Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, xviii+954 p.

Yves Krumenacker
p. 205-206

Texte intégral

1La thèse d’Émile Kappler, soutenue en 1980 à Clermont-Ferrand, constamment citée dès que l’on parle de controverses, a été rarement lue car elle était restée inédite. Or elle est indispensable à qui veut mieux connaître l’histoire religieuse et culturelle du xviie s.. On ne peut donc que se réjouir de l’initiative des éditions Champion de publier enfin cet ouvrage.

2Rappelons ce qui en fait le cœur, et la partie la plus utile : une liste et un résumé des 166 conférences théologiques qui se sont déroulées en France entre 1593 et 1684, avec toutes les indications bibliographiques souhaitables pour les retrouver. Élaborée à partir des catalogues de bibliothèques et des différents répertoires qui pouvaient exister dans les années 1970, sans l’aide des banques de données et autres portails électroniques qui, aujourd’hui, nous facilitent bien le travail, elle n’est sans doute pas exhaustive, mais elle ne doit pas en être loin. On trouve également en annexe six conférences tenues avant 1593 et 72 conférences mal attestées. Un index des localités où se sont tenues les conférences et un index biographique des intervenants, des tableaux chronologiques et géographiques, une carte (avec malheureusement les limites actuelles de la France avec les départements) ajoutent à la richesse du livre.

3Qu’entend l’A. par « conférence théologique » ? Il s’agit de « toute rencontre publique ou privée, qui a fait l’objet d’une discussion verbale entre deux théologiens de religion opposée, sur des points controversés de doctrine ou de pratique » (p. 18). Leur contenu n’est donc pas très différent de ce qu’on trouve dans l’abondante littérature de controverse, dont une partie provient d’ailleurs des conférences, et qui a été abondamment étudiée dans les années 1980. C’est pourquoi les pages que consacre Kappler aux thèmes des conférences sont sans doute celles qui en apprendront le moins aux lecteurs actuels. Plus intéressants sont les développements sur les intervenants (surtout des religieux, jésuites en grande partie, puis capucins et autres franciscains du côté catholique, presque uniquement des pasteurs pour les protestants), sur les lieux, même si Kappler a du mal à expliquer une géographie qui ne recouvre qu’imparfaitement le fameux « croissant protestant », et sur les dates (plus de 70% des conférences se sont tenues avant 1630, avec un léger sursaut autour de 1660). Mais il s’agit là de conclusions qui ont été validées par d’autres études et qui sont maintenant des acquis solides de l’historiographie.

4Le plus important, encore aujourd’hui, est certainement l’analyse minutieuse du déroulement des conférences, qui obéit à un véritable rituel les apparentant au duel. Il est pourtant décrit comme une pièce de théâtre, avec prologue, scène, acteurs, public, etc., ce qui peut également se justifier, car le rapprochement est fait à l’époque, et en raison du caractère effectivement très théâtral de ces conférences. On voit clairement qu’il ne s’agit pas de disputes plus ou moins improvisées entre des hommes du commun et des théologiens, mais des rencontres très formelles entre professionnels.

5Un avant-propos bref, mais très suggestif, d’Olivier Christin met en valeur les principaux apports de la thèse et invite à des prolongements. Tout d’abord sur la question du public, dont l’élucidation permettrait sans doute de mieux comprendre les véritables enjeux de ces conférences, dont Kappler conclut qu’elles sont surtout un « dialogue de sourds » ; mais alors, pourquoi ont-elles duré si longtemps ? Sur l’érudition des orateurs, leurs ressources discursives, les dispositifs de parole employés ensuite ; car on pourrait alors mieux saisir comment les controverses participent à de nouvelles formes de l’érudition religieuse et, plus fondamentalement, comment se redéfinissent les conditions de production de la vérité dans tous les domaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, xviii+954 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 205-206.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011, xviii+954 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3004

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org