Navigation – Plan du site
Publications
Comptes-rendus d'ouvrages

Cédric Andriot, Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Moines, curés et professeurs, de Lorraine en Savoie, xviie-xviiie siècles, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 473 p.

Bernard Hours
p. 195-198

Texte intégral

1Avec l’édition de sa thèse soutenue devant l’Université de Nancy, C. Andriot fait sortir de l’oubli la congrégation des chanoines de Notre-Sauveur, dont la mémoire a été occultée par celle de son fondateur, Pierre Fourier (1565-1640), et celle de la congrégation féminine de Notre-Dame, dont il fut également le créateur et qui connut un rayonnement beaucoup plus étendu.

2En raison de sa longévité, l’histoire de cette congrégation qui obtint la reconnaissance de Rome en 1628 et vécut jusqu’en 1791, ne peut pas être considérée comme un échec. Et pourtant, au fil de ce siècle et demi, elle ne connut qu’une extension limitée par des difficultés, internes ou extérieures, sans cesse renouvelées. Tout le livre est donc construit autour d’un fil rouge : expliciter le paradoxe d’une entreprise qui, portée par « l’invasion mystique » du premier dix-septième siècle, en pleine « dorsale catholique », ne put néanmoins jamais s’épanouir complétement, et resta principalement confinée à la Lorraine.

3Les chanoines de Notre-Sauveur ne furent jamais très nombreux : une soixantaine au début des années 1630 répartis dans huit maisons, environ 230 dans les années 1700 pour 18 maisons, 293 en 1790 pour une vingtaine d’établissements. Ces statistiques qui donnent l’apparence d’une croissance linéaire et lente, sont trompeuses : l’histoire de la congrégation fut marquée par plusieurs ruptures, coups de frein ou accélérations. Après une croissance difficile de 1622 jusqu’à la reconnaissance pontificale en 1628, le début des années 1630 fut plus faste avec 19 professions en 1630, record absolu de recrutement. La guerre de Trente ans qui ruina la Lorraine, provoqua une première stagnation en même temps qu’elle éprouvait matériellement toutes les maisons et provoquait la dispersion de plusieurs communautés. Pierre Fourier fut contraint de se réfugier en Franche-Comté à Gray, où il mourut. Le généralat de Terrel (1642-1667) impulsa une vigoureuse reprise du recrutement avec 79 professions et celui de Massu (1692-1707) marqua un premier apogée. Le recrutement se stabilisa ensuite jusqu’aux années 1770 avant de connaître un essor nouveau dans la décennie pré-révolutionnaire, sous la conduite de Joseph de Saintignon, élu au généralat en 1772, avec un peu plus de huit professions par an de 1781 à 1785. Autrement dit, une courbe de recrutement complétement atypique, si on la compare au profil moyen de celles des ordres et congrégations de l’espace français sur la même période. Une courbe qui s’éclaire à la lumière d’une histoire très particulière.

4En premier lieu, il convient de bien préciser le rôle joué par Pierre Fourier, communément désigné comme fondateur. S’il fut effectivement à l’origine de la congrégation féminine de Notre-Dame, c’est l’épiscopat, d’abord le cardinal de Lorraine, puis surtout Porcelets de Maillanne, évêque de Toul, et son successeur, qui impulsa la réforme de l’ordre canonial en Lorraine. La rédaction des statuts de la congrégation réformée fut confiée en 1622 par Porcelets à Fourier, lui même chanoine profès de l’abbaye de Chaumousey, mais en rupture avec sa communauté depuis 1597 et affecté depuis cette date à la cure de Mattaincourt. Si Fourier était imprégné de l’idéal réformateur post-tridentin depuis ses études chez les Jésuites de Pont-à-Mousson où furent également formés deux autres réformateurs, Servais de Lairuels pour Prémontré, et Didier de La Cour pour Saint-Vanne, il n’en reste pas moins que le déclic de la réforme canoniale ne vint pas de lui. Il s’appropria sans réserve la mission qui lui était confiée et s’y dévoua entièrement. Mais peut-être faut-il chercher dans ces origines, une explication partielle au relatif flou qui subsista toujours dans la définition de l’identité et des fonctions de la congrégation.

5Cette réforme prit naissance en Lorraine, sous la protection de la dynastie régnante, et ce qui aurait dû constituer une garantie pour son bon développement se transforma en une limite, sinon un handicap. Face à l’influence croissante de la France, le duché maintint tant bien que mal son indépendance jusqu’au début du dix-huitième siècle, et la loyauté inconditionnelle de Fourier puis de ses successeurs vis-à-vis de la dynastie, contribua à la relative défiance avec laquelle les autorités françaises considérèrent la congrégation. Implantée de façon imprévisible en Savoie, à la seule faveur de l’exil de quelques chanoines durant la guerre de Trente Ans, à Aoste principalement où elle entretint un collège prestigieux de 1643 à 1748, la congrégation de Notre-Sauveur demeure, par son destin, emblématique de la difficulté des États de « l’entre-deux » à subsister à l’heure où se construisaient les grands États modernes.

6La seconde limite importante à l’épanouissement de cette réforme est à rechercher dans une double concurrence. Du côté français, la constitution de la congrégation des chanoines réformés de Sainte-Geneviève sous la houlette de Claude Faure et du cardinal de La Rochefoucauld, avec la protection du pouvoir royal, ruina toute velléité de diffusion de la réforme canoniale lorraine dans le royaume, alors que, de son côté, la congrégation de Notre-Dame ne se heurta pas à cet obstacle. De la même manière, le pouvoir royal encouragea la réforme bénédictine de Sant-Maur pour mettre fin à la pénétration sur son territoire de la réforme lorraine de Saint-Vanne. D’autre part, C. Andriot insiste fortement sur l’ambiguïté de la position de Notre-Sauveur par rapport à la Compagnie de Jésus. La congrégation nouvelle, fortement inspirée par le modèle jésuite (insistance sur la pastorale et l’action, emprunt de la pratique des Exercices, etc.), éprouvait quelques difficultés à s’en démarquer pour asseoir sa propre légitimité. Par ailleurs, elle souffrait du handicap d’apparaître alors que les Jésuites étaient déjà installés dans leur rôle de fer de lance de la réforme catholique sur le modèle romain. Ce handicap apparaît clairement dans le projet de Terrel d’investir les collèges : il ne restait alors aux chanoines que les établissements que la Compagnie ne voulait pas prendre en charge. Et par la suite, très logiquement, celle-ci vit des concurrents à neutraliser dans ces religieux qui entendaient marcher sur ses plates-bandes.

7Enfin, C. Andriot identifie clairement les causes internes de l’échec relatif du projet de Fourier qui, pour vouloir trop embrasser, étreignit mal. Pour réaliser les trois grandes orientations définies dans ce projet : action pastorale d’encadrement ds fidèles, action sociale par les œuvres charitables et par l’enseignement, vie contemplative dans ses abbayes, la congrégation manqua toujours des moyens et des effectifs nécessaires. La diversité des types d’établissements gérés par la congrégation reflétait le flou du projet : des petites écoles (dans la première période surtout, à l’époque de Fourier), des collèges (surtout à la fin du dix-huitième siècle où les chanoines détiennent le quart des établissements lorrains, une fois récupérés les collèges jésuites de Nancy, Épinal, Pont-à-Mousson et Sarre-Union), des abbayes de fondation médiévale (lieux de transit pour des religieux dont la carrière était marquée par une grande mobilité, lieux de retraite aussi pour les chanoines fatigués, mais aussi résidence de plus en plus confortable du général, ou maisons d’étude), de petits établissements fondés au XVIIe siècle pour l’encadrement des fidèles et qui, pour la plupart, éprouvèrent toujours de grosses difficultés financières. Il faut ajouter à cela la centaine de cures souvent liées aux abbayes, dans lesquelles les chanoines qui y étaient affectés prirent l’habitude d’une large autonomie par rapport à la congrégation.

8Selon les phases de son histoire, ces établissements occupaient une place privilégiée ou non dans la stratégie de la congrégation. Dans la première période, le projet éducatif de Fourier insistait sur les petites écoles, pour lesquelles C. Andriot, faute de documentation, n’est malheureusement pas en mesure d’apporter beaucoup d’informations, et qui furent ensuite confiées à des instituteurs laïcs puis abandonnées aux communautés d’habitants. Durant la première moitié du dix-huitième siècle, marquée par la stabilité sinon la stagnation, les abbayes devinrent le véritable centre de la congrégation et profitèrent de la situation pour se lancer dans des constructions prestigieuses. Dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et surtout après 1776, une fois récupérés de grands collèges jésuites, la congrégation mit surtout l’accent sur l’enseignement « secondaire ». De ces hésitations, il résulta une tension entre deux grandes tendances, accrue à la fin de la période au point d’amener la congrégation au bord de l’implosion : d’une part ceux qui se concevaient de moins en moins comme des réguliers et entendaient se vouer à une vie religieuse active et dans le siècle, d’autre part sur qui demeuraient attachés au modèle contemplatif et dénonçaient la dérive de la congrégation trop loin de son inspiration originelle. Avec Joseph de Saintignon, élu général alors qu’il avait entamé un procédure en vue de sa sécularisation, la première tendance triompha. Les chanoines de Saint-Sauveur étaient appelés à devenir une congrégation de clercs séculiers voués à l’enseignement lorsque la Révolution leur apporta la sécularisation que la majorité d’entre eux appelaient de leurs vœux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Cédric Andriot, Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Moines, curés et professeurs, de Lorraine en Savoie, xviie-xviiie siècles, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 473 p. », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 195-198.

Référence électronique

Bernard Hours, « Cédric Andriot, Les chanoines réguliers de Notre-Sauveur. Moines, curés et professeurs, de Lorraine en Savoie, xviie-xviiie siècles, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 473 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3565

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org