Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Frédéric Pichon, Maaloula (xixe-xxie siècles) Du vieux avec du neuf. Histoire et identité d’un village chrétien de Syrie, Presses de l’IFPO, 2010, 288 pages.

Philippe Bourmaud
p. 213-215

Texte intégral

1Les mouvements révolutionnaires qui ont éclaté en Syrie à partir du printemps 2011 ont révélé ce que la fabrique de l’État syrien recèle d’imaginaires affrontés et d’équilibres socio-économiques instables. La parution du livre de Frédéric Pichon, à la veille de ces éléments, présente à la loupe un exemple de ce type de configuration : le village de Maaloula, installé dans une impressionnante trouée de l’Antiliban, est traditionnellement un village majoritairement chrétien, dans un pays où cette religion est définie comme minoritaire. L’A. interroge les transformations contemporaines de la localité, en se demandant le rôle que cette spécificité – être un village chrétien de Syrie – y joue.

2La spécificité de Maaloula ne s’arrête pas au fait confessionnel : pour la littérature académique, puis pour les autorités et les promoteurs du tourisme local, c’est aussi et surtout un village où l’on parle un dialecte de l’araméen, langue morte dans la très grande majorité des localités de Syrie. Ces dernières années, le village a tiré parti de cette spécificité, ainsi que de la présence de deux monastères devenus points de passage obligés pour le touriste un peu savant. Pourtant, au vrai, on n’y parle plus guère l’araméen, et certainement moins que dans les deux villages musulmans immédiatement voisins. La présence de chrétiens et l’araméen apparaissent le substrat d’un processus de patrimonialisation dont la compréhension requiert une approche à la fois historique et anthropologique, même si, à quelques remarques réflexives près sur sa propre position d’observateur (par exemple p. 215), Frédéric Pichon fait essentiellement œuvre d’historien.

3L’A. entre dans son objet par un biais d’histoire intellectuelle – la découverte d’un village araméophone au xixe s. par la tradition orientaliste européenne, retracée dans le premier chapitre de l’ouvrage, où il apparaît que, pour tous les témoins occidentaux venus dans le village, l’araméen est de moins en moins parlé et est menacé à terme par l’arabe. Frédéric Pichon s’interroge à partir de là, dans son deuxième chapitre, sur les facteurs du maintien de l’araméen jusqu’au dix-neuvième siècle, puis du changement linguistique. S’agit-il d’une évolution induite par le fait confessionnel ? Assurément non, répond-il, car le village est peuplé essentiellement de Grecs orthodoxes et de melkites, dont la liturgie a été arabisée avant le xixe s. À partir de là, il saisit l’araméen comme un fil autour duquel l’histoire sociale et économique du village s’enroule comme une pelote : l’histoire d’un village pauvre en ressources et enclavé, partiellement vidé à partir du xixe s. par les départs pour Damas et par l’émigration. Le dernier chapitre traite de l’histoire de Maaloula à partir du mandat français et – c’est à mon avis le passage le plus intéressant – de la patrimonialisation du village et de l’araméen, survenue à partir de la fin des années 1980. Le processus est initié par l’Église melkite locale, avant d’être coopté par l’État syrien et le parti Baath, qui le raccordent à l’idéologie historique du régime. L’araméen devient alors le marqueur spécifique de la « petite patrie » qu’est Maaloula, à l’intérieur de la « grande » patrie, arabe et protectrice des minorités religieuses, l’État syrien (p. 196). De ce fait, il ne devient pas un marqueur identitaire fort, mais plutôt un élément de folklore et de tourisme.

4Suivant un développement chronologique, le livre de Frédéric Pichon rejoint néanmoins des mouvements thématiques plus généraux, et marqués notamment en anthropologie, pour la ruralité au Proche-Orient et pour la patrimonialisation des lieux de culte et de pèlerinage, à l’exemple des travaux d’Emma Aubin-Boltanski, de Sossie Andézian, et d’Anna Poujeau (qui a travaillé elle aussi sur Maaloula), auxquels il renvoie. Dans ce contexte, ce que l’approche historique illustre particulièrement bien, c’est le poids des facteurs structurels qui entourent l’usage et le recul de l’araméen : les passages sur l’économie politique du village et ses liens privilégiés avec un des autres villages araméophones de la région, ou sur l’effet de l’apparition de la voiture, au temps du mandat, sur le village, sont très éclairants.

5On regrettera certes que l’ouvrage reste, à bien des égards, une thèse mise en livre, ce qui se sent particulièrement dans le petit inventaire biographique des orientalistes intéressés par Maaloula, au chapitre 1. Il est également dommage que l’A. donne à sentir, par exemple lorsqu’il évoque les réseaux économiques de Maaloula à la fin de l’époque ottomane et sous le mandat, que le village s’inscrit dans un « pays » plus large, celui de Qalamoun. Un changement de focale, conduisant à lire l’histoire de Maaloula en se plaçant à l’échelle de ce pays, aurait sans doute été éclairant. Signalons enfin une incohérence, p. 152, dans la distribution des migrants partis de Maaloula, dont 11 sont présentés alternativement comme mixtes ou comme musulmans, alors qu’une note de bas de page précise par ailleurs qu’aucun migrant musulman n’a été recensé.

6À ces quelques réserves près, Frédéric Pichon jette une lumière éclairante et bienvenue sur la place et l’image des chrétiens au sein de l’Etat syrien, et sur les complexités inhérentes aux logiques de patrimonialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bourmaud, « Frédéric Pichon, Maaloula (xixe-xxie siècles) Du vieux avec du neuf. Histoire et identité d’un village chrétien de Syrie, Presses de l’IFPO, 2010, 288 pages. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 213-215.

Référence électronique

Philippe Bourmaud, « Frédéric Pichon, Maaloula (xixe-xxie siècles) Du vieux avec du neuf. Histoire et identité d’un village chrétien de Syrie, Presses de l’IFPO, 2010, 288 pages. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3016

Haut de page

Auteur

Philippe Bourmaud

RESEA – LARHRA UMR 5190, Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org