Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Corinne Marchal et Manuel Tramaux (dir.), Le miracle de Faverney (1608). L’eucharistie : environnement et temps de l’histoire. Actes du colloque de Faverney (9 et 10 mai 2008), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté (n° 878), 2010, 509 p.

Paul Chopelin

Texte intégral

1Le 24 mai 1608, veille de la Pentecôte, les moines de l’abbaye bénédictine de Faverney, au nord de la Franche-Comté, préparent leur église pour la fête du lendemain. Sur un reposoir, installé près de la grille du chœur, le prieur dépose un reliquaire-ostensoir. Pendant la nuit, un moine venu sonner les mâtines court avertir ses frères que le reposoir est en feu. Alors que les religieux s’apprêtent à déblayer les décombres encore fumants, un novice aperçoit l’ostensoir – intact – en suspension dans les airs, à l’endroit précis où il avait été déposé avant que le reposoir ne brûle. Toute la communauté vient constater le miracle. Dans la journée, des habitants des environs, de plus en plus nombreux, se pressent pour voir le prodige, tandis que des capucins de la ville voisine de Vesoul sont requis pour témoigner de la scène. Le lendemain, des paroisses entières arrivent en procession à l’église, les messes se succèdent, jusqu’à ce que, vers 10h, l’ostensoir se mette lentement à redescendre sur le sol. Les deux hosties qu’il contenait sont retrouvées intactes. Un rapport est adressé à l’archevêque de Besançon, Ferdinand de Rye, qui ordonne une enquête. 54 témoins oculaires sont entendus dans les jours qui suivent, tandis que la nouvelle se propage en Franche-Comté et dans les marges occidentales de l’Empire. Le 10 juillet, l’archevêque, convaincu de son authenticité, publie le miracle. L’une des deux hosties est conservée à Faverney, tandis que l’autre est envoyée à Dole, dans la Sainte-Chapelle de la collégiale Notre-Dame. L’abbatiale devient dès lors un lieu de pèlerinage très fréquenté. Deux siècles et demi plus tard, en 1864, Rome finit à son tour par reconnaître le miracle eucharistique grâce à l’intervention de l’archevêque de Besançon de l’époque, Mgr Mathieu.

2À partir du cas de Faverney, les actes de ce colloque entendent proposer une réflexion d’ensemble sur le culte eucharistique en Europe occidentale de l’époque médiévale à nos jours. Le pari est réussi, car le lecteur dispose à la fois d’une captivante enquête d’histoire locale et d’une série d’articles qui mettent en perspective les événements de 1608 dans le temps long du miraculaire catholique.

3Anne Wagner commence ainsi par expliquer comment les miracles eucharistiques médiévaux, entre le ixe et le xiiie siècles, viennent accréditer le dogme de la transsubstantiation qui se diffuse alors dans toute l’Europe chrétienne. Au même titre que les reliques des saints, ces miracles possèdent une fonction d’illustration des vérités théologiques, dans un contexte de valorisation spirituelle du clergé paroissial, liée à la réforme grégorienne. En abordant la période qui s’écoule du xiiie au xviie siècle, Bruno Maes explique comment un phénomène essentiellement urbain gagne progressivement les espaces ruraux à partir du xvie siècle. Face au protestantisme, ces miracles constituent des marqueurs de l’identité catholique dans les zones de marge et de frontière confessionnelle. Plusieurs études de cas viennent ensuite éclairer ces deux synthèses. Delphine Lannaud présente le miracle de Blanot, en Bourgogne, qui voit un pèlerinage se constituer autour d’un linge ensanglanté par une hostie tombée de la bouche d’une communiante le jour de Pâques 1331. Anne Bonzon étudie la fortune hagiographique et historiographique d’un récit de miracle eucharistique survenu dans le village de Marseille-en-Beauvaisis en 1532. Ces deux premiers cas montrent bien l’importance de l’érudition ecclésiastique du xixe siècle dans la réactivation des dévotions eucharistiques locales. Dominique Dinet évoque quant à elle le cas dijonnais à l’époque moderne et le rôle joué par les confréries de la ville. Deux articles viennent ensuite inscrire le miracle de Faverney dans les dévotions eucharistiques propres au diocèse de Besançon : Laurence Delobette se penche sur les legs de calices à la fin du Moyen âge et Nicole Brocard sur la dévotion aux reliques de la Passion dans les hôpitaux. Louis Châtellier, quant à lui, resitue le miracle de Faverney dans son siècle. Si, au même titre que le culte de la Vierge, le Saint-Sacrement est au cœur de l’identité catholique en tant que manifestation quotidienne et absolue de l’amour divin, les miracles eucharistiques apparaissent également comme un moyen de décrédibiliser le discours critique des protestants et des savants. Ce que montre d’ailleurs très bien Philippe Martin dans l’évocation de la procession du Saint-Sacrement de Metz en 1607, que le cistercien André de Hem présente comme un acte d’union avec Dieu, prouvant la justesse de la cause catholique, au moment où le Saint-Empire est agité par de nouveaux troubles religieux.

4Les articles qui suivent se penchent plus particulièrement sur le cas de Faverney. Après un récit des circonstances exactes du miracle par Maurice Gresset, Paul Delsalle décrit le bourg au début du xviie siècle, dans un environnement rude, où le surnaturel occupe une grande place. Jacques Gélis explique justement comment l’abbatiale de Faverney a déjà été le théâtre de prodiges dans la seconde moitié du xvie siècle, en tant que sanctuaire à répit : les parents d’enfants morts-nés viennent en effet en pèlerinage devant la statue de Notre-Dame la Blanche afin qu’une résurrection temporaire permette de baptiser le défunt. Le miracle eucharistique survient donc dans un environnement particulièrement favorable, comme le montrent également Aurore Darnet dans son étude des pratiques religieuses dans les paroisses du doyenné de Faverney, ainsi qu’Henri Moreau dans son portrait de l’archevêque Ferdinand de Rye et de son intérêt tout tridentin pour la liturgie eucharistique. Corinne Marchal et Dominique Varry étudient quant eux le rôle joué par les congrégations des bénédictins de Saint-Vanne et des Frères mineurs capucins dans la diffusion du récit du miracle de 1608. Les supports de la dévotion retiennent plus particulièrement l’attention d’Albrecht Burckardt, qui analyse un corpus d’occasionnels du xviie siècle relatif à l’événement, tandis que Marie-Christine Gomez-Géraud s’appuie sur des recueils d’exempla de la même période pour montrer à la fois la spécificité du miracle de Faverney et sa parfaite conformité théologique à l’esprit tridentin. En poursuivant cette recherche jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle, Manuel Tramaux décrit l’évolution des interprétations du miracle, leur tonalité antiprotestante, très prégnante jusqu’à la Première Guerre mondiale, s’efface totalement à partir des années 1950, dans le cadre du développement de l’œcuménisme et du dialogue interconfessionnel. Avec Vatican II, le miracle est réorienté vers la notion de signe au détriment de la notion de preuve.

5Au cours de la Révolution, si l’hostie de Dole est détruite en 1793, celle de Faverney est conservée, ce qui, aux yeux de Danièle Pingué, démontre l’attachement profond des populations locales aux dévotions traditionnelles, dans une terre pourtant plutôt acquise au régime républicain. Il n’y a donc pas eu de réactivation proprement dite de la dévotion au xixe siècle, mais plutôt un recadrage ecclésial, avec l’instauration d’un office particulier par Mgr Mathieu, initiative liturgique qu’étudie Vincent Petit. Christian Sorrel se penche sur le Congrès eucharistique national réuni à Faverney du 20 au 24 mai 1908, à l’occasion du tricentenaire du miracle : trois ans après la séparation de l’Église et de l’État, les organisateurs font le lien entre la menace passée, celle du protestantisme, et le danger contemporain de l’irréligion. Enfin, Laurent Ducerf révèle la profonde désaffection que subit le pèlerinage au cours des années 1960. À partir de 1998, le diocèse de Besançon s’efforce de le relancer, en lui conférant un sens nouveau, marqué par l’œcuménisme. Loin de sortir de l’histoire, Faverney devient « un laboratoire pour la reformulation de la dévotion eucharistique », avec la volonté d’œuvrer à la réconciliation confessionnelle entre catholiques et protestants.

6Le volume se termine par un précieux état des sources et de la bibliographie réalisé par Manuel Tramaux. Un ensemble de textes annexés aux articles (en particulier ceux édités par Bernard de Vrégille p. 435-448), de cartes, de tableaux et d’images (voir notamment la contribution de Pierre Bergier consacrée spécifiquement à l’iconographie du miracle) viennent compléter la documentation de ce très riche et passionnant volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Corinne Marchal et Manuel Tramaux (dir.), Le miracle de Faverney (1608). L’eucharistie : environnement et temps de l’histoire. Actes du colloque de Faverney (9 et 10 mai 2008), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté (n° 878), 2010, 509 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3376

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org