Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Marc Aoun et Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu (dir.), Conciles provinciaux et synodes diocésains du Concile de Trente à la Révolution française. Défis ecclésiaux et enjeux politiques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Société, Droit et Religion en Europe, 2010, 415 p.

Paul Chopelin
p. 200-202

Texte intégral

1Ce volume collectif est le fruit d’un colloque tenu à l’université de Strasbourg en 2009. Témoignant du renouveau récent de l’histoire du droit canon, l’objectif de cette rencontre entre historiens et historiens du droit était de mesurer très concrètement les conditions d’application des décrets tridentins relatifs aux conciles provinciaux et aux synodes diocésains dans l’espace français (royaume de France et provinces limitrophes francophones) des années 1560 jusqu’à la veille de la Révolution française.

2Dans sa 24e session, le concile de Trente obligea en effet les archevêques à réunir en concile au plus tôt les évêques de leur province, avant d’établir un rythme de réunion régulier, tous les trois ans. Marc Venard (« Les conciles provinciaux post-tridentins de France, sous la censure de Rome ») examine les procédures mises en œuvre par Rome pour approuver ou corriger les décrets des conciles français, du concile de Reims de 1564 au concile de Bordeaux de 1624. Les cardinaux censurent régulièrement les prélats français, à qui ils reprochent souvent une trop grande soumission aux coutumes juridiques nationales, contraires, sur certains points, au droit canon. L’étude des conciles provinciaux de Besançon de 1571 et 1581 (Henri Moreau) et de Cambrai entre 1565 et 1631 (Alain Lottin) permet de mesurer précisément le rôle de ces assemblées dans la mise en œuvre de la Réforme catholique dans les diocèses septentrionaux de la « dorsale catholique ». Après 1624, les archevêques français ne réunissent plus de conciles, à l’exception de ceux de Paris de 1640 et d’Embrun de 1727, chargés chacun de condamner une déviance doctrinale particulière. Les questions de foi sont dès lors traitées directement par les évêques avec Rome, le plus souvent par l’intermédiaire du nonce. En outre, un certain nombre d’attributions des conciles provinciaux sont désormais exercées par les assemblées générales du clergé de France. Le rôle de ces dernières est évoqué ici sous l’angle de la polémique janséniste, au cœur des débats sur la démocratie ecclésiale au xviiie s. (Catherine Maire, « Les jansénistes et les Assemblées du clergé »).

3Les autres articles du volume s’intéressent plus particulièrement à la tenue des synodes diocésains, dont Philippe Martin a parfaitement résumé les fonctions : « [Le synode] a une triple dimension : il est une cérémonie avec sa liturgie ; il est un lieu d’enseignement pour le clergé qui y découvre les directives épiscopales ; il est une occasion de formation avec la lecture d’actes généraux de l’Église ». Selon les communications, les auteurs ont centré leur propos soit sur les modalités de la réunion, soit sur le contenu des règlements et statuts rédigés à cette occasion, même si une approche plus globale a pu parfois être retenue, comme pour la province de Tours étudiée par Bruno Restif. L’analyse des thèmes abordés dans les statuts synodaux permet de très stimulantes comparaisons spatiales et chronologiques, à travers les exemples du diocèse de Paris (Brigitte Basdevant-Gaudemet), des diocèses de Sens et d’Auxerre (Pierre-Marie Lhoste), des diocèses de Bourges et Limoges (Jacques Péricard), du diocèse de Toulouse (Ludovic Azéma), du diocèse d’Albi (Philippe Nelidoff) et du diocèse de Grenoble (Edmond Coffin). De son côté, Bruno Restif propose une réflexion originale sur la circulation des modèles ecclésiaux d’un diocèse à l’autre, à travers l’exemple des statuts synodaux de la province de Tours. Certains auteurs se sont intéressés à des thèmes plus précis : la formation des prêtres a retenu l’attention d’Hélène Brunet de Courrèges, tandis que Bernard Dompnier a travaillé plus particulièrement sur les formes extérieures du culte, notamment la place de la musique dans la liturgie. Philippe Loupès pour Bordeaux, Philippe Martin pour Toul, Bernard Hours pour Lyon, Manuel Tramaux pour Besançon et Bernard Coutin pour la Savoie, ont davantage insisté, quant à eux, sur les enjeux politiques et administratifs de ces réunions, très révélatrices de l’évolution des rapports hiérarchiques entre les évêques et les curés au cours des xviie et xviiie s. Relevons notamment la place importante attribuée à la question synodale dans l’agitation curiale des années 1770-1780. L’étude de l’affaire de Toul (1779-1781) par Philippe Martin et celle du synode toulousain de 1782 par Ludovic Azéma complètent ainsi très utilement les informations fournies à ce sujet par Timothy Tackett, d’abord dans sa thèse sur le Dauphiné, puis dans son enquête nationale sur les origines du serment de 1791.

4Bien que centrée sur la période moderne, ce recueil comprend également deux mises au point très utiles sur l’Église des premiers s.s (Pierre Maraval) et sur la période médiévale (Francis Rapp). Une ouverture sur la période très contemporaine est par ailleurs proposée à travers deux articles : celui de Patrick Valdrini sur la synodalité dans le code de droit canon de 1983 et celui de Bernard Brajat sur l’actualité de la pratique synodale dans le diocèse de Cahors (entre 2005 et 2008).

5Par la variété spatiale et chronologique de ses contributions, ce volume constitue une véritable mine d’informations et une référence incontournable pour toute personne voulant étudier les institutions de l’Église de France à l’époque moderne. Si Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu offre un remarquable résumé de l’organisation institutionnelle des conciles provinciaux et des synodes diocésains en France à l’époque moderne à partir des différents exemples régionaux étudiés par les contributeurs, il faut regretter l’absence d’une véritable conclusion synthétique en fin d’ouvrage, reprenant dans une perspective historique, et non pas seulement juridique, l’ensemble des éléments acquis à l’issue de cette rencontre, tout en ouvrant de nouvelles perspectives de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Marc Aoun et Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu (dir.), Conciles provinciaux et synodes diocésains du Concile de Trente à la Révolution française. Défis ecclésiaux et enjeux politiques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Société, Droit et Religion en Europe, 2010, 415 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 200-202.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Marc Aoun et Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu (dir.), Conciles provinciaux et synodes diocésains du Concile de Trente à la Révolution française. Défis ecclésiaux et enjeux politiques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Société, Droit et Religion en Europe, 2010, 415 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2999

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org