Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Matthieu Brejon de Lavergnée et Olivier Tort (dir.), L’union du Trône et de l’Autel ? Politique et religion sous la Restauration, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Roland Mousnier (59), 2012, 252 p.

Paul Chopelin

Texte intégral

1La Restauration fait l’objet, depuis le début des années 2000, d’un profond renouvellement historiographique, dont témoignent le grand nombre de travaux universitaires parus récemment sur cette période. Mais il manquait encore une publication spécifiquement consacrée aux questions religieuses, lacune que vient heureusement combler cet ouvrage collectif, fruit d’une journée d’études organisée à l’Institut de France le 26 septembre 2008.

2Dans un article introductif, Jacques-Olivier Boudon offre justement une très utile synthèse historiographique, recensant toutes les études parues ces dernières années sur la Restauration, les mettant soigneusement en perspective, avant d’évoquer les pistes suivies jusqu’ici dans le champ de l’histoire religieuse. Une bibliographie spécifique, en fin de volume, complète son propos. Une première série d’articles aborde ensuite la question de la gestion du culte. Jean-Pierre Moisset démontre que « le régime s’est donné les moyens de sa politique religieuse » : l’État a accordé une grande attention au financement de l’Église catholique, notamment pour assurer la dignité matérielle du clergé paroissial, afin d’asseoir sa notabilité locale, même si de nombreuses disparités de statut demeurent. Les pasteurs protestants bénéficient de la même manière du soutien financier d’un régime qui s’inscrit ici dans la continuité napoléonienne. Mais continuité également dans la discrimination : le culte israélite ne reçoit toujours aucun financement public, même si, à partir de 1828, des rapports commencent à préconiser une intervention de l’État en vue d’améliorer la formation des rabbins. Nadine Gastaldi souligne ainsi comment l’administration des cultes a soutenu la création de l’École rabbinique de Metz en 1829, étape décisive dans la complète intégration du judaïsme dans le système concordataire. Rémy Hême de Lacotte revient quant à lui sur les circonstances de la création du ministère des Affaires ecclésiastiques (26 août 1824), replacée dans le contexte politique de l’influence grandissante du « parti religieux » à la Chambre. Le roi entend également régler par ce moyen les conflits de juridiction, de plus en plus fréquents au début des années 1820, entre la Grande Aumônerie et les évêques. Mais si l’État semble accroître son influence directe sur l’Église, les évêques retrouvent en réalité une plus grande autonomie dans la gestion de leur personnel ecclésiastique diocésain.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux conflits de mémoire dans une Église qui doit assumer le double héritage de l’Ancien Régime et de la Révolution. Cette tension est parfaitement visible, selon Thibaut Trétout, dans les messes du Saint-Esprit, célébrées au début des assemblées électorales ou des sessions parlementaires. Si elles prennent pour modèle la grande messe du 4 mai 1789, célébrée dans l’église Saint-Louis de Versailles à la veille de l’ouverture des États généraux, elles ont également pour fonction de mettre en scène, non sans controverses, la nouvelle hiérarchie des pouvoirs dans la monarchie constitutionnelle. Emmanuel Fureix révèle de son côté toute l’ambivalence des cérémonies anniversaires du 21 janvier : aux services expiatoires encadrés par les ultras et destinés à mettre en garde l’opinion contre le poison des « mauvaises doctrines », s’opposent des célébrations plus consensuelles, où le sang du roi doit servir de ciment à la réconciliation nationale. Réconciliation troublée par les multiples surgissements de faux Louis XVII à partir de 1815. Paul Airiau explique comment les plus renommés d’entre eux, Naundorff et Richemont, appuient volontiers leurs revendications politiques sur un discours messianique annonçant un nouvel âge d’or, contrairement aux prétendants éphémères, qui restent exclus des réseaux de sociabilité du prophétisme monarchique se mettant en place à cette époque. En fin connaisseur de l’œuvre de Chateaubriand, Jean-Paul Clément propose une réflexion sur les conceptions ecclésiologiques de l’auteur du Génie du Christianisme sous la Restauration. Il plaide pour un renforcement du pouvoir de l’Église dans l’État, sans que celle-ci ne devienne pour autant un simple auxiliaire du pouvoir monarchique : le clergé doit contribuer au progrès moral général de la société française, sans intervenir dans le débat politique. L’impossibilité de résoudre l’aporie d’une Église d’Etat détachée du politique le conduit, après la Révolution de 1830, à adopter un point de vue de plus en plus désabusé sur la marche des affaires ecclésiastiques du royaume.

4La troisième partie, « peser sur le présent », entend étudier les relations entre le pouvoir royal et les milieux chrétiens. Si certains souhaitent exercer une influence sur la société pour imposer leur vision du monde, d’autres s’en tiennent à une prudente soumission, sans s’engager outre mesure dans la sphère politique. Les sermons protestants de 1814-1815, étudiés par Pierre-Yves Kirschleger, démontrent ainsi que les pasteurs s’adaptent très facilement au changement de régime. Sans accabler Napoléon, qu’ils glorifiaient encore quelques mois plus tôt, ils louent avec chaleur les mérites du nouveau souverain, « Louis le Désiré », dont le pouvoir est légitimé par le sacrifice christique de son frère Louis XVI. Matthieu Brejon de Lavergnée nous fait ensuite pénétrer dans l’univers des étudiants royalistes parisiens, qui se réunissent sur la colline Sainte-Geneviève, place de l’Estrapade, dans les locaux de la Société des Bonnes Études. Ils viennent y lire la bonne presse, tout en suivant des conférences de droit, d’histoire, de littérature et de philosophie. Ils retrouvent également en ces lieux des mentors plus âgés, membres de la Congrégation de Paris, qui les aident à construire leur carrière. L’influence de ce cercle s’étiole progressivement à partir de 1827, au moment du réveil étudiant en faveur des idées libérales et anticléricales. Dans un article qui offre un utile complément à celui de Jean-Pierre Moisset, Olivier Tort examine les usages du thème de la misère matérielle du clergé dans la rhétorique parlementaire. Il démontre très bien comment ces discours ont pu servir de moyen de pression sur le gouvernement pour obtenir une augmentation du budget du culte, sans toujours réussir à convaincre des députés de plus en plus hostiles à l’augmentation de la pression fiscale : « Il y a aussi des pauvres parmi les contribuables ! » s’exclame ainsi Dupin aîné à l’issue d’un débat sur la revalorisation des traitements ecclésiastiques. Dans le sillage de ses propres travaux ainsi que de la thèse d’Emmanuel de Waresquiel, Séverine Blenner-Michel nous fait découvrir le groupe des évêques siégeant à la Chambre des Pairs. Loin de se cantonner à un rôle de simples figurants, ils agissent en parlementaires consciencieux, prenant régulièrement la parole pour défendre les intérêts de la couronne et de l’Église. Fidèles aux Bourbons, ils sont exclus dès août 1830 de la nouvelle Chambre des Pairs mise en place par Louis-Philippe.

5En achevant la lecture de ce stimulant volume, force est de constater que « le Trône et l’Autel » n’ont jamais vraiment été aussi unis que voulaient bien le laisser croire les gravures satiriques de l’époque. Un très riche cahier iconographique – malheureusement sans article spécifiquement lié – montre en effet comment les caricaturistes libéraux des années 1820-1830 ont volontiers croqué le clergé catholique en auxiliaire fidèle et zélé d’un régime rétrograde, quand il ne manipule pas un roi imbécile, réduit à l’état d’âne ou de girafe. Les contributions réunies ici prouvent le contraire : le souverain et l’Église avaient autant d’intérêts communs que de profonds points de désaccord, tant sur le plan politique que spirituel. Sans aller jusqu’à qualifier le clergé catholique de force d’opposition sous la Restauration, il faut reconnaître qu’il resta, à l’égard de la monarchie bourbonienne, un allié pour le moins indiscipliné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Matthieu Brejon de Lavergnée et Olivier Tort (dir.), L’union du Trône et de l’Autel ? Politique et religion sous la Restauration, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. Roland Mousnier (59), 2012, 252 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3368

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org