Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Robert A. Ventresca, Soldier of Christ. The life of Pope Pius XII, Harvard University Press, Cambridge, 2013.

Aurélien Zaragori
p. 212-214

Texte intégral

1Écrire une nouvelle biographie de Pie XII avant l’ouverture des archives de son pontificat pourrait sembler une entreprise vaine. Robert Ventresca, déjà auteur d’un livre sur les élections italiennes de 1948, s’y est néanmoins essayé.

2Bien que déplorant dès l’introduction une « Pius War », qui tendrait à surestimer les questions de l’attitude face au nazisme et de la persécution des Juifs, l’auteur consacre finalement à ce point une part importante de son analyse. Aux pages sur l’attitude du pontife pendant le conflit à proprement parler, il faut ajouter la forte présence de ce thème dans les chapitres sur son action en tant que Secrétaire d’État et sur l’après 1945.

3L’étude commence classiquement par l’enfance romaine d’Eugenio Pacelli. Les deux premiers chapitres, incluant la Secrétairerie d’État et les années passées comme nonce en Allemagne, n’apportent pas d’éléments nouveaux.

4En revanche, l’apport des sources britanniques et américaines mobilisées par l’auteur est ensuite indéniable, à partir de la nomination de Pacelli comme Secrétaire d’État. Pour le représentant britannique auprès du Saint-Siège, il est plus conciliant mais plus effacé que son prédécesseur. Les questions allemandes lui donnent l’occasion de s’affirmer. S’il fait dénoncer les théories raciales du nazisme, il tente en même temps d’amener le Zentrum à se rapprocher du parti nazi. Cette attitude pragmatique prévaut dans les négociations du Concordat. Face aux manquements à cet accord, Pacelli préfère ensuite les lettres diplomatiques aux déclarations publiques. De même, avec Mussolini, Pacelli se montre soucieux de respecter les accords de 1929 – tout en veillant à ne pas s’aliéner la France et le Royaume-Uni. Il craint qu’une rupture avec l’Italie ne pousse celle-ci vers l’Allemagne. L’auteur semble accréditer la thèse d’une action prépondérante de Pacelli dans la rédaction de Mit Brennender Sorge (1937). Il reste cependant moins disposé que Pie XI à émettre des critiques publiques. Robert Ventresca insiste également sur le voyage aux États-Unis en 1936, moment fondateur de sa relation avec Roosevelt et mise en valeur du catholicisme américain.

5La mort de Pie XI le 10 février 1939 laisse à Pacelli, cardinal camerlingue, le contrôle de la transition. Il retarde le conclave pour permettre aux cardinaux américains de rejoindre le Vatican. L’élection est très suivie, tant du côté des régimes autoritaires que du côté des démocraties occidentales. Outre-Atlantique, on se félicite que le nouveau pape ait des liens avec le catholicisme américain. Si certains cercles le voient comme pro-nazi, l’impression générale est qu’il n’est pas celui que les régimes totalitaires auraient préféré. Dès le début des hostilités, Français et Britanniques attendent une prise de parole publique du Pape. L’allusion du Pape à la Pologne dans Summi Pontificatus les réjouit mais reste trop vague. Le pape se refuse toutefois à toute déclaration plus explicite. Il décide en fait de laisser ses évêques libres de parler ou non. Il garde contact avec les Allemands, et accepte l’envoi de Myron Taylor par Roosevelt. Si le Vatican avertit les Belges et les Français de l’attaque allemande de 1940, il ne condamne que légèrement l’invasion. Dès septembre 1939, Pie XII prend aussi contact avec les factions anti-nazies.

6Sur la persécution des Juifs, Ventresca avance d’abord que la question pouvait être considérée comme politique, pour expliquer le fait que la dénonciation soit restée très générale. Il cite « l’action brésilienne » pour montrer que Pie XII recherchait des solutions. Le Pape est au courant du traitement infligé aux Juifs, de nombreux rapports arrivant dès 1941. La frustration alliée est d’autant plus grande que dans le même temps il s’élève publiquement contre le bombardement des villes italiennes. Il aide en revanche les Juifs de Rome et d’Italie via les monastères et les congrégations religieuses. Aux critiques, le Saint-Siège répond que le pape agit, mais de façon cachée. Il proteste ainsi auprès des Allemands après l’arrestation des Juifs de Rome. En Europe centrale, même dans des états catholiques, la politique du Saint-Siège a des effets limités.

7La guerre terminée, Pie XII n’évoque pas explicitement les crimes commis contre les Juifs. Ceux-ci attendent une condamnation franche, et de l’aide pour retrouver les enfants juifs cachés dans les couvents. Le Vatican préfère mettre l’accent sur la gratitude que certains d’entre eux expriment. Ventresca annonce ensuite une section sur la reconstruction de l’Europe, mais évoque plutôt l’exercice de plus en plus solitaire du pouvoir par Pie XII, entouré d’un petit cercle de confidents. Face au communisme, Pie XII adopte selon Ventresca une forme de « réponse hybride », se montrant capable de mener la confrontation, mais désireux de coopérer avec toute forme de gouvernement. L’auteur évoque les interventions de Pie XII pour les élections italiennes de 1948, puis de 1952, le décret pris en 1949 par le Saint-Office. Mais le Vatican garde aussi ouverts des canaux de communication avec le monde communiste, notamment à partir de 1949. Ventresca s’intéresse également aux filières d’émigration mises en place par le Vatican. Elles auraient été empruntées par des criminels nazis, mais aussi selon des rapports américains par des communistes – même si cela paraît moins évident. Il est concevable que Pie XII les connaissait. La présence supposée d’ex-Oustachis dans les murs du Vatican est source de tensions avec les Alliés, notamment avec les Britanniques, et avec la Yougoslavie de Tito.

8Le dernier chapitre tente de rééquilibrer cette biographie en s’intéressant à l’action pastorale et doctrinale de Pie XII. Ventresca décrit un Pape qui tout à la fois encourage le débat et bloque les efforts de certains théologiens. Au-delà, Pie XII semble avoir été « un pont entre deux mondes », de par son ouverture à la science et à la modernité. Le pontificat marque aussi l’avènement d’un « catholicisme global » : évolution de la doctrine de la liberté religieuse, rupture avec le colonialisme, et ouverture du Collège des cardinaux aux non-Européens. Ce chapitre inclut également une section, plutôt événementielle, sur la mort du Pape, avec un réquisitoire contre Riccardo Galeazzi-Lisi.

9La conclusion est plutôt optimiste, considérant que l’action de Pie XII a été « conforme » à celle que l’on attendait d’un vicaire du Christ et qu’il a fait de la Papauté un acteur des affaires du monde. Les questions soulevées par son attitude pendant la Seconde Guerre mondiale ne peuvent pas recevoir de réponses définitives.

10Appuyé sur des recherches solides, cet ouvrage n’apportera toutefois au lecteur francophone – déjà bien pourvu avec le Pie XII diplomate et pasteur de Philippe Chenaux – que quelques points issus des sources américaines et britanniques, notamment pour ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide. L’action diplomatique de Pie XII prend le pas sur son œuvre pastorale et doctrinale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Zaragori, « Robert A. Ventresca, Soldier of Christ. The life of Pope Pius XII, Harvard University Press, Cambridge, 2013.  », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 212-214.

Référence électronique

Aurélien Zaragori, « Robert A. Ventresca, Soldier of Christ. The life of Pope Pius XII, Harvard University Press, Cambridge, 2013.  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3582

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org