal

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Notes de l’auteur

Je voudrais remercier, pour la relecture de cet article, Harold Bérubé. Les recherches qui ont permis sa rédaction ont été rendues possibles grâce au soutien du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC) et du Groupe d’histoire de Montréal, qui ont toute ma gratitude.

Texte intégral

  • 1 Fait à noter, des travailleuses sociales et travailleurs sociaux ecclésiastiques œuvraient aussi en (...)

1Entre le début des années 1930 et la fin des années 1960, de nombreux travailleurs sociaux et travailleuses sociales de Montréal sont également membres du clergé catholique. À travers leurs travaux et leurs pratiques, il est possible de voir comment ils ont contribué à bâtir une expertise des problèmes urbains caractérisée par une approche pragmatique et rationnelle, ancrée dans les principes professionnels du travail social alors en émergence. Cette expertise n’entre cependant pas en conflit avec les valeurs religieuses de ces travailleurs sociaux, comme elle s’inscrit à la fois dans la tradition charitable et dans les valeurs véhiculées par l’Action catholique spécialisée. De la formation à la pratique, ces hommes et femmes d’Église ont su concilier foi et expertise en travail social. Ces travailleurs sociaux sont observés dans deux contextes distincts, soit le Conseil des Œuvres de Montréal, agence de coordination de l’assistance fondée en 1934 ; et quelques agences sociales fondées et animées par des religieuses, surtout durant les années cinquante et soixante1.

Le travail social en Amérique du Nord

  • 2 Par exemple, sur le Canada, voir Cathy James, « Reforming Reform : Toronto’s Settlement House Movem (...)

2L’histoire du travail social a reçu une part d’attention non négligeable en Amérique du Nord depuis les années 1970. Au Canada et aux États-Unis, on s’est tourné à la fois vers les pratiques, les courants intellectuels et l’identité professionnelle des travailleurs sociaux, donnant une idée assez nuancée de l’évolution de ce champ, des Settlement Houses londoniennes au déclin de l’État providence à partir des années soixante-dix2. Cette historiographie a surtout mis l’accent sur la rationalisation de la charité dans son exploration des origines du travail social, et s’est moins intéressée aux liens avec l’évangélisme social ou l’Action catholique, qui ont fait l’objet de travaux distincts.

  • 3 Denyse Baillargeon, Amélie Bourbeau et Gilles Rondeau, « Motivation et formation des travailleurs s (...)
  • 4 Lionel-Henri Groulx, Le travail social. Analyse et évolution, débats et enjeux, Laval, Agence d’ARC (...)
  • 5 Diane Montour-Perras, La charité professionnelle : l’émergence de la carrière de travailleuse socia (...)
  • 6 L. H. Groulx et Ch. Poirier, op. cit., p. 168-177.
  • 7 Jean-Philippe Warren, « La découverte de la "question sociale" : sociologie et mouvements d’action (...)
  • 8 Directeur du Conseil des Œuvres de Montréal à partir de 1942, enseignant et directeur de l’École de (...)

3Au Québec, l’historiographie est d’abord marquée par le récit des origines et la problématique de la professionnalisation3. Les débuts de l’École de service social de Montréal, en particulier, sont bien connus, de même que l’évolution de la formation universitaire et des structures au sein desquelles les travailleurs sociaux ont évolué : d’abord, les agences sociales privées, puis publiques, mais aussi les organisations professionnelles et les institutions d’enseignement supérieur4. Cette histoire québécoise est essentiellement francophone. Les parcours des anglophones sont moins bien connus, en-dehors de quelques travaux sur l’école de McGill (Montreal School of Social Work) et d’études au sujet des agences protestantes et juives, qui ne portent pas nécessairement sur le travail social comme tel5. Cette historiographie s’est assez peu penchée sur le travail pratique, en agence. On sait que les travailleurs sociaux ont d’abord pratiqué le casework, avant de s’ouvrir à d’autres techniques, comme l’approche psychanalytique et communautaire, mais on dispose de peu d’informations sur le travail au quotidien. De plus, on a trop rapidement conclu à une mainmise institutionnelle et morale d’hommes du clergé sur une profession hautement féminine6, ce qui aurait retardé la réelle professionnalisation du champ, sous la gouverne d’hommes laïques, à partir des années 1960. Parallèlement, d’autres historiens se sont penchés sur l’Action catholique spécialisée, contribuant significativement à nuancer notre compréhension de l’évolution de l’Église catholique au xxe siècle, dans son action sociale et intellectuelle7. C’est avec leurs travaux en tête que nous avons étudié les travailleurs sociaux, qualifiés de « techniciens de l’organisation sociale » par un de leurs leaders, le père dominicain André-Marie Guillemette8.

Des débuts accélérés

  • 9 M.-P. Malouin, op. cit. ; L.-H. Groulx, op. cit.
  • 10 Gerald Berry, le prêtre anglophone, dirige le Catholic Welfare Bureau chez les anglophones, jusqu’à (...)
  • 11 L.-H. Groulx, op. cit.
  • 12 L’objectif principal des fédérations financières est d’organiser une grande campagne de financement (...)

4Les premiers travailleurs sociaux catholiques de Montréal sont formés dans divers lieux. Marie Gérin-Lajoie, membre d’une famille illustre de la bourgeoisie canadienne-française ayant suivi des cours de travail social dans une université américaine, peine à vendre son projet de communauté féminine non cloîtrée aux autorités religieuses. Elle réussira, en 1923, à fonder l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil, qui commencera immédiatement à donner des cours de service social à ses membres, religieuses, ainsi qu’à des laïques. Sans statut officiel, on ne saurait parler de véritable école de travail social, mais il est reconnu, encore aujourd’hui, que l’INDBC a contribué à l’introduction des principes du travail social chez les Canadiens français9. Puis, durant les années 1930, l’archevêché autorise deux démarches : premièrement, quelques Canadiennes françaises laïques obtiennent la permission d’étudier à la Montreal School of Social Work (MSSW), anglophone et « non confessionnelle » (ce qui, en contexte montréalais, revient à dire protestante). Dans les mêmes années, l’archevêché dépêche aussi trois prêtres, deux francophones et un anglophone, à l’Université catholique de Washington, dans le but de les former au service social et de leur confier la fondation et la gestion d’une école canadienne-française à leur retour. En 1938, ils prennent effectivement les rênes d’agences sociales nouvellement fondées, dont les buts sont de coordonner les pratiques et les agences d’assistance catholiques10. En 1940, l’un d’eux, Lucien Desmarais, devient le premier directeur de l’École de service social, qui sera éventuellement affiliée à l’Université de Montréal11. Cette École a été fondée grâce à la collaboration de l’archevêché et de deux fédérations financières, la Federation of Catholic Charities, desservant la population catholique anglophone de Montréal, et la Fédération des Œuvres de charité canadiennes-françaises (FOCCF), son homologue francophone12.

  • 13 Au sujet des facultés professionnelles, voir Johanne Collin, Évolution des profils de comportement (...)

5À partir de ce moment, les catholiques seront généralement formés à l’ÉSS. Elle est dirigée par des membres du clergé jusqu’en 1967 et ses professeurs ont un profil diversifié : hommes et femmes, laïcs et clercs, francophones et anglophones. Durant les années 1940, en plus d’être dirigée par le père Lucien Desmarais, déjà mentionné, on retrouve dans le corps professoral Françoise Marchand, formée à la MSSW, et Marie Gérin-Lajoie, de l’INDBC. C’est donc dire que l’approche américaine du travail social y domine. Conformément aux usages alors en vigueur à l’Université de Montréal, plus particulièrement dans les facultés professionnelles, les professeurs ne détiennent pas de doctorat et ne font pas de recherche, partageant leur temps entre l’enseignement et, bien souvent, un deuxième emploi13.

6L’enseignement prodigué à l’ÉSS combine diverses approches, la principale étant le casework. Au fil du temps et des tendances, cependant, on y enseigne aussi l’administration des œuvres, la psychanalyse, le groupwork, etc. De plus, les étudiants doivent obligatoirement accomplir un stage pratique, qui se déroule parfois à Montréal, souvent à l’extérieur, aussi loin qu’à New York, Paris, ou même Londres. Lorsque cela est possible, on s’assure que les étudiantes et étudiants soient accueillis par la communauté catholique en place et que le stage ait lieu dans un organisme catholique. Ceci étant dit, malgré quelques mémoires de maîtrise qui, durant la première moitié des années 1940, donnent un sens religieux et moral au travail social, la formation prodiguée à l’ÉSS est très rapidement axée sur la pratique et le concret. Il faut savoir que, pour un nombre grandissant d’acteurs dans la sphère de l’assistance, il y a urgence durant le deuxième tiers du xxe siècle : l’entre-deux-guerres a révélé les limites d’un réseau d’institutions catholiques traditionnelles mal adaptées au contexte de modernité industrielle et à la croissance rapide de Montréal, tandis que le milieu non institutionnel, mis à part les Sociétés de Saint-Vincent de Paul, est presque inexistant. L’adoption des principes du travail social, comme pratique, et de la rationalisation de l’assistance, à travers un financement centralisé, sont les deux réponses principales à cette crise de la charité catholique.

Le Conseil des Œuvres

  • 14 Au sujet de la FOCCF et de ses dirigeants, voir Amélie Bourbeau, La réorganisation de l’assistance (...)

7Le Conseil des Œuvres de Montréal a été fondé en 1934-1935 par les administrateurs de la FOCCF, essentiellement, des hommes laïcs, représentant l’élite économique et politique canadienne-française14. À partir de 1932, en accord avec la tendance nord-américaine à la rationalisation de l’assistance, ils ont mis sur pied une structure à trois branches – financement, coordination et assistance – pour assurer une meilleure couverture des services nécessaires, éviter leur dédoublement et, partant, le gaspillage de ressources humaines et financières. Le COM, dans cette structure, doit assurer la coordination du milieu en établissement les besoins de la communauté, en encourageant la création d’agences pour y répondre et en signalant tout double emploi, c’est-à-dire, deux agences accomplissant le même travail.

  • 15 Ce rayonnement est perceptible dans les relations entretenues avec la section française du Conseil (...)
  • 16 Selon les rapports annuels disponibles, cette équipe compte moins de dix personnes durant les année (...)
  • 17 Marie-Ange Bouchard, Relations entre le clergé et une agence d’assistance familiale soit une étude (...)

8De 1934 à 1938, l’organisme vivote, sous la direction d’un administrateur qui partage son temps entre le COM et la FOCCF. De 1938 à 1964, sous la direction successive de quatre travailleurs sociaux qui sont aussi membres du clergé, le COM prend son envol et devient un incontournable des services d’assistance catholiques à Montréal, mais aussi à l’extérieur : c’est donc dire le rôle central que l’agence joue dans son milieu et dans l’élaboration d’une expertise des problèmes sociaux en milieu urbain15. Cette renommée est due à la fois au dynamisme des directeurs et à la qualité des études et rapports produits par eux et leur équipe laïque16. À première vue, l’affirmation peut surprendre, car ces hommes ne sont pas nommés en poste suite à une longue carrière : sauf exception, ils sont choisis à leur sortie d’école, ou presque, sans acquérir d’expérience professionnelle autrement que par des stages d’étude17.

  • 18 L.-H. Groulx, op. cit. ; M.-P. Malouin, dans Entre le rêve et la réalité, décrit l’emprise particul (...)

9L’historiographie du travail social les a d’abord présentés comme ayant dominé la formation et la direction d’agences jusqu’à la Révolution tranquille, sans toujours aller dans les détails18 et sans les considérer comme des professionnels. Il importe, à cet égard, de ne pas confondre les curés de paroisses et certains prélats influents avec les prêtres professionnels. En observant de plus près les réalisations de ces travailleurs sociaux, quelques constats s’imposent, mais celui qui nous intéresse, dans le cadre de cet article, est le fait que les travailleurs sociaux qui se sont illustrés chez les catholiques montréalais ont adhéré aux principes de leur profession telle que pratiquée à travers le continent, tout en tenant compte des aspects spécifiques du contexte local.

  • 19 Entre autres : AC, fonds FOCCF, boîte 40, chemise 568, Conseil des Œuvres de Montréal. Rapport de l (...)

10Ainsi, au COM, les pratiques sont démocratiques et axées sur une expertise partagée entre les employés. La lecture des rapports de recherche produits par l’organisme est éclairante à cet égard. Clairs, d’un ton technique, appuyés sur la littérature nord-américaine et des statistiques pertinentes, les grands principes qui guident les prémisses et les conclusions de ces rapports touchent généralement au mieux-être de la population aidée et à une offre de services qui soit efficace, rapide, adaptée aux besoins locaux. On ne détecte pas de malaise face aux outils qui permettent d’objectiver les situations décrites (comme les statistiques ou la description des aspects matériels et relatifs de la pauvreté). Il existe certainement des affinités entre la pensée des travailleurs sociaux du COM et les principes de l’Action catholique spécialisée, orientée vers la définition des problèmes sociaux et la recherche de solutions praticables19. Tout discours ouvertement religieux est absent des écrits de ces hommes. À sa place, on trouve des données objectives et des pratiques professionnelles affirmées, des modes d’intervention qui sont, chez les catholiques montréalais, nouveaux, surtout durant les années 1940. La constante, à travers toute la période, est l’attention portée au soulagement des souffrances de toutes natures, élément de la conception catholique de la charité.

  • 20 AC, fonds FOCCF, boîte 52, chemise 766, Conseil des Œuvres, « Rapport pour l’année 1943 », Montréal (...)

11Les autorités épiscopales ont ouvert grand les bras à la rationalisation de l’assistance et au travail social, en les encourageant en mots et en actions. Est-ce à dire, cependant, que l’ensemble de la communauté catholique de Montréal – et, surtout, son clergé – est prêt à emprunter le même virage ? Une initiative de l’archevêque, à partir de 1943, montre qu’il n’y a pas unanimité au sujet du rôle que le COM et les travailleurs sociaux doivent jouer dans le domaine de l’assistance. Cette année-là, Mgr Charbonneau oblige, par mandement, toutes les agences et institutions catholiques à adhérer au Conseil des Œuvres, qui tombe du même coup sous la juridiction de l’archevêché et prend le nom de Commission diocésaine des œuvres de charité et de service social du diocèse de Montréal, titre qui est rarement utilisé par la suite20. En principe, ce mandement doit ramener la planification sociale et les pratiques d’assistance entre les mains du clergé. Loin de constituer un pas en arrière, le fait que le Conseil des Œuvres soit en charge de coordonner l’ensemble du réseau suggère que Mgr Charbonneau cherche à accélérer la réorganisation de l’assistance, en la centralisant, en incluant les institutions dans les efforts de coordination et en confiant la tâche à des travailleurs sociaux professionnels.

  • 21 AC, fonds FOCCF, F03, boîte 52, chemise 766, « Conseil des Œuvres, Montréal, Cinquième rapport annu (...)
  • 22 « This created a lot of difficulties especially in the midst of the religious orders who are in cha (...)
  • 23 Marie Hamel, op. cit.
  • 24 « … il insiste pour ne pas imposer les idées du Conseil et pour travailler avec les agences, à leur (...)
  • 25 BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-8, Marie Hamel, « Memorandum of attendance to th (...)

12Suite au mandement, le nombre de membres du Conseil des Œuvres croît effectivement, passant de 17 agences en 1940 à 73 en 194421. Toutefois, l’obligation d’adhérer n’est pas renforcée, ni par le Conseil, ni par l’Archevêché. Selon une observatrice, le mandement n’a pas l’effet voulu, surtout en ce qui concerne les très grandes institutions dirigées par des communautés religieuses22. Sans qu’elle élabore sur les problèmes ainsi causés, on se doute que certaines communautés sont jalouses de leur autonomie – au point de fonder, en 1950, une association de communautés religieuses pour discuter de leurs intérêts23. Même les directeurs successifs du Conseil des Œuvres émettent des réserves face à ce virage, ce qui laisse supposer qu’ils n’ont pas cherché à renforcer le mandement outre mesure. Ainsi, le père Louis-Philippe Latulippe, troisième directeur du COM, « is very keen not to impose the Council views and to work with the agencies, at their own speed. Although he did not actually say so, he seems to regret that the Conseil des Œuvres has become a diocesan commission24 ». Il espère, entre autres, convaincre l’association des communautés religieuses d’intégrer leurs activités à celles du COM, le mandement ayant eu un effet contraire à son intention, soit la distanciation entre les grandes institutions et le Conseil des Œuvres. Le mandement était peut-être trop ambitieux ou prématuré pour un certain nombre d’organisations religieuses, attachées à leurs manières de faire et à leur autonomie. À terme, l’archevêque fera marche arrière, une dizaine d’années plus tard et à la demande d’un directeur du COM, le père Robert Riendeau25.

  • 26 C’est ce que suggérait, il y a près de vingt ans, Lionel-Henri Groulx dans son livre Le travail soc (...)
  • 27 J.-P. Collin, op. cit. ; J.-P. Collin, « La ligue ouvrière catholique et l’organisation communautai (...)

13Au milieu des années 1960, dans le cadre d’un retrait plus vaste de membres du clergé de la direction d’agences sociales mixtes, la direction du COM passe aux mains d’un travailleur social laïc. Le contexte social et religieux, ainsi que la mise en œuvre de nouvelles approches en travail social, notamment l’animation sociale, donnent les apparences d’un virage important des valeurs de l’organisation26. Avec d’autres historiens, nous voyons plutôt une continuité des préceptes de l’Action catholique spécialisée et de la professionnalisation de l’assistance27.

Les religieuses en agences

  • 28 Rôle qui est reconnu par L.-H. Groulx (Le travail social) et par M.-P. Malouin (Entre le rêve et la (...)
  • 29 Anna Vandandaigue, Un quartier de la Ville de Montréal : « Papineau », thèse (service social), Univ (...)
  • 30 Par exemple, le rapport annuel de la FOCCF, en 1957, fait état de 64 travailleurs sociaux dans son (...)

14Tout au long de la période étudiée, la situation des religieuses professionnelles reste ambiguë. En effet, il existe un décalage persistant entre la réalité vécue par certaines religieuses professionnelles et les mentalités de l’époque quant à leur rôle et au statut qu’elles occupent dans la société québécoise. Si on inclut les initiatives de Marie Gérin-Lajoie et de ses collègues de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil (INDBC) dans l’histoire du travail social, force est de constater que ce sont elles, les véritables pionnières de la profession au Québec28. Cet élan ne se dément pas par la suite, comme le montrent les mémoires en service social déposés par des sœurs de l’INDBC et de la Miséricorde durant les années 1940 et 1950, de même que par les qualifications professionnelles des Petites Sœurs de l’Assomption (p.s.a.) et des sœurs Auxiliatrices du Purgatoire, qui ouvrent un service social en 195529. Or, l’image de la « bonne sœur », caractérisée par son bénévolat, sa compassion, sa charité et non pour l’excellence de ses techniques d’intervention, est tenace, particulièrement chez les hommes laïcs, comme les dirigeants de la FOCCF30.

  • 31 Au moins onze mémoires de maîtrise déposés à l’École de service social de l’Université de Montréal (...)
  • 32 AC, fonds FOCCF, boîte 41, chemise 593, « Service social du Bon-Conseil. Organismes subventionnés F (...)

15Durant la réorganisation de l’assistance, le passage à l’agence « hors murs » et la professionnalisation, des communautés religieuses féminines participent activement au mouvement : l’INDBC et les p.s.a. travaillent auprès des gens de leur quartier qui en ont besoin, en sortant pour aller les rencontrer chez eux, et dans le cas des p.s.a., vivre avec eux quelque temps. Autre initiative qui mériterait une attention soutenue, l’ouverture par les sœurs de Miséricorde d’un service social laïc, affilié à leur hôpital, pour aider les mères célibataires à l’extérieur, voir à leur retour à la vie « normale31 ». Mentionnons finalement, en dernier exemple, l’initiative des Équipières sociales, communauté de femmes à mi-chemin entre le laïcat et la vie religieuse, engagées dans une foule d’activités (soutien au clergé autant que service social) répondant aux besoins locaux. Lorsque le Conseil des Œuvres amorce un plan de décentralisation des services au début des années 1960, pour rapprocher les intervenants des gens dans le besoin, le directeur fait appel à une agence laïque, mais se tourne aussi vers l’INDBC, déjà solidement implantée dans des quartiers défavorisés de l’est de la ville32.

  • 33 Sa fondatrice, Marie Gérin-Lajoie, a fait l’objet de deux biographies, l’une de M.-P. Malouin, Entr (...)
  • 34 Chanoine Raoul Drouin, Monseigneur Georges Gauthier : Archevêque de Montréal, Montréal, Fides, 1946 (...)
  • 35 Lorsqu’une famille en a les moyens, elle est référée à une agence qui exige des honoraires.
  • 36 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 589, « Petites Sœurs de l’Assomption. Dossier d’étude prévisions (...)

16En plus de ces initiatives extra-couventines, des religieuses se professionnalisent, au sein de l’ÉSS mais aussi dans d’autres domaines, comme les soins infirmiers et la puériculture. En pratique, elles sont donc professionnalisées : elles ont reçu une formation et mettent en pratique des techniques et expertises propres au travail social. Le cas des Petites Sœurs de l’Assomption est particulièrement révélateur et concorde avec ce que l’on sait de l’INDBC, probablement la communauté la mieux étudiée à cet égard33. Les p.s.a. sont arrivées à Montréal, de France, en 1933, à l’invitation de l’archevêché34. Les Petites Sœurs de l’Assomption s’impliquent auprès des familles dont la mère est temporairement invalide, soit pour cause de maladie, soit à la suite d’un accouchement. Pour éviter que la famille soit éparpillée en attendant que la crise passe, une sœur remplace la mère absente en s’occupant des repas, de la malade ou de l’accouchée, des enfants et de diverses tâches ménagères légères, le tout sans frais35. Lors de leur arrivée en 1933, le service est offert par des religieuses qui n’ont pas reçu de formation professionnelle spécialisée, quoique la communauté compte déjà quelques infirmières diplômées. Des documents des années 1950 montrent que la situation a grandement changé en moins de vingt ans. D’un rôle traditionnel, longtemps associé à la « nature » féminine, les Petites Sœurs de l’Assomption sont passées à expertes diplômées. En surface, elles accomplissent le même travail qu’auparavant, mais il est désormais informé et transformé par l’expertise dont elles font montre. Elles tâchent de détecter des problèmes familiaux qui dépasseraient la crise passagère, et leur statut particulier, qui leur permet de partager l’intimité de ces familles à un moment vulnérable de leur vie, leur donne un point de vue privilégié. Un exemple de leur approche au travail social nous est parvenu, par le biais d’une plainte d’un citoyen. En 1961, un homme (que nous surnommons A.B.) écrit au chef des finances de la FOCCF, l’organisme qui subventionne les activités des p.s.a., pour se plaindre de ce que sa belle-sœur n’a pu bénéficier des services de la communauté malgré le fait qu’elle soit enceinte, infirme et mère de deux enfants en bas âge. Il y oppose le cas de son autre belle-sœur qui, elle, « les a tant qu’elle peut et tant qu’elle le désire », alors même que son époux occupe deux emplois et que le ménage possède « une automobile de l’année, de très beaux meubles ». Il conclut en écrivant : « C’est du bon monde bien entendu mais ils abusent36 ». Le destinataire ayant fait parvenir cette lettre à la communauté, la réponse ne se fait pas attendre. Le premier cas est mis de côté rapidement, la dame en question demeurant à l’extérieur du territoire couvert par les services des p.s.a. La justification du traitement de la deuxième dame est révélatrice. Tout d’abord, elle n’est pas aussi riche que son beau-frère le laisse entendre, son mari ayant besoin de deux emplois pour faire vivre sa famille, et ils ont une dette à l’hôpital Sainte-Justine pour enfants. La supérieure écrit :

  • 37 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 589, « Petites Sœurs de l’Assomption. Dossier d’étude prévisions (...)

Psychologiquement, Mme H. paraît être dominée par le soi-disant rejet de sa famille. La plus jeune d’une nombreuse famille, elle dit avoir toujours été moins bien traitée que les autres. Actuellement, elle dit que ses parents et ses frères et sœurs ne lui témoignent aucun intérêt et ne viennent pas à son aide. Ce sentiment de frustration la pousse peut-être à chercher une compensation dans des apparences de facilités de vie ; achat d’une auto par exemple ; vêtements qui paraissent bien… Par ailleurs, elle est économe pour l’alimentation et fait beaucoup de couture pour ses enfants37.

  • 38 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 590, « Services familiaux du quartier Saint-Henri. Dossier d’étu (...)

17L’évaluation du cas présente des caractéristiques traditionnelles de l’assistance privée (le recours à la famille avant de faire appel à l’agence), mélangées aux tendances psychanalytiques en vogue chez les travailleurs sociaux des années 1950 et 1960. Elle montre aussi le degré de l’engagement des sœurs, qui sont à même d’évaluer les talents de ménagère de Mme H. L’année suivante, la communauté espère élargir le territoire desservi, dans le but d’offrir des soins médicaux, de l’aide-ménagère, des activités de groupe éducatives et du service social professionnel dans un autre quartier38.

  • 39 M.-P. Malouin, op. cit., p. 123-182.

18Malgré cette pratique et cette approche originales du travail social, à travers un rôle apparemment traditionnel, le statut public des Petites Sœurs de l’Assomption et de leurs consœurs d’autres communautés change très lentement, notamment auprès des dirigeants de la Fédération des Œuvres. Cela est particulièrement vrai durant les années 1930 et 1940, comme l’ouvrage de Marie-Paule Malouin sur l’INDBC le montre39. Par la suite, le professionnalisme des religieuses est ponctuellement admiré, mais ce qui est surtout souligné, dans les appréciations publiques de leurs services, est leur faible coût…

Conclusion

19Ce regard sur les membres du clergé, hommes et femmes, qui sont aussi travailleurs sociaux, montre la conciliation de ces deux facettes de leur vie. La réalité vécue par les religieuses travailleuses sociales semble loin de l’image ancrée dans la tradition de la vocation et du don de soi, souvent associée à ce groupe particulier. Au quotidien, elles parcourent les rues de la ville, aidant des familles à rester unies et appliquant les principes du travail social autant, sinon plus que ceux de la charité chrétienne. Elles ont cependant de la difficulté à se défaire de leur image traditionnelle. Il en va autrement de leurs homologues masculins, qui, jusqu’aux années 1960, dirigent une des agences sociales les plus importantes de la ville. Les hommes qui font partie du clergé et sont professionnels du travail social jouissent d’un prestige qui ne se dément pas jusqu’au milieu des années 1960. Leur attitude professionnelle et leur adaptation rapide aux rouages bureaucratiques en font les leaders du champ, avant qu’ils soient remplacés par de jeunes hommes laïcs, au cours des années 1960. Ce constat est un des moteurs de l’historiographie catholique au Québec, qui se penche de plus en plus sur les pratiques professionnelles et urbaines des membres du clergé au xxe siècle, continuant de révéler les multiples facettes et nuances de l’institution ecclésiastique, dont l’expertise des questions sociales urbaines acquises à partir de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 Fait à noter, des travailleuses sociales et travailleurs sociaux ecclésiastiques œuvraient aussi en milieu institutionnel, l’exemple des Sœurs de la Miséricorde étant peut-être le mieux connu en contexte montréalais. Nos recherches ont cependant porté sur le milieu non institutionnel, que l’on commence tout juste à mieux connaître en ce qui concerne le xxe siècle québécois. Voir Louise Bienvenue, « Pierres grises et mauvaise conscience. Essai historiographique sur le rôle de l’Église catholique dans l’assistance au Québec », Études d’histoire religieuses, 2003, n° 69, p. 9-28 ; Andrée Lévesque, La norme et les déviantes. Des femmes au Québec pendant l’entre-deux-guerres, Montréal, Éditions du Remue-Ménage, 1989. Nous avons principalement utilisé le fonds d’archives de la Fédération des Œuvres de charité canadiennes-françaises (FOCCF), un organisme-parapluie de financement dont les agences étudiées étaient membres. Nous avons aussi fait appel aux archives d’un autre organisme-parapluie, le Conseil canadien de développement social (CCSD), basé à Ottawa. Dans ces deux fonds, les documents sont de nature administrative : correspondances officielles, procès-verbaux, rapports annuels. (Montréal, Archives de Centraide (AC), Fonds FOCCF; Ottawa, Bibliothèque et Archives Canada (BAC), Fonds CCSD, MG28-I10).

2 Par exemple, sur le Canada, voir Cathy James, « Reforming Reform : Toronto’s Settlement House Movement, 1900-1920 », Canadian Historical Review, 2001, n° 82, vol. 1, p. 55-90 ; Ken Moffatt, A Poetics of Social Work. Personal Agency and Social Transformation in Canada, 1920-1939, Toronto, University of Toronto Press, 2001 ; Gale Wills, A Marriage of Convenience. Business and Social Work in Toronto, 1918-1957, Toronto, University of Toronto Press, 1995 ; Sara Burke, Seeking the Highest Good. Social Service and Gender at the University of Toronto, 1888-1937, Toronto, University of Toronto Press, 1996 ; sur les États-Unis, voir Daniel Walkowitz, Working with Class. Social Workers and the Politics of Middle-Class Identity, Chapel Hill et Londres, The University of North Carolina Press, 1999 ; Beverly Stadum, « The Uneasy Marriage of Professional Social Work and Public Relief, 1870-1940 », dans Gary R. Lowe et P. Nelson Reid (éd.), The Professionalization of Poverty, New York, Aldine de Gruyter, 1999, p. 29-50 ; Leslie Leighninger, « The Service Trap: Social Work and Public Welfare Policy in the 1960s », dans G.R. Lowe et P. N. Reid, op. cit., p. 63-88.

3 Denyse Baillargeon, Amélie Bourbeau et Gilles Rondeau, « Motivation et formation des travailleurs sociaux francophones : quelques parcours pionniers (1942-1961) », Intervention, 2006, n° 125, p. 169-171.

4 Lionel-Henri Groulx, Le travail social. Analyse et évolution, débats et enjeux, Laval, Agence d’ARC, 1993 ; Marie-Paule Malouin, Entre le rêve et la réalité : Marie Gérin-Lajoie et l’histoire du Bon-Conseil, Montréal, Bellarmin, 1998 ; Lionel-Henri Groulx et Charlotte Poirier, « Les pionnières en service social : nouveau métier féminin dans le champ de la philanthropie », Service social, 1982, n° 31, vol. 1, p. 168-177 ; Lucie Bonnier, L’entraide au quotidien : l’exemple de la paroisse Sainte-Brigide, Montréal 1930-1945, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Québec à Montréal (UQAM), 1996 ; Lucia Ferretti, « Les agences sociales à Montréal, 1932-1971 », Études d’histoire religieuse, 2000, n° 66, p. 69-88.

5 Diane Montour-Perras, La charité professionnelle : l’émergence de la carrière de travailleuse sociale à McGill (1913-1948), mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Québec à Montréal, 1988 ; Anne MacLennan, Red Feather in Montreal : A History, Montréal, Red Feather Foundation, 1996 ; Anne MacLennan, Charity and Change : the Montreal Council of Social Agencies’ Attempts to Deal with the Depression, Mémoire de M.A. (Histoire), Montréal, McGill University, 1984 ; K. Moffatt, op. cit. ; Micheline Leclair, Les Settlement Houses montréalais et les anglo-protestants : un écho de la fin du xixe siècle, une lumière sur le xxe siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, UQAM, 2000 ; Fernand Hébert, La philanthropie et la violence maritale : le cas de la Montreal Society for the Protection of Women and Children et de la Woman’s Christian Temperance Union of the Province of Quebec, mémoire de maîtrise d’histoire, UQAM, 1999 ; Magda Fahrni, Household Politics : Montreal Families and Postwar Reconstruction, Toronto, University of Toronto Press, 2005.

6 L. H. Groulx et Ch. Poirier, op. cit., p. 168-177.

7 Jean-Philippe Warren, « La découverte de la "question sociale" : sociologie et mouvements d’action jeunesse canadiens-français », Revue d’histoire de l’Amérique française, 2002, n° 55, vol. 4, p. 539-572 ; L. Bienvenue, « Pierres grises et mauvaise conscience. Essai historiographique sur le rôle de l’Église catholique dans l’assistance au Québec », Études d’histoire religieuse, 2003, n° 69, p. 9-28 ; Jean-Pierre Collin, La Ligue ouvrière catholique canadienne : 1938-1954, Montréal, Boréal, 1996.

8 Directeur du Conseil des Œuvres de Montréal à partir de 1942, enseignant et directeur de l’École de service social durant les années 1950. Ce travailleur social s’est d’abord illustré à Ottawa avant d’être nommé en poste à Montréal.

9 M.-P. Malouin, op. cit. ; L.-H. Groulx, op. cit.

10 Gerald Berry, le prêtre anglophone, dirige le Catholic Welfare Bureau chez les anglophones, jusqu’à ce qu’il soit nommé évêque de Peterborough, Ontario, en 1945. Émile Bouvier, s.j., fonde une première école de service social, orientée vers le service social industriel, d’inspiration française. À partir de 1948, cette école prend le nom d’École des relations industrielles et prend ses distances du travail social. Bouvier quittera Montréal en 1960 pour devenir recteur de l’Université Laurentienne de Sudbury, Ontario. Lucien Desmarais, enfin, dirige le Conseil des Œuvres de Montréal (1938-1942) et l’École de service social (1940-1948).

11 L.-H. Groulx, op. cit.

12 L’objectif principal des fédérations financières est d’organiser une grande campagne de financement annuelle pour le plus grand nombre possible d’agences sociales desservant une communauté donnée. De nos jours, en Amérique du Nord, elles sont généralement connues sous les noms Centraide, United Way ou Red Feather.

13 Au sujet des facultés professionnelles, voir Johanne Collin, Évolution des profils de comportement des clientèles féminine et masculine face aux études universitaires : le cas des facultés professionnelles de l’Université de Montréal : 1940-1980, mémoire de maîtrise d’histoire, UQAM, 1984.

14 Au sujet de la FOCCF et de ses dirigeants, voir Amélie Bourbeau, La réorganisation de l’assistance chez les catholiques montréalais : la Fédération des Œuvres de charité canadiennes-françaises et la Federation of Catholic Charities, 1930-1972, thèse de doctorat d’histoire, Montréal, UQAM, 2009.

15 Ce rayonnement est perceptible dans les relations entretenues avec la section française du Conseil canadien de développement social (CCSD) durant les années 1940 et 1950, ainsi que dans la volonté et la disponibilité du personnel du COM pour aider à l’établissement d’agences sociales ailleurs dans la province ou encore, dans le diocèse de Montréal mais à l’extérieur du territoire couvert par l’organisme. (BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-7, Montréal : Conseil de développement social ; Conseil des Œuvres 1946-1955 ; AC, fonds FOCCF, boîte 42, chemise 796, Conseil des Œuvres de Montréal, Rapport général des activités 1957-1958. Assemblée annuelle, 12 juin 1958 ; boîte 53, chemise 620, Conseil des Œuvres de Montréal, Assemblée générale annuelle du Conseil des Œuvres de Montréal. Rapport d’activités 1962-1963).

16 Selon les rapports annuels disponibles, cette équipe compte moins de dix personnes durant les années 1940 et 1950 (Conseil des Œuvres de Montréal, Rapport général des activités 1955-1956 ; Rapport général des activités 1956-1967 ; Rapport général des activités 1957-1958 ; Rapport général des activités 1959-1960).

17 Marie-Ange Bouchard, Relations entre le clergé et une agence d’assistance familiale soit une étude de 140 cas classés en l’année 1946 au Bureau d’assistance sociale aux familles, mémoire de maîtrise de service social, Université de Montréal, 1948, p. 33-34 (au sujet des stages). Quelques exemples d’ascension instantanée : bien sûr, les pionniers que sont Lucien Desmarais et Gerald Berry ; plus tard, on a aussi l’exemple de Robert Riendeau, qui est devenu directeur du COM quelques mois avant de déposer son mémoire de maîtrise à l’ÉSS.

18 L.-H. Groulx, op. cit. ; M.-P. Malouin, dans Entre le rêve et la réalité, décrit l’emprise particulière de certains membres du clergé, curés de paroisse influents, confesseurs et évêques, sur une communauté religieuse féminine (M.-P. Malouin, op. cit.).

19 Entre autres : AC, fonds FOCCF, boîte 40, chemise 568, Conseil des Œuvres de Montréal. Rapport de la recherche inventaire Section Institutions pour enfants, 1954-1955 ; boîte 46, chemise 744, Fédération des Œuvres de charité canadiennes-françaises ; « Assistance maternelle. Résumé de la situation à ce jour », 1er mars 1961 ; Répertoire des œuvres sociales de Montréal, 1940 ; « Nos économiquement faibles » : rapport d’une session d’étude tenue les 19 et 20 octobre 1956, à l’hôtel Windsor, Montréal, sous les auspices du Conseil des œuvres de Montréal et de la Commission française du Conseil canadien du bien-être, 1957 ; « Rapport du colloque organisé par le Conseil des œuvres de Montréal à l’intention des membres de conseil d’administration d’œuvres privées », tenu à l’Université de Montréal le 3 février 1962, 1962 ; « Normes et principes directeurs pour les agences de service social à la famille dans le diocèse de Montréal et critères d’accréditation des agences de service social à la famille à l’usage du Comité d’accréditation du Conseil des œuvres » [sic], 1965 ; « Projet d’action sociale et scolaire : rapport préliminaire », 1965 ; « L’aide à domicile : un plan d’action pour la région de Montréal (avec le MCSA) », 1967.

20 AC, fonds FOCCF, boîte 52, chemise 766, Conseil des Œuvres, « Rapport pour l’année 1943 », Montréal, février 1944, p. 1-2 ; « Huitième rapport annuel du Conseil des Œuvres, Commission diocésaine des Œuvres de charité et de service social du diocèse de Montréal », novembre 1944; boîte 66, chemise 820, réunion du comité des budgets, 10 janvier 1944 ; Mandements, lettres pastorales, circulaires et autres documents publiés dans le diocèse de Montréal depuis son érection, t. 20, Montréal, Arbour & Dupont, Ltée, Imprimeur-Éditeurs, 1952, p. 20. Le mandement comme tel est bref et il est, en lui-même, peu révélateur des idées derrière ce projet.

21 AC, fonds FOCCF, F03, boîte 52, chemise 766, « Conseil des Œuvres, Montréal, Cinquième rapport annuel [1940] », s.d. (1941), p. 13-14 ; « Huitième rapport annuel du Conseil des Œuvres, Commission diocésaine des œuvres de charité et de service social du diocèse de Montréal », novembre 1944.

22 « This created a lot of difficulties especially in the midst of the religious orders who are in charge of large institutions; it seems to have hindered particularly the whole development in the child welfare field in Montreal » (BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-7, Marie Hamel, « Memorandum re visit to Father Latulippe, Conseil des Œuvres », 31 mai 1951).

23 Marie Hamel, op. cit.

24 « … il insiste pour ne pas imposer les idées du Conseil et pour travailler avec les agences, à leur propre vitesse. Bien qu’il ne l’ait pas dit clairement, il semble regretter que le Conseil des Œuvres soit devenu une commission diocésaine » [traduction de l’auteur] (BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-7, Marie Hamel, op.cit.). Le père Latulippe, diplômé en service social de l’Université de Montréal, remplace le père Guillemette en avril 1951 et reste en poste jusqu’en septembre 1954. Il deviendra par la suite le directeur de Caritas Canada (BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-7, Marie Hamel, « Visit to Montreal – Conseil des Œuvres », 20 septembre 1954. Voir aussi, pour le père Guillemette (directeur de 1942 à 1951), BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 234, dossier 234-24, « Rapport confidentiel au R.P. A.M. Guillemette, o. p., sur le Conseil des Œuvres, Montréal », s.d. (1944).

25 BAC, fonds CCSD, MG28-I10, volume 236, dossier 236-8, Marie Hamel, « Memorandum of attendance to the annual meeting of le Conseil des Œuvres, Montreal », 23 mai 1956.

26 C’est ce que suggérait, il y a près de vingt ans, Lionel-Henri Groulx dans son livre Le travail social (L.-H. Groulx, op. cit.).

27 J.-P. Collin, op. cit. ; J.-P. Collin, « La ligue ouvrière catholique et l’organisation communautaire dans le Québec urbain des années 1940 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 1993, n° 47, vol. 2.

28 Rôle qui est reconnu par L.-H. Groulx (Le travail social) et par M.-P. Malouin (Entre le rêve et la réalité), bien qu’ils voient tous deux la perte de contrôle que représente la création de l’École de service social sous l’égide du père Desmarais comme un échec de la vision du service social qu’avait mère Gérin-Lajoie. Or, cette dernière enseignera à l’Université de Montréal et l’INDBC de Montréal formera des « auxiliaires sociales » jusqu’aux années 1960, en plus d’être un modèle d’agence sociale de quartier pour de nombreux observateurs. Dans ces conditions, sans nier que la perte de l’école universitaire ait été un échec pour Marie Gérin-Lajoie, doit-on réellement parler de l’échec de sa vision ? Il est permis d’en douter devant l’influence durable de sa communauté au fil des décennies.

29 Anna Vandandaigue, Un quartier de la Ville de Montréal : « Papineau », thèse (service social), Université de Montréal, 1942 ; Pauline Meilleur, Un quartier de la Cité de Montréal, « Bourget » : recherche sociale, thèse (service social), Université de Montréal, 1942 ; AC, fonds FOCCF, boîte 67, chemise 872, documents 9 et 10 ; boîte 50, chemise 597, « Service social Lafontaine, Organismes dossiers fermés », Lettre de Noël Perrault (comptabilité) à Sœur Marie Laurent, t.s.p, directrice du service social des Auxiliatrices, 24 août 1964.

30 Par exemple, le rapport annuel de la FOCCF, en 1957, fait état de 64 travailleurs sociaux dans son réseau, mais n’inclut aucune religieuse dans son décompte. Sans salaire, les religieuses ne sont pas comptées comme professionnelles (AC, fonds FOCCF, B53, ch. 722, Conseil des Œuvres de Montréal, Rapport général des activités 1956-1957, Assemblée annuelle du 22 mai 1957, 1957).

31 Au moins onze mémoires de maîtrise déposés à l’École de service social de l’Université de Montréal documentent l’expérience de travailleuses laïques (7) et de religieuses (4) dans ce milieu de travail particulier. Ces mémoires démontrent la motivation des Sœurs de Miséricorde à poursuivre une formation professionnelle, de même que l’évolution des problématiques préoccupant les travailleuses sociales œuvrant auprès des mères célibataires des années 1950 et 1960.

32 AC, fonds FOCCF, boîte 41, chemise 593, « Service social du Bon-Conseil. Organismes subventionnés FOCCF », lettre de Sœur Yvette-Marie Aubé et Soeur Lucille Forget, t.s.p, s.b.c, à Jacques Dupuis, 15 mai 1963.

33 Sa fondatrice, Marie Gérin-Lajoie, a fait l’objet de deux biographies, l’une de M.-P. Malouin, Entre le rêve et la réalité, l’autre d’Hélène Pelletier-Baillargeon, Marie Gérin-Lajoie : de mère en fille, la cause des femmes, Montréal, Boréal Express, 1985.

34 Chanoine Raoul Drouin, Monseigneur Georges Gauthier : Archevêque de Montréal, Montréal, Fides, 1946, p. 66-67.

35 Lorsqu’une famille en a les moyens, elle est référée à une agence qui exige des honoraires.

36 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 589, « Petites Sœurs de l’Assomption. Dossier d’étude prévisions budgétaires 1961 », lettre d’A.B. à Gaston Bédard, s.d. (été 1961).

37 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 589, « Petites Sœurs de l’Assomption. Dossier d’étude prévisions budgétaires 1961 », lettre de Sœur M. Françoise de la Visitation, p.s.a. (supérieure) à l’abbé Riendeau (directeur du COM), 2 septembre 1961.

38 AC, fonds FOCCF, boîte 45, chemise 590, « Services familiaux du quartier Saint-Henri. Dossier d’étude 1962 », s.d.

39 M.-P. Malouin, op. cit., p. 123-182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Bourbeau, « Une expertise de terrain : l’expérience en travail social des prêtres et religieuses montréalais (1930-1970) », Chrétiens et sociétés, 21 | -1, 97-111.

Référence électronique

Amélie Bourbeau, « Une expertise de terrain : l’expérience en travail social des prêtres et religieuses montréalais (1930-1970) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3692 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3692

Haut de page

Auteur

Amélie Bourbeau

Université de Sherbrooke Groupe d’histoire de Montréal-Montreal History Group

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org