Navigation – Plan du site

Numéro spécial II | 2013
La vocation du Prince

L’engagement entre devoir et vouloir (XVIe – XVIIe siècles)
Sous la direction de Sylvène Edouard

Qu’est-ce que la vocation à l’aube de l’époque moderne ? Issu du verbe vocare, le substantif latin vocatio signifie « appel ». Aussi la vocation a-t-elle pour sens premier l’appel à accomplir la volonté divine. Mais loin de s’intéresser à l’appel aux ordres ou à la vie religieuse, ce volume entend considérer plus généralement la vocation comme la destination d’une personne, ici le prince, ou encore l’inclination pour un état ou une profession, ce que Max Weber assimilait à un « dévouement » dans le domaine politique. Le prince, par son caractère d’élu, est animé par une vocation dont la finalité n’est ainsi pas exclusivement celle d’accomplir une mission divine. Se mêlent la part de l’être déterminé par son devenir – et préparé à cela – et celle de la volonté propre qui donne sa marque à cette vocation à laquelle il ne doit pas être possible d’échapper.

  • Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org