Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Aylward Shorter, Les Pères blancs au temps de la conquête coloniale ; histoire des Missionnaires d’Afrique 1892-1914, Paris, Karthala, collection Mémoire d’Églises, 2011, 347 p.

Jean-Michel Vasquez

Texte intégral

1Ce livre est le fruit de deux années de recherches menées dans les archives de la Société des missionnaires d’Afrique et enrichies par l’expérience de trente ans d’enseignement en Afrique orientale. L’auteur, Aylward Shorter, comble un vide en relatant l’historique des débuts de sa société, précisément de la mort de son fondateur, le Cardinal Lavigerie, en 1892, jusqu’à la première guerre mondiale. Dans un contexte de compétition coloniale, le nouveau Supérieur Léon Livinhac est confronté à un triple défi : continuer l’œuvre d’évangélisation au Sahara, au Soudan et dans la région des grands Lacs ; s’adapter aux nouvelles exigences des autorités coloniales, arrivées pourtant après les missionnaires ; assurer le succès de la Société en développant dans un contexte d’exacerbation nationale son internationalité, garantie évidente de son maintien auprès des puissances coloniales. Et l’engagement se livre sur deux terrains : sur place, les missionnaires et leur vicaire apostolique doivent composer avec les chefs locaux et les représentants de l’autorité coloniale dans l’intérêt de la mission ; ainsi pour doter les vicariats de l’Afrique orientale sous autorité allemande, on préférera par exemple envoyer des prêtres alsaciens, germanophones. En Europe ensuite, le Supérieur doit maintenir la confiance des gouvernements et veiller à l’image de sa Société auprès des opinions publiques respectives ; Livinhac n’hésite pas à se rendre à Londres pour rassurer les Britanniques des intentions de ses missionnaires français déployés en Ouganda, suspectés d’anti-anglicanisme et de préférence nationale. Le Père Joseph-Roger de Benoist avait déjà étudié les rapports subtils entre Église et pouvoir colonial durant cette période à propos du Soudan. Aylward Shorter dépasse l’étude de cas pour nous offrir une vue panoramique sur toutes les missions des Pères Blancs en Afrique, selon un va-et-vient entre la direction de la Société, uniformisante et centralisée, et la situation de chaque mission, forcément insolite et en recherche permanente d’équilibre. En compulsant vingt ans d’archives, qu’elles soient imprimées dans les Chroniques trimestrielles ou figurées dans les chapitres généraux – quatre entre 1892 et 1914 – l’auteur livre un point de vue inédit sur cette période mal connue de la Société qui contribua à installer l’Église catholique dans près de douze pays d’Afrique.

2L’ouvrage suit une approche thématique développée sur six chapitres. Le premier est sans doute mal titré : censé évoquer « l’héritage de Lavigerie », il dresse plutôt la situation désastreuse de la Société au moment où le Supérieur Livinhac la prend en main. Mais le cadre est posé et les difficultés sont autant européennes – crise anticléricale en France- qu’africaines – crise en Ouganda. Le chapitre suivant aborde la question des missions face au déferlement colonial ; chaque mission est présentée selon ses caractères propres et surtout à travers l’action de son vicaire apostolique : Mgr Toulotte au Soudan, Hachte en Ouganda, Hirth au Kivu, Lechaptois au Tanganyka... En leur rendant hommage, l’auteur insiste sur les progrès accomplis, qu’il évalue en dénombrant pour chacun les postes missionnaires créés. Tous ont donné une impulsion décisive à l’évangélisation de l’Afrique.

3Le troisième chapitre développe l’action menée par les Pères blancs contre l’esclavage, sans exagération et en toute objectivité. Le lecteur appréciera particulièrement la présentation critique des orphelinats et villages de liberté. Parce que ces expériences visent à protéger les populations de l’esclavage, elles imposent un respect évident auprès du public, ce qui justifie leur omniprésence dans tous les écrits édifiants de l’histoire des missions catholiques. Mais ici, l’auteur revient sur leur ambiguïté : les missionnaires en rachetant des enfants contribuent à alimenter le mal qu’ils combattent, passant parfois pour des concurrents auprès des esclavagistes. Quant aux esclaves libérés, ils restent des déracinés, différents des cultures locales et sans expérience de la vie de famille ; au Soudan, certains villages de liberté servaient de main d’œuvre à l’autorité coloniale. Avec le même souci d’exactitude, l’auteur revient sur les auxiliaires armés : chargés d’accom-pagner les célèbres caravanes vers l’Afrique centrale, ils incarnaient l’armée catholique que Lavigerie souhaitait pour protéger les missions. Mais l’expérience fut un échec. Tout comme la dérive de Mgr Roelens qui prétendait installer un État théocratique sur les rives du lac Tanganyka à Beaudouinville.

4Les chapitres 4 et 6 éclairent davantage les succès des Pères Blancs, notamment en matière d’apostolat. Les consignes de Lavigerie sont étudiées à la lumière de leur adaptation dans chaque mission, notamment à propos des catéchistes. Une large place est consacrée à quelques portraits : Adrian Atiman, Joseph Gatchi, Charles Feraghit... ont incarné le mot d’ordre de la Société : « transformer l’Afrique par les Africains », car ils ont aussi suivi une formation médicale pour constituer un corps de docteurs-catéchistes : porter l’Evangile et soigner. Le soin et la place apportés à ces biographies trahit la fierté qu’ont pu éprouver les missionnaires en formant ces jeunes gens. Le même état d’esprit se ressent à la lecture du dernier chapitre sur l’action éducative de la mission : décisive au cours de ces premières années, elle fut souvent une réponse à la demande des chefs locaux et tolérées par les pouvoirs coloniaux, alors incapables d’en proposer une de substitution. L’ouvrage se clôt naturellement sur la transmission, évidente et nécessaire, de l’apostolat des Pères blancs à l’Église d’Afrique, même si le processus dépasse les limites chronologiques que s’est fixées l’auteur : l’ordination des prêtres africains était selon lui « un temps de vérité pour la mission, un test décisif de la foi », que les Pères blancs ont passé avec succès.

5Pourtant, ce n’est sans doute pas l’exposé de l’action humaniste, religieuse ou éducative que préfèrera le lecteur. C’est plutôt le quatrième chapitre qui retiendra son attention, celui où « l’Afrique réinvente l’Église », d’après son titre autant séduisant qu’ambitieux. Aylward Shorter analyse au départ les a priori partagés par les missionnaires européens – « l’afro-pessimisme » – avant d’expliquer pourquoi leur jugement devait être révisé. À propos de nombreuses pratiques comme la circoncision, il montre que les Pères blancs ne sont pas parvenus à les empêcher, et furent forcés d’abandonner leur intransigeance. En définitive, s’ils ne purent aller à l’encontre de certaines pratiques, ils gagnèrent en retour « l’amour vrai et la compréhension authentique de peuples africains ». Ils contribuèrent selon lui à inventer une Église nouvelle et propre à l’Afrique, tracée par les Africains eux-mêmes : « l’Afrique avait gagné ».

6L’intérêt principal de cet ouvrage, en plus de traiter une période méconnue de l’histoire des Pères blancs, réside dans sa nature : il est une synthèse sur l’action de la Société et ses manifestations dans les missions. Le va-et-vient entre l’Europe et l’Afrique est permanent, permettant au lecteur de suivre sur le sol africain l’évolution de chaque mission sans perdre le point de vue panoramique de la direction. Cet ouvrage s’adresse donc au plus grand nombre, aussi bien au chercheur qui peut l’utiliser facilement, à l’aide d’un index fort de 250 entrées, qu’au néophyte qui veut comprendre la mission catholique en Afrique. Le texte adopte une posture moderne car il aborde courageusement et sans détour les interrogations qu’a suscitées la présence missionnaire en Afrique. Enfin, 24 photographies en pages centrales rendent hommage aux figures qui ont assuré cette « transmission », des Pères blancs à l’Église locale. C’est sans conteste une pièce de choix à la belle collection dirigée par Paul Coulon sur l’histoire du fait missionnaire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Aylward Shorter, Les Pères blancs au temps de la conquête coloniale ; histoire des Missionnaires d’Afrique 1892-1914, Paris, Karthala, collection Mémoire d’Églises, 2011, 347 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3381

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org