Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, coll. L’évolution de l’humanité, 2010, 556 p.

Caroline Chopelin-Blanc
p. 206-209

Texte intégral

1Cet ouvrage de N. Lyon-Caen est issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2008 (Marchands de miracles : la bourgeoisie janséniste parisienne au xviiie siècle, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 2008), elle-même prolongement d’une thèse soutenue en 2002 à l’Ecole nationale des Chartres et consacrée précisément à la « boîte à Perrette » (La Boîte à Perrette. Approche des finances du mouvement janséniste du xviiie siècle). Le titre de l’ouvrage résume ce cheminement. La boîte à Perrette, qui désigne l’administration financière du mouvement janséniste, reposant sur de multiples comptes indépendants, n’est que partiellement traitée dans le présent ouvrage. Comme ne l’indique pas le sous-titre, il s’intéresse à la bourgeoisie janséniste parisienne entre 1730 et 1775. Par bourgeoisie, il faut entendre les six principales corporations marchandes de la capitale, qui revendiquent l’appellation de « bourgeois », ainsi que quelques autres corps de métier surtout juridiques (procureurs, avocats, notaires).

2L’A. se livre ainsi à une nouvelle approche historiographique du jansénisme du xviiis., tant sur le plan de la méthodologie que du questionnement. Il exploite très habilement des sources d’une extrême richesse et variété : les archives notariales (notamment les inventaires après décès), les papiers privés conservés à la Bibliothèque de la Société de Port-Royal (comme les lettres de direction de conscience, les biographies, les correspondances) et les journaux (bien sûr les Nouvelles ecclésiastiques). Il s’attache à montrer qu’au cours du xviiie s., à Paris, nombre de ceux qui se revendiquent comme bourgeois sont également des soutiens actifs du jansénisme. Il part donc des individus eux-mêmes et étudie la « formalité des pratiques », expression qu’il emprunte à Michel de Certeau. Ces pratiques, à la fois familiales, professionnelles, religieuses, charitables, sont « informées » par l’héritage de Port-Royal, le mouvement des convulsionnaires et les appels contre la bulle Unigenitus. Aussi N. Lyon-Caen rompt-il avec l’approche du jansénisme habituellement adoptée, celle d’une définition ontologique du jansénisme, élaborée à partir d’un corps textuel clairement délimité et caractérisée par une transgression du contrat absolutiste (C. Maire). Il s’inscrit davantage dans la lignée de Bernard Groethuysen, Edmond Préclin, Lucien Goldmann, Robert Mandrou, René Taveneaux et, plus récemment, Marie-José Michel. Ces auteurs se sont surtout interrogés sur la genèse et la réception du mouvement. Ils ont présenté le jansénisme comme l’expression de catégories sociales tantôt dynamiques tantôt au contraire en réaction contre l’emprise croissante de l’État. N. Lyon-Caen reprend ce débat en partant des jansénistes eux-mêmes. Une fois les jansénistes identifiés, il essaie de reconstruire les différentes formes de leur investissement religieux et les solidarités locales que cet investissement implique.

3L’A. combine la progression chronologique et les développements thématiques. Le chapitre premier dessine les contours de cette bourgeoisie parisienne janséniste depuis les années 1680. Après un « passage à vide » qui dura jusqu’à 1720, un réseau janséniste parisien se reconstitue. Il accapare et revendique la mémoire de Port-Royal qu’il relit à travers le filtre du figurisme, et s’autonomise par rapport au clergé paroissial, en apportant un soutien actif à la cause des appelants. Le chapitre 2 détaille l’éventail des formes de l’investissement religieux de cette communauté janséniste : entre autres, les pèlerinages à l’église Saint-Médard à Paris, les voyages à Port-Royal, la lecture des Nouvelles Ecclésiastiques, une participation financière accrue à la Boîte à Perrette, qui sert toujours à soutenir la publication des Nouvelles Ecclésiastiques et à financer les écoles clandestines, ainsi que l’aide financière aux prêtres chassés de leur paroisse. L’A. analyse ensuite « la participation du jansénisme aux liens sociaux ordinaires, essentiellement familiaux et professionnels » (chapitres 3 et 4). La recherche d’une descendance nombreuse, permettant d’augmenter le nombre d’élus, caractérise les couples jansénistes. La solidarité entre familles jansénistes se manifeste surtout par les stratégies matrimoniales qui favorisent l’endogamie sociale et spirituelle mais aussi par d’autres éléments, notamment le partage de la domesticité ou un choix identique pour les lieux de villégiature. La sociabilité professionnelle s’exprime par un certain « clientélisme religieux » : les apprentis, les prestataires, les fournisseurs sont choisis dans la famille spirituelle. En revanche, leur éthique marchande, loin d’être rigoriste, accepte les accommodements, surtout concernant le prêt à intérêt. Dans le chapitre 5, l’A., s’appuyant sur les écrits privés, essaie de décrire « un contenu spécifique à la foi janséniste » : une théologie de la confiance en Dieu qui choisit ses élus, l’attachement aux miracles et aux reliques, le développement de la dévotion privée qui se traduit par la multiplication des lieux de culte familiaux. Ces laïcs se soustraient au contrôle ecclésiastique et acquièrent une autonomie importante en termes d’engagement spirituel dans le monde (chapitre 6). Ils s’impliquent par exemple dans les fabriques paroissiales, les compagnies de charité, la direction des hôpitaux, l’éducation des « bons » pauvres. L’influence spirituelle de ces « marchands de miracles » s’accroît dans la sociabilité paroissiale. Dans le chapitre 7, N. Lyon-Caen analyse les tensions qui secouent ces institutions charitables à l’occasion des affaires de refus de sacrements et des conflits entre l’administration des paroisses qui opposent des curés antijansénistes et des laïcs à partir des années 1740. Il révèle ainsi comment de véritables « coups montés » sont mis au point par des fabriciens jansénistes afin de faire condamner par les instances civiles un curé qui a refusé un sacrement. Dans le huitième et dernier chapitre, l’A. étudie minutieusement les discours développés par les avocats et les notaires jansénistes dans le cadre de tels affrontements. Il montre ainsi l’articulation entre les notions de droit et de public avec celle d’incorporation des individus. Les hommes de droit jansénistes défendent fermement les institutions de la monarchie absolue et son ordre social contre les empiétements abusifs des juridictions ecclésiastiques sur la sphère publique. Le lien entre monarchie et bourgeoisie janséniste se distend avec les réformes judiciaires des années 1770, qui aboutissent à la dilution des pouvoirs intermédiaires de la capitale et donc à l’abandon progressif de la part des bourgeois jansénistes de leurs charges civiles urbaines puis paroissiales.

4Dans la conclusion, l’A. insiste sur la nature de ce jansénisme bourgeois parisien entre 1730 et 1770. Loin d’être motivé par la volonté de vivre sa foi de manière individualiste et de frayer la voie aux idées de liberté et de tolérance, ce jansénisme est « une tentative de renouer avec un régime de sacralité » qui associe les laïcs à la gestion des affaires ecclésiastiques. Il apparaît comme une attitude réactionnaire dans une période de transition religieuse. Il permet aux bourgeois parisiens de revendiquer leur domination et leur légitimité locale. Aussi, l’A., rejoignant Bourdieu, affirme que le jansénisme a représenté, du moins en partie, l’habitus d’une classe sociale. Il nuance le schéma et surtout la temporalité de la « sortie de la religion » proposés par Marcel Gauchet en affirmant qu’ « à la veille de la Révolution encore, le religieux est modelé par le social autant qu’il l’informe ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chopelin-Blanc, « Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, coll. L’évolution de l’humanité, 2010, 556 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 206-209.

Référence électronique

Caroline Chopelin-Blanc, « Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, coll. L’évolution de l’humanité, 2010, 556 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3006

Haut de page

Auteur

Caroline Chopelin-Blanc

RESEA – LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org