Navigation – Plan du site
Articles

L’imbrication du politique et du spirituel à Madagascar : un défi pour la laïcité

Lalao Soa Adonis Tsiarify
p. 173-190

Résumés

L’imbrication du religieux et du politique dans la vie politique malgache est forte, même si la loi de séparation des Églises et de l’État est entrée en vigueur à Madagascar en 1913. Depuis l’Indépendance (1960), la Grande Île se déclare un État laïc. Malgré tout, l’imbrication du religieux et du politique demeure un défi pour la laïcité à Madagascar. Sous le régime Ravalomanana (2002-2009), on a supprimé la notion de la laïcité dans la Constitution. Et, le débat sur le caractère laïc de l’État refait de temps en temps surface. Les politiciens ont tendance à renforcer la séparation du religieux et du politique dans la gestion des affaires de l’État. Ils tentent d’adopter le modèle européen de la laïcité. Mais, l’auteur propose une laïcité contextuelle, fondée sur les valeurs culturelles locales et consciente du rôle des religions dans la société, tout en honorant la neutralité de l’État à l’égard des différentes sensibilités religieuses.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Madagascar
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Solo Raharinjanahary, « Religiosité et laïcité dans l’affichage des citations bibliques. Images et (...)
  • 2 Andry Nirina Rajoelina a été maire d’Antananarivo (2007-2009). En 2009, il est devenu le leader des (...)
  • 3 Republique de Madagascar-presidence de la transition, « Journée de jeûne et prière pour la Nation e (...)

1Inscrite à Madagascar dans les différentes lois fondamentales, la laïcité a une valeur constitutionnelle. Malgré ce fait, la religion constitue l’un des terrains privilégiés des investissements des politiciens, et les hommes d’Église participent largement aux activités à caractère politique. Il n’est pas excessif dans ce contexte d’affirmer que la religion occupe une place non négligeable dans la vie politique malgache. Deux articles récents de Solo Raharinjanahary et Mathilde Gingembre illustrent cette imbrication de la politique et du christianisme et la porosité de la barrière entre religion et laïcité1. En témoignent les liens entre l’État et les institutions ecclésiales sous le régime Ravalomanana, tombé le 17 mars 2009, qui conduisent le second auteur cité à parler de « l’évangélisation de l’État malgache » et de la « politisation du religieux ». Le même phénomène s’observe sous le régime transitoire dirigé par Andry Rajoelina2. À titre d’illustration, en mai 2013, celui-ci a appelé le peuple à une journée de jeûne et de prière pour la nation, journée qui s’est tenue au palais d’État d’Ambohitsirohitra le 25 mai 20133. L’organisation de cette démarche révèle l’image d’un président qui exerce à la fois le rôle de chef d’État et de chef religieux comme le roi-prêtre de la Bible, tel Melchisédech. Elle montre que la religiosité se trouve incorporée dans la vie politique. Ce phénomène contraste avec la mise en pratique de la laïcité à Madagascar, en ce sens qu’il manifeste un écart entre la théorie et la pratique. D’un côté, il y a une République qui s’affirme laïque, et de l’autre, il existe une forte imbrication de la politique et de la religion. Malgré cela, s’affirme une tendance à interdire aux communautés religieuses toute prise de position dans le domaine politique. Elle trouve une confirmation dans l’article de Franck Raharison, paru dans la Gazette de la Grande Île du 4 juillet 2013 et intitulé : « Retour raté de Marc Ravalomanana : le FFKM se ridiculise ». L’auteur y critique l’initiative du Conseil œcuménique des Églises de Madagascar (FFKM) de réunir autour d’une table de négociation les trois anciens présidents de la République (Albert Zafy, Didier Ignace Ratsiraka et Marc Ravalomanana) et Andry Rajoelina afin de trouver des solutions à la crise politique minant le pays :

  • 4 Franck Raharison, « Retour raté de Marc Ravalomanana : le FFKM se ridiculise ! », dans La Gazette d (...)

Faut-il encore rappeler ici que les hommes d’Église doivent se garder de mettre leur nez dans les affaires politiques ? Qu’on le veuille ou non, Madagascar est un État laïc. La séparation de l’Église et de l’État est un concept universel qu’il faut respecter. Ailleurs, notamment, en France, depuis 1905, c’est une loi, mais chez nous, on mélange tout… N’insistons pas4.

2Face aux contrastes dans la pratique de la laïcité à Madagascar la question se pose : quel type de laïcité peut concerner Madagascar ? Pour y répondre, cet article présentera d’abord les rapports entre la religion et la politique à Madagascar, en rappelant l’arrière-fond historique du processus de la laïcisation avec ses contrastes dans la Grande Île. Il proposera ensuite un nouveau paradigme de la laïcité : la laïcité contextuelle pouvant répondre d’une manière pertinente à la réalité malgache.

La laïcité à Madagascar à l’époque coloniale

  • 5 Marie-Pierre Bellarin, « Culte des ancêtres royaux et légitimation du pouvoir dans la région de Maj (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Cité par A. Boudou, Les Jésuites à Madagascar au XIXe siècle, t. I, Paris, Beauchesne, 1940, p. 233 (...)

3Avant l’époque coloniale, la légitimité des détenteurs du pouvoir provient de leurs rapports avec les ancêtres royaux. L’importance des reliques royales sur le plan socio-politique dans le nord-ouest de l’île, à Majunga, est un exemple éclairant des rapports profonds entre la religion traditionnelle et la politique5. Dans cette région, la possession et le culte des reliques royales constituent le support fondamental de légitimation du pouvoir et la légitimité du pouvoir dépend de ce support, car elles sont la source de la sacralité6. On peut observer la même vision politico-religieuse dans d’autres régions de l’île. Ainsi, la reine Ranavalona I (1782-1861), dans son discours du 1er mars 1835, a déclaré que ses ancêtres ont fait régner les rois de l’Imerina, y compris elle. Ce discours témoigne de sa fidélité à ses ancêtres et de son attachement à leur culte pour consolider son pouvoir et légitimer son autorité7.

  • 8 Bruno Hübsch, « Relation entre l’État et les Églises à Madagascar après l’indépendance (1960–1995)  (...)
  • 9 Hubert Deschamps, Histoire de Madagascar, 4e édition, Paris, Berger-Levrault, 1972, p. 178.
  • 10 Archives générales des Spiritains (AGS), 2M 1.2b.3, « Correspondance de Mgr Cazet, vicaire apostoli (...)
  • 11 Lettre circulaire de Mgr. Cazet dans François Koerner, Histoire de l’enseignement privé et officiel (...)
  • 12 Albert Picquié succéda à Victor Augagneur (1855-1931) en 1910 ; il fut gouverneur de Madagascar jus (...)

4Après la conversion de la reine Ranavalona II (1829-1883) et des dignitaires du royaume merina au protestantisme, conversion scellée par le baptême de la reine le 21 février 1896, le pouvoir semble favoriser les missions des réformés8 ; lors de l’intronisation de la reine, le 3 septembre 1886, la Bible est substituée aux idoles royales qui, sur son ordre, ont été brûlées9. Mais, à l’époque coloniale, l’idée d’une séparation des affaires religieuses et des affaires politiques commence à surgir dans le paysage politique malgache, même si les rapports entre l’État et la religion restent ambigus et complexes. Les déclarations des autorités en témoignent. La lettre-circulaire de Mgr Jean-Baptiste Cazet, vicaire apostolique de Madagascar de 1892 à 1898, adressée le 19 février 1897 aux missionnaires catholiques reflète les rapports complexes entre la politique et la religion à la fin du xixe et au début du xxe siècle10. Cette déclaration surgit dans un contexte de consolidation du régime colonial sur la Grande Île. On se rappelle que par la loi du 6 août 1896, Madagascar était devenu colonie française. Dans ce contexte de changement, Mgr Cazet recommande aux missionnaires « de ne pas écrire aux autorités locales pour ce qui concerne les questions d’ordre purement spirituel ». Par ailleurs, la même circulaire apprend que le gouverneur général Simon Gallieni interdit aux autorités publiques françaises et malgaches de s’immiscer dans les affaires religieuses ; le motif de cette interdiction est le respect même de la liberté religieuse11. On est là en face d’une laïcisation avant la lettre qui est entendue comme une séparation nette de la gestion des affaires religieuses et des affaires publiques. Rappelons que, sous le gouvernorat d’Albert Picquié12, la loi de séparation des Églises et de l’État est entrée en vigueur à Madagascar par le décret du 11 mars 1913. Cette date constitue en effet l’un des repères les plus importants dans la chronique de la laïcisation de la Grande Île.

  • 13 Bruno Hübsch, loc. cit., p. 342.
  • 14 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), Série D, 6 (4) D 51 : Correspondances diverses 1923-1934, « (...)
  • 15 ANOM, Série D, DS 525, 1934-1935 : Affaire Lopinot, « Lettre du gouverneur général de Madagascar et (...)

5Malgré ce décret, la frontière entre le religieux et le politique reste poreuse. Les autorités coloniales continuent à contrôler les affaires religieuses. Elles se réservent le droit d’autoriser l’ouverture d’écoles confessionnelles et d’édifices de culte13. Elles contrôlent les mouvements des missionnaires, sous prétexte de préserver la stabilité et la sûreté de la Dépendance. La lettre du ministre des Colonies du 3 février 1926 relative à l’arrivée des missionnaires de la congrégation de Notre-Dame de La Salette de nationalité américaine et de l’ordre des Trinitaires italiens peut en témoigner. Le ministre demande au gouverneur général de leur réserver un bon accueil. Pour lui, même s’ils ne sont pas Français, ils ne représentent pas un danger pour l’ordre public14. Le regard de l’administration publique sur les affaires religieuses s’étend au-delà de la surveillance des mouvements des religieux ; il va jusqu’à collecter secrètement des renseignements sur leurs activités. La demande du gouverneur général de Madagascar au chef de la région de Diégo-Suarez, le 15 décembre 1934, de lui faire parvenir « tous les renseignements utiles sur l’attitude des Capucins originaires d’Alsace » travaillant à Nosy-Be depuis 1932 l’atteste15.

  • 16 Cité par Sylvain Urfer, « Anthropologie malgache et perception des droits humains », in Giulio Cipo (...)
  • 17 Fer Pierre Ramification.
  • 18 Mitady ny very signifie littéralement « Recherche de ce qui est perdu ».
  • 19 Clair Riffard, « Le Mouvement littéraire Mitady ny very (à la recherche de perdus) : une ressource (...)

6De leur côté, les Églises étaient et demeurent l’un des acteurs majeurs de la vie politique. De nombreuses déclarations l’illustrent, à l’exemple de celle des évêques catholiques affirmant le 23 janvier 1934, en soutien des mouvements pour l’indépendance de Madagascar, que « l’Église approuve et favorise un juste nationalisme, celui qui veut à son pays sa sécurité, le respect de ses droits, sa vraie place dans le concert mondial16 ». Ce soutien est courageux à l’époque où le colonialisme bat son plein et où la lutte pour l’indépendance s’intensifie. La formation des mouvements nationalistes, tel la Vy Vato Sakelika17 (VVS), l’atteste. Le combat gagne le milieu culturel à travers la production poétique et rhétorique du mouvement littéraire Mitady ny very18 dont les acteurs participent au mouvement VVS dans les années 1920 et 193019.

  • 20 L’expression « les Ordinaires de Madagascar » désigne les chefs de la mission catholique de Madagas (...)
  • 21 Raymond DELVAL, « Ramarosandratana Ignace » dans Dictionnaire Biographique des Chrétiens d’Afrique (...)
  • 22 Dans la nuit du 29 mars 1947 éclatent à Madagascar des mouvements anticoloniaux réclamant l’indépen (...)
  • 23 « Communiqué des vicaires et préfets apostoliques de Madagascar aux catholiques malgaches », Tanana (...)
  • 24 « Communiqué des vicaires et préfets apostoliques de Madagascar aux catholiques européens », Tanana (...)

7Le 18 juillet 1948, les Ordinaires de Madagascar20 publient deux lettres, l’une aux chrétiens malgaches, l’autre aux chrétiens européens, à l’issue de leur réunion qui s’est tenue du 14 au 17 juillet 1948 à l’occasion de la consécration épiscopale de Mgr Victor Sartre par Mgr Ignace Ramarosandratana (1893-1957), premier évêque malgache21. Les deux communiqués sont circonstanciels, en ce sens qu’ils se situent dans le contexte des événements du 29 mars 194722. Au fond, ils poursuivent un seul but : l’apaisement. La lettre aux chrétiens malgaches est un appel au calme face à l’événement et aux conséquences qui en découlent23. Dans la lettre aux chrétiens européens, les Ordinaires les appellent à témoigner de la charité et du respect à l’égard de tous24. Ils expliquent la raison de leur silence ou leur réserve face à la situation politique de l’époque. Ils affirment que la question d’ordre politique ne relève pas de leur domaine d’action. Par contre, en ce qui concerne la religion et la morale, ils se réservent le droit et le devoir d’intervenir :

  • 25 Ibid.

L’Église n’a pas à prendre parti dans les questions d’ordre purement politique ; qu’ils [les catholiques d’origine européenne] ne s’étonnent donc pas de la voir se cantonner dans une attitude de discrète réserve et de garder le silence sur des points qui pourtant agitent les esprits en ce moment. Qu’ils se souviennent par contre que l’Église a, non seulement le droit, mais le devoir d’intervenir dans toutes les questions où la religion et même simplement la morale sont intéressées. C’est en se plaçant à ce point de vue qu’elle donne ses directives25.

8Ces lignes donnent l’impression que la société attend la position de l’Église catholique face à un événement politique. Mais l’Église souligne qu’elle ne s’immisce pas dans les affaires politiques et n’intervient que dans la question morale et religieuse. Dans cette réponse hiérarchique à l’attente de la société s’affirme la séparation du religieux et du politique.

La politique et la religion sous la Première République

  • 26 Cf. André Saura, Philibert Tsiranana (1910-1978). Premier président de la République de Madagascar, (...)

9Sous la Première République (1960-1972), le principe de la laïcité de l’État est inscrit dans l’article 2 de la Constitution : « La République malgache affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions. L’État et les Églises jouissent de leur autonomie dans leur domaine respectif. Ils s’interdisent toute immixtion dans le domaine qui n’est pas le leur. » La laïcité s’articule dans ce sens sur la neutralité du pouvoir public à l’égard de toutes les religions. Ainsi, le président Philibert Tsiranana (1910-1978) s’efforce d’adopter des rapports équilibrés avec les différentes confessions religieuses. Peu après son accession au pouvoir, il rend visite au pape Paul VI au Vatican26. Puis il se rend au siège du Conseil œcuménique des Églises à Genève. Ces deux visites montrent que Tsiranana, en tant que président d’une République laïque, entend entretenir des liens équilibrés avec les différentes confessions religieuses.

  • 27 Jaona Ravaloson, Transition démocratique à Madagascar, Paris : L’Harmattan, 1994, p. 152 ; Didier G (...)
  • 28 Marc Spindler, « Théologiennes africaines : en action pour le changement », dans Afrique politique (...)

10Malgré la constitutionnalisation de la neutralité religieuse de l’État, l’ordre spirituel et la vie politique étaient dans une logique d’imbrication. De grandes figures politiques et de hauts fonctionnaires de l’État, parmi lesquels le pasteur Richard Andriamanjato, exerçaient des responsabilités de premier plan dans leurs Églises. Depuis la veille de l’indépendance, Andriamanjato s’était engagé dans la vie politique. Lors du referendum de 1958, il faisait voter « non » contre Philibert Tsiranana. Depuis 1958, il présidait le parti du Congrès de l’indépendance de Madagascar, l’AKFM, dont il était l’un des fondateurs. De 1959 à 1972, il était maire d’Antananarivo, tout en étant pasteur du temple FJKM d’Ambohintately (de 1957 à 2001). En 1972, il était l’un des leaders des opposants au régime en place, celui dirigé par Philibert Tsiranana. Ses engagements et ses activités politiques se sont étendus au-delà de la Première République. Sous le premier régime Didier Ratsiraka (1975-1991), il était membre du Conseil suprême de la révolution. Durant les manifestations pour la démocratie au début des années 1990, il soutenait le professeur Zafy Albert et créait l’AKFM-Renouveau (1989). Lors de la transition vers la Troisième République, il présidait, de 1991 à 1993, avec Manandafy Rakotonirina le Comité de redressement économique et social (CRES). Élu député lors des législatives du 16 juin 1993, il devenait le premier président de l’Assemblée nationale de la Troisième République27. Le passage suivant résume l’impressionnant parcours politico-religieux de cette personnalité qui a marqué l’histoire politique contemporaine de Madagascar : « Richard Andriamanjato, pasteur d’une paroisse de l’Église réformée, homme de lettres, et aussi chef de parti et homme politique, [est] toujours en première ligne de la vie politique malgache depuis 195828. »

  • 29 Malagasy Miara-Mandroso Fihavanantsika, « Qui est Daniel Rajakoba ? » [en ligne]. Disponible sur : (...)

11Le pasteur Daniel Rajakoba fait partie des hauts fonctionnaires et des acteurs politiques qui sont en même temps des hommes d’Église. Sous le gouvernement transitoire du général Gabriel Ramanantsoa (1972-1975), sous celui de l’éphémère régime du colonel Richard Ratsimandrava (5-11 février 1975) et sous le directoire militaire dirigé par le général Gilles Andriamahazo (février-juin 1975), il était pasteur de FJKM et ministre de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales ; il garda ce poste jusqu’à l’arrivée de Didier Ratsiraka au sommet de l’État en juin 1975. Pendant ce temps, comme pasteur, il prêchait hebdomadairement l’Évangile sur les ondes de la Radio nationale malagasy29.

12Même si ce tableau des parcours politiques des pasteurs Richard Andriamanjato et Daniel Rajakoba est incomplet, il reflète le visage d’hommes politiques et hauts responsables de la République exerçant des missions parallèlement au sein des communautés ecclésiales. Ces deux personnalités illustrent l’imbrication de la religion et de la politique à Madagascar ; mais leur cas n’est pas isolé comme le montrent les pasteurs Michel Fety et Rakotovao Razakaboana qui ont un parcours politico-religieux similaire.

La religion et la politique sous la Deuxième République (1975-1992)

  • 30 Robert Archer, Madagascar depuis 1972. La marche d’une révolution, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 174 (...)

13L’avènement de la Deuxième République est lié à l’arrivée de Didier Ratsiraka au pouvoir en 1975. Le président et chef du gouvernement de l’époque, Richard Ratsimandrava, a été assassiné le 11 février 1975. À la suite de ce fait tragique de l’histoire politique de l’île, un Comité national de directoire militaire a été mis en place, présidé par le général Gilles Andriamahazo. Le 15 juin 1975, Didier Ratsiraka lui a succédé, en devenant le président du Conseil suprême de la révolution. Il a été nommé chef de l’État et chef du gouvernement et plébiscité lors du référendum du 21 décembre 1975. Maintenu au pouvoir, il a dirigé Madagascar dans la voie du socialisme marxiste. La Deuxième République a été promulguée le 31 décembre 197530.

  • 31 Solofo Randrianja, « Le Conseil des Églises chrétiennes à Madagascar et l’engagement politique », t (...)
  • 32 Bruno Hübsch (dir.), Madagascar et le Christianisme, Paris, Karthala- Analamahitsy (Antananarivo), (...)
  • 33 Solofo Randrianja, Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Karthala, 2012, p. 100.

14Même si Madagascar a été sous un régime socialiste marxiste (1975-1991), la religion en général, et en particulier le christianisme, n’a pas été victime de persécution générale. Cependant, les rapports entre les Églises et l’État se sont tendus. Le régime a considéré le FFKM comme un adversaire politique31. Créé le 20 janvier 1980 et regroupant l’Église catholique romaine, l’Église épiscopale de Madagascar (EEM, anglicane), l’Église luthérienne malgache (FLM), l’Église de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM, réformée32), ce conseil n’a pas hésité à intervenir dans le domaine politique. Les chercheurs et les observateurs de la vie politique à Madagascar, dont l’historien Solofo Randrianja, affirment que le « FFKM s’illustre dans le domaine de la critique des dérives politiciennes33 ». Dans ce contexte, les Églises ont incarné la figure de l’opposition pendant le premier régime Ratsiraka.

15Le FFKM s’illustre aussi dans la fonction d’arbitrage pour le règlement des crises politiques. Au début des années 1990, lorsque Madagascar a connu un turbulent et sanglant processus de démocratisation, il a mené la médiation qui aboutit à la signature de l’accord du 31 octobre 1991. Cet accord a marqué la fin du régime socialiste-marxiste de Ratsiraka et ouvert le chemin vers la mise en place de la Troisième République. Le rôle décisif des Églises chrétiennes dans ce processus de démocratisation se récapitule dans ces phrases de Jacques Tronchon :

  • 34 Jacques Tronchon, « Madagascar : Église et non–violence », dans Autres Temps. Cahiers d’éthique soc (...)

Le philosophe Alain, qui avait le goût des maximes paradoxales, exprimait une loi de l’existence humaine en affirmant que « tout ce qui arrive d’important à n’importe qui est imprévu et imprévisible ». Le cours des événements récents semble bel et bien confirmer ce principe, par l’influence à la fois inattendue et déterminante de l’Église aux marges d’une arène politique qui a vu l’effondrement du régime de Didier Ratsiraka et l’ascension d’Albert Zafy à la tête de l’État34.

  • 35 Le P. Sylvain Urfer, sj, décrit ainsi l’intervention des Églises lors de la crise politique de 1972 (...)

16Rappelons que déjà pendant la crise politique des années 1970, les Églises chrétiennes avaient joué un rôle de médiateur35.

La religion et la politique sous Marc Ravalomanana

  • 36 Gilbert Raharizatovo, Madagascar 2002. Genèse et silences d’une crise, Antananarivo, Imprimerie cat (...)
  • 37 En 2002, lorsque Ravalomanana et Ratsiraka se querellaient à propos du résultat de l’élection prési (...)

17Marc Ravalomanana a entretenu des liens étroits avec les Églises et a témoigné de la sympathie pour le christianisme. Il n’a pas hésité à s’immiscer dans leurs affaires et à financer leurs projets. À travers cette attitude se reflète la tendance à mettre le religieux au cœur de la politique. On se rappelle que c’est sur le parvis du temple protestant d’Imerikiasinina, son village natal, qu’il a déclaré sa candidature à la présidentielle le 25 août 200136. Il semblerait que la sympathie de Ravalomanana pour le christianisme ait des dessous politiques : assurer son avenir pour mieux s’installer au pouvoir. Ravalomanana a accédé au pouvoir avec l’appui des Églises. Pendant la querelle électorale de 2001-2002 qui l’a opposé à Didier Ratsiraka, celles-ci l’ont soutenu37. Les chefs des Églises regroupées dans le FFKM et ceux des nouveaux groupements religieux se sont prononcés en sa faveur. Ils ont orienté l’opinion publique vers l’acceptation de la victoire électorale controversée de Ravalomanana. Des religieux et religieuses sont descendus dans la rue pour réclamer le départ de Didier Ratsiraka.

  • 38 FJKM est un acronyme de « Fiangonan’i Jesosy Kristy eto Madagasikara » qui signifie littéralement « (...)
  • 39 Le cardinal Razafindratandra était originaire d’Ambohimalaza, une commune rurale à l’est d’Antanana (...)
  • 40 Laurent d’Ersu, « Changement providentiel à Madagascar », Études, 2009/11, t. 411, p 456.
  • 41 Les rapports entre l’Église catholique et le régime Ravalomanana sont devenus tendus après le dépar (...)
  • 42 Adoptée par le referendum du 19 août 1992 et promulguée le 18 septembre suivant, la constitution de (...)

18Arrivé au pouvoir, Ravalomanana a renforcé la collaboration avec le christianisme dans sa politique de développement 3P (Partenariat Public Privé). Le soutien de son régime aux Églises s’est manifesté principalement dans le financement de leurs projets, tels que la rénovation et la construction des lieux de culte et des écoles confessionnelles. Ravalomanana a noué une relation privilégiée avec les réformés du fait qu’il est le vice-président laïc de FJKM38. Il est resté très proche de l’Église catholique grâce à son amitié avec Armand Gaëtan Razafindratandra, cardinal-archevêque d’Antananarivo de 1994 à 2005, décédé le 9 janvier 2010, qui a joué un rôle clé lors de son accession au pouvoir en 200239. Avec sa devise « Tout est possible à celui qui croit » (Marc 9, 23), Ravalomanana symbolise la forte imbrication du politique et du religieux dans l’histoire religieuse et politique récente de Madagascar. Sous son régime, les relations entre les Églises et l’État se sont caractérisées par « l’ingérence réciproque40 ». Les Églises, tant catholique que réformées, sont restées son grand soutien41. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que la constitutionnalité de la laïcité de l’État ait été abolie lors du referendum d’avril 200742.

Le religieux et la politique sous le régime Rajoelina

  • 43 FLM est l’abréviation de « Fiangonana Loterana Malagasy », l’Église luthérienne malgache.
  • 44 JMJ-Mada est une version nationale des Journées Mondiales de la Jeunesse. C’est une rencontre des j (...)

19Depuis le 17 mars 2009 jusqu’à l’élection de Hery Rajaonarimampianina (né en 1958) à la présidence de la République le 17 janvier 2014, Madagascar est dans un régime de transition dirigé par Andry Rajoelina. L’année 2012 est marquée par plusieurs événements dans la vie du christianisme à Madagascar, dont l’élection du bureau national de FJKM et celle de FLM43, la rencontre des jeunes luthériens malgaches, la JMJ-Mada44. Ces événements qui semblent purement religieux, car l’institution ecclésiastique les organise, comportent une dimension politique. L’article publié dans La Gazette de la Grande Île du 23 août 2012 dans le contexte de l’élection des membres du bureau national de FJKM en août 2012 le montre :

  • 45 M. R. Soatiana, « Idée : l’Église FJKM menace de sombrer. Politique », dans La Gazette de la Grande (...)

Une majorité des pasteurs de l’église réformée a élu Marc Ravalomanana comme vice-président laïc. L’événement n’étonne pas. Il témoigne tout simplement de la puissance de Mammon, le dieu de l’argent, et de son bras armé, le pasteur Rasendrahasina […]. Certains pasteurs ont déclaré qu’il faut sauver la FJKM du démon de la politique et revenir à la pureté originelle. […]. La stratégie de Marc Ravalomanana est claire. Il va faire de la FJKM sa tête de pont pour la reconquête du pouvoir45.

  • 46 L’auteur de l’article indique qu’elle est une ancienne professeure d’université en France.

20Ce texte rapporte une réaction face à la réélection de Ravalomanana au poste de vice–président laïc de la FJKM46. Apparemment, cette réélection véhicule un message politique. En réélisant l’ancien chef de l’État en exil en Afrique du Sud, personnalité politique controversée, comme vice-président, la FJKM veut prouver la notoriété politico-religieuse de celui-ci en dépit des polémiques qui l’entourent.

21L’article de Midi Madagascar en ligne du 12 septembre 2012 relate aussi l’imbrication du religieux et du politique à Madagascar :

  • 47 Haute Autorité de Transition, le régime transitoire dirigé par Andry Rajoelina depuis 2009.
  • 48 Conseil Supérieur de la Transition.
  • 49 Les participants du synode.
  • 50 Eugène Rajaofera, « Madagascar : Synode FLM-Tentative de corruption », dans Midi Madagascar [en lig (...)

Jour-J aujourd’hui pour l’élection des cinq membres du bureau central de l’église luthérienne. Les votes commencent ce matin à partir de 8h à Toliara où le grand synode FLM se tient depuis le 4 septembre. La campagne électorale est lancée depuis trois jours. Le combat fait rage entre les « pro-HAT47 » dirigés par le membre du CST48 Jean Lahiniriko et les « anti-Rajoelina ». Les premiers ne lésinent pas sur leurs moyens pour amadouer les électeurs. Ils offrent des transports gratuits pour certains « Mpizaika49 ». À noter qu’une coalition pro-HAT fait tout actuellement pour torpiller la reconduction du pasteur Rakoto Endor Modeste à la présidence du FLM. Cette coalition soutient le pasteur Randrianirina Dieu Donné. Le trésorier sortant Lahiniriko Jean est candidat à sa propre succession. Il aura comme adversaire l’ancien gouverneur de la province autonome de Fianarantsoa, Emilson50.

  • 51 Le quotidien Midi Madagascar en ligne est proche des opposants du régime Rajoelina. Il défend la ca (...)

22Le texte illustre la lutte à coloration politique dans les coulisses de l’élection des membres du bureau national de la FLM, lutte que se livrent les sympathisants et les adversaires du régime Rajoelina. Quelle que soit la diversité de son interprétation51, il manifeste la symbiose du religieux et de la politique à Madagascar. Il montre à quel point les rapports de forces politiques entre les politiciens sont transportés sur le terrain religieux.

  • 52 L’article de France24 du 28 avril 2010 intitulé « La Grande Île en quête d’un accord de sortie de c (...)
  • 53 Plusieurs sites pro-Ravalomanana rapportent l’appel des pasteurs du Mouvement des ecclésiastiques à (...)
  • 54 Le 20 mai 2010, le lieutenant-colonel Raymond Andrianjafy était à la tête des gendarmes mutins du c (...)

23Le Hetsikin’ny Mpitondra Fivavahana (HMF), ou Mouvement des ecclésiastiques, est aussi le symbole de l’imbrication du religieux et de la politique sous le régime Rajoelina. Formé essentiellement de pasteurs des Églises réformées et né dans le contexte de la crise politique de l’année 2009, ce mouvement s’implique davantage dans le champ politique que religieux. Cet engagement s’illustre de façon particulière lors du rassemblement de prière du 8 mai 2010 à Antsonjombe, pendant lequel les membres du HMF appellent Rajoelina à démissionner. Le rassemblement religieux d’Antsonjombe, avec sa coloration politique, se situe peu après la rencontre de Pretoria entre les deux principaux protagonistes de la crise politique à Madagascar, Rajoelina et Ravalomanana. Les deux anciens présidents Ratsiraka et Zafy participent eux aussi aux pourparlers qui se tiennent du 28 au 30 avril 2010 dans le but de trouver un accord pour sortir Madagascar de la crise politique par « la constitution d’un gouvernement d’union nationale chargé de conduire le pays à des élections générales le plus rapidement possible52 ». L’appel à la démission de Rajoelina révèle que le HMF soutient les positions des opposants à la Transition53. L’implication du Mouvement des ecclésiastiques dans l’affaire FING (Force d’intervention de la gendarmerie nationale54) du 20 mai 2010 illustre l’investissement de HMF dans le domaine politique. L’un de ses membres, le pasteur Ranaivo Rivoharison, de la FJKM, a perdu la vie lors des affrontements entre les gendarmes mutins et les troupes loyales dans le cadre de l’affaire FING.

La laïcité contextuelle comme alternative à la laïcité occidentale

  • 55 Harisoa Rasamoelina, « Croyances et instrumentalisation à Madagascar », étude publiée par Friedrich (...)

24Les institutions religieuses jouent un rôle majeur dans la vie politique à Madagascar. Ce rôle dépasse la simple organisation de cultes lors d’un événement politique ou à caractère patriotique (fête nationale). Il se manifeste notamment dans l’intervention du FFKM dans la résolution d’une crise politique, comme celle de 1991 et de 2009 ; cette intervention révèle les rapports complexes entre la religion et la politique à Madagascar55. En raison de cette imbrication, le débat sur la laïcité de l’État à Madagascar reste d’actualité ; il refait de temps en temps surface. La réaffirmation du caractère laïc de l’État malgache dans la constitution de la Quatrième République, soumise au référendum du 17 novembre 2010 et promulguée le 6 décembre suivant, l’atteste. L’article premier avance que « le peuple malagasy constitue une nation organisée en État souverain, unitaire, républicain et laïc ».

  • 56 Magistrat de carrière et ancien membre de la Haute Cour constitutionnelle, Florent Rakotoarisoa est (...)
  • 57 L’Express de Madagascar en ligne datant du 25 octobre 2010 rapporte cette position de Florent Rakot (...)

25Cette réinsertion du caractère laïc de l’État dans la constitution a suscité des débats. Sur ce point, le juriste Florent Rakotoarisoa56 estime qu’il était nécessaire de le faire afin de mettre fin à la confusion dans la gestion des affaires publiques et religieuses.57 Par ailleurs, peu avant le référendum, le Centre d’étude diplomatique et stratégique d’Antananarivo a choisi « La notion d’État et de la laïcité » parmi les thèmes de ses conférences pour l’année académique 2010-2011. La question a été abordée le 19 octobre 2010 lors d’une conférence dans les locaux de la Haute Cour constitutionnelle à Ambohidahy animée par le professeur de droit français Jean-Pierre Machelon. L’orientation retenue montre à quel point la laïcité de l’État préoccupe la société malgache contemporaine. Il s’agit d’une question brûlante dans le processus de démocratisation de l’île. L’article 2 de la constitution de 2010 développe le principe de la laïcité basé sur l’impartialité et la neutralité religieuse de l’État :

L’État affirme sa neutralité à l’égard des différentes religions. La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’État et des institutions religieuses et de leurs représentants. L’État et les institutions religieuses s’interdisent toute immixtion dans leurs domaines respectifs. Aucun chef d’Institution ni membre de gouvernement ne peuvent faire partie des instances dirigeantes d’une institution religieuse, sous peine d’être déchus par la Haute Cour constitutionnelle ou d’être démis d’office de leur mandat ou de fonction.

  • 58 Ketakandriana Rafitoson, Noro Razafimandimby, Estelle Andrianasy, Sandratririna Andriambolatiana, L (...)

26Ce texte vise certes à fournir un principe régulateur dans les relations entre l’État et les religions à Madagascar ; il s’apparente à une clause anti-Ravalomanana. Mais il s’agit avant tout d’éviter « l’instrumentalisation politique ou religieuse de l’un ou de l’autre58 » par la séparation de la gestion des affaires de l’État et des institutions religieuses.

  • 59 Rajeev Bhargava, « La spécificité de la laïcité indienne ». In : Critique internationale, n° 35, 20 (...)
  • 60 Ibid.

27La reprise du débat sur la laïcité conduit à s’interroger sur le type même de laïcité pour l’île. Car le principe de la séparation de l’État et de la religion inscrit dans la loi fondamentale renvoie au stéréotype dominant de l’une des variantes de la laïcité qui se fonde sur « une stricte séparation de la religion et de l’État au nom de la liberté religieuse et de l’autonomie de l’individu59 ». L’expulsion du religieux de l’espace public en l’enfermant dans la sphère privée s’affirme actuellement à Madagascar. En réaction à l’imbrication de la religion et de la politique sous le régime Ravalomanana, les politiciens aspirent à mettre fin à la confusion. Ils tendent à imiter le modèle de laïcité qui définit la religion comme une affaire privée. Dans le contexte culturel malgache, où l’individu est reconnu avant tout comme membre d’une famille ou d’une communauté, cette tendance pose un problème, car la religion ne peut pas être enfermée dans la sphère privée. L’alternative face à la laïcité occidentale est la laïcité contextuelle60, celle qui favorise une neutralité religieuse de l’État ouverte et fondée sur les valeurs culturelles locales, consciente du rôle des religions dans la société, tout en honorant la neutralité de l’État à l’égard des différents groupes religieux.

  • 61 Republique de Madagascar/Ministère de la Culture et du Patrimoine, « Communiqué de presse. Conseil (...)
  • 62 Bertin Razafimpahanana, « Les fady ou tabous à Madagascar. Étude sociologique et psycho-sociologiqu (...)

28L’adoption de la laïcité contextuelle nécessite un débat national approfondi auquel participent toutes les composantes de la société afin de lui donner un fondement qui s’appuie sur les traditions historiques, sociales, juridiques, économiques, politiques et religieuses de l’île. Par ailleurs, à Madagascar, la question de la laïcité est centrée uniquement sur les rapports entre l’État et le christianisme. Pourtant, la plupart des Malgaches, même s’ils sont chrétiens, conservent des attaches avec la religion traditionnelle. L’Islam joue aussi actuellement un rôle de plus en plus important dans l’univers politique de l’île. L’adoption en conseil des ministres des jours fériés, chômés et payés pour les musulmans en témoigne61. On occulte aussi le rôle du culte des talismans, alors que la croyance en la puissance de ceux-ci imprègne la sphère politique et publique. Derrière l’exorcisme au palais présidentiel, et dans les différents ministères lors de la prise de pouvoir par Marc Ravalomanana en 2002, se cache cette croyance. Le même scénario se répète en 2009, au moment où Andry Rajoelina accède au pouvoir. La croyance en la puissance de talisman est d’ailleurs forte dans toute la société, surtout rurale et traditionnelle62. Il n’y aura donc pas de laïcité solide si celle-ci n’est pas enracinée dans le contexte local, une laïcité qui reconnaît la place des religions dans la société et la situation culturelle particulière.

Haut de page

Notes

1 Solo Raharinjanahary, « Religiosité et laïcité dans l’affichage des citations bibliques. Images et langage : l’influence biblique », in Giulio Cipollone (dir.), Christianisme et droit de l’homme à Madagascar, Paris, Karthala et Antananarivo, Foi et Justice, 2008, p. 221–252 ; Mathilde Gingembre, « Match religieux en terrain politique. Compétition entre églises chrétiennes et chute du régime Ravalomanana à Madagascar », Politique Africaine, 123, octobre 2011, p. 51-72.

2 Andry Nirina Rajoelina a été maire d’Antananarivo (2007-2009). En 2009, il est devenu le leader des opposants du régime de Ravalomanana, président de la République de février 2002 à mars 2009. Son arrivée à la tête de l’État, le 17 mars 2009, suscite des débats passionnés et partisans. Pour ses opposants, il s’agit d’un coup d’État, tandis que ses partisans affirment le contraire. Sous la pression de la rue, Ravalomanana a démissionné le 17 mars 2009. Il a remis le pouvoir à un directoire militaire qui, à son tour, sous la pression des militaires soutenant Rajoelina, a transmis à ce dernier le pouvoir dans la nuit du 17 au 18 mars 2009. Cette deuxième remise de pouvoir a été précédée d’un épisode de violence à Antanimena (Maison des Évêques), commise par les militaires soutenant Rajoelina en présence de diplomates internationaux, de chefs religieux, de politiciens, etc. Après sa démission, Ravalomanana s’est exilé au Swaziland puis à Johannesburg. De son exil, le 30 mars 2009, il a déclaré qu’il avait été contraint de démissionner pour sauver sa vie et celle de sa famille, car les militaires pro-Rajoelina ont envahi le palais d’État d’Iavoloha. L’ambassadeur américain à Madagascar, Niels Marquardt, a démenti ce fait, qui en avril 2009, a déclaré dans la presse malgache, dont Midi Madagascar et La Vérité, que : « C’est faux ! Pour ce qui s’était passé le 17 mars dernier. J’étais deux fois à Iavoloha, nous n’avons pas vu la présence de militaires, ni de véhicules militaires. En un mot, je n’avais vu aucun soldat, Marc Ravalomanana a démissionné et c’était à nous qu’il a remis sa démission. Il aurait dû passer le pouvoir au président du Sénat, selon la Constitution malgache. » Mais, pour la communauté internationale, notamment les États–Unis, Rajoelina a accédé au pouvoir par un coup d’État. En avril 2009, l’ambassadeur Marquardt le dit clairement : « C’est un coup d’État en deux temps : des intimidations et des menaces directes et indirectes, puis ce qui s’était passé plus tard à Antanimena où je pensais qu’on aurait dû discuter d’une manière sérieuse et dans la sérénité d’une sortie de crise. De même pour la HCC [Haute Cour Constitutionnelle], cela entre dans ce climat des intimidations. » Pour plus d’information sur la crise de 2009 voir Toavina Ralambomahay, Madagascar dans une crise interminable, Paris, L’Harmattan, 2011.

3 Republique de Madagascar-presidence de la transition, « Journée de jeûne et prière pour la Nation et le peuple malgache », communiqué de presse n° 076-P.T/SGP/Com.13 [en ligne], Antananarivo le 25 mai 2013. Disponible sur : http://www.hat.gov.mg/communique/. (Consulté le 21.01.2014).

4 Franck Raharison, « Retour raté de Marc Ravalomanana : le FFKM se ridiculise ! », dans La Gazette de la Grande Île, jeudi 4 juillet 2013, [en ligne], la Une, Disponible sur : http://www.lagazettedgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=32580:-retour-l-rate-r-de-marc-ravalomanana-le-ffkm-se-ridiculise-&catid=57:la-une. (Consulté le 21.07.2013).

5 Marie-Pierre Bellarin, « Culte des ancêtres royaux et légitimation du pouvoir dans la région de Majunga (nord-ouest de Madagascar), Journal des anthropologies [en ligne], 104-105, 2006, mise en ligne le 25 novembre 2010. Disponible sur : http://jda.revues.org/509. (Consulté le 22.01.2014).

6 Ibid.

7 Cité par A. Boudou, Les Jésuites à Madagascar au XIXe siècle, t. I, Paris, Beauchesne, 1940, p. 233-234.

8 Bruno Hübsch, « Relation entre l’État et les Églises à Madagascar après l’indépendance (1960–1995) », dans Philippe Delisle, Marc Spindler (dir.), Les Relations Églises–État en situation postcoloniale, Paris, Karthala, 2003, p. 342.

9 Hubert Deschamps, Histoire de Madagascar, 4e édition, Paris, Berger-Levrault, 1972, p. 178.

10 Archives générales des Spiritains (AGS), 2M 1.2b.3, « Correspondance de Mgr Cazet, vicaire apostolique de Madagascar ».

11 Lettre circulaire de Mgr. Cazet dans François Koerner, Histoire de l’enseignement privé et officiel à Madagascar, Paris–Montréal, L’Harmattan, 1999, p. 185.

12 Albert Picquié succéda à Victor Augagneur (1855-1931) en 1910 ; il fut gouverneur de Madagascar jusqu’en 1914.

13 Bruno Hübsch, loc. cit., p. 342.

14 Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), Série D, 6 (4) D 51 : Correspondances diverses 1923-1934, « Dépêche du ministre des Colonies à gouverneur général de Madagascar, Paris le 3 février 1926 ».

15 ANOM, Série D, DS 525, 1934-1935 : Affaire Lopinot, « Lettre du gouverneur général de Madagascar et Dépendance à Monsieur le chef de la région de Diégo–Suarez, Tananarive le 15 décembre 1934 ».

16 Cité par Sylvain Urfer, « Anthropologie malgache et perception des droits humains », in Giulio Cipollone (dir.), op. cit, p. 69.

17 Fer Pierre Ramification.

18 Mitady ny very signifie littéralement « Recherche de ce qui est perdu ».

19 Clair Riffard, « Le Mouvement littéraire Mitady ny very (à la recherche de perdus) : une ressource fondamentale pour la poésie malgache contemporaine », dans « Ici et l’ailleurs » : Postcolonial Literatures of the Francophone Indian Ocean. e-France : an on-line Journal of French Studies, vol. 2, 2008. Disponible sur : http://www.reading.ac.uk/e-france/Indian%20Ocean/Riffard.pdf. (Consulté le 27.09.2012), p. 212.

20 L’expression « les Ordinaires de Madagascar » désigne les chefs de la mission catholique de Madagascar, vicaires et préfets apostoliques.

21 Raymond DELVAL, « Ramarosandratana Ignace » dans Dictionnaire Biographique des Chrétiens d’Afrique [en ligne]. Article tiré d’Hommes et Destins : Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, t. 3, Paris, Académie des Sciences d’Outre-Mer, 1977. Disponible sur : http://www.dacb.org/stories/madagascar/f-ramarosandratana_ignace.html (Consulté le 22.01.2014).

22 Dans la nuit du 29 mars 1947 éclatent à Madagascar des mouvements anticoloniaux réclamant l’indépendance de l’île. La répression par l’autorité coloniale va provoquer des dizaines de milliers de victimes. L’événement demeure l’un des épisodes obscurs de l’histoire contemporaine de Madagascar à cause des confusions qui l’entourent. Voir Magdalaine-Andrianjafitrimo, « Madagascar 29 mars 1947, Tabataba ou parole des temps troubles », dans E-rea [en ligne], 8.3 | 2011, mise en ligne le 30 juin 2011. Disponible sur : http://erea.revues.org/1741 (Consulté le 24.07.2013) ; Jacques Trochon, L’Insurrection malgache de 1947, Paris, Karthala, 1974.

23 « Communiqué des vicaires et préfets apostoliques de Madagascar aux catholiques malgaches », Tananarive, le 18 juillet 1948, dans L’Ami du clergé malgache (ACM), t. I., n° 5, septembre–octobre 1948.

24 « Communiqué des vicaires et préfets apostoliques de Madagascar aux catholiques européens », Tananarive, le 18 juillet 1948, dans ibid.

25 Ibid.

26 Cf. André Saura, Philibert Tsiranana (1910-1978). Premier président de la République de Madagascar, t. 1 : À l’ombre de de Gaulle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 338-339.

27 Jaona Ravaloson, Transition démocratique à Madagascar, Paris : L’Harmattan, 1994, p. 152 ; Didier Galibert, Les Gens du pouvoir à Madagascar, Paris, Karthala – Université de la Réunion, CRESOI, 2009, p. 340–341.

28 Marc Spindler, « Théologiennes africaines : en action pour le changement », dans Afrique politique 1988-Femmes d’Afrique, CEAN (collectif).

29 Malagasy Miara-Mandroso Fihavanantsika, « Qui est Daniel Rajakoba ? » [en ligne]. Disponible sur : http://www.fihavanantsika.org/content/view/22/29/lang,fr/. (Consulté le 06.10.2012). Notons que Malagasy Miara-mandroso Fihavanantsika est un parti politique fondé en 2002 par le pasteur Daniel Rajakoba.

30 Robert Archer, Madagascar depuis 1972. La marche d’une révolution, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 174 ; Didier Galibert, Les gens du pouvoir à Madagascar. État postcolonial, légitimités et territoire (1956-2002), Paris, Karthala et CRESOIS/Université de la Réunion, 2009, p. 548.

31 Solofo Randrianja, « Le Conseil des Églises chrétiennes à Madagascar et l’engagement politique », texte publié par Basel Institute on Governance, Conference « Non-State Actors as Standard Setters : The Erosion of the Public-Private Divide », Bâle, 8-9 février 2007 [en ligne] Disponible sur : http://www.baselgovernance.org/fileadmin/docs/pdfs/Nonstate/Abstract-Randrianja.pdf. (Consulté le 22.01.2014).

32 Bruno Hübsch (dir.), Madagascar et le Christianisme, Paris, Karthala- Analamahitsy (Antananarivo), Ambozontany, 1993, p. 8.

33 Solofo Randrianja, Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Karthala, 2012, p. 100.

34 Jacques Tronchon, « Madagascar : Église et non–violence », dans Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n° 46, 1995, p. 52.

35 Le P. Sylvain Urfer, sj, décrit ainsi l’intervention des Églises lors de la crise politique de 1972 : « Pendant la première crise de 1972, les Églises catholique, réformée et anglicane proposèrent leur médiation pour mettre un terme aux affrontements. En 1975, les luthériens se joignirent à elles pour défendre l’héritage de Ratsimandrava, le chef d’État assassiné six jours après sa prise de fonction. Et lorsque Ratsiraka voulut imposer son idéologie marxisante et tiers-mondiste, l’Église catholique fut souvent la seule à défendre la population manipulée et exploitée. Les trois autres la rejoignirent pour former en 1980 le FFKM, « Église et politique à Madagascar ». Sylvain URFER, « Églises et politique à Madagascar. Un éclairage historique » [en ligne]. Disponible sur : http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/index.php?id=6980. (Consulté le 27.12.2012).

36 Gilbert Raharizatovo, Madagascar 2002. Genèse et silences d’une crise, Antananarivo, Imprimerie catholique Antanimena, 2008, p. 9.

37 En 2002, lorsque Ravalomanana et Ratsiraka se querellaient à propos du résultat de l’élection présidentielle de décembre 2001, les Églises ont soutenu le premier qui déclarait avoir été élu dès le premier tour. Ratsiraka contestait la prétention de Ravalomanana en réclamant le second tour de l’élection. La querelle électorale de 2002 à divisé le peuple malgache en deux camps farouchement rivaux, d’un côté celui de Ratsiraka et de l’autre celui de Ravalomanana. La rivalité se solda par des affrontements meurtriers, qui causèrent des dégâts matériels, dont la destruction de ponts par des explosifs pour empêcher l’avancement des camps rivaux d’une province à une autre. En un mot, elle asphyxia Madagascar dans tous les domaines.

38 FJKM est un acronyme de « Fiangonan’i Jesosy Kristy eto Madagasikara » qui signifie littéralement « Église de Jésus-Christ de Madagascar ». Il s’agit de l’Église réformée malgache née de la fusion des Églises issues de la London Missionary Society, de la Mission protestante française et des Quakers en 1968.

39 Le cardinal Razafindratandra était originaire d’Ambohimalaza, une commune rurale à l’est d’Antananarivo. Imerinkasinina, village natal de Ravalomanana, se trouve à proximité.

40 Laurent d’Ersu, « Changement providentiel à Madagascar », Études, 2009/11, t. 411, p 456.

41 Les rapports entre l’Église catholique et le régime Ravalomanana sont devenus tendus après le départ du cardinal Razafindratandra en retraite en 2006. Son successeur, Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona, a gardé une neutralité critique dans sa relation avec le régime, ibid., p. 456.

42 Adoptée par le referendum du 19 août 1992 et promulguée le 18 septembre suivant, la constitution de la Troisième République a été modifiée en 1997 et en 2007. La laïcité de l’État a été supprimée dans le texte du 27 avril 2007.

43 FLM est l’abréviation de « Fiangonana Loterana Malagasy », l’Église luthérienne malgache.

44 JMJ-Mada est une version nationale des Journées Mondiales de la Jeunesse. C’est une rencontre des jeunes catholiques venant des différents diocèses de Madagascar. Cet événement est inspiré de celui né à l’initiative du pape Jean-Paul II lors du Jubilé de la Rédemption en 1983-1984.

45 M. R. Soatiana, « Idée : l’Église FJKM menace de sombrer. Politique », dans La Gazette de la Grande Île, le 23 août 2012 [en ligne]. Disponible sur : http://www.lagazettedgi.com/index.php ?option =com_content&view =article&id =24838 %3Aidees-leglise-fjkm-menace-de-sombrer&Itemid =72. (Consulté le 23.10.2012).

46 L’auteur de l’article indique qu’elle est une ancienne professeure d’université en France.

47 Haute Autorité de Transition, le régime transitoire dirigé par Andry Rajoelina depuis 2009.

48 Conseil Supérieur de la Transition.

49 Les participants du synode.

50 Eugène Rajaofera, « Madagascar : Synode FLM-Tentative de corruption », dans Midi Madagascar [en ligne], mise en le 12 septembre 2012. Disponible sur : http://fr.allafrica.com/stories/201209121126.html. (Consulté le 22.01.2014).

51 Le quotidien Midi Madagascar en ligne est proche des opposants du régime Rajoelina. Il défend la cause de Ravalomanana. Dans cet article, se cristallise d’ailleurs la tendance à s’opposer au régime dirigé par Rajoelina. Dans ce contexte, les paroles des opposants à l’actuel pouvoir à Madagascar sont rapportées dans l’article cité.

52 L’article de France24 du 28 avril 2010 intitulé « La Grande Île en quête d’un accord de sortie de crise à Pretoria ». France 24/AFP, « La Grande Île en quête d’un accord de sortie de crise à Pretoria » [en ligne], mise en ligne le 28 avril 2010. Disponible sur : http://www.france24.com/fr/20100428-madagascar-reunion-pretoria-mediation-afrique-sud-sadc-france-accord-crise-ravalomanana-rajoelina/. (Consulté le 6.11.2012) ; France 24/AFP, « Coup d’envoi des négociations intermalgaches à Pretoria » [en ligne], mise en ligne le 30 avril 2010. Disponible sur : http://www.france24.com/fr/20100430-debut-negociations-inter-malgaches-pretoria-madagascar-rajoeilna-ravalomanana. (Consulté le 6.11.2012).

53 Plusieurs sites pro-Ravalomanana rapportent l’appel des pasteurs du Mouvement des ecclésiastiques à la démission de Rajoelina et à la désobéissance civile, dont MyDago.com et collectif-gtt.org. Voir : Solo Razafy, « Mialà Rajoelina, ampy izay ! [Rajoelina demissionne, ça suffit !] » [en ligne], 8 mai 2010. Disponible sur : http://mydago.com/2010/05/miala-rajoelina-ampy-izay/. (Consulté le 22.01.2014) ; Collectif GTT : Gasy Tia Anindrazana [Les Malgaches qui aiment la terre des ancêtres (la patrie)], « Mametraha fialana ny FATE, tapitra ny fandeferan’ny Tompo ! [Que la FATE (Haute Autorité de la Transition) démissionne, la patience du Seigneur arrive à son terme !] » [en ligne], 8 mai 2010. Disponible sur : http://collectif-gtt.org/content/08052010-mametraha-fialana-ry-fate-tapitra-ny-fandeferanny-tompo-vid-o. (Consulté le 22.01.2014).

54 Le 20 mai 2010, le lieutenant-colonel Raymond Andrianjafy était à la tête des gendarmes mutins du camp de Fort Duchesne. Il était chef de service des opérations dans ce camp. Ces gendarmes demandaient la démission du général Bruno Razafidrakoto, à l’époque commandant de la gendarmerie nationale, à cause d’un supposé détournement d’argent versé par l’ancien président Marc Ravalomanana aux forces de l’ordre. La situation se terminait par un affrontement meurtrier entre mutins et loyalistes.

55 Harisoa Rasamoelina, « Croyances et instrumentalisation à Madagascar », étude publiée par Friedrich Ebert Stiftung, mars 2012. Disponible sur : http://www.fesmadagascar.org/media/publications/croyanceinstrumentalisation.pdf. (Consulté le 18.10.2012).

56 Magistrat de carrière et ancien membre de la Haute Cour constitutionnelle, Florent Rakotoarisoa est l’une des grandes figures des hauts fonctionnaires de l’État malgache. Il était ambassadeur de Madagascar au Canada (2002-2005). Il présidait le Comité consultatif constitutionnel, organe qui élaborait la constitution de la Quatrième République soumise au référendum du 17 novembre 2010. Il est le ministre de l’intérieur du gouvernement de transition dirigé par Jean Omer Beriziky.

57 L’Express de Madagascar en ligne datant du 25 octobre 2010 rapporte cette position de Florent Rakotoarisoa. http://www.lexpressmada.com/idees-et-debats-madagascar/17807-faut-il-inscrire-la-laicite-dans-la-constitution-.html. (Consulté le 17.10.2012).

58 Ketakandriana Rafitoson, Noro Razafimandimby, Estelle Andrianasy, Sandratririna Andriambolatiana, Lucien Razafindraibe, Jean Eric Rakotoarisoa et Jean-Aimé A. Raveloson, « Projet de constitution présenté au référendum du 17 novembre 2010. Annoté », Commentaire de l’article 2 [en ligne] réalisé par YLTP&KMF/CNOE avec Freidrich-Ebert-Stiftung, Antananarivo, octobre 2010. Disponible sur : http://www.fes-madagascar.org/media/publications/2010_Projet_Constitution_Annote.pdf. (Consulté le 18.10.2012).

59 Rajeev Bhargava, « La spécificité de la laïcité indienne ». In : Critique internationale, n° 35, 2007/2, p. 7 [en ligne]. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2007-2-page-121.htm. (Consulté le 29.10.2012).

60 Ibid.

61 Republique de Madagascar/Ministère de la Culture et du Patrimoine, « Communiqué de presse. Conseil de Gouvernement, mardi le 29 janvier 2013 » [en ligne]. Disponible sur : http://www.mcp.gov.mg/blog/conseil-du-gouvernement/. (Consulté le 22.01.2014).

62 Bertin Razafimpahanana, « Les fady ou tabous à Madagascar. Étude sociologique et psycho-sociologique », Annales de l’Université de Madagascar - Lettres, volume 11, 1970, p. 115-126 [en ligne]. Disponible sur : http://madarevues.recherches.gov.mg/spip.php ?page =madarevues_article&id_article =333. (Consulté le 22.01.2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lalao Soa Adonis Tsiarify, « L’imbrication du politique et du spirituel à Madagascar : un défi pour la laïcité », Chrétiens et sociétés, 20 | -1, 173-190.

Référence électronique

Lalao Soa Adonis Tsiarify, « L’imbrication du politique et du spirituel à Madagascar : un défi pour la laïcité », Chrétiens et sociétés [En ligne], 20 | 2013, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3539 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3539

Haut de page

Auteur

Lalao Soa Adonis Tsiarify

RESEA – LARHRA, UMR 5190, Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org