Navigation – Plan du site
Publications
Comptes rendus d'ouvrages

Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Eglise et la révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, coll. Mémoire chrétienne au présent, 2010, 463 p.

Jean-Pierre Chantin
p. 199-200

Texte intégral

1L’histoire religieuse de Lyon à l’époque révolutionnaire est inédite. Elle l’est d’autant plus à la lumière des derniers travaux sur la révolution et ses acteurs. C’est ce double manque que Paul Chopelin a entendu combler lors de ses travaux de thèse dont il propose ici une version publiée. Plus généralement, il s’interroge sur la double image qu’a la capitale des Gaules au xixe s., à la fois ville de l’élan missionnaire catholique vers les terres lointaines et siège du radicalisme anticlérical, et entend revenir aux sources de ce double héritage dont il perçoit la genèse dans l’événement révolutionnaire, choc aussi matriciel (au sens entendu par Michel Lagrée) dans l’élaboration d’un catholicisme lyonnais particulier.

2L’étude est foisonnante d’exemples probants et bien menée ; la démonstration qui fait se succéder des périodes précises de cette évolution est donc convaincante. Chopelin pose d’abord les cadres existants avant 1789, et souligne les divergences et conflits qui mettent déjà en place les différents acteurs et réseaux, même si les années 1789-1790 semblent être marquées par une belle concorde. Sans entrer dans le détail des faits exposés, que le lecteur prendra plaisir à découvrir, on peut dévoiler qui seront les différents partis en présence, révélés comme ailleurs par la Révolution. On notera au préalable que cette histoire est avant tout celle des catholiques : les cultes protestants et juifs sont présentés mais ne jouent au final qu’un rôle mineur, quoique non secondaire, dans cette histoire.

3Les plus intransigeants des catholiques, engagés derrière Linsolas dans les rangs réfractaires, constituent bien des réseaux qui se perpétuent au xixe s., mais sans obtenir une adhésion franche et massive sur place. Même la fameuse Petite Eglise de Lyon, issue des rangs port-royalistes convulsionnaires du siècle précédent, est coupée d’une base rurale qui lui aurait assuré, comme en Poitou, un poids local conséquent. Les plus transigeants des catholiques sont ici remis en lumière, alors qu’ils sont trop souvent ignorés. L’Eglise constitutionnelle reste active jusqu’au début du régime concordataire, et les cadres doivent finalement en tenir compte dans la réorganisation, même de mauvaise grâce. D’autres sont les représentants de ce que l’A. désigne comme un premier catholicisme libéral lyonnais, un catholicisme « libéral » que l’ont pourrait sans doute rapprocher de la tendance gallicane modérée sulpicienne peu étudiée par ailleurs. Enfin, on suit l’émergence des manifestations d’anticléricalisme au gré des cérémonies organisées par les représentants de la république, et surtout des multiples incidents qui disent bien mieux ce qu’est le ressenti d’au moins une partie de la population.

4Cette diversité mène à la culture du compromis qui distingue la ville rhodanienne des autres bastions catholiques de l’ouest ou de Franche-Comté, et aux évolutions ultérieures. Entre Fourvière et la Croix-Rousse, le paysage religieux lyonnais se montre surtout grâce à Paul Chopelin dans sa complexité, une diversité qui est finalement la marque de ce xixe s. charnière parce que postrévolutionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Chantin, « Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Eglise et la révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, coll. Mémoire chrétienne au présent, 2010, 463 p. », Chrétiens et sociétés, 18 | 2012, 199-200.

Référence électronique

Jean-Pierre Chantin, « Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Eglise et la révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, coll. Mémoire chrétienne au présent, 2010, 463 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 18 | 2011, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2997

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org