Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Céline Borello (dir.), Les œuvres protestantes en Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Histoires », 2013, 329 p.

Yves Krumenacker
p. 202-203

Texte intégral

1Le protestantisme, religion de la foi seule, face au catholicisme, religion des œuvres ? L’opposition, classique, ne tient pas, tant les œuvres protestantes sont nombreuses. C’est à explorer ce paradoxe de la nécessité des œuvres pour des croyants qui professent le salut par la foi seule que se sont attachés les participants au colloque de Mulhouse des 16-18 juin 2011, dont les contributions sont réunies dans ce volume. L’ensemble porte sur la période moderne plus que sur la contemporaine (treize contre trois contributions) et presque exclusivement sur la France (seules exceptions, les églises de Londres, Glastonbury, Francfort et Emden au xvie siècle). Il est clairement découpé en trois parties, la première portant sur les textes théoriques sur les œuvres, la deuxième donnant des exemples de pratiques, la troisième s’interrogeant sur les structures d’assistance (non sans quelque flottement entre les deuxième et troisième parties). Mais, soit faute de sources, soit hasard de la programmation du colloque, on constate que la plus grande partie des textes porte sur une forme particulière d’œuvres, l’aide aux pauvres, certes importante, mais pas la seule ; il y a peu de choses sur les malades (voir cependant M. Carbonnier-Burkard), sur les orphelins (H. Lanusse-Cazalé), sur l’école (A. Joblin), rien sur les prisonniers… On apprécie d’autant plus la contribution de D. Boisson sur le jeûne, qui maintient un lien social entre les différentes églises réformées, avant de devenir, après 1715, un élément essentiel de cohésion et de reconstruction des communautés.

2En bonne théologie, les œuvres sont le fruit de la foi et ne peuvent en aucune façon être méritoires. Tous les pasteurs, les théologiens évoqués dans le volume par L. Daireaux, C. Bernat, A. Lecoq et C. Borello le rappellent. Mais les nécessités de la prédication, d’une résistance face à l’oppression, tout autant que la valorisation de la liberté humaine au xviiie siècle conduisent à exhorter les fidèles aux bonnes œuvres et à les présenter comme essentielles au salut, au point qu’on peut se demander si la compréhension du message est toujours parfaitement orthodoxe. La théologie de la diaconie n’est d’ailleurs pas univoque dans les premiers temps de la Réforme, comme le montre J. Becker à propos des églises d’étrangers en Europe occidentale, pas plus que la pratique, telle qu’elle apparaît à Emden avec trois types de diaconat, dont un qui était resté inconnu des historiens jusqu’à présent (T. Fehler). Il est à noter que les œuvres sont très confessionnelles, à usage exclusif des protestants, et peut-être encore plus au xixe siècle, sous l’effet de la concurrence catholique (D. Tournier), et cela bien que les pasteurs Rabaut aient tenu un discours social sur la bénéficence à la veille et au début de la Révolution (C. Borello) ; leur contrôle reste toujours masculin, même si P. Chareyre souligne l’importance de l’action des dames de la charité à Nîmes au xviie siècle, préfigurant les dames d’œuvres du xixe, évoquées par H. Lanusse-Cazalé.

3Peu à peu, au cours du xvie siècle, les églises réformées de France mettent en place des structures d’assistance, sous le contrôle du consistoire ; quand les registres et les comptes sont conservés, ce qui est le cas à Loudun (E. Bezzina) comme dans la principauté d’Orange (F. Moreil) ou à Calais (A. Joblin), on peut examiner de près quels sont les destinataires des œuvres. La clandestinité consécutive à la Révocation n’empêche pas la poursuite de l’assistance : à La Rochelle, un « comité » peut même gérer le seul hôpital protestant du royaume de l’époque (D. Poton). Ainsi se marque une trajectoire qui fait des œuvres, tout d’abord une manifestation de la foi des croyants, le pivot d’un projet de bienfaisance, de bonheur collectif, remis en cause par certains lors des rivalités confessionnelles du xixe siècle.

4Ce livre met l’accent sur un phénomène essentiel du protestantisme, pourtant moins bien connu que l’action charitable catholique. On aimerait évidemment en savoir plus, que les études de cas se multiplient, et surtout que des comparaisons puissent être menées à l’échelle européenne (les deux seules contributions du volume portant sur des espaces non français suggèrent une grande diversité), ainsi qu’entre calvinisme et luthéranisme. Mais c’est souvent le propre des colloques réussis que d’inciter à poursuivre les recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Céline Borello (dir.), Les œuvres protestantes en Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Histoires », 2013, 329 p. », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 202-203.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Céline Borello (dir.), Les œuvres protestantes en Europe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Histoires », 2013, 329 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3572

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org