Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Céline Borello, Du Désert au Royaume. Parole publique et écriture protestante (1765-1788). Édition critique du Vieux Cévenol et de sermons de Rabaut Saint-Étienne, Paris, Honoré Champion, 2013, 394 p.

Yves Krumenacker
p. 200-201

Texte intégral

1Le Triomphe de l’intolérance ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans, publié en 1779, complété et réédité en 1784 et 1788 (puis sept fois au xixe siècle) sous le titre plus attirant de Le Vieux Cévenol ou Anecdotes de la vie d’Ambroise Borély, mort à Londres, âgé de 103 ans, est un livre du pasteur Rabaut Saint-Étienne, conte philosophique tout en préfigurant le roman historique, jouant des modes du xviiie siècle (l’anglomanie, la sensibilité exacerbée, la critique sociale et religieuse). C. Borello présente une édition critique de cet ouvrage qui a servi de plaidoyer contre l’intolérance et pour la liberté de conscience et de culte des protestants, en le commentant par de multiples notes et en donnant les différentes variantes d’un texte qui a assez fortement changé au fil des éditions. L’introduction donne également toutes les informations nécessaires à l’histoire du texte et aux sources utilisées par l’auteur. Mais elle est aussi une mise au point très précieuse sur le rapport entre théologie réformée et philosophie des Lumières. Rabaut Saint-Étienne passe en effet pour un pasteur particulièrement perméable aux idées des Lumières, un partisan de la philosophie moderne. Plusieurs études, curieusement absentes d’une bibliographie très complète mais aussi très centrée sur le sujet, ont déjà beaucoup nuancé cette absorption de la théologie réformée par les Lumières. C. Borello démontre avec beaucoup de conviction que Rabaut Saint-Étienne, même s’il prêche très différemment de son père Paul Rabaut qui vivait, il est vrai, au temps des persécutions, est loin de tout accepter des Lumières. Il emprunte leur vocabulaire, il connaît les thèmes et les auteurs à la mode, il accorde une grande place à la raison ; mais, comme dans l’apologétique du théologien genevois Turrettini, c’est pour concilier raison et révélation, pour engager les chrétiens à être des hommes raisonnables, pour que la raison prouve la vérité de la religion, et non pour opposer la Raison aux vérités tirées des Écritures. Loin de se satisfaire, comme on l’a souvent dit, de l’assurance d’un état légal pour les protestants (ce qu’accordera l’édit dit « de tolérance » de 1787 à la préparation duquel il a participé), il affirme la nécessité du culte public. Sur le plan politique, Rabaut Saint-Étienne prêche la soumission aux autorités légitimes et soutient la monarchie héréditaire. Mais il la fonde non sur la volonté divine, plutôt sur un pacte social inspiré par les idées de Hobbes sur la société primitive. Les quatre sermons publiés en troisième partie de l’ouvrage (« devoirs des sujets envers leur roi », 1765 ; sermons à l’occasion du mariage du dauphin, 1770, puis du sacre de Louis XVI, 1775, « sur les avantages et les nécessités du culte public », 1776) permettent à C. Borello de préciser la doctrine théologico-politique du pasteur de Nîmes. Elle suggère que sa réflexion sur la situation des protestants, sur l’harmonie sociale, sur la bonne législation a formé sa conscience politique dans un contexte où, comme délégué des Églises protestantes à la cour (à partir de 1786), il fréquente les cercles du pouvoir et a une audience nationale. C’est ce qui le conduira à jouer un rôle actif pendant la Révolution, ce qui l’amène à être représenté par David dans Le Serment du jeu de Paume, de réclamer la liberté et non la tolérance lors des débats sur la Déclaration des Droits de l’homme, puis d’être guillotiné en 1793.

2Le Vieux Cévenol est donné dans l’édition de 1788, avec toutes les variantes des autres versions, et des notes abondantes. C’est l’histoire d’un Cévenol, Ambroise Borély, qui, pendant sa longue vie, a eu l’occasion de souffrir de toute la législation antiprotestante : moyen pour Rabaut Saint-Étienne de la faire connaître et de la préciser dans des notes. Viennent ensuite l’édition des sermons théologico-politiques, puis des annexes, dont une liste de tous les sermons du pasteur, les sources, la bibliographie, un index des lieux et personnes du Vieux Cévenol. On l’aura compris, il s’agit d’un ouvrage fondamental pour les historiens du protestantisme comme pour ceux des Lumières et pour tous ceux qui s’intéressent aux années qui précèdent la Révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Céline Borello, Du Désert au Royaume. Parole publique et écriture protestante (1765-1788). Édition critique du Vieux Cévenol et de sermons de Rabaut Saint-Étienne, Paris, Honoré Champion, 2013, 394 p. », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 200-201.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Céline Borello, Du Désert au Royaume. Parole publique et écriture protestante (1765-1788). Édition critique du Vieux Cévenol et de sermons de Rabaut Saint-Étienne, Paris, Honoré Champion, 2013, 394 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3570

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org