Navigation – Plan du site

Le roi chevalier en France au XVIe siècle. Construction et vocation du modèle

Sylvène Edouard
p. 33-60

Résumés

La figure du roi chevalier au début de l’époque moderne, dans le cas particulier du roi de France Henri II, fut construite autour d’une vocation guerrière du prince ne relevant pas seulement d’un fantasme théologico-politique – le roi devenant pas son élection le bras armé de Dieu – mais répondait aussi à la nature militaire du métier de prince et à sa nécessaire préparation depuis l’enfance. Surtout, la vocation du roi chevalier fut éminemment sociale, jusqu’à apparaître comme la projection de l’idéal nobiliaire et de ses attentes.

Haut de page

Texte intégral

1Héroïque et glorieux, le roi chevalier de la première modernité fait encore résonner un idéal chevaleresque partagé par ses pairs. De Charles VIII à Henri II, l’Italie du Nord fut la scène privilégiée de cette geste motivée à l’origine par une quête messianique, laquelle donna une valeur idéologique à une guerre sanguinaire qui ne finit par être plus qu’hégémonique entre la France et les Impériaux. L’ambition française fut alors l’occasion d’une action ; celle des rois chevaliers. Cette image chevaleresque de la royauté est un passage obligé du genre biographique ancien et présent consacré aux rois de France depuis Charles VIII à François Ier, négligeant à tort Henri II. Sous la plume de leurs biographes, ils deviennent des héros sur le champ de bataille, se mêlant à la soldatesque pour mieux la guider et la motiver. Le roi, premier d’entre ses pairs, recherche alors les coups et les donne lors de combats aussi bien réels que fictifs. L’action du combat confère au chevalier une surnature – celle du vir virtutis – en raison de la gloire acquise par ses actes de bravoure qui confinent au sacrifice de soi.

  • 1 Ernst Kantorowicz, « Pro Patria Mori in Medieval Poltical Thought », American Historical Review, 56 (...)

2C’est dans cette perspective du don de la personne royale que seront mis en perspective trois articles : celui d’Ernst Kantorowicz, « Pro Patria Mori in Medieval Political Thought » (1951) et ceux de Denis Crouzet, « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV » (1991) et « Mourir en Milanais » (2003)1. La terminologie sans équivoque choisie par ces deux historiens des constructions imaginaires et autres fictions historiques, associe d’emblée la vocation guerrière du prince à la mort, c’est-à-dire à son possible sacrifice. Dans un premier temps, l’image du roi chevalier est intrinsèquement liée à celle du Roi-Christ, mais cette image ne relève pas pour autant que de ce seul fantasme théologique et politique. Elle ne saurait clore à elle seule la question. En effet, le roi chevalier renvoie aussi à une réalité bien tangible, celle d’un chef de troupe éduqué pour mener ses hommes au combat. Les mémoires du temps témoignent d’ailleurs de la part importante de la guerre dans la vocation royale. Ils conduisent également à dépasser le modèle proprement chevaleresque de cette vocation pour en trouver une autre, celle de l’éternité que confèrent la réputation et la renommée liées au sacrifice de soi. Pour autant, le roi chevalier, à la fois fantasmatique et réel, n’est peut-être pas exclusivement un roi sacrificiel par sa vocation à imiter le Christ et à être son bras armé. Il semblerait – ce que l’article de Denis Crouzet, « Mourir en Milanais », permet d’envisager – que le roi chevalier soit aussi une construction sociale, la projection d’un idéal qui n’est autre que la vocation nobiliaire à combattre et à mourir pour Dieu et son roi.

Une mystique du roi chevalier

  • 2 Nicole Hochner, Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2 (...)
  • 3 Denis Crouzet, « Désir de mort », art.cit., p. 429.
  • 4 Ibid., p. 427.

3L’image héroïque du souverain s’accomplit dans l’action de la guerre avant de devenir triomphale par une mutation de l’acte en offrande. C’est Charles VIII à Fornoue en juillet 1495 qui accomplit une geste sacrée selon Philippe de Commynes dans ses Mémoires, ou encore Louis XII lors de la bataille d’Agnadel en mai 1509 qui, avec vaillance, s’abandonne au jugement des armes et stimule ses troupes par l’exemple de son possible sacrifice selon Gringore ou encore Jean Marot et Jean d’Auton2. Par le sacrifice possible de sa personne, le roi chevalier pourrait bien être un Roi-Christ en ce que « la bataille, œuvre de Dieu à travers l’acte royal de sacrifice, enferme les combattants français dans un temps et un espace sacrés ; elle les fait participants d’une geste merveilleuse, d’un mystère au cours duquel l’humain rejoint le Divin, ou plutôt le Divin rejoint l’humain3. » C’est en termes de sacralité comme fondement de la puissance souveraine que Denis Crouzet envisage ce rapport à la mort, « un temps du roi, au cours du premier XVIe siècle, [qui] est un temps d’approche de la mort, d’un défi constamment lancé à la mort et forces de mort à partir duquel son identité sacrée s’amplifie ou se dilate à l’extrême en laissant reconnaître l’extraordinaire d’une virtus divine agissant en lui4. » L’analogie avec le Christ ne fut donc pas que symbolique à travers les rituels monarchiques et l’idéologie du pouvoir, elle fut aussi dans cette sacralisation de la mort et mystification de la personne royale.

  • 5 Ralph Giesey, Le Roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, (...)

4Découlant à l’origine d’une théologie politique remontant au moins au XIIe siècle, cette notion de « corps mystique » ou « corps politique » a joué un rôle important dans le développement de l’État moderne, que ce soit du côté des juristes des Tudors qui ont donné à la notion des deux corps sa formulation finale ou que ce soit du côté du cérémonial funéraire royal français qui lui a apporté sa forme la plus explicite pour ne pas dire spectaculaire5. Si les deux corps du roi ont une origine christologique, ils ne sauraient être pour autant les deux corps du Christ, à savoir le corpus verum (l’hostie) et le corpus mysticum (église chrétienne). La comparaison entre les deux ne procède que par analogie, les deux corps du roi étant une forme nouvelle de christomimêsis apparue au XIIe siècle. Selon Kantorowicz, le travail des juristes, dès le XIIIe siècle, aurait permis à travers leurs commentaires et leurs gloses, la rencontre entre le corps mystique et la notion de dignitas, laquelle, dans l’église, renvoie à une charge qui ne meurt jamais. Ce transfert a permis, sur le plan juridique, de conférer la dignitas et son statut d’immortalité au corpus mysticum regni, aboutissant par extension à la synthèse, en la personne du roi, du corps mortel historique et du corps politique immortel.

  • 6 Jean Barbey, Être roi. Le roi et son gouvernement en France de Clovis à Louis XIV, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 7 Alexandre Y. Haran, Le Lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe (...)
  • 8 Hollstein’s dutch and flemish etchings, engraving and woodcuts 1450-1700, vol. lxvii, The Wierix Fa (...)

5L’histoire de l’appropriation des caractères divins qui fondent la dignitas, au cœur de nombreux travaux sur la genèse de l’État, est particulièrement représentative en France à travers les rites et attributs royaux : le Rex Chritianissimus est roi de France par la grâce de Dieu, oint, sacré et surtout providentiel par la fleur de lys qui rappelle symboliquement l’élection. Ces composantes de la religion royale, la plupart instituées et cérémonialisées sous Pépin le Bref, donnent une configuration divine à la royauté et, avec le sacre en particulier, le roi-prêtre agit en lieu et place du Christ pour faire régner en son nom paix et justice6. Cette analogie va bien au-delà d’une certaine religion royale, elle permet aussi de construire l’image du roi saint ; image nourrie par la religion royale qui en manifeste l’état sacré et se retrouve au cœur de la vocation chevaleresque. La royauté confine en effet à la sainteté en ce que le roi, élu de Dieu, accomplit une mission providentielle voire prophétique qui l’oblige à se vouer entièrement à sa mission jusqu’au sacrifice possible de sa personne. La vocation royale devient alors messianique pour réaliser l’avènement du royaume de Dieu sur terre, traçant une des voies les plus empruntées pour établir la figure du Roi-Christ7 : Louis XII, lors de sa glorieuse campagne de Gênes, fut surnommé par Jean Marot, qui en fit l’apologie, le « Messyas de France ». C’est aussi Philippe II, justifiant sa politique impérialiste et la répression des calvinistes des Pays-Bas, qui voit son portrait associé à celui du Christ dans les gravures de Jean Wierix8 : Le Christ et Philippe II, roi d’Espagne – diptyque à tympan comprenant un médaillon avec la figure de saint Paul – et le Christ remettant les insignes du pouvoir à Philippe II et à Grégoire XIII.

  • 9 Nicole Hochner, op.cit., p. 134.
  • 10 Lettre patente de Charles VIII du 22 novembre 1494, dans Ivan Cloulas et Vito Castiglione Minischet (...)
  • 11 Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII. Le vouloir et la destinée, Paris, Fayard, 1986, p. 214.
  • 12 Daniel Weinstein, Savonarola e Firenze : profezia e patriotismo nel Rinascimento, Bologne, 1976.
  • 13 Lettre patente, op.cit., p. 130.

6L’image chrétienne du roi est double, « Le premier est dévot et saint, le second est un homme de pouvoir9. » Il est vicaire de Dieu et son premier devoir est de l’imiter, ce qui est le plus susceptible d’en faire un saint. Il est aussi un roi chrétien dont la mission est de sauvegarder la Chrétienté contre les hérétiques et les infidèles, ce qui fonde la puissance royale et l’usage de la force armée. La croisade, en tant que guerre sainte, permettait d’associer les deux images du saint et du guerrier. Ainsi Charles VIII entreprit la première guerre d’Italie en 1494 et menaça Alexandre VI de le déposer s’il lui refusait le passage vers Naples, entravant ainsi l’accomplissement de sa croisade contre les « infâmes turcs10 ». Il fut l’homme providentiel de l’appel du pape Innocent VIII, en 1488, désireux d’accomplir ses desseins comme il était soucieux de prendre position en Italie en revendiquant le royaume de Naples. À l’approche du rassemblement du roi et de ses troupes à Lyon en juillet 1494, plusieurs voix s’élevèrent, mêlant les prières aux prophéties. Celle de Guilloche de Bordeaux, publiée la même année puis reprise par Jean Michel, annonçait un prince fort ressemblant qui allait abattre Florence, purifier l’Église de Rome puis délivrer la Grèce et Jérusalem11. Accueilli en héros prophétique et libérateur à Turin le 5 septembre, puis à Pise le 5 novembre où Savonarole lui déclara qu’il était le gladius domini de sa vision, il fut conforté dans son rôle messianique12. Au regard de la publicité faite autour de l’entreprise spirituelle du roi de France, les accords passés entre Alexandre VI et Bayezid II – dont les lettres avaient été saisies en novembre – furent d’autant plus jugés scandaleux et radicalisèrent la position des Français. L’événement fut sans doute à l’origine de la lettre patente du 22 novembre, dans laquelle Charles VIII se présente comme le nouveau roi Christ, légitimé par son élection sur le trône de France « par la grâce de Dieu » et bras armé de Dieu pour accomplir ce « saint projet », « à l’exemple de nos prédécesseurs les rois très chrétiens de France », « déposé dans notre cœur par l’inspiration divine ». Le roi se fait prophète de sa propre mission, prolongeant une tradition de rois croisés pour défendre une juste cause qui est de « mettre fin, dans la mesure de nos forces, aux crimes dont ces Turcs perfides menacent sans cesse la religion chrétienne et réprimer par tous les moyens leur rage insatiable13. » La perspective de la mort pour servir Dieu transformait la guerre juste en acte d’amour capable de faire du pécheur qui fait don de lui, un saint.

  • 14 Annales impériales d’Eginhard, Gesta Karoli Magni metrica (fin IXe s.), la Chronique du pseudo-Turp (...)
  • 15 Léon Gautier (éd.), La Chanson de Roland, Tours, A. Mame, 1872.
  • 16 Ernst Kantorowicz, Mourir pour la patrie… op.cit., p. 121.

7En France, les guerres d’Italie – en tant que guerres justes – fournirent l’occasion au roi de France et à sa noblesse de mourir pour la patrie selon l’acception développée par Ernst Kantorowicz en 1951 dans l’article évoqué plus haut. Partant de l’évolution historique du concept même de « patrie », ce dernier proposait une interprétation diachronique du sacrifice et du sens politique acquis par le statut de sainteté normalement accordé à ceux qui avaient donné leur vie pour la communauté invisible des cieux. Le transfert de sens est lié à l’histoire même de la patrie, non pas dans sa dimension religieuse de communauté céleste, mais dans celle plus politique de royaume voire de village. Le service du chevalier se fit d’abord en vertu de ce qui le liait à son seigneur et son sacrifice demeurait un « acte personnel » qui ne devint vraiment « patriotique » qu’à travers la défense de la Terre Sainte et la lutte contre les infidèles, comme cela apparaît dans la Chanson de Roland à travers le martyre du héros chevaleresque dont l’hagiographie succède au récit épique14. Roland s’engagea en effet dans la bataille livrée contre les « Païens » avec l’« acer sanglent » de son épée Durandal, promettant « mil colps e vii cenz » (lxxxv), mais, à la vue de ses compagnons morts, sa propre mort « li vait mult angoissant » (clxiii)15. Son possible sacrifice est une décision qui pèse ainsi sur sa conscience, puis gravement blessé, il se retire au pied d’un pin tenant son épée et l’olifant. Sentant sa mort prochaine, il se remémore ses faits militaires dignes de mémoire au service de l’empereur et promet alors de ne pas donner son épée à l’ennemi ; ne pouvant la briser, il met en pièces son cor. Durandal est l’épée consacrée du héros victorieux qui meurt en martyr et appelle les saints Michel et Gabriel pour élever son âme au ciel. Il a donné son sang à l’empereur comme tant d’autres « barons chevalers » ; la « flur » de France. La pieuse agonie de Roland dans la version du Pseudo-Turpin en fait un héros martyr et croisé que l’empereur vient honorer en s’agenouillant pour prier auprès du corps de son neveu qui est couché sur une herbe rougie par le sang des barons (ccii). « Sur la base de ces prémisses, écrit Ernst Kantorowicz, la mort d’un croisé au combat apparaissait facilement comme un nouveau martyre. Le croisé, assuré de la rémission de ses péchés, était convaincu d’aller au Paradis et pouvait s’attendre à recevoir la couronne du martyr dans sa vie future pour son sacrifice au service du Christ-Roi16 », et par extension en combattant pour le roi.

  • 17 Colette Beaune, « La notion de nation en France au Moyen Âge », Communications, n° 45, Paris, Éd. d (...)
  • 18 Colette Beaune, La Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 324-325.
  • 19 Ibid., p. 327.
  • 20 Symphorien Champier, Les Gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard, présenté par Denis Crou (...)
  • 21 La Très joyeuse et très plaisante histoire composée par le Loyal serviteur des faits, gestes, triom (...)

8Ce fut ainsi Robert Blondel, au XVe siècle, qui affirmait le devoir de chacun de « mourir pour conserver à la France son nom17 ». La patrie n’était plus seulement la cité céleste et déjà – même si le mot n’était pas couramment employé –, « le dévouement à celle-ci existait » à travers les appels à la défense du royaume dès la première moitié du XIIe siècle ou encore dans les réflexions universitaires sur l’amor patriae18. Dès lors, mourir pour sa « patrie » terrestre s’apparente à la mort des saints et le sacrifice ici envisagé – celui du roi dans le cadre de sa mission divine et celui de ses nobles – est un don d’amour. Il existe bel et bien un parallèle entre le corpus mysticum spirituel et le corpus mysticum séculier, entre les têtes divine et princière du corps mystique, entre le sacrifice de soi pour la communauté céleste transcendantale et le sacrifice de soi pour la communauté terrestre métaphysique. Gilles de Rome, dans son De regimine principum rédigé à l’attention de Philippe IV en 1370, mêla les éléments chrétiens tirés de saint Augustin et ceux de l’Antiquité défendus par Caton, dans son proverbe Pugna pro patria, et par Cicéron dans le De officiis, pour identifier « mourir pour Dieu et pour la foi avec mourir pour l’État19 ». La geste de Roland, évoquée plus haut, rend compte du sacrifice de la chevalerie pour Dieu, l’empereur et la France. Le don du sang des barons, qui rougit l’herbe à Roncevaux, est le même que celui des capitaines français entourant les rois de France successifs en Italie. Symphorien Champier, dans Les gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard imprimé opportunément en 1525, associe à quelques reprises les deux figures sacrificielles, et Bayard, lui-même, se présente à son roi, l’épée à la main, tel « Roland ou Olivier, Godefroy ou Baudoin son frère ». Le chevalier est associé dans cette « guerre juste » aux croisés d’antan et sa mort, évidemment, ressemble à celle de Roland ; lui aussi victime d’une trahison, il reste en selle malgré les blessures et choisit l’ombre d’un arbre pour expirer20. Les morts de Roland et de Bayard disent la continuité de cet imaginaire chevaleresque qui sublime le don, puisant quelques types héroïques dans les poèmes homériques. À ce titre, Bayard est aussi associé à Hector, lequel partit combattre Achille sachant qu’il n’en sortirait pas vainqueur21. Mourir pour son roi, qui est sa patrie, avait gagné une valeur égale à celle d’un croisé mourant pour la gloire de Dieu. Mais le roi lui aussi avait vocation à se sacrifier pour révéler sa surnature comme Denis Crouzet l’a montré à propos de Charles VIII.

  • 22 Denis Crouzet, « Désir de mort », art.cit., p. 427.
  • 23 Ibid.

9Les mémoires et récits des guerres d’Italie, au moins jusqu’à Pavie en 1525, insistent bien sur la dimension sacrée de ce « mourir pour la patrie » et l’article de Denis Crouzet – « Le désir de mort » – permet d’en élargir l’horizon au roi en se focalisant sur le XVIe siècle. Le premier absolutisme, ou État de la première modernité, se caractériserait selon lui avant tout par la sacralité du roi, cette sacralité triomphante l’associant au Christ non seulement en tant que tête du corpus mysticum regni, mais surtout en raison de cette intimité avec la mort qu’il défie sur les champs de bataille et lors des jeux virils des divertissements de cour. Au cours des combats qui jalonnent le retour de l’armée de Charles VIII depuis Naples jusqu’en France, « la volonté sacrificielle royale implique la violence de toute une armée prête à mourir pour son roi, pour la « patrie » et donc pour Dieu22. » La mémoire nobiliaire mettant en scène Charles VIII le décrit combattant et tuant, « porté par un mouvement d’absolue violence, ignorante de tout danger et pourtant victorieuse de toutes les agressions. La violence est le sacré23 » qui permet de révéler chez le roi sa surnature : ainsi de petit et fragile, Charles VIII apparaît ensuite au combat mystérieusement plus grand et plus fort, comme s’il changeait de nature, selon le récit de Philippe de Commynes. La bataille et la victoire, soudant le prince et ses troupes, reconsolident une identité collective qui serait sacrale par cet acte collectif d’offrande de soi à la gloire de Dieu.

  • 24 José A. Godoy et Silvio Leydi, Parures triomphales : le maniérisme dans l’art de l’armure italienne(...)
  • 25 BnF, cabinet des estampes, série N.
  • 26 Sous l’égide de Mars, armures des princes d’Europe, catalogue d’exposition organisée par le musée d (...)

10Les armures de l’époque portent le témoignage de cette dimension sacrificielle de la guerre pour la patrie. Le catalogue d’exposition de Genève sur les Parures triomphales en 2003 recense en effet un grand nombre de pièces d’armure – des bourguignottes et des cabassets – travaillées en relief qui reprennent des grandes figures antiques sacrifiées pour leur patrie, ou qui du moins se distinguèrent par leur héroïsme : Les histoires exemplaires de Marcus Curtius et d’Horatius Coclès trouvent naturellement leur place et dominent largement le répertoire iconographique du sacrifice dans les décors des armures et pièces d’armure, ainsi que sur les rondaches24. Au-delà de leur propre valeur paradigmatique, ces héros évoquaient Rome et sa symbolique impériale. Les armures à l’antique, les décors de trophées et les couronnes de lauriers, si fréquents dans l’imagerie monumentale d’Henri II et dans ses portraits, furent avant tout l’expression d’une affirmation politique concurrentielle face à Charles Quint en reprenant les motifs impériaux de celui-ci25. Les programmes de ces armures décorées donnaient ainsi à voir la Victoire et l’Apothéose des Valois comme sur cette bourguignotte milanaise d’Henri II, datée de 1550-1555, dont le chiffre est couronné par Mars et Bellone, entouré de la Renommée et de la Victoire26. L’âge d’or de l’armure française à décor s’inscrit d’ailleurs, avec son vocabulaire triomphaliste à l’antique et ses scènes de batailles, entre 1545 et 1570 environ.

Le roi devient chevalier

  • 27 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, édition critique de Lydwine Scordia, Publications des Univ (...)
  • 28 Frédéric Duval, « Le Livre des commentaires Cesar sur le fait des batailles de Gaule par Robert Gag (...)
  • 29 BnF, ms français 1392 : Robert Gaguin, Les commentaires de la Guerre des Gaules.

11Le roi chevalier, en tant que roi-messie, se montre avant tout en combattant : un roi guerrier plus qu’un roi de guerre d’ailleurs. Pour le devenir, le prince est soumis à une formation militaire passant par l’apprentissage du combat mais aussi par les lettres. Fondamentale dans l’apprentissage de la vocation, l’éducation passe en effet par l’exercice physique, le maniement des armes et les lectures appropriées. Mais pour commencer, la socialisation masculine du prince se faisait sous la direction d’un gouverneur qui était en charge des enfants royaux au quotidien et pour leur éducation, tandis que des précepteurs les formaient aux Bonnes lettres. Celles-ci devaient d’ailleurs seulement contribuer au devenir du prince – sa vocation – et non à en faire un savant érudit. Louis XI avait ainsi négligé la formation intellectuelle du futur Charles VIII et ce n’est qu’à l’approche de la mort, rappelée par des attaques d’apoplexie, qu’il lui donna pour maître Guillaume Tardif et que Pierre Choinet lui composa le Rosier des guerres et le Livre des trois âges27. Le premier, axé sur la guerre, devait lui enseigner la défense de la chose publique pour triompher en dépassant ses prédécesseurs et en accroissant le royaume. Le second était plus une œuvre morale. Puis d’autres lectures enflammèrent son imagination naturellement portée à l’héroïsme, comme les histoires des grands personnages et de leurs actes héroïques. Il se fit même traduire les commentaires de César et une histoire de Charlemagne. Les jeunes nobles de France avaient été particulièrement sensibles à la figure de Jules César en raison de la fortune d’un texte – Les faits des Romains – dont les copies manuscrites circulaient depuis le début du XIIIe siècle28. Puis de nouvelles versions plus fidèles au De bello Gallico furent établies, d’abord pour Charles le Téméraire par Jean Duchesne en 1473 puis pour Charles VIII par Robert Gaguin en 148529.

12Ce dernier évita l’usage des latinismes et modernisa le vocabulaire en remplaçant les termes militaires anciens par ceux de son temps. Il était moins question d’offrir au très jeune roi les clés de la culture antique que de fournir un savoir technique tout en apportant le bénéfice d’un exemplum à travers les vertus militaires de César. Gaguin précise ainsi dans sa dédicace que cette traduction est une commande du jeune roi qui fait suite au présent d’une vie de Charlemagne également traduite du latin au français. Plaidant pour le « plaisir et délectations » de son souverain, Robert Gaguin vise avant tout l’utile avec

  • 30 Ibid., f.1 v.

[…] espérance que mon euvre et labeur vous seront aucunement a plaisance et prouffitables non point pour excellence de savoir ne de bonté de langage qui soit en moy, mays pour la grandeur des choses contenues es livres originaulx desquelz jay entreprins la translacion […]. Car comme deux chyoses soient premièrement requises fort convenables a ung souverain prince, cestassavoir prudence de conduire en bon ordre les choses publicques et force de mener vaillamment et de couraige les guerres quant il en est besoing30.

  • 31 BnF, ms français 1194.

13À partir de la figure de l’exemplum propre à la pédagogie du temps, le prince reçoit une leçon vivante sur la virtù que François Demoulins – précepteur de François d’Angoulême – vanta avec la Fortitude du Fort Chandio, le futur prévôt des maréchaux qui guerroya en Italie au côté de Louis XII et de François Ier31. En attendant, la version imprimée des Commentaires de la Guerre des Gaules de Robert Gaguin fut dix-huit fois éditée jusqu’en 1555 avant d’être éclipsée par la traduction de Blaise de Vigenère après 1576.

  • 32 Colette Beaune, La naissance de la nation … op.cit., p. 329.

14Charles VIII n’avait que quinze ans lorsqu’il reçut l’ouvrage de Gaguin, lequel s’adapta à l’âge et aux attentes du jeune souverain. Les lectures participaient aussi à la formation du futur chevalier à travers les romans de chevalerie et les traités d’art militaire que la tradition ancienne avait perpétués jusque dans les Miroirs des princes dès le XIIe siècle. Gilles de Rome s’inspira ainsi de Végèce pour le troisième livre de son De regimine principum, composé vers 1280 et imprimé pour la première fois sans doute en 1473. Le succès de Végèce et de Frontin aussi se confirma par la suite avec le traité de Christine de Pisan – Livre des Fais d’Armes et de Chevalerie de 1410 – mais les Commentaires de la Guerre des Gaules fondaient véritablement la culture du stratège et surtout celle du chef militaire. Au-delà de la préparation militaire, ces traités et livres de chevalerie qui se multiplièrent dès le début du XIVe siècle ont inculqué à la jeune noblesse une éthique de la pratique de la guerre qui consiste à ne pas fuir et à accepter de mourir en combattant32. Les champs de bataille de la guerre de Cent Ans firent le reste.

  • 33 Pierre Gringore, La vie de Monseigneur saint Louis dans Œuvres complètes de Pierre Gringore réunies (...)
  • 34 Il était fréquent de mettre en parallèle Louise de Savoie et Blanche de Castille : voir le ms fr. 2 (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 N. Tommaseo (éd.), Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, (...)
  • 37 Lucien Romier, La Carrière d’un favori. Jacques d’Albon de Saint-André, maréchal de France (1512-15 (...)

15Puis dès la fin du XVe siècle, la complexification du métier de roi et les circonstances du temps finirent par donner plus d’importance aux bonae litterae. Il semblerait même que ces dernières aient fait l’objet d’un débat dans la propédeutique princière. Pierre Gringore, dans Le premier livre de la vie de Monseigneur saint Loys sans doute publié vers 1513, opposa la vocation spirituelle du roi défendue par Blanche de Castille à celle plus chevaleresque de ses grands nobles incarnés par le duc de Bretagne et les comtes de La Marche et de Champagne33. Ces derniers reconnaissent le fondement d’un endoctrinement « selon la loy divine » qui confère au prince une vertu qui transparaît dans tout son être à « la face benigne, doulx, paisable, [qui] se tient humble et courtoys » dans la « craincte de Dieu34. » Mais lorsque la reine mère exprime son souhait de voir son fils régner avec humilité et « sans grande auctorité, mais simplement », les Barons révèlent leur vrai dessein et lui rappellent que « les roys ne sont auctorisez que par proesses et alarmes, et, quant ilz font aulcun fait d’armes, le royaume en est honoré ». La reine résiste et répond que « le roy n’est jamais décoré que par vertu ». C’est oublier que les Barons se réclament du « sang » du roi et, qu’à ce titre, il leur revient de « le gouverner » car « Un prince doit aimer la jouste, estre large et habandonné. Pour ce cas est roy ordonné et en triumphal estat mis35. » Dans son contexte, l’œuvre pourrait rappeler le conflit qui opposa Louise de Savoie à Pierre de Rohan, maréchal de Gié et gouverneur de son fils. Pour l’heure, la question de la double éducation physique et intellectuelle était assez manifeste à partir de François Ier avec les figures, entre autres, de François Demoulins et d’Artus Gouffier. Ses petits-fils bénéficièrent également d’une bonne éducation sous la direction de Pierre Danès puis de Jacques Amyot. Entre les deux générations, Henri II, en raison de sa longue captivité en Espagne entre sept et dix ans, est une exception. Il ne semble pas avoir reçu vraiment d’éducation lettrée, par défaut ou par inaptitude. Il est difficile, en la matière, de se fier aux témoignages, même lorsque ceux-ci proviennent d’un ambassadeur vénitien aussi éloquent que Marino Cavalli en 1546 : « il [le dauphin Henri] n’est pas beau diseur dans ses réparties […]. Son intelligence n’est pas des plus promptes ; mais ce sont souvent ces hommes-là qui réussissent le mieux36. » L’explication est sans doute à chercher du côté de François Ier, lequel, soucieux du bien-être de ses fils, avait semble-t-il banni toute contrainte de leur éducation, ce qui laissa sceptiques les observateurs du temps, comme le gouverneur du prince de Talmont, fils de François de la Trémoille qui écrit à ce dernier, peu après le retour de captivité, que les princes sont rarement contrariés dans leur désir, qu’ils ne tiennent pas compte des avis de leur gouverneur d’Humières – père d’un autre gouverneur – et il se dit alors que « le roi veut qu’ils soyent nourriz en cette liberté, pour leur ôter la crainte de subjection qu’ils ont eue en Espagne37. » Le gouverneur émit alors des doutes quant aux bénéfices d’une telle éducation.

  • 38 Ibid.

16Pour autant, les deux frères paraissent assez sombres, riant rarement, peu enclins aux choses de l’esprit et tandis que le premier, la plupart du temps, « ne veult que piocher en terre », Henri lui aussi, se montre tout en muscle, infatigable à la chasse et aux exercices des armes38. Cette description contraste alors avec celle du père d’après le même Marino Cavalli. Non seulement François Ier lui paraît être un roi très érudit mais il avait aussi toutes les aptitudes d’un roi dont la vocation était avant tout guerrière :

  • 39 N. Tommaseo, op.cit., p. 281.

Ce prince est d’un jugement très-sain, d’une érudition très-étendue ; il n’est chose, ni étude, ni art, sur lesquels il ne puisse raisonner très-pertinemment, et qu’il ne juge d’une manière aussi assurée que ceux-là même qui y sont spécialement adonnés. Ses connaissances ne se bornent pas simplement à l’art de la guerre, à la manière d’approvisionner, de conduire une armée, de dresser un plan de bataille, de préparer les logements, de donner l’assaut à une ville, ou bien de la défendre, de diriger l’artillerie ; il ne comprend pas seulement tout ce qui a trait à la guerre maritime, mais il est très-expérimenté dans la chasse, dans la peinture, en littérature, dans les langues, dans les différents exercices du corps qui peuvent convenir à un bon chevalier39.

  • 40 Ibid., p. 371.
  • 41 Archivio di Stato di Mantova, Gonzaga, Busta 645 : je me permets de renvoyer à mon article sur Loui (...)

17En dépit du contraste entre le père et le fils appuyé par les témoignages, il est probable toutefois que Henri II se soit mis aux lettres, même tardivement, sans doute sur les conseils de Diane de Poitiers. En 1554, l’ambassadeur vénitien Jean Capello, décrivant une journée du roi, y fait mention du temps accordé aux choses de l’esprit et aux lettres : « car il sait bien que celles-ci peuvent être utiles et honorables aux princes plus que toute autre chose au monde40. » Une anecdote rapportée par le gouverneur de Louis de Gonzague, l’année précédente, confirme l’intérêt du roi pour les lettres : au cours des fêtes célébrant la défaite de l’empereur devant Metz, il avait publiquement montré son intérêt pour Louis de Gonzague et dans la grande salle du château de Saint-Germain-en-Laye, il avait fait intervenir le précepteur du dauphin, Danès, pour entendre une leçon en français sur les commentaires de la Guerre des Gaules de Jules César, avec l’intention d’interroger ensuite le jeune prince de Mantoue. Ce dernier, d’après son gouverneur Arrivabene, s’en tira honorablement dans un français mêlé d’italien41.

  • 42 Yvonne Labande-Mailfert, op.cit., p. 19.
  • 43 BnF, ms français 2831, f.183 v.

18Du côté de la préparation physique, Charles VIII, faute d’avoir reçu des livres dans sa prime jeunesse – du moins avait-il dû profiter de ceux de sa mère Charlotte de Savoie –, avait été dûment préparé à sa vocation militaire sous le regard de son gouverneur Guillaume Gouffier de Boisy (v.1435‑1495) – sénéchal de Saintonge –, dont le fils Artus, jeune compagnon d’armes de Charles, fut choisi plus tard pour l’éducation de François d’Angoulême – futur François Ier – tout en participant aux guerres d’Italie jusqu’à sa mort en 1519. Charles avait aussi disposé de gouverneurs militaires supervisant ses exercices physiques – surtout l’équitation et le maniement des armes – et également l’art de la fauconnerie avec Raoulin Cochinart, bailli de la ville d’Amboise et spécialiste des artilleries nouvelles42. Henri – futur Henri II – bénéficia aussi, de retour de captivité, de l’expérience militaire de Jean d’Albon – père de son futur favori –, du comte de Brissac Charles de Cossé et de Jean d’Humières, gouverneur général, dont le fils Jean fut nommé à son tour gouverneur des Enfants de France en 1546. Surtout, les contemporains, comme Claude de L’Aubespine dans son Histoire particulière de la cour du roi Henri II, ont mis en avant la figure du connétable Montmorency dans le devenir militaire du roi puisqu’il apparaît comme son véritable mentor, celui qui lui a mis l’épée en la main et qui a la haute main sur la couronne tandis que Diane de Poitiers l’avait sur sa « personne43 ». Si les lettres contribuèrent donc à la formation militaire des princes, ces derniers se distinguèrent cependant surtout par leur goût pour le plein air et les exercices physiques, se préparant avant tout à la guerre sous la surveillance de leurs gouverneurs qui dirigeaient la bonne éducation du prince dans un sens quasi militaire, étant eux-mêmes le plus souvent issus d’un haut lignage et ayant fait leurs preuves sur les champs de bataille.

  • 44 Pierre Choinet, op.cit., p. 155-156.
  • 45 Ibid., p. 155.

19Il est avéré que les jeunes princes s’exerçaient très tôt à l’équitation, autant utile à la guerre qu’à la chasse. La douzième et dernière miniature du Livre des trois âges de Pierre Choinet – adressé à Louis XI – représente les trois âges avec un vieillard soutenu par un couple ayant atteint la maturité et, au premier plan, une ribambelle d’enfants portant des robes ceinturées et qui jouent : « Quant au regart du joyeux temps d’enfance,/ On n’y fait riens que on n’y prenge plaisance44. » Deux garçons joutent sur des montures faites d’un bâton de bois se terminant par une tête de cheval. Le texte implore le roi, en parallèle, de demeurer encore vivant pour tout le bien du « corps politique de ce royaume » et évoque la formation du dauphin Charles qui ne porte pas encore écu et lance : « Et que son filz, monseigneur le dalphin,/ Il puisse veoir porter escu et lance/ S’il est besoing, et en grant force, affin/ Qu’il tienge en paix son royaume de France45. » L’équitation était sans doute l’art le plus précocement enseigné aux petits princes à partir de petites montures de bois ou sur des ânes avant qu’eux-mêmes ne disposassent de leurs premières haquenées.

  • 46 BnF, ms français 306.
  • 47 N. Tommaseo, op.cit., p. 287.
  • 48 Lucien Romier, op.cit., p. 17 : BnF, ms français 3054, f. 41.

20Le cheval avait cette capacité à démontrer l’habileté physique du prince – comme dans le manuscrit de l’Histoire de la reine Arthémise dédiée à Catherine de Médicis par Nicolas Houel sur la formation de Charles IX46 – et désigne son rang et son statut. Il est d’ailleurs au cœur d’une symbolique royale de la grandeur : les portraits équestres du roi chevalier conservent une dimension chevaleresque sous Charles VIII et Louis XII comme le montrent les sceaux ainsi que les portraits de François Ier réalisés par François Clouet. En revanche, Henri II apparaît en portrait équestre à l’antique. Le cheval est inséparable de la représentation du roi chevalier jusqu’à rejoindre son corps symbolique qu’est sa Maison avec l’écurie royale et le grand écuyer qui ne devient cependant l’un des principaux officiers de cette Maison que sur l’initiative d’Henri IV. D’ici là, l’Écurie avait surtout été simple et guerrière au début du siècle puis plus raffinée sous Henri II qui y fit introduire un peu de luxe. Le cheval était un instrument de prestige et le compagnon des loisirs et de la guerre démontrant le goût du prince pour la joute. Les fils de François Ier, athlète lui-même, furent d’ailleurs batailleurs d’après Marino Cavalli qui écrit à propos du futur Henri II : « Il aime à assister aux exercices militaires ; on estime généralement son courage, dont il a déjà donné des preuves à Perpignan et en Champagne47. » Jean d’Albon aussi écrit à Anne de Montmorency que les deux garçons apprennent à danser et aiment surtout les sports violents, appréciant de voir les hommes d’armes s’entraîner et eux-mêmes se montrant fort habiles48. Martin du Bellay, dans ses mémoires, évoque aussi cette jeunesse tumultueuse se pressant sur les champs de bataille ou aux sièges pour ne rien rater du spectacle.

  • 49 Mémoires de Messire Martin du Bellay, dans J.-A.-C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires relatif (...)
  • 50 BnF, ms français 3035, f.71 r.
  • 51 Ibid.

21En dépit de ce goût pour la vie militaire que les témoignages veulent montrer précoce, le dauphin Henri ne mène sa première campagne qu’en 1537 tandis que l’empereur et ses troupes cernent Thérouanne : dès l’annonce de la contre-offensive impériale, François Ier chargea le dauphin de se rendre à Amiens et d’y prendre le commandement sous la tutelle de Montmorency. L’armée alors rassemblée en Picardie était importante et, en février, le capitaine Martin du Bellay y fit son entrée pour soutenir l’effort militaire de la place, si bien que, tous les jours, il y avait des escarmouches donnant l’occasion à la jeunesse, pressée autour du dauphin, de venir voir comme le raconte du Bellay : « et y veint pour veoir la guerre, la pluspart de la jeunesse qui estoit près la personne de Monseigneur le dauphin, commme le seigneur de Saint-André, le seigneur de Dampierre, le seigneur Dandoyn, le seigneur de Decars, et le seigneur de La Noue, lesquels n’y furent sans avoir chascun jour du passe-temps49. » Le jeune frère du dauphin – Charles qui n’a alors que quinze ans – participe lui aussi à la campagne mais avec l’ordre donné par son père de s’en remettre au « conseil et advis des gens de bien et bons personnaiges » qu’il aura autour de lui, comme il l’écrit au seigneur de la Rochepot – François de Montmorency, frère du futur connétable et lieutenant général du roi en Picardie et en Artois –, et que son père « mesmement a voulu que je eusse a premièrement aller en Picardie, comme a lendroict le plus chatouilleux diceulx ennemys50 ». Le cadet fit ainsi ses premières armes précocement à quinze ans en prenant le commandement en Picardie sous la responsabilité, en réalité, des officiers du roi sur place. Les princes recevaient alors presque dès la naissance des commandements militaires mais ne se frottaient pas tous aux champs de bataille. Charles montra sans doute des dispositions que François Ier jugea utile de perfectionner. Son fils apparut d’ailleurs enthousiaste et prophétisa, à la fin de sa lettre à La Rochepot que « jespère quavec vostre ayde et des autres gens de bien que jauray en ma compaignie, si lennemy se veult jouer de faire le fol il y trouvera telle responce quon recognoistra que Dieu aura este de mon costé51. » Durant cette campagne, le dauphin n’eut guère l’occasion de se battre de son côté, d’autant que la régente des Pays-Bas, Marie de Hongrie, négocia rapidement une trêve. Quelques mois plus tard, le roi lui confia un nouveau commandement, toujours sous la tutelle de Montmorency, son chef d’État‑major, et cette fois en Italie. Le dauphin et futur Henri II consacra ensuite la part la plus importante de son existence aux campagnes militaires.

  • 52 BnF, ms français 3130, f.100 r.
  • 53 Bernard de Girard, seigneur du Haillan, Histoire générale des Roys de France contenant les choses m (...)
  • 54 François de Rabutin, Commentaires sur le faict des dernières guerres en la Gaule Belgique, entre He (...)

22Celles-ci étaient d’ailleurs le gage le plus sûr d’acquérir de la renommée. En effet, si le prince méprisa la mort pour accéder à sa surhumanité, ce fut sans doute aussi en recherchant la réputation, propre à le faire passer du désir de mort au désir d’éternité. La mémoire qui rend immortel préfère d’ailleurs oublier les défaites car il n’y a pas de plus grand déshonneur pour le vir virtutis. Henri II, écrivant le 7 décembre 1552 depuis Compiègne au duc de Nevers, évoque le retrait possible de l’empereur devant Metz comme une décision qui se fera « à sa grande honte »52. Le roi chevalier doit être victorieux puisque l’armement même de la main royale se fonde et se légitime par l’élection divine qu’une défaite pourrait démentir. S’appuyant sur les hauts faits de guerre, les victoires et les actes héroïques, la mémoire ou les mémoires du roi chevalier construisent une image de gloire immortelle, symboliquement signifiée par la renommée et pérennisée par le discours historique. Il revient en effet à l’histoire d’élever ou de rabaisser et ce pouvoir la rend toute puissante aux yeux de ceux qui en font l’apologie, à savoir les historiographes mais aussi les mémorialistes. Du Haillan, dans son Histoire générale des Rois de France, rédigea l’une de ces apologies de l’histoire dans sa préface : « elle incite les grands courages à grandes et hautes entreprises, par une promesse de gloire et de louanges qui sont les outils de la mort de ceux qui meurent honorablement53. » La mort est comme transfigurée par l’histoire en une éternité lorsqu’elle le mérite. François de Rabutin, de son côté, racontant ses campagnes sous les ordres du duc de Nevers au début des années 1550, se défend bien de vouloir se faire enrôler dans la « troupe des Historiographes » mais son désir d’écrire cette histoire fut enflammée par les « divines louanges » que le duc fit de Jules César qui avait su d’une main combattre ses ennemis et de l’autre en conserver la mémoire par ses commentaires54. Cette harangue du chef avait révélé, chez le soldat Rabutin, un abîme d’éternité par la seule transcription de la mémoire qui révélait aussi un étrange et grand pouvoir, celui de devenir immortel par sa propre parole.

  • 55 Henri Lemonnier, Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche 1519-1559, Paris, Tallandier, 1983 (...)

23Or le voilà montrant Henri II menant sa troupe au combat tandis que Charles Quint vient de reprendre la main dans le nord après avoir perdu Metz, Toul et Verdun. Dans ce récit, Henri II est un chef victorieux ou presque, c’est surtout un guerrier à l’instar de son mentor Montmorency en vertu d’une construction historique assez éloignée des récits secondaires sur la prudence poussive du mentor et sur la présence du roi qui n’apportait pas grand chose à l’armée sinon une « solennité pompeuse », un « appareil de majesté inerte » paralysant toute énergie selon une autre vision historique des événements55. Il revenait donc à la force des images et des cérémonies de donner l’illusion de l’exploit et de la grandeur à travers le défilé des régiments ou encore avec l’entrée d’Henri II à Toul le 13 avril 1552. D’après Rabutin, aucun appareil somptueux n’avait été prévu hormis la présence du roi :

  • 56 Rabutin, op.cit., f.25 r.

Il entra en armes, luy mesme armé comme estoient les Princes et grands Seigneurs qui le costoyoient, et generallement toute la suitte : les Hérauldz d’armes vestuz de leurs cottes de veloux cramoisy azuré, semées de fleurs de liz, avec les Trompettes et Clérons sonnans au devant de ce trespuissant et tresvictorieux Roy56.

  • 57 Ibid., f.29v.
  • 58 Nicole Hochner, op.cit., p. 22.

24Puis à Metz, le 18 avril, il fit son entrée sous un dais, un « ciel triomphant », au son une fois encore des trompettes et des clairons57. La magnificence et la pompe furent inestimables aux dires de Rabutin, faisant se succéder les hérauts d’armes, les deux cents Suisses et les cardinaux, mais surtout le connétable qui défila lui aussi « la teste descouverte, armé de toutes pièces, portant l’espée devant sa majesté ». Rabutin emploie même le terme de triomphe et si le roi en est le héros, il laisse entendre explicitement que sa gloire est rehaussée par la présence de sa noblesse. À travers le récit de Rabutin, ou les mémoires nobiliaires en général, un fantasme prend forme qui donne du sens à l’existence du noble armé. Comme l’a montré Nicole Hochner à propos de l’image royale de Louis XII et des élites culturelles et politiques, la noblesse armée s’adresse à elle-même « pour clarifier sa propre identité et consolider sa vocation interne58. » L’image du roi guerrier identifie les valeurs de ceux qui le servent et fixent les termes de la vocation du prince comme dans le dialogue entre Blanche de Castille et les Barons imaginé par Gringore.

La vocation nobiliaire du roi chevalier

  • 59 Rabutin, op.cit., f. 29 v.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., Livre V, f. 10 v.

25Le dernier point de cette analyse de la vocation du roi chevalier entrevoit ainsi cette dernière comme une vocation sociale et la projection d’un idéal nobiliaire. Rabutin mit ce dernier en discours, poursuivant ainsi son récit de la campagne d’Henri II contre les Impériaux. Lors de l’entrée du roi à Metz, celui-ci était accompagné de ses pairs, de toute sa maison, de ses gardes et d’une infinité d’autres personnes : « qui l’avoyent suivy en la presse pour veoir ce triomphe. Je laisse à penser le peuple qui estoit par les rues, aux fenestres, aux galetas, et sur les maisons, pour contempler une si nouvelle et si esmerveillable haultesse59. » La grandeur du prince est rehaussée par sa noblesse qui forme autour de lui un écrin et dans le travail de mémoire qui s’opère ici, la noblesse participe aussi à cette œuvre d’éternité au côté de son roi : « Certainement n’estoit celluy depuis les enfans, jusques à ceux qui alloyent à potences de vieillesse, qui ne dict et ne confessast n’avoir jamais veu, n’ouy parler d’une telle compaignie et noblesse60. » Et lorsque, quelque temps plus tard, Henri II apprend la prise de Thérouanne par les Impériaux, Rabutin insiste sur le fait que le roi en éprouve un grand dépit qui se manifeste par la perte de la parole : le roi affligé a momentanément perdu la faculté de rester lié à ses sujets comme en témoigne son silence, la paralysie de sa parole bienfaitrice. Pour le noble Rabutin, le mutisme du roi exprime beaucoup plus que le désagrément d’avoir perdu cette ville, c’est la manifestation physique de ce que le corps est atteint jusque dans con cœur qui anime la parole, blessé d’avoir perdu en cette bataille de « vertueux hommes61 ».

26Par cette évocation de l’ordre de bataille et des motivations nobiliaires, Rabutin projette la personne royale, la geste chevaleresque et son propre idéal. Ils sont tous unis à la guerre mais le roi est le premier, celui qui impose un modèle :

  • 62 Ibid., f. 18 r.

En la bataille estoit le Roy, près de luy le Prince de Ferrare, le Duc de Guise, le Prince de la Roche Suryon, et le Mareschal de Sainct André, ayant chacun de ces Princes, un régiment de gendarmerie […] tous suivans ce grand Roy : tant pour fidélité que pour luy donner cognoissance de leurs vertus et bonne volonté62.

27Le modèle du roi chevalier est un modèle premier, un référent qui rejaillit sur ceux qui partagent avec lui ses actions héroïques, dans une relation de don et de fidélité. La guerre au service de Dieu et du roi est identitaire, de même que par elle s’écrit le prestige du lignage. La noblesse partage les mêmes valeurs que son roi et attend de lui une volonté idoine : il doit lui aussi par son comportement montrer les signes tangibles de cette altérité, être comme ses nobles aventureux.

28Les mémoires nobiliaires ne manquent pas de souligner cette altérité dont l’adoubement du roi par un chevalier est l’un des moments clés :

  • 63 La Très joyeuse et très plaisante histoire … de Bayard … op.cit., p. 112.

Le soir du vendredy, dont fina la bataille à l’honneur du roy de France, fut joye démenée parmy le camp, et en parla l’on en plusieurs manières ; et s’en trouva de mieulx faisans les ungs que les autres ; mais sur tous fut trouvé que le bon chevalier par toutes les deux journées s’estoit montré tel qu’il avoit accoustumé ès autres lieux où il avoit este en pareil cas. Le roy le voulut grandement honorer, car il print l’ordre de chevalerie de sa main ; il avoit bien raison, car de meilleur ne l’eut sceu prendre63.

  • 64 Alphonse de Ruble (éd.), Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, maréchal de France, t. 1, Par (...)

29Après la bataille de Marignan – elle-même entrée dans son propre mythe grâce à Symphorien Champier en 1525 dans sa vie du « preulx chevalier Bayard » –, le roi se fit adouber, marquant ainsi son identité de chevalier mais aussi, comme veut le souligner le texte, pour honorer Bayard dont la chevalerie fut un lien puissant de reconnaissance avec son roi. Monluc, dans ses commentaires, rend bien compte aussi, mais avec exubérance, de ce qu’un noble chevalier attend de son prince. Ainsi au début de l’année 1544, tandis que François de Bourbon – comte d’Enghien – faisait son entrée à Turin pour y prendre le commandement des opérations comme lieutenant général, les guerres d’Italie s’enlisaient et il semblait alors nécessaire de prendre de courageuses décisions : se donner les moyens de poursuivre ou se retirer. Pour brosser un tableau précis de la situation au roi, Enghien dépêcha Monluc à la cour en mars. Lorsque ce dernier fut enfin reçu au conseil du roi, la décision de ne pas lancer une nouvelle offensive avait déjà été prise. Toutefois, le roi le laissa prendre la parole et Monluc relate, non sans embellir les faits, comment il parvint à le convaincre de lancer une nouvelle campagne. Le récit de Monluc est enlevé et élabore avec enthousiasme sa propre image du futur Henri II64 :

  • 65 Ibid., p. 243.

Et sur le midy, raconte Monluc, M. l’admiral d’Anebaut me manda aller trouver Sa Majesté, qui desjà estoit entré en son conseil, là où acistoinct monsieur de Sainct Pol, monsieur l’amirail, monsieur le grand escuyer Galliot, monsieur de Boisi, qui depuis a esté grand escuyer, et deux ou trois aultres, desquelz ne me souvient du nom, et monsieur le daulphin, qui estoict debout derrière la chaire du Roy. Et n’y avoict assiz que le roy, monsieur de Sainct-Pol près de luy, monsieur l’amirail de l’aultre cousté de la table, viz et viz dudict sieur de Sainct Pol65.

30Toujours selon le récit de Monluc, dès l’entrée de celui-ci, le roi l’informa que le comte d’Enghien ne recevrait pas son ordre de bataille et invita François, comte de Saint-Pol, à en développer les motifs. Et chacun d’opiner, comme l’amiral d’Annebault, dans le sens indiqué. Monluc, « trépignant » de parler, voulut intervenir, quand M. de Saint-Pol lui faisant signe de la main lui dit : « Tout beau, tout beau ! » Cette impatience fit sourire, d’après lui, le roi lui-même se mit à rire, et malgré la décision prise, il autorisa le jeune capitaine à donner ses raisons.

31Tout d’abord, il se montre s’excusant de prendre la parole, puis rappelant les vertus militaires de François Ier, il s’enhardit. « Doncques, dit-il, ne puis-je parler qu’à un roy soldat ». Avant cela, il avait fait l’éloge du roi :

  • 66 Ibid., p. 245.

[…] j’ay à parler devant ung roy soldat, et non devant ung roy qui n’a jamais esté en guerre. Car estant daulphin, avant qu’estre appellé à ceste grande charge que Dieu vous a donnée, et despuys roy, vous avés autant serché la fortune de la guerre que roy qui jamais ayt esté en France, sans avoir espargné vostre personne non plus que le moindre gentilhomme66.

32L’entrée en matière séduit comme Monluc se plaît à le souligner ; le dauphin est gagné et, de sa place derrière le roi, ne cesse de sourire et de faire des signes de tête pour l’encourager. Monluc redouble alors d’efforts. Il conjure le roi d’avoir confiance dans les troupes et son ardeur l’emporte au point de sembler être déjà au combat. Le dauphin en rit et continue à lui faire des signes pour l’encourager. Monluc conclut alors sur ce qui ressemble bien à la vocation sacrificielle de la noblesse et des gens d’armes : « Pour Dieu, Sire, ne craignés de nous accorder nostre requeste, et que je ne m’en retourne pas avec ceste honte qu’on die que vous avés peur de mettre le hazard d’une bataille entre noz mains, qui vous offront volontiers et de bon cœur nostre vie. » Le roi, prenant plaisir à voir cette impatience, interroge du regard le comte de Saint-Pol comme pour marquer une hésitation : « - Sire, lui répond Saint-Pol, voudriés-vous bien changer d’oppinion pour le dire de ce fou, qui ne se soscie que de combattre, et n’a nulle considération du malheur que ce vous seroict si perdions la bataille : C’est chose trop importante pour la remettre à la cervelle d’ung jeune Gascon ». Avec l’art de rendre la scène bien vivante, tout en se donnant la part belle, Monluc écrit avoir répondu : « - Sire, asseurés-vous que je ne suis poinct ung bravachon, ny si escervelé que vous me pensés. » Il reprend ensuite son discours : « Et si Dieu nous faict la grace de la gaigner, comme je me tiens asseuré que nous ferons, vous arresterés l’Empereur et roy d’Angleterre sur le cuq, qui ne sçauront quel party doibvent prendre. » D’après Monluc, le dauphin est aux anges ; cependant tout le monde parle et soutient l’avis de M. de Saint-Pol. L’amiral, lui, ne parle plus ; il sourit. Placé en face du dauphin, il a vu les signes que ce dernier fait à Monluc et il ménage l’avenir. Saint-Pol, qui ne s’en aperçoit pas, insiste encore :

- Quoy, monsieur, il semble que vous veulhiés changer d’oppinion, et vous attendre aux parolles de ce fou enragé.
- Foy de gentilhomme, mon cousin, répond le roi, il m’a dict si grandz raisons, et si aparantes et m’a représenté si bien le bon cœur de mes gens, que je ne sçay que fere.

  • 67 Ibid., p. 252-253.

33L’amiral lui conseille alors de s’en remettre à Dieu, mais le roi hésite, jette son bonnet sur la table de dépit, implore un conseil divin pour la conservation de son royaume puis se tourne enfin vers Monluc et s’écrie : « Qu’ils combattent, qu’ils combattent67 ! »

34L’intrépide Monluc manifeste, à travers ses mémoires, la hardiesse de cette noblesse. Il offre l’image d’un empressement constant. Ainsi, poursuit-il, sortant du conseil du roi pour rejoindre l’amiral, la jeune troupe du dauphin attend. Dampierre [Claude de Clermont], Saint-André le favori, d’Acier fils du grand Genouillac et d’autres sont suspendus à ses lèvres pour connaître le verdict : guerre ou pas guerre ? « Entrés, entrés promptement si vous en voulés manger ! » leur répond-il et à ces mots, ils demandent leur congé au roi pour être du passe-temps. Ils sont bientôt rejoints par une centaine de gentilshommes. Ainsi se termine ce portrait enjoué d’un futur roi guerrier dont l’ardeur n’a rien à envier à celle de ses jeunes compagnons d’armes. Quelques temps plus tard, après la bataille de Cérisoles en avril 1544, le comte d’Enghien fit Monluc chevalier.

  • 68 Denis Crouzet, « Mourir en Milanais », art.cit., p. 181.

35Les guerres d’Italie restaient encore le meilleur chemin pour accéder aux Champs Élysées par le geste sacrificiel de ces chevaliers, ce que montre Denis Crouzet dans son article « Mourir en Milanais ». Partant du Panegyric du chevalier sans reproche ou mémoires de La Trémoille de Jean Bouchet publié à Paris en 1527 et consacré au prince de Talmont fils de Louis de la Trémoille , il évoque une histoire, celle des guerres d’Italie en Milanais qui avaient permis à « la noblesse de guerre de lutter sur les champs de bataille et de conquérir la gloire et l’honneur ». L’ouvrage de Bouchet commence par un aperçu de la généalogie de la Maison de la Trémoille, de sa « tige » nobiliaire renforcée par les morts héroïques des chevaliers ses prédécesseurs pour Dieu et le roi. La geste guerrière des lignages nobiliaires les inscrit dans une volonté divine qui dit toute leur vocation à combattre pour l’honneur. En trouvant la mort lors de la bataille de Marignan, le prince de Talmont confirme la vocation de sa tige. Sa mort, presque consolatrice pour le père, est une mort sereine et le Milanais est un laboratoire d’expérimentation de l’identité nobiliaire. La mort de Talmont, couvert de blessures qui sont autant « d’armoiries imaginaires », ou encore celle de Bayard mise en scène par Symphorien Champier, sont similaires à la Passion et chaque « gentilhomme qui meurt au combat, dans la plus grande violence, a revécu le Sacrifice de la Croix, il s’est croisé68. » En cela, il apparaît assez évident que la vocation nobiliaire ne fait plus qu’une avec celle du roi, partageant une même quête christique. Cette distanciation avec la mort, partagée donc par la noblesse et son roi, révèle que le chevalier ne s’appartient pas à lui-même, qu’il se voue à Dieu, à la chose publique et à l’honneur de sa Maison. La guerre est source de gloire mais elle est aussi source de sainteté par le mépris de la mort. Par cette quête rendue accessible à la noblesse grâce aux guerres d’Italie, le roi qui combat au côté de ses chevaliers et les console, est un roi idéal, le premier de tous ses chevaliers.

  • 69 François Cornilliat, « De la « diversité des espritz » à la « clere verrine de raison ». La persuas (...)
  • 70 Ibid., p. 157.
  • 71 Ibid., p. 165.

36Il s’agit là d’une interprétation possible du Panegyric, ce long éloge de Louis de la Trémoille dans lequel l’auteur a troqué l’éloquence rhétorique du Temple de la Renommée dédié au fils mort à Marignan – Le Temple de Bonne Renommée et Le Chapelet des princes en 1517 – contre le récit historique, narratif et démonstratif. La fiction poétique s’y mêle toutefois à l’histoire pour tirer les leçons de la défaite de Pavie et redresser la vertu nobiliaire en associant à l’éloge de La Trémoille – héros mort à Pavie susceptible de devenir un modèle pour le roi vaincu – la vertu pédagogique de l’exemplum, « la vertu active dans l’histoire vraie69. » Bouchet n’est plus le « traverseur » qui guide le lecteur dans les labyrinthes de sa rhétorique mais le narrateur laissant faire et dire son héros – son grand capitaine – pour inciter à vivre selon la vertu militaire et sans doute donner l’image du meilleur souverain. Derrière l’éloge se profile la critique car il faut bien tenter de comprendre Pavie. Bouchet représente La Trémoille la veille du combat habité par le pressentiment de la défaite et de sa propre mort imputable aux « mauvais jeunes gensdarmes » : « la décadence des mœurs militaires et nobiliaires françaises est imputée à l’oubli du passé « gallicque » par la fréquentation de l’Italie, et présentée comme l’une des causes de la défaite70. » Est-ce Bonnivet qui est visé ? Bouchet choisit de dresser le portrait du héros et d’instruire sur ses vertus pour corriger les erreurs du temps. Pour cela, il semble recourir à la fiction poétique pour restaurer « le privilège éthique du « faire » sur le « dire » incarné dans le héros » selon une tension mise en scène à travers le récit de la résolution prise par Louis, encore jeune, de rejoindre le service du roi contre la volonté de son père : Louis a été visité par Mars qui l’a informé de sa vocation, d’où une première persuasion à l’adresse du père en voulant défendre son honneur par le choix de la voie de la vertu plutôt que par celle de la volupté qui consisterait à rester chez son père71. Celui-ci le met alors en garde contre la cour qui est pleine de vices et faite d’une « sobriété crapuleuse ». Mais il faut de toute façon obéir au roi et, sur ces entrefaites, un courrier arrive pour ordonner au père de « donner » son fils. Lorsque, plus tard, il écrit à sa seconde épouse qu’il ne peut se soustraire à son destin par égard au roi qu’il doit seconder dans cette folle entreprise, toute sa ferme résolution et son espoir résident en sa confiance dans les qualités du souverain mais il se montre méfiant à l’égard de l’enthousiasme des gentilshommes. La Trémoille incarne, chez Bouchet, la prudence équilibrant l’éloquence du roi qui pousserait à la guerre. Le conflit de valeurs nobiliaires est à l’œuvre chez La Trémoille si bien qu’au revers de l’espoir que Jean Bouchet place dans son épître, le héros annonce sa propre mort.

37Cette union entre le roi et sa noblesse, dans la sacralité que procure la mort, est bien illustrée par le cas du connétable Anne de Montmorency qui apparaît, dès 1537, comme l’alter ego du prince qui fait ses premières armes sous sa tutelle. Il fut comme le double nobiliaire du roi et dans ce siècle, qui n’est pas encore celui de la raison et des principaux ministres, il partagea avec lui l’expérience de la sacralité sous-tendue par cette geste sacrificielle qu’est la guerre quasi permanente sous le règne d’Henri II. Même si ces guerres ne sont plus l’occasion de récits exaltés sur la violence sacrée du prince, il n’en demeure pas moins que le roi et son compère – qui est son double - ne font qu’un pour rendre compte de la vocation guerrière du prince mais aussi de sa vocation nobiliaire. La belle mort de Montmorency, survenue le 10 novembre 1567 en plaine de Saint-Denis, en offre une manifestation spectaculaire. Mortellement blessé, il s’éteint deux jours plus tard à Paris, prononçant l’acte de foi d’une noblesse dévouée et sacrifiable :

  • 72 Francis Decrue de Stoutz, Anne de Montmorency, connétable et pair de France sous les rois Henri II, (...)

[…] je suis mort ; mais ma mort est fort heureuse de mourir ainsi : Dites à mon roi et à la reine que j’ai trouvé l’heureuse et belle mort dans mes plaies, que tant de fois j’avais, pour ses frère et aïeul, recherchée…Portez-leur l’assurance de la fidélité que j’ai toujours portée à leur service72.

38Après sa mort, Catherine de Médicis lui fit faire « des obsèques de roy, ce qui n’advint encore jamais à nul seigneur de la France ». Elles durèrent plusieurs jours et, le 23 novembre, le corps embaumé fut exposé dans une chapelle ardente à l’hôtel de Montmorency. Son visage, portant les marques des blessures du dernier affrontement, resta découvert encore un jour puis son cercueil de plomb fut déposé sur un lit. Pendant neuf jours, la messe fut dite en la chambre. Dans la grande salle, l’effigie du connétable fut exposée sur un lit d’honneur, sous un dais, et les plaies furent reproduites sur le visage. Pendant quatre jours, un service religieux y fut célébré suivi d’un festin de deuil. Le cœur fut porté aux Célestins selon le vœu d’Henri II, autrefois formulé, et le mardi 25 novembre, le corps du connétable fut porté à Notre-Dame, suivi de l’effigie portant ses insignes de Duc et de grand officier. Cette étonnante pratique de l’effigie restaure un ordre ancien, un temps d’osmose parfaite entre le roi et sa noblesse à travers Montmorency et son lignage. La cérémonie rappelle la vocation de la noblesse – autrefois ritualisée par la guerre sacrificielle – à partager et à participer à la sacralité du roi. L’effigie de Montmorency restaurait le lien sacré et la vocation qui ne meurt jamais comme le rappelèrent les plaies. La suite des funérailles le confirme. De Notre-Dame, où le sermon funèbre fut prononcé par Arnaud Sorbin, le corps fut ensuite conduit en l’église Saint-Martin de Montmorency. Sur le chemin, passant par Saint-Denis, le cercueil fut posé provisoirement au pied du tombeau d’Henri II.

39Le 14 février 1573, la duchesse douairière fit élever dans la chapelle d’Orléans du couvent des Célestins, où les cœurs du roi et du connétable reposaient, une colonne de marbre portant trois inscriptions, deux en latin et une en français, qui célébraient les vertus du héros :

Cy dessouz est un cœur plein de vaillance,
Un cœur d’honneur, un cœur qui tout sçavoit :
Cœur de vertu qui mille cœurs avoit :
Cœur de trois rois et de toute la France.
Cy gist ce cœur qui fut nostre assurance.
Cœur qui fut cœur du roy Henry son maistre,
Roy qui voulut qu’un sépulchre commun
Les enfermast après leur mort, pour estre
Comme en vivant deux mesmes cœurs en un.

40Jusque dans la mort, les deux amis demeuraient ensemble mais en vertu d’un lien personnel et non plus symbolique. Les funérailles de Montmorency furent sans doute royales, selon les vœux de Catherine de Médicis, pour réactiver un modèle nostalgique dont la noblesse avait besoin. Le temps de la commune destinée sacrificielle s’était en effet arrêté avec la paix du Cateau-Cambrésis signée en juin 1559. Au-delà, le roi de France ne retrouva pas l’occasion de se mêler à sa noblesse d’armes unie dans des guerres justes et donc susceptibles de consacrer la mort en sacrifice pour la patrie. Ainsi, les deux premiers points de cette étude ont montré, en avançant quelques pistes et quelques arguments, que la vocation guerrière du prince relevait à la fois d’un fantasme théologico-politique - le roi devenant par son élection le bras armé de Dieu - et d’une nécessité temporelle induisant une préparation au métier de roi qui est nécessairement militaire. Cependant, la vocation du roi chevalier fut aussi sociale, jusqu’à apparaître comme la projection de l’idéal nobiliaire et de ses attentes. Or cet imaginaire nobiliaire d’une royauté sacralisée par la guerre se fissura dans la seconde moitié du XVIe siècle en raison des divisions face auxquelles la vocation guerrière d’Henri III fut impuissante à agir.

Haut de page

Notes

1 Ernst Kantorowicz, « Pro Patria Mori in Medieval Poltical Thought », American Historical Review, 56 (1951), p. 472-492, traduit en français dans Mourir pour la Patrie et autres textes, Paris, PUF, 1984 ; Denis Crouzet, « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV », Revue de Synthèse, IVe s. n° 3-4, juil.-déc. 1991, p. 423-441 et « Mourir en Milanais », Ph. Contamine et J. Guillaume (éd.), Louis XII en Milanais : guerre et politique, art et culture, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 173-188.

2 Nicole Hochner, Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006, p. 72. Pierre Gringore, Les Abus du monde, s.l., s.d. ; Jean Marot, Le Voyage de Gênes, Bibliothèque nationale de France [BnF], manuscrit français [ms fr.] 5091 ; Jean d’Auton, Les Chroniques sur les gestes du christianissime Loys douziesme de ce nom, BnF, ms fr. 5083.

3 Denis Crouzet, « Désir de mort », art.cit., p. 429.

4 Ibid., p. 427.

5 Ralph Giesey, Le Roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Flammarion, 1987. La démarche et le propos même de Kantorowicz (Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1989 [1957]) ayant souvent fait l’objet de déformations, je renvoie ici à la synthèse de R. Giesey dans Cérémonial et puissance souveraine en France XVe-XVIIe siècles, Paris, A. Colin, 1987.

6 Jean Barbey, Être roi. Le roi et son gouvernement en France de Clovis à Louis XIV, Paris, Fayard, 1992, p. 187, et surtout Alphonse Dupront, « Sacre, autorité, pouvoir : profil d’anthropologie historique », Le Sacre des rois. Actes du Colloque international d’histoire sur les sacre et couronnements royaux, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 315-350.

7 Alexandre Y. Haran, Le Lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe et XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

8 Hollstein’s dutch and flemish etchings, engraving and woodcuts 1450-1700, vol. lxvii, The Wierix Family, part ix, Rotterdam, 2004 : n° 1919 et 1920.

9 Nicole Hochner, op.cit., p. 134.

10 Lettre patente de Charles VIII du 22 novembre 1494, dans Ivan Cloulas et Vito Castiglione Minischetti, Dans le Secret des Borgia : journal du cérémoniaire du Vatican 1492-1503 par Johannes Burckard, Paris, Tallandier, 2003, p. 130-133.

11 Yvonne Labande-Mailfert, Charles VIII. Le vouloir et la destinée, Paris, Fayard, 1986, p. 214.

12 Daniel Weinstein, Savonarola e Firenze : profezia e patriotismo nel Rinascimento, Bologne, 1976.

13 Lettre patente, op.cit., p. 130.

14 Annales impériales d’Eginhard, Gesta Karoli Magni metrica (fin IXe s.), la Chronique du pseudo-Turpin (Gilles de Paris en 1200) et la Chanson de Roland de Vinsauf.

15 Léon Gautier (éd.), La Chanson de Roland, Tours, A. Mame, 1872.

16 Ernst Kantorowicz, Mourir pour la patrie… op.cit., p. 121.

17 Colette Beaune, « La notion de nation en France au Moyen Âge », Communications, n° 45, Paris, Éd. du Seuil, 1987, p. 112.

18 Colette Beaune, La Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 324-325.

19 Ibid., p. 327.

20 Symphorien Champier, Les Gestes ensemble la vie du preulx chevalier Bayard, présenté par Denis Crouzet, Paris, Imprimerie nationale, 1992, p. 232.

21 La Très joyeuse et très plaisante histoire composée par le Loyal serviteur des faits, gestes, triomphes et prouesses du bonchevalier sans paour et sans reproche, le Gentil seigneur Bayart dont humaines louenges sont espandues par toute la chrestienté, [Paris, Galliot du Pré, 1527], dans J.-A.-C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’Histoire de France, Paris, Plon, 1875, p. 53.

22 Denis Crouzet, « Désir de mort », art.cit., p. 427.

23 Ibid.

24 José A. Godoy et Silvio Leydi, Parures triomphales : le maniérisme dans l’art de l’armure italienne, Exposition du Musée Rath, Genève, 2003.

25 BnF, cabinet des estampes, série N.

26 Sous l’égide de Mars, armures des princes d’Europe, catalogue d’exposition organisée par le musée de l’Armée à Paris du 16 mars au 26 juin 2010, Paris, Musée de l’Armée, 2010, p. 119.

27 Pierre Choinet, Le Livre des trois âges, édition critique de Lydwine Scordia, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2009.

28 Frédéric Duval, « Le Livre des commentaires Cesar sur le fait des batailles de Gaule par Robert Gaguin (1485) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 13 spécial | 2006, [En ligne]. URL : http://crm.revues.org//856.

29 BnF, ms français 1392 : Robert Gaguin, Les commentaires de la Guerre des Gaules.

30 Ibid., f.1 v.

31 BnF, ms français 1194.

32 Colette Beaune, La naissance de la nation … op.cit., p. 329.

33 Pierre Gringore, La vie de Monseigneur saint Louis dans Œuvres complètes de Pierre Gringore réunies par MM. Ch. D’Héricualt et A. de Montaiglon, Paris, P. Daffis, vol. 2, 1877. et Nicole Hochner, « Pierre Gringore : une satire à la solde du pouvoir ? », dans Fifteenth-Century Studies, année 2001, volume 26, pp. 102-120. Article édité en ligne sur Cour de France.fr le 1er septembre 2008 (http://cour-de-france.fr/article495.html).

34 Il était fréquent de mettre en parallèle Louise de Savoie et Blanche de Castille : voir le ms fr. 2830 de la BnF, « Les gestes de la roine Blanche, mère de sainct Louis, roy de France » adressé à Louise de Savoie.

35 Ibid.

36 N. Tommaseo (éd.), Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au XVIe siècle, t. 1, Paris, 1838, p. 283.

37 Lucien Romier, La Carrière d’un favori. Jacques d’Albon de Saint-André, maréchal de France (1512-1562), Paris, Perrin, 1909, p. 15.

38 Ibid.

39 N. Tommaseo, op.cit., p. 281.

40 Ibid., p. 371.

41 Archivio di Stato di Mantova, Gonzaga, Busta 645 : je me permets de renvoyer à mon article sur Louis de Gonzague, « Vivre et mourir à l’ombre de Sa Majesté. Louis de Gonzague, futur duc de Nevers, à la petite cour des Enfants de France », dans C. Bouneau et C. Le Mao (dir.), Jeunesses(s) et élites. Des rapports paradoxaux en Europe de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 281-293.

42 Yvonne Labande-Mailfert, op.cit., p. 19.

43 BnF, ms français 2831, f.183 v.

44 Pierre Choinet, op.cit., p. 155-156.

45 Ibid., p. 155.

46 BnF, ms français 306.

47 N. Tommaseo, op.cit., p. 287.

48 Lucien Romier, op.cit., p. 17 : BnF, ms français 3054, f. 41.

49 Mémoires de Messire Martin du Bellay, dans J.-A.-C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Pilon, 1875, p. 660.

50 BnF, ms français 3035, f.71 r.

51 Ibid.

52 BnF, ms français 3130, f.100 r.

53 Bernard de Girard, seigneur du Haillan, Histoire générale des Roys de France contenant les choses mémorables..., Paris, Sébastien Cramoisy, tome 1, 1615, préface.

54 François de Rabutin, Commentaires sur le faict des dernières guerres en la Gaule Belgique, entre Henry second, treschrestien Roy de France, et Charles cinquieme, Empereur, Paris, Michel de Vascosan, 1555.

55 Henri Lemonnier, Henri II, la lutte contre la Maison d’Autriche 1519-1559, Paris, Tallandier, 1983 (1907), p. 172.

56 Rabutin, op.cit., f.25 r.

57 Ibid., f.29v.

58 Nicole Hochner, op.cit., p. 22.

59 Rabutin, op.cit., f. 29 v.

60 Ibid.

61 Ibid., Livre V, f. 10 v.

62 Ibid., f. 18 r.

63 La Très joyeuse et très plaisante histoire … de Bayard … op.cit., p. 112.

64 Alphonse de Ruble (éd.), Commentaires et lettres de Blaise de Monluc, maréchal de France, t. 1, Paris, 1864, p. 241-253

65 Ibid., p. 243.

66 Ibid., p. 245.

67 Ibid., p. 252-253.

68 Denis Crouzet, « Mourir en Milanais », art.cit., p. 181.

69 François Cornilliat, « De la « diversité des espritz » à la « clere verrine de raison ». La persuasion dans Le Panegyric du Chevalier sans reproche », dans Jennifer Britnell et Nathalie Dauvois (dir.), Jean Bouchet, traverseur des voies périlleuses, 1476-1557, Actes du colloque de Poitiers, 30-31 août 2001, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 150.

70 Ibid., p. 157.

71 Ibid., p. 165.

72 Francis Decrue de Stoutz, Anne de Montmorency, connétable et pair de France sous les rois Henri II, François et Charles IX, Paris, Plon, 1889, p. 471.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvène Edouard, « Le roi chevalier en France au XVIe siècle. Construction et vocation du modèle », Chrétiens et sociétés, Numéro spécial II | -1, 33-60.

Référence électronique

Sylvène Edouard, « Le roi chevalier en France au XVIe siècle. Construction et vocation du modèle », Chrétiens et sociétés [En ligne], Numéro spécial II | 2013, mis en ligne le 25 février 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3466 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3466

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org