Navigation – Plan du site
Articles

Haïti et le conflit des deux « France »

Lewis A. Clorméus
p. 63-84

Résumés

En 2005, la commémoration du centenaire de la loi de séparation des Églises et de l’État a été l’occasion pour les universitaires français de faire le point sur les avancées et les limites de la laïcité dans le monde. Certains travaux ont permis de mieux préciser le contexte du vote de cette loi et ses conséquences. Notre article se propose d’examiner l’influence du « conflit des deux France » sur la vie intellectuelle et militante des élites haïtiennes. Ces dernières, à la fin du XIXe siècle, portent un intérêt particulier sur l’évolution des débats sur la laïcisation en France. En dépit de leur francophilie et de leurs discours anticléricaux, les intellectuels et des politiciens francs-maçons d’Haïti éviteront de suivre la voie tracée par la France. Le concordat de 1860, signé entre Haïti et le Saint-Siège, continue à être la base légale régissant les rapports entre l’État et l’Église catholique romaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Baubérot écrit : « La seconde période (1905-1989), ou second seuil de laïcisation, est celle o (...)
  • 2 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République : aux sources protestantes de la laïcité, 1860-1900, Renn (...)
  • 3 Il ne nous a pas paru important d’établir des comparaisons entre le regard haïtien sur la laïcisati (...)

1En 2005, la France commémorait le centenaire de la loi de séparation des Églises et de l’État. À cette occasion, différentes manifestations intellectuelles ont occasionné des réflexions sur les avancées et les limites de la laïcité à travers le monde. Toutefois, peu d’études se sont préoccupées de savoir comment d’autres pays ont perçu les luttes pour l’adoption de lois laïcisantes en France. La période qui nous intéresse (1880-1905) est celle qui, en France, aboutit au second « seuil de laïcisation1 ». Cette notion, forgée par l’historien Jean Baubérot, permet de concilier les apports de la sociologie et de l’histoire à la compréhension du processus complexe et conflictuel de laïcisation dont résulte la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. C’est un moment crucial dans l’histoire de la France où la religion est assimilée à une « institution-association » tout en perdant, sous la pression des militants anticléricaux, sa légitimité morale et sociale. En effet, les deux dernières décennies du xixe siècle sont marquées par l’adoption d’une série de lois et de mesures mettant en face « deux France » sur des questions politiques, administratives et sociétales touchant le travail, l’éducation, la santé, le mariage, le divorce, etc. 1905 met fin au concordat de 1801 entre la France et le Saint-Siège. Il ne s’agit pas, ici, de revenir sur l’histoire de la laïcité en France. Une abondante littérature est disponible sur ce thème2. Cet article entend combler un vide historiographique sur l’écho en Haïti des événements marquants de cette étape de la laïcisation en France3. Qu’est-ce qui pourrait motiver cette ancienne colonie française à s’intéresser au conflit des « deux France » ? Comment les principaux acteurs politiques, religieux et intellectuels d’Haïti ont-ils réagi face à cette phase de la laïcisation en France ?

Pourquoi la France intéresse-t-elle Haïti ?

  • 4 Henri Christophe, en qualité de chef d’État haïtien, semble avoir voulu rompre tout lien avec la Fr (...)
  • 5 Anonyme, « Le jargon judiciaire », Le Nouvelliste, lundi 20 avril 1908, no 2896, p. 2 ; Le Nouvelli (...)
  • 6 L. E., « La littérature haïtienne », Courrier du Soir, samedi 23 août 1919, no 671, p. 1.
  • 7 On lit dans L’Union du 28 décembre 1837 qu’« il doit être convainquant pour tout esprit impartial e (...)
  • 8 Hannibal Price, De la réhabilitation de la race noire par la République d’Haïti, Port-au-Prince, Im (...)
  • 9 Anonyme, « Un État toujours en Révolution », Touche à Tout, 15 mars 1914, no 3, p. 229.
  • 10 Jules Michelet, La Femme, 10e éd., Paris, Calmann Lévy, 1879, p. 213. De son côté, le contre-amiral (...)

2Quelques années après l’indépendance nationale (1804), le sentiment antifrançais, suscité par la mémoire de l’esclavage et de la colonisation, a lentement cédé le pas à une francophilie parmi les élites haïtiennes4. Cette francophilie constitue, en quelque sorte, une stratégie pour se tailler une place dans le concert des « nations civilisées » du monde. C’est ainsi qu’un écrivain haïtien déclara ex cathedra : « Quand la France éternue, […] Haïti a la coqueluche5 ! » Cette francophilie suggère-t-elle une aliénation culturelle des élites haïtiennes ? Ces dernières se considéraient-elles vraiment comme des « Français égarés sur la terre d’Haïti » ou encore comme « des écrivains français d’Haïti6 » ? Il ne faut pas croire que les ardeurs francophiles des élites nationales les ont dépouillées de tout nationalisme7. Elles ont plutôt généré chez les principaux intellectuels haïtiens, particulièrement en périodes de crise politique et dans le cadre des débats sur la race, la conscience d’être mal compris par les élites françaises et d’être investis de la mission de « réhabilitation de la race noire8 ». La plupart des écrivains français ne considéraient-ils pas Haïti comme « la Petite Afrique de l’Amérique ! L’Afrique des jungles congolaises, avec ses coutumes barbares qu’un mince vernis de civilisation, héritage de la période coloniale, ne réussit pas à voiler9 » ? Peu d’entre eux, par sympathie ou ironie, affirmaient qu’Haïti était la « France noire10 ». Pour analyser la société haïtienne, beaucoup d’écrivains nationaux du xixe siècle ont développé des approches raciologiques en réaction aux théories racistes qui circulaient en Europe. Très tôt, émerge aussi une conscience d’être d’une nation de « nègres » qui suppose l’acceptation d’être différent dans le « monde civilisé ». Une littérature militante côtoie également, en permanence, les courants du romantisme à la française pour défendre l’image d’Haïti auprès de l’Europe et, en particulier, de l’ancienne métropole.

  • 11 G. de G., « Ordre de la Légion d’honneur », dans Marcelin Berthelot et al., La Grande Encyclopédie. (...)
  • 12 Gustave de Molinari, « À Panama », Journal des débats politiques et littéraires, vendredi 25 juin 1 (...)
  • 13 Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes notables (...)
  • 14 Eugène Aubain, « En Haïti », Journal des débats politiques et littéraires, vendredi 6 avril 1906.
  • 15 Bénito Sylvain, « Le Père Iung et le Directeur de la « Fraternité » », La Fraternité, 20 juin 1894, (...)
  • 16 Les élites françaises, en réaction à la francophilie de celles d’Haïti, n’ont pas développé une que (...)
  • 17 En 1894, par exemple, l’annonce du décès du président français Sadi Carnot a suscité une affluence (...)

3Il est toutefois clair que les élites d’Haïti ont plagié celles de la France sur différents points. À titre illustratif, rappelons que l’ordre de la Légion d’honneur fut « créé à Haïti en 1849 par le président Soulouque, à l’occasion de sa proclamation, en qualité d’empereur, sous le nom de Faustin Ier ; il avait calqué les statuts de son ordre sur ceux de l’ordre français, mais cette pâle copie de la grande institution disparut avec son créateur et n’eut jamais d’existence sérieuse au dehors d’Haïti11 ». Le président Lysius Salomon (1879-1888), ancien ministre de Faustin Soulouque (1847-1859), est allé plus loin dans l’expression de sa reconnaissance à la France. Dans un dîner à la Solitude-Villa, sa résidence de campagne à Turgeau (Port-au-Prince), Gustave de Molinari raconte qu’il tint à peu près ce langage à l’égard de sa femme (une Française) : « C’est un Français, dit-il, qui m’a élevé et qui m’a fait ce que je suis. Comment n’en serais-je pas reconnaissant ? Mes ennemis m’accusent de ne pas aimer les blancs ; j’ai épousé une blanche, et (regardant sa femme avec un bon sourire) je m’en félicite tous les jours12 ». Très tôt, les élites haïtiennes ont institué une tradition d’envoyer leurs enfants dans les meilleures écoles et universités françaises, comme s’il s’agissait de montrer aux Européens qu’ils étaient leurs égaux sur le plan intellectuel. Le président Fabre Nicolas Geffrard (1859-1867), « partisan de l’éducation européenne, […] fit élever ses deux plus jeunes filles à Paris, et décréta l’envoi en France d’un certain nombre d’enfants et de jeunes officiers haïtiens13 ». Saint-Martin Canal, fils du président Pierre Théoma Boisrond Canal (1876-1879, 1888), a étudié au prestigieux lycée Louis-le-Grand de Paris14. Beaucoup d’Haïtiens sont abonnés aux revues littéraires et affiliés aux sociétés savantes parisiennes. L’influence française sur les intellectuels haïtiens est telle que Bénito Sylvain15, dans sa polémique avec le Père Iung, déclare que « nos sentiments pour la France, notre patrie intellectuelle, sont connus de tous16 ». Sur le plan politique et diplomatique, Haïti ne pouvait qu’accorder une importance particulière aux affaires françaises17. Non seulement la pesanteur de l’histoire, notamment le poids des multiples emprunts et l’usage de la langue française, l’y obligeait, mais l’impérialisme français pouvait facilement l’isoler dans l’hémisphère occidental.

Le clergé concordataire d’Haïti durant la seconde moitié du xixe siècle

4Un vecteur de renforcement de la francophilie haïtienne est certainement la présence d’un clergé concordataire majoritairement composé de Bretons. En effet, en 1860, le gouvernement haïtien et le Saint-Siège signent un concordat pour régulariser la situation de l’Église catholique en Haïti dont le fonctionnement échappe au contrôle romain. On lit ainsi dans Le Moniteur du 1er septembre 1860 que

  • 18 Le Moniteur, 1er septembre 1860, no 397, p. 1.

le traité, qui a été conclu entre Sa Sainteté le Pape et la République, est un véritable progrès. Depuis longtemps, la nécessité d’avoir chez nous des prêtres d’une moralité éprouvée, par suite d’un concordat avec le Saint-Père, se faisait sentir, et des démarches avaient été constamment faites à ce sujet, mais sans succès18.

5L’option concordataire s’est imposée, dans un contexte de marginalisation diplomatique d’Haïti, comme une possibilité de se faire davantage reconnaître dans la communauté des États souverains. C’est d’ailleurs dans cet esprit que le général de brigade Joseph Balthazar Inginac, secrétaire du président Jean-Pierre Boyer (1818-1843), écrivait en 1824 :

  • 19 Lettre de B. Inginac, général de brigade, secrétaire général près de Son Excellence, à Monsieur le (...)

Persuadé que si la gloire et la prospérité des États posent sur la Religion Chrétienne comme sur une base indestructible, la Religion Chrétienne de son côté ne saurait exister sous l’empire du Despotisme qui en étouffe toutes les vertus, tandis, au contraire, que la Liberté lui prête de nouveaux charmes et l’environne d’une puissance nouvelle, Son Excellence ne saurait supposer un seul instant que l’illustre Chef de cette Religion fut indifférent au sort du Peuple Haïtien, qui a su conserver, au milieu d’une révolution longue et terrible, le dépôt sacré de la foi de Jésus-Christ, exemple que d’autres peuples, qui se vantent de leur civilisation et qui se montrent si injustes envers nous, n’ont pas toujours donné dans leurs crises politiques19.

  • 20 Le Moniteur, 8 décembre 1860, p. 1.
  • 21 Philippe Delisle, Le Catholicisme en Haïti au XIXe siècle. Le rêve d’une Bretagne Noire (1860-1915)(...)
  • 22 Carl E. Peters, La Croix contre l’asson, Port-au-Prince, Imprimerie La Phalange, 1960, p. 202.

6Lors de la séance de ratification du traité (1er août 1860), le sénateur Saladin Lamour indique déjà les visées religieuses d’un tel traité. « Selon lui, le concordat ne contient rien de contraire à la Constitution. En facilitant l’établissement régulier du culte catholique dans le pays, ce traité aidera à la propagation de la morale universelle, de la morale chrétienne. L’influence du christianisme anéantira toutes ces doctrines, tous ces cultes antireligieux qui sont aussi opposés à la vraie religion qu’aux principes de notre pacte social20 ». L’affirmation de la catholicité de l’État, renforcée par la régularisation du clergé, est ainsi considérée comme un pas vers la « civilisation » et, dans cette conjoncture, le choix de prêtres français comme missionnaires ne fait que renforcer les liens entre Haïti et son ancienne métropole. Le concordat inaugure l’ère de la « Bretagne noire21 », car Haïti, la « Fille Aînée de l’Église dans le Continent Occidental22 », était devenue spirituellement une « colonie bretonne » comme l’indique une plume catholique des années 1880 :

  • 23 Anonyme, « La France en Haïti », Annales catholiques, t. 61, 23 juillet 1887, p. 181-182. Ce même a (...)

Haïti, c’est la France Noire des Antilles ! Et, si elle n’est plus la colonie Française, du moins elle est toujours, – au point de vue spirituel, – une colonie Bretonne. Tous ses évêques sont nos compatriotes et la plupart de ses prêtres sont partis de la Bretagne. Pie IX, en établissant la hiérarchie catholique dans cette île et en signant le Concordat, n’avait-il pas dit qu’il voulait faire de ce pays « une Mission Bretonne » ? L’appel du pape a été entendu, et il y a longtemps que nos évêques ont coutume de fournir, chaque année, un contingent de missionnaires pour ce pays dont on a fait comme une succursale de leurs diocèses23.

  • 24 Laënnec Hurbon, Religion et lien social. L’Église et l’État moderne en Haïti, Paris, Cerf, 2004.
  • 25 Des données indiquent qu’il existait en Haïti, au début des années 1890, 50 loges maçonniques contr (...)
  • 26 L’Assemblée Nationale, en 1895, insistait déjà auprès du président haïtien sur le fait que « l’acti (...)
  • 27 En 1904, au moment de célébrer les festivités du centenaire de l’indépendance nationale, l’épiscopa (...)
  • 28 Bulletin religieux d’Haïti, septembre 1893, no 9, p. 4.
  • 29 François Duvalier, Mémoires d’un leader du Tiers-Monde, Paris, Hachette, 1968 ; Wien Weibert Arthus(...)

7Dans les faits, le clergé concordataire se charge de la question sociale et du contrôle de la culture et de l’éducation24. Durant une quarantaine d’années, il s’est trouvé confronté à des élites profondément catholiques, mais également ancrées dans une franc-maçonnerie anticléricale. Cette dernière, affaiblie par des crises internes intermittentes, affiche le visage d’un mouvement sans idéologie politique dès la fin du xixe siècle25. Le clergé catholique, désireux d’afficher son leadership politique, en profite pour séduire la grande majorité des intellectuels et politiciens haïtiens en organisant la première campagne antisuperstitieuse (1896-190026). Toutefois, un tel succès n’épargne guère l’épiscopat catholique des affronts sporadiques de partisans de la nationalisation du clergé concordataire. Ces derniers, sans vraiment s’attaquer à l’érection d’un séminaire à Pontchâteau (France) consacré à la formation des futurs prêtres devant desservir les paroisses d’Haïti, ne comprenaient pas pourquoi les missionnaires français tardaient à céder le contrôle de l’épiscopat à leurs compatriotes27. Il est pourtant curieux de constater que ce même clergé concordataire, dans son Bulletin religieux d’Haïti, évoquait l’encyclique de Léon XIII (24 juin 1893) sur la nécessité de « fonder des séminaires dans les Indes Orientales » et d’assurer « la formation d’un clergé indigène qui soit non seulement capable d’aider le ministère européen, mais encore de porter le fardeau de la charge pastorale28 ». Finalement, c’est au cours des années 1960 que le président François Duvalier (1957-1971) accomplit de force la « nationalisation » du clergé catholique29.

Quand Haïti ne veut plus suivre la « fille aînée de l’Église »

  • 30 En 1890, le gouvernement du général Florvil Hyppolite (1889- 1896) rappelle que « dans le cours des (...)
  • 31 Ce constat est relevé dans la plupart des documents officiels et archives missionnaires pour la fin (...)
  • 32 Le journal français Le Rappel souligne que « L’Osservatore romano annonce que le pape a accepté d’ê (...)
  • 33 Arbitrage du Très Saint-Père le Pape entre la République d’Haïti et la République dominicaine sur l (...)
  • 34 Philippe Delisle note, à ce propos, des flèches lancées contre le clergé par un groupe de « jeunes  (...)
  • 35 Sur cette diplomatie active du Saint-Siège dans le cadre du règlement pacifique des différends inte (...)

8Au début du xxe siècle, malgré des tensions épisodiques avec le clergé catholique30, l’État haïtien s’assure de bien profiter des avantages découlant du concordat. Aussi les autorités appuient-elles moralement l’initiative de la première campagne antisuperstitieuse et, tout en regrettant le manque de prêtres dans les paroisses d’Haïti31, motivent l’Église catholique à poursuivre sa « mission civilisatrice ». En 1895, c’est aussi le Saint-Siège qui permet d’éviter une éventuelle guerre entre Haïti et la République dominicaine32. Une convention d’arbitrage est signée par les parties concernées le 3 juillet 1895. « Haïti avait toujours refusé l’arbitrage, trouvant qu’il n’était pas nécessaire de recourir à l’intervention amicale d’une tierce puissance pour reconnaître le sens d’une bonne disposition qu’elle voyait si claire. […] Mais les nouvelles conditions de la proposition d’arbitrage et le nom du Saint-Père déterminèrent le gouvernement à accepter cette fois33 ». La presse nationale, en dépit de l’existence de quelques feuilles anticléricales34, a plutôt bien accueilli cet arbitrage dont l’écho a servi à renforcer l’image d’une Église catholique attentive à l’évolution des relations internationales en Amérique latine35.

  • 36 Le Nouvelliste, lundi 17 décembre 1900, no 704, p. 2.
  • 37 Ibid.
  • 38 Exposé général de la situation de la République d’Haïti. Année 1904, Port-au-Prince, Imprimerie H. (...)

9Le début du xxe siècle met ainsi fin à la présence de figures anticléricales dans les gouvernements haïtiens et occasionne, à plusieurs reprises, des présidences marquées par un discours messianique et soucieux du bon rapport avec l’Église catholique. Par exemple, dans son allocution du 16 décembre 1900, le président Paul Augustin Tirésias Simon Sam (1896- 1902) déclare que « Dieu qui voit tout, qui sait tout, me protège manifestement. C’est lui qui m’a élu par la voix du peuple, alors que je n’étais pas candidat à la présidence36 ». Il précise aussi que « si l’on réfléchit, si l’on veut se reporter à l’Histoire, on constatera que mon gouvernement, sous l’égide de Dieu, est le seul qui, depuis Boyer, ait atteint près de cinq années d’existence sans troubles, sans coups de fusil37 ». Son départ occasionne une ère d’instabilité politique qui facilite l’avènement du général Pierre Nord Alexis (1902-1908), connu pour son appartenance ouverte au vodou, qui ne nuira pas à la tranquillité du clergé concordataire. D’ailleurs, dans l’exposé général de la situation de la République de 1904, son gouvernement se dit « heureux de pouvoir […] informer que le gouvernement a pris la décision de construire à Port-au-Prince une nouvelle cathédrale38 ». Toutefois, concernant les débats sur la laïcité, l’État haïtien se garde de s’ingérer dans les affaires françaises.

  • 39 Jean-Baptiste Piolet, Nos missions et nos missionnaires, Paris, Librairie Bloud, 1904, p. 5.

10Dans un livre paru en 1904, Jean-Baptiste Piolet (1855-1930) souligne que « nos missionnaires français à l’étranger sont très nombreux, bien plus que ceux de toutes les autres nations réunies. En effet, sur un total de 6106 missionnaires, nous comptons à peu près 4 500 Français, 75 pour 10039 ». Dans le souci de combattre le zèle missionnaire dans les colonies françaises, une brochure s’insurge contre le fait que les lois sur les associations et sur l’enseignement ne concernent pas celles-ci. Ce document dénonce, entre autres, l’existence des congrégations religieuses et de l’enseignement congréganiste en dehors de la France métropolitaine. Mais serait-ce en réaction au foyer d’opposition des missionnaires catholiques établis dans les colonies françaises, particulièrement le Madagascar, et en Haïti que son auteur anonyme écrit :

  • 40 Anonyme, Les Missions et la question religieuse à Madagascar, Meulan-Hardricourt, Imprimerie Albert (...)

En luttant contre le prosélytisme religieux, je fais acte de civilisation et je défends les intérêts véritables de l’indigène. Les missionnaires et les philosophes humanitaires, si toute liberté leur était laissée, nuiraient à l’évolution des indigènes vers la civilisation. Entre les missionnaires et nous, la divergence des vues est absolue. Je ne crois nullement à l’action civilisatrice des religions. La civilisation est fille des progrès industriels et scientifiques, issue des changements économiques déterminés par ces progrès. Une race peut concevoir une religion d’ordre philosophique, elle restera l’inférieure des races à religion plus vulgaire, mais arrivée à un développement scientifique et par corollaire matériel plus marqué. […] Quand la religion chrétienne s’impose à une race, sans que parallèlement ou antérieurement se soit développé, par une évolution plus ou moins rapide, l’esprit social, né du progrès matériel, propre aux nations européennes, on obtient Haïti, une parodie des sociétés et des états européens40.

  • 41 Quand Pichon devint le ministre plénipotentiaire de la France en Haïti, durant la président d’Hyppo (...)
  • 42 On lit aussi dans La Semaine religieuse du diocèse de Rouen : « Il est remarquable que les États-Un (...)
  • 43 Leslie Manigat, « La substitution de la prépondérance américaine à la prépondérance française en Ha (...)
  • 44 Pascale Berloquin-Chassany reproduit un extrait de l’annexe d’une lettre du 20 août 1908 précisant (...)

11Mais la France pouvait-elle se permettre de miner les actions d’un clergé concordataire qui véhicule la passion de sa langue et de la francophilie41 ? D’ailleurs, la première décennie du siècle dernier est marquée par une perte de l’influence politique française en Haïti au profit des Allemands et des Américains42. Dans ces conditions, les missionnaires français pouvaient être occasionnellement manipulés par le Quai d’Orsay comme l’avoue, dans une lettre du 10 septembre 1888, le comte de Sesmaisons, ministre de France à Port-au-Prince, qui entend soigner la « question d’influence de la légation auprès du clergé [français d’Haïti] tout puissant ici [et] dévoué à nos intérêts43 ». Sur quels dossiers étaient-ils manipulés ; et comment ? Des études approfondies, exploitant les archives missionnaires et diplomatiques, doivent éclaircir cette double interrogation44. Néanmoins, on sait que des tensions ont opposé le clergé concordataire et la France au gouvernement haïtien au début des années 1890.

  • 45 Jérémie, L’Effort, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Abeille, 1905, p. 152.

On se rappelle la lutte ouverte entre le gouvernement et le clergé lorsque le siège de Monseigneur Hillion était vacant. L’Église d’Haïti est restée longtemps sans chef parce que la France, tenant à sa prépondérance, s’était immiscée dans la question. Cette lutte d’influence a été acerbe, et, le général Hyppolite mort, un scandale a troublé sa mémoire. Un évêque a jeté sur son cadavre la plus infâme calomnie. On a commenté ce discours, qu’un ministre français, ancien député radical, avait adressé au clergé dans une fête à l’Asile : « Nous sommes ennemis au-dedans, mais amis au-dehors. La France vous doit sa protection partout où vous faites flotter son drapeau45 ».

  • 46 Dans son premier bulletin, cette ligue précise que, dès le départ, « elle trouvait en face d’elle d (...)
  • 47 Anonyme, « La liberté d’enseignement en Haïti », L’Enseignement Libre, mars 1905, no 3, p. 179. Ant (...)
  • 48 Fleury Féquière, L’Education haïtienne, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Abeille, 1906, p. 343-353 ; (...)
  • 49 Sténio Vincent, Lélia C. Lhérisson, La Législation de l’instruction publique de la République d’Haï (...)
  • 50 Charles Bouchereau, La Législation scolaire d’Haïti. Lois, arrêtés, règlements et programmes en vig (...)
  • 51 Anonyme, « La Liberté d’enseignement en Haïti », L’Enseignement Libre, mars 1905, no 3, p. 180. Rep (...)
  • 52 Le Gaulois, dimanche 17 juillet 1892, no 3532, p. 1.

12Des détracteurs de l’enseignement laïque en France, regroupés au sein de la Ligue de la liberté d’enseignement, fondée en août 1902, ont évoqué le cas haïtien comme modèle alternatif pour soutenir leurs revendications46. Ils constatent que « l’État qui n’est pas en mesure, à l’heure actuelle, de soutenir la concurrence, accorde une protection égale à l’enseignement laïc et congréganiste. Quiconque justifie des conditions de capacité et de moralité peut ouvrir une école ; l’État, en vertu du droit général de police, doit veiller seulement à l’observance des règles habituelles concernant l’hygiène et la salubrité publique47 ». En effet, le concordat a facilité l’implantation de plusieurs écoles congréganistes (petit séminaire et collège Saint-Martial, institution Saint-Louis de Gonzague, pensionnat Sainte-Rose de Lima, etc.), gérées par des missionnaires bretons, susceptibles a priori de rivaliser avec les meilleures écoles publiques d’Haïti et de la France48. La diversification du parc scolaire haïtien est due fondamentalement à « la liberté de l’enseignement [qui] est consacrée par toutes nos constitutions. Toute personne a le droit de créer des établissements d’instruction primaire et secondaire, pourvu qu’elle remplisse les conditions de capacité et de moralité déterminées par la loi. […] Les autorités scolaires ne peuvent interdire pour les écoles privées que des livres contraires à la morale, aux bonnes mœurs, à la constitution et aux lois du pays49 ». L’article 2 de la loi sur l’instruction publique du 29 octobre 1901 réaffirme que « les écoles sont publiques, communales ou privées50 ». C’est aussi que, charmés par cette vision haïtienne de la liberté d’enseignement, des opposants à la laïcisation du système éducatif français affirment qu’« il est triste que Haïti puisse donner des leçons de libéralisme à la France51 ». Le Gaulois, journal français dirigé par Arthur Meyer, rappelle même qu’en Haïti, « les écoles sont, là-bas, dirigées par nos Frères des écoles chrétiennes, et les hôpitaux sont tenus par les Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, et personne, à Haïti, ne songe à laïciser52 ».

  • 53 Bulletin religieux d’Haïti, février 1893, no 2, p. 8- 9.

Il n’est pas au monde un vrai catholique qui ne soit plein d’admiration pour la sollicitude paternelle, l’intrépide dévouement, le désintéressement sans limite, en même temps que la merveilleuse sagesse dont Votre Sainteté fait preuve depuis deux années pour sauver du naufrage la foi du grand peuple de France. Français nous-mêmes, presque tous, à l’admiration nous sentons se joindre dans nos cœurs une profonde gratitude pour l’inappréciable service rendu à notre patrie. Ce sentiment est d’autant plus vif que nous savons au prix de quelles contradictions et de quels sacrifices Vous poursuivez l’œuvre entreprise, n’ayant en vue que le relèvement et le salut de la Fille ainée de l’Église, oubliant tout autre intérêt. Aussi nous gémissons avec Vous, Très Saint-Père, et nos cœurs sont brisés de douleur en voyant tant d’hommes, qui se disent catholiques, dont plusieurs même le sont sincèrement par ailleurs, se mettre en révolte contre le Chef de l’Église, et Lui contester le pouvoir de guider leurs consciences dans l’accomplissement des devoirs politiques53.

  • 54 Congrès diocésain de Vannes sous la présidence de Sa Grandeur Monseigneur Gouraud. 6- 9 octobre 190 (...)
  • 55 Ibid., p. 5.
  • 56 Ibid., p. 1.

13Bien plus tard, Mgr Morice, évêque des Cayes (Haïti), prit part au congrès diocésain de Vannes (6-9 octobre 1907) dont les thèmes de débat furent décidés en réaction à deux constats. D’abord, le clergé français était préoccupé par les « ruines de toutes sortes s’accumulant par l’application des lois liberticides de la séparation : expulsions violentes et confiscation des évêchés, séminaires, presbytères et couvents, spoliation de tous les biens ecclésiastiques, mainmise sur les fondations, etc.54 ». Et, de plus, l’Église française était face à l’impératif de redynamiser ses diocèses en réorganisant matériellement le culte, tout en développant des œuvres catholiques55. Dans son discours d’ouverture à la cathédrale de Vannes (6 octobre), Mgr Gouraud rappelle qu’« il nous faut nous organiser, non pas tant en vue de défendre l’Église contre ses ennemis, que en vue d’assurer, malgré la persécution, son action bienfaisante et son rôle social dans notre pays56 ». Toutefois, Mgr Morice n’a pas dû avoir une influence quelconque sur l’orientation des débats.

14Du point de vue du droit, l’institutionnalisation de la laïcité en France marque une différence fondamentale avec la tradition constitutionnelle d’Haïti. S’appuyant sur des doctrines françaises en matière de droits administratif, pénal et constitutionnel, Me Hannibal Price, membre de la Société française de législation comparée et ancien secrétaire particulier de la Société de législation (Haïti), affirme que :

  • 57 Hannibal Price, Législation haïtienne. Cours de droit administratif contenant l’exposé des principe (...)

Les principes de l’ordre religieux que consacre implicitement la constitution et que développent nos lois administratives […] sont au nombre de quatre : 1o liberté religieuse ou liberté illimitée en matière de foi ; 2o sécularisation de l’état des personnes ; 3o droit de police de l’État sur l’exercice public des cultes ou liberté limitée du culte extérieur ; 4o droit de l’État d’intervenir dans l’organisation des cultes reconnus et de ne protéger qu’eux. […] Depuis 1905, l’organisation religieuse en Haïti n’a plus rien de comparable au régime actuel des cultes en France : « c’est la loi du 9 décembre 1905 qui a opéré la séparation des Églises et de l’État. Elle a été complétée par des règlements d’administration publique des 29 décembre 1905, 19 janvier et 16 mars 190657 ».

  • 58 Le Nouvelliste, vendredi 10 juillet 1903, no 1462, p. 1.
  • 59 Le Soir, vendredi 30 septembre 1904, no 225, p. 2.
  • 60 Le Soir, samedi 31 décembre 1904, no 302, p. 2.

15La presse haïtienne, pour sa part, évoque aussi le refroidissement des rapports entre l’Église catholique et les autorités françaises. Le Nouvelliste, l’un des plus importants quotidiens de Port-au-Prince, rapporte les confidences du pape Léon XIII, au soir de sa vie : « D’après le journal “La Nouvelle Presse Libre”, le pape a dit au cardinal français, Mgr Mathieu : “La France est grande ; elle m’a occasionné beaucoup de peines, mais aussi elle était quelquefois cause de mes consolations et de mes joies58.” » Mais c’est surtout le journal Le Soir, fondé par l’écrivain haïtien Justin Lhérisson, qui permet de suivre l’évolution des tensions entre les défenseurs de la laïcité et les militants catholiques. Cet organe de presse parle ainsi de « crise religieuse en France » et fait particulièrement état de la violence utilisée pour neutraliser les opposants à la laïcité de l’État français. Par exemple, il aborde la question de l’expulsion de religieuses dans un couvent de Roubaix qui a suscité des « manifestations importantes » et occasionné des blessés59. En décembre 1904, ce journal informe aussi que le pape, sentant inévitable l’adoption d’une loi sur la séparation des Églises et de l’État, entend faire part aux évêques de France des instructions pour maintenir l’unité d’action dans la conduite des catholiques60. Puis, en février 1905, il annonce les grands points d’un projet de loi visant à rendre effective « la séparation de l’Église et de l’État » d’ici le mois de juillet de cette même année :

1- Abolition du concordat partout où les relations de l’Église et de l’État sont établies ;

2- Le gouvernement ne donnera plus aucune aide, ni subside aux sectes religieuses ;

  • 61 Le Soir, mardi 28 février 1905, no 49, p. 2.

3- Transformation des associations religieuses en corporations civiles soumises aux mêmes lois que toutes les autres associations61.

  • 62 Le Soir, mercredi 12 avril 1905, no 86, p. 2.
  • 63 Le Soir, mardi 6 juin 1905, no 127, p. 2.
  • 64 Le Soir, vendredi 2 juin 1905, no 124, p. 2.
  • 65 Le Soir, mardi 21 novembre 1905, no 267, p. 2.
  • 66 Le Soir en fait ainsi l’annonce : « Par 181 voix contre 102, le Sénat a adopté le projet de loi pou (...)

16Le Soir évoque également la détermination du ministre des Cultes de la France, Jean-Baptiste Bienvenu-Martin, qui, devant la Chambre des députés, déclare « que les demandes de l’opposition pour une entente amicale entre les Églises et l’État étaient impossibles, les Églises ne désirant pas la séparation, alors que le pays la considère comme indispensable62 ». D’ailleurs, ce débat sur la laïcité de l’État n’est-il pas, aux dires de Pelletan, « l’événement le plus important depuis la chute de la monarchie en France63 ». Dans sa livraison du 2 juin 1905, Le Soir indique que la Chambre des députés a voté un article de loi précisant que « le remboursement des dettes de l’Église contractées alors qu’elles étaient une institution d’État devra être fait par les associations cultuelles qui, en conséquence, toucheront les revenus des églises et auront le contrôle des édifices des différents cultes64 ». Finalement, alors que la Chambre des députés de la Bolivie approuve la réforme de l’article 2 de la constitution autorisant l’exercice de tous les cultes65, celle de France vote la loi du 9 décembre 1905 qui permet de mettre fin à son concordat déjà centenaire66. Le Soir souligne alors que :

L’abolition du concordat et la substitution du nouveau régime faisant suite à la séparation des Églises et de l’État amènent un grand changement dans les conditions actuelles, d’après lesquelles l’État a à satisfaire aux besoins de milliers d’églises, payant les appointements des évêques et des prêtres et ayant à s’occuper de l’administration du système religieux. Une commission nommée par le ministre des cultes a commencé à étudier les changements qui doivent être faits pour passer de l’ancien au nouveau système. Ces changements sont divisés en trois catégories :

1- Classement des propriétés de l’État, comprenant les tableaux et objets d’art évalués à plusieurs milliards de francs.

2- Réorganisation des salaires du clergé, qui seront graduellement diminués jusqu’à leur extinction.

  • 67 Le Soir, mercredi 3 janvier 1906, no 1, p. 2.

3- Formation de sociétés civiles qui devront s’occuper de l’administration des églises67.

  • 68 Annibal Montasse, Le Docteur Kuiper, ancien président du Conseil des ministres de Hollande, et la l (...)

17Ce tournant décisif dans l’histoire des rapports entre l’État et les religions en France est donc perçu en Haïti comme une bataille longue et compliquée où la foi devrait s’incliner devant la militance anticléricale. Si la presse, en particulier Le Soir, en fournit les différentes phases et leurs conséquences immédiates, il n’existe à notre connaissance qu’une seule brochure d’un militant catholique haïtien jetant un regard défavorable sur la loi du 9 décembre 190568. Pour le reste, jusqu’à preuve du contraire, les intellectuels haïtiens se seraient plutôt enfermés dans un parfait silence. Pour une fois, s’inspirer de la France leur aurait semblé impossible ou tout au moins inapproprié compte tenu de la situation nationale.

  • 69 Henri Godin, Yvan Daniel, La France, pays de mission ?, Paris, Cerf, 1943.
  • 70 Lewis A. Clorméus, Entre l’État, les élites et les religions en Haïti. Redécouvrir la campagne anti (...)

18Deux remarques nous paraissent essentielles à dégager en guise de conclusion. D’abord, le projet de laïcisation des militants républicains français semble n’avoir pas pris en compte la situation religieuse dans les colonies. Il a plutôt généré, par son succès, un véritable exode de religieux vers des terres de mission et entretenu, durant de longues années, des tensions entre la vieille France catholique et les partisans de la laïcité. Quoi qu’il en soit, la France en sortira transformée au point que, quarante ans plus tard, deux prêtres lancent le fameux débat qu’ils résument en une question apparemment simple : La France est-elle devenue un pays de mission69 ? Cette laïcisation, en d’autres termes, avait-elle autant déchristianisé la France au point qu’aux yeux de l’Église catholique, elle aurait besoin d’être à nouveau évangélisée ? La France, devenant laïque, avait-elle renoncé définitivement à son titre de « fille aînée de l’Église » qui, symboliquement, indiquait ses racines culturelles chrétiennes ? En Haïti, la laïcisation des institutions françaises a suscité beaucoup plus d’inquiétude que d’enthousiasme. Seul État officiellement francophone (même si la grande majorité ne parle que le créole haïtien) dans les Amériques, Haïti a conclu un concordat avec le Saint-Siège en 1860. Cet accord a occasionné un rapprochement avec l’ancienne métropole par l’implantation de congrégations religieuses françaises et l’institution d’un épiscopat traditionnellement breton. Vu les bénéfices que l’État haïtien tirait de ce concordat, en dépit des épisodes d’anticléricalisme suscités particulièrement par l’intrusion de prêtres missionnaires dans les affaires politiques et leur hésitation à édifier un « clergé indigène », la laïcisation à la française ne paraissait guère une orientation politique envisageable dans les rapports entre l’État et les religions. Certes, le clergé breton et les autorités publiques s’opposeront sur le mariage, mais celles-ci ne rendront pas effectif le projet de dénonciation du concordat engagé par des parlementaires francs-maçons. L’État et l’Église catholique se tissent un destin commun, car chacun, de son côté, dispose d’une grande capacité de mobilisation et de légitimation. Durant l’occupation américaine d’Haïti (1915-1934), les revendications en faveur de l’institution d’un « clergé indigène » et la dénonciation de la collaboration des missionnaires bretons avec les autorités américaines prendront un caractère anticlérical70. Mais il a fallu attendre 1946, au moment des débats sur la réforme constitutionnelle suite à la chute du président Élie Lescot (1941-1946), pour que l’autorité de l’Église catholique soit sérieusement ébranlée. S’inspirant encore de la France qui vient d’approuver une constitution (27 octobre 1946) insérant la laïcité comme une dimension de l’identité républicaine, une frange de la gauche haïtienne voulut rompre avec la « tradition constitutionnelle » haïtienne en matière religieuse. La tentative échoua.

Haut de page

Notes

1 Jean Baubérot écrit : « La seconde période (1905-1989), ou second seuil de laïcisation, est celle où s’effectue ce que j’appelle le « pacte laïque », une réconciliation progressive des « deux France », avec ses hauts et ses bas, ses restes de conflit dans le domaine scolaire, tendant à réduire l’usage narratif du terme « laïcité » à ce dernier aspect. La loi de séparation des Églises et de l’État marque, en 1905, la victoire du camp laïque : les Églises perdent tout caractère officiel, le concordat et le système des « cultes reconnus » sont abolis. Il devient interdit de salarier le clergé et d’accorder des subventions publiques aux religions, car cela constituait un aspect de leur semi-officialité (article 2) », « L’évolution de la laïcité en France : entre deux religions civiles », dans Diversité urbaine, vol. 9, 2009, no 1, p. 12.

2 Patrick Cabanel, Le Dieu de la République : aux sources protestantes de la laïcité, 1860-1900, Rennes, PUR, 2003 ; Paul Airiau, 100 ans de laïcité française, 1905-2005, Paris, Presses de la Renaissance, 2004 ; Jean Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Paris, Seuil, 2004 ; Maurice Larkin, L’Église et l’État en France : 1905, la crise de la Séparation, Toulouse, Privat, 2004 ; Alain Boyer, 1905 : la séparation Églises-État : de la guerre au dialogue, Paris, Cana, 2004 ; Jean Baubérot, Michel Wieviorka (dir.), De la séparation des Églises et de l’État à l’avenir de la laïcité, La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2005 ; Jean-Marie Mayeur, La Séparation des Églises et de l’État, Paris, Éd. de l’Atelier, 2005 ; Jacqueline Lalouette, La Séparation des Églises et de l’État : genèse et développement d’une idée, 1789-1905, Paris, Seuil, 2005 ; Henri Peña-Ruiz, Dieu et Marianne : philosophie de la laïcité, Paris, PUF, 2005 ; Jean Baubérot, Histoire de la laïcité en France, Paris, PUF, 2007 ; Jean-Pierre Chantin, Le Régime concordataire français. La collaboration des Églises et de l’État, 1802-1905, Paris, Beauchesne, 2010.

3 Il ne nous a pas paru important d’établir des comparaisons entre le regard haïtien sur la laïcisation française et ce qui se passe, en même temps, dans le contexte régional caraïbéen et même latino-américain. Le dépouillement des principaux journaux et des archives missionnaires du XIXe siècle nous porte à croire que les élites haïtiennes ne se préoccupaient pas beaucoup des rapports entre l’État et les religions dans les pays voisins, alors qu’au Mexique, pour cette même période, des lois et mesures laïcisatrices sont adoptées pour limiter le pouvoir de l’Église catholique dans la vie publique. Voir Manuel Suárez Cortina, Evelina Trejo Estrada, Aurora Cano Andaluz (éd.), Cuestión religiosa. España y México en la época liberal, 2ème éd., Santander, Editorial de la Universidad de Cantabria, 2013 ; Ben Fallaw, Religion and State Formation in Postrevolutionary Mexico, USA, Duke University Press, 2013.

4 Henri Christophe, en qualité de chef d’État haïtien, semble avoir voulu rompre tout lien avec la France. Beaubrun Ardouin écrit à ce sujet : « En preuve du prétendu génie qu’on lui attribua, on a dit qu’il eût voulu changer l’idiome et même la religion du peuple haïtien, en lui faisant adopter la langue anglaise. Ce ne serait alors, de sa part, qu’une sottise de plus ajoutée à tant d’autres : la religion protestante facilite la liberté des âmes dont Christophe ne voulait pas. En se rendant indépendants de la Grande-Bretagne, les États-Unis n’ont pas eu la pensée, qui eût été ridicule, d’abandonner la langue anglaise pour adopter la langue française. Les colonies espagnoles ont également conservé la langue de leur ancienne métropole en s’émancipant. Pourquoi donc Haïti eût-elle désiré de rompre avec la langue française, comme elle a rompu avec la France ? », Études sur l’histoire d’Haïti, t. 8, Paris, chez l’auteur, 1858, p. 463.

5 Anonyme, « Le jargon judiciaire », Le Nouvelliste, lundi 20 avril 1908, no 2896, p. 2 ; Le Nouvelliste, vendredi 11 août 1905, no 2093, p. 1- 2.

6 L. E., « La littérature haïtienne », Courrier du Soir, samedi 23 août 1919, no 671, p. 1.

7 On lit dans L’Union du 28 décembre 1837 qu’« il doit être convainquant pour tout esprit impartial et patriotique que jusqu’ici Haïti a très peu fait, dans un point de vue général, pour identifier ses institutions avec ses localités, deux choses qui devrait être inséparablement unies. Nous sommes convaincus que les nations ne se métamorphosent pas en un jour, et que les préjugés sociaux, les mœurs et les coutumes qui sont profondément enracinés par l’influence des siècles, ne peuvent pas être extirpés à volonté, et que les essais faits dans ce but ne sont pas toujours heureux ou exempts de danger. […] Si l’on demande par quels moyens nous pouvons parvenir à un tel résultat, nous présenterons nos institutions telles qu’elles sont, et nous dirons qu’elles doivent être refaites, pour mieux s’adapter aux particularités de notre contrée ; notre nationalité doit être plus proéminente et plus énergiquement caractérisée ; nos idées, pour tout ce qui a rapport à nous et notre pays, doivent être aussi distantes de la France et de la nation française qu’elles le sont de la Grande-Bretagne et de tout autre peuple. Nous ne voulons jamais être anglais, nous ne serons jamais français ; nous sommes et devons être Haïtiens (sic.) », Anonyme, « De la nationalité », L’Union, 28 décembre 1837, no 20, p. 3.

8 Hannibal Price, De la réhabilitation de la race noire par la République d’Haïti, Port-au-Prince, Imp. J. Verrollot, 1900.

9 Anonyme, « Un État toujours en Révolution », Touche à Tout, 15 mars 1914, no 3, p. 229.

10 Jules Michelet, La Femme, 10e éd., Paris, Calmann Lévy, 1879, p. 213. De son côté, le contre-amiral Réveillère affirme : « Haïti est une France noire, mais une France », Graines au Vent (Autarchie), Paris, Librairie Fischbacher, 1896, p. 117.

11 G. de G., « Ordre de la Légion d’honneur », dans Marcelin Berthelot et al., La Grande Encyclopédie. Inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts par une société de savants et de gens de lettres, t. 21, Paris, H. Lamirault et Cie, sd., p. 1151.

12 Gustave de Molinari, « À Panama », Journal des débats politiques et littéraires, vendredi 25 juin 1886, p. 2-3. On lit aussi dans les Annales catholiques : « Un nouveau drapeau flottera désormais sur le basilique de Lourdes à côté de ceux du Chili et de l’Équateur, qu’on suspendait naguère. C’est le drapeau de la République d’Haïti. Le tissu est en soie rouge et bleue ; il porte en lettres d’or les initiales du président et de sa femme, avec le millésime. L’écusson se compose d’un palmier entouré des deux côtés par un faisceau de pavillons aux couleurs nationales. La remise du drapeau d’Haïti a été faite, sans solennité, dimanche soir, par Mme Salomon, femme du président de la République, qui était accompagnée de sa fille et de sa petite-fille. Dans un temps où les sociétés secrètes propagent la fameuse doctrine Ni Dieu ni Maître, la protection de la sainte Vierge n’est pas inutile aux souverains pour se garder des explosions de la dynamite et des coups de poignard », Annales catholiques, t. 53, 5 septembre 1885, no 716, p. 549.

13 Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, 5ème éd., Paris, Librairie Hachette et Cie, 1880, p. 790.

14 Eugène Aubain, « En Haïti », Journal des débats politiques et littéraires, vendredi 6 avril 1906.

15 Bénito Sylvain, « Le Père Iung et le Directeur de la « Fraternité » », La Fraternité, 20 juin 1894, no 19, p. 1.

16 Les élites françaises, en réaction à la francophilie de celles d’Haïti, n’ont pas développé une quelconque haïtianophilie. Le Nouvelliste, dans sa livraison du 15 avril 1908, a dénoncé pour la énième fois une « campagne de presse française contre notre pays ». Cette fois-ci, le quotidien haïtien a retranscrit les propos de la Phalange de la Loire (20 mars 1908) concernant Haïti : « Nous sommes, c’est entendu, la nation la plus spirituelle de la terre, nous l’avons nous-même proclamé et l’univers civilisé a ratifié ce jugement. Mais prenons garde que la joie de lancer un bon mot ne nous rende involontairement méchants : les peuples ont leur susceptibilité que l’on doit savoir ménager, si on veut conserver leur amitié. Un pays a particulièrement souffert de cette déplorable tendance de notre esprit : c’est Haïti, que sa langue, ses institutions et ses mœurs font cependant essentiellement française. Cette petite République noire a eu bien des malheurs. Elle a commis beaucoup de fautes. Au milieu de ses déboires, elle s’est toujours, d’instinct, tournée vers mère-patrie. […] Mais c’est par des railleries que nous accueillons le plus souvent ses efforts. Et ces railleries lui paraissent d’autant plus douloureuses qu’elles sont proférées par des Français, presque des frères. […] Les Haïtiens ne sont certes pas ménagés par les journalistes d’Allemagne ou des États-Unis ; mais, ne parlant ni l’anglais, ni l’allemand, ils n’en savent ordinairement rien. La moindre critique de la plus obscure feuille française est, au contraire, immédiatement connue, reproduite et commentée par tous les journaux d’Haïti. […] La France exerce à Haïti une sorte de magistrature intellectuelle qu’elle a intérêt à conserver. […] Pour s’intéresser au sort d’Haïti, il faut la connaître. Il faut connaître son histoire douloureuse, ses institutions, ses mœurs, son degré de civilisation, ses ressources économiques », Anonyme, « Haïti et la France », Le Nouvelliste, mercredi 15 avril 1908, no 2894, p. 1.

17 En 1894, par exemple, l’annonce du décès du président français Sadi Carnot a suscité une affluence de sympathies à la Légation de France en Haïti. « Le 3 juillet, un service solennel a été célébré, à l’église métropolitaine de Port-au-Prince, pour le repos de l’âme du glorieux assassiné. Le Président d’Haïti, entouré de ses ministres et de son état-major ; les membres du Parlement et du corps diplomatique et consulaire ; les fonctionnaires et les officiels supérieurs de toutes armes, et toutes les notabilités de la capitale, se sont fait un devoir de répondre à l’aimable invitation de M. Bonnadet, chargé d’affaires de France à Port-au-Prince », La Fraternité, 1 août 1894, no 23, p. 1.

18 Le Moniteur, 1er septembre 1860, no 397, p. 1.

19 Lettre de B. Inginac, général de brigade, secrétaire général près de Son Excellence, à Monsieur le Cardinal Jules de Somaglia, pro-préfet de la Propagande à Rome, 19 décembre 1824, Archives générales spiritaines à Chevilly-Larue, 5P1.6a3, Documents concernant l’histoire religieuse d’Haïti.

20 Le Moniteur, 8 décembre 1860, p. 1.

21 Philippe Delisle, Le Catholicisme en Haïti au XIXe siècle. Le rêve d’une Bretagne Noire (1860-1915), Paris, Karthala, 2003.

22 Carl E. Peters, La Croix contre l’asson, Port-au-Prince, Imprimerie La Phalange, 1960, p. 202.

23 Anonyme, « La France en Haïti », Annales catholiques, t. 61, 23 juillet 1887, p. 181-182. Ce même auteur ajoute : « Honneur aussi à la Femme vénérée du Président ! Elle est de notre race et de notre pays : l’an dernier elle visita, en pèlerinage, les célèbres sanctuaires de la France, et nous avons entendu si souvent son éloge sur les lèvres de nos compatriotes que je suis heureux de répéter ici leurs paroles et de dire après que Madame la Présidente est vraiment « la Providence d’Haïti ». Aussi nous espérons que les liens de sympathie qui unissent cette île à la France et à la Bretagne se resserreront de plus en plus : l’accueil que reçoit Mgr Kersuzan dans tous les séminaires nous en donne une garantie » (p. 184).

24 Laënnec Hurbon, Religion et lien social. L’Église et l’État moderne en Haïti, Paris, Cerf, 2004.

25 Des données indiquent qu’il existait en Haïti, au début des années 1890, 50 loges maçonniques contre 73 pour le Mexique et l’île de Cuba, 4 pour la République dominicaine et 552 pour la France. La Bastille, 16 septembre 1905, no 147, p. 4. Sans pouvoir évoquer le nombre d’affiliés à la franc-maçonnerie haïtienne, un article de Charles-Mathieu Limousin affirme que celle-ci comptait déjà 61 loges vers 1905, « Statistique de la franc-maçonnerie », dans Journal de la Société statistique de Paris, t. 48, 1907, p. 219. Selon l’écrivain français catholique et anti-maçonnique Oscar Jules Claplain, « depuis 1877, la guerre est déclarée ouvertement à la religion par les Loges, mais ces dernières sont discréditées, moralement, de plus en plus, par les exactions et les vols dont se sont rendus coupables certains grands dignitaires chargés de fonctions publiques, et, en particulier, par divers présidents de la république. Peut-être cette considération n’est-elle pas étrangère à la suppression, sous le président Nord, en 1903, de la salve du 25 juin en l’honneur de saint Jean. […] Depuis 1896, m’a-t-on assuré, le nombre de maçons a beaucoup diminué et les Loges ne seraient plus que des officines, centre d’opposition politique. Ce qui se passe en France et les théories liberticides de nos F :. M :. ne sont pas sans influence sur ce discrédit. Plusieurs maçons d’Haïti m’ont déclarer trouver absurde, répréhensible et contraire à l’esprit philosophique de la maçonnerie primitive la guerre déclarée en France à la liberté de conscience », La France en Haïti. Catholicisme. Vaudoux. Maçonnerie, Paris, Imprimerie F. Levé, 1904, p. 76-77.

26 L’Assemblée Nationale, en 1895, insistait déjà auprès du président haïtien sur le fait que « l’action du prêtre à côté de celle d’une bonne police rurale, est tout indiquée pour opposer une digue au mal, combattre l’erreur, détruire l’esprit de fétichisme », L’Opinion nationale, samedi 7 septembre 1895, no 3, p. 4.

27 En 1904, au moment de célébrer les festivités du centenaire de l’indépendance nationale, l’épiscopat publie un mandement pour fixer sa position par rapport à ces préoccupations : « Les fidèles ne prennent pas une part suffisante aux manifestations de la vie nationale. Pourquoi ? Peut-être parce que l’Église est regardée comme étrangère, comme indifférente elle-même aux intérêts du pays, soucieux de faire des chrétiens qui fréquentent ses offices, qui récitent des prières et communient, mais non de former des hommes, des citoyens aimant leur patrie, dévoués à la chose publique. Ce soupçon vient de ce que notre clergé jusqu’ici n’est pas indigène. Dissipons cette équivoque, si injurieuse à l’Église et si pernicieuse pour le pays. Étrangère, l’Église ? Étrangers notre clergé et Nous ? Ah ! Parcourez tout le pays : visitez nos cimetières et nos églises ; partout vous trouverez des tombes de prêtres. Étrangers, ces hommes-là ? « Je crois volontiers, disait Pascal, des hommes qui se font égorger » ; croyez aussi à la sincérité d’hommes qui meurent pour vous, croyez à l’amour de ces martyrs. Leurs corps déposés en terre sont des germes féconds par lesquels l’Église plonge des racines jusque dans votre sol, racines sur lesquelles lèveront bientôt des rejetons. Vous voudriez un clergé national ? Cette aspiration est des plus louables ; elle est conforme à celle de l’Église elle-même. Prenez patience : votre désir se réalise. Qu’avez-vous de plus national que ces prêtres perdus dans vos montagnes, où ils élèvent l’esprit et le cœur de vos frères, en leur prêchant l’amour de Dieu, la soumission aux autorités établies, la pratique des vertus chrétiennes, qui sont aussi les vertus sociales ? Qu’y a-t-il de plus national que le travail de ces prêtres qui bâtissent des églises, des presbytères, des écoles ? Et, à côté du prêtre, n’est-il pas des vôtres, ce religieux qui use sa vie à instruire vos enfants, à en faire des citoyens utiles à eux-mêmes et à la patrie ? N’est-elle pas bien nationale, cette humble religieuse qui remplit le même office auprès de nos jeunes filles ? » Nos Seigneurs l’Archevêque de Port-au-Prince et les Évêques suffragants du Cap et des Cayes, « Mandement du Centenaire (Suite et fin) », Le Nouvelliste, mardi 29 décembre 1903, no 1605, p. 1. Voir aussi : Nos Seigneurs l’Archevêque de Port-au-Prince et les Évêques suffragants du Cap et des Cayes, « Mandement du Centenaire (Suite et fin) », Le Nouvelliste, lundi 28 décembre 1903, no 1604, p. 1- 2.

28 Bulletin religieux d’Haïti, septembre 1893, no 9, p. 4.

29 François Duvalier, Mémoires d’un leader du Tiers-Monde, Paris, Hachette, 1968 ; Wien Weibert Arthus, Les Relations internationales d’Haïti (1957-1971) : la politique étrangère de François Duvalier, thèse de doctorat, Université Paris I, 2011 ; Anonyme, Souvenir du grand événement religieux. Vendredi 28 octobre 1966, Port-au-Prince, Imprimerie La Phalange, 1966.

30 En 1890, le gouvernement du général Florvil Hyppolite (1889- 1896) rappelle que « dans le cours des derniers événements, la conduite peu digne de quelques prêtres avait nécessité contre eux l’application de certaines mesures ; ils comprendront tous désormais que dans nos luttes intestines, au lieu d’attiser les passions en mettant au bénéfice d’un parti une influence qui ne doit servir qu’à apaiser, ils doivent rester des ouvriers de paix, de concorde », Exposé général de la situation de la République d’Haïti. Année 1890, Port-au-Prince, Imprimerie nationale, 1891, p. 80.

31 Ce constat est relevé dans la plupart des documents officiels et archives missionnaires pour la fin du XIXe siècle. En 1900, la Secrétairerie d’État des Cultes souligne que « l’année dernière, en vous rendant compte de la situation du Clergé de la République, ce Département vous annonçait que le nombre de prêtres employés au service des paroisses ne s’élevait qu’à cent vingt-deux et vous faisait remarquer que, vu l’insuffisance notoire de ce nombre d’ecclésiastiques, il était à présumer que le chiffre des traitements prévus au budget de l’exercice en cours devait être augmenté pour l’exercice suivant. En effet, ainsi que vous le constaterez au budget de l’exercice 1900-1901, le nombre de prêtres de la République s’est accru de treize, ce qui le porte à cent trente cinq », Exposé général de la situation de la République d’Haïti. Année 1900, Port-au-Prince, Imprimerie H. Chauvet & Cie, 1900, p. 63.

32 Le journal français Le Rappel souligne que « L’Osservatore romano annonce que le pape a accepté d’être arbitre entre les Républiques d’Haïti et de Saint-Domingue dans le différend relatif à la délimitation des frontières », Le Rappel, mercredi 28 août 1895, no 9301, p. 2. Voir aussi l’annonce de cet arbitrage dans la presse haïtienne : Dantès Fortunat, « Actualité », L’Opinion nationale, samedi 14 septembre 1895, no 4, p. 3- 4 et « La frontière dominicano-haïtienne (suite et fin) », L’Opinion nationale, samedi 21 septembre 1895, no 5, p. 2- 3. Pour mesurer la tension existant entre ces deux pays, l’Haïtien Joseph Justin écrivait : « Il faut espérer que ces deux pays n’auront pas un jour à prononcer ce mot tristement célèbre : ”Dieu est trop haut et le pape est trop loin” », Le Péril dominicain, Paris, Albert Savine, 1895, p. 37 et Les Relations extérieures d’Haïti. Études historiques et diplomatiques, Paris, Albert Savine, 1895, p. 225.

33 Arbitrage du Très Saint-Père le Pape entre la République d’Haïti et la République dominicaine sur l’interprétation de l’article 4 du traité du 9 novembre 1874 passé entre les deux Républiques. Mémoire de la République d’Haïti (1896), Paris, Société anonyme de l’Imprimerie J. Kugelmann, 1896, p. 27. Voir sur ce différend Contre-mémoire de la République d’Haïti en réponse au mémoire dominicain, 1896. Imprimerie Sallustiana, 1896.

34 Philippe Delisle note, à ce propos, des flèches lancées contre le clergé par un groupe de « jeunes » qui « ont couru les boulevards de Paris et lu les mauvais journaux ». Probablement, ces anticléricaux voulaient laïciser le système scolaire en attaquant les écoles congréganistes, L’Anticléricalisme dans la Caraïbe francophone. Un « article importé » ? 1870- 1911, Paris, Karthala, 2005, p. 114-115.

35 Sur cette diplomatie active du Saint-Siège dans le cadre du règlement pacifique des différends internationaux, il faut remarquer que, concernant la variété d’États qui en ont fait appel de 1878 à 1922, « la France n’est évoquée qu’une seule fois, à propos de négociations secrètes avec l’Espagne. Si la « fille aîné de l’Église » est peu représentée, des États non catholiques sont souvent cités : l’Allemagne, dont la dynastie et le chancelier étaient luthériens, la Grande-Bretagne, dont l’Église est autocéphale, les États-Unis, enfin la Sublime Porte, empire dont le souverain était musulman et sur le territoire duquel les chrétiens formaient un groupe très minoritaire », Jean-Marc Ticchi, « Bons offices, médiations, arbitrages dans l’activité diplomatique du Saint Siège de Léon XIII à Benoît XV », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 105, 1993, no 2, p. 580 et « L’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, terres d’élection des interventions pacificatrices du Saint-Siège de Léon XIII à Benoît XV ? », Hispania sacra, vol. 56, no 113, 2004, p. 333-364.

36 Le Nouvelliste, lundi 17 décembre 1900, no 704, p. 2.

37 Ibid.

38 Exposé général de la situation de la République d’Haïti. Année 1904, Port-au-Prince, Imprimerie H. Amblard, 1904, p. 112.

39 Jean-Baptiste Piolet, Nos missions et nos missionnaires, Paris, Librairie Bloud, 1904, p. 5.

40 Anonyme, Les Missions et la question religieuse à Madagascar, Meulan-Hardricourt, Imprimerie Albert Maréchaux, 1907, p. 54.

41 Quand Pichon devint le ministre plénipotentiaire de la France en Haïti, durant la président d’Hyppolite, « certains craignaient que le fougueux tribun de l’extrême-gauche ne transportât sur les plages haïtiennes les idées avancées qu’il cultivait sur les bords de la Seine. Le jeune diplomate a vite calmé les craintes des plus pessimistes en déclarant qu’il ne voyait ici ni royalistes, ni républicains, ni impérialistes, ni ralliés, ni cléricaux, ni libres penseurs, qu’il ne voyait que des Français », Anonyme, « L’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation », La Croix Supplément, dimanche 30-lundi 31 décembre 1894, no 3576, p. 3. La légation française en Haïti eut-elle une influence sur la décision du gouvernement haïtien de publier, dans Le Moniteur du 11 mai 1895, une note louangeant l’œuvre du clergé breton ? En tout cas, le journal français La Croix rappelle que « comme on le voit, cette note est une protestation officielle contre les calomnies et les insanités de certains émissaires francs-maçons et libres-viveurs qui se mêlent d’écrire l’histoire à leur façon. Le dernier ouvrage d’un certain Paul Vibert, de Paris, qui ne connaît Haïti que par la bave déversée par son patron Schœlcher, vers 1843, sur le clergé irrégulier dont Haïti était alors le rendez-vous. Depuis le concordat, les choses ont bien changé, et actuellement le clergé et les congrégations religieuses sont, comme partout, œuvre civilisatrice par excellence. M. Pichon, dont le témoignage est bon à noter, car il est un ennemi acharné et bien connu, rend, en toute occasion, le plus éclatant tribut de sympathie et d’admiration aux œuvres catholiques », La Croix Supplément, dimanche 9-lundi 10 juin 1895, no 3713, p. 2.

42 On lit aussi dans La Semaine religieuse du diocèse de Rouen : « Il est remarquable que les États-Unis, si arrogants et si injustes envers l’Espagne, n’ont soufflé mot des affaires d’Haïti. Ils ont rencontré là la puissante Allemagne et se sont inclinés. La fameuse doctrine de Monroe a été mise sous le boisseau et la pauvre République d’Haïti sous le pressoir. Les fiers Yankees savent devenir, à l’occasion, les plus souples des hommes. Ils ont compris qu’avec leurs 25 000 hommes de troupes, il ne sauraient contrecarrer les volontés de l’Allemagne. Sans doute, en cas de guerre, ils pourraient lever jusqu’à huit millions d’hommes, mais avant que cette cohue ne fût armée, instruite, encadrée, disciplinée, le drapeau de l’Union aurait cessé de flotter sur la Maison-Blanche », J. L., « Les événements », La Semaine religieuse du diocèse de Rouen, samedi 18 décembre 1897, no 51, p. 1233- 1234.

43 Leslie Manigat, « La substitution de la prépondérance américaine à la prépondérance française en Haïti au début du xxe siècle : la conjoncture de 1910-1911 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 14, octobre-décembre 1967, p. 330.

44 Pascale Berloquin-Chassany reproduit un extrait de l’annexe d’une lettre du 20 août 1908 précisant qu’ « autrefois, en Haïti, notre chargé d’affaires M. de Sesmaisons était de mèche avec les révolutionnaires, tandis que les prêtres catholiques français, de connivence avec eux et notre propre ministre, organisaient l’émeute et la révolte dans leurs églises transformées en forteresse ou en dépôts de minutions de contrebande de guerre », Haïti, une démocratie compromise 1890-1911, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 258.

45 Jérémie, L’Effort, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Abeille, 1905, p. 152.

46 Dans son premier bulletin, cette ligue précise que, dès le départ, « elle trouvait en face d’elle deux sortes d’adversaires : – des hommes politiques qui fermaient brutalement les écoles – des théoriciens fort embarrassés parce qu’ils cherchaient à concilier les contraires, voulant étendre les pouvoirs de l’État et les limiter pour sauver sinon la liberté du moins les apparences », Le Comité, « Notre œuvre », L’Enseignement Libre, janvier 1904, no 1, p. 1- 4.

47 Anonyme, « La liberté d’enseignement en Haïti », L’Enseignement Libre, mars 1905, no 3, p. 179. Anténor Firmin rapporte les propos de Murville Férère, secrétaire d’État de l’Instruction publique, concernant l’état de l’éducation en Haïti en 1905 : « Un mal sur lequel je ne puis m’empêcher d’attirer votre attention est la non-fréquentation des écoles. On a estimé à environ 350 000 le nombre des enfants en âge d’aller à l’école. Or, la statistique du département fixe à moins de 30 000 le nombre des élèves inscrits dans nos écoles tant nationales que privées », Anténor Firmin, Lettres de Saint-Thomas. Études sociologiques, historiques et littéraires, Paris, V. Giard & E. Brière, 1910, p. 208-209.

48 Fleury Féquière, L’Education haïtienne, Port-au-Prince, Imprimerie de l’Abeille, 1906, p. 343-353 ; Philippe Delisle, « Congrégations enseignantes et missions extérieures. L’exemple des Frères de Ploërmel et des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny aux Antilles françaises (XIXe siècle) », Mémoire spiritaine. Histoire, missions, spiritualité, 2001, n° 13, p. 41-59 ; Id., « Des congréganistes français au service de la « République noire ». Les Frères de Ploërmel en Haïti (1864-1909) », Revue d’histoire ecclésiastique, t. 97, 2002, n° 2, p. 537-561 ; Id., « L’exportation d’un « modèle d’enseignement breton » ? Les Frères de Ploërmel et les Filles de la Sagesse en Haïti (1864-1934) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 112, 2005, n° 2, p. 45-56.

49 Sténio Vincent, Lélia C. Lhérisson, La Législation de l’instruction publique de la République d’Haïti, Paris, Vve Ch. Dunod & P. Vicq, 1895.

50 Charles Bouchereau, La Législation scolaire d’Haïti. Lois, arrêtés, règlements et programmes en vigueur, Paris, Librairie Armand Colin, 1911, p. 3. Par une lettre du 28 octobre 1903 adressée à la Société de législation (Haïti), Lewis Pouilh avise que « les Filles de la Sagesse ont sollicité du secrétaire d’État de l’Instruction une licence pour ouvrir une école enfantine privée dans le quartier du Bois-de-Chêne » et se demande dans quelle mesure on peut rejeter la requête de cette institution religieuse. « La multiplicité des écoles privées déjà existantes dans le même quartier, où l’on voudrait en fonder une autre, peut-elle être invoquée comme motif légal du refus d’autorisation ? ». À cette question, le rapport de Lamartinière Denis adressé à la Société de législation est formel : « L’enseignement est libre, disent la constitution et la loi du 18 octobre 1901. La liberté d’enseignement s’exerce conformément à la loi, sous la haute surveillance de l’État (art. 24, 3o alinéa de la Constitution). Or, si l’enseignement est libre, et si l’on est dans les conditions déterminées par la loi pour enseigner, le secrétaire d’État ne peut, à son gré, refuser la licence. Les Sœurs de la Sagesse, qui forment une congrégation religieuse vouée à l’enseignement et admise dans le pays, sont bien dans les conditions de l’art. 8 de la loi sur l’Instruction publique ; et il est même superflu de leur demander de justifier 1o quelles sont de bonnes vies et mœurs ; 2o quelles sont pourvues de titres de capacité correspondant au degré d’enseignement qu’elles veulent pratiquer, etc. Ainsi la licence ne peut leur être refusée pour ces conditions de moralité et de capacité qu’elles réunissent pleinement sans doute, surtout lorsqu’il s’agit pour elles de fonder une école enfantine. […] Je soutiens […] que des licences ayant été données aux Sœurs pour fonder toutes ces écoles dans tous les quartiers de la ville de Port-au-Prince, ne serait-ce pas blesser la liberté de l’enseignement, si l’on refusait l’autorisation aux Sœurs de la Sagesse d’en fonder une autre dans le quartier de « Bois-de-Chêne ». Monsieur le secrétaire d’État de l’Instruction publique peut juger qu’une nouvelle licence accordée aux Sœurs serait un abus de la liberté de l’enseignement ; que ce serait, pour ainsi dire, leur en donner le monopole (sic.) » (p. 2-3). Les conclusions de ce rapport sont combattues, dans la séance du 29 octobre 1903, par Georges Sylvain, notamment concernant la question de la « surabondance » d’écoles dans un même quartier. Sylvain plaide pour la compétition entre les écoles rivales. « Que beaucoup d’écoles libres vivent côte à côte, je m’en réjouirai, y trouvant la preuve qu’elles sont toutes utiles. Qu’une d’entre elles arrive à absorber les autres, je ne m’en affligerai point : ce sera pour moi l’indice que les moins résistantes ont perdu de leur utilité » (p. 6). Edmond Héraux croit aussi que « quiconque réunit les conditions de capacité et de moralité propres à la direction d’une école privée a le droit à la licence ; quand il en fait la demande, elle ne peut lui être légalement refusée » (p. 8). Par vote, à l’unanimité, les membres de la Société de législation ont conclu que le refus du secrétaire d’État est abusif (deux membres, dont l’auteur du rapport, ont eu des réserves sur la question de la « surabondance » des écoles dans un même quartier), Revue de la Société de législation, 1903, p. 1- 10 ; Sténio Vincent, La République d’Haïti telle qu’elle est. Aperçus : historique, géographique, ethnographique, politique, administratif, agricole, pastoral, économique, minier, intellectuel, législatif, financier, médicinal, patriotique, Bruxelles, Société anonyme belge d’Imprimerie, 1910, p. 251-255.

51 Anonyme, « La Liberté d’enseignement en Haïti », L’Enseignement Libre, mars 1905, no 3, p. 180. Reproduisons un article du Bulletin des Congrégations qui pointe du doigt l’attitude paradoxale de la France à l’égard des congrégations religieuses investies dans l’enseignement : « M. Hanotaux a envoyé les palmes académiques au Fr. Odile-Joseph, directeur de l’institution Saint-Louis de Gonzague, à Port-au-Prince et à la Sœur Marie des Anges, directrice de l’école des filles de la Sagesse à Jérémie (Haïti). Jamais les palmes, si prodiguées à des membres de l’enseignement athée, n’ont été mieux placées que sur les poitrines de nos vaillants religieux qui s’en vont, par delà les mers, faire connaître et aimer Dieu et la France. Nos hommes d’État sont forcés de rendre hommage à la vérité, et avouent que les religieux sont les plus dignes représentants du nom français et les plus dévoués pionniers de notre influence à l’étranger. Pendant ce temps, en France, on les expulse des écoles, on leur envoie les huissiers, on vend leurs biens », Bulletin des Congrégations, 27 mai 1897, no 33, p. 380.

52 Le Gaulois, dimanche 17 juillet 1892, no 3532, p. 1.

53 Bulletin religieux d’Haïti, février 1893, no 2, p. 8- 9.

54 Congrès diocésain de Vannes sous la présidence de Sa Grandeur Monseigneur Gouraud. 6- 9 octobre 1907, Vannes, Lafolye Frères, 1908, p. V.

55 Ibid., p. 5.

56 Ibid., p. 1.

57 Hannibal Price, Législation haïtienne. Cours de droit administratif contenant l’exposé des principes, le résumé de la législation administrative dans son dernier état, la comparaison de cette législation avec les principales lois étrangères, Havre, Imprimerie-Lithographie Duval & Davoult, 1910, p. 154, 158.

58 Le Nouvelliste, vendredi 10 juillet 1903, no 1462, p. 1.

59 Le Soir, vendredi 30 septembre 1904, no 225, p. 2.

60 Le Soir, samedi 31 décembre 1904, no 302, p. 2.

61 Le Soir, mardi 28 février 1905, no 49, p. 2.

62 Le Soir, mercredi 12 avril 1905, no 86, p. 2.

63 Le Soir, mardi 6 juin 1905, no 127, p. 2.

64 Le Soir, vendredi 2 juin 1905, no 124, p. 2.

65 Le Soir, mardi 21 novembre 1905, no 267, p. 2.

66 Le Soir en fait ainsi l’annonce : « Par 181 voix contre 102, le Sénat a adopté le projet de loi pour la séparation des Églises et de l’État. Quand le résultat du vote a été annoncé, des cris enthousiastes de “Vive la république !”, “Vive la liberté !” se sont fait entendre. M. Combes, ancien président du conseil, a dit que cette loi assurait la neutralité de la religion, la libération morale et la pacification sociale. Le vote de cette loi a été annoncé par le ”Journal officiel”. Elle devient donc immédiatement effective. Le Conseil d’État consacrera trois mois à l’établissement des détails administratif du nouveau régime. On ne sait pas encore quelle va être l’attitude du Vatican à l’égard de cette nouvelle loi. Le clergé français, quoique y étant opposé, semble disposer à vouloir s’y conformer », Le Soir, vendredi 22 décembre 1905, no 298, p. 2.

67 Le Soir, mercredi 3 janvier 1906, no 1, p. 2.

68 Annibal Montasse, Le Docteur Kuiper, ancien président du Conseil des ministres de Hollande, et la loi française de séparation, Port-au-Prince, Imprimerie de H. Amblard, 1907.

69 Henri Godin, Yvan Daniel, La France, pays de mission ?, Paris, Cerf, 1943.

70 Lewis A. Clorméus, Entre l’État, les élites et les religions en Haïti. Redécouvrir la campagne antisuperstitieuse de 1939- 1942, thèse, EHESS, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lewis A. Clorméus, « Haïti et le conflit des deux « France » », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 63-84.

Référence électronique

Lewis A. Clorméus, « Haïti et le conflit des deux « France » », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3543 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3543

Haut de page

Auteur

Lewis A. Clorméus

Institut Supérieur d’Etude des Religions et de la Laïcité

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org