Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012.

Jérôme Grévy
p. 204-207

Texte intégral

1En 1890, l’encyclique « Au milieu des sollicitudes », promulguée par le pape Léon XIII, provoqua la stupeur. Rome en effet invitait les catholiques de France à rompre le lien qui les unissait aux monarchistes et à accepter la République afin d’agir pour que sa législation cessât d’être hostile à la religion. Puisque le régime semblait désormais solide et affichait des intentions libérales, ils devaient s’en accommoder et réclamer pour eux cette liberté proclamée par les républicains. L’enjeu était de taille : il s’agissait de mettre fin à la guerre de religion qui déchirait le pays depuis un siècle et de redonner à l’Église sa place dans la société. La voie proposée par le pape était difficile à emprunter aussi bien par les catholiques, nourris depuis la Restauration de la pensée politico-théologique contre-révolutionnaire, que par les républicains, qui dénonçaient la collusion entre religion et politique et ne voyaient dans l’Église catholique que l’instrument de forces réactionnaires. C’est pourquoi, en dépit de cette ouverture pontificale, l’anticléricalisme d’État ne prit pas fin, redoubla même au début du xxe siècle pour conduire à la loi de 1905, voulue par les radicaux comme un ultime assaut contre l’Église catholique.

2L’historien, qui ne croit pas à la fatalité, est en droit de se demander pourquoi cette encyclique conciliatrice ne fut pas suivie des effets escomptés. Le livre de Martin Dumont, qui résulte d’une thèse effectuée sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, apporte des réponses éclairantes. Au terme d’une enquête minutieuse, dans les archives gouvernementales, parlementaires, administratives et journalistiques de France ainsi que dans les fonds romains – archives secrètes du Vatican et archives des congrégations, l’auteur a reconstitué minutieusement les péripéties de cette décennie perdue. Il examine comment les catholiques se sont efforcés de mettre en œuvre les consignes d’engagement dans la vie publique, met à jour les modalités de l’intervention pontificale et donne à comprendre pourquoi, finalement, le ralliement fut un échec.

3Il apparaît clairement que la cause primordiale en fut la division des catholiques eux-mêmes, bien loin de marcher comme un seul homme derrière le pontife, comme le prétendaient les anticléricaux. Les réactions aux consignes romaines furent variées, contradictoires même. Trois courants principaux peuvent être distingués. Les catholiques monarchistes, et parmi eux surtout les légitimistes, considéraient que la défense du roi et celle de la religion relevaient d’un seul et même combat. Depuis le retour aux autels de la vieille aristocratie, les sorts de la royauté, de la France et de l’Église étaient à leurs yeux indissociablement liés. Au mieux, ils feraient semblant d’accepter la République pour l’abattre ensuite – ainsi pensaient les initiateurs de l’Union de la France chrétienne, au pire, ils iraient jusqu’à mettre en cause l’autorité pontificale en invoquant la traditionnelle doctrine gallicane. Une alliance objective conduisit les bonapartistes, qui voyaient dans l’Église l’institution capable de favoriser un régime d’ordre et d’autorité, à se rapprocher d’eux. Une deuxième tendance était constituée des démocrates chrétiens, qui entendaient investir la République pour la transformer de l’intérieur et la christianiser. Une partie du clergé – les fameux « abbés démocrates » – était moteur dans cette interprétation du projet de Léon XIII. La troisième tendance, qui correspondait davantage à la ligne souhaitée par le pape, réunissait des personnalités sincèrement républicaines qui ne réclamaient pour les catholiques que le droit commun, c’est-à-dire la liberté. Pour eux, si la République était conforme à l’idéal qu’elle proclamait, l’Église devait pouvoir jouir des libertés les plus élémentaires. Héritiers des catholiques libéraux, ils espéraient un rapprochement avec les républicains modérés. Le Bordelais Gaston David, fondateur de la Ligue populaire pour la revendication des libertés publiques, le député Jacques Piou, initiateur de la Droite constitutionnelle, devenue dans un second temps la Droite républicaine ou le républicain modéré Eugène Lamy jouèrent un rôle actif pour mettre en œuvre cette ligne politique.
Le lecteur trouvera dans cette étude érudite le détail des péripéties de l’activité mise en œuvre par les personnalités catholiques influentes – notables de province, députés et conseillers généraux, rédacteurs de journaux, ecclésiastiques réguliers et séculiers. Rapprochements et disputes émaillent l’histoire de ce microcosme, dont les divergences s’étalèrent parfois au grand jour. Le député bonapartiste Cassagnac fut ainsi un féroce pourfendeur des ralliés. Les journaux catholiques – par exemple L’Univers ou La Vérité – contribuèrent à ces querelles de clochers tandis que les ambigüités de La Croix reflètent les hésitations des catholiques. Plus efficacement, les Augustins de l’Assomption, influents grâce à leur réseau de presse, constituèrent les comités Justice-Égalité, destinés à mettre en place un maillage électoral étroit capable de préparer efficacement les prochaines échéances. De son côté, Eugène Lamy s’efforçait de réunir les forces catholiques, projet qui aboutit en 1896 à la constitution de la Fédération électorale nationale, chargée de coordonner l’action des différents comités. Particulièrement significative de cette propension à la division fut l’élection partielle de Brest, en 1897, qui vit s’affronter le très monarchiste comte de Blois à l’abbé démocrate Gayraud, lequel fut élu.

4L’autre facette majeure de cette enquête consiste en la confirmation, par la consultation des archives vaticanes, de l’attention soutenue que Léon XIII portait personnellement à son projet. Le pape était informé de la situation par le nonce ou, plus directement, par des personnalités engagées. Il intervint lui-même, désavouant les Frères de Saint Vincent de Paul, qui refusaient cette nouvelle ligne politique, soutenant le républicain Eugène Lamy, qui lui semblait le plus à même de la mettre en œuvre, chargeant ses envoyés de promouvoir et soutenir cette action. En l’occurrence, Martin Dumont met les archives françaises au regard des archives vaticanes. L’on comprend pourquoi les républicains français, bien informés, dénoncèrent l’ingérence romaine et en firent un argument de poids pour renforcer les mesures de méfiance, voire de discrimination, à l’encontre des catholiques, malgré la prudence du pape et du nonce. Si bien que les élections de 1898 et de 1902, sur fond d’Affaire Dreyfus, se traduisirent par une véritable déroute pour les catholiques. La République prit alors de nouvelles mesures anticléricales et mit fin au Concordat. En définitive, seule la participation des catholiques à l’Union sacrée parvint à lever, partiellement du moins, les préventions que la République nourrissait à l’encontre de l’Église et la religion catholiques.

5Ce livre apporte donc un éclairage majeur à la compréhension de la difficile entrée des catholiques français en politique et contribue ainsi à la réflexion sur les ressorts complexes de la politisation. Il souligne à quel point tensions politiques et divergences religieuses étaient étroitement liées. Un Etienne Lamy, par exemple, était représentatif des chrétiens dont la foi relevait de l’intime et se sentait bien différent d’un Albert de Mun et des « catholiques pratiquants, militants, qui chantent des cantiques, disent des chapelets et portent des bannières » (cité p. 191). Les difficultés de la Fédération électorale résultèrent également de l’attitude des comités locaux, qui refusaient de se laisser dicter leur ligne de conduite par une instance nationale. La proposition de ralliement à la République constituait une ligne difficile à mettre en œuvre, à laquelle il manqua donc un leader charismatique incontesté et des moyens financiers. Cette étude de la politique « vue d’en haut » méritera d’être complétée un jour par un regard sur la réception par les fidèles eux-mêmes de ces débats, que l’effet de source a conduit quelque peu à négliger. Il convient en effet de ne pas oublier que la question délicate du régime s’accompagnait d’une invitation à s’engager dans la sphère publique, qui ne resta pas lettre morte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Grévy, « Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012. », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 204-207.

Référence électronique

Jérôme Grévy, « Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement 1890-1902, Paris, Honoré Champion, 2012. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3573

Haut de page

Auteur

Jérôme Grévy

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org