Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Chrystel Bernat et Frédéric Gabriel (dir.), Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelles. France, xvie-xviiie siècle, Paris, Beauchesne, coll. Théologie historique (122), 2013, 308 p.

Yves Krumenacker
p. 198-200

Texte intégral

1Le mot « zèle » est très fréquent dans les sources des xvie-xviiie siècles, mais sans qu’il ait vraiment été étudié. C’est ce constat qui a amené la tenue de plusieurs journées d’études en 2011, dont les communications sont publiées dans ce recueil. Au xvie et au début du xviie siècle, les guerres de religion sont évoquées à partir de trois types de zèle : un zèle aveugle, poussé jusqu’à la folie, qui arme les assassins ; un zèle froid, inspiré par l’amour de Dieu, qui juge et corrige rigoureusement ; un amour zélé qui pousse à étendre la communauté du Christ. Mais dans tous les cas, le zèle pousse à protéger et étendre la communauté parfaite et peut être utilisé comme légitimation par toutes les Églises. Le zèle a toujours à voir avec l’excès. C’est net avec le P. Garasse, dans sa polémique contre les protestants et les libertins ; il revendique ce zèle, et le zèle supposé de ses lecteurs, par la colère que lui procurent les écrits de ceux qui s’attaquent à Dieu et à l’Église. Mais ses écrits sont guidés par un « zèle inconsidéré », selon ses adversaires, car il est incontrôlé et verse dans une polémique qui dessert sa cause. C’est plutôt l’absence de zèle, devenu inutile, que risque de favoriser la théologie janséniste, à cause de la prédestination stricte qu’elle professe ; c’est du moins ce que lui reprochent ses détracteurs. Pour y répondre, Nicole se rapproche du thomisme pour y fonder ses Essais de Morale, tandis que Pascal intègre la théologie de la grâce dans une vision mystique des « membres pensants », où chacun contribue au bien de l’ensemble, sans chercher son intérêt particulier.

2Une deuxième partie du livre montre bien que la définition du zèle est complexe. Les critiques du « faux zèle » ne manquent pas à l’époque classique : non authentique, effet de l’amour-propre, il se révèlerait par ses effets ; mais on reste toujours à la merci d’une illusion, de la confusion dénoncée par Fénelon du zèle et de l’orgueil spirituel. Le zèle se montre aussi dans le costume des clercs comme dans leur manière de se comporter ; en ce sens, il est théâtral ; mais il doit naître naturellement, ce qui suppose une stricte discipline du corps, enseignée au séminaire, pour être vraiment un bon zèle. Les récits de conversion montrent d’ailleurs que, de part et d’autre de la frontière confessionnelle, protestants et catholiques partagent la même conception du zèle. En revanche, les saints, aux xvii et xviiie siècles, sont toujours considérés comme zélés ; fruit d’une critique du monde face à Dieu, le zèle conduit à l’imitation du Christ et des apôtres, et donc à la propagation de sa Parole, ainsi qu’à l’édification d’institutions comme l’Église, les ordres religieux ou les confréries.

3La troisième partie est principalement consacrée à ce que les protestants disent du zèle. On y trouve cependant aussi un examen des réflexions de Montaigne, qui retient surtout les aspects négatifs du zèle : en l’absence d’une « foi vive », il met la religion au service des passions privées ; sa critique vise les catholiques comme les protestants, mais est surtout virulente contre les Ligueurs. Pour Calvin, le zèle est une appropriation, par les élus (et donc aussi par lui-même), de la violence divine ; il est à distinguer du faux zèle, non dicté par l’Esprit, et qui recouvre souvent des passions moins nobles. En temps de crise, le zèle n’apparaît plus que sous ses aspects positifs. Le Traité de la dévotion de Jurieu (1674-1675) cherche à attiser sans cesse le zèle des fidèles, pour qu’ils recherchent le bonheur dans l’amour exclusif de Dieu ; le risque d’enthousiasme ou de fanatisme est passé sous silence, ce qui facilite sans doute l’exaltation millénariste de l’après-Révocation. Claude Brousson, de même, considère que le zèle est nécessaire à tout fidèle, que c’est une résistance spirituelle contre les tentations de l’Église romaine et le délitement huguenot, la seule manière d’assurer la fidélité à Dieu contre les ordres du roi. À partir de 1740, la prédication des pasteurs Rabaut (le père et ses deux fils) distingue à nouveau bon et faux zèle pour Dieu et pour le roi, mais en faisant glisser, au fil du siècle, le vrai zèle vers le souci des autres, vers les œuvres, dans une perspective moralisatrice.

4Le zèle apparaît ainsi comme une notion très ambivalente, et cela depuis la Bible. Encouragé dans son Église et refusé, compris comme un « faux zèle » dans l’Église adverse, dénoncé pour les excès qu’il provoque, il perd son côté négatif en temps de crise pour galvaniser les fidèles. Son usage est éminemment subjectif. Il désigne l’amour vrai pour Dieu, mais sans qu’aucun critère n’assure à l’observateur extérieur la rectitude de ce choix ; aussi le mauvais zèle, le zèle excessif, est-il toujours celui de l’autre, de l’adversaire. C’est tout le mérite de ce livre que d’attirer l’attention sur l’ambiguïté et la plasticité d’un terme qui semble aller de soi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Chrystel Bernat et Frédéric Gabriel (dir.), Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelles. France, xvie-xviiie siècle, Paris, Beauchesne, coll. Théologie historique (122), 2013, 308 p. », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 198-200.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Chrystel Bernat et Frédéric Gabriel (dir.), Critique du zèle. Fidélités et radicalités confessionnelles. France, xvie-xviiie siècle, Paris, Beauchesne, coll. Théologie historique (122), 2013, 308 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3567

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org