Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Bruno Hübsch, Le ministère des prêtres et des pasteurs. Histoire d’une controverse entre catholiques et réformés français au début du xviie siècle, Lyon, RESEA, coll. Chrétiens et Sociétés, documents et mémoires (11), 2010, 251 p.

Caroline Chopelin-Blanc
p. 202-204

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version publiée d’une thèse soutenue en 1966 à la faculté théologique de Lyon. Cette édition intervient donc quarante-cinq ans après la soutenance et huit ans après le décès de l’A.. La relative ancienneté de la thèse et le dynamisme qu’a connu l’histoire des controverses depuis sa soutenance n’entament en rien son intérêt. Sa publication permet de mettre à disposition des spécialistes et de tous les lecteurs curieux un travail de qualité jusqu’alors bien souvent ignoré. La réactualisation de la bibliographie permet de mieux la placer dans l’historiographie religieuse et constitue de surcroît un précieux instrument de travail.

2Dans son avant-propos, Yves Krumenacker souligne les traits novateurs de ce travail de thèse en le replaçant dans le contexte de la fin des années 1960. Celui-ci s’insère dans une perspective œcuménique, caractéristique de cette période d’après Vatican II marquée par une volonté de dialogue avec les autres confessions chrétiennes. L’A. examine de manière objective et critique les positions catholique et protestante. Cet angle d’approche annonce alors un renouvellement historiographique concernant l’histoire de la controverse interconfessionnelle. Le choix même du sujet est également profondément novateur : il se porte sur la vocation et le Ministère dans l’Eglise. Apparemment il s’agit d’un thème plutôt mineur, mais le débat traite en fait moins du contenu même du Ministère que de l’autorité et de la légitimité à assurer la charge. Il touche ainsi à la conception de l’Église par les catholiques et les protestants au sortir des guerres de religion.

3La période étudiée concerne les années 1598-1648. La borne chronologique de 1598 correspond au début de la controverse, déclenchée par un débat qui oppose le futur cardinal Du Perron, alors évêque d’Evreux, à deux réformés. La date de 1648, quant à elle, marque le début de la restauration du catholicisme et l’établissement du protestantisme. Cette période inclut donc les deux premières décennies sur xviis., moment où les conflits interconfessionnels atteignent leur paroxysme. L’A. étudie cette controverse à l’échelle du royaume de France et ne prend donc en compte que les positions calvinistes. Du côté catholique, il se concentre essentiellement sur l’analyse de la production de deux auteurs catholiques, les écrits de Du Perron et les Discours de controverse de Bérulle, fondateur de l’Oratoire. Du côté protestant, il s’appuie sur trois auteurs, Philippe Duplessis-Mornay, Daniel Chamier et surtout Pierre Dumoulin. B. Hübsch suit un plan chronologique, qui présente l’avantage de bien comprendre les conceptions de chaque parti et ses évolutions.

4Les conceptions du Ministère et de la vocation entre catholiques et protestants sont très tranchées. Du Perron fonde l’autorité du ministre et la légitimité de son appel sur la succession dans le temps et sur la réalité des pouvoirs transmis. Bérulle reprend cette insistance sur la pratique de la succession apostolique en la plaçant dans un registre surnaturel. Il accorde dès lors non plus la priorité à la succession elle-même mais à la « mission » du prêtre. La mission de ce dernier dérive de la mission du Christ, transmise par les apôtres et leurs successeurs afin d’assurer la communication entre Dieu et les hommes par la diffusion autorisée de la Parole. La mission est donc fondamentale – au sens premier du terme – car elle fonde l’apostolicité de l’Église à travers la hiérarchie, témoin de l’appel de Dieu. Aussi, l’ordre des prêtres constitue-t-il la colonne vertébrale de l’Église. Les calvinistes défendent des positions totalement différentes. Ils affirment que les ministres ne forment pas un ordre et qu’ils ne sont point essentiels dans l’organisation de l’Église. Celle-ci est en effet d’abord composée de l’assemblée des croyants, laquelle délègue par élection ou par ordination son autorité à quelques-uns. Le pasteur répond donc à une vocation intérieure, qui est validée par la communauté des croyants après examen et élection. Il est donc « serviteur de Dieu en étant serviteur de l’Église ».

5L’A. explique clairement dans sa conclusion les valeurs qui opposent les catholiques et les protestants : les premiers défendent surtout la conception d’une Église comme lieu de l’action divine et insistent sur la vocation, ou la mission, perçue comme le signe de l’Envoi au monde, tandis que les seconds mettent en avant la primauté de la Parole, l’adhésion personnelle à la foi et l’aspect diaconal du Ministère. À l’Église universelle et ontologique des catholiques répond l’Église locale protestante constituée de l’assemblée des croyants. La controverse a ainsi obligé chaque parti à préciser sa vision du Ministère dans l’Église. L’A. montre que ce travail de définition a abouti à une radicalisation des positions de chaque parti, avec toutefois la constitution d’une vision plus claire et plus homogène du coté catholique. Le travail aurait pu être prolongé pour le point de vue protestant par la comparaison des positions des calvinistes français avec celles des calvinistes d’autres territoires ainsi qu’avec celles des Églises luthériennes : cette étude comparative aurait permis de préciser la nature et l’ampleur des variations de la conception protestante sur le Ministère et la vocation.

6Cette thèse a bien sûr le mérite de suivre précisément les rebondissements d’une controverse, de comprendre les cheminements de pensées de part et d’autre, ainsi que de saisir la multiplicité des enjeux, beaucoup plus vastes et complexes que ne le laisse sous-entendre le sujet précis de la dispute. De manière plus générale, elle illustre la malléabilité entre la théologie catholique et les conflits interconfessionnels : la théologie catholique du Ministère s’approfondit sous le coup des attaques des controversistes protestants du début du xviis.. La lecture de cet ouvrage offre ainsi un éclairage original sur les relations intellectuelles entre catholiques et protestants, d’autant plus intéressant qu’il renvoie à un débat ecclésiologique qui est aujourd’hui encore loin d’être clos au sein même de l’Église catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chopelin-Blanc, « Bruno Hübsch, Le ministère des prêtres et des pasteurs. Histoire d’une controverse entre catholiques et réformés français au début du xviie siècle, Lyon, RESEA, coll. Chrétiens et Sociétés, documents et mémoires (11), 2010, 251 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 202-204.

Référence électronique

Caroline Chopelin-Blanc, « Bruno Hübsch, Le ministère des prêtres et des pasteurs. Histoire d’une controverse entre catholiques et réformés français au début du xviie siècle, Lyon, RESEA, coll. Chrétiens et Sociétés, documents et mémoires (11), 2010, 251 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/3002

Haut de page

Auteur

Caroline Chopelin-Blanc

RESEA – LARHRA UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org