Navigation – Plan du site
Médecine et religion

Des réformés au chevet de leurs coreligionnaires : l’Infirmerie protestante de Lyon (1844-1970)

Emmanuel Jaussoin
p. 155-203

Résumés

Les causes de l’ouverture d’une infirmerie protestante à Lyon au milieu du XIXe siècle, en 1844 précisément, sont multiples. La volonté première des fondateurs est d’offrir à leurs coreligionnaires une alternative à l’hôpital public jugé tantôt trop catholique, tantôt trop impersonnel et déshumanisé. Par là même, ils ont profité d’un contexte politique plus favorable pour gagner un terrain, celui de la médecine, traditionnellement occupé par les catholiques. Cette motivation confessionnelle se double d’une préoccupation sociale tout aussi déterminante. Les fondateurs, largement inspirés du mouvement du Réveil, qui les a d’ailleurs conduits à rompre avec l’Église réformée officielle, ont voulu répondre à la souffrance des plus démunis, dans le cas lyonnais principalement celle des ouvriers en soie, sans perdre l’espoir de susciter des conversions. L’Infirmerie protestante est donc créée par des notables qui trouvent ainsi le moyen de s’acquitter de leur devoir social. En ce sens, les administrateurs et actionnaires de l’établissement au XXe siècle apparaissent comme les dignes héritiers de leurs devanciers tant admirés, toujours protestants, souvent bourgeois et parfois très engagés. Ils ont aussi gardé le pragmatisme propre à cette œuvre singulière, soucieux de répondre aux besoins évolutifs de leurs contemporains, quitte à s’éloigner du modèle originel. L’Infirmerie protestante de Lyon accueille ainsi rapidement des malades ni protestants ni indigents, et ses dirigeants sont vite confrontés à des exigences plus prosaïques, techniques et économiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Lyon

Chronologie :

Milieu du XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

De nombreux motifs d’ouverture

  • 1 Josette Barre, La colline de la Croix-Rousse, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1992, (...)
  • 2 Pour reprendre la célèbre expression de l’historien Jules Michelet.
  • 3 Josette Barre, op. cit., p. 51-52.
  • 4 Olivier Faure, Les Français et leur médecine au xixe siècle, Paris, Belin, 1993, p. 81.
  • 5 Id. La médicalisation de la société dans la région lyonnaise au xixe siècle, thèse d’État, 1989, p. (...)

1En 1844, des chrétiens réformés évangéliques de Lyon prennent l’initiative de créer « une sorte de dispensaire », un asile pour venir en aide à leurs coreligionnaires les plus démunis. Le 1er octobre de cette même année, l’Infirmerie protestante évangélique de Lyon ouvre ses portes dans un appartement situé sur le versant oriental de la Croix-Rousse, au 2 rue des Fantasques. Le choix de cette commune, encore indépendante de Lyon jusqu’au décret impérial de mars 1852, n’est sans doute pas dû au hasard, la Croix-Rousse étant louée à l’époque par les médecins pour sa qualité d’air et sa salubrité. Ainsi le docteur Dubouchet conclut-il sa thèse de 1821 par ces mots : « Ce simple exposé suffit pour déterminer la préférence que sous les rapports de l’hygiène, l’on doit accorder aux constructions de la Croix-Rousse sur celles des Brotteaux1 ». Les avantages thérapeutiques de la « colline qui travaille2 », à l’abri des crues et des inondations, semblent alors évidents, et d’autant plus intéressants qu’ils coïncident avec une disponibilité en terrains constructibles. En effet, la Révolution a mis un terme à l’occupation d’une grande partie des pentes par les communautés religieuses, avec pour effet une libération importante de terrains à des prix inférieurs à ceux de la ville de Lyon3. Enfin, l’élection du site s’explique par le contexte démographique et social lyonnais du début du xixe siècle, marqué par un nouvel essor de la soierie et la venue en masse de travailleurs des villages voisins de la Bresse, des Dombes, du Dauphiné et de la Savoie. Beaucoup de ces ouvriers, séduits par des taxes d’entrée sur les marchandises inférieures à celles de la ville intra-muros ainsi que par la politique paternaliste de la municipalité faubourienne qui prend à sa charge la totalité de certains impôts, s’installent à la Croix-Rousse. La création de l’Infirmerie protestante s’inscrit dans une période d’apogée du christianisme social, mouvement théologique qui se développe après la Révolution française et qui veut apporter une solution concrète à la misère que la révolution industrielle a fait naître dans les villes. Les notables ont vu dans la création d’œuvres charitables l’occasion de « modifier les relations entre les classes et de rétablir la concorde sociale, rêve permanent des élites au xixe siècle4 ». Cette localisation est d’autant plus pertinente qu’elle vient combler un manque évident de structures sanitaires, la municipalité croix-roussienne ayant dû renoncer à deux reprises, en 1825 et en 1841, à ouvrir un asile pour indigents, faute de donations suffisantes5.

  • 6 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées : deux siècle (...)
  • 7 Centenaire de l’Infirmerie protestante, éd. Infirmerie protestante, 1985, p. 5.

2Comme souvent en matière hospitalière, l’initiative privée est donc venue compléter sinon se substituer à l’offre publique. L’Infirmerie protestante, ouverte grâce à des dons individuels, est à replacer dans un contexte de renouveau de la charité privée au xixe siècle, que la Révolution avait tenté de supplanter par l’assistance en nationalisant les établissements hospitaliers. On assiste ainsi tout au long du siècle à un impressionnant investissement religieux dans le domaine de la santé, se traduisant par l’ouverture de maints asiles et hôpitaux confessionnels6, d’abord destinés aux laissés pour compte de la société. Les fondateurs de l’Infirmerie s’inscrivent pleinement dans ce mouvement puisque leur intention était à l’origine de s’adresser aux malades indigents, « le grand principe de la maison étant de pouvoir soigner gratuitement les nécessiteux7 ». Les sources se font volontiers hagiographiques lorsqu’il s’agit d’évoquer « les nobles inspirations des fondateurs et le programme de compassion fraternelle et de sage thérapeutique » qu’ils ont voulu réaliser.

  • 8 Émile G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, Tome 3 : Déclin et renouveau (xviiie-xxe siè (...)
  • 9 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées..., op. cit.

3La spécificité de cette maison de santé est de s’adresser d’abord aux protestants lyonnais. Elle reçoit comme premiers hospitalisés des femmes indigentes réformées venues des diverses communautés de Lyon. La volonté des fondateurs est d’offrir à leurs coreligionnaires une alternative à l’hôpital public jugé trop catholique, où les malades protestants se sentent l’objet de « vexations et d’oppressions en tout genre » : « Nos frères de l’église évangélique ont eu plus d’une fois à gémir à la vue du déplorable état des malades non catholiques obligés d’entrer dans l’Hôtel-Dieu ». Le but est ainsi d’éviter aux dissidents de la religion dominante de subir le prosélytisme et les pressions qu’exerceraient les religieuses catholiques des Hospices civils. Au-delà de cette seule raison, la création de l’Infirmerie protestante prend place dans une période de Réveil du protestantisme8, marquée par une floraison d’œuvres concernant la médecine, la bienfaisance ou l’éducation. Entre 1839 et 1844, pas moins de cinq maisons de santé protestantes s’ouvrent en France, à Marseille, Nîmes, Montauban, Paris et Lyon9. La création de ces structures permet au protestantisme d’affirmer son existence et sa spécificité dans une Monarchie de Juillet qui se montre plus favorable aux réformés et où le catholicisme n’est plus « religion d’État ». Pour les protestants, il s’agit d’investir des domaines (médecine, bienfaisance…) occupés tradition-nellement par l’Église catholique, de défier la religion dominante sur son propre terrain. À Lyon, l’Infirmerie protestante a d’ailleurs plusieurs décennies d’avance sur ses homologues catholiques, à savoir les hôpitaux confessionnels Saint-Luc (1869) et Saint-Joseph (1894).

  • 10 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Paris (...)
  • 11 Catherine Pellissier « Les notables protestants lyonnais au xixe siècle », Bulletin de la Société d (...)

4Les maisons protestantes sont aussi les premières à utiliser le thème de l’hôpital familial et à taille humaine. Les fondateurs de l’Infirmerie veulent ainsi ouvrir un « home accueillant », un « abri familial » évitant aux malades « les tristesses d’un séjour à l’hôpital », « la transplantation loin de leur foyer », « la promiscuité avec des inconnus au hasard des grandes salles des hôpitaux ». Ces propos illustrent les critiques adressées tout au long du xixe siècle à l’hôpital10, décrit comme un lieu pathogène et de démoralisation, décrié pour sa taille, sa vétusté, son coût. Le discours prononcé lors de l’inauguration de la nouvelle Infirmerie en 1884 par le docteur Louis Lortet (1836-1909), célèbre protestant lyonnais et doyen de la Faculté de médecine11, résume dans un style emphatique ces considérations :

Cet isolement forcé au milieu de la multitude a quelque chose d’affreusement triste, je dirai même d’effrayant, la nuit surtout, lorsqu’au chagrin causé par la séparation d’avec une famille aimée, viennent se joindre les cauchemars de la fièvre nocturne. Combien de mourants j’ai vu se désoler de partir ainsi seuls, et que de fois pendant mon internat dans les hôpitaux, n’ai-je pas été appelé par des malades qui me suppliaient de rester un instant auprès d’eux, de leur donner la main pour les encourager, pour les aider à mourir. Voilà une des raisons – et ce n’est pas la moins importante – pour laquelle nous voulons, nous autres protestants, de petits hôpitaux, où la direction soit non administrative, mais maternelle, où les malades soient connus par leur nom, où l’on sache ce qu’ils font, d’où ils viennent, où ils vont et où des soins affectueux et de bonnes paroles puissent contribuer, souvent autant que les remèdes, à hâter la guérison des uns, et à consoler au moins ceux que la mort viendra chercher.

  • 12 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit., p (...)

5L’Infirmerie protestante est présentée comme la réalisation parfaite d’un juste compromis entre l’hôpital et le soin à domicile, parée de toutes les vertus à l’époque. Ce modèle du petit hôpital, souvent baptisé infirmerie, vient du monde protestant évangélique et en particulier du tout proche canton de Vaud où s’ouvrent dix-sept infirmeries de ce type entre 1842 et 187812.

  • 13 Christopher Lawrence, George Weisz, Greater than the parts, holism in biomedicine (1920-1950), Oxfo (...)

6Cet idéal d’établissement voulu par les fondateurs nourrit les rapports de leurs successeurs tout au long du xxe siècle, alors même que ces derniers sont confrontés à une technicisation et à une spécialisation toujours plus grande de l’art médical. Il ne s’agit pas selon eux de devenir des « idolâtres de la technique », mais d’utiliser cette technique comme un moyen pour améliorer le bien-être du malade, en y ajoutant toujours un « supplément d’âme ». Cette méfiance vis-à-vis d’une médecine ultra-technicienne et déshumanisée rejoint les préoccupations de nombreux scientifiques de l’entre-deux-guerres, partisans d’un « humanisme médical » et d’une médecine holistique13. À l’Infirmerie, on se félicite du fait que les malades n’y soient pas admis « comme de simples numéros, mais comme des personnes ». Le thème de l’hôpital familial reste ainsi un des arguments essentiels de l’hospitalisation privée pour justifier sa nécessité ou affirmer sa supériorité.

Les fondateurs de l’Infirmerie protestante de Lyon et leurs héritiers

  • 14 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit.
  • 15 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 232.
  • 16 André Encreve, Les protestants en France, de 1800 à nos jours, Paris, éd. Stock, 1985, p. 63.
  • 17 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 273.
  • 18 Marianne Carbonnier-Burkard, Patrick Cabanel, Une histoire des protestants en France (xvie-xxe sièc (...)
  • 19 Josette Barre, La colline de la Croix-Rousse..., op. cit., p. 59.
  • 20 Émile G. Leonard, Histoire générale..., p. 248.
  • 21 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 388.

7La création de l’Infirmerie protestante émerge d’un groupe de protestants de la Paroisse des Terreaux, alors rue de l’Arbre Sec, appartenant à l’Église libre évangélique de Lyon, église dissidente de l’Église réformée officielle. Son premier chef fut Adolphe Monod (1802-1856), fils du pasteur Jean Monod (1765-1836), qui fit ses études à Genève et se convertit aux idées du Réveil. Nommé pasteur à Lyon en 1827, il se fait rapidement remarquer par l’intransigeance de ses opinions doctrinales et entre en conflit avec la majorité libérale du consistoire14. Le jeune pasteur se laisse emporter par son éloquence et assène à un auditoire mal préparé ses grands sermons, reprochant notamment aux industriels de sa paroisse d’avoir « abusé des besoins du pauvre et de la faiblesse de l’enfance15 ». Il va même jusqu’à refuser de donner la Cène à la Pentecôte 1831, souhaitant, à l’image de certains revivalistes très minoritaires, que seuls soient autorisés à communier les fidèles que leur pasteur jugerait aptes16. Le consistoire en profite pour demander sa destitution en 1832. Adolphe Monod constitue alors une Église réformée évangélique, indépendante de l’Église officielle jusqu’en 1938. L’Église évangélique de Lyon connaît d’ailleurs une réussite notable puisque entre 1844 et 1855, elle attire 396 catholiques et 92 protestants17. Le succès croissant du mouvement revivaliste ou évangélique conduit de nombreux protestants à vouloir vivre plus ouvertement leur foi18, notamment par la création d’œuvres. La fondation de l’Infirmerie apparaît véritablement comme un fruit du Réveil. Les fidèles d’Adolphe Monod auraient suivi les prêches enflammés et les conseils de leur pasteur demandant une plus grande justice sociale, notamment à l’égard des ouvriers qui ne manquent pas dans le quartier. De 1811 à 1847, la Croix-Rousse passe de 3 900 à 29 000 habitants19, croissance démographique due essentiellement à l’arrivée des travailleurs de la soie. Pour les notables évangéliques, s’installer à la Croix-Rousse était s’implanter au plus près des couches populaires et de la misère sociale, laquelle s’était particulièrement manifestée lors des deux révoltes sanglantes des canuts de 1831 et 1834. L’aspect philanthropique du projet s’accompagne d’une volonté de susciter des conversions parmi la population ouvrière, comme le reconnaît ouvertement le successeur d’Adolphe Monod à la tête de l’Église libre de Lyon, Georges Fisch : « La classe de la population dans laquelle nous avons le plus libre accès, ce sont les ouvriers en soie, classe en général malheureuse et humiliée par la souffrance20 ». D’ailleurs, le protestantisme lyonnais n’en est pas à sa première expérience en matière de fondation d’œuvres. Tout au long du xixe siècle, se multiplient les institutions protestantes de bienfaisance où les membres de la bonne société peuvent déployer leur zèle évangélique21, comme le premier orphelinat de filles qui s’ouvrit à Lyon en 1817 sous le patronage de la Société des Orphelines de l’Église réformée de Lyon.

  • 22 Sur les pasteurs évoqués dans l’article et sauf mention contraire les informations sont puisées dan (...)
  • 23 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme…, op. cit., p. 68.

8Plus précisément, trois femmes sont à l’origine de l’initiative, Mmes Evesques, Poy et l’épouse de Georges Fisch (1814-1881) pasteur de la paroisse des Terreaux jusqu’en 185522. Ce sont elles qui organisent des visites, des consultations, des séances de pansement et qui décident d’installer huit lits dans un appartement de canuts destinés aux femmes malades, « y compris les accouchées ». L’année de son ouverture, en 1844, l’Infirmerie reçoit 30 malades. Très vite, l’activité de maternité est abandonnée, faute d’un service viable et moderne, faute aussi sûrement de compétences médicales solides de la part des dames d’œuvre, à une époque où même les médecins ont des réticences à pratiquer les accouchements23. En 1862, la clientèle devient mixte : aux huit lits de femmes s’ajoutent quatre lits pour hommes. La figure de femmes émues par la misère des personnes de leur sexe se retrouve à l’origine de nombreuses maisons de santé protestantes. C’est le cas à Marseille avec Mme Favier qui décide en 1839 d’ouvrir une infirmerie protestante à son domicile pour secourir les femmes malades et démunies. La bienfaisance féminine a donc été, ici comme souvent, un moteur dans la réalisation d’œuvres.

  • 24 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 390.
  • 25 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit.
  • 26 Ibid.

9Ces débuts modestes s’étoffent et s’institutionnalisent rapidement. Dès 1881, la direction supérieure de l’Infirmerie est confiée à un comité mixte composé à nombre égal de membres de l’Église réformée et de l’Église évangélique24. L’Infirmerie protestante n’est donc plus seulement l’œuvre des réformés dissidents, mais celle de toute la communauté protestante lyonnaise. En 1882, est fondée une Société civile pour faire face à la nécessité de s’agrandir et de rassembler des capitaux, laquelle est transformée en 1889 en Société anonyme par actions. Cette décision semble s’inspirer des pratiques anglo-saxonnes comme celle de la five percent philanthropy qui consiste à associer capitalisme et bienfaisance25. Le capital finance les œuvres charitables tout en rapportant des dividendes. Cette modification des statuts permet un changement de site. En 1884, un nouvel établissement de 40 lits est ouvert cours des Chartreux (futur cours Général Giraud), toujours dans le 1er arrondissement de Lyon. En 1943, les administrateurs utilisent la loi de 1901 pour créer une association hospitalière gérant la clinique et dispensée du paiement des impôts. La Société anonyme devient une Société civile immobilière de 250 000 francs répartis en 2 500 actions de 100 francs qui est propriétaire de tous les terrains et bâtiments loués à l’Association. La différence entre la Société et l’Association est purement formelle et juridique car les mêmes personnes siègent dans les conseils d’administration des deux structures. Autrement dit, les administrateurs se versent à eux-mêmes un loyer. Il y a là un réel enchevêtrement entre le but lucratif représenté par la société civile et le but philanthropique incarné par l’association. Cette organisation tout à fait originale des maisons de santé protestantes a largement servi de laboratoire à l’ensemble de l’hospitalisation privée26.

  • 27 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 382-383.
  • 28 Jean-François Zorn, Roland de Pury, théologien protestant non conformiste en son siècle, Paris, Oli (...)
  • 29 André Encrevé (dir.), Les protestants, Dictionnaire..., op. cit., p. 52-53.

10L’étude des administrateurs au xxe siècle, choisis parmi les actionnaires, montre que le caractère protestant de l’œuvre est toujours aussi prégnant. Le conseil d’administration de la société immobilière en 1965 se compose de dix personnes toutes protestantes, huit hommes et deux femmes, qui sont pour la plupart des notables lyonnais reconnus. Le président, Raymond Morin, est banquier, ce qui confirme au passage les interconnections nombreuses entre banque et protestantisme depuis le xixe siècle à Lyon27. Parmi les autres membres, quatre industriels sont mentionnés, parmi lesquels Jacques Rinck, appartenant à la célèbre famille de brasseurs lyonnais, et Pierre Lombard, travaillant dans une filiale de Rhône-Poulenc. Ces industriels concilient parfois leur activité professionnelle avec des responsabilités au sein de leur communauté religieuse : c’est le cas de John Kinsmen dont on apprend qu’il est trésorier de l’Église réformée de France. Un expert-comptable et surtout deux pasteurs, Roland de Pury (1907-1979) et Daniel Atger (1923-1988) complètent la liste des administrateurs masculins et montrent que la direction de la clinique n’est pas seulement confiée à des notables conventionnels. Tous les deux sont en effet des personnalités engagées, courageuses et bien peu conformistes. Roland de Pury, disciple de Karl Barth ose, le 14 juillet 1940, prononcer un sermon qui dénonce le nazisme, le régime de Pétain et la collaboration. Cachant des Juifs, il est arrêté par la Gestapo le 30 mai 1943 et ne doit qu’à sa qualité de citoyen suisse d’être échangé contre des espions allemands détenus par la Confédération. Revenu à Lyon, il s’engage contre le colonialisme et dénonce la torture pratiquée en Algérie.28 La figure de Daniel Atger n’est pas moins originale. Aumônier du maquis du Vercors, pasteur du bastion protestant de Dieulefit avant d’être nommé à Lyon, pionnier de l’œcuménisme, président de la Cimade (Comité d’intervention auprès des évacués), il ne correspond guère au profil attendu d’un administrateur d’œuvre charitable29. Quant aux deux femmes, Mmes Mayor et Perrot-Boissier, pour qui aucune activité professionnelle n’est mentionnée, elles représentent les dames charitables qui soutiennent l’œuvre depuis son commencement, lesquelles héritent d’une place réduite au sein du conseil de direction. Ces personnes sont visiblement soudées par une foi commune et une piété sans faille, les comptes-rendus d’assemblées générales étant souvent ponctués de références religieuses, lorsque ce n’est pas la séance elle-même qui s’ouvre par la prière. Le conseil d’administration est d’ailleurs présenté comme le principal gardien et garant du maintien de la tradition léguée par les « devanciers », les dirigeants rappelant sans cesse que « l’esprit qui animait ceux qui ont fondé le modeste asile en 1844 anime ceux qui ont la responsabilité de cet hôpital et qui travaillent pour Jésus-Christ dans ses malades ». En outre, les institutions de bienfaisance protestantes comme l’Infirmerie sont indéniablement des lieux de sociabilité et des facteurs de cohésion pour la communauté protestante lyonnaise. On est de toute évidence en présence de personnes qui se connaissent, se côtoient et s’apprécient, comme le montrent les invitations à déjeuner du président, les lettres de remerciement pour telle ou telle manifestation de sympathie, les annonces de décès d’anciens administrateurs...

  • 30 Sur les origines de la fortune des Cambefort et Morin-Pons, Pierre Cayez, Serge Chassagne, Les patr (...)
  • 31 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 377.

11L’analyse élargie aux actionnaires confirme cette imprégnation protestante forte. En 1969, sur les 2 500 actions émises par la société immobilière, 1 106 sont la propriété de l’Association des Amis des œuvres protestantes du Sud-Est, 314 sont possédées par l’Association cultuelle de l’Église réformée de Lyon et 130 par l’Église évangélique luthérienne, soit plus de 60 % du total des actions. Parmi les actionnaires individuels, les patronymes des grandes familles protestantes dominent. À Lyon, on retrouve les Cambefort, vieille famille de banquiers et commissionnaires en soierie, les Morin-Pons, dynastie banquière, les Lombard et les Roman30, ou encore la famille parisienne des Monod qui s’illustre par ses pasteurs et ses intellectuels. Certains actionnaires appartiennent à la fine fleur du protestantisme local ou national. La diversité des origines géographique des actionnaires s’accentue d’ailleurs entre 1949 et 1969. 80 % des actionnaires particuliers habitent Lyon et ses environs en 1949 alors qu’ils ne sont plus que 51 % en 1969. Les autres sont domiciliés à Paris, dans les Alpes-Maritimes (Nice, Menton), le Var (Hyères, Sanary-sur-Mer), l’Ardèche (Les Ollières-sur-Eyrieux), le Gard (Saint-Jean-du-Gard), la Drôme (Dieulefit) et même en Suisse (Orbe dans le canton de Vaud), autrement dit tout à la fois dans des fiefs protestants et dans les résidences favorites de l’élite de la fortune, Paris et la Côte d’Azur. Quant à leur origine sociale, les adresses indiquent que la plupart des actionnaires appartiennent à la bonne bourgeoisie protestante. Pour les habitants du Rhône, beaucoup résident dans le vie arrondissement de Lyon, le xvie local ou dans les aristocratiques Monts-d’or ; les actionnaires parisiens sont souvent domiciliés dans les viie, viiie et xvie arrondissements, quartiers de la haute bourgeoisie. La réponse cinglante faite par une actionnaire parisienne de l’avenue Montaigne dont le nom n’était pas précédé d’un « Madame » de courtoisie suffit à prouver le rang des destinataires : « La prochaine fois que le ou la secrétaire, chargé de l’envoi des pouvoirs, me l’adresse comme si j’étais « une femme de ménage », je le mettrai au panier à papier. Je n’admets pas un tel manque d’éducation ». Il semble bien qu’on soit en présence du type, courant à l’époque, de la grande bourgeoisie protestante, « à la fois opulente, pieuse et bienfaisante31 », qui trouve dans cette œuvre un moyen de s’acquitter de son devoir social, sans en attendre de bénéfices, la Société immobilière ne distribuant pas de dividendes. Les correspondances montrent un attachement personnel des actionnaires à l’Infirmerie, l’un d’eux rappelant le rôle joué par sa mère comme présidente du Comité des dames au moment de la guerre de 1914, un autre évoquant ce que ses « vénérés beaux-parents y ont mis de leur cœur et de leur dévouement ». L’Infirmerie protestante est souvent une affaire de famille.

Les relais de la tradition protestante

12Les administrateurs peuvent compter sur différents acteurs autour et au sein même de l’établissement pour faire vivre « l’esprit de la Maison ».

  • 32 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Sœur de charité ou diaconesse ? La confessionnalisation des soins (...)
  • 33 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, P (...)
  • 34 Olivier Faure (dir.), « Les femmes soignantes (xviiie-xxe siècle) », Bulletin du Centre Pierre Léon (...)

13En premier lieu viennent les diaconesses de Berne, présentes dès l’ouverture de la nouvelle Infirmerie en 1884 en remplacement des dames visiteuses de l’Église libre, sans doute débordées par l’afflux des demandes et moins compétentes en matière médicale. Ces diaconesses constituent les équivalentes protestantes de sœurs de charité32, capables de soigner les âmes autant que les corps. Les maisons de diaconesses apparaissent d’abord en Allemagne à Kaiserwerth (près de Düsseldorf) en 1836 et s’organisent sur un modèle très proche du modèle congréganiste. Même si des maisons de diaconesses s’ouvrent à Paris (rue de Reuilly) en 1841 et à Strasbourg en 1842, on fait appel à la maison-mère de Berne en Suisse pour envoyer des diaconesses à Lyon, ce qui renforce encore les liens entre protestantisme lyonnais et suisse. Celles-ci fournissent le personnel de service et de direction de l’Infirmerie jusqu’en 1969. Ce personnel présente l’avantage d’être peu rémunéré : en 1955, les administrateurs considèrent que la maison de Berne leur fait annuellement un don de plus de cinq millions de francs en consacrant dix diaconesses à l’Infirmerie. Les religieuses sont également reconnues pour leur stabilité au sein de l’établissement, certaines y exerçant plus de quarante ans. Elles sont louées pour leur dévouement, leur bonté, lieux communs dans la description de l’infirmière idéale au xxe siècle33, mais également pour leurs « capacités techniques », qui pourraient expliquer leur longévité au sein d’une clinique largement engagée dans un processus de modernisation de ses installations. Les religieuses et diaconesses « représentent à l’évidence une professionnalisation favorable à la constitution et à la diffusion d’un savoir et d’une pratique technique34 ». Les administrateurs en font les principales responsables de l’atmosphère « de paix, de sérénité, d’amour » qui envelopperait les malades ainsi que de la bonne réputation dont jouirait l’hôpital.

  • 35 Sabine Rousseau « La vocation religieuse féminine dans les années 1960-1970 : crise collective, iti (...)
  • 36 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques..., op. cit., p. 55.
  • 37 André Encrevé, Les protestants, Dictionnaire..., op. cit., p. 511-513.
  • 38 Sur Victor Rivet et Henri Dunand-Garnier les sites : huguenots.free.fr/ france/lyon/pasteurs/ et ht (...)

14C’est en réalité pour l’ensemble du personnel qu’une préférence aux personnes protestantes est donnée. Confronté au déclin irrémédiable du nombre de diaconesses à l’Infirmerie à partir de 1955, passant de dix à cette date à deux en 1964, en lien avec les difficultés de recrutement de la maison-mère dans un contexte de crise des vocations religieuses féminines35, le Conseil d’administration demande qu’un « effort de propagande » soit fait auprès des jeunes filles protestantes pour les encourager à devenir infirmières. Cette volonté de privilégier des infirmières protestantes pourrait renvoyer à la peur des infirmières laïques soupçonnées d’être « vénales, cupides, en un mot mercenaires et donc incapables de dévouement intrinsèque aux religieuses36 ». Le critère religieux prévaut également dans le recrutement des médecins. Ainsi en 1953, à propos d’un jeune chirurgien candidat à exercer à l’Infirmerie, les administrateurs notent-ils que « sa religion, ses titres, sa compétence, sa personnalité » plaident en sa faveur. À leurs yeux, « ou bien l’Infirmerie modifie l’état d’esprit dans lequel elle travaille pour être tournée exclusivement vers une fin financière dans le seul bénéfice des médecins », ou bien elle cherche à « s’entourer de médecins ou chirurgiens au mieux protestants, à défaut catholiques », pour poursuivre son développement tout en restant une institution charitable. Le soupçon de cupidité semble donc peser également sur les médecins non chrétiens. Les dirigeants ne manquent d’ailleurs pas de remercier le corps médico-chirurgical et ses aides qui distribuent leurs soins « avec une vraie charité chrétienne ». Le même constat vaut pour les postes administratifs. En 1943, l’expert-comptable est remplacé par un protestant, de même qu’en 1965, le poste d’économe nouvellement créé est confié à un coreligionnaire. Au lendemain des événements de mai 1968, la fonction de directeur est attribuée au pasteur Charles Westphal (1896-1972), descendant d’une famille de pasteurs, lui aussi engagé dans la Résistance et le sauvetage des Juifs, lui aussi disciple de Karl Barth37 et présentant le profil idéal pour comprendre les contestations. Des pasteurs sont évidemment aussi chargés du service de l’aumônerie protestante attaché à l’Infirmerie, comme Victor Rivet (1872-1949) pasteur à Lyon de 1899 à sa mort qui semble être parallèlement pasteur et aumônier alors que son successeur Henri Durand-Granier (né en 1890) assume à plein temps la fonction d’aumônier de la clinique pendant plus de trente ans de 1926 jusqu’à sa mort à la clinque en 1957, et apporte « le réconfort spirituel » dont les malades ont besoin38.

15L’Infirmerie protestante fédère autour d’elle de nombreux donateurs qui lui apportent leur soutien. La bienfaisance féminine aux origines de l’œuvre perdure au xxe siècle sous la forme d’un Comité des dames. Son activité principale au service de l’établissement est l’organisation d’une vente annuelle, qui s’accompagne parfois d’un dîner, d’une tombola ou d’un spectacle. Les sommes récoltées à cette occasion, entre 25 000 et 30 000 francs par an entre 1935 et 1940, ne sont pas négligeables. Le Comité apporterait aussi une aide morale par des visites auprès des malades. Lors des deux guerres mondiales, les dames charitables participent à l’organisation des secours par le biais de la Croix-Rouge française, institution d’inspiration protestante à laquelle participent plusieurs membres du Comité. En 1939-1940, ce Comité met à la disposition de la Société française de secours aux blessés militaires (SSBM), organe de la Croix-Rouge, vingt-cinq lits militaires de l’Infirmerie sous la direction de Mme Henri Krug, infirmière major. Cette dernière est d’ailleurs intégrée à la fin de la Seconde Guerre mondiale au Conseil d’administration de l’Infirmerie, tout comme Mme Mayor, présidente du Comité des dames. Cette décision officialise les liens étroits existant entre les deux structures. Ces périodes de conflit sont aussi des moments privilégiés de contact et de collaboration entre les dames du comité et les diaconesses de Berne, comme le montrent les correspondances :

  • 39 Lettre adressée à l’Infirmerie par Mme Gérard Monod, Paris, 24 mai 1966.
  • 40 Lettre adressée à l’Infirmerie par Mme Monod Vautier, Paris, 26 juin 1963.

Je vous serais très obligée de m’envoyer l’adresse de sœur Henriette […] ; j’étais très liée avec elle ; nous avons travaillé ensemble pendant toute la guerre 1914-1918 ; j’étais infirmière de la Croix-Rouge à l’Infirmerie39.
Ma mère, Mme Vautier, a été présidente du Comité des dames pendant de longues années et avait organisé l’ambulance au moment de la guerre de 1914 ; elle avait travaillé à l’Infirmerie en intime collaboration avec sœur Lina40.

  • 41 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit.

16On a là un bon exemple d’une sociabilité protestante féminine qui confirme le rôle moteur joué par les bourgeoises protestantes dans le bon fonctionnement de la quasi-totalité des œuvres de bienfaisance. Les protestantes jouissent d’ailleurs dans la sphère caritative de davantage de latitude que leurs homologues catholiques41. Ceci explique aussi que l’on trouve une forte majorité de femmes parmi les donateurs individuels. L’Infirmerie reçoit effectivement de multiples soutiens financiers de la part de la communauté protestante lyonnaise, sous la forme de dons, de legs voire de prêts sans intérêt. Si les dons ne représentent plus 99,3 % des recettes comme lors du premier exercice de 1844-1845, ils restent importants dans l’équilibre des budgets de l’Infirmerie. En 1934, les libéralités représentent 9 % des recettes ordinaires de l’Infirmerie, 5 % en 1939 et encore 3,5 % en 1966. Cette baisse relative cache en réalité une augmentation des dons en valeur absolue tout au long de la période. Les administrateurs n’hésitent d’ailleurs pas à solliciter cette générosité par des « campagnes de propagande », menées dans la presse locale ou par l’édition de brochures spécifiques, lorsque d’importants travaux de réfection, d’agrandissement ou de modernisation s’imposent. En ce sens, les « amis » de l’Infirmerie ont véritablement accompagné sinon permis sa transformation en clinique médico-chirurgicale moderne.

Transformation ou oubli du projet initial ?

17En dépit des discours des dirigeants qui s’inscrivent à l’évidence dans la continuité et rappellent sans cesse le projet des fondateurs, on peut se demander si l’établissement n’a pas très vite dévié du projet originel.

  • 42 André Encreve, Les protestants en France de 1800 à nos jours, op. cit., p. 249.

18Ouverte pour les protestants, l’Infirmerie accueille très tôt des catholiques. Dès 1846, deux ans après son ouverture, la maison de santé reçoit 85 femmes malades dont 23 sont membres de l’Église évangélique de Lyon, 25 protestantes et 37 catholiques (soit plus de 40 %). La tradition d’accueil de malades protestants se maintient au xxe siècle. Ceux-ci constituent 28 % des malades en 1934, 22 % en 1935, 21 % en 1938 et 14 % en 1941. Même si la part des réformés dans le total des hospitalisés diminue de moitié en sept ans seulement, elle reste bien supérieure à leur poids démographique dans la société française42. Ce rôle de l’Infirmerie auprès de la communauté protestante est d’ailleurs inscrit en toutes lettres dans les statuts de l’Association hospitalière créée en 1943, laquelle doit assurer des soins médicaux « aux vieillards protestants des deux sexes, en cas d’infirmité, d’absence ou d’abandon de leur famille », ainsi que « tenir un ou plusieurs lits à la disposition de tout protestant ou société protestante de secours mutuel, de retraite, qui s’engagerait à payer par abonnement annuel ou à forfait une somme fixée par le Conseil d’administration ». Certains protestants démunis sont aussi envoyés à l’Infirmerie par les pasteurs de la ville. Toutefois, après 1941, les comptes-rendus des assemblées générales ne font plus mention du nombre de malades protestants soignés dans l’établissement, signe peut-être d’une baisse qui s’est poursuivie ou d’un critère devenu moins décisif.

  • 43 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit., p. 64.
  • 44 Bernard Bonnici, La politique de santé en France, Paris, PUF, 3ème édition, 2003, p. 7.

19Le même compromis semble s’être opéré concernant la gratuité des soins, l’établissement combinant très rapidement accueil de malades gratuits et de malades payants. Si la plupart des premiers hospitalisés sont indigents, ceux qui peuvent payer le font. Force est de constater que « la frontière souvent établie entre initiative charitable et initiative commerciale n’est pas aussi rigide que prévue43 ». Jusqu’aux années 1950, l’Infirmerie semble avoir plus ou moins maintenu sa mission de bienfaisance, en accueillant toujours des malades soignés gratuitement ou à des tarifs réduits, comme en 1943 où ils représentent un cinquième des hospitalisés. La gratuité totale semble s’exercer exclusivement à l’égard des patients protestants. Les statuts de l’Association prévoient que les dons et legs reçus soient consacrés au soulagement des indigents et au renforcement du caractère charitable de l’établissement. Les soins gratuits représentent encore 14 % de l’activité totale de l’Infirmerie en 1950, 6 % en 1953 mais ne sont plus mentionnés à partir de 1955. Ceci s’explique essentiellement par la création en 1945 de la Sécurité sociale qui étend sa protection à des classes de plus en plus nombreuses de Français. Le système de protection sociale s’est en effet voulu, dès 1945, généreux quant à ses prestations et généralisé à l’ensemble de la population44. Disparaît alors à l’Infirmerie la catégorie des malades soignés gratuitement, que les sœurs appelaient les « Bon Dieu ». Ce mouvement a en réalité été initié avant 1945 puisque dès les années 1930, l’Infirmerie reçoit un nombre croissant d’assurés sociaux, d’accidentés du travail, de malades envoyés par la préfecture ou la mairie de Villeurbanne dans le cadre de l’assistance médicale gratuite, ou par des caisses de prévoyance comme celle de la compagnie PLM (SNCF après 1937). En 1935, 32 % des malades sont envoyés par des organisations d’ensemble, proportion qui atteint 52 % trois ans plus tard, en 1938. La solidarité collective a ainsi rendu moins indispensable la charité individuelle.

20Un constat s’impose nettement après 1945 : la médecine est entrée « en économie ». Les questions financières prennent une place croissante dans les comptes-rendus des assemblées générales qui laissent entrevoir des négociations âpres avec les différents organismes assureurs, la caisse régionale de la Sécurité sociale en tête, pour fixer les tarifs d’hospitalisation. Ceux-ci augmentent d’ailleurs de plus de 400 % entre 1946 et 1951, passant pour les chambres communes de 275 à 1 360 francs. À première vue on pourrait penser que l’Infirmerie protestante profite du contexte économique favorable, celui des Trente Glorieuses, pour augmenter les recettes apportées par les journées d’hospitalisation, qui représentent après 1945 toujours plus de la moitié des recettes totales de l’établissement. Pourtant cette augmentation, accordée par le contrôle des prix est loin de compenser celle des dépenses qui s’envolent sous l’effet d’une inflation galopante. Par ailleurs les dépenses d’exploitation explosent et sont multipliées par dix en francs constants entre 1935 et 1969. Cette hausse est largement due aux dépenses salariales qui représentaient 20 % des dépenses totales en 1942 mais plus de 50 % en 1968. Ceci renvoie à l’augmentation numérique du personnel laïc de l’Infirmerie dans la deuxième moitié du xxe siècle, au fur et à mesure de la réduction du nombre des diaconesses qui ne sont plus que deux au moment où elles quittent définitivement l’établissement en 1969. Au final, on peut se demander si l’Infirmerie n’est pas devenue une entreprise commerciale à part entière, soumise aux incontournables questions budgétaires et au souci récurrent de l’équilibre des comptes. C’est du moins le point de vue qui a été adopté par l’administration des contributions directes qui réclame en 1951 les bilans et comptes d’exploitation de la clinique en vue de l’imposition au titre des bénéfices industriels et commerciaux. Si les administrateurs réagissent vivement à cette demande, clamant qu’ « il est antisocial, antimoral et injuste » de considérer une telle œuvre comme une entreprise à but lucratif, elle illustre pourtant bien le tournant que semble avoir pris l’établissement. Au terme d’un véritable feuilleton judiciaire d’une dizaine d’années, le Conseil d’État reconnaît finalement en 1961 le caractère non lucratif de l’Association hospitalière qui enregistre, il est vrai, une majorité d’exercices déficitaires entre 1943 et 1969 (15 contre 12 années bénéficiaires).

  • 45 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques..., op. cit., p. 116.
  • 46 On rappellera que chaque intervention est définie par un certain nombre de K (acte chirurgical) aff (...)

21Si le caractère charitable de l’établissement a perdu de sa réalité, la petite « maison de soins » à l’ambiance si familiale des débuts a également laissé place à une clinique chirurgicale privée. Les administrateurs prennent d’ailleurs conscience de ce changement dans les années 1950, reconnaissant que « certains faits ne correspondent plus à l’esprit de l’Infirmerie protestante » et que le succès du service chirurgical tend à faire de l’établissement « une clinique chirurgicale à clientèle personnelle masquant son caractère charitable ». C’est en réalité la montée en puissance des médecins et chirurgiens, notamment du chirurgien chef Jean de Rougemont, qui alerte les « gardiens de la tradition », lesquels ne veulent pas que « le spécialiste, responsable de sa technique, prenne le pas dans la direction de la Maison sur l’administration représentée par le Conseil ». Preuve du pouvoir croissant du corps médical à l’Infirmerie, les relations avec les diaconesses qui assurent le fonctionnement des services, la réception des malades et la direction intérieure, semblent se tendre. Les administrateurs trouvent en effet « inadmissible que l’autorité des sœurs puisse être à un instant quelconque discutée » et critiquent ouvertement les médecins qui ont utilisé les services de l’Infirmerie sans en référer « à la cheftaine ou à la directrice ». Les médecins et chirurgiens semblent mal supporter le pouvoir des sœurs, peu compatible il est vrai avec « l’idéologie de soumission totale et obligatoire au corps médical qui imprègne manuels d’infirmière et instructions au personnel45 ». Le danger que l’Infirmerie protestante s’aligne sur les cliniques privées commerciales aux mains des praticiens est vivement ressenti, comme lorsque le chirurgien chef introduit un remplaçant sans en avertir la sœur directrice ou le conseil d’administration. Le corps médical n’hésite d’ailleurs pas à faire part à l’administration de ses remarques et revendications par le biais de rapports, comme celui remis en mars 1952 par le chirurgien chef. Il y relève une mauvaise organisation des services, un manque de place et de personnel, un non-respect des normes élémentaires d’hygiène et d’asepsie. Il préconise un agrandissement de l’Infirmerie protestante par la construction de nouveaux bâtiments et une augmentation numérique du personnel. Ces demandes semblent avoir été entendues puisque dès juillet 1952, décision est prise de surélever de trois étages l’immeuble principal de l’hôpital, notamment pour aménager un nouveau bloc opératoire et deux étages de chambre supplémentaires, principalement des chambres à un lit affectées à la chirurgie. Ces travaux, terminés en 1964, portent la capacité hospitalière de l’Infirmerie à 124 lits, alors qu’elle n’était que de 60 lits en 1920. Dans le même temps, les anciens étages sont réhabilités, le matériel est modernisé et le personnel étoffé. Entre 1950 et 1967, le nombre d’infirmières passe ainsi de 7 à 24, les aides-soignantes de 5 à 16, les femmes de service de 7 à 25. La clinique confirme son orientation chirurgicale, avec une moyenne des K opératoires46 qui augmente sensiblement et des spécialités qui font leur apparition dans l’établissement, comme la neurochirurgie (1954) avec le docteur Allègre, la chirurgie vasculaire (1959) autour du professeur Sisteron qui réalise en 1969 les premières greffes de coronaires en France, ou encore la chirurgie réparatrice (1960) avec le docteur André Gate. L’accueil de chirurgiens reconnus assure à l’établissement une activité croissante et un rayonnement important. L’exigence de technicité a occulté l’improvisation des débuts.

Conclusion

  • 47 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit.
  • 48 Patrick Cabanel, Les protestants et la République de 1870 à nos jours, Bruxelles, éd. Complexe, 200 (...)
  • 49 Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1940 à nos jours. Comment la santé est devenue une aff (...)

22L’Infirmerie protestante de Lyon apparaît dès ses premières années d’existence comme une structure tout à fait particulière, à la fois charitable et lucrative, ouverte aux riches et aux pauvres, aux protestants comme aux catholiques. En promouvant le petit établissement puis une médecine humanisée et holistique, les maisons de santé protestantes ont été pionnières en matière de réhabilitation de l’institution hospitalière47. Les fondateurs et leurs héritiers ont pu s’inspirer alternativement du modèle helvétique ou anglo-saxon, fidèles au portrait dressé des protestants à l’époque contemporaine qui « ont été des traducteurs, des importateurs, des passeurs d’idées et d’influences, à un moment crucial de la modernisation de leur pays48 ». Par là même, ils ont assuré la survie de leur établissement, affrontant une concurrence de plus en plus vive dans un contexte de « far-west hospitalier49 » et d’âge d’or des cliniques privées après 1945, répondant aux exigences d’une médecine toujours plus technique et performante et de malades devenus des consommateurs de soins avertis. Néanmoins, l’Infirmerie protestante n’a pas seulement joué un rôle médical et hospitalier et son histoire ne peut se résumer à celle d’une adaptation à un contexte hospitalier qui lui aurait fait perdre toute particularité. Jusqu’à une période très récente (vers 1970), l’Infirmerie a sans doute joué aussi un triple rôle pour la communauté protestante. Elle est d’abord un fort lieu d’identité pour la communauté qui, à des degrés divers, est engagée pour la soutenir et la faire fonctionner. Administrateurs, donateurs, directeurs, médecins et personnel infirmier sont recrutés parmi les protestants, le plus souvent locaux. Par ailleurs, l’Infirmerie est sans doute conçue ou joue le rôle d’une vitrine du protestantisme. Le fait d’y recevoir des catholiques est vraisemblablement une façon de prouver la supériorité protestante. Il ne s’agit pas de montrer seulement la modernité technique du protestantisme mais aussi son ouverture au monde. Après la Seconde guerre mondiale surtout, le soin mis à choisir des pasteurs « progressistes » pour administrer, diriger ou veiller sur la clinique est significatif de l’ouverture au monde des protestants. Il témoigne aussi du fait qu’une clinique de ce type a bien d’autres fonctions que de soigner des malades.

Haut de page

Notes

1 Josette Barre, La colline de la Croix-Rousse, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1992, p. 53.

2 Pour reprendre la célèbre expression de l’historien Jules Michelet.

3 Josette Barre, op. cit., p. 51-52.

4 Olivier Faure, Les Français et leur médecine au xixe siècle, Paris, Belin, 1993, p. 81.

5 Id. La médicalisation de la société dans la région lyonnaise au xixe siècle, thèse d’État, 1989, p. 341.

6 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées : deux siècles de succès, Rennes, PUR, 2012, p. 41-62.

7 Centenaire de l’Infirmerie protestante, éd. Infirmerie protestante, 1985, p. 5.

8 Émile G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, Tome 3 : Déclin et renouveau (xviiie-xxe siècles), Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 403.

9 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées..., op. cit.

10 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Paris, Mutualité française, 1994, p. 23-24.

11 Catherine Pellissier « Les notables protestants lyonnais au xixe siècle », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, Paris, 1994, tome 140, p. 379-407.

12 Olivier Faure, (avec la collaboration de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit., p. 58.

13 Christopher Lawrence, George Weisz, Greater than the parts, holism in biomedicine (1920-1950), Oxford University Press, 1998, p. 135.

14 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit.

15 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 232.

16 André Encreve, Les protestants en France, de 1800 à nos jours, Paris, éd. Stock, 1985, p. 63.

17 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 273.

18 Marianne Carbonnier-Burkard, Patrick Cabanel, Une histoire des protestants en France (xvie-xxe siècles), Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 137.

19 Josette Barre, La colline de la Croix-Rousse..., op. cit., p. 59.

20 Émile G. Leonard, Histoire générale..., p. 248.

21 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 388.

22 Sur les pasteurs évoqués dans l’article et sauf mention contraire les informations sont puisées dans André Encrevé (dir), Les protestants, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, vol. 5, Paris, Beauchesne, 1993, p. 203.

23 Olivier Faure, Dominique Dessertine, La maladie entre libéralisme…, op. cit., p. 68.

24 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 390.

25 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit.

26 Ibid.

27 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit., p. 382-383.

28 Jean-François Zorn, Roland de Pury, théologien protestant non conformiste en son siècle, Paris, Olivetan, 2008.

29 André Encrevé (dir.), Les protestants, Dictionnaire..., op. cit., p. 52-53.

30 Sur les origines de la fortune des Cambefort et Morin-Pons, Pierre Cayez, Serge Chassagne, Les patrons du Second Empire : Lyon et le Lyonnais, Paris, Picard, 2007, p. 140-147 ; 217-222.

31 Émile G. Leonard, Histoire générale..., op. cit., p. 377.

32 Isabelle von Bueltzingsloewen, « Sœur de charité ou diaconesse ? La confessionnalisation des soins aux malades dans l’Allemagne du xixe siècle », in Olivier Faure (dir.), « Les femmes soignantes (xviiie-xxe siècle) », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, Lyon, 1995, n° 2-3, p. 7-20.

33 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, Paris, Science en situation, 1992, p. 53-54.

34 Olivier Faure (dir.), « Les femmes soignantes (xviiie-xxe siècle) », Bulletin du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, Lyon, 1995, n° 2-3, p. 4.

35 Sabine Rousseau « La vocation religieuse féminine dans les années 1960-1970 : crise collective, itinéraires singuliers », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2009, n° 116‑3, p. 125-138.

36 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques..., op. cit., p. 55.

37 André Encrevé, Les protestants, Dictionnaire..., op. cit., p. 511-513.

38 Sur Victor Rivet et Henri Dunand-Garnier les sites : huguenots.free.fr/ france/lyon/pasteurs/ et http//sitepasteurs.free.fr/base/pag191.htm

39 Lettre adressée à l’Infirmerie par Mme Gérard Monod, Paris, 24 mai 1966.

40 Lettre adressée à l’Infirmerie par Mme Monod Vautier, Paris, 26 juin 1963.

41 Catherine Pellissier, « Les notables... », art. cit.

42 André Encreve, Les protestants en France de 1800 à nos jours, op. cit., p. 249.

43 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit., p. 64.

44 Bernard Bonnici, La politique de santé en France, Paris, PUF, 3ème édition, 2003, p. 7.

45 Véronique Leroux-Hugon, Des saintes laïques..., op. cit., p. 116.

46 On rappellera que chaque intervention est définie par un certain nombre de K (acte chirurgical) affectés d’une valeur en francs. Dans l’immédiat après Deuxième Guerre mondiale une appendicite est par exemple cotée 60 K.

47 Olivier Faure, (avec la collab. de Dominique Dessertine), Les cliniques privées…, op. cit.

48 Patrick Cabanel, Les protestants et la République de 1870 à nos jours, Bruxelles, éd. Complexe, 2000, p. 59-60.

49 Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1940 à nos jours. Comment la santé est devenue une affaire d’État, Paris, Dunod, 1986, p. 59.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Jaussoin, « Des réformés au chevet de leurs coreligionnaires : l’Infirmerie protestante de Lyon (1844-1970) », Chrétiens et sociétés, 19 | 2012, 155-203.

Référence électronique

Emmanuel Jaussoin, « Des réformés au chevet de leurs coreligionnaires : l’Infirmerie protestante de Lyon (1844-1970) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3297 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.3297

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jaussoin

LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org