Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique. Science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, coll. Hommes et Sociétés, 2011, 462 p.

Olivier Chatelan
p. 215-217

Texte intégral

  • 1 Sur cette exposition : Olivier Chatelan, « Cartes missionnaires », Vingtième siècle. Revue d’histoi (...)

1Cet ouvrage de quelque 450 pages est la publication d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université Lyon 2 en 2007 sous la direction de Claude Prudhomme. La parution de ce livre s’est accompagnée d’une exposition au Centre de documentation et d’archives missionnaires de Lyon1.

2Le projet du livre part d’une démarche originale qui, en croisant histoire religieuse et géographie humaine, se résume par le postulat suivant : prendre au sérieux la carte missionnaire, trop souvent réduite dans l’historiographie contemporaine de la mission à un simple rôle d’illustration des récits d’évangélisation outre-mer.

3Encore fallait-il définir précisément les contours d’un sujet. La période retenue (1870-1930) est celle durant laquelle une des principales revues spécialisées, les Missions catholiques, a choisi de faire paraître des cartes, soixante années qui correspondent aussi à la mise en place et à l’apogée du mouvement missionnaire en Afrique. Le corpus qui se compose de près de 500 cartes de toutes dimensions est identifié comme genre à part entière, intimement lié à la cartographie coloniale mais s’en s’y réduire, en raison de plusieurs spécificités repérées par l’A. : l’accent porté sur la représentation des hommes plutôt que sur celle des ressources ; le choix des toponymes locaux, qui est à relier à l’échec de ce que l’A. appelle une « catholicisation » des noms de lieux ; un découpage du territoire de la mission qui ne reprend pas nécessairement la catégorisation imposée par l’administration coloniale ; enfin la mise en lumière d’une temporalité propre aux congrégations missionnaires, qui diffère du temps de l’appropriation européenne du continent.

4L’A. développe son argumentation autour de cinq parties qui adoptent chacune un point de vue et une échelle différents sur le corpus retenu. Dans un premier temps, la démonstration porte sur les usages économiques et apologétiques de la carte à des fins de mobilisation du lectorat catholique pour l’effort des missions. La représentation du territoire en voie d’évangélisation constitue en effet une aide précieuse dans l’appel au financement par l’illusion qu’il suscite auprès des fidèles d’une participation à l’extension de la catholicité. Jean-Michel Vasquez propose notamment une étude chiffrée des effets de la carte sur le montant des dons. La deuxième partie est consacrée à la réalisation et aux utilisations de la carte sur le terrain. L’absence de formation cartographique chez la plupart des missionnaires, à l’exception de ceux de Compagnie de Jésus, donne aux cartes produites une grande richesse de contenu qui n’est pas soumise à la validation d’une autorité religieuse ou scientifique. Cette fraîcheur du document, mise à profit par l’A. pour éclairer ce qu’est l’espace du missionnaire en exercice, présente aussi ses limites : la postérité réduite de la cartographie missionnaire, étudiée en fin d’ouvrage (partie V), s’explique entre autres par sa faible reconnaissance auprès de la géographie universitaire ou de l’administration coloniale. Pour l’historien en revanche, la carte sert de révélateur des représentations spatiales du clergé en mission. Plus que l’espace vécu, visible sur peu de documents, ce sont l’espace parcouru et l’espace voulu qui offrent la plus grande source d’informations car les multiples déplacements du missionnaire dans un environnement contraignant et déroutant font l’objet d’une « mise en cartes » bavarde, qui en dit bien davantage que ce qu’elle prétend montrer. Les cartes renseignent également sur les différentes stratégies missionnaires, réelles ou rêvées, et sur la sémiologie graphique utilisée : l’A. montre notamment qu’il n’existe pas de figuré type pour désigner la mission, même si la représentation obéit à quelques constantes : le déni des religions concurrentes (protestante et musulmane), non représentées mais bien présentes ; la mention du nom des ethnies, localisées précisément parce que cibles de l’évangélisation ; la représentation d’un espace en devenir : ici la mention d’un réseau de stations encore inachevé, là une portion du littoral, symbole du lien avec l’Europe et la civilisation, mais relégué dans un coin du cadre et montrant de fait les progrès de l’itinérance missionnaire. C’est que la carte a d’abord une fonction utilitaire : elle prouve les progrès des congrégations auxquelles Rome a confié l’évangélisation, elle fixe des limites sur un espace supposé vierge de toute organisation spatiale antérieure, elle dit l’accomplissement d’un christianisme aux dimensions du monde. Pour les instituts missionnaires aussi (partie III), la carte répond à une demande : celle de revendiquer les territoires explorés, dans le cadre d’une compétition entre congrégations qui est à la fois attisée et régulée par la Congrégation de la Propagande. Enfin, la papauté recherche également les cartes missionnaires (partie IV), comme le prouvent les questionnaires que l’autorité romaine adresse au clergé sur place afin de collecter des données statistiques sur les avancées de l’apostolat en Afrique. Cependant, à l’exception de quelques atlas dirigés par des spécialistes comme le jésuite Werner dans les années 1880 ou le père Streit au début du XXe s., il n’existe pas de cartographie officielle des missions, c’est-à-dire de documents produits par les services de la Curie. L’Exposition vaticane de 1926, qui met en scène l’effort missionnaire, est d’autant plus intéressante : elle donne à voir la façon dont Rome se représente le monde, au centre d’une catholicité aux marges actives, là précisément où les missionnaires travaillent à la diffusion de la foi. Pourtant, l’A. conclut à un échec de cette géographie chrétienne qui n’est pas parvenue à marquer durablement l’espace en raison de multiples résistances : l’emprise coloniale qui impose son vocabulaire et son ordre politique, les mouvements migratoires qui fragilisent la territorialisation des missions, avant la remise en cause de la mission elle-même au sein de l’Église au cours des années 1960.

5Le livre est accompagné d’une riche bibliographie et du catalogue des cartes constituant le corpus, consultable à partir de plusieurs entrées (chronologique, géographique, alphabétique). L’originalité de la présentation des résultats tient surtout dans la mise à disposition d’un CD-Rom qui, à partir de liens hypertextes, permet de visualiser l’ensemble des cartes analysées par l’A. Bien écrit, alliant rigueur scientifique et clarté pédagogique, cet ouvrage contribue à une connaissance plus fine de l’histoire des missions, au-delà du seul continent africain.

Haut de page

Notes

1 Sur cette exposition : Olivier Chatelan, « Cartes missionnaires », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 113, janvier-mars 2012, p. 223-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chatelan, « Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique. Science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, coll. Hommes et Sociétés, 2011, 462 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 215-217.

Référence électronique

Olivier Chatelan, « Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique. Science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, coll. Hommes et Sociétés, 2011, 462 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3018

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org