Navigation – Plan du site
Publications

Autour de Chrétiens et Sociétés : ouvrages publiés par les membres du LARHRA

p. 229-237

Nadine Béligand avec Philippe Bourmaud (éd.), Les langages du corps et de l’esprit...

Les langages du corps et de l’esprit. Études sur les interactions culturelles : Afrique, Amérique, Asie, Paris, Histoires et Missions Chrétiennes, 22, Karthala, 2012.

Ce numéro propose un dossier sur les mécanismes d’intersubjectivité complexe qui caractérisent les modes de transmission et d’appropriation des outils, savoirs et modes de pensée dans les pratiques missionnaires et médicales. L’Afrique, l’Amérique et l’Asie y dialoguent, dans des contextes historiques de domination (Afrique, Mexique), de mission (Japon), ou tout simplement d’influence culturelle (empire ottoman), où se conjuguent intérêts médicaux et missionnaires (Algérie).

Philippe Delisle, Tintin et Spirou contre les négriers...

Tintin et Spirou contre les négriers - La BD franco-belge : une littérature antiesclavagiste ?, Karthala, 2013, 223 p.

Depuis les années 1940, la bande dessinée franco-belge a régulièrement stigmatisé la traite des Noirs et l’esclavage colonial. Deux de ses héros les plus fameux ont ainsi affronté, presqu’au même moment, de redoutables négriers : Tintin dans Coke en stock et Spirou dans Le gorille a bonne mine. D’autres aventuriers de papier les avaient précédés, ou les suivent : Jean Valhardi, Marc Dacier, Barbe-Rouge… Et le thème connaîtra une certaine postérité, à travers une série à succès comme « Les passagers du vent », ou encore la récente adaptation d’un roman d’Eugène Sue : Atar Gull.

Mais, selon les époques, l’antiesclavagisme en bande dessinée ne s’appuie pas sur les mêmes fondements idéologiques. Au cours des années 1940-1960, les éditeurs et les auteurs paraissent être influencés par tout un discours de propagande, qui met en avant la « mission civilisatrice et émancipatrice » de la Belgique ou de la France. Maintes vignettes font écho à une imagerie à la fois abolitionniste et paternaliste diffusée depuis la fin du xviiie siècle.

À partir des années 1980, en revanche, l’antiesclavagisme en cases et en bulles vient puiser ses racines dans l’anticolonialisme, dans une dénonciation des excès de la domination française ou belge… Au final, cet ouvrage revient sur un pan important de l’histoire de la bande dessinée francophone, mais il permet aussi d’appréhender de manière originale la pensée européenne sur l’asservissement des Africains.

Bruno Dumons, Christian Sorrel (dir.), Le Catholicisme en chantiers...

Le Catholicisme en chantiers. France, xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 282 p.

Depuis près d’un demi-siècle, l’histoire religieuse a constitué l’un des domaines les plus féconds de la recherche universitaire dédiée à la période contemporaine en France. Le renouvellement de ses questionnements a été régulier et ses acquis sont considérables. Elle doit relever aujourd’hui de nouveaux défis liés tout à la fois aux mutations du religieux dans les sociétés contemporaines et aux déplacements de la recherche au sein de l’institution universitaire.

C’est dans cette double perspective que quatorze chercheurs de diverses générations s’interrogent dans cet ouvrage sur les axes de renouvellement nécessaires de l’histoire du catholicisme français contemporain autour de quatre pôles : politique et culture, société et changement social, institutions et pratiques, circulations et connexions. Ils ont en commun le souci de défendre la spécificité de leur objet d’étude et de la démarche qui lui est appliquée mais aussi la préoccupation du dialogue avec les autres champs de l’histoire contemporaine et les sciences humaines ou sociales.

Jean-Dominique Durand (dir.), L’Institut International Jacques Maritain...

L’Institut International Jacques Maritain. Un laboratoire pour la démocratie (1974-2008), Paris, Éditions du Cerf, 2013, 288 p.

En 1973, disparaissait Jacques Maritain, l’un des penseurs catholiques les plus importants du xxe siècle. Philosophe de la démocratie entre autres, il a contribué à éloigner les catholiques de la tentation du régime autoritaire, et a combattu avec énergie l’antisémitisme. II a également participé à l’élaboration de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Intellectuel engagé dans la Cité, il a beaucoup travaillé sur l’art, l’éducation, la métaphysique, donnant un nouvel élan à la pensée de saint Thomas d’Aquin.

Sa philosophie a inspiré les activités de l’institution qui porte son nom. L’Institut international Jacques Maritain est l’expression d’une société civile engagée dans la promotion des valeurs démocratiques, qui réfléchit sur le monde d’aujourd’hui. En cela, il ne cesse de montrer l’actualité et la vivacité de la pensée de Maritain. Ce livre retrace l’histoire et montre toute l’originalité de l’Institut et de ses finalités sociales, fondamentales en notre temps menacé par la tentation de la peur de l’Autre, par toutes les formes de populisme et de repli sur soi.

Jean-Dominique Durand (dir.), Une crise chrétienne de l’Europe ?

Une crise chrétienne de l’Europe ? L’urgence européenne, Paris, Parole et Silence, 2013, 218 p.

Les catholiques, en particulier les démocrates-chrétiens, ont été, dans les années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale, les penseurs et les moteurs d’une Europe radicalement nouvelle, porteuse de paix, fondée sur la libre adhésion des États à une communauté de destin, et sur le principe démocratique.

Le processus de la construction européenne, ouvert par la Déclaration Schuman du 9 mai 1950, avait un objectif clair : construire une entité politique sans précédent dans l’Histoire, en réunissant des nations qui, presque toujours, avaient été ennemies. Des avancées considérables ont été réalisées dans cette intention ; elles n’ont cependant pas permis de susciter une véritable conscience européenne.

La crise actuelle de l’Europe, accentuée par les tensions économiques, est redoublée par une « crise chrétienne de l’Europe », l’engagement des catholiques pour sa cause s’essoufflant. Pourquoi au fond ? Beaucoup invitent à donner une âme à l’Europe, mais sans être toujours entendus. Là est l’urgence européenne. Philosophes, historiens, diplomates, juristes, sociologues, scientifiques, théologiens, hommes politiques, tous spécialisés dans cette question et préoccupés par son traitement, portent ici un diagnostic sans concession et tentent un renouvellement des positions.

Jean-Dominique Durand et René Mougel (dir.), Penser la mondialisation avec Jacques Maritain...

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain. Enjeux et défi, Lyon, Chrétiens et Sociétés - Documents et Mémoires n° 21, RESEA-LARHRA, 2013, 288 p.

L’objectif de cet ouvrage, en ce quarantième anniversaire de la mort de Jacques Maritain, n’est pas de revenir sur son oeuvre, mais à partir de Maritain, d’aller au-delà de Maritain, de scruter notre temps à partir d’une pensée qui n’a guère vieilli, alors que les problématiques auxquelles nous sommes confrontés ne sont évidemment plus celles de son temps. Lui, a été confronté au monde des totalitarismes, de la négation radicale de la personne humaine, de la Shoah. Il a vécu le temps des grandes mutations des années 1950-1960, y compris pour l’Église avec le concile de Vatican II. Confronté à tant d’événements souvent dramatiques, il les a abordés en plaçant toujours la personne humaine au cœur de sa réflexion. Dans la société d’aujourd’hui, face aux mutations et aux angoisses de nos contemporains, certains ont des réactions populistes ou prônent le repli sur soi, sur une identité exacerbée. La pensée de Maritain se trouve à l’opposé. Elle parle de l’ouverture aux autres, de l’accueil de l’Altérité, de la démocratie. C’est un corpus de pensée qui permet d’affronter sans peur le monde actuel. Face aux nouvelles barbaries qui ont en commun avec les anciennes de récuser la personne, réaffirmer la centralité de cette dernière est un objectif majeur pour un idéal de civilisation. Jacques Maritain a constamment appelé, face aux douleurs de l’histoire, au prophétisme pour récuser des évolutions ou des choix qui seraient antihumains. Dans L’Homme et l’État, il aborde l’une des questions les plus difficiles aujourd’hui : le vivre ensemble.

Fabienne Henryot, Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants

Livres, bibliothèques et lecture dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie -xviiie siècles), Genève, Droz, 2013, 568 p.

Dans l’opinion commune, l’illettrisme des religieux mendiants s’impose. Franciscains, augustins, carmes, minimes, et dans une moindre mesure, dominicains seraient incultes. Rien n’est plus faux. L’enquête qui examine ici les relations de ces religieux avec la culture écrite prouve que dans les domaines de la vie spirituelle et de l’observance, de l’enseignement théologique et de la pastorale, ces ordres ont développé une gestion de l’écrit très originale. La bibliothèque conventuelle occupe une place centrale dans la vie intellectuelle de ces ordres, place réglée par leurs textes juridiques et disciplinaires. La pratique effective de la lecture, longtemps limitée à quelques livres indispensables pour ne pas déroger à la sainte pauvreté et humilité des mendiants, a connu un essor spectaculaire. Quotidienne, spirituelle, apostolique ou érudite, elle a emprunté des chemins parfois éloignés de l’offre de la bibliothèque commune. L’émergence de l’individu autonome dans le choix de ses livres est la principale caractéristique du xviiie siècle, les religieux rejoignant progressivement une communauté de lecteurs ecclésiastiques dépassant les limites de l’univers mendiant.

Fabienne Henryot, Philippe Martin et alii, Les Trésors de la bibliothèque bénédictine de Saint-Mihiel

Fabienne Henryot, Philippe Martin, Noëlle Cazin, Brigitte Vast, Les Trésors de la bibliothèque bénédictine de Saint-Mihiel, Haroué, Gérard Louis éditeur, 2013, 224 p

Sur les rives de la Meuse, au sud de Verdun, s’élèvent encore les bâtiments de l’ancienne abbaye de Saint-Mihiel où, sous la règle de saint Benoît et sous le patronage de l’archange saint Michel, les moines ont dix siècles durant, prié, travaillé, lu et écrit. Toute l’histoire des pratiques de l’écrit et de la lecture, toute l’histoire de la Lorraine, toute l’histoire du catholicisme se donnent à lire dans les 10 000 volumes de la Bibliothèque bénédictine. Au fil des pages, sous le cuir des reliures, renaissent la splendeur des temps carolingiens, lorsque la Lorraine était un des principaux foyers culturels de l’Europe ; la Renaissance et l’humanisme à partir de la fin du xve et tout au long du xvie siècle ; les déchirures politiques et religieuses aux xviie et xviiie siècles ; l’esprit d’érudition auquel bien des moines voulurent prendre part ; les transformations de la Révolution après la saisie des bibliothèques ecclésiastiques ; les violences, inscrites dans les livres, de la Grande Guerre.

Yves Krumenacker et alii, L’Oratoire de Jésus. 400 ans d’histoire en France

Yves Krumenacker, Marie-Frédérique Pellegrin et Jean-Louis Quantin (dir.), L’Oratoire de Jésus. 400 ans d’histoire en France (11 novembre 1611 – 11 novembre 2011), Paris, Cerf histoire, 2013.

Le 11 novembre 1611, six prêtres, dont Pierre de Bérulle, se retrouvaient à l’hôtel du Petit-Bourbon pour prier les Vêpres, acte fondateur de l’Oratoire de France. Cet ouvrage reprend les conférences et les interventions faites à l’occasion du 400e anniversaire de cet événement. L’histoire de l’Oratoire a été intimement liée pendant quatre siècles à l’histoire religieuse et, par ses collèges, à l’histoire de l’éducation ainsi qu’à la grande histoire de France.

Nicolas Le Roux, Le Roi, la Cour, l’État, de la Renaissance à l’Absolutisme

Nicolas Le Roux, Le Roi, la Cour, l’État, de la Renaissance à l’Absolutisme, Champ Vallon, « Époques », 2013, 400 p.

Comment l’exercice du gouvernement a-t-il évolué du temps de François Ier à celui de Louis XIII ? Comment le monarque a-t-il répondu aux défis posés par l’essor du protestantisme ? La restauration de l’ordre public pouvait-elle obliger le Roi Très-Chrétien à renoncer à supporter l’altérité confessionnelle ? Le pouvoir du souverain pouvait-il être pensé autrement que comme une forme supérieure de gouvernement des âmes ? Dans un contexte de crise, le prince devait-il toujours se soumettre aux impératifs moraux traditionnels, ou pouvait-il se considérer investi par Dieu d’une autorité extraordinaire qui l’autorisait à recourir à des formes exceptionnelles de gouvernement ? Telles sont les questions soulevées par ce livre. Pour y répondre, Nicolas Le Roux étudie les différentes conceptions du pouvoir qui avaient cours en ce siècle de drames et de violences que fut le xvie siècle. Il se penche sur la dimension exécutive du pouvoir royal, en cherchant à comprendre dans quelles conditions le souverain exerçait sa fonction de chef d’État. Il s’interroge sur les motivations profondes de Catherine de Médicis et de ses fils, Charles IX et Henri III qui, par différents moyens, ont essayé de reconstruire la paix, parfois par les armes, parfois par la tolérance. Il s’interroge enfin sur les conséquences de la crise de succession qui a mis fin à la dynastie des Valois et fait monter Henri IV sur le trône.

Daniel Moulinet, L’Afrique au Concile - Journal d’un expert Michel Cancouët

Texte édité par Daniel Moulinet, L’Afrique au Concile - Journal d’un expert Michel Cancouët, Rennes, PUR, 2013, 240 p.

Durant les trois sessions du concile auxquelles il a participé, le P. Michel Cancouët, eudiste, théologien expert auprès de Mgr Yago, archevêque d’Abidjan et des évêques d’Afrique de l’Ouest, a tenu son journal. On y trouve un témoignage personnel, non seulement sur les questions spécifiques qui se posaient aux évêques de cette région du monde, mais, plus largement, sur l’ensemble de la dynamique du concile. Ce journal permet de bien mettre en valeur une composante importante de ce qu’on a appelé « la mécanique conciliaire », à savoir le rôle irremplaçable des théologiens experts aux côtés des évêques.

Christian Sorrel (dir.), Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

Christian Sorrel (dir.), Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant, Actes de la journée d’étude du 24 mai 2012, Lyon, LARHRA – RESEA, coll. Chrétiens et sociétés. Documents et mémoires, n° 19, 2013, 165 p.

Alexandre Glasberg (1902-1981) est une figure étonnante. Né dans l’Empire des tsars, converti du judaïsme, ordonné prêtre catholique après son arrivée en France en 1932, il est l’une des figures du sauvetage des Juifs et de la Résistance entre 1940 et 1944 à Lyon, puis dans le Tarn-et-Garonne. Après la guerre, il poursuit son action dans le cadre du Centre d’orientation sociale des étrangers et soutient le jeune État d’Israël avant de critiquer l’évolution qui l’éloigne de l’utopie fondatrice. Novateur social, de sensibilité progressiste, il renouvelle son engagement dans les années 1960 au profit des réfugiés politiques et est l’un des fondateurs de France Terre d’Asile au début de la décennie suivante. Prêtre sans ministère, homme de l’ombre, acteur des politiques publiques, il s’est peu exprimé sur ses convictions et n’a guère laissé d’archives. La journée d’études organisée à l’Université de Lyon le 24 mai 2012 a néanmoins permis, grâce à des documents inédits, de relire son itinéraire et de dessiner son portrait avec plus de précision, même si demeure une part irréductible de mystère.

Christian Sorrel (dir.), ...Les « Matériaux Boulard » trente ans après

Christian Sorrel (dir.), Des chiffres et des cartes… Approches sérielles et spatiales en histoire religieuse. Les « Matériaux Boulard » trente ans après, Actes de la journée d’étude du 24 novembre 2011, Lyon, LARHRA – RESEA, coll. Chrétiens et sociétés. Documents et mémoires, n° 20, 2013, 195 p.

La publication en 2011 du dernier volume des « Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français », plus connus sous le nom de « Matériaux Boulard », et la journée d’étude organisée à cette occasion à l’Université de Lyon ont permis de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale. Il s’agissait dans le même temps de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme.

Christian Sorrel, Bernard Barbiche (dir.), La France et le concile Vatican II

Christian Sorrel, Bernard Barbiche (dir.), La France et le concile Vatican II, Actes de la journée d’étude de La Courneuve (9 novembre 2012), Paris-Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères (Direction des Archives) – P.I.E. Peter Lang, coll. Diplomatie et histoire, vol. 20, 2013, XII-264 p.

Le présent volume rassemble les communications présentées dans le cadre de la journée d’étude qui s’est tenue le 9 novembre 2012 au Centre des archives diplomatiques de La Courneuve. Ce colloque, un mois après celui qui a été organisé à Rome par le Comité pontifical des sciences historiques du 3 au 5 octobre 2012, à quelques jours du cinquantenaire de l’ouverture du concile Vatican II (11 octobre 1962), marquait la première étape d’un programme de recherche de quatre années piloté par l’équipe RESEA (Religions, sociétés et acculturation) du LARHRA (Laboratoire de recherches historiques Rhône- Alpes, UMR 5190 du CNRS), en association avec le CNAEF (Centre national des archives de l’Église de France), la Société d’histoire religieuse de la France, l’Association des archivistes de l’Église de France et divers centres universitaires français et étrangers. Ce projet s’articule autour de deux axes majeurs : le recensement des archives des Pères conciliaires, reprise d’une première enquête entreprise dans les années 1980 par l’Institut catholique de Paris ; le rôle et la place des religieux dans le déroulement du concile et ses suites (comme supérieurs généraux des grands ordres et congrégations, aussi bien qu’à titre personnel pour les évêques issus de ceux-ci).

Christian Sorrel, Frédéric Le Moigne (dir.), Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II

Christian Sorrel, Frédéric Le Moigne (dir.), Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Actes du colloque de Lyon (18-19 novembre 2010), Paris, Les Éditions du Cerf, 2013, 425 p.

À l’occasion de la publication aux Éditions du Cerf, en 2010, du Dictionnaire des évêques de France au xxe siècle, l’équipe « Religions, sociétés et acculturation » du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes a organisé un colloque qui s’est tenu à l’université de Lyon en novembre 2010. En procédant à une évaluation des matériaux réunis dans cet instrument de travail, les axes principaux de recherche sur l’épiscopat du xxe siècle ont été identifiés.

La première partie propose un bilan du Dictionnaire centré sur la notion de « générations épiscopales » et confronté aux approches conduites dans deux autres pays, l’Allemagne et l’Espagne. La deuxième partie s’attache au parcours des évêques, aux facteurs qui les préparent à leur rôle, au style qu’ils adoptent, à leur dimension intellectuelle et spirituelle et aux réactions qu’ils suscitent. La troisième partie s’intéresse à leur gestion au quotidien des grands projets immobiliers, aux choix politiques ou pastoraux en passant par la question de leurs collaborateurs et de leur emploi du temps.

La quatrième partie enfin s’interroge, en lien avec les mutations ecclésiologiques, sur les structures de concertation développées au cours du siècle et les logiques collectives qu’elles permettent dans l’espace public. Ainsi se dessinent les lignes de force de l’étude d’un corps qui constitue sans aucun doute, malgré les mutations et les contestations, une élite pour l’Église catholique et la société française.

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org