Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Delphine Debons, L’assistance spirituelle aux prisonniers de guerre. Un aspect de l’action humanitaire durant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions du Cerf, 2012, 452 p. (préface de François Cochet).

Étienne Fouilloux

Texte intégral

1Ce livre, qui reprend l’essentiel d’une thèse de doctorat, traite un angle mort de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale d’un point de vue neuf, car résolument comparatif : les prisonniers des Alliés comme ceux du Troisième Reich ; les prisonniers des diverses confessions chrétiennes comme ceux des autres religions. Une telle volonté d’ouverture est toutefois limitée par les sources accessibles : bien moins nombreux, les musulmans de l’armée française ou les hindous de l’armée britannique sont plus difficiles à atteindre. Elle est limitée surtout par l’attitude des différents pays belligérants vis-à-vis de la convention qui a fixé, à Genève en 1929, le droit du prisonnier de guerre. Delphine Debons exclut de l’épure les ressortissants des belligérants qui ne l’ont pas signée : URSS et Japon notamment, voire États-Unis d’Amérique. Or on sait que les prisonniers russes dans le Grand Reich et les prisonniers allemands en Russie soviétique ont été traités comme les déportés des camps de concentration et non selon le droit de la guerre : tout secours spirituel leur est interdit. Précaire est aussi le sort des soldats italiens vus par les Allemands comme des traîtres après le retrait de leur pays du conflit en 1943. Quant au Japon impérial, il considère les prisonniers comme des lâches qui auraient mieux fait de se suicider plutôt que de se rendre.

2À l’intérieur du cadre ainsi défini, l’enquête a été menée avec une rigueur et un soin qui méritent d’être relevés : Delphine Debons a visité tous les dépôts d’archives accessibles, à Genève, à Paris, à Rome, à Fribourg, à Berlin ou près de Londres. Elle en a tiré une étude documentée qui fera date. On en veut pour preuve notamment la précision des références de bas de pages ou le luxe des annexes (glossaire des termes religieux, notices biographiques sur des personnages méconnus, deux index). Elle passe en revue successivement, pour la période comprise entre 1939 et 1948, date des derniers rapatriements de prisonniers allemands : le droit du prisonnier à une assistance spirituelle tel qu’il est défini par la convention de 1929 ; l’organisation de cette assistance par trois pôles, neutre (Comité international de la Croix-Rouge) ou confessionnels (missions catholiques et missions anglo-protestantes autour du Conseil œcuménique des Églises en formation) ; l’attitude des États détenteurs de prisonniers (Allemagne, France et Grande-Bretagne principalement) ; enfin les activités spirituelles au sein des camps et leurs effets sur la population captive.

3Plusieurs des résultats de l’enquête présentent un intérêt certain. Le triangle associatif sur lequel repose pour l’essentiel l’aide fonctionne le plus souvent de façon harmonieuse et complémentaire. Mais les frictions ne manquent pas non plus : entre les missions confessionnelles et le CICR, qui ne les voit pas toujours d’un bon oeil intervenir dans un champ où il veut préserver son rôle privilégié ; entre missions confessionnelles, les catholiques craignant parfois le dynamisme de l’YMCA à une époque où l’œcuménisme est encore en devenir. Sur l’attitude des États, l’enseignement majeur est qu’il n’y a pas de différence de nature entre celle du Troisième Reich et celle des Alliés. Malgré l’existence de multiples signes de discrimination, le premier ne soumet pas complètement les camps de prisonniers à son idéologie raciste : souvent regroupés, les prisonniers d’origine juive y survivent dans les mêmes conditions que leurs camarades, rudes mais sans commune mesure avec celles des camps de déportation et d’extermination. Quant aux Britanniques, ils empêchent tout comme les Allemands que l’aide spirituelle aux prisonniers soit utilisée contre leur effort de guerre par ces derniers ; ils refusent donc l’immixtion dans les camps de civils allemands libres, ministres des cultes notamment, du moins jusqu’à la fin de la guerre : à partir de 1945, Anglais et Français facilitent au contraire l’encadrement spirituel des prisonniers allemands (camps séminaires de Chartres ou de Norton). La variable temps est en effet essentielle : l’aide spirituelle ne peut vraiment se mettre en place que dans une troisième phase, celle des camps stables (ordonnance allemande du 12 mai 1941 par exemple) ; et plus facilement dans les camps d’officiers, qui ne sont pas soumis au travail, que dans les camps de soldats ou dans les commandos agricoles et industriels. Au moment de la reddition, puis de l’improvisation consécutive, vu les effectifs concernés en 1940 comme en 1944-1945, l’aide spirituelle est autrement délicate. Sur ses résultats, Delphine Debons nuance fortement l’optimisme de commande des autorités religieuses, catholiques plus que protestantes, quant au coup de fouet spirituel qu’aurait représenté la captivité pour ceux qui y ont été soumis. Après un repli initial sur les consolations de la foi, la ferveur baisse et ne concerne plus qu’une faible minorité noyée au mieux dans une masse indifférente… comme dans la population masculine des pays d’origine. Un tel réalisme ne doit cependant pas occulter des germes apostoliques et missionnaires qui nourriront les Églises après la libération. En dépit des limites indiquées, le travail de Delphine Debons fera date : on ne pourra plus étudier l’histoire religieuse de la Seconde Guerre mondiale ni celle de l’humanitaire en temps de guerre sans en tenir compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Delphine Debons, L’assistance spirituelle aux prisonniers de guerre. Un aspect de l’action humanitaire durant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions du Cerf, 2012, 452 p. (préface de François Cochet). », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 12 juin 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3369

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

RESEA – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org