Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Raymond A. Mentzer, Françoise Moreil, Philippe Chareyre (dir.), Dire l’interdit. The Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden et Boston, Brill, 2010, xi+359 p.

Yves Krumenacker
p. 209-211

Texte intégral

1La recherche sur les consistoires protestants est particulièrement active depuis quelques années. Désormais, après plusieurs travaux pionniers, des colloques ont lieu régulièrement pour approfondir un aspect particulier des interrogations que peuvent susciter les registres des consistoires, cette institution spécifiquement protestante réunissant en principe tous les quinze jours les pasteurs et les responsables laïcs de chaque Église. Le premier, tenu à Pau en 2005, portait sur les aspects méthodologiques et a été publié dans le numéro 4 de 2007 du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français. Le second, ici publié par la prestigieuse maison d’édition Brill, s’était tenu à Avignon en 2007 ; il avait pour but de s’interroger sur l’autorité du consistoire et plus particulièrement sur son pouvoir de censure, d’exclusion temporaire et d’excommunication. Plus récemment, à La Rochelle en 2009, une troisième rencontre s’était interrogée sur les ministères en lien avec le consistoire. C’est dire que l’importance désormais reconnue à cette source pour mieux connaître le protestantisme d’Ancien Régime est désormais bien honorée.

2Ce volume bilingue (anglais et français) rassemble quinze contributions qui vont du xvie au xviiie s. et couvrent les Provinces-Unies, Genève et le pays de Vaud, l’Écosse, les communautés calvinistes réfugiées à Londres, la Hongrie et la France, sur laquelle porte la majorité des cas. Elles sont mises en perspective dans l’introduction et toujours précédées d’un résumé en anglais et en français. Plutôt que de les reprendre une à une, il semble préférable de montrer les apports principaux de l’ensemble.

3Le premier est d’ordre méthodologique. Le temps n’est plus où l’on faisait des listes et de tableaux de « péchés » condamnés pour mieux connaître le comportement des sociétés protestantes et voir dans quelle mesure les autorités ecclésiastiques réussissaient à remédier aux désordres. Certes, les statistiques ne sont pas absentes du volume et elles guident la réflexion de la plupart des auteurs, mais elles sont utilisées avec précaution, car on est aujourd’hui davantage conscient que tous les problèmes des communautés n’arrivent pas jusqu’aux consistoires, et que tout ce qui y est discuté ne figure pas sur les registres. Mais, si nous perdons l’illusion de pouvoir, grâce à cette source, connaître le processus d’imposition de la discipline réformée et les résistances à celle-ci, nous y gagnons une meilleure compréhension du rôle du consistoire. Ce n’est pas, en effet, une instance de disciplinarisation, de contrôle social, voire une institution quasi-judiciaire (même s’il joue aussi ce rôle et si la controverse catholique le lui reproche), mais plutôt la marque d’une Église véritable, qui montre que si le péché est toujours présent, un effort perpétuel de pénitence et de sanctification est également à l’œuvre, comme l’indique bien C. Grosse dans son excellente conclusion. Cela explique qu’on ne châtie que lorsqu’aucun accommodement n’est possible, et souvent au terme d’un long processus, et que l’excommunication n’est prononcée que dans des cas rarissimes : excluant le pécheur de la communauté, elle sanctionne l’échec de l’Église à le ramener vers une vie vraiment chrétienne. C’est également, le suggèrent plusieurs auteurs, un instrument capable de forger ou de maintenir une certaine identité réformée. Cela explique le soutien que peut avoir une institution qui se fonde malgré tout sur la discipline auprès du peuple protestant, au point d’être même, dans la Genève de Calvin, un facteur d’attractivité, y compris pour les anabaptistes.

4Plusieurs communications sur le genre montrent que les femmes s’accommodent fort bien du consistoire même si, en apparence, il renforce la société patriarcale en n’étant composé que d’hommes, souvent misogynes. En colportant des rumeurs, principales sources d’information des consistoires, elles définissent en effet ce qui est moralement acceptable ou non. Elles montrent aussi une forte capacité de résistance passive aux prescriptions disciplinaires contre le luxe ou l’immodestie des habits, et elles font échouer la lutte contre les prostituées. À Utrecht, où elles sont pratiquement exclues de la vie urbaine, les femmes non mariées participent à une forme de sociabilité en étant membres de l’Église réformée et en acceptant ainsi la discipline qui garantit leur honneur et leur dignité.

5Le fonctionnement des consistoires et leur pouvoir effectif diffère selon les pays et les époques. Il est, dans l’ensemble, plus sévère dans des pays comme l’Écosse ou la Hongrie, même si, comme ailleurs, l’excommunication est rare, que dans un pays comme la France où la cohabitation avec les catholiques oblige à modérer la rigueur pour ne pas voir fuir les fidèles vers l’Église romaine. Il est également plus fort quand il est soutenu par le pouvoir séculier, même si les relations entre Église et autorités temporelles ne sont pas simples, que lorsqu’il ne peut absolument pas compter sur ces autorités – un cas extrême étant le pays de Vaud, où ce sont les magistrats qui sont responsables du contrôle des mœurs, au grand dam de l’Église, qui cherche à lutter au xviiie s. contre la laïcisation de la société. D’autre part, la sévérité est sélective : s’il arrive que des pasteurs soient censurés, c’est néanmoins peu fréquent car on préfère éviter les scandales en cherchant plutôt l’amendement du ministre coupable. Quant aux fautes qui sont poursuivies, elles varient également selon les époques, puisqu’il semble que plus en avance dans le temps, plus ce sont les péchés sexuels qui sont sanctionnés.

6En résumé, nous disposons avec ce volume d’un ensemble d’études très riche, qui doit nous amener à reconsidérer le rôle et le fonctionnement des consistoires, mais aussi, sans doute, de toutes les institutions qui ont un rôle disciplinaire ; moins que des instruments de contrôle social, d’imposition de normes du haut vers le bas, il s’agit d’institutions qui font l’objet de luttes d’influence, de rapports de force, avec lesquelles on peut manœuvrer, négocier. La discipline n’est pas seulement subie, mais aussi recherchée et construite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Raymond A. Mentzer, Françoise Moreil, Philippe Chareyre (dir.), Dire l’interdit. The Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden et Boston, Brill, 2010, xi+359 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 209-211.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Raymond A. Mentzer, Françoise Moreil, Philippe Chareyre (dir.), Dire l’interdit. The Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden et Boston, Brill, 2010, xi+359 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3008

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org