Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

La Beaumelle, Deux Traités sur la tolérance. L’Asiatique tolérant (1748). Requête des protestants français au roi (1763), édition critique par Hubert Bost, Paris, Honoré Champion, 2012, 544 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Cet ouvrage présente deux traités qui forment des jalons importants dans l’histoire de la tolérance des protestants français. L’introduction présente l’auteur, le contexte de ces écrits et leur étude critique.

2Laurent Angliviel de La Beaumelle (1726-1773), né en Cévennes dans une famille protestante, éduqué dans un collège catholique à Alès, a été bon catholique, puis déiste, avant de retourner à la foi familiale. Il fait des études de théologie à Genève, puis devient précepteur au Danemark. C’est là qu’il publie L’Asiatique tolérant. Traité à l’usage de Zeokinisul, roi des Kofirans, surnommé le Chéri, récit exotique utilisant des anagrammes à l’exemple de Crébillon (le traité est dédié à Louis XV, dit le Bien-Aimé, roi des Français) pour déplorer la tyrannie imposée par Emor (Rome) alors qu’elle se réclame de la religion de Riskesusi (Jésus-Christ) qui n’est qu’amour pour le prochain. C’est un véritable petit traité sur la tolérance, écrit alors que se termine la guerre de Succession d’Autriche et qu’une nouvelle persécution des protestants est à craindre. On y trouve peu d’arguments originaux, La Beaumelle s’inspirant beaucoup de Roques, de Bayle surtout dont il reprend la défense des droits de la conscience errante, et d’Elie Benoist dont il recopie de larges extraits.

3Quinze ans plus tard, La Beaumelle rédige un nouveau traité, resté inachevé et jamais publié jusqu’ici. Il l’envisageait comme un texte envoyé par le synode national des églises réformées de 1763 au souverain afin de rétablir la liberté religieuse ou au moins d’obtenir une certaine tolérance. Le synode finit par y renoncer, et le traité, pourtant presque terminé, ne sera jamais complété. Il s’agit là d’un vaste ouvrage abordant de nombreux sujets avec une ample érudition (même si beaucoup de textes sont de seconde main, provenant en fait souvent d’auteurs protestants et en particulier de Bayle) : il retrace les persécutions subies par les protestants, précise les droits du souverain sur la conscience de ses sujets, développe tous les arguments religieux, philosophiques et historiques en faveur de la tolérance, puis fait un procès implacable de l’intolérance… pas forcément très habile, car il amène son auteur à une critique féroce de l’Église catholique et de la politique de Louis XIV. Il termine par un tableau des conséquences de la révocation de l’édit de Nantes, dont il considère qu’il a ruiné la France et enrichi les pays étrangers, nourrissant largement une légende qui a marqué l’historiographie jusqu’aux travaux de Scoville, dans les années 1960. L’intérêt du texte est de donner à peu près tous les arguments en cours à l’époque en faveur de la tolérance.

4La publication de ces deux textes est donc particulièrement bien venue. Les notes, abondantes, éclairent bien les difficultés de ces écrits et donnent toutes les références des ouvrages cités par La Beaumelle (et les citations exactes quand, comme c’est souvent le cas, il se contente de les paraphraser ou de les résumer). Les coquilles et erreurs sont rarissimes. Déplorons tout de même l’avant-dernière note (n° 1006 !) qui traite du célibat ecclésiastique alors que le texte parle du célibat des soldats… Mais ce n’est rien par rapport à l’érudition dont a fait preuve l’éditeur de ces textes, qu’il faut remercier pour sa contribution à l’histoire de la pensée du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « La Beaumelle, Deux Traités sur la tolérance. L’Asiatique tolérant (1748). Requête des protestants français au roi (1763), édition critique par Hubert Bost, Paris, Honoré Champion, 2012, 544 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 22 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3371

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org